Archives par mot-clé : Conférence

REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Appel à communications :

Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Les 5èmes Rencontres Scientifiques des Études Africaines en France

se tiendront du  9 au 12 juillet 2018 à Marseille, sur le site Saint Charles d’Aix Marseille Université

Soutenue par le GIS Afrique, l’édition 2018 des Rencontres des Études Africaines en France est organisée par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Le Laboratoire Population – Environnement – Développement – (LPED -UMR 151, IRD-AMU)
  • L’Institut des Mondes Africains (IMAF – UMR 8171 CNRS / UMR 241 IRD, AMU, Université Paris 1 Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Pratique des Hautes Etudes )
  • Le Centre Norbert Elias (CNE, UMR 8562, EHESS, CNRS, Université d’Avignon, AMU)
  • L’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS – UMR 205 IRD / UMR 8245 CNRS, Universités Paris Diderot et Nice Sophia Antipolis, IRD, CNRS)
  • Le Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, AMU).
  • L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM-UMR 7310, CNRS, AMU)

Calendrier

  • Les propositions de panel sont attendues pour le 15 décembre 2017.
  • Évaluation des propositions de panel par le comité scientifique du 16 décembre au 31 janvier  2018.
  • Retour des évaluateurs aux coordinateurs de panel à partir du 1er février 2018
  • Évaluation des communications des panels par le comité scientifique entre le 16 mars et le 15 avril 2018

Préambule 

Le continent africain, avec plus d’un milliard d’habitants, sa jeunesse, l’importance de ses ressources naturelles, les grands aménagements qui s’y multiplient et la modernisation qui s’y accélère est souvent associé, dans les médias, aux nouveaux miracles économiques, aux innovations sociales, artistiques et culturelles.
Les politiques économiques et sociales déployées dans les mondes africains viennent rencontrer des enjeux locaux de valorisation et de préservation des pratiques culturelles comme des ressources naturelles alimentant tour à tour afro-pessimisme et afro-optimisme, enchantement et désenchantement, mythologies d’une africanité rimant avec authenticité et d’un développement économique rimant avec modernisation.
La capacité de résistance, de transformation et de résilience des sociétés africaines face aux dominations, aux violences et aux crises, interroge et fascine. Énergie des individus, dynamisme supposé des solidarités, communautés et familles, héroïsme au quotidien des femmes et des plus démunis, élan des mouvements sociaux, créativité religieuse, amplification des circulations licites et illicites, sont mis en avant comme des atouts propres à ce continent. Les versants plus sombres de ces dynamiques interpellent également : prosélytismes et radicalismes armés sur des bases religieuses, culturelles ou communautaires, mobilisation de la sorcellerie dans le champ des concurrences ou des conflictualités  sociales.
Ces illusions, projections, fantasmes et stéréotypes qui collent aux dynamiques plurielles du continent africain sont tenaces, et fondent en partie l’attraction et la séduction exercées par ce continent. Cependant les termes mêmes de domination, de tragédies mais aussi de résistances, d’indocilité ou de résilience, si souvent appliqués au continent africain, risquent d’éluder les rapports historiques, économiques, politiques et sociaux qui s’y jouent.

Les 5e Rencontres scientifiques des Études Africaines en France proposent de revenir sur les mécanismes de construction, de diffusion et d’instrumentalisation de ces représentations. Comment se sont-elles construites ? Comment, dans l’histoire du continent, l’enchantement et ces désenchantements ont-t-ils été fondateurs de multiples formes de convoitises et de dominations ? Qu’en est-il des formes « prolongées » de mises en dépendance héritées d’un passé lointain? Comment sont-elles entretenues ? Les mémoires et les pratiques anciennes ne se prolongent pas seulement dans le présent, et elles devront faire l’objet d’une interrogation en tant que telles. En quoi l’enchantement et ces désenchantements animent-ils des actions politiques nationales et internationales, mais aussi des discours littéraires, politiques, scientifiques et des mobilisations populaires ?

Des ateliers portant sur des thématiques ou des orientations nouvelles de la recherche sur les Afriques, présentant des regards renouvelés sur des objets récurrents, ou mettant l’accent sur des développements récents de la recherche ou des thèmes comparatistes sont attendus. Des ateliers pluridisciplinaires ou interdisciplinaires sont également sollicités. Ils pourront mettre en avant  les thèmes suivants :

Continuer la lecture de REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Cinquièmes Rencontres des Etudes Africaines en France (REAF 2018)

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France se tiendront à Marseille du 9 au 12 juillet 2018. Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Laboratoire Population – Environnement – Développement (LPED),
  • Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS),
  • Institut des mondes africains (IMAF),
  • Centre Norbert Elias,
  • Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM),
  • Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM).

Comme les quatre précédentes, ces 5es Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2018 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

URL de référence : https://reaf2018.sciencesconf.org/

Conférence Eurídice Monteiro

Bibliothèque Gulbenkian Paris, le lundi 27 février, 18h30

Littérature du Cap-Vert
Lundi 27 février, de 18h30 à 20h à la Fondation Calouste Gulbenkian
39, Bd de La Tour Maubourg, 75007 Paris
 
 Conférence Les deux mains d’Eurydice, autour du roman A ponte de Kayetona et des questions de genre au Cap-Vert
par Eurídice Monteiro, écrivaine et socio-politiste, 
 
Cette conférence s’intègre dans le cadre du «Cycle d’études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone», organisé par Maria-Benedita Basto et Agnès Levécot.

