Archives par mot-clé : Arts

Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda

Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda de la fin du collège à l’université

Éditions Universitaires de Dijon – 234 p.
Format : 15 x 23 cm Parution : 2017 Collection : Sociétés
ISBN : 978-2-36441-217-0 ISSN : 1628-5409
Auteurs : Virginie Brinker

L’objectif d’Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda de la fin du collège à l’université est de présenter un bilan de la recherche où spécialistes, didacticiens, enseignants et artistes témoignent de leurs pratiques de classe, notamment en Histoire, et un questionnement didactique sur les intérêts et les difficultés de cet enseignement. Mais il s’agit surtout de proposer des supports et démarches pédagogiques en Histoire, en Lettres, en Histoire des arts et en Philosophie.
Cet ouvrage prend donc le parti de mener une réflexion transversale et pluridisciplinaire, assortie de propositions très concrètes pour mener cet apprentissage. Il met aussi en valeur des contributions habituellement peu éclairées : la réflexion d’artistes du point de vue de leurs interventions en milieu scolaire, celle de chercheurs du point de vue de leurs enseignements, et l’analyse des réactions, tant émotionnelles qu’intellectuelles, des principaux concernés, les élèves et étudiants.

URL de référence : http://eud.u-bourgogne.fr/pedagogie/534-enseigner-le-genocide-des-tutsi-au-rwanda-de-la-fin-du-college-a-luniversite-9782364412170.html.

African Theatre 15: China, India & the Eastern World

 African Theatre 15: China, India & the Eastern World
African Theatre 15: China, India & the Eastern World

Edited by Martin Banham, James Gibbs, Femi Osofisan

ISBN: 9781847011466 November 2016, 264 pages
Extends the study of China’s « soft power » into theatre studies and looks more widely at syncretic traditions evolving in other long-term historic exchanges between Asia and Africa.

China is the main focus of this volume, and articles consider the way it is using « soft power » in its extensive engagement with South Africa, and, through its support for theatre festivals, with Lusophone countries in Africa. China’s involvement with the construction of theatres, opera houses and cultural facilities as part of its foreign aid programmes in such countries as Algeria, Cameroon, Mauritius, Ghana and Senegal, provides the background to the playscript from this volume, Blickakte (Acts of Viewing) by Daniel Schauf, Philipp Scholtysik & Jonas Alsleben, that explores Chinese impact in Somalia.
Issues also emerge around what China is « importing » culturally from Africa. In 2012, Soyinka’s The Lion & the Jewel was produced there, and a season of Fugard’s work was enjoyed in Beijing during 2014. During 2016 Brett Bailey’s Macbeth Opera will be performed in Macao.

In recent years courses in African theatre have been started in Beijing by Biodun Jeyifo, and also taught by Femi Osofisan whose well-known Esu and the Vagabond Minstrels and Once Upon Four Robbers have been translated into Mandarin, along with Soyinka’s The Lion & the Jewel. The volume also includes contributions on exchanges between other Asian countries and Africa such as articles on the production of African plays in Bangladesh and on the persistence of African performance traditions among African migrants in India. Attention is paid to the syncretic theatre traditions that have evolved wherever African and Asian populations have been in close and extended contact, as in Mauritius and Durban. Unusual exchanges and globalized theatre surfaces in the course of the volume. For example, while the Guangdong Provincial Puppet Art Theatre Group performed at the 41st Grahamstown Festival (2015), Chinese puppeteers are being trained to manipulate the War Horse for a Beijing production.

Volume Editors: JAMES GIBBS & FEMI OSOFISAN
FEMI OSOFISAN Thalia Laureate of the International Association of Theatre Critics 2016

Series Editors: Martin Banham, Emeritus Professor of Drama & Theatre Studies, University of Leeds; James Gibbs, Senior Visiting Research Fellow, University of the West of England; Femi Osofisan, Professor of Drama, University of Ibadan; Jane Plastow, Professor of African Theatre, University of Leeds; Yvette Hutchison, Associate Professor, Department of Theatre & Performance Studies, University of Warwick.

URL: https://boydellandbrewer.com/african-theatre-15-china-india-amp-the-eastern-world-hb.html

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor

Photo CM

Cycle de lectures commentées à l’ENS, rue d’Ulm : soirée de lectures de poèmes de Léopold Sédar Senghor par Etienne Minoungou avec accompagnement musical de Simon Winsé et un commentaire de Xavier Garnier (Professeur à Paris III-Sorbonne nouvelle).

