Archives par mot-clé : Afropolitanisme

Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

miano_imptransLéonora Miano, L’impératif transgressif, L’Arche, 2016, 183 p.

Ce volume est constitué de six conférences :

  • « Mélancolies créatrices, écritures subsahariennes de la catastrophe » ;
  • « Littératures subsahariennes : la conquête de soi » ;
  • « L’impératif transgressif , vers une pensée afrophonique » ;
  • « Toute littérature est politique » ;
  • « Sacrée marginale, posture des écrivaines francophones »
  • « Parole due ».

Les deux premières sont centrées sur les littératures subsahariennes et la tâche des écrivains africains. La première date de 2014 et part d’un thème proposé par les Assises internationales du roman, « Mémoires des mondes oubliés » en le critiquant vertement parce que pour Léonora Miano, de son point de vue d’écrivaine subsaharienne, il ne convient pas de parler d’oubli mais de relégation volontaire, de minoration délibérée. Pour elle, le jeu mémoriel, c’est-à-dire l’historicité de vécus antérieurs et l’oubli, si fortement mis au cœur de l’histoire par Paul Ricœur, a été accaparé par l’idéologie occidentale de sorte que l’histoire est à la limite une sorte de luxe inessentiel pour des peuples appelés à se reconstruire dans le présent. Pour illustrer ce point de vue, Miano montre comment les lectures qu’on a faites de Cheikh Hamidou Kane ou de Chinua Achebe étaient eurocentrées : non, ils ne disent pas que la vieille Afrique étant morte, il faut se tourner vers la modernité des Blancs ; non, ils ne disent pas non plus qu’il faut magnifier le passé africain, ils disent que

Le besoin de se confronter au visage des ancêtres, de retrouver leurs         individualités, n’est pas une célébration du passé mais un mouvement vers soi-même. Savoir de qui émanent les voix que l’on entend crier en soi, panser la plaie encore ouverte due à l’ébranlement de l’ancien monde et de ses valeurs. (p.34)

La seconde conférence, antérieure à la précédente (2013) mais mise à sa suite, sans doute parce qu’elle en prolonge la réflexion, est sous-titrée « la conquête de soi » et poursuit en effet l’idée que « l’oubli » des littératures francophones n’est pas imputable seulement à un rejet externe par l’Occident mais a des causes internes, ayant à voir « avec la vision de soi, la conscience de soi, le rapport à soi » (p.40). Sans s’attarder à la fausse bonne idée que le roman étant « une invention européenne », il faut trouver de nouvelles formes proprement africaines, elle va droit à la question de l’authenticité qu’elle définit comme « une fidélité à soi-même, un « enracinement de l’individu dans son vécu » (p.46), ce qu’elle met en premier, sans s’attarder à réfléchir à une poétique de l’écriture littéraire. Les trois conditions nécessaires selon elle pour libérer l’imaginaire : renoncer à tout essentialisme, permettre aux « langues ancestrales » de devenir des langues littéraires, faire exister des maisons d’édition africaines, ne font d’ailleurs aucune place à des propositions de type poétique.

Continuer la lecture de Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

imbolombueImbolo Mbue, Voici venir les rêveurs, traduit de l’anglais par Sarah Tardy,  Belfond, 2016, 420 p.

Pourquoi ne pas avoir traduit plus simplement le titre anglais de ce roman, Behold the dreamers, par Bonjour les rêveurs, avec un clin d’œil au Bonjour tristesse de Françoise Sagan qui annonçait « un sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent » et a signé une nouvelle génération ? Comme le fait le rêve américain des jeunes étudiants anglophones du continent africain ou le rêve français des jeunes francophones (voir entre autres Fatou Diome, Le ventre de l’Atlantique, éd. Anne Carrière, 2003, réédité en poche en 2005).
Quoi qu’il en soit, ce roman d’une écrivaine camerounaise de langue anglaise, née en 1982 à Limbe (anciennement Victoria),  a fait l’objet de notices socio-biographiques largement inspirées par l’envie quand on a appris que l’éditeur Random House avait préempté le texte pour la somme astronomique d’un million de dollars dès 2014, après avoir lu une centaine de pages. Waouh ! Un million de dollars pour le premier texte d’une jeune femme d’une trentaine d’années arrivée aux Etats-Unis à 17 ans ! L’anecdote est intéressante en ce qu’elle souligne l’intérêt grandissant des éditeurs américains pour ce genre de récits qu’on pourrait qualifier d’identitaires : comment trouver une identité entre au moins deux cultures, ce qui pour les Africains à peau noire « ordinaires », sans formation ni diplômes, est particulièrement difficile dans un pays où les inégalités sont immenses et le racisme toujours virulent ? Mais comme il arrive trop souvent dans les notices des medias, le scoop dispense de procéder à une lecture attentive pour se demander si l’écriture et la conception de l’ouvrage méritent ou ne méritent pas pareil traitement de faveur.
Un mot sur le récit avant de se demander à quelle poétique obéit son écriture.

