Archives de catégorie : Appels à contributions

AAC/CFP Presse et littérature africaine(s) / African literature and the Press

Presse et littérature africaine(s)
Appel à communications

English version below

19 et 20 mars 2018 – Colloque – Université Paul Valéry – Montpellier 3 – RIRRA21

Propositions à envoyer à colloquepresseafricaine@gmail.com avant le 1er décembre 2017

Ce colloque invite à réfléchir sur les relations réciproques entre la presse et la littérature africaine(s) au xxe et au xxie siècles. Depuis les bulletins coloniaux jusqu’aux revues en ligne en passant par les magazines illustrés et les grands quotidiens créés après les indépendances, le périodique a constitué, pour les écrivains issus d’Afrique, un support de publication décisif. Les travaux d’histoires littéraire, sociale et culturelle ont mis ces dernières décennies en avant les multiples formes de croisements entre presse et littérature : sur le continent  africain, ils se sont cependant plus timidement étendus aux contextes francophones, en dépit de quelques études pionnières (Ricard, 1987 ; Lüsebrink 2003 ; Thérenty 2014 ; Jaji, 2014 ; Bosch-Santana, 2014 ; Peterson, Hunter et Newell, 2016). C’est dès la fin du xixe siècle que la presse publiée en Afrique a offert des lieux d’expression aux écrivain·e·s, importants en quantité, et souvent cruciaux au niveau de leur contenu et de leur réception, comme l’a notamment montré Hans-Jürgen Lüsebrink dans un ouvrage invitant à reconsidérer l’histoire littéraire africaine traditionnelle, en élargissant le corpus canonique de langue française. Stephanie Newell a théorisé ailleurs la souplesse et la créativité du travail des auteur·e·s et de leurs publics dans la presse produite en Afrique occidentale britannique entre 1880 et 1940. Au-delà de la période coloniale, quelles continuités et quelles discontinuités touchent la presse africaine jusqu’à aujourd’hui ?

Plus encore qu’à la présence des auteur·e·s africain·e·s dans une presse européenne généraliste, une attention particulière sera portée à leurs prises de parole dans des parutions affichant leur rattachement à l’Afrique, qu’elles soient produites sur le continent, qu’elles soient destinées à un public national, africain ou encore diasporique. Si les revues intellectuelles, sur le modèle de Présence africaine ou de Black Orpheus, ou le magazine Drum en Afrique du Sud, ont été bien étudiés désormais (Mudimbe, 1997; Helgesson, 2007 ; Frioux-Salgas, 2009; Arndt, 2016), les journaux (comme Dakar-matin, devenu Le Soleil) et les magazines, parfois de grande diffusion, à l’image de Bingo : l’illustré africain, Awa : la revue de la femme noire, Jeune Afrique, ou, en langue anglaise African Parade et Joe, ont en effet été beaucoup moins abordés sous l’angle de leurs interactions avec la production littéraire qui leur est contemporaine. Ce sont pourtant des espaces où se mettent en place des sociabilités, des débats, et des dynamiques d’hybridation avec la littérature, qu’elle soit écrite ou orale (Frère 1999).

Continuer la lecture de AAC/CFP Presse et littérature africaine(s) / African literature and the Press

AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Colloque international de Toamasina
Université de Lorraine (Metz) & Université de Toamasina (Madagascar)
6 et 7 septembre 2018
Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Calendrier :
– Juin 2017 : lancement de l’appel à communications
– 31 octobre 2017 : Fin de la réception des propositions
– 1er décembre 2017 : Avis aux participants

Chaque communauté, nationale en particulier, se constitue à partir d’une mémoire partagée (Renan, Thiesse) constituée par diverses instances, institutionnelles (histoire officielle) ou non (la tradition et ses réécritures), et parfois par les acteurs invividuels eux-mêmes (entretiens, mémoires, littérature). Cette construction mémorielle, qui peut prendre la forme d’une « fabrication des héros », peut varier au fil du temps et des lieux, en fonction du climat politique, ou encore de la réception ou non des œuvres.
Le colloque international de Toamasina se propose d’examiner ces processus à propos du cas de Jacques Rabemananjara (1913-2005), natif de cette région de la Côte Est de Madagascar, qui fut à partir de 1945 député, puis, après l’indépendance, ministre et maire de la ville. Cette carrière politique fut menée en parallèle avec un engagement poétique.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

AAC : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

Appel à communications : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

 Colloque à Rabat, les 9 et 10 novembre 2017. 

