Archives par mot-clé : Cinéma

L’Algérie, traversées

Colloque international
13-20 juillet 2017,
Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle

Direction : Ghyslain LÉVY, Catherine MAZAURIC, Anne ROCHE

« Je pensais alors que « du même pays » voulait dire splendeur côtière, immensité des paysages, couleur de terre forte, et il m’apparut que toutes les explications des déchirements et désastres et luttes historiques de l’Algérie avaient été grevées d’un grand oubli. »
Nabile Farès, Un Passager de l’Occident

L’Algérie a fait l’objet, ces dernières années, de nombreuses recherches (colloques, publications) axées notamment sur la guerre d’Indépendance. Ce colloque, tout en tenant compte des avancées scientifiques dans le domaine, repose sur un point de vue différent. À partir des divers dénis de la réalité historique, politique et anthropologique, à partir de passés incompris (et voués à se répéter), il entend interroger l’histoire collective et ses entrecroisements avec les histoires individuelles: à quels silences, mutismes, blancs de la mémoire, exils hors de soi, renvoient les souffrances hors langage que chaque histoire singulière (franco-judéo-algérienne) porte en elle?
Il s’agit de faire appel à cette force traversière de la pensée à l’œuvre dans les productions culturelles d’aujourd’hui: textes littéraires et documents historiques, ombres portées d’un présent encore non vécu. Est-ce que le passé a un futur?
Ce colloque, au-delà des spécialistes, s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux multiples perspectives transhistoriques et transculturelles émergeant aujourd’hui comme de nouveaux points de passages entre la France et l’Algérie.

Du jeudi 13 juillet au jeudi 20 juillet 2017 a lieu au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle le colloque L’Algérie, traversées,  pour lequel sont partenaires l’EA 4235 CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille) et le Réseau-Mixte LaFEF (Langue française & Expressions francophones ; Université Rennes 2, Institut Français d’Algérie, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche d’Algérie). Il est organisé sous la direction de Ghyslain LÉVY, Catherine MAZAURIC et Anne ROCHE.

Programme détaillé actualisé et informations disponibles sur le site du CCIC : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/algerie17.html
http://cielam.univ-amu.fr/node/2155
Flyer du colloque téléchargeable ici : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/FlyerAlgerie2017.pdf

Mahamat-Saleh Haroun ou du rôle des archanges. Par Daniel Delas

Né en 1961 à Abéché, au Tchad, où se passent son roman et certains de ses films, Mahamat-Saleh Haroun a une riche carrière de cinéaste derrière lui, cinq long-métrages  plusieurs court-métrages et la participation à de nombreux jurys. A cinquante-cinq ans, il décide aujourd’hui de passer au roman en choisissant comme héros un enfant de la rue nommé Djibril présenté comme ayant treize ans (« ou peut-être quatorze ou même quinze, peut-être moins, je ne sais plus, je ne sais pas » p.12) en 1989, au moment où commence une brève histoire. Comment Djibril en est-il arrivé là ? Il ne le sait pas lui-même, tout souvenir de son passé ayant été refoulé. Le roman sera pour commencer le récit d’une lente anamnèse qui fera remonter peu à peu par fragments une histoire familiale violente. Car le Tchad de ces années 80 est un pays soumis à la dictature d’Hissène Habré (président de 1982 à 1990), s’appuyant sur un parti unique et une police sans foi ni loi le CDS, « Le centre de Documentation et de Sécurité , en réalité une police politique qui recrute à tour de bras dans les quartiers : informateurs, indicateurs, des agents de la délation qui terrorisent la population. » (p. 15).
Un roman historiquement situé donc, divisé en 21 chapitres, lesquels sont eux-mêmes composés de paragraphes bien isolés sur la page (trois, quatre ou cinq par page) ; on n’est pas du tout dans l’écriture en flux continu d’un Niangouna, chaque paragraphe s’ énonce lentement, en phrases simples, au vocabulaire choisi (voire parfois précieux), comme dans une sorte de journal

Je rends compte de ce que je vois. Rien n’échappe à mon regard. Je fais ce travail avec patience et dévotion ? C’est mon sacerdoce de diariste. J’écris sans y mettre d’affect. Pas de ressenti. Tout est noté avec froideur. Sans y mettre l’émotion nègre. La raison est-elle seulement hellène, mon frère ? J’ai dû lire cela quelque part. Mais où exactement ? La mémoire ! C’est ça mon point faible. Comment y remédier ? (p. 33)