Continuer la lecture de Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

arton1694-124b2Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

Auteur : Marjolaine UNTER ECKER

Presses Universitaires du Midi, collection Lettres et culture (dir. Olivier Guerrier et Philippe Ortel)

N° ISBN : 978-2-8107-0428-6
PRIX : 18.00 €
Format et nombre de pages : 14 x 19 cm – 190 p.

Dans plusieurs de ses œuvres, romans, nouvelles et écrits pour la scène, Léonora Miano interroge l’identité frontalière en donnant à lire les parcours divers de ses personnages afro-descendants qui vivent en Europe, principalement en France et à Paris.

Cet ouvrage se propose d’étudier comment s’écrit et comment se vit de l’intérieur cette identité qui naît et qui s’épanouit à la frontière de deux continents aux rapports complexes. L’apparence ou « l’identité physique » des personnages, qui se meuvent dans les décors urbains, cherche à se définir dans une société qui ne leur propose pas de modèles auxquels se référer. Leur « identité intime », qui est individuelle, se construit à partir de leur parcours existentiel et se déploie dans leurs relations à autrui. Enfin, « l’identité historique » de l’afrodescendant naît de son rapport à la mémoire du passé, de l’organisation du monde et de l’humanité.

Par ces trois figurations de l’identité, entremêlées les unes aux autres dans les récits de Léonora Miano, les personnages clament l’existence d’une identité nouvelle : celle d’être afropéens.

Marjolaine Unter Ecker a suivi ses études à l’université Toulouse – Jean-Jaurès. Elle est titulaire d’une licence de lettres modernes, d’un master II « métiers de la recherche » mention « lettres » et d’un CAPES de lettres modernes. Actuellement enseignante dans le secondaire, elle prépare une thèse.

Année : 2016
Réf. : LEC 01

URL de référence : http://pum.univ-tlse2.fr/~Questions-identitaires-dans-les~.html, où l’on trouvera à lire l’Introduction et la Table des matières de l’ouvrage.

CFP: Word, Image, and Power in Africa and the African Diaspora

Conference

Word, Image, and Power in Africa and the African Diaspora

Organized jointly by the College of New Rochelle, New Rochelle, NY and Manhattanville College, Purchase, NY

April 1 & 2, 2016

In his 2003 essay “How to Write about Africa,” Binyavanga Wainaina parodies the representation of Africa that has pervaded the literary and cinematic production of Westerners reacting to Africa. These words and images are holdovers from a colonial perspective that saw the continent and its people as the embodiment of the “heart of darkness” (Conrad). These views posit the entire continent as forever lagging behind and, in the words of Wainaina, always seem to focus on the following figures: “the Starving African, who wanders the refugee camp nearly naked, and waits for the benevolence of the West. Her children have flies on their eyelids and pot bellies, and her breasts are flat and empty.” Increasingly, these imaginings veil and distort the realities of a continent that is constantly in flux and in the process of numerous changes.

African writers and artists, in their attempt to change this static vision, have set about re-writing Western views of Africa. They deal with issues like political oppression, the student protests in Senegal and Burkina Faso and the Arab spring, to name but a few of the upheavals that the continent has recently experienced. They also define Africa and Africans within the world in terms of Taiye Selasi’s coinage of the term “Afropolitan”, which aims at capturing the experiences of diasporic subjects. Africa, as a continent experiencing steady economic growth and the rise of a middle class, demands new perspectives.