Le lundi 21 novembre 2016 à 20h30, Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservations conseillées.

Programme :

  • « Tout le long du jour… » (Chants d’ombre)
  • « Nuit de Sine » (Chants d’ombre)
  • « Le totem » (Chants d’ombre)
  • « A la mort » (Chants d’ombre)
  • « Messages (Guimm pour kôra) à Cheik Yaba Diop, chef de province » (Ethiopiques)
  • « Chants pour Signare » – « Ton visage… » (Nocturnes)
  • « Elégie pour Martin Luther King » I (Elégies majeures)
  • « Elégie pour Martin Luther King » III (Elégies majeures)
  • « Elégie des Alizés » (Elégies majeures)

novembre-21-2016-affiche-voix-dun-texte

URL de référence : http://savoirs.ens.fr

Le théâtre de Sony Labou Tansi – ELA 41

ela_41_couvLe théâtre de Sony Labou Tansi

Textes réunis par Julie Peghini et Xavier Garnier

L’année 2015 a été marquée par diverses lectures et mises en scènes de l’œuvre théâtrale et poétique de Sony Labou Tansi, en France et au Congo. Pourtant, vingt ans après la mort de l’écrivain, ses pièces de théâtre restent mal connues, peu jouées et à peine étudiées. Or, elles donnent d’indispensables clés pour accéder à l’œuvre.

Sony a théorisé sa pratique du théâtre, qu’il voyait comme un « artisanat mondial » susceptible de mettre en contact des hommes de tous les continents. À l’horizon de son théâtre, qui exploite les potentialités du corps physique des acteurs, on aperçoit sa dimension politique concrète, à la fois philosophique et spirituelle, vécue comme résistance humaine à la misère idéologique et matérielle d’un monde à la dérive.

  • Sommes-nous sortis du monde, Sony Labou Tansi ?
    Le théâtre, la scène, la fable (Julie Peghini et Xavier Garnier)
  • Sony Labou Tansi, le souffle d’un marronneur
    (Sylvie Chalaye)
  • Sony Labou Tansi, précurseur de nouvelles écritures
    dramatiques ? (Amélie Thérésine)
  • Le flou et le fou : espace mystique et figure messianique dans
    La Parenthèse de sang de Sony Labou Tansi (Pierre Leroux)
  • Nommer pour conjurer la mort : le désir d’exister dans le
    théâtre de Sony Labou Tansi (Léna Paugam)
  • Enjeux de la transformation de Jules César de Shakespeare en palimpseste : Moi, veuve de l’empire (Fabrice Schurmans)
  • Entretien avec Rodrigue Ndong
  • Entretien avec Dieudonné Niangouna

À propos de Beauté Congo
et des expositions d’art contemporain africain dans l’espace muséal français : le retour du refoulé colonial ?
• L’art contemporain d’Afrique vu par André Magnin :
reprendre ou défaire le discours d’un commissaire (Emmanuelle Spiesse)
• Beauté Congo, un art sans histoire (Anna Seiderer)
• D’une rive à l’autre du fleuve Congo : les expositions Modernités plurielles et Beauté Congo (Nora Greani)

Varias
• Entretien avec le photographe Omar Victor Diop (« Afriques transversales »)
• Le chien au propre : ébauche d’une piste cynique dans les littératures africaines contemporaines (Ninon Chavoz)
• Nelson Mandela et John Dube : une mémorable généalogie politique (Chérif Keita)

Comptes rendus

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2016 : Bulletindadhesion2016

Véronique Tadjo – Ecrire, traduire, peindre

pastedimageRencontre avec Véronique Tadjo

vendredi 4 novembre 2016 à 16h, à la librairie Présence Africaine, à l’occasion de la parution du dernier numéro des Cahiers de Présence Africaine qui examine l’oeuvre de l’auteure franco-ivoirienne :