Mais comme le diariste est encore un enfant (treize ans), il est naïf. Et de surcroît sous l ‘influence du père Francisco, un prêtre rwandais qui aide les déshérités et leur prête des livres, Candide est devenu son livre de chevet (« chevet », si l’on peut dire, bien entendu !) au détriment de Cent ans de solitude que lui conseillait le bon père Pourquoi ?  « Je trouve ce texte (celui de Garcia Marquez) très foisonnant, très flamboyant, je m’y perds. On se croirait dans un labyrinthe. Moi, je préfère les textes courts, sobres, dépouillés, dénués de tout ornement. » (p.45). Djibril et Mahamat-Saleh sont gens du désert, lents et rêveurs.
La réalité politique va détruire ce paisible état d’innocence reflété par une écriture transparente : l’enfant est arrêté par la police parce qu’il a osé aborder une belle jeune fille promise par son père au maire d’Achébé, jeté dans des geôles puantes où il rencontre des êtres broyés par la répression. Miraculeusement libéré grâce au père Francisco, la mémoire lui revient par flashes au fil de ses lectures: « Pour oublier cette tragédie, je me plonge dans la lecture de Candide. Je veux l’apprendre par cœur. En parcourant les premières pages du livre, l’odeur du papier jauni me monte à la tête. Tout à coup la mémoire me revient. Mon père… » (p. 115).
A partir de ce moment, le roman prend un rythme plus vif, comme si, à mesure du progrès de l’anamnèse,  le présent prenait toute son épaisseur, certes proche du vivant mais aussi mortifère : d’un côté son amour fou pour la belle Hilwa ou son amitié vraie avec un animal, son chien Sahib mais d’un autre côté son martyre par la foule des pauvres gens en colère à la recherche d’un bouc émissaire pour les intempéries qui détruisent la ville. Capturé et promis au supplice, il est sauvé par les rebelles, des singes-hommes,  qui laissent certes entrevoir une libération mais en attendant le manipulent pour en faire un terroriste qui fera périr le dictateur. Ces ultimes chapitres, inspirés de l’actualité,  ne sont sans doute pas le meilleur du roman, tant les invraisemblances de la peinture de la vie des révolutionnaires y sont trop concentrées. Il fallait certes sans doute pour l’auteur que Djibril reste candide jusqu’au bout mais le récit eût mérité quelques pages de plus.

Restent bien des choses mystérieuses, voire ensorceleuses dans ce roman à double fond. Ne serait-ce que son titre et d’une façon générale les noms des personnages principaux.
Djibril, c’est le nom arabe dans le Coran de l’archange Gabriel de la Bible hébraïque, le Messager de Dieu, annonciateur de la Rédemption. Et si le père Francisco aime et protège l’enfant des rues, c’est parce qu’il a, par accident, tué un garçon nommé Gabriel. Hilwa, la belle jeune fille qui éblouit Djibril, porte un nom transparent qui signifie « jolie fille », elle est donc un pur symbole. Il n’est pas jusqu’au chien de Djibril dont le nom est porteur de sens : il s’appelle Sahib, qui signifie « ami », il est ainsi le pionnier de tous les animaux qu’on voit aider les rebelles qui veulent changer le monde, chiens, singes ou lions. L’homme et l’animal sont frères, parce que de même nature.

Brusquement, le singe se transforme à nouveau, en homme cette fois. « Oui, je suis un être humain comme toi, je ne te veux que du bien.
Il me tend la main. Je la lui serre. « Je m’appelle Legba. » (p.162)

Ce qui est le nom d’un des dieux majeurs du vaudou, Atibon Legba, le dieu des portiers qui sait ouvrir « miraculeusement la porte » (p. 162). Tout cela permet  de donner substance au titre mystérieux du roman qui n’est jamais explicité : « les ombres portées ». Les ombres portées sont en ce sens des ombres porteuses, celles des génies bienfaisants et bénéfiques qui, au-delà de toute temporalité, s’allongent sur les êtres et les choses de notre monde,  portées par les grands messages religieux ou les talismans de l’écriture littéraire.

Mahamat-Saleh Haroun, Djibril ou les ombres portées, roman, « Continents noirs », Gallimard, 2017, 191 p.

Pour citer cet article : Mahamat-Saleh Haroun ou du rôle des archanges. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 11/04/2017, http://apela.hypotheses.org/1478.

