40th Annual Conference of the African Literature Association (ALA), April 9-13, 2014

 Texts, Modes and Repertoires of Living In and Beyond the Shadows of Apartheid

40th Annual Conference of the African Literature Association (ALA), April 9-13, 2014, University of the Witwatersrand, Johannesburg, South Africa

Confirmed Keynote Speakers

Simon Gikandi (Robert Schirmer Professor of English, Princeton University)

Njabulo Ndebele (Novelist and Research Fellow, Archive and Public Culture Research Initiative, University of Cape Town)

April 2014 marks an auspicious moment in African history and experience: twenty years after the demise of official apartheid. Elsewhere, the seemingly intractable challenges of poverty, social inequality, discrimination and tyranny continue to bedevil the continent. The conference presents a fitting occasion to embark on the kinds of retrospection, introspection and predictions that look both at the past and the future in more fluid and dynamic ways – particularly in relation to the shadows and unfinished business of apartheid and the possibilities for imagining and creating a more just, egalitarian and humane world.

As a political system and concept, apartheid occupied a complicated status in local and global imaginaries. It signified one of the most totalising attempts at racial social engineering, encompassing economic, socio-political and cultural policies as well as interventions into the most fundamental elements of everyday life. Today, apartheid has become shorthand for contesting different kinds of discrimination, segregation and exploitation across the world. The term can be usefully deployed as a catalyst for also speaking to other experiences and case-studies. Such an inflection, when used pointedly and imaginatively, can be productive, whether in localised or global comparative frameworks.

One central aesthetic response to the demands of life and ‘apartheids’ is an abiding reliance on the complexities and politics of the quotidian; the everyday. The everyday longings for basic necessities and also for joy, love, beauty, community and democracy present some of the most politically affective and effective occasions that call into question the dominant ideas and networks of the state and other powerful national and international forces. Artists and citizens – through recourse to texts, modes and repertoires 2 of living – have proffered alternative narratives, senses of self, memories and hopes for the future.

Convener: Bhekizizwe Peterson ala2014.sllm@wits.ac.za Mail: School of Literature, Language and Media, Private Bag 3, Wits, South Africa, 2050.
Conference Committee (members are from Departments in the School of Literature, Language and Media): Sarah Chuimbu (Media), Pumla Gqola (African Literature), Isabel Hofmeyr (African Literature), Innocentia Mhlambi (African Languages), Litheko Modisane (African Literature), Dan Ojwang (African Literature), Veronique Tadjo (Modern Languages), Michael Titlestad (English), James Ogude (University of Pretoria).

Programme : http://ala2014.co.za/40th_Annual_Conference_Of_African_Literature.pdf

 

Rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe

 Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe – Rwanda
Rencontre à la librairie Terra Nova, 18 rue Gambetta 31000 Toulouse
Tél : 05 61 21 17 47
Fax : 05 61 21 25 15
Contact :contact@librairie-terranova.fr
Vendredi 11 avril 2014 à 19h

En partenariat avec Survie Midi Pyrénées, rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe, animée par Catherine Mazauric, professeur de littérature à l’Université de Toulouse : Rwanda 1994, écrire par devoir de mémoire : ce que peut la littérature.

En 1998, le programme « Rwanda, écrire par devoir de mémoire » rassemble au Rwanda une dizaine d’écrivains venus de tout le continent africain. De cette résidence d’écriture de quatre mois naissent plusieurs ouvrages qui interrogent la capacité de la littérature à transmettre une mémoire de l’événement et à agir sur les consciences.
Nous recevons ici, dans le cadre de la 20e commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, deux des auteurs de cette résidence, tous deux marqués par le génocide : un romancier devenu témoin, un témoin devenu romancier.

Boubacar Boris Diop, romancier et essayiste, est né à Dakar en 1946. Après avoir travaillé pour plusieurs journaux sénégalais, il continue de collaborer à des titres de la presse étrangère. La résidence d’auteurs «Rwanda : écrire par devoir de mémoire» lui a permis de prendre toute la mesure du génocide. Né de cette expérience, Murambi, le livre des ossements a été traduit en plusieurs langues. Il publie en 2014 avec Aminata Traoré La Gloire des imposteurs, lettres sur le Mali et l’Afrique.
Vénuste Kayimahe est un rescapé du génocide des Tutsi devenu écrivain. Il publie en 2002 son livre France-Rwanda : les coulisses du génocide, témoignage d’un rescapé pour lutter entre autres contre le négationnisme et pour faire reconnaître la responsabilité de hauts fonctionnaires français. Vénuste Kayimahe publie en 2014 son premier roman, La Chanson de l’aube.

Samedi 12 Avril à la salle San Subra, 2 Rue Saint Subra – métro St Cyprien Toulouse dans l’après midi 20e Commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, avec notamment le témoignage de Vénuste Kayimahé, programme complet sur Survie Midi Pyrénées.

