Archives par mot-clé : Histoire

Nigrita, ou le buste noir du Vatican. Par Daniel Delas

Wilfried N’Sondé, Un océan, deux mers, trois continents, roman, Actes Sud, 2018, 269 p.

Entreprenant de lire le récent roman de Wilfried N’Sondé pour cette chronique, je me renseigne d’abord sur l’auteur : né en 1968 au Congo, élevé en France, travailleur social à Berlin, quatre romans au compteur déjà depuis Le cœur des enfants léopards (2007) qui portait sur les jeunes des banlieues. Puis je rafraîchis ma mémoire sur le royaume de Kongo en sortant de ma bibliothèque mon précieux petit Balandier, Le royaume de Kongo du XVI° au XVIII° siècle (Hachette, 1965, rééd. 2009) : le héros du roman Nsako ne Vunda, alias dom Antonio Manuel (1583 – 1608) y figure bien (p. 63-64), c’est donc vraiment un personnage historique, prêtre dans le royaume du Kongo converti au catholicisme depuis le roi Afonso I (1506-1545), choisi par le roi Alvare II (1587-1614) pour porter au pape ses plaintes contre les colonisateurs portugais. Pourquoi ? Parce qu’un commerce que le premier roi avait conçu au départ comme permettant, à une petite échelle, d’acquérir des articles européens contre quelques bandits ou prisonniers de guerre, était devenu une entreprise de réduction en esclavage d’une population chrétienne par des chrétiens sous l’aiguillon de la cupidité des Portugais en besoin de main-d’œuvre pour le Brésil récemment découvert. L’ambassadeur aura pour mission de demander au pape d’interdire ce genre d’esclavage.

Bon, vous avez suivi ? Gardez-en la mémoire car le roman de Nsondé, secondé, dit-il, par son frère historien, traite de l’histoire du Kongo en quelques pages d’ouverture (40 premières pages) de la situation du héros de son roman historique qui va suivre, sans trop s’attarder.
Nsako ne Vunda – alias Antonio Manuel ne Vunda – est donc choisi par le roi Alvare II pour porter ses doléances au pape Clément VII (qu’aura remplacé Paul IV quand l’ambassadeur arrivera à Rome).
C’est alors que le roman de formation et d’aventures commence.

Continuer la lecture de Nigrita, ou le buste noir du Vatican. Par Daniel Delas

Capitaines prophètes. Par Daniel Delas

Olivier Rogez, L’ivresse du sergent Dida, Le passage, 2017, 312 p.

L’Afrique de l’Ouest francophone compte au moins deux célèbres capitaines révolutionnaires :  une icône glorieuse, Thomas Sankara, qui dirigea le Burkina Faso de 1983 à 1987 et finit assassiné par son frère d’armes après avoir suscité une véritable ferveur populaire et un monstre horrible, Moussa Dadis Camara, président de la Guinée-Conakry de 2008 à 2010, blessé dans un attentat et exilé au Maroc puis au Burkina. Le héros du roman d’Olivier Rogez est le second, comme d’ailleurs son nom l’indique : dida / dadis. Ce jeu de mots n’existerait-il pas que le lecteur un tant soit peu familier de l’Afrique devinerait vite à partir de toute une série d’indications que la ville où tout se passe est bien la capitale de la Guinée et que, par exemple, l’agonie interminable du vieux dictateur du roman, Doumbia, évoque les derniers jours de Lansana Conte, le président qui avait succédé à Sékou Touré en 1984.
Faisons un bref point historique pour situer ce capitaine aventureux et les deux années de sa dictature. Une première partie raconte la montée au pouvoir d’un pauvre sergent dépenaillé, aux godillots usés croisant par hasard un jour le colonel Zoumana : « Un agouti repu copulant avec un paon crâneur avait dû engendrer cet officier obèse et vaniteux » (p.11) qui dirige le service des carburants de l’armée et, bien entendu, s’en met plein les poches. Sur un coup de tête, le gros colonel fait de ce sous-officier affamé son homme à tout faire. C’est le début de l’ascension de Dida qui, devenu d’un coup capitaine par la grâce de son patron, va fréquenter (comme larbin !) le petit cercle des dirigeants et, au moment  de la disparition (en 2008) du vieux président-dictateur évoquée ci-dessus, avec l’aide  de deux ou trois voyous et deux ou trois manipulateurs de l’ombre, arrête d’un seul judicieux coup de filet tous les anciens dirigeants de la clique politico-militaire guinéenne et s’autoproclame président du Comité de Salut national (CSN) « chargé d’organiser la transition politique » vers des élections générales. Elections qu’il ne songe nullement à organiser d’ailleurs mais il faut bien amadouer les dirigeants africains et européens !

