Du shtetl juif au morne haïtien. Par Daniel Delas

Louis-Philippe Dalembert
Du shtetl juif au morne haïtien

« Le vendredi 12 décembre 1941, par une paisible matinée caraïbe de printemps où le soleil, à cette époque de l’année, caresse la peau plutôt que de la mordre, la république indépendante, libre et démocratique d’Haïti déclara les hostilités au IIIe Reich et au Royaume d’Italie. »

Ainsi commence le roman de Louis-Philipe Dalembert, Avant que les ombres s’effacent.
Certes la nouvelle ne fit pas l’effet d’une bombe dans les chancelleries des alliés occidentaux, pas plus que dans celles de Hitler et de ses alliés. « Haïti, combien de divisions ? ». Mais pour Haïti cette décision s’inscrivait dans le fil d’un positionnement anti-raciste résolu, commencé sur le terrain les armes à la main à l’époque de Toussaint-Louverture et de Jacques Dessalines, poursuivi dans le domaine intellectuel par Anténor Firmin avec son essai De l’égalité des races humaines (1885) qui répondait à l’ouvrage raciste du comte de Gobineau (Essai sur l’inégalité des races humaines, 1854) et poursuivi  en ces années sombres de montée des fascismes par le vote en 1939 d’un décret-loi autorisant les consulats haïtiens à délivrer passeports (impliquant naturalisation) et sauf-conduits à tous les Juifs qui en formuleraient la demande. C’est dans ce cadre (exposé dans les cinq pages du « prologue » d’ouverture) que se situe la chronique de l’histoire du docteur Ruben Schwarzberg, faite par lui-même au soir de sa vie, « avant que les ombres s’effacent » (p. 200).
Suivons ce récit par le sobre résumé de la 4e de couverture.

Au son lointain des tambours du vaudou, il raconte sa naissance à Lodz en 1913, son enfance et ses études à Berlin – où était désormais installé l’atelier de fourrure familial –, la nuit de pogrom du 9 novembre 1938 et l’intervention providentielle de l’ambassadeur d’Haïti. Son internement à Buchenwald ; son embarquement sur le Saint Louis, un navire affrété pour transporter vers Cuba un millier de demandeurs d’asile, mais refoulé vers l’Europe ; son séjour enchanteur dans le Paris de la fin des années trente, où il est recueilli par la poétesse Ida Faubert, et, finalement, son départ vers une nouvelle vie.

Le premier intérêt de ce récit est d’exhumer des faits méconnus ou mal connus en Europe sur la fuite des Juifs d’Allemagne dans les années trente et leur accueil difficile dans des pays démocratiques, en principe susceptibles de les accueillir mais infectés par le racisme, de sorte que la lutte contre l’impérialisme raciste allemand ne s’accompagnait pas d’une ouverture aux ‘migrants’ (dirait-on aujourd’hui) juifs. L’épisode « kafkaïen » du commissariat de police français où le docteur manque d’être flanqué en camp par des policiers incultes qui confondent Haïti et Tahiti en témoigne sur le mode burlesque. L’idée de faire de la rencontre des Juifs et des peuples colonisés et esclavagisés un point de départ pour des fictions émerge aujourd’hui plus fortement. Le roman Hérétiques (2014, Points, 2016) de Leonardo Padura a brillamment inséré l’épisode du paquebot Saint Louis  et du refoulement des Juifs à La Havane en 1939 dans une intrigue policière où s’illustre  le double policier du romancier cubain, Mario Conde. Nathacha Appanah a elle évoqué dans sa fiction  Le dernier frère   (dont on a rendu compte dans cette chronique) l’errance de 1500 Juifs tentant en 1940 de se rendre en Palestine, refoulés par les Britanniques et finalement internés, pour une partie d’entre eux, dans une prison de Maurice.
Ce thème d’écriture n’est pas simple fait-divers, pittoresque et anecdotique, il incite tous les lecteurs à s’interroger sur notre passé proche tout en témoignant de la prise en charge par les écrivains noirs et/ou colonisés de leur histoire.

