Conférence Eurídice Monteiro

Bibliothèque Gulbenkian Paris, le lundi 27 février, 18h30

Littérature du Cap-Vert
Lundi 27 février, de 18h30 à 20h à la Fondation Calouste Gulbenkian
39, Bd de La Tour Maubourg, 75007 Paris
 
 Conférence Les deux mains d’Eurydice, autour du roman A ponte de Kayetona et des questions de genre au Cap-Vert
par Eurídice Monteiro, écrivaine et socio-politiste, 
 
Cette conférence s’intègre dans le cadre du «Cycle d’études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone», organisé par Maria-Benedita Basto et Agnès Levécot.

Nathacha Appanah. Par Daniel Delas

Mon enfant, ma sœur / Songe à la douceur / D’aller là-bas vivre ensemble…

Là-bas c’est le lieu enchanté dont rêvent les personnages des romans de Nathacha Appanah, les pauvres Indiens engagés pour remplacer les esclaves noirs de l’île Maurice, la jeune fille de basse caste rêvant des promesses de mariage d’un riche héritier brahmane, les enfants fugueurs « impatients d’échapper à la gravité de leurs destins », les femmes exilées en quête du bonheur d’aimer et, enfin, dans son dernier roman, les deux adolescents rivaux de Mayotte.
Le premier roman de Nathacha Appanah a un fort caractère historique, nourri d’une documentation précise. Il relate avec beaucoup de réalisme comment les Indiens pauvres de l’intérieur de la péninsule indienne dont la vie est certes très rude quoiqu’un peu adoucie par la solidarité communautaire sont attirés par  la rumeur chuchotant qu’à Maurice, il suffit de soulever les rochers pour trouver de l’or. Alors ils vont voir le recruteur (le maistry), signent d’une croix un contrat qu’ils ne comprennent pas et les voilà embarqués vers un eldorado qui s’avèrera un enfer esclavagiste. Quoiqu’il soit parasité dans sa construction par des épisodes trop sensationnalistes comme le journal du médecin anglais fou, le roman vaut pour une juste appréhension de l’éthos de ces hommes qui n’ont pas de voix ni même de sentiments propres :

Das était un enfant des rues. Sa mère avait accouché de lui dans un caniveau et c’est là qu’il avait grandi. Parmi d’autres enfants nés dans le caniveau. (…) Il n’avait rien connu d’autre, il ne pouvait pas dire qu’il avait été malheureux. Il ne pouvait pas dire non plus qu’il avait été heureux – d’ailleurs, il n’arrivait pas à se faire une idée juste de ce que voulait dire ce mot.
Heureux.

La suite de l’œuvre romanesque marque une inflexion notable. Mettant en sourdine cette dimension socio-historique, la romancière indo-mauricienne va adopter un centrage, faut-il dire plus psychologique ? disons plutôt plus affectif. Réduits à leur intrigue, certains romans sembleraient se ramener à des harlequinades sentimentales – dans Blue Bay Palace par exemple un homme séduit une jeune fille pauvre sans lui dire qu’il va bientôt se marier avec une riche héritière choisie par la famille. Mais ce serait faire fausse route que d’analyser ainsi pareille oeuvre et d’ailleurs, à ce compte, Madame Bovary ne serait qu’un roman-feuilleton alors qu’on s’accorde à y voir une forte peinture de la société de son temps et des illusions sentimentales qu’elle génère. Ce qui interpelle Nathacha Appanah, c’est la nature du lien entre les êtres, compte tenu de la société inégalitaire du monde mauricien. Parti pris des êtres compte tenu du social, pourrait-on dire en parodiant Ponge.
L’ampleur de cette vision du monde de Nathacha Appanah ne va pleinement se développer que par l’entremise du double telle qu’elle va s’épanouir dans Le dernier des frères et Tropique de la violence. Qu’ils narrent une histoire collective comme sa première fresque historique ou une aventure individuelle comme celle de la jeune fille abusée de Blue Bay Palace, ses précédents romans avaient laissé chacun enfermé dans son corps et son esprit individuel.

