Archives de catégorie : Billets

Conférence Eurídice Monteiro

Bibliothèque Gulbenkian Paris, le lundi 27 février, 18h30

Littérature du Cap-Vert
Lundi 27 février, de 18h30 à 20h à la Fondation Calouste Gulbenkian
39, Bd de La Tour Maubourg, 75007 Paris
 
 Conférence Les deux mains d’Eurydice, autour du roman A ponte de Kayetona et des questions de genre au Cap-Vert
par Eurídice Monteiro, écrivaine et socio-politiste, 
 
Cette conférence s’intègre dans le cadre du «Cycle d’études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone», organisé par Maria-Benedita Basto et Agnès Levécot.

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor – A podcaster

Etienne Minoungou (comédien, fondateur du festival Les Récréâtrales) lit Léopold Sédar Senghor commenté par Xavier Garnier (Professeur à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) avec l’accompagnement musical de Simon Winsé (musicien multi-instrumentiste).

Organisé par Adèle Payen de la Garanderie et Guillaume Frecaut , La Voix d’un texte est la rencontre, une fois par mois, d’un comédien et d’un professeur autour des textes d’un grand auteur de la littérature française : cette lecture commentée se propose de mettre en lumière l’attitude et la voix qui portent le texte.

« C’est un train en perdition dans la nuit
Et que guettent jalousement les requins des abîmes. »

A PODCASTER ICI : http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=2833

Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi

DEVENIR ÉCRIVAIN, DEVENIR SONY LABOU TANSI (1967-1975)

La prochaine séance du séminaire 2016-2017 de l’équipe « manuscrit francophone » (ITEM-CNRS) aura lieu :
vendredi 20 janvier, de 14h30 à 16h30,
Salle de réunion Pasteur, 1er étage, Pavillon Pasteur
45, rue d’Ulm, 75005 PARIS

Intervention de Céline Gahungu :
Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi (1967-1975)
Cette communication sera consacrée à l’entrée en littérature de Sony Labou Tansi au tournant des années soixante. Au fil des manuscrits, tapuscrits et lettres s’esquisse le portrait d’un auteur en formation, fermement décidé à se lancer dans l’aventure de l’écriture. Au cours de ces huit années fondatrices, construire son identité littéraire, fabriquer un univers et professionnaliser son écriture sont les tâches auxquelles s’attelle l’apprenti écrivain.

Cette séance est ouverte à tous.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/index.php?id=484279

Manifeste d’une nouvelle littérature africaine (réédition)

nganangPatrice NGANANG, Manifeste d’une nouvelle littérature africaine – Pour une écriture préemptive (2007) suivi de Nou (2013)
Préface de Daniel Delas 227 pages Presses Universitaires de Limoges
ISBN 978-2-84287-722-4 / 22 €

« On ne peut plus écrire aujourd’hui en Afrique, comme si le génocide de 1994 au Rwanda n’avait jamais eu lieu. Ce génocide n’est pas seulement  la culmination sur le continent africain du temps de la violence. Il est aussi le symbole d’une idée qui désormais fait corps avec la terre africaine : l’extermination de masse perpétrée par des Africains sur des Africains ».

Écrire, ce n’est pas seulement raconter des histoires. C’est aussi inscrire ses mots dans la profondeur autant d’une terre que d’un rêve. C’est aussi bien saisir les racines de l’océan que titiller les dieux. Bref, c’est risquer sa vie. Or, si la génération d’auteurs africains d’aujourd’hui est née indépendante, elle a grandi avec les génocides, les violences, les dictatures, le chaos et l’exil.

Il s’agit donc pour nous moins d’inventer un style juste pour dire la tragédie de notre continent que de créer un style d’écriture qui rende cette tragédie dorénavant impossible : c’est ce style d’écriture que nous appelons « écriture préemptive ». Parce que le concept de préemption est usé par le politique, aujourd’hui, nous réclamons le droit de le redéfinir à notre guise ; en l’inscrivant dans les logiques tourbillonnantes et parfois si affreuses de l’histoire africaine, et en lui insufflant la vision qui est la nôtre : celle d’un écrivain originaire d’Afrique. »

manifeste-dune-nouvelle-litterature-africaine

http://www.pulim.unilim.fr/

African Theatre 15: China, India & the Eastern World

 African Theatre 15: China, India & the Eastern World
African Theatre 15: China, India & the Eastern World

Edited by Martin Banham, James Gibbs, Femi Osofisan

ISBN: 9781847011466 November 2016, 264 pages
Extends the study of China’s « soft power » into theatre studies and looks more widely at syncretic traditions evolving in other long-term historic exchanges between Asia and Africa.

China is the main focus of this volume, and articles consider the way it is using « soft power » in its extensive engagement with South Africa, and, through its support for theatre festivals, with Lusophone countries in Africa. China’s involvement with the construction of theatres, opera houses and cultural facilities as part of its foreign aid programmes in such countries as Algeria, Cameroon, Mauritius, Ghana and Senegal, provides the background to the playscript from this volume, Blickakte (Acts of Viewing) by Daniel Schauf, Philipp Scholtysik & Jonas Alsleben, that explores Chinese impact in Somalia.
Issues also emerge around what China is « importing » culturally from Africa. In 2012, Soyinka’s The Lion & the Jewel was produced there, and a season of Fugard’s work was enjoyed in Beijing during 2014. During 2016 Brett Bailey’s Macbeth Opera will be performed in Macao.

