Salon du livre d’art des Afriques

// SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES // 18-21 OCTOBRE 2017

Pendant la Fiac, du 18 au 21 octobre 2017  La Colonie, lieu de partage des savoirs créé par Kader Attia, en collaboration avec la revue d’art Afrikadaa et l’African Art Book Fair accueillent la première édition du Salon du livre d’art des Afriques avec une large sélection d’éditeurs indépendants internationaux et d’artistes venus de pays différents, garantissant ainsi une diversité des pratiques éditoriales actuelles. Au programme : des éditeurs indépendants, un lieu de débats et d’échanges autour de panels de discussion, une carte blanche à la maison d’édition Présence Africaine (URPA), un espace d’exposition,  et des performances. 

LES RENDEZ-VOUS QUOTIDIENS:
Ouverture du salon du livre d’art des Afriques : Du 18 au 21 octobre 2017
Lieu : La Colonie 128 rue  La Fayette 75010 PARIS
Horaires : de 10h30 à 18h30
Vernissage : le mercredi 18 octobre à 17h
Carte blanche Présence Africaine (URPA ): samedi 21 et  dimanche 22 de 10H30 à 18H30
Finissage: samedi 21 octobre de 21h à 2h soirée de clôture du Salon.
Performances : tous les jours à partir de 19h
Soirées DJ : tous les jours de 21h à 2h

LE SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES

Le salon du livre d’art des Afriques est un espace dédié aux publications qui entend offrir un panorama des pratiques éditoriales contemporaines les plus engagées dans la production de publications qualitatives et esthétiques sur des sujets dont la pertinence de l’offre est en relation avec l’état actuel du monde. Ce rendez-vous culturel convivial est un moment de découvertes et d’échanges réunissant éditeurs indépendants, artistes, collectionneurs et grand public. Le salon du livre d’art des Afriques est une occasion unique pour le public de découvrir la richesse et la diversité de la programmation des publications d’art, revues, fanzines provenant des Afriques à La Colonie lieux accessibles à tous et ouverts aux dialogues. Cette première édition propose un focus sur la thématique des artistes qui travaillent le livre comme médium. Cet évènement offre aussi aux éditeurs indépendantsune plateforme de rencontre entre les artistes, les professionnels du monde de l’art et le public, afin de favoriser des échanges ainsi que la circulation des savoirs dans une optique de contextualisation des oeuvres et des artistes des Afriques. La dénomination du vocable  les Afriques  est  ici définie d’une manière protéiforme et métaphorique.

Véritable projet artistique qui se concentre sur des thématiques liées à des publications sur l’art, le choix de la programmation repose sur une sélection de publications, d’artistes et d’éditeurs indépendants peu connu du grand public. Face à l’absence du monde éditorial dans les biennales, foires d’art et autres évènements artistiques internationales pour les publications et revues issues des territoires du Sud, le Salon du livre d’art des Afriques contribue à la valorisation et à la réflexion des éditions artistiques des Afriques en questionnant la production intellectuelle indépendante en tant qu’outil participant à l’émancipation de la création artistique. Nous découvrirons les dernières publications  valorisant la production critique autour des idées qui font l’essence de leur métier : transmissions des récits et échanges d’expériences entre les productions éditoriales de différents formats, mise en valeur de la création contemporaine et d’un extraordinaire patrimoine artistique, grâce à une programmation riche et exigeante dans un espace convivial de partage des savoirs .le salon du livre d’art des Afriques traversera les frontières afin de confirmer la nécessité incontournable de s’inscrire dans l’écrit et le verbe et de mémoriser, questionner  des formes de langages  nouvelles et contemporaines.

Continuer la lecture de Salon du livre d’art des Afriques

Journée d’études Indiscipline des Monstres

Hassan Musa (détail), Regarde Icare (2008)

Le séminaire Afriques Transversales débute cette année par une journée consacrée à l’Indiscipline des Monstres. Elle aura lieu le samedi 7 octobre à l’ENS (45 rue d’Ulm), en salle Dussane. Des informations et des lectures complémentaires sont mises en ligne sur le site du séminaire.

