Archives par mot-clé : Francophonie

Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc

toubabesseLouis-Ferdinand Despreez, La toubabesse, roman, éditions de la Différence, 2016, 288 p.

Les griots maliens, noblement drapés dans leurs grands boubous bleus ne rigolent guère et sont bien entendu d’un beau noir d’encre. Louis-Ferdinand Despreez est certes africain mais il est tout ce qu’il y a de plus blanc, descendant des huguenots français venus s’installer via Amsterdam dans la région du Cap en 1688, après la révocation de l’édit de Nantes. Au fil d’une vie aventureuse et engagée aux côtés des militants anti-apartheid de l’ANC, il a été « le Blanc personnel de quelques grottos noirs » (p.13), mi-barbouze mi-homme de confiance. C’est de cette expérience sur laquelle il reste très discret que sort ce récit qu’il désire mener comme « un griot blanc », un peu comme un pahouin albinos, assis sous le ventilateur de mon apatam, jamais pressé », nous prévenant qu’il lui arrivera donc « de digresser, souvent même » (p. 22-23).

Et franchement il est bon, ce griot blanc ! Il nous fait énormément rire, non tant par les péripéties politiques de la « tragédie comique en quinze actes » qu’il raconte et qui ne sont qu’à moitié drôles (crimes, corruption, cynisme, etc.) que par la manière désopilante de parler-écrire tout ça. Ce toubab sudaf maîtrise de manière étonnante le génie du français populaire ouest-africain, pas seulement par son vocabulaire mais aussi par son art de mener la phrase à saut et rebondissement. Par exemple dans ce portrait d’un chauffeur :

Le chauffeur obédient, donc, qui peinait à soulever sa valise avec ses doigts décharnés et crochus, la conduisit dans ses appartements, comme il disait d’un air important qui lui remplissait la bouche où il y avait beaucoup de place libre vu qu’il n’y restait que deux incisives jaunies par le tabac de traite, le gros noir en carottes acheté chez le bana-bana du carrefour au quartier ou le Libanais dans le centre-ville, près de la paierie des anciens combattants de quatorze et quarante. (p.84)

Phrase qui comme beaucoup d’autres rebondit de marche en marche, sans vous laisser le temps de reprendre souffle. Comique – on le voit et on l’entend – moins érudit que celui du Kourouma d’Allah n’est pas obligé qui ne se sépare jamais de ses gros dictionnaires mais nourri du même amour de la parlure « authentique ». Authentique quoiqu’inventée  comme l’a martelé l’autre Louis-Ferdinand, qui est évidemment le parrain littéraire de notre griot sud-africain francophone.

Continuer la lecture de Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc

Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

miano_imptransLéonora Miano, L’impératif transgressif, L’Arche, 2016, 183 p.

Ce volume est constitué de six conférences :

  • « Mélancolies créatrices, écritures subsahariennes de la catastrophe » ;
  • « Littératures subsahariennes : la conquête de soi » ;
  • « L’impératif transgressif , vers une pensée afrophonique » ;
  • « Toute littérature est politique » ;
  • « Sacrée marginale, posture des écrivaines francophones »
  • « Parole due ».

Les deux premières sont centrées sur les littératures subsahariennes et la tâche des écrivains africains. La première date de 2014 et part d’un thème proposé par les Assises internationales du roman, « Mémoires des mondes oubliés » en le critiquant vertement parce que pour Léonora Miano, de son point de vue d’écrivaine subsaharienne, il ne convient pas de parler d’oubli mais de relégation volontaire, de minoration délibérée. Pour elle, le jeu mémoriel, c’est-à-dire l’historicité de vécus antérieurs et l’oubli, si fortement mis au cœur de l’histoire par Paul Ricœur, a été accaparé par l’idéologie occidentale de sorte que l’histoire est à la limite une sorte de luxe inessentiel pour des peuples appelés à se reconstruire dans le présent. Pour illustrer ce point de vue, Miano montre comment les lectures qu’on a faites de Cheikh Hamidou Kane ou de Chinua Achebe étaient eurocentrées : non, ils ne disent pas que la vieille Afrique étant morte, il faut se tourner vers la modernité des Blancs ; non, ils ne disent pas non plus qu’il faut magnifier le passé africain, ils disent que

Le besoin de se confronter au visage des ancêtres, de retrouver leurs         individualités, n’est pas une célébration du passé mais un mouvement vers soi-même. Savoir de qui émanent les voix que l’on entend crier en soi, panser la plaie encore ouverte due à l’ébranlement de l’ancien monde et de ses valeurs. (p.34)

La seconde conférence, antérieure à la précédente (2013) mais mise à sa suite, sans doute parce qu’elle en prolonge la réflexion, est sous-titrée « la conquête de soi » et poursuit en effet l’idée que « l’oubli » des littératures francophones n’est pas imputable seulement à un rejet externe par l’Occident mais a des causes internes, ayant à voir « avec la vision de soi, la conscience de soi, le rapport à soi » (p.40). Sans s’attarder à la fausse bonne idée que le roman étant « une invention européenne », il faut trouver de nouvelles formes proprement africaines, elle va droit à la question de l’authenticité qu’elle définit comme « une fidélité à soi-même, un « enracinement de l’individu dans son vécu » (p.46), ce qu’elle met en premier, sans s’attarder à réfléchir à une poétique de l’écriture littéraire. Les trois conditions nécessaires selon elle pour libérer l’imaginaire : renoncer à tout essentialisme, permettre aux « langues ancestrales » de devenir des langues littéraires, faire exister des maisons d’édition africaines, ne font d’ailleurs aucune place à des propositions de type poétique.