Continuer la lecture de Capitaines prophètes. Par Daniel Delas

Ecrire contre l’oubli, inscrire le paysage, créer une archive

Ecrire contre l’oubli, inscrire le paysage, créer une archive

Autour du film Bakary Diallo, poète. Mémoires peules de Mélanie Bourlet

Projection-débat le jeudi 30 novembre 2017 au cinéma l’Utopia de Bordeaux de 18h à 20h15

Dans le cadre du séminaire « Pratiques artistiques contemporaines d’Afrique : formes et enjeux politiques » (LAM / Sciences Po Bordeaux)

Cycle 2 « Ce que l’art fait à la citoyenneté »

Pour cette huitième séance du second cycle intitulé  en partenariat avec l’Utopia, nous aurons le plaisir de recevoir Mélanie Bourlet (INALCO), Daouda Gary-Tounkara (LAM), Céline Ségalini (LAM) pour une séance autour du film Bakary Diallo, poète. Mémoires peules, de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain.

http://www.cinemas-utopia.org/bordeaux/index.php?id=4238&mode=film

Pourquoi écrire en pulaar (peul) lorsque l’on est considéré comme le premier écrivain africain en langue française ? En remontant le fil de la trajectoire littéraire et personnelle d’un écrivain injustement dénigré, Bakary Diallo, Mélanie Bourlet découvre qu’à son retour de France où il était engagé au front comme tirailleur, l’auteur du roman Force-Bonté (1926) qu’on soupçonnait de plagiat, n’a jamais cessé de composer de la poésie en pulaar. S’ouvre alors à elle un chantier de recherche qu’elle reconstitue à travers ce film sous la forme d’une enquête, menée essentiellement au Sénégal sur les traces de cet écrivain méconnu, afin de retrouver des fragments de cette œuvre bilingue. À mesure que l’enquête avance, l’on voit se déployer devant la caméra ces textes inédits, mémorisés par les membres de sa famille qui racontent comment, arpentant inlassablement les savanes du nord du Sénégal, Bakary Diallo inscrivait les moindres détails du paysage, vibrants témoignages des modulations du temps sur l’environnement. En effet, Bakary Diallo se révèle être un auteur résolument cosmopolite, non seulement sensible aux sons et aux sens des langues qu’il pratiquait, mais également concerné par les enjeux écologiques de sa région natale. Si les archives papier du poète sont pour la plupart aujourd’hui disparues, le film nous donne accès à cette archive vivante qu’est la mémoire de sa poésie transmise par Bakary Diallo à sa famille.

20171123 S2.8 affiche

Pour une présentation du séminaire dans son ensemble, se reporter au site du LAM :http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/programme-recherche/pratiques-artistiques-contemporaines-dafrique-formes-et-enjeux-politiques
Et à la page Facebook du séminaire : https://www.facebook.com/seminairePACA/

Afrique – Brésil – ELA 43

Dossier : Afrique – Brésil

Textes réunis par Daniel Delas

La traite des esclaves et l’histoire de leur vie sociale et culturelle ont été vues en France à partir de la France ; et, comme l’esclavage en tant que tel n’a pas existé sur le territoire hexagonal, le regard est resté extérieur. Ce dossier « Afrique / Brésil » propose un autre angle d’approche, provenant d’un pays à la fois colonisé et colonisateur, où les afrodescendants des esclaves ont développé et développent une culture originale. Est évoquée en parallèle la relation avec le Brésil de quelques écrivains francophones importants, antillais comme africains.
Salut au Brésil !