À l’initiative du Centre Jacques Berque, un groupe de chercheurs s’est réuni en octobre 2016 à Marrakech autour des manuscrits de l’Ouest saharien et de leur usage. L’objectif était de constituer un premier réseau de chercheurs et d’institutions, appelé à s’élargir, susceptible de faciliter les échanges scientifiques et la formation dans le cadre d’un programme à mettre en place sur plusieurs années. Dans cette perspective, le groupe a décidé d’organiser un premier colloque qui lancera le projet, sur une thématique assez large, pour rassembler des intervenants et poser les jalons de futures rencontres. L’IRHT (CNRS, Paris), la Chaire d’études africaines comparées de l’EGE et le CES (Centre des études sahariennes, Rabat) sont partenaires dans l’organisation de ce colloque.

Les chercheurs souhaitant participer au colloque sont priés d’envoyer :
une proposition (un titre et un texte entre 200 et 250 mots, 1000 et 1500 signes)
en français, en arabe ou en anglais
par message électronique portant la mention : Colloque manuscrits
adressé à : secretariat@cjb.ma
avant le 20 juillet 2017.

Un comité scientifique examinera les propositions. Les auteurs seront avisés fin juillet si leur contribution a été retenue. Les participants sont invités à proposer des communications inédites ; les meilleurs d’entre elles seront sélectionnées pour être publiées dans un numéro de revue.
Chaque participant s’assurera du financement de son séjour à Rabat pour le colloque ; les organisateurs et leurs partenaires apporteront, dans la mesure des moyens réunis, un soutien à ceux qui en feront la demande, particulièrement aux jeunes chercheurs.

Responsables : Sabrina Mervin (CJB) et Ismail Warscheid (CNRS/IRHT).

URL de référence

Télécharger l’appel à communications

Depuis le Moyen Âge tardif, les sociétés de l’aire sahélo-saharienne sont de grands producteurs et consommateurs de l’écrit. Dans une zone allant de la vallée du Sénégal aux montagnes du Hoggar et de l’Aïr, l’essor de l’érudition musulmane, en milieu sédentaire comme en milieu nomade, a pour conséquence la propagation massive d’« écritures ordinaires », selon l’expression de Roger Chartier, qui sont notamment liées à l’institution du notariat ; il s’agit d’un phénomène par ailleurs observable dans de nombreux contextes ruraux du monde arabo-musulman des temps modernes. De plus, l’acculturation à l’islam savant donne lieu à l’émergence progressive d’une riche tradition littéraire couvrant toutes les disciplines du savoir musulman ainsi que les belles-lettres (Rebstock, 2001; Hunwick, 2002; Stewart, 2016). Ce faisant, un commerce de livres florissant se développe à l’échelle transsaharienne qui étend ses réseaux du Caire et des villes du Maghreb jusqu’à la savane (Krätli/Lydon, 2011, Jeppie, 2011). Il a pour corollaire la multiplication de bibliothèques privées (khizāna, pl. khazāʾin) au sein desquelles les ouvrages classiques côtoient la production intellectuelle de l’époque (Touati/Belabid, 2017).
L’étude de ce phénomène est restée, pendant longtemps, relativement marginale dans la recherche africaniste, en particulier en France. Seules les collections de manuscrits de Tombouctou ont acquis une certaine visibilité sans pour autant faire l’objet d’un dépouillement scientifique systématique (Triaud, 2014). Néanmoins, depuis une vingtaine d’années, les projets de numérisation de manuscrits se multiplient, les éditions critiques se font de plus en plus nombreuses, une historiographie s’appuie sur des textes produits par des lettrés sahariens et des études de recueils de fatāwā démontrent l’importance de cette littérature pour écrire une histoire sociale et culturelle de l’espace saharien à partir de voix endogènes (Osswald, 1993 et 2016 ; Ould El-Bara, 1998 et 2009; Lydon, 2009; Hall, 2011; Warscheid, 2017).
Le colloque entend s’inscrire dans ce renouveau des études sur l’islam sahélo-saharien et ses fondements scripturaires en lançant un chantier aussi vaste qu’inexploré, à savoir celui d’une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans les zones désertiques de l’Ouest africain entre le XVIe et le début du XXe siècle. Pour ce faire, nous invitons des contributions s’articulant autour de quatre grands pôles thématiques qui visent à penser le livre manuscrit comme un objet social dont les formes et les manières d’appropriation ont été multiples.

