Archives par mot-clé : Arts

Au coeur de l’Afrique, le message du tambour. Par Daniel Delas

Scholastique MUKASONGA, Cœur tambour, roman, Gallimard, 2016, 176 p.

Née en 1956, Scholastique Mukasonga (désormais SM) n’est pas à proprement parler une survivante du génocide de 1994 comme par exemple sa cadette Beata Umubyeyi-Mairesse née en 1979, qui a passé plusieurs mois cachée dans une cave au cours de ces terribles jours du génocide qu’elle évoque par flashes dans ses deux récents recueils de nouvelles, Ejo et Lézardes. SM n’a vécu au pays des mille collines que jusqu’en 1973  mais elle a cependant fait l’expérience de la terreur raciste que fit régner le pouvoir hutu. Car on oublie trop souvent que l’année du génocide de 1994 fut précédée de graves crises de violence raciales dès 1959, date de la ‘révolution rwandaise’ qui renverse le pouvoir ‘féodo-colonial’ qui privilégiait les Tutsis, lesquels furent désormais persécutés par les Hutus fanatisés par Grégoire Kayibanda et considérés comme des ‘envahisseurs’ étrangers, des Inyenzi (cafards). Chassée de son école d’assistante sociale de Butare en 1973, SM finit ses études au Burundi avant de s’installer en France en 1992. C’est là qu’elle apprendra en 1994 le massacre de sa famille.
Les cinq livres qu’elle a consacrés à sa jeunesse rwandaise – biographie, nouvelles, chroniques  – évoquent tous la peur et l’angoisse des Tutsis, déplacés vers des terres insalubres (à Nyamata dès 1960 pour sa famille) et victimes de sanglants pogroms. Elle a aussi évoqué, à partir de son expérience personnelle, l’étouffant huis-clos d’un lycée de jeunes filles bruissant de haines feutrées et de peurs sourdes, dans Notre-Dame du Nil.

Le succès de ce livre, prix Renaudot, a en quelque sorte provoqué chez la jeune femme un tournant dans sa production littéraire dont témoigne le récent Cœur Tambour. Elle l’a d’ailleurs dit elle-même : « Je ne suis plus la victime du dedans, je suis l’écrivaine du dehors. » De sorte qu’elle s’est sentie libérée de l’obligation de témoigner dans une stricte obédience aux ‘vrais’ événements historiques rwandais. C’est dans cette nouvelle disposition d’esprit que l’écrivaine rwandaise découvre à l’occasion d’un séjour en Guadeloupe que d’autres populations noires ont été victimes de pratiques génocidaires et de crimes raciaux et les ont sinon sublimés, du moins dépassés dans et par la musique du tambour. Certes le survivant d’un génocide doit témoigner – c’est le sens que Primo Levi donnait à l’expression ‘devoir de mémoire’ – mais s’il veut échapper à un enfermement suicidaire, il lui faut s’ouvrir à l’autre, aux autres, au monde. L’écriture littéraire, historique ou fictionnelle, est alors un medium décisif pour les uns, le chant et la musique l’étant pour d’autres. Ce qui explique l’envie qu’a ressentie SM d’orchestrer plus largement son travail littéraire sans quitter le Rwanda mais en l’impliquant dans une énonciation élargie par la musique. Ainsi invente-t-elle le personnage d’une jeune fille tutsie ordinaire semblable à elle, progressivement envahie par une force magique qui fait sortir des profondeurs de son être, voire d’un au-delà d’elle, un chant étrange et puissant :

Dans son Chant se bousculaient des mots dévoyés de toutes les langues qui se retrouvaient ballottés, malmenés, charriés, entraînés, emportés dans le flot tumultueux du Chant. D’où venaient-ils, ces mots ? du kinyarwanda, la langue maternelle de la chanteuse, d’un anglais dans sa version rasta-jamaïcaine, du yoruba cubain, d’un français quelque peu créolisé, certains prétendaient y reconnaître les sonorités de l’amharique, du swahili, du sango, du wolof, du ruhima, du lingala, du copte, du dinka, du sanskrit, de l’araméen… de langues inconnues disparues depuis des millénaires ou encore à naître, des onomatopées d’une glossolalie mystique. Arrachés à leur langue matricielle, dépouillés de leur sens, ils s’agrégeaient en une unique incantation magique dont tous ceux qui l’écoutaient partageaient, ne fût-ce qu’un instant, la puissance.  (pp.13-14)

L’esprit de ce chant magique ne se manifeste qu’avec l’accompagnement de trois tambours, un tambour rastafari (niabinghi), un tambour ka de la Guadeloupe et un tambour bata de Cuba) et d’un énorme tambour ingabe du Rwanda appelé Ruguina.