This two-day conference will take place on Friday, April 1st at the College of New Rochelle and Saturday, April 2, 2016 at Manhattanville College. We invite papers on this emerging vision of Africa and re-writing of Western views of Africa and the African diaspora.  Abstracts of 250 words should be sent to Professor Nahed Noureddine at nnoureddine@cnr.edu no later than December 1, 2015.

Languages of the Conference: English and French.

Continuer la lecture de CFP: Word, Image, and Power in Africa and the African Diaspora

Prochain Congrès de l’APELA : Panafricanisme, cosmopolitisme et «afropolitanisme » dans les littératures africaines

APELA  affiche aplatie 

Congrès de l’APELA

Panafricanisme, cosmopolitisme et « afropolitanisme » dans les littératures africaines

17, 18 et 19 septembre 2015 – Université de Bourgogne

Programme

[Télécharger le programme en pdf sur la page du congrès (site du CPTC) ou sur le site de l’UMR Thalim (version couleurs actualisée).]

Jeudi 17 septembre

Matin

Présentation et conférences introductives

9h30-9h50 : Présentation du colloque

9h50-10h30 : Guillaume Bridet (Université de Bourgogne) « Enjeux littéraires du cosmopolitisme »

Pause

10h30-11h10 : Anthony Mangeon (Université de Strasbourg) : « Panafricanisme et écriture littéraire »

11h30-12h10 : Françoise Vergès (London University) : « Frantz Fanon entre panafricanisme et cosmopolitisme »

12h10-12h30 : Discussion

Continuer la lecture de Prochain Congrès de l’APELA : Panafricanisme, cosmopolitisme et «afropolitanisme » dans les littératures africaines

REAF 2016 : Afriques cosmopolitiques

Bandeau_reaf_CompletLes 4èmes Rencontres des Études Africaines en France auront lieu à Paris les 5, 6, 7 juillet 2016, sur le site de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, au 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.

Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA), Développement et Sociétés (D&S), Langage, Langues et Cultures d’Afrique noire (LLACAN), Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique (PRODIG) et Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS).

Comme les trois précédentes, ces 4e Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2016 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

Consulter l’appel à contributions (propositions d’ateliers et de communications).

Plus d’infos et mises à jour sur le site des Rencontres.

Panafricanisme, cosmopolitisme et «afropolitanisme» dans les littératures africaines

 Panafricanisme, cosmopolitisme et « afropolitanisme » dans les littératures africaines

Congrès de l’APELA, 17-19 septembre 2015 à l’Université de Bourgogne. DATE-LIMITE D’ENVOI DES PROPOSITIONS : 31 MAI 2014

Coorganisation : CPTC (Université de Bourgogne)/THALIM (Université Sorbonne Nouvelle)/ APELA

Comité d’organisation : Guillaume Bridet, Virginie Brinker, Sarah Burnautzki et Xavier Garnier

Porté par l’universalisme et l’aspiration à une citoyenneté du monde, le cosmopolitisme est un projet philosophique et politique qu’on peut faire remonter à la Grèce antique mais qui prend toute son importance avec la modernité européenne. Son imbrication idéologique avec le projet colonial, qui s’appuie sur la culturalisation et la racialisation de la vision du monde, le mettra face à la contradiction fondamentale qui l’anime d’emblée entre ouverture à l’autre et penchants impérialistes. A bien des égards, l’argument de la mission civilisatrice du continent africain, qui sert de légitimation à l’entreprise coloniale, est en effet lié à la matrice cosmopolite. En porte-à-faux avec la modernité européenne (se réclamant de son héritage afin de lutter contre la domination de l’Europe), le panafricanisme a pour objectif d’abolir les divisions des pays colonisés par l’affirmation de l’unité culturelle et politique des peuples africains. Mais le projet panafricain n’hérite-t-il pas aussi de la contradiction du cosmopolitisme, lorsqu’il conserve la représentation culturalisée et racialisée du monde ?  Continuer la lecture de Panafricanisme, cosmopolitisme et «afropolitanisme» dans les littératures africaines