Tous les articles par editapela

REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Consulter la liste des panels :

MàJ 10/02/2018:

La liste des panels est maintenant en ligne !

Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Les 5èmes Rencontres Scientifiques des Études Africaines en France

se tiendront du  9 au 12 juillet 2018 à Marseille, sur le site Saint Charles d’Aix Marseille Université

Soutenue par le GIS Afrique, l’édition 2018 des Rencontres des Études Africaines en France est organisée par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Le Laboratoire Population – Environnement – Développement – (LPED -UMR 151, IRD-AMU)
  • L’Institut des Mondes Africains (IMAF – UMR 8171 CNRS / UMR 241 IRD, AMU, Université Paris 1 Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Pratique des Hautes Etudes )
  • Le Centre Norbert Elias (CNE, UMR 8562, EHESS, CNRS, Université d’Avignon, AMU)
  • L’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS – UMR 205 IRD / UMR 8245 CNRS, Universités Paris Diderot et Nice Sophia Antipolis, IRD, CNRS)
  • Le Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, AMU).
  • L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM-UMR 7310, CNRS, AMU)

En parallèle des REAF 2018 se tiendra la quatrième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA).

 

Consignes :

– Le dépôt de la proposition de panel se fait en ligne sur le site des REAF : https://reaf2018.sciencesconf.org

– Un résumé de 500 mots maximum présentant le panel
– Choix d’une thématique unique pour « classer » la  proposition
– Le texte de 500 mots maximum sera soumis à deux évaluateurs. Ce texte est à rédiger directement sur le site. Il n’est pas nécessaire d’inclure la liste des références bibliographiques citées dans le texte.

Calendrier (MàJ 16/12/2017)

1 / Les propositions de panel sont attendues pour le 8 janvier 2018.
2 / Validation des propositions de panel par le comité scientifique pour le 30 janvier 2018.
3 / Mise en ligne de la liste des panels le 1er février 2018
4 / Date limite de soumission des communications individuelles pour le 28 février 2018
5 / Composition de leur atelier par les coordinateurs de panel et dépôt en ligne  le 13 mars 2018 .
6 / Validation  des ateliers complets par le Conseil Scientifique avant  le 23 mars
7 / Mise en ligne de la liste et de la composition finale des ateliers le 24 mars 

Préambule 

Le continent africain, avec plus d’un milliard d’habitants, sa jeunesse, l’importance de ses ressources naturelles, les grands aménagements qui s’y multiplient et la modernisation qui s’y accélère est souvent associé, dans les médias, aux nouveaux miracles économiques, aux innovations sociales, artistiques et culturelles.
Les politiques économiques et sociales déployées dans les mondes africains viennent rencontrer des enjeux locaux de valorisation et de préservation des pratiques culturelles comme des ressources naturelles alimentant tour à tour afro-pessimisme et afro-optimisme, enchantement et désenchantement, mythologies d’une africanité rimant avec authenticité et d’un développement économique rimant avec modernisation.
La capacité de résistance, de transformation et de résilience des sociétés africaines face aux dominations, aux violences et aux crises, interroge et fascine. Énergie des individus, dynamisme supposé des solidarités, communautés et familles, héroïsme au quotidien des femmes et des plus démunis, élan des mouvements sociaux, créativité religieuse, amplification des circulations licites et illicites, sont mis en avant comme des atouts propres à ce continent. Les versants plus sombres de ces dynamiques interpellent également : prosélytismes et radicalismes armés sur des bases religieuses, culturelles ou communautaires, mobilisation de la sorcellerie dans le champ des concurrences ou des conflictualités  sociales.
Ces illusions, projections, fantasmes et stéréotypes qui collent aux dynamiques plurielles du continent africain sont tenaces, et fondent en partie l’attraction et la séduction exercées par ce continent. Cependant les termes mêmes de domination, de tragédies mais aussi de résistances, d’indocilité ou de résilience, si souvent appliqués au continent africain, risquent d’éluder les rapports historiques, économiques, politiques et sociaux qui s’y jouent.

