Archives par mot-clé : Angola

Au temps des royaumes africains. Par Daniel Delas

José Eduardo AGUALUSA, La reine Ginga et comment les Africains ont inventé le monde

traduit du portugais (Angola) par Danielle Schramm, Métailié, 2017, 237 p.

Ecrivain angolais d’ascendance portugaise et brésilienne, auteur prolifique de près de trente contes ou romans, Eduardo Agualusa se définit ainsi lui-même en quelques mots : « angolano em viagem, quase sem raça  – angolais voyageur, sans race précise », ajoutant qu’il souhaite finir ses jours soit à Benguela (en Angola) soit à Olinda (dans le Nordeste brésilien). Certains de ses romans se passent à Luanda (Barocco tropical), d’autres à Rio de Janeiro (La guerre des anges), traitant souvent de l’actualité du Brésil et de l’Angola d’aujourd’hui.
Mais dans ce nouveau roman, La reine Ginga, il remonte dans l’histoire, avec à la fois beaucoup d’érudition et beaucoup de drôlerie. Il imagine qu’à l’époque de la colonisation portugaise en Afrique, à la fin du XVIe siècle, à l’époque où en France Montaigne écrivait ses Essais, un jeune prêtre brésilien natif d’Olinda, métis caboclo (c’est-à-dire issu de parents indiens et portugais), débarque à Luanda et est affecté, comme secrétaire et conseiller, auprès de la reine Ginga. Les Portugais occupent certes Luanda et son fort mais tout l’arrière-pays appartient aux Ambundus et à leur roi Ngola Mbandi qui sera bien vite évincé et remplacé par sa sœur Ginga, qui se maintiendra au pouvoir jusqu’à un âge avancé (elle mourra en 1663). Agualusa a consulté de nombreux livres anciens, sommairement présentés à la fin avant un glossaire d’une soixantaine de termes et l’arrière-plan de son livre est très solidement documenté. Non tant sur les colonisateurs portugais et brésiliens installés à Luanda que sur l’organisation sociale et politique des royaumes africains, en particulier celui des Ambundus. Il s’intéresse en particulier à la manière dont ils traitent les esclaves. Citons le début du chapitre 6, qui se passe vers 1620-1630 :

Après notre retour triomphal au quilombo [village fortifié], je vécus là cinq longues années dans une tranquillité presque totale. Les étrangers étaient, en général, bien traités par la population, nobles, peuple ou esclaves. Du reste les esclaves avaient droit au royaume du Dongo à un traitement beaucoup plus amène que celui qui leur était réservé à Luanda ou au Brésil. Entre les Africains, une loi est en vigueur selon laquelle ne perd sa liberté que celui qui a commis un crime passible de la peine de mort, cette peine étant commuée en esclavage. A part ce cas, seuls les prisonniers de guerre, dont la vie, de par la loi, est entre les mains des vainqueurs, peuvent être asservis. Par naissance, seuls les enfants des femmes esclaves sont esclaves ; pas les enfants des hommes esclaves. C’est la règle du partus sequitur ventrem.
Les Portugais ne respectent aucune de ces règles, en envoyant au Brésil non seulement les esclaves ou caxicos, mais aussi les hommes libres (murinda). Ce manque de respect de la loi a toujours fait partie des protestations de la reine auprès des Portugais.
Les esclaves mènent au quotidien une vie semblable à celle des hommes libres, chassant avec eux, mangeant à leurs côtés, se divertissant dans les mêmes batuques et festivités.

Continuer la lecture de Au temps des royaumes africains. Par Daniel Delas

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Littérature, cinéma, musique, histoire

7 octobre 2016 | 8h30 à 17h45

Salle J636 (au 3ème étage), entrée par le 54, rue Saint-Jacques

Université de Paris Sorbonne
UFR d’études Ibériques et Latino-américaines/CRIMIC AE 2561/APELA

En fin de journée, l’APELA rendra hommage à Alain Ricard.

Consulter le programme de la journée :

Continuer la lecture de Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Historic figures and collective memory/ies

De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

The use of heroes in colonial and postcolonial contexts

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Vendredi 25 septembre 2015, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 870 – Université Paris 7 Denis Diderot – 8 Place Paul Ricoeur
Paris, France (75013)

Programme

9h-9h30. Accueil des participants et présentation de la journée (Florent Piton et Elara Bertho)

9h30-11h. Pères de la patrie et héros nationaux

  • Hoang Thi Hong Ha (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris Ouest) : Le culte du héros Tran Hung Dao et le rôle du héros dans la société vietnamienne
  • Milunda Kombila (Ecritures, Université de Lorraine) : Figures historiques et mémoire collective : le cas de Barthélémy Boganda
  • Otata Hance Wilfried (Ecritures, Université de Lorraine) : Les figures historiques dans la fiction contemporaine camerounaise : le cas de Ruben Um Nyobè dans Remember Ruben de Mongo Beti

11h-11h15 : pause

11h15-12h15. L’Emir Abdelkader : une figure historique et ses mémoires plurielles

  • Laure Demougin (Université Paul Valéry Montpellier 3, Université de Laval) : La figure héroïque d’Abd-el-Kader, entre la presse coloniale du dix-neuvième siècle et La Dernière nuit de l’émir d’Abdelkader Djemaï
  • Kaoutar Harchi (CERLIS, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : Figurations littéraires de l’héroïsme national en situation coloniale et post-coloniale. L’Emir Abdelkader dans l’oeuvre littéraire de Kateb Yacine