Continuer la lecture de AAC : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

AAC : Épopées et guerres coloniales : histoires connectées (Revue Recueil Ouvert)

Cette livraison de Recueil Ouvert (http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/) propose une recherche interdisciplinaire sur les emplois et les réemplois du genre épique liés aux guerres coloniales. Elle offre un espace de réflexion doublement comparatiste qui vise à penser les circulations entre les continents soumis à la colonisation européenne mais aussi les resémantisations de la guerre coloniale en contexte postcolonial.

Les trois axes de réflexion ci-dessous – non exclusifs et que les auteurs sont invités à croiser – dessinent une méthode globale visant à faire émerger une histoire comparée du fait épique entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique :

1. Épopée et guerres coloniales

Il s’agira de lier le genre de l’épopée et les mises en scène de la guerre coloniale à plusieurs titres. On considèrera des épopées soit qui traitent des guerres coloniales, récentes ou non, soit qui sont produites dans un contexte colonial et proposent une réflexion sur les enjeux qui lui sont propres. Le fait colonial sera donc envisagé soit comme thématique centrale des œuvres étudiées, soit comme cadre de production des récits, qui correspondent dès lors à la « pensée de la crise » développée par Florence Goyet (2006), où les récits pensent, sur le vif, les crises politiques, sociales, économiques du contemporain.
On élargira pour cela le choix des sources et des genres, en prenant acte des recherches récentes menées sur les « épopées dispersées » ou sur les circulations entre oral, écrit et nouveaux médias (cinéma, radio, télévision).
La guerre coloniale donne lieu dans l’épopée à plusieurs types de récits qui tous pourront être pris en compte dans cette analyse : les différents types de mises en scène de la bataille bien sûr, mais aussi les analyses du combat et de ses modalités, de la figure du combattant ou du leader charismatique, ou plus largement des représentations de la guerre de conquête au sens large, qui peut également prendre la forme d’expéditions ou de missions.

2. Resémantisation de l’épique en contexte colonial et postcolonial

Si la guerre coloniale peut être à la fois thème du récit et cadre de l’écriture, on cherchera à s’intéresser plus particulièrement à une situation qui lie ces deux aspects du « travail épique » : le moment où se produit une resémantisation de l’épopée à sujet colonial soit dans une autre situation de domination coloniale soit au contraire dans un contexte de décolonisation, éventuellement lié aux guerres d’indépendances (c’est-à-dire dans un contexte de redéfinition des identités ; Anderson, 1993).
En effet, la lutte créole contre la domination espagnole en Amérique latine reprend à son compte le personnage de l’indigène, non plus comme un ennemi ou comme un autre permettant de se définir mais comme un emblème d’une nouvelle identité en construction face à cet autre qu’est devenue la nation européenne. De même, les figures de la résistance africaine à la colonisation, si elles ont pu être diabolisées pendant la colonisation, sont en revanche devenues de véritables héros nationaux aux moments des indépendances.
Dans les deux cas, les mouvements indépendantistes ont à cœur de se réapproprier un personnel dramatique, des structures poétiques, des motifs, qui revêtaient un sens tout à fait différent dans leurs processus de création originels, et sont devenus le vecteur d’une nouvelle conscience politique dans leurs différents réemplois.
Il s’agit de donner sa pleine place à la réception dans la construction du sens d’un texte épique, y compris sur une période très longue. Ce travail réflexif permettra de réévaluer et de discriminer entre différentes interprétations, éventuellement contradictoires, d’une même œuvre en fonction du contexte dans lequel elles ont été formulées.

3. Comparaison et histoires connectées

En dernière instance, on souhaite faire émerger de ce travail collectif une proposition de comparaison entre les processus décrits précédemment en contexte colonial africain et américain. Il s’agira d’évaluer les circulations et les connections qui ont pu exister entre les discours en contexte transatlantique, entre l’Europe et l’Amérique d’une part et entre l’Afrique et l’Europe d’autre part, mais aussi de comparer directement le cas échéant les processus épiques entre l’Afrique et l’Amérique. Ainsi, on pourra prendre en compte les migrations de textes, de motifs, de figures, les réemplois, l’intertextualité, l’imitation, le pastiche dans des contextes épiques.
L’étude de ces « histoires » (Bertrand 2014 ; Douki et Minard 2007) ou « mondes connectés » (Subrahmanyan dans ses divers travaux, Gruzinski 2004) a pour objectif de décentrer le regard porté sur la guerre coloniale, décentrement dont l’épopée est souvent l’un des vecteurs.