1994 – 2014 Mémoire(s) du Rwanda

Africultures consacre une livraison spéciale de sa Newsletter à la 20e commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda : nouvelles parutions, entretiens avec Scholastique Mukasonga et avec Bruce Clarke, cinéma, danse, expositions, colloque, conférences, Chant d’encre : slamer contre l’oubli… manifestes pour l’avenir et mémoires en construction.

A noter aussi, des pages dans Le Monde des livres daté de ce vendredi 4 avril 2014, ainsi qu’un entretien en pages intérieures avec Rithy Panh, Jean Hatzfeld et Jacques Sémelin.

Et à écouter sur France Culture : Emission spéciale Rwanda avec Benjamin Rutabana et Jean Hatzfeld

ainsi que sur RFI : Comment écrire après ?

Soirée littéraire « Rwanda, 20 ans après »

Soirée littéraire « Rwanda, 20 ans après » ce 1er avril au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

 

Bozar_Rwanda_3 Ce mardi 1er avril 2014 à 20h au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, CEC en partenariat avec BOZAR LITTERATURE invitent trois auteurs africains de renom pour une soirée de commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda, 20 ans après les faits. Véronique Tadjo, Boubacar Boris Diop et Dorcy Rugamba prennent soin de perpétuer la mémoire du génocide, qui a causé un million de morts. Ils s’expriment ensemble durant la soirée littéraire Rwanda, 20 ans après.

Véronique Tadjo (Côté d’Ivoire) et Boris Boubacar Diop (Sénégal) sont deux écrivains ayant participé au projet « Rwanda, écrire par devoir de mémoire ». Il s’agissait, quatre ans après la tragédie, de se rendre sur les lieux du génocide et d’écrire à l’issue de cette résidence un livre-témoignage. La gageure était de taille et malgré les difficultés de la tâche, ils ont su trouver les mots pour vaincre l’indifférence et l’oubli. 20 ans après, ils nous livrent leurs témoignages et nous disent comment cette expérience a influencé leur écriture.

La rencontre se propose aussi d’interroger plus largement sur le rôle et la place des artistes, sur les conséquences, les enjeux et les pièges de leurs engagements. Et, bien sûr, de porter un regard sur le Rwanda d’aujourd’hui : Qu’en est-il 20 ans après ? Les artistes rwandais ont-ils pris en compte cette blessure dans leurs créations ? De quelles façons ?  Est-il encore trop tôt pour oser la fiction ? Nous aborderons ces questions également avec Dorcy Rugamba, auteur, comédien et metteur en scène rwandais. 


altLa soirée sera également l’occasion de découvrir le projet artistique « Les Hommes debout », initié par l’artiste plasticien Bruce Clarke, au travers d’une projection. 

Le projet artistique et commémoratif « Les Hommes debout » tente de redonner une présence aux disparus et de restaurer l’individualité des victimes, de leur rendre leur dignité. 

Le 1er avril 2014 à Bruxelles, lors de la soirée littéraire de commémoration Rwanda, 20 ans après, un court film présentant une partie du projet « Les Hommes debout » sera présenté au public. 


Intersections2Enfin, la soirée de commémoration Rwanda, 20 ans après, sera également l’occasion de découvrir le 2ème numéro de la collection Intersections intitulé « Ecrire pour le Rwanda »

Souvent, les arts – et la littérature plus particulièrement – commémorent et traitent des événements marquants. Vingt ans après le génocide des Tutsis au Rwanda, Intersections souhaite rendre hommage à tous ces écrivains et artistes, qui à travers une démarche artistique propre contribuent à la construction d’une mémoire collective : chaque œuvre est un hommage aux victimes et aux rescapés. Intersections, fenêtre ouverte sur les littératures d’Afrique et des Caraïbes, à mis particulièrement en évidence dans ce numéro les écrivains africains qui ont été parmi les premiers à s’engager dans cette voie, dans le cadre du projet “Rwanda : écrire par devoir de mémoire”. Ceux-ci nous livrent leurs témoignages, leur expérience humaine et nous disent comment celle-ci a influencé leur écriture.

Infos pratiques et renseignements complémentaires sur CEC.

Un film sur Sony Labou Tansi à Paris 8

Jeu et direction d’acteur : corps en scène, corps filmés

jeudi 27 mars, de 15H00 à 16H30. Amphi X, Université Paris 8

Présentation du film SLT lieu de c(l)asse (26 minutes), réalisé par Laetitia Biaggi et Julie Peghini

En septembre 2013, eut lieu un stage de direction d’acteurs pour quinze élèves du CNSAD. D’abord dirigé par l’acteur, metteur en scène français Jean-Damien Barbin, puis par l’acteur, auteur, metteur en scène congolais, Dieudonné Niangouna, ce stage fut une réelle expérimentation : confronter la tekné de deux metteurs en scène via un même texte « L’acte de respirer », poèmes de l’auteur congolais Sony Labou Tansi. Sur vingt jours de travail, de nombreux éléments furent mis en mouvement : l’acteur, le corps, la pédagogie, la mise en scène, l’écriture, le souffle, des champs d’amour et des champs de bataille. Ce documentaire de 25 minutes propose une traversée de ces chantiers.

