Archives par mot-clé : Histoire

Manifeste d’une nouvelle littérature africaine (réédition)

nganangPatrice NGANANG, Manifeste d’une nouvelle littérature africaine – Pour une écriture préemptive (2007) suivi de Nou (2013)
Préface de Daniel Delas 227 pages Presses Universitaires de Limoges
ISBN 978-2-84287-722-4 / 22 €

« On ne peut plus écrire aujourd’hui en Afrique, comme si le génocide de 1994 au Rwanda n’avait jamais eu lieu. Ce génocide n’est pas seulement  la culmination sur le continent africain du temps de la violence. Il est aussi le symbole d’une idée qui désormais fait corps avec la terre africaine : l’extermination de masse perpétrée par des Africains sur des Africains ».

Écrire, ce n’est pas seulement raconter des histoires. C’est aussi inscrire ses mots dans la profondeur autant d’une terre que d’un rêve. C’est aussi bien saisir les racines de l’océan que titiller les dieux. Bref, c’est risquer sa vie. Or, si la génération d’auteurs africains d’aujourd’hui est née indépendante, elle a grandi avec les génocides, les violences, les dictatures, le chaos et l’exil.

Il s’agit donc pour nous moins d’inventer un style juste pour dire la tragédie de notre continent que de créer un style d’écriture qui rende cette tragédie dorénavant impossible : c’est ce style d’écriture que nous appelons « écriture préemptive ». Parce que le concept de préemption est usé par le politique, aujourd’hui, nous réclamons le droit de le redéfinir à notre guise ; en l’inscrivant dans les logiques tourbillonnantes et parfois si affreuses de l’histoire africaine, et en lui insufflant la vision qui est la nôtre : celle d’un écrivain originaire d’Afrique. »

manifeste-dune-nouvelle-litterature-africaine

http://www.pulim.unilim.fr/

Fabrique d’un canon : entre archives coloniales, fait littéraire et culture populaire (Sarraounia, Niger)

La  prochaine séance de « Discours canoniques dans leurs modalités linguistiques » (Llacan, Salle de conférences, Bâtiment D, 7 rue Guy Môquet, Villejuif) aura lieu le 13 octobre de 10 à 12 h dans la salle de conférence.

La conférencière sera Elara Bertho (doctorante à Paris 3-Sorbonne Nouvelle ED, 120): Fabrique d’un canon : entre archives coloniales, fait littéraire et culture populaire  (Sarraounia, Niger)
L’objectif est de décrire et analyser la fabrique d’un canon narratif, et notamment le rôle décisif qu’a joué l’écrivain Abdoulaye Mamani dans l’écriture de l’histoire de Sarraounia Mangou, au Niger. A partir de ses intertextes, de littérature écrite française, de littérature orale au Niger, nous montrerons comment son engagement politique, aux côtés du Sawaba, a façonné sa vision de l’histoire coloniale.
En remontant aux archives coloniales (ANN, Niamey; ANOM, Aix-en-Provence), nous tracerons également des généalogies intertextuelles qui ont des échos explicites jusque dans les récentes bandes dessinées qui ont paru sur la colonne Voulet-Chanoine (Dabitch et Dumontheuil), et nous discuterons, enfin, du rôle de subversion du canon qu’occupe l’espace radiophonique, par l’intermédiaire de chansons en haoussa (ORTN, Niamey).
Sur le site http://llacan.vjf.cnrs.fr/info_coord.php, vous trouverez toutes les informations pour vous rendre sur place.

UMR 8135 du CNRS 7, rue Guy Môquet – BP 8, 94801 VILLEJUIF (France) Tél : (33)1 49 58 38 46 Fax: (33)1 49 58 38 00

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Littérature, cinéma, musique, histoire

7 octobre 2016 | 8h30 à 17h45

Salle J636 (au 3ème étage), entrée par le 54, rue Saint-Jacques

Université de Paris Sorbonne
UFR d’études Ibériques et Latino-américaines/CRIMIC AE 2561/APELA

En fin de journée, l’APELA rendra hommage à Alain Ricard.

Consulter le programme de la journée :

Continuer la lecture de Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

Art et postmémoire au Rwanda

https://www.facebook.com/ongcec/photos/gm.1702198760037454/1009995445747373/?type=3

Lectures, projections et table-ronde: écrire après – Art et postmémoire au Rwanda, 11/04/2016

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs, sous la direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, de créer des œuvres originales liées à la période après le génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Le projet Arts et postmémoire au Rwanda réunit une quinzaine d’artistes et d’auteurs qui font partie de la génération post génocide et qui ont voulu à partir d’archives s’exprimer artistiquement sur le sujet. Ce projet à pour but non pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes. La postmémoire désigne les différents effets produits par des événements traumatisants, non sur les victimes directes, mais sur les générations suivantes, qui n’en ont parfois jamais entendu parler. Cette conscience diffuse de ce qu’ont vécu les ascendants les conduit souvent à exprimer leur quête de sens dans des productions littéraires ou artistiques. En savoir plus : https://rwandaateliermemoire.wordpress.com/

