Archives par mot-clé : Jeunes chercheurs

AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits

Devenir écrivain – Appel à contribution

Revue Continents Manuscrits n°10, mars 2018.

Continents Manuscrits est une revue semestrielle dont la vocation est de publier les travaux de recherche portant sur les manuscrits littéraires des Suds (Afrique, Caraïbe et diasporas africaines et caribéennes dans le monde, dans une perspective francophone et multilingue) et de faire le point sur l’actualité de ces recherches en France et à l’étranger.
Largement ouverte à la recherche internationale, aux doctorants et jeunes chercheurs comme aux chercheurs confirmés, la revue accueille les travaux en langue française, anglaise et espagnole, après avis en « double aveugle » d’un comité scientifique constitué d’experts internationaux.
https://coma.revues.org/

Argumentaire

Dans le champ des études francophones, si essais, thèses et articles consacrent parfois quelques pages aux premiers pas littéraires des écrivains, il n’existe aucune recherche systématique sur leur entrée en littérature. Ce numéro de Continents Manuscrits a l’ambition de s’intéresser aux écrivains en devenir qui cheminent entre vocation et apprentissage, aspirations artistiques et contraintes du métier.

Les brouillons sont le lieu d’une formation : l’apprenti y invente son style, fabrique intrigues et personnages, opère des choix, bifurque et crée sa poétique. Un univers littéraire naît et se transforme, manifestant la lucidité de l’écrivain en mesure de distinguer ses réussites de ses échecs. Ce dossier s’ouvrira à d’autres approches théoriques que la génétique, notamment celles fondées sur le concept de scénographie (José-Luis Diaz). Le devenir‑écrivain ne se mesure pas uniquement à l’aune des balbutiements de la création littéraire ; il est perceptible dans l’« écrivain imaginaire » (José‑Luis Diaz 2007 : 18) dont la silhouette se dessine peu à peu dans les écrits. Cette double genèse de soi et de l’œuvre transparaît dans les brouillons eux‑mêmes : les signatures, « rêve[s] graphique[s] de l’écrivain en devenir » (Yvan Leclerc 2002 : 10), les pseudonymes et les préfaces matérialisent une intense autoréflexivité et sont les coulisses où se compose le personnage d’écrivain. La correspondance joue aussi un rôle important ; les lettres, qui évoquent pêle‑mêle projets, ambitions et naufrages, sont un miroir où l’épistolier se contemple en train d’écrire, commente sa pratique et prend la pose.

La gestation de l’écrivain et de son œuvre est au carrefour de multiples débats, raison pour laquelle notre numéro s’ouvrira également à des démarches attentives aux problématiques linguistiques et institutionnelles. L’analyse des processus sous-jacents à la création peut révéler un rapport complexe aux normes linguistiques « représentée[s] par Paris » (Georges‑André Vachon 1968 : 118). De même, l’écriture et les représentations de l’activité scripturaire sont susceptibles de se modifier dès lors qu’un nouvel acteur entre en jeu : l’éditeur, véritable « coproducteur » du texte (Jean-Pierre Orban 2015 : 27). Cette réalité de la professionnalisation s’impose à tous les écrivains, mais prend une nouvelle dimension lorsqu’il s’agit de novices inscrits dans les rapports centre/périphérie. Au fil des réécritures, des ajouts et des suppressions, les textes témoignent de cette réalité et de la nécessité, dans certains cas, de penser une « stratégie d’émergence » (Pierre Halen, 2001).

