Archives par mot-clé : Congo

Semaine des Afriques à Bordeaux (23-29 janvier 2017)

Vendredi 27 janvier 2017

Théâtre : Debout-payé // Molière Scène d’Aquitaine

18h30 – OARA (Bordeaux)

En sortie de résidence, les comédiens Limengo Benano-Melly et Kokou Namo Ehah, de la Cie Yakka, mettent en scène et interprètent l’excellent roman de l’auteur franco-ivoirien Gauz (un partenariat MC2a avec le soutien de l’OARA Nouvelle-Aquitaine).
En savoir plus

Samedi 28 janvier 2017

Théâtre de rue : Souk, une autre histoire du Maghreb

9h-12h – Marché des Capucins (Bordeaux)

La Cie Uz et Coutumes propose un théâtre d’étalage dans les bruits de la ville. Lecture déambulée du texte du poète algérien Ismaïl Aït Djafer : La complainte des mendiants arabes de la Casbah et de la petite Yasmina tuée par son père.
En savoir plus

Sieste littéraire congolaise

14h30 – Médiathèque Jacques Ellul (Pessac)

Écoutez, confortablement installé.es dans un transat, des extraits de littérature congolaise entrecoupés d’écoutes musicales. Un partenariat Cœur Soleil, Radsi, Ville de Pessac, Comité de lecture nord-sud Pessac-Kinshasa.
En savoir plus

Débats et performances : Langues, théâtre et résistances

15h – OARA (Bordeaux)

La langue, la littérature, la dramaturgie, sont des outils de résistance dont s’emparent acteurs, auteurs et créateurs des diasporas africaines. Face aux dérives dictatoriales, aux maux contemporains, l’artiste oppose par son verbe et ses spectacles élaborés en exil, le témoignage et l’expression de phénomènes de résistances.

15h : Introduction « Libération de la parole et révolution des possibles » par Kangni Alem, écrivain et metteur en scène togolais.
16h : Table-ronde « Langues, Théâtres et Résistances » avec Dalila Boitaud, Maëline Le Lay, Namo Ehah, Malick Gaye et Koffi Kwahulé. Modérateur : Kangni Alem.
18h : Performances par KUDZO DO TOBIAS : L’apprentissage de la mémoire.
18h30 : Pot offert par l’OARA.

En savoir plus

Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi

DEVENIR ÉCRIVAIN, DEVENIR SONY LABOU TANSI (1967-1975)

La prochaine séance du séminaire 2016-2017 de l’équipe « manuscrit francophone » (ITEM-CNRS) aura lieu :
vendredi 20 janvier, de 14h30 à 16h30,
Salle de réunion Pasteur, 1er étage, Pavillon Pasteur
45, rue d’Ulm, 75005 PARIS

Intervention de Céline Gahungu :
Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi (1967-1975)
Cette communication sera consacrée à l’entrée en littérature de Sony Labou Tansi au tournant des années soixante. Au fil des manuscrits, tapuscrits et lettres s’esquisse le portrait d’un auteur en formation, fermement décidé à se lancer dans l’aventure de l’écriture. Au cours de ces huit années fondatrices, construire son identité littéraire, fabriquer un univers et professionnaliser son écriture sont les tâches auxquelles s’attelle l’apprenti écrivain.

Cette séance est ouverte à tous.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/index.php?id=484279

Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou, un critique sapeur et voyageur

lettresnoiresLettres noires : des ténèbres à la lumière, Collège de France / Fayard, 75 p. , 2016. Le monde est mon langage, Grasset, 319 p., 2016.

Deux publications en 2016 témoignent de l’activité réflexive dans le champ littéraire africain d’Alain Mabanckou qui est devenu aujourd’hui une référence incontournable dans la vie intellectuelle franco-africaine. Qui ne l’a vu à la télé ou sur les réseaux, avec ses grosses lunettes blanches et sa veste brillante, en sa tenue de sapeur ?

Sapeur quesaco ? Un dandy congolais dont l’élégance crée une belle ambiance en réaction à un monde de laideur.

Ouvrons ces deux bouquins.