Présentation (Daniel Delas)

La littérature afro-brésilienne
Antonio Olinto et le négrisme brésilien (Luiz Henrique Silva de Oliveira)
Le roman afro-brésilien, hier et aujourd’hui (Eduardo de Assis Duarte)
Deux romancières afro-brésiliennes : Conceição Evaristo et Ana Maria Gonçalves (Ineke Phaf-Rheinberger)

La littérature afro-française et le Brésil
Tierno Monénembo, ou la filiation littéraire (Sami Tchak)
Ouidah – Bahia : de la postmémoire au théâtre mémoriel (Yves Chemla)

Brésil rêvé – Brésil réel
Écrivains voyageurs français du 20e siècle au Brésil (Daniel Delas)
Césaire et le Brésil (Daniel Delas)
Damas et le Brésil (Lilian Pestre de Almeida)
Saudades : le Brésil de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)
La Guerre des anges de José Eduardo Agualusa : une espérance désillusionnée (Anne Begenat-Neuschaefer)

À propos de
Penser et écrire l’Afrique aujourd’hui

  • Répétition générale (Anthony Mangeon)
  • Le nouveau discours africain, version bêta
    (Abdoulaye Imorou)
  • Le « vaillant petit tailleur » : hallali et haute couture
    au Collège de France (Ninon Chavoz)

Comptes rendus

Revues

Notes bibliographiques

Thèses soutenues en 2015

Télécharger le sommaire complet en pdf : ELA_43_sommaire_def

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2017 Bulletin_d_adhesion_2017_n
Formulaire de commande au numéro : Bulletin_de commande_2017

Au temps des royaumes africains. Par Daniel Delas

José Eduardo AGUALUSA, La reine Ginga et comment les Africains ont inventé le monde

traduit du portugais (Angola) par Danielle Schramm, Métailié, 2017, 237 p.

Ecrivain angolais d’ascendance portugaise et brésilienne, auteur prolifique de près de trente contes ou romans, Eduardo Agualusa se définit ainsi lui-même en quelques mots : « angolano em viagem, quase sem raça  – angolais voyageur, sans race précise », ajoutant qu’il souhaite finir ses jours soit à Benguela (en Angola) soit à Olinda (dans le Nordeste brésilien). Certains de ses romans se passent à Luanda (Barocco tropical), d’autres à Rio de Janeiro (La guerre des anges), traitant souvent de l’actualité du Brésil et de l’Angola d’aujourd’hui.
Mais dans ce nouveau roman, La reine Ginga, il remonte dans l’histoire, avec à la fois beaucoup d’érudition et beaucoup de drôlerie. Il imagine qu’à l’époque de la colonisation portugaise en Afrique, à la fin du XVIe siècle, à l’époque où en France Montaigne écrivait ses Essais, un jeune prêtre brésilien natif d’Olinda, métis caboclo (c’est-à-dire issu de parents indiens et portugais), débarque à Luanda et est affecté, comme secrétaire et conseiller, auprès de la reine Ginga. Les Portugais occupent certes Luanda et son fort mais tout l’arrière-pays appartient aux Ambundus et à leur roi Ngola Mbandi qui sera bien vite évincé et remplacé par sa sœur Ginga, qui se maintiendra au pouvoir jusqu’à un âge avancé (elle mourra en 1663). Agualusa a consulté de nombreux livres anciens, sommairement présentés à la fin avant un glossaire d’une soixantaine de termes et l’arrière-plan de son livre est très solidement documenté. Non tant sur les colonisateurs portugais et brésiliens installés à Luanda que sur l’organisation sociale et politique des royaumes africains, en particulier celui des Ambundus. Il s’intéresse en particulier à la manière dont ils traitent les esclaves. Citons le début du chapitre 6, qui se passe vers 1620-1630 :