Afrique(s), la poésie comme conception du monde

Printemps des poètes 2017 à Aix-en-Provence

Un partenariat de la Fondation Saint-John Perse, de l’Institut de l’image et des Ecritures croisées avec le Festival des Cinémas d’Afrique du pays d’Apt, le CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, université d’Aix-Marseille) et la Cité du Livre.

Aperçus sur le programme :

Vendredi 17 mars – 16h
Lettre à Senghor
de Samba Félix Ndiaye
Présenté par Dominique Wallon
Qui était Léopold Sédar Senghor? Parce qu’il a hanté la jeunesse du cinéaste, parce qu’il a fait de la négritude une affaire d’État, parce qu’il a toujours défendu la langue française, le dirigeant et penseur sénégalais a donné à Samba Félix Ndiaye l’envie de percer ses secrets. Pour cela, le réalisateur a réveillé ses souvenirs et ceux de ses proches et il a interviewé les habitants du village natal de Léopold Sédar Senghor. Précédé par le court-métrage Les Malles de Samba Félix Ndiaye

Vendredi 17 mars – 18h
Afrique(s) : la poésie comme conception du monde
Avec Nimrod, Tanella Boni, Sylvie Kandé, Bruno Doucey et Catherine Mazauric

Qu’est-ce qu’« écrire le français depuis les rivages de son étrangeté » ? C’est ce dont viendront nous entretenir nos invités, des poètes qui sont aussi philosophes, romanciers, essayistes ou éditeurs.

Samedi 18 mars – 16h
Afrique(s) poétique(s) : la poésie racontée, images et voix
Avec Alain Gomis, Kossi Efoui, Sylvie Kandé et Gérard Meudal
« On ne va pas toujours mettre des mots sur des choses comme on met des cadenas aux portes », une ballade entre cinéma, roman et poésie.

Samedi 18 mars – 18h30
Félicité
d’Alain Gomis (Grand Prix du Jury au Festival de Berlin, Etalon d’or au Fespaco)
En avant-première, en présence d’Alain Gomis
– Salle Armand Lunel, tarifs : 6/7 euros

Félicité, libre et fière, est chanteuse le soir dans un bar de Kinshasa. Sa vie bascule quand son fils de 14 ans est victime d’un accident de moto. Pour le sauver, elle se lance dans une course effrénée à travers les rues d’une Kinshasa électrique, un monde de musique et de rêves. Son chemin croise celui de Tabu…

Toute la programmation sur le site de la Fondation Saint-John Perse

Renseignements :
Fondation Saint-John Perse – 04 42 91 98 85
Institut de l’Image – 04 42 26 81 82
CIELAM
AFRICAPT

Cité du Livre
Printemps des poètes

Séminaire « Traverses afroméditerranéennes »

Généalogies intermédiales et intertextuelles de la fabrique d’une épopée populaire de traversée : Sarraounia, au Niger (Elara Bertho)

Le séminaire « Traverses afroméditerranéennes » (CIELAM, LESA) aura le plaisir d’accueillir pour sa séance inaugurale Elara BERTHO (Paris III-Sorbonne nouvelle), qui nous parlera des généalogies intermédiales et intertextuelles de la fabrique d’une épopée populaire de traversée : Sarraounia, au Nigermardi 7 mars, de 14 à 16h, salle 1.18 de la Maison de la recherche Schuman.

Résumé :
Il s’agira d’interroger la fabrique d’une épopée populaire de la résistance à la colonisation française à travers la figure de la reine Sarraounia au Niger. Nous montrerons comment la dimension épique est un calque inversé des imaginaires épiques coloniaux, notamment de cette « traversée » saharienne qu’a été la mission Voulet-Chanoine. A partir de matériaux d’archives coloniales, d’archives sonores, de romans et de ballets, nous montrerons comment l’épopée nationaliste nigérienne s’est inscrite dans des généalogies intertextuelles plus vastes par des « branchements » et des points de traverses variés.

Docteure en littératures comparées de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (THALIM), Elara Bertho est actuellement ATER au département de Lettres Modernes de Paris 3.

Traverses afroméditerranéennes est un projet labellisé par la Fédération CRISIS de la Maison de la recherche ALLSH, animé par Thierry ROCHE (LESA) et Catherine MAZAURIC (CIELAM). Le séminaire bénéficie du soutien du LaFEF (http://lafef.net/).