Continuer la lecture de Nathacha Appanah. Par Daniel Delas

Théo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi…

9782343109268fThéo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi… Lecture de Le soleil sans se brûler de Théo Ananissoh. Un livre de Bernard MOURALIS.

Préface par Daniel-Henri Pageaux, Paris, L’Harmattan, coll. Classiques pour demain, 2017, 212 p. ISBN : 978-2-343-10926-8

Dans ce livre, Bernard Mouralis retrace l’histoire et les conséquences d’une lecture : celle qu’il fit du roman de Théo Ananissoh, Le soleil sans se brûler (2015), qui relate la rencontre d’un étudiant et de son ancien professeur d’université, Améla. Ce roman a fait surgir, chez Bernard Mouralis, « des interrogations et des problématiques enfouies depuis longtemps » dans sa « mémoire » et dans sa « conscience ». Ce sont ces résonances que le présent essai se propose d’examiner autour de trois pôles : la destinée littéraire d’un écrivain au centre du dialogue ; la relation entre maître et disciple ; et le parcours d’Améla, dont Bernard Mouralis fut le collègue et l’ami.

Télécharger la présentation, la table des matières et un bon de commande : theo-ananissoh

URL de référence : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=52548

MàJ 25/03/2017 : Bernard Mouralis parle de son livre dans une vidéo en ligne :

Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc. Par Daniel Delas

toubabesseLouis-Ferdinand Despreez, La toubabesse, roman, éditions de la Différence, 2016, 288 p.

Les griots maliens, noblement drapés dans leurs grands boubous bleus ne rigolent guère et sont bien entendu d’un beau noir d’encre. Louis-Ferdinand Despreez est certes africain mais il est tout ce qu’il y a de plus blanc, descendant des huguenots français venus s’installer via Amsterdam dans la région du Cap en 1688, après la révocation de l’édit de Nantes. Au fil d’une vie aventureuse et engagée aux côtés des militants anti-apartheid de l’ANC, il a été « le Blanc personnel de quelques grottos noirs » (p.13), mi-barbouze mi-homme de confiance. C’est de cette expérience sur laquelle il reste très discret que sort ce récit qu’il désire mener comme « un griot blanc », un peu comme un pahouin albinos, assis sous le ventilateur de mon apatam, jamais pressé », nous prévenant qu’il lui arrivera donc « de digresser, souvent même » (p. 22-23).
Et franchement il est bon, ce griot blanc ! Il nous fait énormément rire, non tant par les péripéties politiques de la « tragédie comique en quinze actes » qu’il raconte et qui ne sont qu’à moitié drôles (crimes, corruption, cynisme, etc.) que par la manière désopilante de parler-écrire tout ça. Ce toubab sudaf maîtrise de manière étonnante le génie du français populaire ouest-africain, pas seulement par son vocabulaire mais aussi par son art de mener la phrase à saut et rebondissement. Par exemple dans ce portrait d’un chauffeur :

Le chauffeur obédient, donc, qui peinait à soulever sa valise avec ses doigts décharnés et crochus, la conduisit dans ses appartements, comme il disait d’un air important qui lui remplissait la bouche où il y avait beaucoup de place libre vu qu’il n’y restait que deux incisives jaunies par le tabac de traite, le gros noir en carottes acheté chez le bana-bana du carrefour au quartier ou le Libanais dans le centre-ville, près de la paierie des anciens combattants de quatorze et quarante. (p.84)

Phrase qui comme beaucoup d’autres rebondit de marche en marche, sans vous laisser le temps de reprendre souffle. Comique – on le voit et on l’entend – moins érudit que celui du Kourouma d’Allah n’est pas obligé qui ne se sépare jamais de ses gros dictionnaires mais nourri du même amour de la parlure « authentique ». Authentique quoiqu’inventée  comme l’a martelé l’autre Louis-Ferdinand, qui est évidemment le parrain littéraire de notre griot sud-africain francophone.