Continuer la lecture de Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

Manuscrits francophones du Sud /2016 – 2017

Manuscrits francophones du Sud /2016 – 2017

L’écrivain et ses manuscrits

Le séminaire est ouvert à tous, un vendredi par mois de 14h30 à 16h30.

Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage

ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

***

L’approche génétique d’un texte à partir de l’analyse de ses manuscrits conduit à faire avancer, à partir de données objectives, la réflexion sur l’articulation entre le biographique, le poétique et le génétique. C’est ce nœud théorique que les interventions exploreront.

Coordination : Claire Riffard   (claire.riffard@item.cnrs.fr / 01 40 25 12 46) et Daniel Delas, ITEM.

Programme 2016-2017 :

  • Le 14 octobre 2016 (14h30 à 16h30)
    Jenny Zobel et Emily Zobel « Joseph Zobel »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 25 novembre 2016 (14h30 à 16h30)
    Kora Véron-Leblé « Césaire, l’homme, l’œuvre, les autres »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 08 décembre 2016 (14h30 à 16h30)
    Paul Siblot « Mohammed Dib romancier »
    Lieu: ITEM, 61 rue Pouchet, 75017 Paris
  • Le 20 janvier 2017 (14h30 à 16h30)
    Céline Gahungu « Devenir écrivain. Devenir Sony »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 03 février 2017 (14h30 à 16h30)
    Elisabeth Degon, Nicolas Martin-Granel et Florence Paravy « Williams Sassine »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 21 avril 2017 (14h30 à 16h30)
    Ferroudja Allouache et Jerry Mpereng « Journaux et revues, avant la francophonie »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 21 avril 2017 (14h30 à 16h30)
    Ferroudja Allouache et Jerry Mpereng « Journaux et revues, avant la francophonie »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 12 mai 2017 (10h-17h)
    « Journée d’étude : Le génétique et le biographique »
    Lieu: ITEM, 61 rue Pouchet, 75017 Paris

Source : http://www.item.ens.fr/index.php?id=484279.

Africa nova : rencontres littéraires à Toulouse

Le dernier week-end de juin, à Toulouse métropole et en région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, le Marathon des mots met à l’honneur depuis 2005 des écrivains et des artistes du monde entier pour l’un des plus grands festivals internationaux de littérature de France et d’Europe. Le Marathon des mots conçoit chaque année, avec le concours des librairies indépendantes de la région, deux grands cycles thématiques : l’un consacré à un pays ou à un territoire littéraire, l’autre dédié aux écritures de l’intime, intitulé « Un monde en soi ». Ces deux thèmes invitent les spectateurs à cheminer à la rencontre des grands auteurs et textes de littérature française et étrangère.

En 2016, le territoire littéraire, c’est Africa nova, avec la présence et des lectures de nombreux auteurs contemporains d’Afrique francophone, anglophone, lusophone… Un cycle est également consacré à la condition noire. Le programme est consultable sous ce lien : http://www.lemarathondesmots.com/files/marathondesmots/grilles-horaires/MDM2016-GRILLE-HORAIRE.pdf.

Inventaires de nos bibliothèques postcoloniales

Cycle de conférences

Inventaires de nos bibliothèques postcoloniales

  • Mardi 3 mai 2016 de 17h à 20h – EHESS – 190-198, avenue de France 75013 Paris.

Authorship in Postcolonial contexts

  • Mardi 10 mai 2016 de 17h à 19h – Columbia University (Reid Hall) – 4, rue de Chevreuse 75006 Paris.

L’auteur en dérision: Nouveaux avatars de l’écrivain postcolonial

  • Jeudi 19 mai 2016 de 17h à 19h – EHESS (salle 7) – 190-198, avenue de France 75013 Paris.

L’espace des prix littéraires francophones

  • Mardi 23 mai 2016 de 17h à 19h – EHESS (salle 587) – 190-198, avenue de France 75013 Paris.

Lydie Moudileno, diplômée de l’Université de Berkekey, California,  est Professeur de littératures francophones et comparée à l’Université de Pennsylvania, dont elle a dirigé plusieurs années le Centre d’Etudes Africaines. Ses travaux de recherche et publications récentes portent sur les études postcoloniales dans le contexte francophone. Elle est invitée par Gisèle Sapiro.

URL de référence : https://www.ehess.fr/fr/professeur-invit%C3%A9/moudileno

AAC : Représentations sociales des îles dans les discours littéraires francophones

Appel à communications – Colloque international

Les représentations sociales des îles dans les discours littéraires francophones : du voyage à l’utopie

Le Département Lettres-Sciences Humaines du Centre Universitaire de Mayotte organise un colloque international à Dembéni les 29 et 30 mars 2017.