Les 5e Rencontres scientifiques des Études Africaines en France proposent de revenir sur les mécanismes de construction, de diffusion et d’instrumentalisation de ces représentations. Comment se sont-elles construites ? Comment, dans l’histoire du continent, l’enchantement et ces désenchantements ont-t-ils été fondateurs de multiples formes de convoitises et de dominations ? Qu’en est-il des formes « prolongées » de mises en dépendance héritées d’un passé lointain? Comment sont-elles entretenues ? Les mémoires et les pratiques anciennes ne se prolongent pas seulement dans le présent, et elles devront faire l’objet d’une interrogation en tant que telles. En quoi l’enchantement et ces désenchantements animent-ils des actions politiques nationales et internationales, mais aussi des discours littéraires, politiques, scientifiques et des mobilisations populaires ?

Des ateliers portant sur des thématiques ou des orientations nouvelles de la recherche sur les Afriques, présentant des regards renouvelés sur des objets récurrents, ou mettant l’accent sur des développements récents de la recherche ou des thèmes comparatistes sont attendus. Des ateliers pluridisciplinaires ou interdisciplinaires sont également sollicités. Ils pourront mettre en avant  les thèmes suivants :

Continuer la lecture de REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Le théâtre du Tarmac menacé

Le Tarmac réagit à l’annonce de sa disparition : “De quel projet francophone parlons-nous ?”

Les artistes se mobilisent et une pétition circule pour défendre le Tarmac suite au communiqué de Françoise Nyssen annonçant sa possible disparition. Le théâtre de la francophonie réagit…

Lire la suite et comprendre le fil des évènements : https://www.lesinrocks.com/2018/02/02/scenes/le-tarmac-reagit-lannonce-de-sa-disparition-de-quel-projet-francophone-parlons-nous-111041796/

(en bas de page, une lettre ouverte signée par, entre autres, Gustave Akakpo, Kidi Bebey, Ananda Devi, Gaël Faye, Achille Mbembe, Criss et Dieudonné Niangouna, Raharimanana, Véronique Tadjo… Rappelons que le théâtre du Tarmac contribue largement à la diffusion en France des dramaturgies africaines contemporaines : http://www.letarmac.fr/la-saison/traversees-africaines/ )

MàJ 07/02/2018 : soirée de soutien lundi 12 février à partir de 18h au Tarmac.

Rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Reprise du séminaire Afriques transversales : rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Le 26 janvier de 19h à 20h30, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris, salle Celan au rez-de-chaussée

Entrée libre

Afriques Transversales invite l’auteur d’origine ghanéenne Nii Ayikwei Parkes pour évoquer avec lui son « thriller paradoxal », Tail of the Blue Bird, paru en 2009, et traduit aux éditions Zulma en 2014 (Notre Quelque part, traduction de Sika Fakambi). Comment concilier les croyances d’un village de chasseurs avec le modèle d’investigation policière fourni par la série américaine Les Experts ? Quelle place pour la mise en scène de la corruption dans un polar africain ? Quelles stratégies de traduction adopter face à un texte écrit dans un anglais d’Afrique de l’Ouest et émaillé de termes twi, dont l’élucidation n’est pas fournie dans un glossaire ? Qu’est-ce qu’une littérature du spoken word ? Quel rôle et quelle enquête reviennent au lecteur dans ces conditions ? L’entretien sera également l’occasion de discuter avec l’auteur de sa production poétique et notamment du recueil The Makings of You, paru en 2010 et non traduit à ce jour.

Pour préparer la rencontre, vous pouvez consulter :

  • La page consacrée au roman de Nii Parkes par les éditions Zulma, comprenant une revue de presse, un lexique ainsi qu’une réflexion sur les enjeux de la traduction.
  • L’enregistrement d’une performance de l’auteur, à partir du poème « Men like me ».
  • Le texte de quelques poèmes de Nii Parkes : Hymn (Jazz Poetry), Our love is here to stay, une sélection de poèmes publiés dans The Makings of You, ainsi qu’une série de poèmes parue dans le magazine britannique Wasafiri, présenté comme un « journal de littérature postcoloniale ».
  • Un entretien avec l’auteur, consacré largement à ses propres travaux d’édition et à la création de la maison flipped eye.
  • Une présentation de Notre Quelque part par l’auteur, en français.
  • La page de la séance que nous avions consacrée aux « crimes et arnaques » dans le roman africain, en évoquant entre autres les œuvres de Janis Otsiemi.