Continuer la lecture de Au coeur de l’Afrique, le message du tambour. Par Daniel Delas

Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent

« Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent : savoir politique des arts face aux crises du contemporain »

lundi 4 décembre 2017, espace recherche UFR ALC, Université Rennes 2

Journée d’étude organisée par

Emmanuel Bouju, Audrey Giboux, Charline Pluvinet (Cellam, Université Rennes 2) et Yolaine Parisot (LIS, Université Paris Est-Créteil), avec le soutien de l’IDA – R

Programme :

  • 11h15 – Accueil des participants
  • 11h30 – Introduction, Yolaine Parisot, Université Paris-Est Créteil
  • 11h45 – Sylvie Servoise, Le Mans Université, « L’écrivain contemporain ou le “maître ignorant” : les ambiguïtés du “parler pour” »
  • 12h30 – Discussion
  • 13h – Déjeuner
  • 14h30 – Maëline Le Lay, LAM – UMR 5115 Sciences Po Bordeaux / CNRS, « Les usages des notions de performance et performativité dans le paysage artistique de l’Afrique des Grands Lacs »
  • 15h15 – Flavia Bujor, Université Bretagne-Sud, « Dire les corps séropositifs : du savoir de l’autofiction au témoignage fictif »
  • 16h – Cyril Vettorato, ENS de Lyon, « Daddy, you do not do? Ambivalences de la figure paternelle chez quelques poétesses de la Caraïbe (Goodison, Kanor, Lorde, Morejón, Saldaña) »
  • 16h45 – Discussion

18h – Rencontre avec l’écrivain James Noël, Librairie Le Failler (8 rue Saint-Georges, Rennes), autour de son roman Belle Merveille, éditions Zulma, 2017.

Télécharger le programme de la journée en pdf : Programme Journée d’étude

Affiche de la JE en pdf : affiche JE

Ce que l’art fait à la citoyenneté : rencontre avec Emmanuel Dongala

La prochaine séance du séminaire « Pratiques artistiques contemporaines d’Afrique : formes et enjeux politiques » se tiendra le jeudi 16 novembre 2017 à la Bibliothèque Universitaire de Lettres de BordeauxMontaigne, de 10h30 à 12h (3è étage, rayon littérature).

Pour cette septième séance du second cycle intitulé « Ce que l’art fait à la citoyenneté », en partenariat avec Lettres du Monde – « Rêve général ! », 14è édition du festival des littératures du monde, et avec la Licence Babel de l’Université Bordeaux-Montaigne, nous aurons le plaisir de recevoir Emmanuel Dongala, romancier pour une séance sur le thème suivant :

« Photos de luttes d’une rive à l’autre »

Romancier prolixe, Emmanuel Dongala poursuit depuis plus de quarante ans une œuvre singulière qui, tout en brassant des thématiques variées – les enfants-soldats dans Johnny chien méchant, la violence socio-économique du capitalisme dans Photo de groupe au bord du fleuve – reste innervée par un motif constant : celui de la lutte sociale. Si la plupart de ses romans se déroulent en Afrique, le dernier, La Sonate à Bridgetower (2017), nous promène dans l’Europe du XVIIIe siècle qui bruisse des cris de la Révolution française et qui voit se craqueler son système esclavagiste.

