Tous les articles par editapela

AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Colloque international de Toamasina
Université de Lorraine (Metz) & Université de Toamasina (Madagascar)
6 et 7 septembre 2018
Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Calendrier :
– Juin 2017 : lancement de l’appel à communications
– 31 octobre 2017 : Fin de la réception des propositions
– 1er décembre 2017 : Avis aux participants

Chaque communauté, nationale en particulier, se constitue à partir d’une mémoire partagée (Renan, Thiesse) constituée par diverses instances, institutionnelles (histoire officielle) ou non (la tradition et ses réécritures), et parfois par les acteurs invividuels eux-mêmes (entretiens, mémoires, littérature). Cette construction mémorielle, qui peut prendre la forme d’une « fabrication des héros », peut varier au fil du temps et des lieux, en fonction du climat politique, ou encore de la réception ou non des œuvres.
Le colloque international de Toamasina se propose d’examiner ces processus à propos du cas de Jacques Rabemananjara (1913-2005), natif de cette région de la Côte Est de Madagascar, qui fut à partir de 1945 député, puis, après l’indépendance, ministre et maire de la ville. Cette carrière politique fut menée en parallèle avec un engagement poétique.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

The Locations of (World) Literature

The Locations of (World) Literature : Perspectives from Africa and South Asia Colloque – 19-20 juin 2017

Organisateurs : Laetitia Zecchini, Francesca Orsini (SOAS, University of London)

Organized by Francesca Orsini (SOAS, University of London) and Laetitia Zecchini (CNRS, Paris) with the support of the labex TransferS (Ecole Normale Supérieure, Collège de France, PSL), and as part of the ERC funded project « Multilingual Locals and Significant Geographies : For a New Approach to World Literature ».

The aim of the conference is to look at the ways in which modern and contemporary South Asian and African writers who produce their work from specific locales consider their place in the world, in world literature, in the wider geographical regions (Africa, South Asia, etc.) or national literary histories in which their work is often read or identified with. How do these writers work through, use, challenge or re-invent the macro categories (region, nation, sub-continent, continent, world), with which literary histories are written and literary cartographies constituted ? What is the relevance of these geographical categories, and how are they often reallocated or realigned ? What worlds do these literatures simultaneously inhabit and create ?

By postulating the plurality of the literary geographies/cartographies to which many South Asian and African writers belong, we postulate that these situated practices are also worldly, and always already connected to wider “significant geographies”, whether real or imagined.

We mean to :
- Analyze the ways by which ideas or representations of what it is to be an “Indian”, “South Asian” or an “African” writer correspond to or contradict the writers’ own practices and representations ;
- Study the unpredictable networks (linguistic, imaginary, literary, etc.) and connections that writers and works of literature invent ;
- Reconsider the doxa on world literature today, with its binaries (centre/periphery, local/global, etc.) and hierarchies ;
- Invite papers on literatures that are generally disconnected from each other (Anglophone vs. Francophone literatures ; the so-called “vernacular” or regional languages of South Asia and Africa vs. literatures in French or in English, etc.)

We welcome papers on the following broad topics :
-  the geographical imagination of specific works, authors, languages, and traditions : what are their “significant geographies” ?
-  “India” and “Africa” as spatio-literary constructs
-  varieties of travel writing
-  the role of Indian/African critics in producing modern literary cartographies/ cosmogonies
-  multilingualism : do multilingual locals produce and inhabit different “significant geographies” ?
-  the way journals and magazines create literary geographies (through correspondence, book reviews, etc.)
-  institutions or networks : associations of writers

Confirmed Participants : Sara Marzagora, Karima Laachir, Xavier Garnier, Peter D. McDonald, Fatima Burney, July Blalack, Clarissa Vierke, Karin Barber, Mélanie Bourlet, Elara Bertho, Amatoritsero Ede, Soofia Siddique, Gisèle Sapiro, Tristan Leperlier, Francesca Orsini, Laetitia Zecchini

URL de référence : http://www.thalim.cnrs.fr/colloques-et-journees-d-etude/article/the-locations-of-world-literature-perspectives-from-africa-and-south-asia?id_evenement=2944#evenement_2944
(où l’on peut télécharger en pdf l’affiche, le programme et les résumés)

Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda

Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda de la fin du collège à l’université

Éditions Universitaires de Dijon – 234 p.
Format : 15 x 23 cm Parution : 2017 Collection : Sociétés
ISBN : 978-2-36441-217-0 ISSN : 1628-5409
Auteurs : Virginie Brinker

L’objectif d’Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda de la fin du collège à l’université est de présenter un bilan de la recherche où spécialistes, didacticiens, enseignants et artistes témoignent de leurs pratiques de classe, notamment en Histoire, et un questionnement didactique sur les intérêts et les difficultés de cet enseignement. Mais il s’agit surtout de proposer des supports et démarches pédagogiques en Histoire, en Lettres, en Histoire des arts et en Philosophie.
Cet ouvrage prend donc le parti de mener une réflexion transversale et pluridisciplinaire, assortie de propositions très concrètes pour mener cet apprentissage. Il met aussi en valeur des contributions habituellement peu éclairées : la réflexion d’artistes du point de vue de leurs interventions en milieu scolaire, celle de chercheurs du point de vue de leurs enseignements, et l’analyse des réactions, tant émotionnelles qu’intellectuelles, des principaux concernés, les élèves et étudiants.

URL de référence : http://eud.u-bourgogne.fr/pedagogie/534-enseigner-le-genocide-des-tutsi-au-rwanda-de-la-fin-du-college-a-luniversite-9782364412170.html.

AAC : Épopées et guerres coloniales : histoires connectées (Revue Recueil Ouvert)

Cette livraison de Recueil Ouvert (http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/) propose une recherche interdisciplinaire sur les emplois et les réemplois du genre épique liés aux guerres coloniales. Elle offre un espace de réflexion doublement comparatiste qui vise à penser les circulations entre les continents soumis à la colonisation européenne mais aussi les resémantisations de la guerre coloniale en contexte postcolonial.

Les trois axes de réflexion ci-dessous – non exclusifs et que les auteurs sont invités à croiser – dessinent une méthode globale visant à faire émerger une histoire comparée du fait épique entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique :

1. Épopée et guerres coloniales

Il s’agira de lier le genre de l’épopée et les mises en scène de la guerre coloniale à plusieurs titres. On considèrera des épopées soit qui traitent des guerres coloniales, récentes ou non, soit qui sont produites dans un contexte colonial et proposent une réflexion sur les enjeux qui lui sont propres. Le fait colonial sera donc envisagé soit comme thématique centrale des œuvres étudiées, soit comme cadre de production des récits, qui correspondent dès lors à la « pensée de la crise » développée par Florence Goyet (2006), où les récits pensent, sur le vif, les crises politiques, sociales, économiques du contemporain.
On élargira pour cela le choix des sources et des genres, en prenant acte des recherches récentes menées sur les « épopées dispersées » ou sur les circulations entre oral, écrit et nouveaux médias (cinéma, radio, télévision).
La guerre coloniale donne lieu dans l’épopée à plusieurs types de récits qui tous pourront être pris en compte dans cette analyse : les différents types de mises en scène de la bataille bien sûr, mais aussi les analyses du combat et de ses modalités, de la figure du combattant ou du leader charismatique, ou plus largement des représentations de la guerre de conquête au sens large, qui peut également prendre la forme d’expéditions ou de missions.

2. Resémantisation de l’épique en contexte colonial et postcolonial

Si la guerre coloniale peut être à la fois thème du récit et cadre de l’écriture, on cherchera à s’intéresser plus particulièrement à une situation qui lie ces deux aspects du « travail épique » : le moment où se produit une resémantisation de l’épopée à sujet colonial soit dans une autre situation de domination coloniale soit au contraire dans un contexte de décolonisation, éventuellement lié aux guerres d’indépendances (c’est-à-dire dans un contexte de redéfinition des identités ; Anderson, 1993).
En effet, la lutte créole contre la domination espagnole en Amérique latine reprend à son compte le personnage de l’indigène, non plus comme un ennemi ou comme un autre permettant de se définir mais comme un emblème d’une nouvelle identité en construction face à cet autre qu’est devenue la nation européenne. De même, les figures de la résistance africaine à la colonisation, si elles ont pu être diabolisées pendant la colonisation, sont en revanche devenues de véritables héros nationaux aux moments des indépendances.
Dans les deux cas, les mouvements indépendantistes ont à cœur de se réapproprier un personnel dramatique, des structures poétiques, des motifs, qui revêtaient un sens tout à fait différent dans leurs processus de création originels, et sont devenus le vecteur d’une nouvelle conscience politique dans leurs différents réemplois.
Il s’agit de donner sa pleine place à la réception dans la construction du sens d’un texte épique, y compris sur une période très longue. Ce travail réflexif permettra de réévaluer et de discriminer entre différentes interprétations, éventuellement contradictoires, d’une même œuvre en fonction du contexte dans lequel elles ont été formulées.