Après notre retour triomphal au quilombo [village fortifié], je vécus là cinq longues années dans une tranquillité presque totale. Les étrangers étaient, en général, bien traités par la population, nobles, peuple ou esclaves. Du reste les esclaves avaient droit au royaume du Dongo à un traitement beaucoup plus amène que celui qui leur était réservé à Luanda ou au Brésil. Entre les Africains, une loi est en vigueur selon laquelle ne perd sa liberté que celui qui a commis un crime passible de la peine de mort, cette peine étant commuée en esclavage. A part ce cas, seuls les prisonniers de guerre, dont la vie, de par la loi, est entre les mains des vainqueurs, peuvent être asservis. Par naissance, seuls les enfants des femmes esclaves sont esclaves ; pas les enfants des hommes esclaves. C’est la règle du partus sequitur ventrem.
Les Portugais ne respectent aucune de ces règles, en envoyant au Brésil non seulement les esclaves ou caxicos, mais aussi les hommes libres (murinda). Ce manque de respect de la loi a toujours fait partie des protestations de la reine auprès des Portugais.
Les esclaves mènent au quotidien une vie semblable à celle des hommes libres, chassant avec eux, mangeant à leurs côtés, se divertissant dans les mêmes batuques et festivités.

Continuer la lecture de Au temps des royaumes africains. Par Daniel Delas

AAC : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

Appel à communications : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

 Colloque à Rabat, les 9 et 10 novembre 2017. 

À l’initiative du Centre Jacques Berque, un groupe de chercheurs s’est réuni en octobre 2016 à Marrakech autour des manuscrits de l’Ouest saharien et de leur usage. L’objectif était de constituer un premier réseau de chercheurs et d’institutions, appelé à s’élargir, susceptible de faciliter les échanges scientifiques et la formation dans le cadre d’un programme à mettre en place sur plusieurs années. Dans cette perspective, le groupe a décidé d’organiser un premier colloque qui lancera le projet, sur une thématique assez large, pour rassembler des intervenants et poser les jalons de futures rencontres. L’IRHT (CNRS, Paris), la Chaire d’études africaines comparées de l’EGE et le CES (Centre des études sahariennes, Rabat) sont partenaires dans l’organisation de ce colloque.

Les chercheurs souhaitant participer au colloque sont priés d’envoyer :
une proposition (un titre et un texte entre 200 et 250 mots, 1000 et 1500 signes)
en français, en arabe ou en anglais
par message électronique portant la mention : Colloque manuscrits
adressé à : secretariat@cjb.ma
avant le 20 juillet 2017.

Un comité scientifique examinera les propositions. Les auteurs seront avisés fin juillet si leur contribution a été retenue. Les participants sont invités à proposer des communications inédites ; les meilleurs d’entre elles seront sélectionnées pour être publiées dans un numéro de revue.
Chaque participant s’assurera du financement de son séjour à Rabat pour le colloque ; les organisateurs et leurs partenaires apporteront, dans la mesure des moyens réunis, un soutien à ceux qui en feront la demande, particulièrement aux jeunes chercheurs.

Responsables : Sabrina Mervin (CJB) et Ismail Warscheid (CNRS/IRHT).

