Archives par mot-clé : Afrique du Sud

Quand un historien passe à la fiction… Par Daniel Delas

Quand un historien passe à la fiction…

Tidiane N’Diaye
L’appel de la lune, roman, « Continents noirs », Gallimard, 2017, 225 p.

Une lecture en trois temps

(Premier temps)

Au départ, un rejet instinctif devant le montage harlequinien du récit : une belle histoire d’amour entre un blanc descendant de huguenots français en Afrique du Sud et une bellissime princesse zouloue, quasi esclavagisée dans une famille boer et sauvée du déshonneur par le jeune Marc passant  par là. Roucoulades et érotisme mènent vers un mariage ‘mixte’, entre un blanc et une noire, mariage très rare dont la description occupe la moitié du roman,  peu avant le déclenchement des hostilités entre Anglais et Zoulous, au début des années 1870. Vocabulaire ultra simplifié, irénisme des relations familiales, ‘topos’ un peu lourds, historiques ou ethnologiques, rappelant les manières d’écrire du roman colonial simplement inversées : les noirs sont les civilisés, les Boers et les Anglais les sauvages.

(Deuxième temps)

Peu à peu toutefois, on se laisse prendre et la guimauve sentimentale semble se transmuer en une sorte de fraîcheur populaire. Comment expliquer ce revirement ?
Tidiane N’Diaye est connu comme historien, un historien africain novateur, prenant à contre-courant les récits européo-centrés qui évoquent le passé de ce continent à l’aune de Stanley, en insistant par exemple sur la richesse culturelle des juifs africains (les falachas) et l’importance de la traite arabo-musulmane (Le génocide voilé, Gallimard). Il a aussi montré dans L’empire de Chaka zoulou qu’il ne s’agissait pas d’un pouvoir exercé par la seule violence mais qu’il s’appuyait sur une organisation rationnelle et moderne. Il est donc, à 65 ans, un historien reconnu qui aujourd’hui s’essaie au roman.
Pourquoi pas ?
Se pose néanmoins la question du choix d’une manière d’écrire : quelle écriture assumera ce désir de raconter ?

(Troisième temps)

Tidiane N’Diaye a choisi d’écrire une histoire sentimentale simple, brochée sur fond d’histoire. Il la situera à l’époque où, en Afrique du Sud, vont s’affronter les cultures des peuples africains autochtones et celle des envahisseurs occidentaux. Avec bien entendu la ferme volonté de dénoncer la violence prédatrice des colonisateurs et la destruction des cultures noires. Ce qui le mène à combiner deux régimes fictionnels :
1/ un régime ‘populaire’ de narration et de description mis en musique par des mots simples adaptés à des êtres supposés purs et naïfs :

Posée sur un petit feu de bois, une cafetière en émail reçoit dans son eau bouillante   une belle pincée de kinkeliba pour le plus grand plaisir des voyageurs. Cette boisson fait l’unanimité. Reesa se demande si une telle merveille de plante pousserait dans cette région ? Après tout, elle pourrait en faire une source de revenus. L’idée lui plaît bien. (p.110)

2/ des développements historiques supposés instructifs comme celui sur le mariage zoulou quelques pages plus loin (p.114) :

Dans la famille zouloue aussi le mariage est une alliance, non pas seulement entre     deux personnes qui s’aiment, mais entre deux lignages ou deux clans. Le guide du clan, qui joue un rôle important, est désigné parmi les hommes les plus âgés de la plus ancienne génération pour l’annoncer au chef. Dans le système matrilinéaire, par exemple, c’est l’oncle maternel qui assume cette responsabilité. Il exerce son autorité sur les enfants de sa sœur, aussi sur les enfants des filles de sa sœur, et éventuellement sur les enfants des filles de ces filles.

Et puis, c’est parti ! On ajoute un zeste de piment érotique pour évoquer les étreintes du héros huguenot et de sa belle princesse zouloue au clair de la lune ou les amours brutales et homosexuelles des officiers anglais, et hop ! avec la complicité de Red-Lady, la jument philosophe de Marc à qui il se confie, comme Lucky Luke le fait avec Jolly Jumper, c’est parti vers un final magnifiquement trompeté sur l’émergence, un jour proche, d’une vraie nation arc-en-ciel, éclairée de l’esprit de la France des Lumières.
On aura compris qu’à mes yeux l’essai n’est pas transformé. Certes la lecture du roman  de Tidiane N’Diaye n’est pas déplaisante, on peut recommander le livre à des ados curieux et ouverts, on pourrait aussi en tirer un très bon texte pour une BD (ce qui n’est nullement un jugement négatif de ma part) mais ni les personnages ni l’histoire n’ont cette épaisseur de vérité qu’on attend d’un roman.

