Archives par mot-clé : B. B. Diop

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception. Colloque ELLAf

ELLAFColloque ELLAf (Encyclopédie des Littératures en langues africaines):

Littératures en langues africaines: production, diffusion, réception

Ce colloque se tiendra les 29, 30 septembre et 1er octobre 2016, à l’auditorium de l’INALCO, 65 rue des grands Moulins, Paris 13e.
Consulter le site du colloque : https://ellaf2016.sciencesconf.org/
Consulter le programme en pdf : Programme_colloque_ELLAf.
Consulter l’appel à contributions : https://apela.hypotheses.org/713

Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Des littératures nationales à la littérature-monde en français : Questionnements, positionnements, enjeux et perspectives

Workshop international à l’ Université de la Sarre, 30 mars 2016

1. Ouverture du workshop

09h00 – 9h15 Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) : Mot de Bienvenue

09h15-9h40 Sylvère Mbondobari (Université Omar Bongo / Université de la Sarre) : Introduction : Les lieux de la littérature.

2. Questionnements et positionnements

Président de séance : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre)

09h40 – 10h05 Bernard Mouralis (Université Cergy-Pontoise) : La ‘littérature-monde’ en français : réflexion sur la généalogie d’un concept et la pertinence d’une assignation territoriale à la littérature africaine francophone.

10h05 – 10h30 Pierre Halen (Université de la Lorraine) : Champ et système littéraire, autonomie et antinomie : des concepts pour l’étude des littératures francophones ?

Discussion : 10h30-10h55

Continuer la lecture de Des littératures nationales à la littérature-monde en français

A suivre en 2016, la collection Céytu

Relayée sur les réseaux sociaux où l’initiative est qualifiée de grande première, l’annonce de la naissance prochaine (mars 2016) d’une nouvelle collection : Céytu. Sous l’impulsion de Boubacar Boris Diop au Sénégal, et avec le soutien des éditions Zulma (Paris) et Mémoire d’encrier (Montréal), cette collection proposera des traductions en wolof d’oeuvres francophones.

CÉYTU, qui résulte « d’un travail d’équipe réparti sur trois continents, s’adresse à tous les locuteurs du wolof, avec une politique du prix adaptée à chaque territoire ». Il s’agit, comme le souligne Boubacar Boris Diop, d' »une innovation qui ne risque pas de passer inaperçue dans les semaines à venir » : traduire des chefs-d’œuvre de la littérature universelle, « y compris les livres de jeunesse, dans la langue de Serigne Moussa Kâ ».

CÉYTU, du nom du village du Baol « où est né et où est inhumé Cheikh Anta Diop ».

Page de la collection : http://www.ceytu.fr/

Les trois premiers titres à paraître en mars 2016 sont:

  • Mariama Bâ, Bataaxal bu gudde nii (Une si longue lettre)
    Traduit du français par Mame Younousse Dieng et Arame Fal
  • Jean-Marie Gustave Le Clezio, Baay sama, doomu Afrig (L’Africain)
    Traduit du français par Daouda Ndiaye
  • Aimé Césaire, Nawetu Deret (Une saison au Congo)
    Traduit du français par Boubacar Boris Diop

Lire le dossier de presse : http://www.ceytu.fr/datas/pdf/pdf-ext-143dp-ceytupdf.pdf

Le Polar africain

polar_af Le Polar africain

A nouveau disponible suite à un nouveau tirage

s’adresser à
Mme Laurence Chabeaux <laurence.chabeaux@univ-lorraine.fr>
à la réouverture des bureaux : 25 août 2015

Textes édités par Bernard De Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari.

Metz : Centre de recherches « Ecritures », coll. Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n°8, 2013, 260 p. – ISBN : 978-2-917403-23-5. 17 €

La distinction jadis entretenue entre la littérature et une « paralittérature » qui serait sans intérêt, – caractérisée par le fait divers et par un lectorat peu instruit ou pressé, – est aujourd’hui caduque. Sans doute la critique a-t-elle longtemps été abusée par l’origine populaire des premiers auteurs ou bien par les thèmes abordés, négligeant le travail de création et l’imaginaire mis en œuvre.

Les contributeurs du présent ouvrage, attentifs à l’évolution du genre policier et à ses développements, singulièrement dans le champ francophone, éclairent le corpus récent du roman policier africain à partir de plusieurs perspectives : histoire littéraire, poétique, réception, herméneutique, etc. Ils mettent en évidence la singulière créativité d’auteurs comme Bolya Baenga, Achille Ngoye, Modibo Sounkalo Keita, Mongo Beti ou Alain Mabanckou et prennent la mesure d’un genre en pleine évolution dans toutes ses dimensions littéraire, sociologique, anthropologique et politique.

Quels sont les enjeux profonds de la réappropriation, par les auteurs du continent africain ou de ses diasporas, du genre policier, associé par Jacques Dubois à l’idée de « modernité » ? Y a-t-il une spécificité africaine du genre, ou cette appropriation signifierait-elle que les littératures africaines rejoignent ainsi, simplement, les pratiques les plus répandues de la littérature contemporaine ? Quelles valeurs, de conformité à l’ordre social ou au contraire de protestation et de résistance, sont-elles ainsi mises en œuvre ?