Fictions du futur, L’Afrique au futur

Séminaire « Fictions du futur, L’Afrique au futur »

CERIEL, Université de Strasbourg

Atelier animé par Anthony Mangeon et Ninon Chavoz

 

Jeudi 18 janvier 2018, 18h, Portique 412

Premier temps : présentation du projet de recherche mené par Anthony Mangeon au sein de l’USIAS (Institut d’études avancées de l’université de Strasbourg), 2017-2019

Les croissances démographiques et économiques de nombreux pays africains sont aujourd’hui spectaculaires, dans un continent qui abritera bientôt un quart de la population active mondiale. La question des “futurs africains” est par conséquent un enjeu majeur, sur les plans géopolitiques et économiques, et qui est discuté en tant que tel par une très grande variété de discours. Économistes, historiens, philosophes, romanciers et artistes ont ainsi développé des manières innovantes d’imaginer, mettre en scène et raconter les futurs de l’Afrique, qui donnent lieu à autant d’utopies que de dystopies, selon qu’on privilégie un point de vue afro-optimiste ou afro-pessimiste.
Ces différents discours partagent souvent des images, des figures de pensée, des modalités narratives ou argumentatives qu’une analyse rhétorique ou narratologique peut mettre au jour pour dévoiler leurs communes hypothèses et manières de penser ou d’imaginer. Ce projet de recherche vise donc à explorer les nombreux chevauchements entre économie et littérature, prospective et fiction, histoire contrefactuelle et narration romanesque sur la question des futurs de l’Afrique.

Liens :

  • Lionel Zinsou, “Une vision optimiste de l’Afrique”, conférence à l’Ecole Normale Supérieure (Paris), 28 avril 2010
  • Alioune Sall, « Quels futurs possibles pour l’Afrique au Sud du Sahara ? »

Eventuellement :

  • Pumzi de Wanuri Kahiu (2009)
  • Sylvestre Amoussou, Africa Paradis (2007)

Second temps : présentation par Ninon Chavoz : « L’homme au casque de verre : perspectives de l’afronaute »

Qu’est-ce qu’un afronaute ? Le néologisme ne manquera pas d’évoquer le souvenir de nomenclatures déjà connues – astronautes, cosmonautes, spationautes, taïkonautes, partis successivement à la conquête de l’espace. L’afronaute, conçu comme un voyageur spatial africain et noir, demeure quant à lui une fiction, aussi irréalisée aujourd’hui que dans les années 1960, à l’époque où Edward Makuka Nkoloso entendait envoyer sur Mars une équipe d’afronautes zambiens. Circulant de textes en peintures, de photographies en films et en clips publicitaires, l’afronaute n’en présente pas moins une forme d’ubiquité qui fait de lui un figurant récurrent dans les représentations afrofuturistes contemporaines : à ce titre, il inspire des créateurs issus du continent africain aussi bien que des artistes européens comme la photographe espagnole Cristina de Middel. Porté par une mode qui va en se densifiant depuis les années 2000, l’afronaute oscille dès lors entre le simple motif, fondé sur un jeu de contraste entre primitivisme et technologie, et l’accession au rôle de figure historique, artistique et littéraire.

Liens :

  • « Judgment Day! » de Joe Orlando et Al Feldstein, « Weird Fantasy », EC Comics, 1953
  • L’afronaute historique, Edward Makuka Nkoloso
  • Le film de Cristina de Middel, The Afronauts

Eventuellement :

  • Vabvakure de Gerald Machon

Anthony Mangeon est professeur de littératures francophones à l’université de Strasbourg, et directeur de l’équipe d’accueil « Configurations littéraires ».

Ninon Chavoz est ancienne élève de l’école normale supérieure ; agrégée de lettres modernes, elle est actuellement doctorante contractuelle à l’université de la Sorbonne-Nouvelle. Sa thèse, sous la direction du professeur Xavier Garnier, porte sur La Tentation encyclopédique dans les littératures francophones africaines : des documentations coloniales au glossaire contemporain

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Études rassemblées par Pierre Soubias, Catherine Mazauric, Marie-José Fourtanier, Guy Larroux et Delphine Rumeau

Presses Universitaires de Bordeaux, collection « Littératures des Afriques », #3, 2017.

 

  • ISBN : 979-10-300-0220-1
  • Nombre de pages : 376
  • Format : 16 x 24
  • Prix : 25€
  • Sortie nationale : 2018/01

L’œuvre de Patrick Chamoiseau, « auteur-carrefour » majeur au sein du vaste ensemble des littératures postcoloniales, appelait un point substantiel sur la recherche qui lui est aujourd’hui consacrée. Vingt chercheurs d’Europe, d’Afrique et des Amériques montrent comment une œuvre multiforme et volontiers réflexive déploie une vision du « Tout-Monde » au-delà de la représentation de l’espace antillais. Ils font le pari d’analyser la production d’un « raconteur » de grande envergure à partir d’approches multiples et conjuguées relevant de la narratologie, de l’esthétique et de la poétique des genres, en y associant pour la première fois des lectures écocritique et écopoétique. Une nouvelle inédite de Patrick Chamoiseau, L’ultime sourire de l’Antillaise, ouvre le volume.

Pierre Soubias est Maître de conférences en Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Catherine Mazauric est Professeure de littérature contemporaine d’expression française, directrice du CIELAM à Aix-Marseille Université.
Marie-José Fourtanier est Professeure émérite de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Guy Larroux est Professeur de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Delphine Rumeau est Maître de conférences en Littératures comparées, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.

Avec des contributions de : Noémie Auzas, Maria Celeste Biorda, Joscelin Bollut, Dominique Chancé, Jean-Louis Cornille, Corina Crainic, Hannes De Vriese, Aurélie Dinh Van, Marie-José Fourtanier, Lise Gauvin, Louise Hardwick, Samia Kassab-Charfi, Evelyne Lloze, Maeve Mc Cusker, Lorna Milne, Lydie Moudileno, Béatrice Nguessan Larroux, Oana Panaïté, Pierre Soubias, Anaïs Stampfli, Tomasz Swoboda.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/lettres/litteratures-des-afriques/patrick-chamoiseau-et-la-mer-des-recits-4642.html

Littératures en langues africaines. Production et diffusion

U. Baumgardt (dir.), Littératures en langues africaines. Production et diffusion

Paris : Karthala, 2017. 362 p.
EAN 9782811119461
29,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

Les littératures en langues africaines sont encore mal connues, alors qu’elles sont riches et très diversifiées, réunissant aussi bien des productions orales que des productions écrites en plusieurs graphies.

Ce volume présente des études sur les littératures de treize pays : Algérie, Cameroun, Comores, Djibouti, Gabon, Madagascar, Mali, Niger, Nigéria, Rwanda, Sénégal, Tanzanie et Tchad. Les langues concernées sont le bulu, le hausa, l’igbo, le kabyle, le kinyarwanda, le malgache, le mandingue, l’orungo, le peul, le shikomori, le somali, le swahili, le tupuri et le wolof.

Les vingt-deux contributions s’organisent selon deux problématiques : la production d’abord et la diffusion ensuite des littératures en langues africaines, en distinguant pour chacune d’elles l’oralité et la scripturalité pour s’intéresser également à l’articulation entre les deux modalités de communication.
Dans son introduction, Ursula Baumgardt définit le cadre théorique et méthodologique du projet pilote ELLAF (Encyclopédie des littératures en langues africaines) qui est à la source de l’ouvrage. Elle contextualise ainsi la production de la littérature orale et de la néo-oralité, tout comme sa diffusion numérique et les manifestations de l’écriture littéraire dans toute sa richesse.
L’articulation étroite entre littératures orales et littératures écrites en langues africaines constitue la grande originalité de ces travaux. Elle permet une approche différenciée des textes et contribue à poser les bases d’une comparaison des littératures en fonction de la langue de production et du mode de communication utilisés.
En conclusion, il est proposé d’améliorer les structures d’édition et de diffusion de ces littératures, d’encourager leur transmission et leur enseignement.

Ursula Baumgardt est professeur de « Oralité et littératures africaines » à l’Institut National des langues et civilisations orientales (INALCO) à Paris et membre de l’équipe de recherche « Pluralité des Langues et des Identités » – Didactique – Acquisition (PLIDAM) – INALCO.

