Archives par mot-clé : Colloque

AAC : Maurice Bandaman : L’écrivain dans la fabrique de textes

Appel à communications

Le Département de Lettres Modernes de l’UFR : Langues, Littératures et Civilisations et le Ministère de la Culture et de la Francophonie organisent un colloque international sur le thème : Maurice Bandaman : L’écrivain dans la fabrique de textes les 9, 10, 11 mai 2017 à l’université Félix Houphouët-Boigny à Abidjan.

MODALITES DE SOUMISSION :

Les propositions de communication sont attendues pour le 15 janvier 2017. Elles ne devront pas dépasser 350 mots. Elles comprendront le titre envisagé, un résumé de la communication, les coordonnées et le rattachement institutionnel du ou des auteurs et seront envoyées à l’adresse suivante :  colok2bandaman@gmail.com

Les notifications d’acceptation seront envoyées après examen par le comité scientifique, le 15 février 2017 et le texte complet de l’intervention d’une quinzaine de pages maximum (4000 signes) devra être envoyé  le 15 avril 2017 au plus tard.

Continuer la lecture de AAC : Maurice Bandaman : L’écrivain dans la fabrique de textes

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception. Colloque ELLAf

ELLAFColloque ELLAf (Encyclopédie des Littératures en langues africaines):

Littératures en langues africaines: production, diffusion, réception

Ce colloque se tiendra les 29, 30 septembre et 1er octobre 2016, à l’auditorium de l’INALCO, 65 rue des grands Moulins, Paris 13e.
Consulter le site du colloque : https://ellaf2016.sciencesconf.org/
Consulter le programme en pdf : Programme_colloque_ELLAf.
Consulter l’appel à contributions : https://apela.hypotheses.org/713

CFP: Word, Image, and Power in Africa and the African Diaspora

Conference

Word, Image, and Power in Africa and the African Diaspora

Organized jointly by the College of New Rochelle, New Rochelle, NY and Manhattanville College, Purchase, NY

April 1 & 2, 2016

In his 2003 essay “How to Write about Africa,” Binyavanga Wainaina parodies the representation of Africa that has pervaded the literary and cinematic production of Westerners reacting to Africa. These words and images are holdovers from a colonial perspective that saw the continent and its people as the embodiment of the “heart of darkness” (Conrad). These views posit the entire continent as forever lagging behind and, in the words of Wainaina, always seem to focus on the following figures: “the Starving African, who wanders the refugee camp nearly naked, and waits for the benevolence of the West. Her children have flies on their eyelids and pot bellies, and her breasts are flat and empty.” Increasingly, these imaginings veil and distort the realities of a continent that is constantly in flux and in the process of numerous changes.

African writers and artists, in their attempt to change this static vision, have set about re-writing Western views of Africa. They deal with issues like political oppression, the student protests in Senegal and Burkina Faso and the Arab spring, to name but a few of the upheavals that the continent has recently experienced. They also define Africa and Africans within the world in terms of Taiye Selasi’s coinage of the term “Afropolitan”, which aims at capturing the experiences of diasporic subjects. Africa, as a continent experiencing steady economic growth and the rise of a middle class, demands new perspectives.

This two-day conference will take place on Friday, April 1st at the College of New Rochelle and Saturday, April 2, 2016 at Manhattanville College. We invite papers on this emerging vision of Africa and re-writing of Western views of Africa and the African diaspora.  Abstracts of 250 words should be sent to Professor Nahed Noureddine at nnoureddine@cnr.edu no later than December 1, 2015.

Languages of the Conference: English and French.

Continuer la lecture de CFP: Word, Image, and Power in Africa and the African Diaspora

Poétiques de Dany Laferrière

arton22247-60cc7Du 16 au 17 octobre 2015
Sous le Haut patronage de l’Académie française, un colloque international est consacré à Dany Laferrière. Pour la première fois, venus d’Italie, du Québec, des USA et d’Europe, de nombreux spécialistes se penchent ensemble sur les poétiques de ce nouvel académicien venu des îles dont l’œuvre littéraire est l’une des plus importantes au début de notre XXIe siècle.
Lieu : Sorbonne, Salle des Actes
Horaires : 9h-18h
Gratuit, sans réservation

Consulter le programme.