Une littérature ‘populaire ‘ doit-elle s’astreindre à la pauvreté du vocabulaire et d’une syntaxe minimaliste ?

Lectures complémentaires :
– L’empire de Chaka zoulou, L’Harmattan, 2002, 218p.
– Les falachas, nègres errants du peuple juif, « Continents noirs », Gallimard, 2004
– Le génocide voilé, « Continents noirs », Gallimard, 2008, 253 p.
Pour citer cet article : Quand un historien passe à la fiction… Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 26/02/2017, http://apela.hypotheses.org/1387.

Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc. Par Daniel Delas

toubabesseLouis-Ferdinand Despreez, La toubabesse, roman, éditions de la Différence, 2016, 288 p.

Les griots maliens, noblement drapés dans leurs grands boubous bleus ne rigolent guère et sont bien entendu d’un beau noir d’encre. Louis-Ferdinand Despreez est certes africain mais il est tout ce qu’il y a de plus blanc, descendant des huguenots français venus s’installer via Amsterdam dans la région du Cap en 1688, après la révocation de l’édit de Nantes. Au fil d’une vie aventureuse et engagée aux côtés des militants anti-apartheid de l’ANC, il a été « le Blanc personnel de quelques grottos noirs » (p.13), mi-barbouze mi-homme de confiance. C’est de cette expérience sur laquelle il reste très discret que sort ce récit qu’il désire mener comme « un griot blanc », un peu comme un pahouin albinos, assis sous le ventilateur de mon apatam, jamais pressé », nous prévenant qu’il lui arrivera donc « de digresser, souvent même » (p. 22-23).
Et franchement il est bon, ce griot blanc ! Il nous fait énormément rire, non tant par les péripéties politiques de la « tragédie comique en quinze actes » qu’il raconte et qui ne sont qu’à moitié drôles (crimes, corruption, cynisme, etc.) que par la manière désopilante de parler-écrire tout ça. Ce toubab sudaf maîtrise de manière étonnante le génie du français populaire ouest-africain, pas seulement par son vocabulaire mais aussi par son art de mener la phrase à saut et rebondissement. Par exemple dans ce portrait d’un chauffeur :

Le chauffeur obédient, donc, qui peinait à soulever sa valise avec ses doigts décharnés et crochus, la conduisit dans ses appartements, comme il disait d’un air important qui lui remplissait la bouche où il y avait beaucoup de place libre vu qu’il n’y restait que deux incisives jaunies par le tabac de traite, le gros noir en carottes acheté chez le bana-bana du carrefour au quartier ou le Libanais dans le centre-ville, près de la paierie des anciens combattants de quatorze et quarante. (p.84)

Phrase qui comme beaucoup d’autres rebondit de marche en marche, sans vous laisser le temps de reprendre souffle. Comique – on le voit et on l’entend – moins érudit que celui du Kourouma d’Allah n’est pas obligé qui ne se sépare jamais de ses gros dictionnaires mais nourri du même amour de la parlure « authentique ». Authentique quoiqu’inventée  comme l’a martelé l’autre Louis-Ferdinand, qui est évidemment le parrain littéraire de notre griot sud-africain francophone.

Continuer la lecture de Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc. Par Daniel Delas

Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité
Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité

sous la direction de Pierre Halen et Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Littératures des Afriques »

ISBN : 979-10-300-0086-3 – 349 p. – Sortie nationale : 2016/11.

La spiritualité, comprise ici dans un sens très large, incluant les discours de sagesse, les références aux religions et les schèmes de pensée que celles-ci ont diffusés, mais aussi les quêtes mystiques, semble bien être l’une des grandes affaires de notre temps. Ce n’est pas tout à fait ce qu’avaient laissé prévoir les messianismes essentiellement profanes qui avaient présidé naguère à l’anticolonialisme militant ; mais c’est néanmoins une des dimensions irrécusables des tensions identitaires et politiques contemporaines. Les littératures africaines, elles aussi entendues au sens large dans ce volume, en témoignent dans leur diversité. Les analyses réunies ici s’intéressent à la dimension religieuse, non seulement des réalités sociales représentées, où se concurrencent parfois plusieurs traditions religieuses, mais aussi de l’écriture littéraire elle-même, à la fois réceptable de savoirs culturels, lieu de négociation et d’adaptation identitaire, et creuset, aussi, de quêtes personnelles face à l’absolu.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/litteratures-africaines-et-spiritualite-4511.html

Consulter le sommaire de l’ouvrage : pages-de-ldaf_02_tdm

Littératures africaines et paysage – ELA 39

ELA39_C1_72dpiDisponible : Etudes littéraires africaines, n°39 (2015)

Sortie de presse : 25.08.2015
Livraison envoyée aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Littératures africaines et paysage

Textes réunis par Xavier Garnier et Pierre Halen

L’intérêt mais aussi la difficulté d’une interrogation à propos du paysage dans le corpus des littératures africaines apparaissaient déjà dans African horizons de Christine Loflin. Le mot « hori­zons » dit à lui seul qu’il ne s’agit pas seulement d’espace, mais de point de vue sur l’espace, et aussi de temps, de mémoire, et même d’avenir. C’est dire l’importance d’une notion qui, cepen­dant, peut aussi être soupçonnée d’être trop liée à la perception occidentale de la nature, et notamment à l’histoire de la peinture européenne, plus tard à l’histoire de la photographie coloniale. S’il existe, de toute évidence, de nombreuses vues paysagères de l’Afrique, qui ont été largement diffusées dans le monde par la littérature, la photographie et le cinéma, sans oublier les anciens « diaporamas » coloniaux, en revanche on peut se demander s’il existe des paysages africains, construits par des points de vue africains, ou encore dans des langues et des cultures africaines. En d’autres termes, on peut se demander si le writing back consiste à cet égard plutôt dans une ignorance, voire un refus du paysage, ou plutôt dans un détournement de l’outil paysager au service, désormais, de fins propres.

Le paysage africain : ancestral ou colonial ? (Michel Collot)

La réappropriation du paysage africain dans L’Esclave de Félix Couchoro (1929) (János Riesz)

Les paysages du Karoo dans la littérature sud-africaine : une esthétique de l’indicible (Richard Samin)

« White Writing », « Dark Continent » : les enjeux de la représentation du paysage dans la littérature sud-africaine (Mathilde Rogez)

La savane vierge et sauvage dans les romans d’aventures écologiques pour enfants : l’imaginaire du paysage édénique au service d’une critique du colonialisme ? (Elodie Malanda)

Poétique du paysage dans L’Anté-peuple et La Vie et demie de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Les représentations de la nature et la construction d’un nouvel ethos d’“auteur africain” dans Les Bouts de bois de Dieu d’Ousmane Sembène (Sela Tal)

Pourquoi si peu de paysages dans les littératures africaines ? Quelques propositions pour une approche comparatiste (Dominique Ranaivoson)

De quelques enjeux du paysage (ou du non-paysage) (Pierre Halen)

Varia

Rendre audible la voix d’une rescapée tutsie : le rôle du paratexte dans le Livre d’Élise (George MacLeod)

Memory and exile : the transatlantic and diasporic  dimensions of the myth of Ashanti Princess Abla Pokou (Kouamé Adou)

À propos de…
Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud

Comptes rendus

ELA_Africaine_39_C1_Couv_web

ELA39_pp1-4

Sortie de presse : 25.08.2015
Cette livraison sera envoyée à partir du 25.08 aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Pour s’abonner ou renouveler sa cotisation :
http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Pour vérifier l’état de sa cotisation ou de son abonnement, s’adresser au Trésorier :
M. Richard Samin

Courriel : Richard.Samin@univ-lorraine.fr

La Question de l’auteur en littératures africaines

Begenat-Neuschäfer, Anne / Mazauric, Catherine (éds.)

La question de l’auteur en littératures africaines

lauteurlittafActes du 14e Congrès de l’APELA organisé à Aix-la-Chapelle par Anne Begenat-Neuschäfer, Daniel Delas, Pierre Halen et Catherine Mazauric, du 22 au 24 septembre 2011.

Année de publication: 2015

Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2015. 228 p., 8 ill. en couleurs
ISBN 978-3-631-65431-6 rel.  (Hardcover)

Collection  Sprachen – Literaturen – Kulturen – volume 4

Le 14e Congrès de l’Association pour l’étude des littératures africaines (APELA) entendait poser la question de l’auteur dans le champ spécifique des littératures africaines (domaines francophone et lusophone notamment). Après la question de l’« invention » de l’auteur africain, des raisons et des opérations qui la rendraient possible, il convient en effet de se pencher sur les instances de légitimation de l’auteur africain et de son œuvre : outre les éditeurs du « centre », les collections patrimoniales, les prix littéraires, les festivals, salons et rencontres littéraires, la critique littéraire, les médias audio-visuels et jusqu’aux réseaux sociaux jouent aujourd’hui un rôle dans la « fabrique » de l’auteur reconnu. Les contributions réunies ici examinent enfin la négociation, dans le contexte africain, entre les figures et postures d’auteur et l’insistante question de l’oralité anonyme et collective.

Table des matières (L’auteur)

La question de l’auteur

URL sur le site de l’éditeur : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=81647&cid=450&concordeid=265431

AAC : André Brink dans l’espace francophone

Journée d’études

Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua (Cameroun)

28 avril 2016

Date limite: 10 décembre 2015

Journée d’études organisée par le Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua le 28 avril 2016 dans le cadre des activités du Laboratoire de Langues, Littératures et Études Comparées (LLEC).
Écrivain sud-africain descendant des Boers, André Brink est le chef de file des Sestigers, vaste mouvement littéraire ayant ambitionné d’affranchir la littérature sud-africaine des tabous longtemps imposés par l’Apartheid. Il a très tôt manifesté son amour pour la France où, dès 1959, il s’envole pour se former en Littérature Comparée à la Sorbonne. En y poursuivant les études, il apprend à aimer Camus, Sartre, Sarraute, le Nouveau Roman et les courants structuralistes et postructuralistes qui auréolent cette époque, sans oublier la fascination pour les libertés caractérisées par le célèbre mouvement de Mai 1968 auquel il assiste de la fenêtre de son appartement parisien. Si la critique s’accorde sur le fait que son œuvre est eurocentriste, et particulièrement tournée vers la France, on peut se demander quel regard porter sur la réception de sa foisonnante production littéraire dans l’espace francophone. Il faut se le rappeler, André Brink écrit son premier roman, L’Ambassadeur, au moment où partout dans le tiers-monde, les territoires sont en pleine guerre d’indépendance ; que ce soit en Afrique centrale, occidentale, en Algérie ou dans les Caraïbes. Même s’il a sympathisé avec son « maître à penser », Albert Camus, dont le combat pour la libération de l’Algérie ressemblait à plus d’un égard à celui de l’Afrique du sud, il faut reconnaître que l’espace francophone n’a pas profondément retenu l’attention du grand écrivain. Bien plus, le « vent d’est » qui a soufflé dans le monde des années 90 ainsi que la mobilisation des états francophones pour la libération de son ami Madiba (Mandela) n’ont pas été pour lui un motif suffisant d’inspiration. Comment peut-on expliquer cet arrêt subit, ce silence ? Cette posture a-t-elle influé sur la réception de son œuvre dans cette aire culturelle ? Pourtant, son œuvre littéraire a été favorablement accueilli dans l’espace francophone : en 1996 par exemple, son best-seller Une saison blanche et sèche fut inséré dans les programmes d’enseignement de littérature dans les lycées et collèges au Cameroun ; la même œuvre ayant été sept ans plus tôt adaptée avec succès au cinéma par le réalisateur martiniquais Euzhan Palcy. Par ailleurs, le nombre et la qualité des travaux de recherches sur son œuvre dans cet espace sont incalculables et très variés. Un hommage lui est rendu le 18 février 2015 à l’Université de Dschang organisée par le professeur Fotsing Mangoua au lendemain de sa mort, ainsi que plusieurs autres manifestations un peu partout dans le monde.

Continuer la lecture de AAC : André Brink dans l’espace francophone

Remembering the Struggle: Apartheid and After

Journée d’études « Remembering the Struggle: Apartheid and After »

Mémoire des luttes : Afrique du Sud, l’apartheid et après

Toulouse, vendredi 17 avril 2015

Université de Toulouse – Jean Jaurès, campus du Mirail, Maison de la Recherche, salle F422.

organisée par le CAS EA 801 (Gary Baines, professeur à Rhodes University, invité au DEMA, Nathalie Dessens, et Mathilde Rogez) avec le soutien du Labex-SMS.

Avec le mouvement « Rhodes must go » de ces dernières semaines, cette journée d’études s’inscrit plus que jamais dans les débats actuels en Afrique du Sud.

Continuer la lecture de Remembering the Struggle: Apartheid and After