Présentation du livre d’Amélie Thérésine : Le théâtre de Dieudonné Niangouna, Corps en scène et en parole, Acoria, 2013

Artiste associé de la 67e édition du Festival d’Avignon, le théâtre de Dieudonné Niangouna se dérobe suscitant exclusivement des commentaires clairsemés et ponctuels au gré des créations qu’il a produites. Dans une perspective esthétique qui aborde ses œuvres de jeunesse jusqu’à sa dernière création, cette publication entreprend de cerner sa singularité à partir des rapports complexes qui s’instaurent dans son théâtre entre corps, texte et scène.

Discussion en présence de :

Laetitia Biaggi, actrice, réalisatrice. Diplômée du Conservatoire National de Région d’art dramatique de Marseille et titulaire d’un Master II à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3, Sorbonne Nouvelle, elle suit en 2011 la formation continue à la mise en scène au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

Nicolas Martin-Granel, chercheur ITEM-CNRS, agrégé de Lettres Classiques et diplômé de Sciences Politiques. Ses recherches actuelles en anthropologie et génétique textuelle portent sur l’œuvre et les manuscrits de Sony Labou Tansi dont il est l’éditeur scientifique. Membre du comité de rédaction des revues Cahiers d’Études Africaines et Études Littéraires Africaines, il est à présent chercheur associé à l’ITEM (CNRS/ENS) dans l’équipe « Manuscrits Francophones du Sud ».

Julie Peghini, maître de conférences à Paris 8, département culture et communication, membre du CEMTI. Anthropologue, elle a travaillé de 2004 à 2010 dans la coopération artistique et universitaire internationale. Ses thèmes de recherche portent sur la circulation des formes culturelles et artistiques, les politiques culturelles, les rapports entre art et politique et le théâtre.

Amélie Thérésine est agrégée de Lettres Modernes et enseigne le théâtre et les Lettres au lycée. Doctorante en Études Théâtrales sous la direction de Sylvie Chalaye à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3, ses recherches portent sur les modalités d’exposition du corps que manifeste le théâtre de Dieudonné Niangouna. Elle est membre du laboratoire SéFéA (Scènes Francophones et Écritures de l’Altérité) rattaché à l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales).

Programme du colloque Sony Labou Tansi en scène(s) – Une expérience théâtrale du monde (CNSAD, 14-15 novembre 2013) ici.

flyer_27_03_14_-_copie

Nouveaux rires africains et afropéens : rencontre littéraire au Musée Dapper

Rencontre littéraire au Musée Dapper : Nouveaux rires africains et afropéens

Samedi 29 mars à 14h30.

http://www.dapper.fr/fiche-spectacle.php?id=225

Lors de cette rencontre proposée par l’association Humoresques à l’occasion de la parution du numéro 38 (« Nouveaux rires africains et afropéens ») de la revue éponyme, la question de la spécificité de l’humour africain sera abordée à la fois dans la production romanesque la plus récente, mais également dans la production artistique dans son ensemble (cinéma, théâtre, caricatures de presse…).

Le comique sera en effet envisagé comme une composante à part entière d’un mode de vie, par certains aspects né en Afrique et qui se prolonge aujourd’hui d’une certaine manière parfois dans la diaspora, au sein de la création proprement artistique donc, mais aussi au-delà.

Histoires afropolitaines de l’art (Multitudes n°53)

Multitudes. Revue politique, artistique et philosophique, n°53, consacré aux « Histoires afropolitaines de l’art » :

http://www.multitudes.net/category/l-edition-papier-en-ligne/53-multitudes-53-automne-2013/

 

Majeure 53. Histoires afropolitaines de l’art

Depuis la fin des années 1980, un mouvement d’internationalisation des échanges culturels a dessiné les contours d’une nouvelle géographie culturelle mondiale. La mise en lumière croissante d’artistes contemporains d’origine africaine − longtemps négligés − s’est accompagnée d’une exaltation d’un multiculturalisme et d’un art globalisé. La réception du travail de ces artistes est souvent allée de pair, et en France tout particulièrement, avec les lacunes dans la réception et la traduction de ressources discursives et pensées théoriques sur l’art, venues d’Afrique. Ce premier volet d’un chantier de traductions choisit de s’intéresser à l’émergence d’un « nouveau discours africain sur l’art » survenu dans les années 1990.

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)