Manifestation Cielam

African Theatre 15: China, India & the Eastern World

 African Theatre 15: China, India & the Eastern World
African Theatre 15: China, India & the Eastern World

Edited by Martin Banham, James Gibbs, Femi Osofisan

ISBN: 9781847011466 November 2016, 264 pages
Extends the study of China’s « soft power » into theatre studies and looks more widely at syncretic traditions evolving in other long-term historic exchanges between Asia and Africa.

China is the main focus of this volume, and articles consider the way it is using « soft power » in its extensive engagement with South Africa, and, through its support for theatre festivals, with Lusophone countries in Africa. China’s involvement with the construction of theatres, opera houses and cultural facilities as part of its foreign aid programmes in such countries as Algeria, Cameroon, Mauritius, Ghana and Senegal, provides the background to the playscript from this volume, Blickakte (Acts of Viewing) by Daniel Schauf, Philipp Scholtysik & Jonas Alsleben, that explores Chinese impact in Somalia.
Issues also emerge around what China is « importing » culturally from Africa. In 2012, Soyinka’s The Lion & the Jewel was produced there, and a season of Fugard’s work was enjoyed in Beijing during 2014. During 2016 Brett Bailey’s Macbeth Opera will be performed in Macao.

In recent years courses in African theatre have been started in Beijing by Biodun Jeyifo, and also taught by Femi Osofisan whose well-known Esu and the Vagabond Minstrels and Once Upon Four Robbers have been translated into Mandarin, along with Soyinka’s The Lion & the Jewel. The volume also includes contributions on exchanges between other Asian countries and Africa such as articles on the production of African plays in Bangladesh and on the persistence of African performance traditions among African migrants in India. Attention is paid to the syncretic theatre traditions that have evolved wherever African and Asian populations have been in close and extended contact, as in Mauritius and Durban. Unusual exchanges and globalized theatre surfaces in the course of the volume. For example, while the Guangdong Provincial Puppet Art Theatre Group performed at the 41st Grahamstown Festival (2015), Chinese puppeteers are being trained to manipulate the War Horse for a Beijing production.

Volume Editors: JAMES GIBBS & FEMI OSOFISAN
FEMI OSOFISAN Thalia Laureate of the International Association of Theatre Critics 2016

Series Editors: Martin Banham, Emeritus Professor of Drama & Theatre Studies, University of Leeds; James Gibbs, Senior Visiting Research Fellow, University of the West of England; Femi Osofisan, Professor of Drama, University of Ibadan; Jane Plastow, Professor of African Theatre, University of Leeds; Yvette Hutchison, Associate Professor, Department of Theatre & Performance Studies, University of Warwick.

URL: https://boydellandbrewer.com/african-theatre-15-china-india-amp-the-eastern-world-hb.html

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Littérature, cinéma, musique, histoire

7 octobre 2016 | 8h30 à 17h45

Salle J636 (au 3ème étage), entrée par le 54, rue Saint-Jacques

Université de Paris Sorbonne
UFR d’études Ibériques et Latino-américaines/CRIMIC AE 2561/APELA

En fin de journée, l’APELA rendra hommage à Alain Ricard.

Consulter le programme de la journée :

Continuer la lecture de Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

Art et postmémoire au Rwanda

https://www.facebook.com/ongcec/photos/gm.1702198760037454/1009995445747373/?type=3

Lectures, projections et table-ronde: écrire après – Art et postmémoire au Rwanda, 11/04/2016

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs, sous la direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, de créer des œuvres originales liées à la période après le génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Le projet Arts et postmémoire au Rwanda réunit une quinzaine d’artistes et d’auteurs qui font partie de la génération post génocide et qui ont voulu à partir d’archives s’exprimer artistiquement sur le sujet. Ce projet à pour but non pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes. La postmémoire désigne les différents effets produits par des événements traumatisants, non sur les victimes directes, mais sur les générations suivantes, qui n’en ont parfois jamais entendu parler. Cette conscience diffuse de ce qu’ont vécu les ascendants les conduit souvent à exprimer leur quête de sens dans des productions littéraires ou artistiques. En savoir plus : https://rwandaateliermemoire.wordpress.com/

URL de référence : https://cec-ong.org/2016/03/24/lectures-projections-et-table-ronde-ecrire-apres-art-et-postmemoire-au-rwanda-110416/