 

PROGRAMME

9h00 : Accueil « L’indiscipline des monstres » (Elara Bertho et Ninon Chavoz)

Chasses aux monstres

9h15-9h45 : « Un monstre humain, trop humain… Lecture de La Récompense de la cruauté de Lomami Tshibamba » (Xavier Garnier)
9h45-10h15 : « Cataloguer les monstres au Moyen-Âge, Sous couvert de didactisme, une dénonciation politique et sociale » (Maud Pérez-Simon)

Pause café

Normalité des monstres

10h45-11h15 : « Tératologiques sonyennes » (Nicolas Martin-Granel)
11h15-11h45 : « Du roman rejeté au roman du rejet : un examen de La Plaie de Malick Fall » (Alice Chaudemanche)
11h45-12h15 : « Les langues et le varan de Komodo : à monstre, monstre et demi ! » (Jean-Charles Hilaire)

Pause déjeuner

Monstres d’esprit : folies (post)coloniales

14h-14h30 : « Traitement littéraire d’un monstre métamorphique : la maladie mentale en jeu dans deux romans contemporains sénégalais » (Amandine Herzog)
14h30 -15h : « L’allégorie d’un exil intérieur : le cas de Fabius Mortimer Bartoza, anti-héros des Confessions d’une sardine sans tête » (Guy Alexandre Sounda)
15h-15h30 : Autoportrait de l’écrivain en monstre. De la gueule cassée au corps glorieux : autopsie d’une métamorphose chez Malick Fall, Williams Sassine, et V-Y. Mudimbe (Mbougar Sarr)

Pause café

Monstres et merveilles : l’horizon du prophète

16h-16h30 : « Monstres ou démons, la démesure et l’attente messianique dans Wizard of the Crow de Ngugi wa Thiong’o » (Pierre Leroux)
16h30-17h30 : « André Ondo Mba, prophète et graffitomane » avec une projection du film Les graffiti de Dieu (26’) (Julien Bonhomme)

AAC/CFP Presse et littérature africaine(s) / African literature and the Press

Presse et littérature africaine(s)
Appel à communications

English version below

19 et 20 mars 2018 – Colloque – Université Paul Valéry – Montpellier 3 – RIRRA21

Propositions à envoyer à colloquepresseafricaine@gmail.com avant le 1er décembre 2017

Ce colloque invite à réfléchir sur les relations réciproques entre la presse et la littérature africaine(s) au xxe et au xxie siècles. Depuis les bulletins coloniaux jusqu’aux revues en ligne en passant par les magazines illustrés et les grands quotidiens créés après les indépendances, le périodique a constitué, pour les écrivains issus d’Afrique, un support de publication décisif. Les travaux d’histoires littéraire, sociale et culturelle ont mis ces dernières décennies en avant les multiples formes de croisements entre presse et littérature : sur le continent  africain, ils se sont cependant plus timidement étendus aux contextes francophones, en dépit de quelques études pionnières (Ricard, 1987 ; Lüsebrink 2003 ; Thérenty 2014 ; Jaji, 2014 ; Bosch-Santana, 2014 ; Peterson, Hunter et Newell, 2016). C’est dès la fin du xixe siècle que la presse publiée en Afrique a offert des lieux d’expression aux écrivain·e·s, importants en quantité, et souvent cruciaux au niveau de leur contenu et de leur réception, comme l’a notamment montré Hans-Jürgen Lüsebrink dans un ouvrage invitant à reconsidérer l’histoire littéraire africaine traditionnelle, en élargissant le corpus canonique de langue française. Stephanie Newell a théorisé ailleurs la souplesse et la créativité du travail des auteur·e·s et de leurs publics dans la presse produite en Afrique occidentale britannique entre 1880 et 1940. Au-delà de la période coloniale, quelles continuités et quelles discontinuités touchent la presse africaine jusqu’à aujourd’hui ?

Plus encore qu’à la présence des auteur·e·s africain·e·s dans une presse européenne généraliste, une attention particulière sera portée à leurs prises de parole dans des parutions affichant leur rattachement à l’Afrique, qu’elles soient produites sur le continent, qu’elles soient destinées à un public national, africain ou encore diasporique. Si les revues intellectuelles, sur le modèle de Présence africaine ou de Black Orpheus, ou le magazine Drum en Afrique du Sud, ont été bien étudiés désormais (Mudimbe, 1997; Helgesson, 2007 ; Frioux-Salgas, 2009; Arndt, 2016), les journaux (comme Dakar-matin, devenu Le Soleil) et les magazines, parfois de grande diffusion, à l’image de Bingo : l’illustré africain, Awa : la revue de la femme noire, Jeune Afrique, ou, en langue anglaise African Parade et Joe, ont en effet été beaucoup moins abordés sous l’angle de leurs interactions avec la production littéraire qui leur est contemporaine. Ce sont pourtant des espaces où se mettent en place des sociabilités, des débats, et des dynamiques d’hybridation avec la littérature, qu’elle soit écrite ou orale (Frère 1999).

Continuer la lecture de AAC/CFP Presse et littérature africaine(s) / African literature and the Press

Des hommes, des fleuves et des déserts. Par Daniel Delas

J.G. Ballard, Le jour de la création, éditions Tristram, Souple, 2017, traduction de l’anglais par Robert Louit,  298 p.