Modalités :

Envoi des propositions d’intervention (avant le 30 septembre 2016) :

Les propositions (titre et résumé : 300 mots maximum) et une brève notice biobibliographique de l’auteur (statut, rattachement scientifique, champ de recherche : 70 mots maximum) sont à envoyer aux adresses suivantes :

buata.malela@univ-mayotte.fr,  linda.rasoamanana@univ-mayotte.fr, gedes.972@gmail.com

Réponse du comité scientifique : 30 novembre 2016 au plus tard.

Une sélection des contributions au colloque fera l’objet d’une publication collective.

Argumentaire

Déjà dans l’Antiquité grecque, la représentation de l’île « réelle » ou « fantasmée » – pour reprendre le titre d’un collectif dirigé en 2012 par Diana Cooper-Richet et Carlota Vincens-Pujol – touche à la question du « voyage », de la « littérature » et de l’« insularité ». On a là trois manières par lesquelles les îles ont été abordées particulièrement dans le discours littéraire occidental comme l’illustre à sa manière le titre du recueil poétique d’Édouard Glissant, Pays rêvé, pays réel (1985). L’Île, c’est le lieu, l’île est irruée toujours selon Glissant à la suite d’Aimé Césaire, Lieu de tous les possibles ; là où le continent aurait une autre configuration spatiale et donc un système de représentation correspondant. Dans les lettres cubaines, l’île présente plusieurs aspects allant du positif au négatif (José Lezama Lima, Dulce María Loynaz…). Mais chez Alejo Carpentier (1930), l’île est lieu d’insolite : c’est le quotidien, celui que nous trouvons à l’état brut latent, omniprésent. Ces deux conceptions complémentaires ne sont pas si éloignées de celles que l’on retrouvait déjà dans l’Odyssée d’Homère (fin du VIIIe siècle ACN) : diverses péripéties d’Ulysse l’amènent à séjourner d’île en île, avant d’atteindre sa demeure à Ithaque. Dans cette œuvre, l’île est associée à un cheminement initiatique pour le héros antique, pris dans un certain quotidien. L’Odyssée d’Homère qui symbolise le voyage notamment se constitue en modèle pour la littérature qui le suivra dans les temps ultérieurs.

Continuer la lecture de AAC : Représentations sociales des îles dans les discours littéraires francophones

Retentissements des Guerres mondiales – ELA 40

Etudes littéraires africaines 40/2015

Couv_ELA_40Retentissements des Guerres mondiales

Textes réunis par Nathalie Carré, Anthony Mangeon et Sabrina Parent

Quels rôles ont joués les populations africaines dans les deux Guerres mondiales au XXe siècle ? Comment ces événements ont-ils en partie déterminé leur destin, et comment leurs littératures en ont-elles par la suite conservé, transmis, construit la mémoire ? Prenant acte des récentes commémorations historiques, mais aussi du regain d’intérêt des écrivains pour ces pages méconnues de l’histoire africaine, le présent dossier propose de varier les éclairages, en croisant notamment les pratiques littéraires avec les productions filmiques, les œuvres produites en français avec d’autres écrites en arabe, ou plus largement les littératures francophones avec la littérature française.

Présentation : Fictions postcoloniales et Guerres mondiales

« La Guerre et ce qui s’ensuivit » (Anthony Mangeon)

Devoir de mémoire et (re)construction narrative du tirailleur sénégalais dans Le Terroriste noir de Tierno Monénembo
(Robert Fotsing Mangoua)

Le tirailleur, nègre historique et littéraire, ou comment écrire le revers de l’histoire. L’exemple du Nègre Potemkine de Blaise N’Djehoya
(Nathalie Carré)

Thiaroye, Oradour-sur-Glane et les défis d’une mémoire partagée. Une lecture croisée de Camp de Thiaroye et du Vieux fusil
(Abdoulaye Imorou)

Du riz et des femmes : de la résistance des Casamançais pendant la Seconde Guerre mondiale dans Emitaï d’Ousmane Sembène
(Sabrina Parent)

Menteries sur la patrie, violence et exils : la guerre selon les narratrices de Gisèle Pineau dans « Paroles de terre en larmes » (1987) et L’Exil selon Julia (1996) (Tina Harpin)

La Seconde Guerre mondiale, la guerre de l’Autre ? Le conflit mondial dans la littérature arabe (Égypte et Soudan) (Xavier Luffin)

Varias

Migrations patrimoniales : Céline dans quelques fictions francophones contemporaines (Suzanne Lafont)

Nécessaire retour de l’africanisme ? (Alain Ricard)

L’Afrique vue par les écrivains-voyageurs russes (du xive au début du xxe s.) (Aboubacar A. Maiga)

À propos de…
Sony Labou Tansi à l’œuvre, vingt ans après

Comptes rendus

Télécharger le sommaire en pdf : ELA_40_sommaire

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2016 : Bulletindadhesion2016