Les articles de 45000 signes maximum seront à envoyer au plus tard le 1er septembre 2017 à elara.bertho@gmail.com et aude.plagnard@gmail.com.

URL de référence : http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/.

AAP : La revue culturelle dans le monde

 Colloque international

16-17 novembre 2017
Institut national d’histoire de l’art, Paris

La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Appel à propositions [relayé à partir de SOCIUS]

Date limite pour les propositions : 21 mai 2017
À l’adresse suivante : florence.duchemin-pelletier@inha.fr

De L’Abeille haytienne (Haïti, 1817) à The New Era (Sierra Leone, 1855), de la Revista de Antropofagia (Brésil, 1928), en passant par Black Orpheus (Nigeria, 1957) ou encore Hawar (Kurdistan, 1932) et Ngáy Nay (Viêt Nam, 1935), la revue a été et est devenue, en plusieurs lieux du monde, un support d’expression critique générateur de modernité. Elle met à l’épreuve des pratiques artistiques, littéraires et politiques singulières, et se décline à la fois en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune. Souvent éphémère, opérant par touches et essais, la revue a permis à des groupes d’artistes, d’intellectuels, de structurer leurs ressources propres, leur vocabulaire, de produire une archive de la pensée et d’élaborer un récit alternatif.

Le colloque La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours vise à accueillir des travaux dédiés à cet espace critique mondial, qu’il soit connecté ou pas, à un moment ou un autre de son histoire aux sphères artistiques et intellectuelles européennes ou marqué d’une volonté transnationale, et à sa généalogie. Ce colloque est une des manifestations du projet « Globalisation de l’art et périodiques culturels* » inauguré en 2016 à l’INHA, consacré à la valorisation des périodiques non-européens, en amont des empires coloniaux jusqu’à nos jours, tels qu’ils sont recensés et étudiés. Ce projet est constitué d’une base de données des revues en libre accès qui sera présentée à l’ouverture du colloque.
Il envisage les aires géographiques et culturelles sous l’angle de l’histoire de leur nomination et de leur distinction, mais aussi au travers des luttes communes, des cercles de sociabilités et des circulations esthétiques et conceptuelles qui les traversent. Son approche généalogique entend élargir le fait artistique à une histoire intellectuelle tout en dégageant la singularité de l’objet revue et des possibles qui s’y forment.
Nombre de revues ont disparu. Mais celles qui nous sont parvenues, ainsi que les nombreux projets de numérisation dont elles font actuellement l’objet, témoignent d’une activité éditoriale au service d’une pensée critique pratiquée à une échelle mondiale. Toutefois, les travaux consacrés à ces corpus ont peu de visibilité.
Ce colloque veut distinguer et valoriser les recherches sur ces objets pour l’étude historique et la compréhension des espaces géographiques et culturels convoqués, ainsi que leurs interrelations. Une place particulière sera accordée aux dynamiques contemporaines. Il a été précédé d’un cycle de journées d’études qui ont mis en valeur des travaux et des réflexions sur le sujet, autour de quatre temporalités, allant des révolutions de la fin du e siècle au présent postcolonial, en passant par la situation coloniale et les modernismes.

Continuer la lecture de AAP : La revue culturelle dans le monde

AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits

Devenir écrivain – Appel à contribution

Revue Continents Manuscrits n°10, mars 2018.

Continents Manuscrits est une revue semestrielle dont la vocation est de publier les travaux de recherche portant sur les manuscrits littéraires des Suds (Afrique, Caraïbe et diasporas africaines et caribéennes dans le monde, dans une perspective francophone et multilingue) et de faire le point sur l’actualité de ces recherches en France et à l’étranger.
Largement ouverte à la recherche internationale, aux doctorants et jeunes chercheurs comme aux chercheurs confirmés, la revue accueille les travaux en langue française, anglaise et espagnole, après avis en « double aveugle » d’un comité scientifique constitué d’experts internationaux.
https://coma.revues.org/

Argumentaire

Dans le champ des études francophones, si essais, thèses et articles consacrent parfois quelques pages aux premiers pas littéraires des écrivains, il n’existe aucune recherche systématique sur leur entrée en littérature. Ce numéro de Continents Manuscrits a l’ambition de s’intéresser aux écrivains en devenir qui cheminent entre vocation et apprentissage, aspirations artistiques et contraintes du métier.