Les éditions Tristram se sont donné pour mission de traduire et de publier en France le grand écrivain anglais  J.G. Ballard (1930-2009). En témoigne la parution en trois volumes des Nouvelles complètes (2008-2010) de ce prosateur brillant qu’on qualifie communément d’auteur de science-fiction et d’anticipation sociale. Paraît cette année la traduction de The day of creation,  « chef-d’œuvre méconnu », qu’on peut, dit l’éditeur en 4e de couverture, « ranger aux côtés des chefs-d’œuvre du genre, comme Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad ».
On s’interrogera sur cette mise en parallèle qui vient spontanément à l’esprit puisque l’un et l’autre récit traitent de la remontée d’un fleuve africain mais qui mérite discussion.

Le héros du récit de Ballard est un médecin de l’OMS dont le dispensaire a été totalement pillé au cours des combats entre les rebelles du général Harare et les forces gouvernementales du capitaine Kagwa. Où exactement ? Dans le nord de la République  Centrafricaine, près d’une ville imaginaire appelée Port-la-Nouvelle. Les noms des rivières, des lacs ou des montagnes sont parfois centrafricains mais sans que soit données de précisions spatiales ou historiques. Au lieu de plier bagage comme ses collègues le docteur Mallory décide de rester car il rêve du jaillissement d’un fleuve qui recréerait la vie en ces terres desséchées. Ce qui est dit dès l’incipit  :

Des rêves de fleuve, comme les séquences d’un film oublié, glissent dans la nuit, transitent entre la mémoire et le désir. Une heure avant l’aube, alors que je dormais dans la caravane au bord du lac asséché, je fus réveillé par les bruits d’une immense cours d’eau. A quelques mètres de moi à peine, il semblait se déverser sur la nuit, martelait les panneaux de contreplaqué, ébranlant les os de mon crâne. (p.5)

Or ce fleuve va devenir réalité lorsqu’à l’occasion de travaux de terrassement, l’arrachage d’une souche d’un chêne vénérable libère un nouveau Nil, ancien grand fleuve devenu souterrain et qui donne consistance au « rêve d’un Sahara vert, portant mon nom, peut-être et qui nourrirait les pauvres du Tchad et du Soudan » (p. 15). Il décide alors de remonter à la source du fleuve pour décider de la suite à donner à ce ‘miracle’. Les trente courts chapitres du livre raconteront comment le docteur remontera le fleuve sur un vieux ferry appelé Salammbo, accompagné d’une farouche fillette nommée Noon, (« une primitive d’une tribu montagnarde du Nord » dont « la peau très noire  brillait d’un faible éclat bleuté » (p. 92)) et pourchassé par l’hélicoptère du capitaine Kagwa qui compte bien profiter de l’aubaine. Un grotesque producteur de télévision à la recherche de sensationnel se joindra à la petite troupe. Mallory remonte « son » fleuve, d’ailleurs appelé désormais par tous le fleuve ‘Mallory’, et le début son voyage baigne dans une atmosphère « édénique » (p.60) tandis qu’ « un lien spécial » se crée entre l’homme et ‘son’ fleuve. Car ce fleuve, le docteur ne fait qu’un avec lui ; il l’aime puisqu’il peut faire reverdir le désert mais s’en méfie toutefois parce qu’il craint, en ouvrant les yeux sur des tapis de bouteilles en plastique qu’il charrie désormais, qu’il n’attire pollueurs et pillards. Comme un déluge (p. 95) qui sauve et noie du même mouvement.
Vivant en sauvages sur leur vieux rafiot, le docteur et son étrange compagne, désormais nus et amaigris,  sont bientôt rejoints par le producteur Sanger qui est certes stupide (l’’impresario de la camelote’) mais produit ces images de la télé qui sont hélas plus vraies que le réel puisque,  comme il se plait à le proclamer : « Tout devient télévision ».
Le Sahara commence à refleurir mais les populations qui accourent de partout sèment une pollution mortelle, jetant par exemple leurs excréments dans les eaux des petits lacs qui se créent çà et là et de la sorte « empoisonnant le paradis » (p. 237). Désormais le voyage vers la source (avant-dernier chapitre) ne peut plus être édenique, le créateur du fleuve doit tuer son enfant dans l’espoir de recréer un second Mallory avec Noon, la jeune africaine : « Quelque part dans ce labyrinthe de mares, nous nous coucherions pour concevoir un second Mallory » (p.293) qui « répandra les eaux de son rêve sur la poussière d’un cœur qui attend » (p. 298, dernière phrase).