3. Comparaison et histoires connectées

En dernière instance, on souhaite faire émerger de ce travail collectif une proposition de comparaison entre les processus décrits précédemment en contexte colonial africain et américain. Il s’agira d’évaluer les circulations et les connections qui ont pu exister entre les discours en contexte transatlantique, entre l’Europe et l’Amérique d’une part et entre l’Afrique et l’Europe d’autre part, mais aussi de comparer directement le cas échéant les processus épiques entre l’Afrique et l’Amérique. Ainsi, on pourra prendre en compte les migrations de textes, de motifs, de figures, les réemplois, l’intertextualité, l’imitation, le pastiche dans des contextes épiques.
L’étude de ces « histoires » (Bertrand 2014 ; Douki et Minard 2007) ou « mondes connectés » (Subrahmanyan dans ses divers travaux, Gruzinski 2004) a pour objectif de décentrer le regard porté sur la guerre coloniale, décentrement dont l’épopée est souvent l’un des vecteurs.

Les articles de 45000 signes maximum seront à envoyer au plus tard le 1er septembre 2017 à elara.bertho@gmail.com et aude.plagnard@gmail.com.

URL de référence : http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/.

AAP : La revue culturelle dans le monde

 Colloque international

16-17 novembre 2017
Institut national d’histoire de l’art, Paris

La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Appel à propositions [relayé à partir de SOCIUS]

Date limite pour les propositions : 21 mai 2017
À l’adresse suivante : florence.duchemin-pelletier@inha.fr

De L’Abeille haytienne (Haïti, 1817) à The New Era (Sierra Leone, 1855), de la Revista de Antropofagia (Brésil, 1928), en passant par Black Orpheus (Nigeria, 1957) ou encore Hawar (Kurdistan, 1932) et Ngáy Nay (Viêt Nam, 1935), la revue a été et est devenue, en plusieurs lieux du monde, un support d’expression critique générateur de modernité. Elle met à l’épreuve des pratiques artistiques, littéraires et politiques singulières, et se décline à la fois en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune. Souvent éphémère, opérant par touches et essais, la revue a permis à des groupes d’artistes, d’intellectuels, de structurer leurs ressources propres, leur vocabulaire, de produire une archive de la pensée et d’élaborer un récit alternatif.

Le colloque La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours vise à accueillir des travaux dédiés à cet espace critique mondial, qu’il soit connecté ou pas, à un moment ou un autre de son histoire aux sphères artistiques et intellectuelles européennes ou marqué d’une volonté transnationale, et à sa généalogie. Ce colloque est une des manifestations du projet « Globalisation de l’art et périodiques culturels* » inauguré en 2016 à l’INHA, consacré à la valorisation des périodiques non-européens, en amont des empires coloniaux jusqu’à nos jours, tels qu’ils sont recensés et étudiés. Ce projet est constitué d’une base de données des revues en libre accès qui sera présentée à l’ouverture du colloque.
Il envisage les aires géographiques et culturelles sous l’angle de l’histoire de leur nomination et de leur distinction, mais aussi au travers des luttes communes, des cercles de sociabilités et des circulations esthétiques et conceptuelles qui les traversent. Son approche généalogique entend élargir le fait artistique à une histoire intellectuelle tout en dégageant la singularité de l’objet revue et des possibles qui s’y forment.
Nombre de revues ont disparu. Mais celles qui nous sont parvenues, ainsi que les nombreux projets de numérisation dont elles font actuellement l’objet, témoignent d’une activité éditoriale au service d’une pensée critique pratiquée à une échelle mondiale. Toutefois, les travaux consacrés à ces corpus ont peu de visibilité.
Ce colloque veut distinguer et valoriser les recherches sur ces objets pour l’étude historique et la compréhension des espaces géographiques et culturels convoqués, ainsi que leurs interrelations. Une place particulière sera accordée aux dynamiques contemporaines. Il a été précédé d’un cycle de journées d’études qui ont mis en valeur des travaux et des réflexions sur le sujet, autour de quatre temporalités, allant des révolutions de la fin du e siècle au présent postcolonial, en passant par la situation coloniale et les modernismes.

Continuer la lecture de AAP : La revue culturelle dans le monde

Œuvres complètes de David Jaomanoro

L’Equipe d’Accueil ECRITURES a le plaisir de vous annoncer la parution de

DAVID JAOMANORO

Œuvres complètes
Édition établie et présentée par Dominique Ranaivoson

Paris : éditions Sépia, 2017, 398 p. –
ISBN : 979-10-334-0125-4

ETUDES LITTÉRAIRES, CRITIQUES LITTÉRATURE OCÉAN INDIEN Madagascar Mayotte

David Jaomanoro (Madagascar 1953 – Mayotte 2014) a écrit toute son œuvre en français : poésie, théâtre, nouvelles. Encore en partie inédite ou difficile d’accès, la voici présentée dans cet ouvrage. Ces témoignages sur l’auteur et ces analyses sur ses textes permettront d’entrer dans cette œuvre simple, drôle, traversée par des personnages issus de régions et de milieux variés, qui est aussi le lieu d’expériences langagières étonnantes, de prises de position audacieuses et d’une réflexion subtile sur la situation sociale à Madagascar et à Mayotte.

La fabrique des classiques africains

La fabrique des classiques africains – Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone

Claire Ducournau

CNRS éditions
Date de publication :
30/03/2017 – 442 pages – 27,00 €
ISBN : 978-2-271-08158-2

Comment une œuvre littéraire accède-t-elle au rang de « classique » lorsque son auteur est issu d’Afrique subsaharienne francophone, l’une des zones les plus déshéritées du monde selon les standards culturels internationaux ? Si les noms de Léopold Sédar Senghor et d’Ahmadou Kourouma se sont imposés partout, pourquoi d’autres auteurs, portés au pinacle en Europe, restent-ils peu connus dans leurs pays d’origine, quand les textes d’Aminata Sow Fall et de Seydou Badian, étudiés et discutés au Sénégal et au Mali, ne le sont pas en France ?
Ce livre propose une histoire sociale collective de ces écrivains depuis 1960. Il distingue deux protagonistes majeurs : des intermédiaires culturels (organisateurs de festival, éditeurs, agents littéraires), souvent français, et des auteurs nés et socialisés en Afrique subsaharienne francophone, dont les trajectoires sont situées les unes par rapport aux autres dans un espace littéraire africain en recomposition.
Nourri de nombreux entretiens, fondé sur le dépouillement d’archives inédites et sur une étude statistique, cet ouvrage majeur décrit par quels mécanismes symboliques et matériels des écrivains originaires d’Afrique subsaharienne francophone sont devenus, sous différentes formes, des classiques africains.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, agrégée de lettres modernes, Claire Ducournau est docteure de l’École des hautes études en sciences sociales. Maîtresse de conférences dans le département de lettres modernes de l’université Paul-Valéry à Montpellier, elle mène ses recherches sur les productions littéraires africaines et leurs réceptions au XXe et au XXe siècles.

Table des matières

Introduction
Prologue : Littérature francophone contre littérature-monde en français

Première partie : Légitimer les auteurs issus d’Afrique
Chapitre premier : Deux vagues transnationales de reconnaissance des auteurs africains depuis 1960
Chapitre 2 : Un découvreur de talents néocolonial ? Le Grand Prix littéraire de l’Afrique noire à l’œuvre
Chapitre 3 : « Et l’Afrique ?… » Les écrivains d’origine africaine dans deux revues littéraires françaises

Deuxième partie : Accéder à la consécration littéraire
Chapitre 4 : Portrait de groupe
Chapitre 5 : De la vocation contrariée au statut de classique africain

Conclusion

Annexes

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7435-la-farique-des-classiques-africains.html

FabriqueDesClassiquesAfricainsMars2017