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor – A podcaster

Etienne Minoungou (comédien, fondateur du festival Les Récréâtrales) lit Léopold Sédar Senghor commenté par Xavier Garnier (Professeur à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) avec l’accompagnement musical de Simon Winsé (musicien multi-instrumentiste).

Organisé par Adèle Payen de la Garanderie et Guillaume Frecaut , La Voix d’un texte est la rencontre, une fois par mois, d’un comédien et d’un professeur autour des textes d’un grand auteur de la littérature française : cette lecture commentée se propose de mettre en lumière l’attitude et la voix qui portent le texte.

« C’est un train en perdition dans la nuit
Et que guettent jalousement les requins des abîmes. »

A PODCASTER ICI : http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=2833

CFP: Afropeans conference: European cityscapes and peripheries in African (diasporic) literatures

Session call for papers: Afropeans biennial network conference, University of Tampere, Finland, 6-8 July 2017

Session 28: URBAN CULTURE – RURAL PAROCHIALISM? EUROPEAN CITYSCAPES AND PERIPHERIES IN AFRICAN (DIASPORIC) LITERATURES
Organisers: Janine Hauthal, Vrije Universiteit Brussel & Anna-Leena Toivanen, University of Eastern Finland

European cities frequently figure in African (diasporic) fiction. With their landmarks and suburbs, former colonial metropolitan centres serve as settings in narratives exploring a variety of African diasporic experiences in Europe and contribute to the project of rewriting the continent from a new perspective. While London and Paris are the most popular and most studied loci, other places on the continent have also found their way into African (diasporic) writing as Afroeuropean mobilities keep diversifying.

This session invites contributions that address the question of how different urban and non-urban European spaces have been represented in African (diasporic) fiction. We are particularly interested in papers analysing fictional texts set elsewhere in Europe than the traditional post/colonial metropolitan centres. Such less studied locations may include, for instance, provincial cities; cities in countries with no direct involvement in colonialism; rural areas; or places situated on the fringes of the continent (islands, enclaves, etc.) – in short, locations that easily come across as peripheral and non-cosmopolitan from a (post/colonial) metropolitan perspective. We also welcome papers adopting a comparative approach to African (diasporic) narratives of different European central and/or peripheral locations.

Deadline for online submissions is 24 February 2017.

Link to session description and online submission: http://www.uta.fi/yky/en/6thafroeuropeans/callforpapers.html

Inventaires de nos bibliothèques postcoloniales

Cycle de conférences

Inventaires de nos bibliothèques postcoloniales

  • Mardi 3 mai 2016 de 17h à 20h – EHESS – 190-198, avenue de France 75013 Paris.

Authorship in Postcolonial contexts

  • Mardi 10 mai 2016 de 17h à 19h – Columbia University (Reid Hall) – 4, rue de Chevreuse 75006 Paris.

L’auteur en dérision: Nouveaux avatars de l’écrivain postcolonial

  • Jeudi 19 mai 2016 de 17h à 19h – EHESS (salle 7) – 190-198, avenue de France 75013 Paris.

L’espace des prix littéraires francophones

  • Mardi 23 mai 2016 de 17h à 19h – EHESS (salle 587) – 190-198, avenue de France 75013 Paris.

Lydie Moudileno, diplômée de l’Université de Berkekey, California,  est Professeur de littératures francophones et comparée à l’Université de Pennsylvania, dont elle a dirigé plusieurs années le Centre d’Etudes Africaines. Ses travaux de recherche et publications récentes portent sur les études postcoloniales dans le contexte francophone. Elle est invitée par Gisèle Sapiro.

URL de référence : https://www.ehess.fr/fr/professeur-invit%C3%A9/moudileno

Conférence : Sony Labou Tansi, une écriture de la décomposition impériale

????????????????????????????????Xavier Garnier, Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale

Xavier Garnier, Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale, Karthala, 2015.

Professeur de littératures française et francophone à l’Université de Paris III, Xavier Garnier évoque la figure de Sony Labou Tansi, disparu il y a 20 ans. L’écrivain congolais Sony Labou Tansi a traité dans son œuvre de romancier, d’essayiste et surtout de poète, des difficultés de la décolonisation. Il a laissé plusieurs œuvres marquantes comme La vie et demie et L’anté-peuple,
Avec Sarah Tournerie, conservateur, département Littérature et art, BnF.

samedi 19 mars 2016, 17h00-18h00

Entrée libre

BnF, François-Mitterrand – Club de l’Est, Quai François-Mauriac – Paris 13e

URL de référence : http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/conferences/f.club_livres.html?seance=1223923618208

Le cycle « Club des livres » propose au public de la BnF de rencontrer des personnalités – auteurs, chercheurs, metteurs en scène, artistes – dont l’œuvre a retenu l’attention. Il se tient au Club de l’Est (Hall est) du site François-Mitterrand le samedi de 17h à 18h. De l’économie à la littérature, des sciences au cinéma et à l’histoire, tous les domaines sont explorés, en lien avec les collections des salles de lecture de la Bibliothèque.