Le second attrait de ce livre est lié au fond réaliste du récit quand il évoque, à partir de son héros juif, ses amis et protecteurs haïtiens, personnages historiques connus. Ida Faubert d’abord (1882-1969), riche fille d’un ancien président d’Haïti, ouverte, généreuse, dont la poésie sentimentale (Il fait doux au jardin où s’effeuillent les roses / Dans le soir embaumé, laissons nos cœurs s’unir) ne passe plus guère aujourd’hui mais qui reste une figure tutélaire pour tous les Haïtiens de Paris.  Camille Roussan (1912-1961) ensuite présenté comme un joyeux drille sympathique mais dont la poésie engagée (Ah ! tremble, vieux monde magnifique et triste,/ car voici le temps de ma récolte d’étoiles) était très populaire. Dans cette partie du bouquin, on s’amuse, on va danser dans un club de jazz où joue Django Reinhardt, on va boire un verre à La rhumerie du Boulevard Saint-Germain qui existe toujours, ou danser au Bal nègre de la rue Blomet qui vient de rouvrir (sans l’adjectif ‘nègre’, signe des temps !) ; il y a dans ces errances bohèmes… un charme insouciant et plaisant (en dépit de trop nombreuses répétitions sur « le bruit de bottes qui se rapprochait », alors qu’on est encore à six mois de l’offensive allemande de mai 1940 !).

Le troisième intérêt du livre réside est dans l’art de Louis-Philippe Dalembert à évoquer la vie quotidienne d’une modeste famille juive berlinoise des années 20-30. Toute la première partie est centrée sur le quotidien si vivant, où les femmes donnent de la voix, d’une famille juive ordinaire, bien rendu par des portraits et des dialogues nourris d’une oralité souriante. Comme si il y avait quelque part une connivence entre les langages des gens d’en-bas. Pourquoi, se demande-t-on, Dalembert réussit-il si bien à rendre l’atmosphère joyeuse d’un monde en apparence si éloigné du sien ? Par son talent d’écrivain ? Certes, mais peut-être simplement aussi parce qu’il a su écouter la parole des gens simples, au ras de la vie, comme on le fait en Haïti et dans les Caraïbes. De surcroît, l’enfance de Dalembert en Haïti s’est passée dans un environnement familial presque exclusivement féminin. Ce qui l’a sans doute aidé à peindre si justement sœurs, mères et grands-mères s’agitant dans un monde d’affection et de criailleries. Et puis, l’enfant haïtien est devenu un « vagabond polyglotte », ainsi se désigne-t-il lui-même, une sorte de frère du Juif éternellement errant.
Du coup, même le quartier où il habite désormais à Port-au-Prince lui rappelle son enfance dans le shtetl !

Le quartier répandait un charme désuet venu lui rappeler les vieux clichés en noir et blanc du ghetto de Varsovie de la fin du XIXe siècle qu’enfant il admirait dans un livre de photos qui trônait dans le salon, au-dessus de la cheminée, juste à côté de la menorah

Aujourd’hui où la littérature en France privilégie de plus en plus le biographique ou le fait-divers, en voici une bonne utilisation qui sort de l’exhibition de l’intime (‘ma maman, mon papa, mon lapin et mes rêves…’) pour proposer une vision extime (pour reprendre le néologisme de Michel Tournier[1]) de l’homme moderne, un homme en relation avec le monde.

Louis-Philippe Dalembert, Avant que les ombres s’effacent, roman, Sabine Wespieser, 2017, 295 p.

Louis-Philippe Dalembert est un écrivain haïtien né en 1962. Il a fait des études de lettres à Paris, couronnées par un doctorat consacré à Alejo Carpentier (Paris III). Romancier, poète, essayiste, il a obtenu de nombreux prix.

[1] Qui écrit dans le prologue de son Journal extime (Folio n° 3994, 2004) : « Le fameux « Connais-toi toi même » de Socrate a toujours été pour moi une injonction vide de sens. C’est en ouvrant ma fenêtre ou en passant ma porte que je trouve l’inspiration. La réalité dépasse infiniment les ressources de mon imagination et ne cesse de me combler d’étonnement et d’admiration ».

Pour citer cet article : Du shtetl juif au morne haïtien. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 07/05/2017, http://apela.hypotheses.org/1509.