Continuer la lecture de AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits

L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang. Par Aline Roudet

L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang de Sony Labou Tansi

Aline Roudet

Dès le titre du recueil des textes de Sony Labou Tansi, publié en 2015 aux éditions du Seuil, c’est tout l’univers de l’écrivain qui surgit. L’humain dans sa corporéité est d’ores et déjà au centre. Les fluides convoqués (encre, sueur, salive et sang) sont essentiels, à la fois divers et uniques à l’image de l’homme que veut penser Sony Labou Tansi. L’encre, élément premier, se fait réunion de la sueur, de la salive et du sang dans l’écriture, alors espace transitionnel privilégié entre l’extérieur et l’intérieur. Ce jeu d’assimilation reflète une conception organique de la littérature, à l’image de la nourriture. On pense plus particulièrement à un moment fort du texte intitulé a posteriori « Le projet littéraire de Sony Labou Tansi », dont l’écriture date de 1983 et où l’écrivain déclare : «  On ne peut pas se voir si on ne regarde pas vers l’extérieur. À l’intérieur, il y a un vide qu’il faut peupler d’“extérieur”. C’est cela l’homme, pour moi. Je pense que l’homme commence à l’extérieur, et finit justement à l’intérieur. »[1]. Il n’y a donc pas de doute sur la centralité de l’humain dans la poétique laboutansienne.
Cependant l’humanisme se pose autant comme problème que comme solution. Héritage historique de la culture française, cet humanisme devient avec le colonialisme un courant de pensée qui appelle à un nécessaire renouvellement. Sony Labou Tansi est imprégné par la langue et la culture française qu’il filtre par une écriture prospective, dotée d’une énergie vitale. À ce titre la francophonie est mise à mal : n’est-elle pas une réduction de l’humanisme ? Est-elle même compatible avec lui ? C’est bien à ce type d’interrogation, qui a tout d’existentiel chez cet écrivain engagé, que tente de réponde de manière posthume cet ouvrage qui rassemble des textes et essais critiques de toutes les périodes de la vie de l’écrivain. Dans Encre, sueur, salive et sang, une reconstruction s’opère non seulement de la francophonie mais aussi du monde, par la seule force de volonté de l’auteur, par la seule intensité du cri que Sony Labou Tansi nous lègue, grâce à son humanisme enthousiaste.

Continuer la lecture de L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang. Par Aline Roudet

Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

arton1694-124b2Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

Auteur : Marjolaine UNTER ECKER

Presses Universitaires du Midi, collection Lettres et culture (dir. Olivier Guerrier et Philippe Ortel)

N° ISBN : 978-2-8107-0428-6
PRIX : 18.00 €
Format et nombre de pages : 14 x 19 cm – 190 p.

Dans plusieurs de ses œuvres, romans, nouvelles et écrits pour la scène, Léonora Miano interroge l’identité frontalière en donnant à lire les parcours divers de ses personnages afro-descendants qui vivent en Europe, principalement en France et à Paris.

Cet ouvrage se propose d’étudier comment s’écrit et comment se vit de l’intérieur cette identité qui naît et qui s’épanouit à la frontière de deux continents aux rapports complexes. L’apparence ou « l’identité physique » des personnages, qui se meuvent dans les décors urbains, cherche à se définir dans une société qui ne leur propose pas de modèles auxquels se référer. Leur « identité intime », qui est individuelle, se construit à partir de leur parcours existentiel et se déploie dans leurs relations à autrui. Enfin, « l’identité historique » de l’afrodescendant naît de son rapport à la mémoire du passé, de l’organisation du monde et de l’humanité.

Par ces trois figurations de l’identité, entremêlées les unes aux autres dans les récits de Léonora Miano, les personnages clament l’existence d’une identité nouvelle : celle d’être afropéens.

Marjolaine Unter Ecker a suivi ses études à l’université Toulouse – Jean-Jaurès. Elle est titulaire d’une licence de lettres modernes, d’un master II « métiers de la recherche » mention « lettres » et d’un CAPES de lettres modernes. Actuellement enseignante dans le secondaire, elle prépare une thèse.

Année : 2016
Réf. : LEC 01

URL de référence : http://pum.univ-tlse2.fr/~Questions-identitaires-dans-les~.html, où l’on trouvera à lire l’Introduction et la Table des matières de l’ouvrage.

Les Enfants des cyclones (Ronald C. Paul). Par Ngadi Maïssa Laude

enfants_cyclonesRonald C., Paul, Les Enfants des cyclones. [Avec une note de l’éditeur E.M. et une prière d’insérer de Gary Victor]. Paris : Le Soupirail, 2014. ISBN 979-10-93569-17-8, 269 p.