Le premier, très mince, contient le texte de la leçon inaugurale d’Alain Mabanckou (17 mars 2016) au Collège de France, institution prestigieuse où l’écrivain congolais a été invité pour un an à la chaire de création artistique, à l’initiative d’Antoine Compagnon. Intitulée Lettres noires : des ténèbres à la lumière,  ce qui semble teinter son propos d’une sombre dramaticité conradienne, cette leçon brille pourtant par son charme séduisant et son aisance. L’introduction en particulier. Elu en 2016, Mabanckou s’amuse pour son exposé à partir un siècle plus tôt, de 1916, date plus ou moins précise de l’invention du fameux « slogan dévastateur » « Y’a bon Banania » pour descendre de 6 en 6 (par exemple, 1956, le Congrès des écrivains et artistes noirs, 1968 (un peu raté ! à deux ans près !) le prix Renaudot de Yambo Ouologuem et sa propre date de naissance à lui Mabanckou (1966), 1996 le prix de l’Académie Française de Calixthe Beyala,  2006, date de son prix Renaudot et de la leçon inaugurale d’Antoine Compagnon, son parrain au Collège de France) avant d’en arriver, en une chute impeccable, à son propre portrait en 2016 : « qui suis-je au fond ? ». Pour répondre à cette question Mabanckou remonte encore plus haut sur le grand plongeoir de l’historicité, cette fois jusqu’en 1530, année de la création du Collège de France, pour s’y élancer dans un série de figures sur ses ancêtres esclavagisés, le symbolisme du noir, « cousu de fil blanc », les clichés les plus obscurantistes qui habitent encore les esprits mais que certains combattent, dont bien entendu «  les illustres membres de votre institution » : « En un mot, je suis fier et heureux d’être ici, parmi vous, avec vous… ». L’artiste retombe sur ses pieds et salue le public admiratif.

Continuer la lecture de Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Le théâtre de Sony Labou Tansi – ELA 41

ela_41_couvLe théâtre de Sony Labou Tansi

Textes réunis par Julie Peghini et Xavier Garnier

L’année 2015 a été marquée par diverses lectures et mises en scènes de l’œuvre théâtrale et poétique de Sony Labou Tansi, en France et au Congo. Pourtant, vingt ans après la mort de l’écrivain, ses pièces de théâtre restent mal connues, peu jouées et à peine étudiées. Or, elles donnent d’indispensables clés pour accéder à l’œuvre.

Sony a théorisé sa pratique du théâtre, qu’il voyait comme un « artisanat mondial » susceptible de mettre en contact des hommes de tous les continents. À l’horizon de son théâtre, qui exploite les potentialités du corps physique des acteurs, on aperçoit sa dimension politique concrète, à la fois philosophique et spirituelle, vécue comme résistance humaine à la misère idéologique et matérielle d’un monde à la dérive.

  • Sommes-nous sortis du monde, Sony Labou Tansi ?
    Le théâtre, la scène, la fable (Julie Peghini et Xavier Garnier)
  • Sony Labou Tansi, le souffle d’un marronneur
    (Sylvie Chalaye)
  • Sony Labou Tansi, précurseur de nouvelles écritures
    dramatiques ? (Amélie Thérésine)
  • Le flou et le fou : espace mystique et figure messianique dans
    La Parenthèse de sang de Sony Labou Tansi (Pierre Leroux)
  • Nommer pour conjurer la mort : le désir d’exister dans le
    théâtre de Sony Labou Tansi (Léna Paugam)
  • Enjeux de la transformation de Jules César de Shakespeare en palimpseste : Moi, veuve de l’empire (Fabrice Schurmans)
  • Entretien avec Rodrigue Ndong
  • Entretien avec Dieudonné Niangouna

À propos de Beauté Congo
et des expositions d’art contemporain africain dans l’espace muséal français : le retour du refoulé colonial ?
• L’art contemporain d’Afrique vu par André Magnin :
reprendre ou défaire le discours d’un commissaire (Emmanuelle Spiesse)
• Beauté Congo, un art sans histoire (Anna Seiderer)
• D’une rive à l’autre du fleuve Congo : les expositions Modernités plurielles et Beauté Congo (Nora Greani)

Varias
• Entretien avec le photographe Omar Victor Diop (« Afriques transversales »)
• Le chien au propre : ébauche d’une piste cynique dans les littératures africaines contemporaines (Ninon Chavoz)
• Nelson Mandela et John Dube : une mémorable généalogie politique (Chérif Keita)

Comptes rendus

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2016 : Bulletindadhesion2016

La violence des dominés

Alain Mabanckou https://www.ehess.fr/fr/conf%C3%A9rence/violence-domin%C3%A9s-alain-mabanckou-en-dialogue-avec-gis%C3%A8le-sapiro