Ont également contribué à cet ouvrage : Marie-Rose Abomo-Maurin, Flavia Aiello, Amar Ameziane, Elara Bertho, Jean Derive, Abdoulaye Keïta Fatouma Mahamoud, Kelly Marlène Milebou Njave, Aliou Mohamadou, Louis Ndong, Solotiana Nirhy-Lanto Ramamonjisoa, Jean Chrysostome Nkejabhizi, Chaïbou Elhadji Oumarou Narivelo Rajaonarimana, Uta Reuster-Jahn, Moussa Sagna, Cheick Sakho, Amadou Sow, Mohand-Akli Salhi, Henry Tourneux, Françoise Ugochukwu, Ibrahim Yahaya, Théophile Yamo Kalbe, Souleymane Ali Yero.

Voir et lire l’Afrique contemporaine

Parution du dernier numéro de la revue Etudes de Lettres de l’Université de Lausanne

VOIR ET LIRE L’AFRIQUE CONTEMPORAINE. REPENSER LES IDENTITES ET LES APPARTENANCES CULTURELLES

édité par Christine Le Quellec Cottier et Irena Wyss.

Ce numéro réunit des contributions rattachées à plusieurs champs disciplinaires (littérature, cinéma et anthropologie) qui apportent chacune leur éclairage sur la question « Qu’est-ce que voir et lire l’Afrique contemporaine? ».  Avec un cahier de photographies couleurs, la parole est aussi donnée à la photographie Flurina Rothenberger et à l’auteure Noo Saro-Wiwa qui témoignent de leur expérience personnelle.
Fiche technique de l’ouvrage:
Edition papier, ISBN 978-2-940331-66-6
Nombre de pages: 256
Illustrations : N/B et cahier couleur de 16 pages Format: 15,5 x 22,5 cm
Langues: français, anglais
Diffusion: www.unil.ch/edl et www.lcdpu.fr Prix: 30CHF / 25€

 

SOMMAIRE

  • Christine Le Quellec Cottier et Irena Wyss — Avant-propos (p. 7–12) 

Qu’est-ce donc que Voir et lire l’Afrique contemporaine dans notre monde globalisé où les appartenances culturelles et les identités figées sont contestées par les artistes et mises en cause par la critique internationale? Il importe de prendre acte des catégories de représentation et de leurs enjeux, qu’ils soient portés par un regard sur ou depuis l’Afrique, afin de mettre en perspective des productions et des réceptions diverses. Ce numéro d’Etudes de Lettres consacré à l’Afrique dans le monde associe dans ce but plusieurs champs disciplinaires (littérature, anthropologie, cinéma) et donne la parole à une auteure et une photographe.

  • Dominique Combe — Sylvie Kandé, le «texte métis» de la poésie (p. 15–30)

L’hybridité, chez Sylvie Kandé, désigne autant la matière que la forme de ses recueils. Cet article éclaire les différentes signifi- cations que cette notion prend pour la poète : celle de la diversité de voix convoquées et mêlées (poètes, artistes, historiens et penseurs d’horizons différents) ; celle du métissage des corps dans Lagon, lagunes ; ou celle des gestes quotidiens liés à d’autres mouvements – Gestuaire – appartenant au temps de la colonisation. Entre les continents et les identités, la poésie de Sylvie Kandé navigue telle une pirogue, symbole majeur dans La quête infinie de l’autre rive, épopée en trois chants.

  • Elara Bertho et Ninon Chavoz — Anacondas et serpents de mer: paradoxes d’un «érotisme noir» chez Yambo Ouologuem et Abdoulaye Mamani (p. 31–56)

Partant des propositions formulées par Joseph Tonda, nous proposons d’examiner le devenir de l’érotisme noir dans les imagi- naires médiatiques et littéraires contemporains. Nous interrogerons notamment deux jalons méconnus de la littérature érotique africaine, en revenant sur les textes contemporains de Yambo Ouologuem (Les mille et une bibles du sexe) et d’Abdoulaye Mamani (Shit et Les divagations d’un nègre hippy). L’examen de leur potentiel subversif conduira à suggérer la définition d’une « écriture contre », qui se définirait à la fois par l’opposition à l’horizon d’attente (post)colonial et par un dialogue suivi avec les bibliothèques occidentales.

  • Isabelle Chariatte — L’autodétermination dans les romans d’In-Koli Jean Bofane – droit de réponse à la violence postcoloniale (p. 57–82)

Si le concept historique et politique de l’autodétermination a surtout été pensé pour la décolonisation, il se prête encore comme instrument de réflexion et d’analyse pour étudier à plusieurs niveaux du récit les romans d’In-Koli Jean Bofane : dans cet article, l’autodétermination sera, d’abord, repensée par rapport aux questions de souveraineté et de bonne gouvernance formant le contexte des intrigues interrogeant sous un nouvel angle les répercussions du passé sur le présent, les implications de la globali- sation sur le Congo. Puis, pour les personnages victimes de la violence postcoloniale, l’autodétermination enclenche des straté- gies non occidentales leur permettant de s’affranchir d’un pouvoir oppresseur. Enfin, l’autodétermination définit la posture de l’écrivain africain qui recourt à de multiples catégories de pensées et de procédés linguistiques et littéraires bouleversant ainsi les habitudes du lecteur.

  • Irena Wyss — Métissage mémoriel chez les écrivains de la migritude : Kétala de Fatou Diome et Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou (p. 83–100)

Cet article propose d’étudier comment Kétala de Fatou Diome et Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou, deux romans de la « migritude » parus en 2006, mettent en scène la mémoire ; par ailleurs, il montrera que l’usage de la prosopopée, commun aux deux œuvres, permet de donner une voix à des figures muselées et de recourir à différentes traditions littéraires pour proposer un véritable métissage mémoriel.

  • Boniface Mongo Mboussa — Pour une relecture dynamique de Senghor (p. 101–112)

La réflexion qui suit s’intéresse au cheminement de la pensée de Senghor au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Loin de l’image du colonisé aliéné que certains intellectuels ont véhiculée durant plusieurs décennies, il s’agira de mettre en évidence à quel point les réflexions critiques et esthétiques de Senghor, trop souvent négligées, ont permis la progressive affirmation d’un réalisme africain, détaché du moule esthétique et politique qui imprégnait le discours français à ce moment-là. Il s’agit donc de clarifier un parcours qui s’est achoppé aux concepts antithétiques de la raison et de l’émotion, « gros mots » devenus signes d’une polarité ontologique indéfendable. 

  • Jehanne Denogent — Photographies d’Afrique : déjouer les clichés. Entretien avec Flurina Rothenberger et cahier de photographies (p. 115–144)

Photographe suisse ayant grandi en Côte d’Ivoire, Flurina Rothenberger (*1977) a suivi sa formation à la Haute Ecole d’arts de Zurich et, depuis 2004, travaille en tant qu’indépendante sur des sujets liés au continent africain. En 2004, son premier livre I don’t know where I am going, but I’m on the way, publié aux Éditions Patrick Frey, documente la vie quotidienne de plusieurs Africains établis à Zurich. Sa deuxième publication, I love to dress like I am coming from somewhere and I have a place to go, a été conçue par le bureau de graphisme Hammer et publié par le même éditeur en 2015. Le livre regroupe des photographies prises sur le continent africain entre 2004 et 2014. En 2015, Flurina Rothenberger et sa collègue Franziska Kristensen fondent l’association KLAYM qui propose des formations à des photographes et graphistes de pays africains. Chaque workshop donne lieu à un numéro de NICE, magazine réalisé par les jeunes photographes, écrivains et artistes du lieu de production. F. Rothenberger est lauréate de plusieurs prix, notamment le Swiss Design Award ; elle expose régulièrement en Suisse et à l’étranger.

  • Roberto Zaugg — Travelling and writing between England and Nigeria. An interview with Noo Saro-Wiwa (p. 145–154)

Travelling is at the very heart of Noo Saro-Wiwa’s work as a writer and, in many ways, of her life. Born in Port Harcourt, she grew up in England and studied in London and New York. She has worked as a journalist (The Guardian, The Independent, The Financial Times, The Times Literary Supplement and Prospect magazine…) and as a travel guide author (Lonely Planet, Rough Guide). In her award-winning first book, Looking for Transwonderland. Travels in Nigeria (2013), she offers fascinating insights into the diversity and contradictions of Africa’s most populous country, while narrating a very personal journey through her homeland and her family’s history. On April 6, 2017, she gave a talk at the University of Lausanne, discussing the persistence of biases affecting the representation of Africa in literature and journalism as well as the many challenges one faces when writing about this continent in the 21st century.