Davies Cordova, Sarah  et Désiré Wa Kabwe-Segatti (eds)  Écrire, traduire, peindre – Véronique Tadjo – Writing, Translating, Painting. Les Cahiers. Paris : Présence Africaine, 2016. ISBN : 978-2-7087-0892-1
363 pages & 7 reproductions couleur de l’œuvre artistique de V. Tadjo.
Entre un poème inédit « Déclinaison du temps premier I » et une traduction de « Nelson Mandela “Non à l’apartheid” », ce collectif réunit une série de 19 articles qui présentent pour la première fois l’œuvre de Véronique Tadjo de perspectives critiques variées pour y relever son style, son regard et ses thèmes de prédilection. Les articles examinent comment Tadjo interroge les dérives politiques de l’actualité africaine et l’univocité de l’Histoire, et repense la pluralité et la complexité des rituels, traditions et mœurs européens et africains dans un monde contemporain révolu. Ils se penchent sur cette poète et conteuse, écrivaine de récits, auteure de livres pour la jeunesse et peintre qui se situe en tant que panafricaniste dans la lignée de femmes écrivant d’Afrique et qui traduit au cœur d’histoires personnelles une recherche d’un universalisme à dimension humaine.

 

AAC : Congrès 2017 de l’APELA, Universidad de Alcalá

CONGRÈS INTERNATIONAL 2017 de l’APELA

en collaboration avec le Congrès d’Études Hispano-africaines du Laboratoire de recherche « Imaginaires culturels et littéraires d’Afrique et de la Diaspora » de l’Université d’Alcalá.

15965433_10211549963127335_7129679429592977669_n
Dates : du mardi 12 au vendredi 15 septembre 2017
Lieu : Universidad de Alcalá, Alcalá de Henares, Madrid, Espagne

APPEL À COMMUNICATIONS
IMAGES ET USAGES DU PEUPLE DANS LES LITTÉRATURES D’AFRIQUE ET DE LA DIASPORA

CALENDRIER
Date limite pour la soumission des propositions : 31 août 2016
Notification d’acceptation : au plus tard le 31 octobre 2016
Date limite de préinscription : 31 janvier 2017
Date limite d’inscription : 31 mars 2017
Colloque : mardi 12 – vendredi 15 septembre 2017

(voir des informations complémentaires à la fin de ce billet, et les informations pratiques sur le site de l’APELA : http://www.apela.fr/les-activites/actualites/)

Apela2017-Alcalafrancais

Apela2017-AlcalaEspañol

Le « peuple » désigne, généralement, des couches sociales démunies aux contours indéfinis, aux identités mouvantes et corvéables à merci. Mot polysémique et polyvalent, « le peuple » est aussi perçu, entre autres dénominations, comme synonyme de populace, foule, masse anonyme, bas peuple, petit peuple, gens du peuple, ceux d’en-bas, basses classes et classes laborieuses. Dans les pratiques sociales comme dans les usages linguistiques, est dit « populaire » ce qui s’exclut du modèle élevé, à l’instar du parler non conventionnel rebelle au niveau de langue courant ou soutenu. Souvent associé aux marginaux, aux déclassés, aux laissés-pour-compte, le « peuple » est un sujet récurrent de l’histoire littéraire universelle, tout comme de la création littéraire et artistique d’Afrique et de la diaspora, de la période coloniale à nos jours. Dans toutes ces littératures, le peuple apparaît irréversiblement comme groupe subalterne et « communauté imaginée ». Hanté par un permanent désir d’émancipation, le peuple affronte dans un premier temps les colonisateurs, puis les élites, les classes dirigeantes, ou encore, les notables issus de la situation postcoloniale.

Continuer la lecture de AAC : Congrès 2017 de l’APELA, Universidad de Alcalá

Art et postmémoire au Rwanda

https://www.facebook.com/ongcec/photos/gm.1702198760037454/1009995445747373/?type=3

Lectures, projections et table-ronde: écrire après – Art et postmémoire au Rwanda, 11/04/2016

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs, sous la direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, de créer des œuvres originales liées à la période après le génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Le projet Arts et postmémoire au Rwanda réunit une quinzaine d’artistes et d’auteurs qui font partie de la génération post génocide et qui ont voulu à partir d’archives s’exprimer artistiquement sur le sujet. Ce projet à pour but non pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes. La postmémoire désigne les différents effets produits par des événements traumatisants, non sur les victimes directes, mais sur les générations suivantes, qui n’en ont parfois jamais entendu parler. Cette conscience diffuse de ce qu’ont vécu les ascendants les conduit souvent à exprimer leur quête de sens dans des productions littéraires ou artistiques. En savoir plus : https://rwandaateliermemoire.wordpress.com/

URL de référence : https://cec-ong.org/2016/03/24/lectures-projections-et-table-ronde-ecrire-apres-art-et-postmemoire-au-rwanda-110416/