La violence des dominés. Alain Mabanckou en dialogue avec Gisèle Sapiro

Centre européen de sociologie et de science politique – CESSP

Epouser le point de vue des dominés, des damnés de la terre, en faire jaillir la violence rentrée, grondante, explosive, tout en les regardant se heurter à leurs propres limites et à leur désillusions, l’œuvre d’Alain Mabanckou donne voix aux sans voix, nous donne à voir le monde par leurs yeux, non sans humour. Des orphelins comme le Grégoire Nakobomayo d’African Psycho qui rêve de devenir serial killer, ou comme Petit-Piment, le protagoniste de son dernier roman, tourmenté par le désir de revanche, des boit-sans-soif comme le narrateur de Verre Cassé, un porc-épic meurtrier, ces voix posent la question des conditions d’accès à la parole. Elles bousculent la syntaxe et la ponctuation, innervent le récit de la tradition orale du conte africain, de la fable, de la magie, le menant à des rebondissements inattendus, qui invitent, tout comme les références à la littérature moderne dont il est saturé, à la réflexivité.

Intervenants

  • Alain Mabanckou est l’auteur de nombreux ouvrages, traduits dans une douzaine de langues, dont African Psycho (Serpent à plumes, 2003), Verre Cassé (Seuil, 2005), Mémoires d’un porc-épic (Seuil, 2006 ; prix Renaudot) ; Lettre à Jimmy (Fayard, 2007) ; Petit Piment (Seuil, 2015). Professeur de littérature francophone à UCLA, il est invité cette année au Collège de France sur la chaire de création artistique.
  • Gisèle Sapiro est directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS. Elle a publié entre autres La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999, rééd. 2006), La Responsabilité de l’écrivain (Seuil, 2011) et Sociologie de la littérature (La Découverte, 2012).

Les Rendez-vous littéraires de l’EHESS, cycle Penser le monde, réfléchir l’écriture en partenariat avec la Maison de la poésie et le Labex TEPSIS.

Informations pratiques :

Date(s)

  • Lundi 14 mars 2016 – 19:00

Lieu(x)

URL de référence : https://www.ehess.fr/fr/conf%C3%A9rence/violence-domin%C3%A9s-alain-mabanckou-en-dialogue-avec-gis%C3%A8le-sapiro

Sony Labou Tansi aujourd’hui

Après-midi d’étude : Sony Labou Tansi aujourd’hui

Organisée par le CERIEL (U. de Strasbourg) et ouverte à tous

avec Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini à propos de leurs éditions de textes de Sony Labou Tansi, et la participation exceptionnelle du metteur en scène et dramaturge Dieudonné Niangouna

Vendredi 4 mars, 14 h

Salle 409 (Le Portique, Faculté des Lettres, 14 rue René Descartes, Strasbourg)

Sony Labou Tansi, Encre, sueur, salive et sang, avant-propos de Kossi Efoui, édition établie par Greta Rodriguez-Antoniotti, septembre 2015.

Né en 1947, mort prématurément à Brazzaville le 14 juin 1995, Sony Labou Tansi était une figure de proue de la jeune littérature africaine. Il a laissé derrière lui six romans – tous publiés au Seuil – ainsi que des pièces de théâtre, des poèmes, des essais critiques. Relus aujourd’hui, tous ces textes apparaissent d’une actualité plus que jamais brûlante. Lorsqu’il dénonce la « poudrière incontrôlée » qu’est devenue la planète, ou l’avènement du « grand marché de la misère et du dénuement », et son corollaire, la fabrique d' »un réservoir de terroristes et de désespérés », ses propos s’inscrivent dans l’ici et le maintenant. Debout et libre, Sony Labou Tansi se définissait comme un « proscrit idéologique ». Le vingtième anniversaire de sa disparition sera l’occasion, pour Le Seuil, de mettre en avant deux de ses romans majeurs – La vie et demie (1979) et L’anté-peuple (1983) – et de faire connaître le mouvement de sa pensée à travers un recueil de textes pour la plupart introuvables ou inédits, réunis par Greta Rodriguez, spécialiste de son oeuvre. Lire un extrait d’Encre, sueur, salive et sang (Seuil, 2015)

Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini (éd.), La Chair et l’idée, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2015.
Sony Labou Tansi, Poèmes, édition critique coordonnée par Claire Riffard et Nicolas Martin-Granel, en collaboration avec Céline Gahungu, éditions CNRS (1 200 pages).