Note de lecture par Ngadi Maïssa Laude

Ngadi Maïssa Laude est doctorant en littérature comparée à l’université de Lorraine (Metz).

Ronald C. Paul est un acteur culturel haïtien. Il est l’auteur de deux pièces de théâtre inédites (Une femme deux hommes ; Le Roi, l’espion et le vagabond) et d’un film documentaire sur le cinéma haïtien (Zenglen Rèv. Atis pènt nan Nò yo, 2006). Avec Les Enfants des cyclones, il publie son premier roman, lequel a un retentissement dès sa sortie : il est parmi les finalistes du prix Senghor, il est classé à la troisième place du prix ADELF-AMOPA, avant d’être couronné par la première édition du prix Éthiophile (2015).

L’intrigue retrace le parcours mouvementé d’une petite famille qui, après avoir tout perdu suite aux ravages provoqués par un cyclone, va s’installer en ville pour tenter de se reconstruire une vie. Apprentissage, instabilité politique, catastrophe écologique, violence, injustice, espoir et créativité sont les maîtres-mots de ce que vivent les personnages conçus à l’image de toute une nation.

Continuer la lecture de Les Enfants des cyclones (Ronald C. Paul). Par Ngadi Maïssa Laude

Projection : autour de Bakary Diallo

Samedi 18 juin, à 17h, Afriques transversales (séminaire à l’ENS d’Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, en salle Dussane) vous invite à la projection du documentaire :

« Bakary Diallo, mémoires peules » (2016) de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain

en présence de Mélanie Bourlet

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Le nom de Bakary Diallo est attaché à l’un des premiers romans africains de langue française, Force-Bonté, paru en 1926, longtemps peu ou mal lu, souvent contesté, et trop souvent réduit à une apologie de la colonisation française. Or, le parcours de ce tirailleur sénégalais mérite davantage d’attention : engagé volontaire dès 1911, blessé grièvement au front en 1914, s’engageant de nouveau spontanément comme interprète, persuadé que dans les langues se tressent des ponts entre les hommes et les cultures, il est également l’auteur de nombreuses œuvres en peul, restées jusque là inédites.

Portée par l’intuition qu’il existe une poésie peule – orale ou écrite – de Bakary Diallo, et que la partie éditée de son œuvre ne correspond qu’à la partie émergée d’un vaste corpus multilingue de textes et de poèmes, Mélanie Bourlet part sur les traces de cet écrivain méconnu, pour retrouver dans la mémoire de sa famille, au Sénégal, des fragments de cette œuvre. Transmis de bouche à oreille, conservés dans les mémoires ou sur des cassettes usées à force d’être réécoutées, ces poèmes continuent de vivre et d’être récités. Ces poèmes – que l’on voit se déployer devant la caméra à mesure que l’enquête avance, que les entretiens nous mènent d’un lieu à l’autre, ou que les hasards livrent des indices et permettent des rencontres – dévoilent des pans entiers de l’œuvre de Bakary Diallo, qui s’avère être résolument cosmopolite, ouvert sur le monde et sur les échanges entres les langues, mais aussi concerné par les enjeux écologiques à travers une poésie très émouvante du lieu, du territoire, du local.

La bande-annonce, ici ! En ligne, sur le site du CNRS.

Bibliographie complémentaire sur le carnet Hypothèses d’Afriques transversales.

Verre Cassé d’Alain Mabanckou : une figure d’auteur en devenir ? Par Charlène Walther