Centre International d’Études Francophones
Centre d’Études de la langue et des littératures françaises
(UMR 8599 du CNRS et de l’Université Paris-Sorbonne)
01 40 46 26 02 / 32 31
www.cellf.paris-sorbonne.fr

AAC : En hommage à Jean Pliya

CIREFColloque- exposition en hommage à JEAN PLIYA

APPEL A COMMUNICATIONS

L’écrivain et homme de culture JEAN PLIYA est décédé le14 mai 2015. Personnalité polyvalente d’une stature exceptionnelle, aussi bien au plan national qu’international, JEAN PLIYA est à la fois un grand écrivain à l’œuvre multidimensionnelle, un essayiste et chercheur scientifique de très haut niveau, un auteur religieux et un prédicateur aux talents immenses.
Son œuvre littéraire couvre les domaines de l’art dramatique, de la nouvelle, du conte et du roman. Ses écrits spécifiquement scientifiques relèvent aussi bien de l’histoire et de la géographie que des sciences de l’éducation et de la médecine (spécialement la diététique nutritionnelle).
Pour rendre un hommage mérite à ce grand homme, le Centre international de recherches et d’études francophones (CIREF), dirigé par Professeur Adrien HUANNOU, a décidé d’organiser un colloque-exposition pour marquer le 1er anniversaire de son décès. Cette rencontre aura lieu à Cotonou, du 12 au 15 mai 2016.

Les communications porteront sur les facettes suivantes de la vie et de l’œuvre de JEAN PLIYA :
• L’œuvre littéraire de JEAN PLIYA : thématique, écriture, audience internationale, etc.,
• JEAN PLIYA historien, géographe et naturothérapeute,
• JEAN PLIYA et la politique,
• JEAN PLIYA, l’humanisme et la spiritualité chrétienne,
• Autres aspects.

Les résumés des communications (qui ne devront pas dépasser 300 mots) seront envoyés, par courrier électronique, au plus tard le 31 janvier 2016 à l’une des deux adresses suivantes :
– ahuannou@yahoo.fr
– pmedehouegnon@yahoo.fr

Cotonou, le 03 octobre 2015.
Adrien HUANNOU
Directeur du CIREF

AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

11ème Conférence de la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA)
Université de Floride, Gainesville, Etats Unis, 25-28 Mai 2016

Thème : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

Appel à contributions

LA DATE LIMITE de réception des communications est le 15 décembre 2015. Les propositions acceptées seront communiquées aux auteurs entre fin novembre 2015 et le 31 décembre 2015, au plus tard. Pour de plus amples informations – frais d’inscription, adhésion, transport, hébergement, et toutes autres mises à jour – prière de visiter notre site web : www.africaisola.org. En accord avec le règlement de ISOLA, tous les auteurs de communications devront payer les frais d’adhésion à l’organisation pour l’année de la conférence. Les frais d’adhésion sont distincts des frais de participation à la conférence.

Site web : www.africaisola.org

Pour sa 11ème conférence biennale qui se tiendra à l’Université de Floride dans la ville de Gainesville, aux Etats Unis, la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA) lance cet appel à contributions pour des articles et des panels portant sur le thème « Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora. »
Pour cette conférence, nous considérons la mémoire comme un acte créatif de recouvrement. Sans la faculté de se souvenir, nous ne serions pas capables d’apprendre, de produire, ou de nous perpétuer socialement. Quand nous nous souvenons d’un événement, nous ne nous en souvenons pas dans les conditions exactes dans lesquelles cet événement s’est produit. Dès lors, la mémoire humaine n’est pas un appareil d’enregistrement qui codifie et reproduit exactement nos
expériences passées. Le contenu de la mémoire humaine est en constante évolution. Le souvenir est une dynamique inventive. Les travaux des spécialistes en psychologie cognitive confirment le
fait que l’action de se souvenir du passé est dynamique ; c’est un processus en mutation, qui dépend aussi bien des notions du futur que des images du passé. Il est évident que nous nous souvenons d’un certain événement individuellement. Cela signifie que deux individus peuvent ne pas partager des souvenirs identiques d’une situation à laquelle ils ont tous deux participé.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora