Archives de catégorie : News / Actualités

Art et postmémoire au Rwanda

https://www.facebook.com/ongcec/photos/gm.1702198760037454/1009995445747373/?type=3

Lectures, projections et table-ronde: écrire après – Art et postmémoire au Rwanda, 11/04/2016

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs, sous la direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, de créer des œuvres originales liées à la période après le génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Le projet Arts et postmémoire au Rwanda réunit une quinzaine d’artistes et d’auteurs qui font partie de la génération post génocide et qui ont voulu à partir d’archives s’exprimer artistiquement sur le sujet. Ce projet à pour but non pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes. La postmémoire désigne les différents effets produits par des événements traumatisants, non sur les victimes directes, mais sur les générations suivantes, qui n’en ont parfois jamais entendu parler. Cette conscience diffuse de ce qu’ont vécu les ascendants les conduit souvent à exprimer leur quête de sens dans des productions littéraires ou artistiques. En savoir plus : https://rwandaateliermemoire.wordpress.com/

URL de référence : https://cec-ong.org/2016/03/24/lectures-projections-et-table-ronde-ecrire-apres-art-et-postmemoire-au-rwanda-110416/

La violence des dominés

Alain Mabanckou https://www.ehess.fr/fr/conf%C3%A9rence/violence-domin%C3%A9s-alain-mabanckou-en-dialogue-avec-gis%C3%A8le-sapiro

La violence des dominés. Alain Mabanckou en dialogue avec Gisèle Sapiro

Centre européen de sociologie et de science politique – CESSP

Epouser le point de vue des dominés, des damnés de la terre, en faire jaillir la violence rentrée, grondante, explosive, tout en les regardant se heurter à leurs propres limites et à leur désillusions, l’œuvre d’Alain Mabanckou donne voix aux sans voix, nous donne à voir le monde par leurs yeux, non sans humour. Des orphelins comme le Grégoire Nakobomayo d’African Psycho qui rêve de devenir serial killer, ou comme Petit-Piment, le protagoniste de son dernier roman, tourmenté par le désir de revanche, des boit-sans-soif comme le narrateur de Verre Cassé, un porc-épic meurtrier, ces voix posent la question des conditions d’accès à la parole. Elles bousculent la syntaxe et la ponctuation, innervent le récit de la tradition orale du conte africain, de la fable, de la magie, le menant à des rebondissements inattendus, qui invitent, tout comme les références à la littérature moderne dont il est saturé, à la réflexivité.

Intervenants

  • Alain Mabanckou est l’auteur de nombreux ouvrages, traduits dans une douzaine de langues, dont African Psycho (Serpent à plumes, 2003), Verre Cassé (Seuil, 2005), Mémoires d’un porc-épic (Seuil, 2006 ; prix Renaudot) ; Lettre à Jimmy (Fayard, 2007) ; Petit Piment (Seuil, 2015). Professeur de littérature francophone à UCLA, il est invité cette année au Collège de France sur la chaire de création artistique.
  • Gisèle Sapiro est directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS. Elle a publié entre autres La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999, rééd. 2006), La Responsabilité de l’écrivain (Seuil, 2011) et Sociologie de la littérature (La Découverte, 2012).

Les Rendez-vous littéraires de l’EHESS, cycle Penser le monde, réfléchir l’écriture en partenariat avec la Maison de la poésie et le Labex TEPSIS.

Informations pratiques :

Date(s)

  • Lundi 14 mars 2016 – 19:00

Lieu(x)

URL de référence : https://www.ehess.fr/fr/conf%C3%A9rence/violence-domin%C3%A9s-alain-mabanckou-en-dialogue-avec-gis%C3%A8le-sapiro

La vraie vie de Domingos Xavier/A vida verdadeira de Domingos Xavier

Conférence de Daniel-Henri Pageaux sur le roman de Luandino Vieira La vraie vie de Domingos Xavier/A vida verdadeira de Domingos Xavier

Daniel-Henri Pageaux, Professeur émérite de l’Université Sorbonne Nouvelle, donnera une conférence sur la relation entre littérature et construction de la nation angolaise à partir de la lecture du roman d’un des plus grands auteurs angolais, Luandino Vieira, A vida verdadeira de Domingos Xavier (1961)/La vraie vie de Domingos Xavier. C’est à partir de ce texte, traduit en français pour Présence Africaine par Mário Pinto de Andrade que sa compagne, la cinéaste Sarah Maldoror, a réalisé l’excellent film Sambizanga (1972).
La conférence aura lieu à la Fondation Calouste Gulbenkian, lundi prochain, le 7 mars 2016, à 18h.
(adresse: 39, Bd de La Tour Maubourg, metro ligne 8, La Tour Maubourg, ligne 13, Invalides et RER C, Invalides)