Continuer la lecture de Le Polar africain

Rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe

 Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe – Rwanda
Rencontre à la librairie Terra Nova, 18 rue Gambetta 31000 Toulouse
Tél : 05 61 21 17 47
Fax : 05 61 21 25 15
Contact :contact@librairie-terranova.fr
Vendredi 11 avril 2014 à 19h

En partenariat avec Survie Midi Pyrénées, rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe, animée par Catherine Mazauric, professeur de littérature à l’Université de Toulouse : Rwanda 1994, écrire par devoir de mémoire : ce que peut la littérature.

En 1998, le programme « Rwanda, écrire par devoir de mémoire » rassemble au Rwanda une dizaine d’écrivains venus de tout le continent africain. De cette résidence d’écriture de quatre mois naissent plusieurs ouvrages qui interrogent la capacité de la littérature à transmettre une mémoire de l’événement et à agir sur les consciences.
Nous recevons ici, dans le cadre de la 20e commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, deux des auteurs de cette résidence, tous deux marqués par le génocide : un romancier devenu témoin, un témoin devenu romancier.

Boubacar Boris Diop, romancier et essayiste, est né à Dakar en 1946. Après avoir travaillé pour plusieurs journaux sénégalais, il continue de collaborer à des titres de la presse étrangère. La résidence d’auteurs «Rwanda : écrire par devoir de mémoire» lui a permis de prendre toute la mesure du génocide. Né de cette expérience, Murambi, le livre des ossements a été traduit en plusieurs langues. Il publie en 2014 avec Aminata Traoré La Gloire des imposteurs, lettres sur le Mali et l’Afrique.
Vénuste Kayimahe est un rescapé du génocide des Tutsi devenu écrivain. Il publie en 2002 son livre France-Rwanda : les coulisses du génocide, témoignage d’un rescapé pour lutter entre autres contre le négationnisme et pour faire reconnaître la responsabilité de hauts fonctionnaires français. Vénuste Kayimahe publie en 2014 son premier roman, La Chanson de l’aube.

Samedi 12 Avril à la salle San Subra, 2 Rue Saint Subra – métro St Cyprien Toulouse dans l’après midi 20e Commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, avec notamment le témoignage de Vénuste Kayimahé, programme complet sur Survie Midi Pyrénées.

Soirée littéraire « Rwanda, 20 ans après »

Soirée littéraire « Rwanda, 20 ans après » ce 1er avril au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

 

Bozar_Rwanda_3 Ce mardi 1er avril 2014 à 20h au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, CEC en partenariat avec BOZAR LITTERATURE invitent trois auteurs africains de renom pour une soirée de commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda, 20 ans après les faits. Véronique Tadjo, Boubacar Boris Diop et Dorcy Rugamba prennent soin de perpétuer la mémoire du génocide, qui a causé un million de morts. Ils s’expriment ensemble durant la soirée littéraire Rwanda, 20 ans après.

Véronique Tadjo (Côté d’Ivoire) et Boris Boubacar Diop (Sénégal) sont deux écrivains ayant participé au projet « Rwanda, écrire par devoir de mémoire ». Il s’agissait, quatre ans après la tragédie, de se rendre sur les lieux du génocide et d’écrire à l’issue de cette résidence un livre-témoignage. La gageure était de taille et malgré les difficultés de la tâche, ils ont su trouver les mots pour vaincre l’indifférence et l’oubli. 20 ans après, ils nous livrent leurs témoignages et nous disent comment cette expérience a influencé leur écriture.

La rencontre se propose aussi d’interroger plus largement sur le rôle et la place des artistes, sur les conséquences, les enjeux et les pièges de leurs engagements. Et, bien sûr, de porter un regard sur le Rwanda d’aujourd’hui : Qu’en est-il 20 ans après ? Les artistes rwandais ont-ils pris en compte cette blessure dans leurs créations ? De quelles façons ?  Est-il encore trop tôt pour oser la fiction ? Nous aborderons ces questions également avec Dorcy Rugamba, auteur, comédien et metteur en scène rwandais. 


altLa soirée sera également l’occasion de découvrir le projet artistique « Les Hommes debout », initié par l’artiste plasticien Bruce Clarke, au travers d’une projection. 

Le projet artistique et commémoratif « Les Hommes debout » tente de redonner une présence aux disparus et de restaurer l’individualité des victimes, de leur rendre leur dignité. 

Le 1er avril 2014 à Bruxelles, lors de la soirée littéraire de commémoration Rwanda, 20 ans après, un court film présentant une partie du projet « Les Hommes debout » sera présenté au public. 


Intersections2Enfin, la soirée de commémoration Rwanda, 20 ans après, sera également l’occasion de découvrir le 2ème numéro de la collection Intersections intitulé « Ecrire pour le Rwanda »

Souvent, les arts – et la littérature plus particulièrement – commémorent et traitent des événements marquants. Vingt ans après le génocide des Tutsis au Rwanda, Intersections souhaite rendre hommage à tous ces écrivains et artistes, qui à travers une démarche artistique propre contribuent à la construction d’une mémoire collective : chaque œuvre est un hommage aux victimes et aux rescapés. Intersections, fenêtre ouverte sur les littératures d’Afrique et des Caraïbes, à mis particulièrement en évidence dans ce numéro les écrivains africains qui ont été parmi les premiers à s’engager dans cette voie, dans le cadre du projet “Rwanda : écrire par devoir de mémoire”. Ceux-ci nous livrent leurs témoignages, leur expérience humaine et nous disent comment celle-ci a influencé leur écriture.

Infos pratiques et renseignements complémentaires sur CEC.