Continuer la lecture de Des hommes, des fleuves et des déserts. Par Daniel Delas

Congrès 2017 – Programme

Images et usages du peuple dans les littératures d’Afrique et de la diaspora

Affiche de Said Messari

Le congrès 2017 de l’APELA en collaboration avec le Congrès d’Études Hispano-africaines du Laboratoire de recherche « Imaginaires culturels et littéraires d’Afrique et de la Diaspora » de l’Université d’Alcalá aura lieu à l’Université de Alcalá, Alcalá de Henares, Madrid, Espagne, du mardi 12 au vendredi 15 septembre 2017.

Programme téléchargeable en pdf (version du 17/08/17) : PROGRAMA-17dejagosto2017

Afrique – Brésil – ELA 43

Dossier : Afrique – Brésil

Textes réunis par Daniel Delas

La traite des esclaves et l’histoire de leur vie sociale et culturelle ont été vues en France à partir de la France ; et, comme l’esclavage en tant que tel n’a pas existé sur le territoire hexagonal, le regard est resté extérieur. Ce dossier « Afrique / Brésil » propose un autre angle d’approche, provenant d’un pays à la fois colonisé et colonisateur, où les afrodescendants des esclaves ont développé et développent une culture originale. Est évoquée en parallèle la relation avec le Brésil de quelques écrivains francophones importants, antillais comme africains.
Salut au Brésil !

Présentation (Daniel Delas)

La littérature afro-brésilienne
Antonio Olinto et le négrisme brésilien (Luiz Henrique Silva de Oliveira)
Le roman afro-brésilien, hier et aujourd’hui (Eduardo de Assis Duarte)
Deux romancières afro-brésiliennes : Conceição Evaristo et Ana Maria Gonçalves (Ineke Phaf-Rheinberger)

La littérature afro-française et le Brésil
Tierno Monénembo, ou la filiation littéraire (Sami Tchak)
Ouidah – Bahia : de la postmémoire au théâtre mémoriel (Yves Chemla)

Brésil rêvé – Brésil réel
Écrivains voyageurs français du 20e siècle au Brésil (Daniel Delas)
Césaire et le Brésil (Daniel Delas)
Damas et le Brésil (Lilian Pestre de Almeida)
Saudades : le Brésil de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)
La Guerre des anges de José Eduardo Agualusa : une espérance désillusionnée (Anne Begenat-Neuschaefer)

À propos de
Penser et écrire l’Afrique aujourd’hui

  • Répétition générale (Anthony Mangeon)
  • Le nouveau discours africain, version bêta
    (Abdoulaye Imorou)
  • Le « vaillant petit tailleur » : hallali et haute couture
    au Collège de France (Ninon Chavoz)

Comptes rendus

Revues

Notes bibliographiques

Thèses soutenues en 2015

Télécharger le sommaire complet en pdf : ELA_43_sommaire_def

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2017 Bulletin_d_adhesion_2017_n
Formulaire de commande au numéro : Bulletin_de commande_2017

Djihadisme et gémellité. Par Daniel Delas

Maryse CONDÉ, Le fabuleux et triste destin d’Ivan et Ivana, roman, JCLattès, 2017, 366 p.

Peut-être sanctionnée pour son parler un peu trop franc et son refus de s’engager dans les bagarres homériques dont les Martiniquais ont le secret, Maryse Condé n’a jamais obtenu le moindre prix littéraire important. Son œuvre compte pourtant plusieurs dizaines de titres dont certains sont très connus ; Segou en particulier, sa première saga africaine (1984-85), a été lue par des milliers de lecteurs tandis que Moi Tituba sorcière compte parmi les grands écrits de la lutte anti-raciste des années 80.

Maryse Condé connaît bien l’Afrique de l’Ouest où elle a passé presque dix ans après son départ de Guadeloupe et son passage par la France. Mariée en 1958 à un comédien guinéen, Mamadou Condé, elle le rejoint dans son pays après un passage en Côte-d’Ivoire (1959) et y passe trois années. Mais ce mariage n’est guère heureux, elle doit gagner sa vie et élever ses quatre enfants, elle assiste au creusement du fossé entre les élites du cercle des flatteurs de Sékou Touré et les Guinéens ordinaires de plus en plus pauvres et brutalisés, elle fuit alors la Guinée en 1963 pour le Ghana de Kwamé Nkrumah, où elle retrouve hélas la même dérive dictatoriale jusqu’au coup d’Etat qui chasse celui-ci du pouvoir (1966). Elle trouve alors un poste au Sénégal où la rencontre du professeur anglais Richard lui apportera enfin le bonheur. Tous les détails de cette vie aventureuse et tumultueuse, elle les a racontés dans son autobiographie, La vie sans fards,  parue en 2012.
Sa relation à l’Afrique est complexe, le plus souvent amère mais traversée par quelques moments de bonheur.

Continuer la lecture de Djihadisme et gémellité. Par Daniel Delas

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)