Sony Labou Tansi aujourd’hui

Après-midi d’étude : Sony Labou Tansi aujourd’hui

Organisée par le CERIEL (U. de Strasbourg) et ouverte à tous

avec Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini à propos de leurs éditions de textes de Sony Labou Tansi, et la participation exceptionnelle du metteur en scène et dramaturge Dieudonné Niangouna

Vendredi 4 mars, 14 h

Salle 409 (Le Portique, Faculté des Lettres, 14 rue René Descartes, Strasbourg)

Sony Labou Tansi, Encre, sueur, salive et sang, avant-propos de Kossi Efoui, édition établie par Greta Rodriguez-Antoniotti, septembre 2015.

Né en 1947, mort prématurément à Brazzaville le 14 juin 1995, Sony Labou Tansi était une figure de proue de la jeune littérature africaine. Il a laissé derrière lui six romans – tous publiés au Seuil – ainsi que des pièces de théâtre, des poèmes, des essais critiques. Relus aujourd’hui, tous ces textes apparaissent d’une actualité plus que jamais brûlante. Lorsqu’il dénonce la « poudrière incontrôlée » qu’est devenue la planète, ou l’avènement du « grand marché de la misère et du dénuement », et son corollaire, la fabrique d' »un réservoir de terroristes et de désespérés », ses propos s’inscrivent dans l’ici et le maintenant. Debout et libre, Sony Labou Tansi se définissait comme un « proscrit idéologique ». Le vingtième anniversaire de sa disparition sera l’occasion, pour Le Seuil, de mettre en avant deux de ses romans majeurs – La vie et demie (1979) et L’anté-peuple (1983) – et de faire connaître le mouvement de sa pensée à travers un recueil de textes pour la plupart introuvables ou inédits, réunis par Greta Rodriguez, spécialiste de son oeuvre. Lire un extrait d’Encre, sueur, salive et sang (Seuil, 2015)

Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini (éd.), La Chair et l’idée, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2015.
Sony Labou Tansi, Poèmes, édition critique coordonnée par Claire Riffard et Nicolas Martin-Granel, en collaboration avec Céline Gahungu, éditions CNRS (1 200 pages).

A suivre en 2016, la collection Céytu

Relayée sur les réseaux sociaux où l’initiative est qualifiée de grande première, l’annonce de la naissance prochaine (mars 2016) d’une nouvelle collection : Céytu. Sous l’impulsion de Boubacar Boris Diop au Sénégal, et avec le soutien des éditions Zulma (Paris) et Mémoire d’encrier (Montréal), cette collection proposera des traductions en wolof d’oeuvres francophones.

CÉYTU, qui résulte « d’un travail d’équipe réparti sur trois continents, s’adresse à tous les locuteurs du wolof, avec une politique du prix adaptée à chaque territoire ». Il s’agit, comme le souligne Boubacar Boris Diop, d' »une innovation qui ne risque pas de passer inaperçue dans les semaines à venir » : traduire des chefs-d’œuvre de la littérature universelle, « y compris les livres de jeunesse, dans la langue de Serigne Moussa Kâ ».

CÉYTU, du nom du village du Baol « où est né et où est inhumé Cheikh Anta Diop ».

Page de la collection : http://www.ceytu.fr/

Les trois premiers titres à paraître en mars 2016 sont:

  • Mariama Bâ, Bataaxal bu gudde nii (Une si longue lettre)
    Traduit du français par Mame Younousse Dieng et Arame Fal
  • Jean-Marie Gustave Le Clezio, Baay sama, doomu Afrig (L’Africain)
    Traduit du français par Daouda Ndiaye
  • Aimé Césaire, Nawetu Deret (Une saison au Congo)
    Traduit du français par Boubacar Boris Diop

Lire le dossier de presse : http://www.ceytu.fr/datas/pdf/pdf-ext-143dp-ceytupdf.pdf

ECAS 2015 : Mobilisations collectives en Afrique – contestations, résistances et révoltes

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) a lieu à Paris du 8 au 10 Juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’École pratique des hautes études (EPHE).

Centre Sorbonne : 17, Rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Centre Panthéon : 12, place du Panthéon, 75231 Paris cedex 05.

Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

IMAF   LAMAEGIS

ECAS-6 a pour thème principal : Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes.

Consulter la liste des panels de Littérature : http://www.ecas2015.fr/fr/disciplines-2/?cat=28&nb_post.

Voir aussi ce billet.