Flyer de l’évènement : 20171109 S2.7 mail DEF R

Page du séminaire : http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/programme-recherche/pratiques-artistiques-contemporaines-dafrique-formes-et-enjeux-politiques

Page Facebook du séminaire : https://www.facebook.com/seminairePACA/

 

JCEA 2018 à Marseille : Les Afriques en débats

Rencontres des Jeunes Chercheur·e·s en Études africaines

Dates : du 9 au 12 juillet 2018

Lieu : Université d’Aix-Marseille, campus Saint Charles, Marseille, France

Thème : Les Afriques en débat

Du 9 au 12 juillet 2018, se tiendra la quatrième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) autour du thème « Les Afriques en débat ». L’évènement sera organisé sur le campus Saint Charles de l’université d’Aix-Marseille, en parallèle des cinquièmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF).
Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés, historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA invitent à dépasser les barrières disciplinaires qui structurent encore largement les recherches africanistes. Elles aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines, sociales et économiques, afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.
Les Rencontres 2018 sont marquées par une double ouverture, manifeste dans leur choix d’analyser « les Afriques ». D’une part, se tenant à Marseille, ville carrefour et porte d’entrée sur la Méditerranée, elles réaffirment la nécessité de faire dialoguer les recherches portant sur l’Afrique du Nord, en allant du Maroc à l’Égypte, et l’Afrique sub-saharienne et insulaire. Ce faisant, elles s’interrogent sur les modalités du « grand partage » historique et épistémologique qui a conduit à diviser le continent en deux aires culturelles supposées étanches. Si les Rencontres conçoivent l’Afrique dans son unité géographique, elles veulent, d’autre part, rassembler les jeunes chercheur.e.s travaillant autant sur le continent que sur les groupes et les sociétés qui, bien qu’exilés sur d’autres terres du fait de la Traite, de la diaspora ou de la migration, revendiquent une identité « africaine ».

Proposition de communication scientifique

Les propositions de communication soumettant les Afriques aux « débats » peuvent s’inscrire dans l’un des cinq axes identifiés ci-dessous. Néanmoins, toute proposition de communication dont l’objet porte sur un terrain ou sur une problématique liés au continent africain peut être également soumise. Les propositions de communication mêlant sciences sociales et sciences environnementales ou sciences de la santé sont également les bienvenues. Écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots, les propositions de communication devront être envoyées avant le 15 novembre 2017 sur le site : https://jcea2018.sciencesconf.org/

Proposition de contribution artistique

Parallèlement aux discussions des jeunes chercheur.e.s, les Rencontres souhaitent inviter des chercheurs et des artistes amateurs ou professionnels qui, dans leurs recherches photographiques, littéraires, documentaires, cinématographiques, musicales, théâtrales, etc., convoquant ou non les sciences humaines et sociales, proposent un regard original sur les Afriques. Les Rencontres aspirent ainsi à organiser une « entre-vue » entre recherches artistiques et recherches scientifiques. Les projets de performance, de projection, d’exposition ou de lecture, accompagnés d’un paragraphe explicatif et argumenté, devront être envoyés au comité d’organisation des Rencontres avant le 15 novembre 2017 à cojcea2018@gmail.com

Continuer la lecture de JCEA 2018 à Marseille : Les Afriques en débats

Salon du livre d’art des Afriques

// SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES // 18-21 OCTOBRE 2017

Pendant la Fiac, du 18 au 21 octobre 2017  La Colonie, lieu de partage des savoirs créé par Kader Attia, en collaboration avec la revue d’art Afrikadaa et l’African Art Book Fair accueillent la première édition du Salon du livre d’art des Afriques avec une large sélection d’éditeurs indépendants internationaux et d’artistes venus de pays différents, garantissant ainsi une diversité des pratiques éditoriales actuelles. Au programme : des éditeurs indépendants, un lieu de débats et d’échanges autour de panels de discussion, une carte blanche à la maison d’édition Présence Africaine (URPA), un espace d’exposition,  et des performances. 

LES RENDEZ-VOUS QUOTIDIENS:
Ouverture du salon du livre d’art des Afriques : Du 18 au 21 octobre 2017
Lieu : La Colonie 128 rue  La Fayette 75010 PARIS
Horaires : de 10h30 à 18h30
Vernissage : le mercredi 18 octobre à 17h
Carte blanche Présence Africaine (URPA ): samedi 21 et  dimanche 22 de 10H30 à 18H30
Finissage: samedi 21 octobre de 21h à 2h soirée de clôture du Salon.
Performances : tous les jours à partir de 19h
Soirées DJ : tous les jours de 21h à 2h