URL de référence

Télécharger l’appel à communications

Depuis le Moyen Âge tardif, les sociétés de l’aire sahélo-saharienne sont de grands producteurs et consommateurs de l’écrit. Dans une zone allant de la vallée du Sénégal aux montagnes du Hoggar et de l’Aïr, l’essor de l’érudition musulmane, en milieu sédentaire comme en milieu nomade, a pour conséquence la propagation massive d’« écritures ordinaires », selon l’expression de Roger Chartier, qui sont notamment liées à l’institution du notariat ; il s’agit d’un phénomène par ailleurs observable dans de nombreux contextes ruraux du monde arabo-musulman des temps modernes. De plus, l’acculturation à l’islam savant donne lieu à l’émergence progressive d’une riche tradition littéraire couvrant toutes les disciplines du savoir musulman ainsi que les belles-lettres (Rebstock, 2001; Hunwick, 2002; Stewart, 2016). Ce faisant, un commerce de livres florissant se développe à l’échelle transsaharienne qui étend ses réseaux du Caire et des villes du Maghreb jusqu’à la savane (Krätli/Lydon, 2011, Jeppie, 2011). Il a pour corollaire la multiplication de bibliothèques privées (khizāna, pl. khazāʾin) au sein desquelles les ouvrages classiques côtoient la production intellectuelle de l’époque (Touati/Belabid, 2017).
L’étude de ce phénomène est restée, pendant longtemps, relativement marginale dans la recherche africaniste, en particulier en France. Seules les collections de manuscrits de Tombouctou ont acquis une certaine visibilité sans pour autant faire l’objet d’un dépouillement scientifique systématique (Triaud, 2014). Néanmoins, depuis une vingtaine d’années, les projets de numérisation de manuscrits se multiplient, les éditions critiques se font de plus en plus nombreuses, une historiographie s’appuie sur des textes produits par des lettrés sahariens et des études de recueils de fatāwā démontrent l’importance de cette littérature pour écrire une histoire sociale et culturelle de l’espace saharien à partir de voix endogènes (Osswald, 1993 et 2016 ; Ould El-Bara, 1998 et 2009; Lydon, 2009; Hall, 2011; Warscheid, 2017).
Le colloque entend s’inscrire dans ce renouveau des études sur l’islam sahélo-saharien et ses fondements scripturaires en lançant un chantier aussi vaste qu’inexploré, à savoir celui d’une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans les zones désertiques de l’Ouest africain entre le XVIe et le début du XXe siècle. Pour ce faire, nous invitons des contributions s’articulant autour de quatre grands pôles thématiques qui visent à penser le livre manuscrit comme un objet social dont les formes et les manières d’appropriation ont été multiples.

Continuer la lecture de AAC : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

Du shtetl juif au morne haïtien. Par Daniel Delas

Louis-Philippe Dalembert
Du shtetl juif au morne haïtien

« Le vendredi 12 décembre 1941, par une paisible matinée caraïbe de printemps où le soleil, à cette époque de l’année, caresse la peau plutôt que de la mordre, la république indépendante, libre et démocratique d’Haïti déclara les hostilités au IIIe Reich et au Royaume d’Italie. »

Ainsi commence le roman de Louis-Philipe Dalembert, Avant que les ombres s’effacent.
Certes la nouvelle ne fit pas l’effet d’une bombe dans les chancelleries des alliés occidentaux, pas plus que dans celles de Hitler et de ses alliés. « Haïti, combien de divisions ? ». Mais pour Haïti cette décision s’inscrivait dans le fil d’un positionnement anti-raciste résolu, commencé sur le terrain les armes à la main à l’époque de Toussaint-Louverture et de Jacques Dessalines, poursuivi dans le domaine intellectuel par Anténor Firmin avec son essai De l’égalité des races humaines (1885) qui répondait à l’ouvrage raciste du comte de Gobineau (Essai sur l’inégalité des races humaines, 1854) et poursuivi  en ces années sombres de montée des fascismes par le vote en 1939 d’un décret-loi autorisant les consulats haïtiens à délivrer passeports (impliquant naturalisation) et sauf-conduits à tous les Juifs qui en formuleraient la demande. C’est dans ce cadre (exposé dans les cinq pages du « prologue » d’ouverture) que se situe la chronique de l’histoire du docteur Ruben Schwarzberg, faite par lui-même au soir de sa vie, « avant que les ombres s’effacent » (p. 200).
Suivons ce récit par le sobre résumé de la 4e de couverture.

Continuer la lecture de Du shtetl juif au morne haïtien. Par Daniel Delas