Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc

toubabesseLouis-Ferdinand Despreez, La toubabesse, roman, éditions de la Différence, 2016, 288 p.

Les griots maliens, noblement drapés dans leurs grands boubous bleus ne rigolent guère et sont bien entendu d’un beau noir d’encre. Louis-Ferdinand Despreez est certes africain mais il est tout ce qu’il y a de plus blanc, descendant des huguenots français venus s’installer via Amsterdam dans la région du Cap en 1688, après la révocation de l’édit de Nantes. Au fil d’une vie aventureuse et engagée aux côtés des militants anti-apartheid de l’ANC, il a été « le Blanc personnel de quelques grottos noirs » (p.13), mi-barbouze mi-homme de confiance. C’est de cette expérience sur laquelle il reste très discret que sort ce récit qu’il désire mener comme « un griot blanc », un peu comme un pahouin albinos, assis sous le ventilateur de mon apatam, jamais pressé », nous prévenant qu’il lui arrivera donc « de digresser, souvent même » (p. 22-23).

Et franchement il est bon, ce griot blanc ! Il nous fait énormément rire, non tant par les péripéties politiques de la « tragédie comique en quinze actes » qu’il raconte et qui ne sont qu’à moitié drôles (crimes, corruption, cynisme, etc.) que par la manière désopilante de parler-écrire tout ça. Ce toubab sudaf maîtrise de manière étonnante le génie du français populaire ouest-africain, pas seulement par son vocabulaire mais aussi par son art de mener la phrase à saut et rebondissement. Par exemple dans ce portrait d’un chauffeur :

Le chauffeur obédient, donc, qui peinait à soulever sa valise avec ses doigts décharnés et crochus, la conduisit dans ses appartements, comme il disait d’un air important qui lui remplissait la bouche où il y avait beaucoup de place libre vu qu’il n’y restait que deux incisives jaunies par le tabac de traite, le gros noir en carottes acheté chez le bana-bana du carrefour au quartier ou le Libanais dans le centre-ville, près de la paierie des anciens combattants de quatorze et quarante. (p.84)

Phrase qui comme beaucoup d’autres rebondit de marche en marche, sans vous laisser le temps de reprendre souffle. Comique – on le voit et on l’entend – moins érudit que celui du Kourouma d’Allah n’est pas obligé qui ne se sépare jamais de ses gros dictionnaires mais nourri du même amour de la parlure « authentique ». Authentique quoiqu’inventée  comme l’a martelé l’autre Louis-Ferdinand, qui est évidemment le parrain littéraire de notre griot sud-africain francophone.

Mais j’ai oublié de vous présenter l’héroïne, la toubabesse, la petite Esther au prénom racinien mais au passé ordinaire

Une ancienne vierge de Johannesburg, blanche et belle à couper les poumons, fille de personne ou si peu, et devenue putain par nécessité, peut-être même aussi un peu par fainéantise, voire par indolence. (p.19)

Les six premiers chapitres, les moins politiques, racontent l’ascension de la « petite bordelle effrontée », les suivants sa vie avec le Président (le « Vieux », le « Présida ») qui divorce de sa vieille épouse acariâtre (« qui chaussait du quarante-quatre en grande largeur ») pour épouser (à soixante-et-onze ans !) cette « luciole toubabou », laquelle découvre « du haut de sa naïveté de petite gourde boerkie » toutes les turpitudes de la politique africaine, entreprend pour les combattre de

Chambouler l’ordre bantou bien établi depuis fatigué, voire depuis kala-kala, vider les caisses de l’Etat à la brouette pour gaver à la louche les pauvres qui n’en avaient pas l’habitude et s’en sont forcément rendus malades, créer une milice de traîne-savates bêtes, ignares, méchants et sanguinaires, livrer la ville tropicale du bord de mer à la vindicte de la populace déguisée en libérateur idiosyncrasique, et idiot tout court, et foutre un bordel magistral dont on n’a pas fini de parler dans les chancelleries au pays des Blancs. (p.20)

Elle finira suppliciée sur un bûcher « comme un agouti dans une dibiterie au bord de la roubine » (p. 272) ou comme une Jeanne d’Arc puisqu’elle deviendra l’héroïne d’une geste populaire.

Aujourd’hui retraité loin de l’Afrique, l’auteur peut désormais se permettre ce roman hilarant quoique cruel où on reconnaitra quelques potentats d’Afrique francophone entourés de leurs sbires obséquieux, quelques diplomates français coincés, et quelques meneurs bas-de-plafond comme l’amant d’Esther devenue révolutionnaire

Cet Arthur, dit le Chevalier, était en fait un crétin chimique, tout juste bon à faire le matamore sur une Jeep volée avec sa bande de voyous assoiffés.

 Le tableau que dresse Despreez est-il noir à l’excès ? Sans doute mais c’est la loi du genre et son livre n’a rien d’un document. En tout cas, il est drôle. Et, pour une fois, je vais m’autoriser à utiliser un mot que je m’interdis en général tant il est ressassé par des journaleux incompétents, il est TRUCULENT, d’une truculence de bon aloi.

Rappel : Louis-Ferdinand Despreez a publié deux excellents polars

  • La mémoire courte, Phébus, 2006 ; Points/Policier, Seuil, 2008
  • Le Noir qui marche à pied, Phébus, 2008 ; Points/Policier, Seuil, 2009