In recent years courses in African theatre have been started in Beijing by Biodun Jeyifo, and also taught by Femi Osofisan whose well-known Esu and the Vagabond Minstrels and Once Upon Four Robbers have been translated into Mandarin, along with Soyinka’s The Lion & the Jewel. The volume also includes contributions on exchanges between other Asian countries and Africa such as articles on the production of African plays in Bangladesh and on the persistence of African performance traditions among African migrants in India. Attention is paid to the syncretic theatre traditions that have evolved wherever African and Asian populations have been in close and extended contact, as in Mauritius and Durban. Unusual exchanges and globalized theatre surfaces in the course of the volume. For example, while the Guangdong Provincial Puppet Art Theatre Group performed at the 41st Grahamstown Festival (2015), Chinese puppeteers are being trained to manipulate the War Horse for a Beijing production.

Volume Editors: JAMES GIBBS & FEMI OSOFISAN
FEMI OSOFISAN Thalia Laureate of the International Association of Theatre Critics 2016

Series Editors: Martin Banham, Emeritus Professor of Drama & Theatre Studies, University of Leeds; James Gibbs, Senior Visiting Research Fellow, University of the West of England; Femi Osofisan, Professor of Drama, University of Ibadan; Jane Plastow, Professor of African Theatre, University of Leeds; Yvette Hutchison, Associate Professor, Department of Theatre & Performance Studies, University of Warwick.

URL: https://boydellandbrewer.com/african-theatre-15-china-india-amp-the-eastern-world-hb.html

Williams Sassine. Itinéraires d’un indigné guinéen

http://www.karthala.com/3124-4095-large/williams-sassine-itineraires-d-un-indigne-guineen.jpg
http://www.karthala.com/3124-4095-large/williams-sassine-itineraires-d-un-indigne-guineen.jpg

Elisabeth Degon, Williams Sassine. Itinéraires d’un indigné guinéen

Parution aux éditions Karthala, le 09/12/2016 – ISBN 9782811117610

Écrivain discret aux multiples facettes, Williams Sassine (1944-1997) a laissé dans la littérature africaine de langue française une empreinte profonde qu’il est temps de redécouvrir. Né d’un père libanais et d’une mère guinéenne, il a parcouru de nombreux pays où il a exercé principalement le métier d’enseignant.
Marginal en tous lieux, en tant que métis d’éducation chrétienne et musulmane, il a, très tôt, ressenti sa différence.

S’il est célèbre surtout pour ses romans – Saint Monsieur Baly, Le Jeune homme de sable, Wirriyamu, Le Zéhéros n’est pas n’importe qui –, en Guinée, sa réputation repose principalement sur la Chronique assassine qu’il faisait paraître à Conakry dans l’hebdomadaire satirique Le Lynx.

Une quête documentaire passionnée a conduit l’auteure de la présente biographie à rechercher en France et en Afrique (Guinée, Gabon, Mauritanie) les témoignages de sa famille, de sa vie d’enseignant, d’écrivain et de journaliste. Il lui a fallu fouiller dans les bibliothèques et dans les archives. Elle a également réalisé une série d’entretiens émouvants avec ses proches, qu’elle a retrouvés progressivement. Elle a ainsi pu consulter ses textes et correspondances, rouvrir des cantines endormies, écouter des émissions littéraires auxquelles Sassine a participé en France et en Belgique, des enregistrements radiophoniques conservés par la famille ou à l’INA. Telle est la documentation sur laquelle repose cet ouvrage.

Une bibliographie aussi exhaustive que possible et une chronologie détaillée complètent ce parcours d’un des écrivains les plus originaux de sa génération.

Elisabeth Degon est conservateur en chef honoraire des bibliothèques. Après une carrière dans les bibliothèques publiques, aussi bien en France qu’en Guinée, elle a décidé de se consacrer à la rédaction d’une biographie de l’écrivain guinéen Williams Sassine, qu’elle a rencontré rapidement à Conakry, peu avant sa mort.

URL de référence : http://www.karthala.com/lettres-du-sud/3124-williams-sassine-itineraires-d-un-indigne-guineen-9782811117610.html

Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

arton1694-124b2Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

Auteur : Marjolaine UNTER ECKER

Presses Universitaires du Midi, collection Lettres et culture (dir. Olivier Guerrier et Philippe Ortel)

N° ISBN : 978-2-8107-0428-6
PRIX : 18.00 €
Format et nombre de pages : 14 x 19 cm – 190 p.

Dans plusieurs de ses œuvres, romans, nouvelles et écrits pour la scène, Léonora Miano interroge l’identité frontalière en donnant à lire les parcours divers de ses personnages afro-descendants qui vivent en Europe, principalement en France et à Paris.

Cet ouvrage se propose d’étudier comment s’écrit et comment se vit de l’intérieur cette identité qui naît et qui s’épanouit à la frontière de deux continents aux rapports complexes. L’apparence ou « l’identité physique » des personnages, qui se meuvent dans les décors urbains, cherche à se définir dans une société qui ne leur propose pas de modèles auxquels se référer. Leur « identité intime », qui est individuelle, se construit à partir de leur parcours existentiel et se déploie dans leurs relations à autrui. Enfin, « l’identité historique » de l’afrodescendant naît de son rapport à la mémoire du passé, de l’organisation du monde et de l’humanité.

Par ces trois figurations de l’identité, entremêlées les unes aux autres dans les récits de Léonora Miano, les personnages clament l’existence d’une identité nouvelle : celle d’être afropéens.

Marjolaine Unter Ecker a suivi ses études à l’université Toulouse – Jean-Jaurès. Elle est titulaire d’une licence de lettres modernes, d’un master II « métiers de la recherche » mention « lettres » et d’un CAPES de lettres modernes. Actuellement enseignante dans le secondaire, elle prépare une thèse.

Année : 2016
Réf. : LEC 01

URL de référence : http://pum.univ-tlse2.fr/~Questions-identitaires-dans-les~.html, où l’on trouvera à lire l’Introduction et la Table des matières de l’ouvrage.