Les brouillons sont le lieu d’une formation : l’apprenti y invente son style, fabrique intrigues et personnages, opère des choix, bifurque et crée sa poétique. Un univers littéraire naît et se transforme, manifestant la lucidité de l’écrivain en mesure de distinguer ses réussites de ses échecs. Ce dossier s’ouvrira à d’autres approches théoriques que la génétique, notamment celles fondées sur le concept de scénographie (José-Luis Diaz). Le devenir‑écrivain ne se mesure pas uniquement à l’aune des balbutiements de la création littéraire ; il est perceptible dans l’« écrivain imaginaire » (José‑Luis Diaz 2007 : 18) dont la silhouette se dessine peu à peu dans les écrits. Cette double genèse de soi et de l’œuvre transparaît dans les brouillons eux‑mêmes : les signatures, « rêve[s] graphique[s] de l’écrivain en devenir » (Yvan Leclerc 2002 : 10), les pseudonymes et les préfaces matérialisent une intense autoréflexivité et sont les coulisses où se compose le personnage d’écrivain. La correspondance joue aussi un rôle important ; les lettres, qui évoquent pêle‑mêle projets, ambitions et naufrages, sont un miroir où l’épistolier se contemple en train d’écrire, commente sa pratique et prend la pose.

La gestation de l’écrivain et de son œuvre est au carrefour de multiples débats, raison pour laquelle notre numéro s’ouvrira également à des démarches attentives aux problématiques linguistiques et institutionnelles. L’analyse des processus sous-jacents à la création peut révéler un rapport complexe aux normes linguistiques « représentée[s] par Paris » (Georges‑André Vachon 1968 : 118). De même, l’écriture et les représentations de l’activité scripturaire sont susceptibles de se modifier dès lors qu’un nouvel acteur entre en jeu : l’éditeur, véritable « coproducteur » du texte (Jean-Pierre Orban 2015 : 27). Cette réalité de la professionnalisation s’impose à tous les écrivains, mais prend une nouvelle dimension lorsqu’il s’agit de novices inscrits dans les rapports centre/périphérie. Au fil des réécritures, des ajouts et des suppressions, les textes témoignent de cette réalité et de la nécessité, dans certains cas, de penser une « stratégie d’émergence » (Pierre Halen, 2001).

Continuer la lecture de AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits

CFP: Afropeans conference: European cityscapes and peripheries in African (diasporic) literatures

Session call for papers: Afropeans biennial network conference, University of Tampere, Finland, 6-8 July 2017

Session 28: URBAN CULTURE – RURAL PAROCHIALISM? EUROPEAN CITYSCAPES AND PERIPHERIES IN AFRICAN (DIASPORIC) LITERATURES
Organisers: Janine Hauthal, Vrije Universiteit Brussel & Anna-Leena Toivanen, University of Eastern Finland

European cities frequently figure in African (diasporic) fiction. With their landmarks and suburbs, former colonial metropolitan centres serve as settings in narratives exploring a variety of African diasporic experiences in Europe and contribute to the project of rewriting the continent from a new perspective. While London and Paris are the most popular and most studied loci, other places on the continent have also found their way into African (diasporic) writing as Afroeuropean mobilities keep diversifying.

This session invites contributions that address the question of how different urban and non-urban European spaces have been represented in African (diasporic) fiction. We are particularly interested in papers analysing fictional texts set elsewhere in Europe than the traditional post/colonial metropolitan centres. Such less studied locations may include, for instance, provincial cities; cities in countries with no direct involvement in colonialism; rural areas; or places situated on the fringes of the continent (islands, enclaves, etc.) – in short, locations that easily come across as peripheral and non-cosmopolitan from a (post/colonial) metropolitan perspective. We also welcome papers adopting a comparative approach to African (diasporic) narratives of different European central and/or peripheral locations.

Deadline for online submissions is 24 February 2017.

Link to session description and online submission: http://www.uta.fi/yky/en/6thafroeuropeans/callforpapers.html