Continuer la lecture de Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc. Par Daniel Delas

Semaine des Afriques à Bordeaux (23-29 janvier 2017)

Vendredi 27 janvier 2017

Théâtre : Debout-payé // Molière Scène d’Aquitaine

18h30 – OARA (Bordeaux)

En sortie de résidence, les comédiens Limengo Benano-Melly et Kokou Namo Ehah, de la Cie Yakka, mettent en scène et interprètent l’excellent roman de l’auteur franco-ivoirien Gauz (un partenariat MC2a avec le soutien de l’OARA Nouvelle-Aquitaine).
En savoir plus

Samedi 28 janvier 2017

Théâtre de rue : Souk, une autre histoire du Maghreb

9h-12h – Marché des Capucins (Bordeaux)

La Cie Uz et Coutumes propose un théâtre d’étalage dans les bruits de la ville. Lecture déambulée du texte du poète algérien Ismaïl Aït Djafer : La complainte des mendiants arabes de la Casbah et de la petite Yasmina tuée par son père.
En savoir plus

Sieste littéraire congolaise

14h30 – Médiathèque Jacques Ellul (Pessac)

Écoutez, confortablement installé.es dans un transat, des extraits de littérature congolaise entrecoupés d’écoutes musicales. Un partenariat Cœur Soleil, Radsi, Ville de Pessac, Comité de lecture nord-sud Pessac-Kinshasa.
En savoir plus

Débats et performances : Langues, théâtre et résistances

15h – OARA (Bordeaux)

La langue, la littérature, la dramaturgie, sont des outils de résistance dont s’emparent acteurs, auteurs et créateurs des diasporas africaines. Face aux dérives dictatoriales, aux maux contemporains, l’artiste oppose par son verbe et ses spectacles élaborés en exil, le témoignage et l’expression de phénomènes de résistances.

15h : Introduction « Libération de la parole et révolution des possibles » par Kangni Alem, écrivain et metteur en scène togolais.
16h : Table-ronde « Langues, Théâtres et Résistances » avec Dalila Boitaud, Maëline Le Lay, Namo Ehah, Malick Gaye et Koffi Kwahulé. Modérateur : Kangni Alem.
18h : Performances par KUDZO DO TOBIAS : L’apprentissage de la mémoire.
18h30 : Pot offert par l’OARA.

En savoir plus

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor – A podcaster

Etienne Minoungou (comédien, fondateur du festival Les Récréâtrales) lit Léopold Sédar Senghor commenté par Xavier Garnier (Professeur à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) avec l’accompagnement musical de Simon Winsé (musicien multi-instrumentiste).

Organisé par Adèle Payen de la Garanderie et Guillaume Frecaut , La Voix d’un texte est la rencontre, une fois par mois, d’un comédien et d’un professeur autour des textes d’un grand auteur de la littérature française : cette lecture commentée se propose de mettre en lumière l’attitude et la voix qui portent le texte.

« C’est un train en perdition dans la nuit
Et que guettent jalousement les requins des abîmes. »

A PODCASTER ICI : http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=2833

Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi

DEVENIR ÉCRIVAIN, DEVENIR SONY LABOU TANSI (1967-1975)

La prochaine séance du séminaire 2016-2017 de l’équipe « manuscrit francophone » (ITEM-CNRS) aura lieu :
vendredi 20 janvier, de 14h30 à 16h30,
Salle de réunion Pasteur, 1er étage, Pavillon Pasteur
45, rue d’Ulm, 75005 PARIS

Intervention de Céline Gahungu :
Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi (1967-1975)
Cette communication sera consacrée à l’entrée en littérature de Sony Labou Tansi au tournant des années soixante. Au fil des manuscrits, tapuscrits et lettres s’esquisse le portrait d’un auteur en formation, fermement décidé à se lancer dans l’aventure de l’écriture. Au cours de ces huit années fondatrices, construire son identité littéraire, fabriquer un univers et professionnaliser son écriture sont les tâches auxquelles s’attelle l’apprenti écrivain.

Cette séance est ouverte à tous.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/index.php?id=484279

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)