URL de référence : https://cec-ong.org/2016/03/24/lectures-projections-et-table-ronde-ecrire-apres-art-et-postmemoire-au-rwanda-110416/

Retentissements des Guerres mondiales – ELA 40

Etudes littéraires africaines 40/2015

Couv_ELA_40Retentissements des Guerres mondiales

Textes réunis par Nathalie Carré, Anthony Mangeon et Sabrina Parent

Quels rôles ont joués les populations africaines dans les deux Guerres mondiales au XXe siècle ? Comment ces événements ont-ils en partie déterminé leur destin, et comment leurs littératures en ont-elles par la suite conservé, transmis, construit la mémoire ? Prenant acte des récentes commémorations historiques, mais aussi du regain d’intérêt des écrivains pour ces pages méconnues de l’histoire africaine, le présent dossier propose de varier les éclairages, en croisant notamment les pratiques littéraires avec les productions filmiques, les œuvres produites en français avec d’autres écrites en arabe, ou plus largement les littératures francophones avec la littérature française.

Présentation : Fictions postcoloniales et Guerres mondiales

« La Guerre et ce qui s’ensuivit » (Anthony Mangeon)

Devoir de mémoire et (re)construction narrative du tirailleur sénégalais dans Le Terroriste noir de Tierno Monénembo
(Robert Fotsing Mangoua)

Le tirailleur, nègre historique et littéraire, ou comment écrire le revers de l’histoire. L’exemple du Nègre Potemkine de Blaise N’Djehoya
(Nathalie Carré)

Thiaroye, Oradour-sur-Glane et les défis d’une mémoire partagée. Une lecture croisée de Camp de Thiaroye et du Vieux fusil
(Abdoulaye Imorou)

Du riz et des femmes : de la résistance des Casamançais pendant la Seconde Guerre mondiale dans Emitaï d’Ousmane Sembène
(Sabrina Parent)

Menteries sur la patrie, violence et exils : la guerre selon les narratrices de Gisèle Pineau dans « Paroles de terre en larmes » (1987) et L’Exil selon Julia (1996) (Tina Harpin)

La Seconde Guerre mondiale, la guerre de l’Autre ? Le conflit mondial dans la littérature arabe (Égypte et Soudan) (Xavier Luffin)

Varias

Migrations patrimoniales : Céline dans quelques fictions francophones contemporaines (Suzanne Lafont)

Nécessaire retour de l’africanisme ? (Alain Ricard)

L’Afrique vue par les écrivains-voyageurs russes (du xive au début du xxe s.) (Aboubacar A. Maiga)

À propos de…
Sony Labou Tansi à l’œuvre, vingt ans après

Comptes rendus

Télécharger le sommaire en pdf : ELA_40_sommaire

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2016 : Bulletindadhesion2016

AAC : Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues

Journée d’études de l’APELA 2016

Afrique-Brésil : haffiche JE Afrique-Brésil 12(3)istoires connectées, nouveaux dialogues. Littérature, cinéma, musique, histoire    Université de Paris Sorbonne – UFR d’études Ibériques et Latino-américaines / CRIMIC EA 2561 / APELA

vendredi 7 octobre 2016

Appel à communications

Axes proposés pour les communications :

  1. Identités, résistances, émancipation : de quelle manière l’Afrique et le Brésil fonctionnent-ils comme des horizons de pensée pour les œuvres artistiques africaines et brésiliennes concernant les questions de genre, classe, race ?
  2. Espaces et cultures, entrelacements et conflits : de quelle manière la littérature, la musique, le cinéma proposent-ils des représentations de l’espace, des villes et/ou de la campagne, et des cultures brésiliennes et africaines entre les deux côtés de l’Atlantique ?
  3. Mass media, web et réception : quels sont enjeux dans les pays africains en ce qui concerne la réception des « novelas » (feuilletons) brésiliennes ; la télévision et les relations triangulaires entre les pays d’Afrique, l’Europe, le Brésil ; les réseaux sociaux et ces mêmes circulations.
  4. Circulations transatlantiques de la littérature et du cinéma : représentations mutuelles, utopies et dystopies, correspondance entre artistes, voyages, carnets de notes ou documentaires, circulation de revues, etc.
  5. Mémoires et empire colonial : de quelle manière la littérature, le cinéma et la musique traduisent-ils les relations entre l’Afrique et le Brésil à partir de la persistance de la question coloniale dans les sociétés contemporaines respectives ?

Organisateur(s) : CRIMIC AE 2561/APELA

Comité scientifique : BASTO, Maria-Benedita, CARVALHO, Noel, DA SILVA, Alberto, DE MELLO e SOUSA, Laura, GARNIER, Xavier, JURADO, David, KIA HENDA, Kiluanji, MACEDO, Tânia, MATTA, Inocência.

Calendrier :

  • date limite pour la soumission des propositions : 30 mai 2016
  • Confirmation des propositions acceptées : 18 juin 2016
  • Les propositions de communication, indiquant l’axe choisi, sont à envoyer à : afriquebresil@gmail.com en précisant : Nom, prénom, affiliation institutionnelle, adresse électronique, titre de la communication, résumé de 300 mots et une biobibliographie synthétique.
  • Langues : français, anglais, portugais (avec Power Point en français)

 Invitations confirmées :

  • Jean-Marc MOURA, Université Paris Lumières
  • Noel CARVALHO, Université UNICAMP, São Paulo-Campinas, Brésil

Lire l’argumentaire ci-après ou le télécharger en pdf : JE Afrique-Brésil 2016 APELA Paris Sorbonne CRIMIC

Argumentaire

Cette journée d’études s’insère dans le champ de recherche très actuel qui essaie de saisir les différentes manifestations culturelles à travers lesquelles sont à l’œuvre les relations historiques tissées entre l’Afrique[1] et le continent latino-américain et plus précisément le Brésil. En ce sens, elle est aussi concernée par des approches transnationales comme angle d’analyse des dynamiques du monde contemporain. Et dans ce cas précis, par les formes de relation Sud-Sud qui sont au cœur même de notre problématique.

Les relations entre l’Afrique et le Brésil attirent un intérêt grandissant[2] et ceci dans des domaines très divers comme ceux de la géopolitique, de la diplomatie, de l’économie, des sciences sociales et humaines, des manifestations artistiques[3]. La littérature, le cinéma, la musique, la danse, traduisent la circulation des femmes et des hommes, des idées et des biens entre les deux côtés de l’océan Atlantique. Le fait d’avoir été une ancienne colonie portugaise a mis le Brésil dans une relation très étroite avec les ex-colonies portugaises africaines, l’Angola, surtout, mais aussi le Cap-Vert, le Mozambique, la Guinée-Bissau, Sao Tome et Principe. Mais trois siècles de traite négrière ont soudé l’histoire du Brésil à beaucoup d’autres territoires – le Nigeria, le Congo, le Benin, le Ghana, entre autres -, imprégnant le Brésil de forts traits culturels et sociologiques qui se traduisent aujourd’hui par une importante culture afro-brésilienne. De la Capoeira au Candomblé, du Carnaval à la Samba (de roda), en passant par les Quilombos, de la littérature au cinéma, en passant par le modernisme brésilien, cette culture façonne l’identité brésilienne et ses mémoires, son présent et son avenir.

Continuer la lecture de AAC : Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues

Les Maquisards (Hemley Boum). Par Lilyan Kesteloot

LES MAQUISARDS

Par Hemley BOUM
Ed. La cheminante
Paris 2015

ISBN: : 9782371270220

Note de lecture

par Lilyan Kesteloot

Cette Camerounaise a du souffle !

380 pages pour un roman branché sur l’histoire du pays à la veille des indépendances, dont voici l’intrigue :

Au cœur du pays bassa Um Nyobe, le célèbre fondateur et leader de l’UPC, a gagné les élections mais le traficotage des autorités coloniales a truqué les résultats. Nyobe dont les partisans sont pourchassés, capturés, torturés en tant que rebelles doit donc se cacher tout en continuant d’animer son parti. Les plus acharnés contre lui sont les colons du coin qui exploitent les plantations de palmiers et de cacaoyers.

Dans un village de cette même région règne une tension résiduelle entre des personnages féminins charismatiques comme Estor, ou romantiques comme sa fille Likak. L’itinéraire de Likak est des plus douloureux puisqu’elle perdra son amant et son fils, ainsi que sa mère. Ces tensions dominent le jeu complexe des mariages liés aux dettes du Nko’o, association initiatique des femmes bassa, où la sorcellerie règle les différends insolubles par la seule conciliation. L’amour interdit entre jeunes de familles rivales vient encore compliquer les choses. Enfin la politique du pays dont les personnages sont partenaires exacerbe les tensions internes.

Hemley Boum mène l’action avec brio, mettant en scène avec une grande compétence les mœurs et coutumes de son groupe ethnique. Elle restitue dans le même temps le beau visage moral du leader de l’UPC : celui-ci finit par se laisser prendre plutôt que son combat ne dégénère en massacre de ses partisans, alors qu’il a compris que cette indépendance serait dirigée par des « collabos » des colons qui continueront en sous-main à ne servir que leurs propres intérêts. La décimation de la famille de Likak fait écho à la mort de Nyobe et celles de ses proches.

Roman plein de souffrance, mais aussi plein de vie, d’émotions, de générosité, de révolte qui se résolvent dans une résignation réaliste aux décrets de l’histoire. Ceux-ci ne sont autres en fait que l’application de la loi du plus fort.

L’écriture de Hemley Boum est aussi très vivante, collant à l’action, s’attachant à bien décrire ses personnages, et soucieuse de ne pas abuser de tournures locales, tout en restituant les termes précis des coutumes et objets bassa. Elle écrit en français sans complexes, plus attentive à son message qu’à sa formulation. On pourra relire à cette occasion le Remember Ruben de Mongo Beti, et comparer.

Lilyan KESTELOOT

Pour citer cet article : Les Maquisards (Hemley Boum). Par Lilyan Kesteloot, in Carnets de littératures africaines, 07/03/2016, http://apela.hypotheses.org/1028.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://www.lacheminante.fr/produit/la-cheminante-1419/les-maquisards-de-hemley-boum/