LE SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES

Le salon du livre d’art des Afriques est un espace dédié aux publications qui entend offrir un panorama des pratiques éditoriales contemporaines les plus engagées dans la production de publications qualitatives et esthétiques sur des sujets dont la pertinence de l’offre est en relation avec l’état actuel du monde. Ce rendez-vous culturel convivial est un moment de découvertes et d’échanges réunissant éditeurs indépendants, artistes, collectionneurs et grand public. Le salon du livre d’art des Afriques est une occasion unique pour le public de découvrir la richesse et la diversité de la programmation des publications d’art, revues, fanzines provenant des Afriques à La Colonie lieux accessibles à tous et ouverts aux dialogues. Cette première édition propose un focus sur la thématique des artistes qui travaillent le livre comme médium. Cet évènement offre aussi aux éditeurs indépendantsune plateforme de rencontre entre les artistes, les professionnels du monde de l’art et le public, afin de favoriser des échanges ainsi que la circulation des savoirs dans une optique de contextualisation des oeuvres et des artistes des Afriques. La dénomination du vocable  les Afriques  est  ici définie d’une manière protéiforme et métaphorique.

Véritable projet artistique qui se concentre sur des thématiques liées à des publications sur l’art, le choix de la programmation repose sur une sélection de publications, d’artistes et d’éditeurs indépendants peu connu du grand public. Face à l’absence du monde éditorial dans les biennales, foires d’art et autres évènements artistiques internationales pour les publications et revues issues des territoires du Sud, le Salon du livre d’art des Afriques contribue à la valorisation et à la réflexion des éditions artistiques des Afriques en questionnant la production intellectuelle indépendante en tant qu’outil participant à l’émancipation de la création artistique. Nous découvrirons les dernières publications  valorisant la production critique autour des idées qui font l’essence de leur métier : transmissions des récits et échanges d’expériences entre les productions éditoriales de différents formats, mise en valeur de la création contemporaine et d’un extraordinaire patrimoine artistique, grâce à une programmation riche et exigeante dans un espace convivial de partage des savoirs .le salon du livre d’art des Afriques traversera les frontières afin de confirmer la nécessité incontournable de s’inscrire dans l’écrit et le verbe et de mémoriser, questionner  des formes de langages  nouvelles et contemporaines.

Continuer la lecture de Salon du livre d’art des Afriques

Congrès 2017 – Programme

Images et usages du peuple dans les littératures d’Afrique et de la diaspora

Affiche de Said Messari

Le congrès 2017 de l’APELA en collaboration avec le Congrès d’Études Hispano-africaines du Laboratoire de recherche « Imaginaires culturels et littéraires d’Afrique et de la Diaspora » de l’Université d’Alcalá aura lieu à l’Université de Alcalá, Alcalá de Henares, Madrid, Espagne, du mardi 12 au vendredi 15 septembre 2017.

Programme téléchargeable en pdf (version du 17/08/17) : PROGRAMA-17dejagosto2017

Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda

Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda de la fin du collège à l’université

Éditions Universitaires de Dijon – 234 p.
Format : 15 x 23 cm Parution : 2017 Collection : Sociétés
ISBN : 978-2-36441-217-0 ISSN : 1628-5409
Auteurs : Virginie Brinker

L’objectif d’Enseigner le génocide des Tutsi au Rwanda de la fin du collège à l’université est de présenter un bilan de la recherche où spécialistes, didacticiens, enseignants et artistes témoignent de leurs pratiques de classe, notamment en Histoire, et un questionnement didactique sur les intérêts et les difficultés de cet enseignement. Mais il s’agit surtout de proposer des supports et démarches pédagogiques en Histoire, en Lettres, en Histoire des arts et en Philosophie.
Cet ouvrage prend donc le parti de mener une réflexion transversale et pluridisciplinaire, assortie de propositions très concrètes pour mener cet apprentissage. Il met aussi en valeur des contributions habituellement peu éclairées : la réflexion d’artistes du point de vue de leurs interventions en milieu scolaire, celle de chercheurs du point de vue de leurs enseignements, et l’analyse des réactions, tant émotionnelles qu’intellectuelles, des principaux concernés, les élèves et étudiants.

URL de référence : http://eud.u-bourgogne.fr/pedagogie/534-enseigner-le-genocide-des-tutsi-au-rwanda-de-la-fin-du-college-a-luniversite-9782364412170.html.