Par Charlène WALTHER, étudiante en Master à l’Université de Strasbourg

Verre Cassé, le narrateur du roman éponyme d’Alain Mabanckou qui rédige au sein de l’oeuvre le carnet que le lecteur lit, ne correspond pas à l’image que l’on peut se faire habituellement d’une figure de l’auteur. Ivrogne qui vit presque exclusivement dans le bar qu’il fréquente, Le Crédit a voyagé, renvoyé de l’éducation nationale quelques temps auparavant, quitté par sa femme dans la foulée, il est le prototype du « raté », que Mabanckou nous représentait déjà dans African Psycho. Il semble donc au premier abord que Verre Cassé n’a pas plus le profil de l’écrivain que Grégoire Nabokomayo celui du tueur en série. Cela est d’autant plus problématique qu’avant ce récit Verre Cassé n’a rien écrit – pour autant que le lecteur et les autres personnages de l’oeuvre le sachent. Peut-on le considérer comme auteur au sein du roman alors qu’il n’a pas achevé son premier récit ? La logique voudrait qu’il n’acquiert le statut d’auteur qu’une fois son œuvre achevée, et donc, en dehors de celle-ci. En outre, le TLFI propose comme première définition du substantif « auteur », « celui ou celle qui est la cause première ou principale d’une chose ». Là encore, Verre Cassé ne correspond pas vraiment à la définition, puisqu’il n’a pas choisi d’écrire ce récit : c’est l’Escargot entêté qui lui a remis un carnet, pour qu’il compose « quelque chose sur ce bar, sur quelques gars d’ici, et surtout sur [lui]-même » (p.196). Verre Cassé peut-il alors vraiment être considéré comme la « cause première » de son récit ? Est-ce vraiment son œuvre ? La réponse, malgré tout, semble positive, car il apparaît que le personnage prend peu à peu possession de son récit, pour en devenir l’auteur, le créateur. Il écrira d’ailleurs lui-même : « c’est quand je m’abandonne, quand j’oublie qu’une mission m’avait été confiée que je me sens vraiment dans mon assiette puisque je peux sauter, cabrioler, parler à un lecteur autre que l’Escargot entêté » (p. 201). Sous un certain angle nous pouvons donc considérer que Verre Cassé devient auteur au fur et à mesure de l’écriture de son œuvre, qu’il s’approprie progressivement en se libérant des contraintes qu’on lui a imposées. Il y a d’ailleurs une démarcation nette entre les « premiers feuillets » et les « derniers feuillets » ; les premiers sont centrés sur le bar Le Crédit a voyagé et sur ses clients, les derniers sur la vie de Verre Cassé, ce qui pourrait montrer une appropriation de son œuvre par le personnage. C’est sans doute ce qu’entend Pierre-Yves Ballard lorsqu’il qualifie Verre Cassé d’ « auteur en gestation ». Mais cette idée, également, nous semble contestable car Verre Cassé, fort de ses connaissances littéraires, semble réinventer un style qui lui est particulier, dans le but de s’opposer à une certaine catégorie d’écrivains « intellectuels » (p. 188). Peut-être n’est-il pas, alors, un « auteur en gestation » ; peut-être même que l’idée selon laquelle Verre Cassé serait un écrivain en devenir constituerait une feinte de Mabanckou lui-même. La question est donc simple : Verre Cassé devient-il auteur ? La réponse est problématique, déjà parce que Verre Cassé invente un style littéraire, certes, mais qui repose sur l’imitation ; cette imitation est-elle inconsciente ou viserait-elle à l’élaboration d’une nouvelle esthétique ? Ensuite, il semble bel et bien y avoir une progression dans le récit, et Verre Cassé ne se rapproche du statut d’auteur que dans la seconde partie, n’étant qu’un simple prête-plume dans la première partie. Là encore, le passage de l’un à l’autre semble trop net. Enfin, une ambiguïté se dessine, laissant supposer que la rédaction de ce carnet ne servirait qu’à donner à Verre Cassé le titre d’auteur. En réalité, il le serait avant même d’avoir commencé à écrire.

La création par l’imitation : un parti pris littéraire ?

Dès la première page, qui a en réalité été ajoutée a posteriori par Verre Cassé , celui-ci déplace les attentes de l’Escargot entêté. En effet, il va bel et bien faire dans un premier temps la chronique du bar Le Crédit a voyagé, mais il n’est pas en accord avec la manière dont l’Escargot entêté perçoit l’écrit, obligatoirement opposé à l’oral :

Continuer la lecture de Verre Cassé d’Alain Mabanckou : une figure d’auteur en devenir ? Par Charlène Walther