12h15-14h : déjeuner

14h-15h30. Des mémoires nationales aux mémoires transnationales

  • Lorenzo Mari (Thalim, LabEx TransferS) : Entre « mullah fous » et mullah faux. Représentations de Sayyid Maxamed Cabdille Xasan après la décolonisation de la Somalie
  • Marine Cellier (CIELAM, Université Aix-Marseille) : Un Marron pour ancêtre. Makandal, figure de la résistance noire et héros caribéen : l’exemple de Las metamorfosis de Makandal, de Manuel Rueda
  • Fernanda Vilar (Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées, Université Paris Ouest) : La reine Ginga, ou comment les Africains ont aussi construit le monde

15h30-15h45 : pause

15h45-16h45. Mémoires visuelles : les héros en image(s)

  • Armelle Chandelier (CESSMA, Inalco) : La représentation de Mao Zedong dans l’art contemporain chinois ou le symptôme d’un malaise national
  • Mathias De Groof (University of Antwerp) : Raoul Peck et l’iconographie de Lumumba

16h45-17h30. Clôture de la journée

Continuer la lecture de Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

ELA 37 : Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap-Vert

couv_15080 Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap Vert
Textes réunis par Maria Benedita BASTO

Consacré aux principales littératures africaines lusophones, ce dossier cherche à pallier le relatif manque de travaux disponibles à leur sujet en langue française. Il réunit des contributions venant d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du Nord et d’Amérique latine. Ces études concernent tantôt l’histoire de la littérature, tantôt des problématiques contemporaines ou encore des analyses monographiques. Elles partagent une forte dimension épistémique, mettant en perspective des dynamiques transnationales aussi bien que locales.

Dossier : Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap-vert

  1. Maria Benedita Basto Introduction
  2. Laura Padilha,
    Littérature angolaise, jeux cartographiques et désobéissance épistémique
  3. Philip Rothwell,
    Nouvelles trajectoires de la littérature angolaise : l’Amérique au crible de l’épistémologie du Sud dans O Terrorista de Berkeley, Califórnia de Pepetela
  4. Inocência Mata,
    À contre-flux du nationalisme littéraire : inspiration et inversion du regard dans la littérature angolaise
  5. Maria Benedita Basto,
    Une main peut en cacher une autre : décolonisation des savoirs, histoire et épistémologie au cœur des écritures littéraires mozambicaines
  6. Francesco Noa,
    L’océan Indien et les routes de la transnationalité dans la poésie mozambicaine
  7. Agnès Levecôt,
    Frontière et altérité dans Le Dernier Vol du flamant de Mia Couto
  8. Catherine Dumas,
    La poésie du Cap-Vert, sons et thèmes
  9. Simone Caputo-Gomes,
    Faire la différence : écritures littéraires des femmes au Cap-Vert

Varias

  1. Yves Chemla,
    Obsidionalité de l’histoire dans l’écriture de La Pacotille, de Gérard Étienne
  2. Michael Meewis,
    Brefs accès de bonheur. Un film amateur montrant Graham Greene au Congo Belge en mars 1959

 A propos de l’Histoire de la littérature arabe moderne

  1. Contribution de Xavier Luffin
  2. Contribution de Carole Boidin
  3. entretien de Nathalie Carré avec Heidi Toelle et Boutros Hallaq

Continuer la lecture de ELA 37 : Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap-Vert

Escritor Filipe Correia de Sá lança livro “Tala Mungongo”

 O escritor angolano Filipe Correia de Sá lança no dia 24 deste mês no Centro Cultural Português, em Luanda, a obra literária “Tala Mungongo”.

Uma nota de imprensa do Centro Cultural Português, chegada hoje (quarta-feira) à Angop, indica que o livro baseia-se numa lenda passada na cordilheira do Tala Mungongo, na província de Malanje, em que se fala “de acontecimentos perdidos e roubados por ventos devastadores de um reino em decadência”.

O documento acrescenta que o livro tem três personagens, nomeadamente o Estamos Juntos, Ninguém e o Cara Podre, que aprendem a viajar no vento para tentar salvar o grande quimbo.

Leia mais.

Zoom Afrique lusophone au musée du quai Branly

Une nouvelle géographie des échanges

Du 1er janvier au 30 avril 2014

Le zoom de ce quadrimestre au salon de lecture porte sur l’actualité géopolitique des pays africains lusophones, marquée par des transformations récentes, leur ouverture sur le monde, le passage à l’économie de marché mondialisée et par une nouvelle géographie des échanges avec l’Europe.

à propos

Historiquement, 2014 est l’anniversaire de la Révolution des Œillets qui enclencha la fin de l’empire colonial portugais. Cette année voit également le 350e anniversaire de la reine Njinga, une figure majeure de l’histoire de l’Angola.

C’est l’occasion de découvrir différents aspects de la culture de ces pays qui, s’ils ont une langue et une histoire partiellement communes, présentent des caractéristiques culturelles très variées.

Au programme

Des conférences, des rencontres, des lectures ou des tables-rondes… Mais aussi de nombreux ouvrages et documents audio-visuels issus des collections de la médiathèque à consulter sur place… Détails des manifestations sur le site du MQB.