  • Natalie Tarr — The language of justice : when the colonial past is invited into the courtroom (p. 155–172)

Dans les tribunaux au Burkina Faso seule la langue française est admise, tel un héritage du colonialisme. Comme les justiciables, dans leur grande majorité, ne parlent pas cette langue officielle, ils ont besoin d’un interprète. L’interprétariat a une longue histoire en Afrique, mais le rôle de l’interprète n’a jamais été aussi mal défini qu’aujourd’hui. L’emploi du français, qui « s’invite » dans les tribunaux du Burkina, est analysé ici comme une continuation du passé colonial et le retour étonnant d’une célèbre figure littéraire. 

  • Benoît Turquety — Ici et ailleurs: les productions vidéographiques nigérianes, cultures et techniques en réseaux (p. 175–194)

Cet article s’intéresse aux conditions d’émergence et de diffusion, au début des années 1990, d’une réelle industrie de production de films de fiction au Nigeria marquant une rupture avec la production africaine. En utilisant la vidéo plutôt que la pellicule qui impliquait une forte dépendance vis-à-vis de l’Occident, le centre de production prolifère, mêle différentes cultures et formes et s’émancipe peu à peu.

  • Anaïs Clerc-Bedouet Destination paix du Nigérian Ola Balogun pour le CICR: un élargissement des perspectives sur la représentation de l’Afrique (p. 195–218)

Pionnier du cinéma nigérian, le réalisateur Ola Balogun est mandaté en 1988 par le Comité international de la Croix-Rouge pour tourner un documentaire qui prendra le titre Destination paix. Balogun se différencie des autres réalisateurs ayant œuvré pour le CICR depuis 1921 par ses origines : il n’est pas européen, mais africain, plus exactement nigérian. Destination paix présente les actions du CICR dans différents pays dont le Salvador, la Thaïlande, l’Éthiopie, la Somalie, le Zimbabwe et le Nigeria, son pays natal. À ce dernier, Ola Balogun consacre une séquence de six minutes dont la forme contraste fortement avec le reste du film. Cet article montrera que le réalisateur utilise ces six minutes pour représenter, de manière assez inattendue, tout du moins pour le CICR, une « Afrique telle qu’elle existe réellement », représentative de sa propre vision en tant qu’intellectuel.

  • Bi Kacou Parfait Diandué — Crise culturelle et figures postcoloniales du religieux dans le cinéma africain (p. 219–234)

Cet article montrera l’instabilité de la figure du religieux dans l’Afrique postcoloniale. Le film Au nom du Christ du réalisateur ivoirien Roger Gnoan M’Bala est le lieu de proclamation d’un faux prophète noir, caricature d’une société en perdition religieuse que l’on dirait abandonnée de ses dieux ancestraux. Lauréat de l’Étalon de Yennenga, Grand Prix du Fespaco en 1993, Au nom du Christ raconte les dérives du colonialisme dans l’exploitation pervertie du christianisme et dans l’implosion des croyances traditionnelles africaines. De là, le religieux postcolonial figure une hétérogénéité étrange, origine d’interprétations loufoques qui créent réinterprétation et surenchère des religions coloniales importées. Le cinéma comme la littérature abordent le syncrétisme culturel des pays dominés comme une forme de résistance à l’invasion totale du colonial. Autant les transformations syncrétiques du culturel sont perceptibles comme une profanation du sacré africain, autant elles se déclinent comme la robustesse des structures anthropologiques des civilisations conquises, plusieurs fois millénaires.

  • Christine Le Quellec Cottier — Poétique et histoire littéraire : quand l’ethos donne le ton (p. 237–254)

La réception des fictions proposant un imaginaire associé à une ou des Afriques – continentale ou diasporique – est encore fortement dépendante d’une histoire littéraire marquée par des catégories calquées sur le modèle français et souvent fixées par l’origine d’un auteur. Ces critères doivent se renouveler, car ils ne permettent plus de tisser un lien cohérent entre une production née, dans la cadre de la littérature francophone, au début du XXe siècle, et celle de notre XXIe siècle naissant. La proposition vise à modifier les repères de classification en exploitant la scène énonciative des textes, avant d’envisager un retour à l’axe du temps.

URL de référence : http://journals.openedition.org/edl/1003 [texte intégral disponible en décembre 2019]