Archives par mot-clé : Journée d’étude

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Littérature, cinéma, musique, histoire

7 octobre 2016 | 8h30 à 17h45

Salle J636 (au 3ème étage), entrée par le 54, rue Saint-Jacques

Université de Paris Sorbonne
UFR d’études Ibériques et Latino-américaines/CRIMIC AE 2561/APELA

En fin de journée, l’APELA rendra hommage à Alain Ricard.

Consulter le programme de la journée :

Continuer la lecture de Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

AAC : Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues

Journée d’études de l’APELA 2016

Afrique-Brésil : haffiche JE Afrique-Brésil 12(3)istoires connectées, nouveaux dialogues. Littérature, cinéma, musique, histoire    Université de Paris Sorbonne – UFR d’études Ibériques et Latino-américaines / CRIMIC EA 2561 / APELA

vendredi 7 octobre 2016

Appel à communications

Axes proposés pour les communications :

  1. Identités, résistances, émancipation : de quelle manière l’Afrique et le Brésil fonctionnent-ils comme des horizons de pensée pour les œuvres artistiques africaines et brésiliennes concernant les questions de genre, classe, race ?
  2. Espaces et cultures, entrelacements et conflits : de quelle manière la littérature, la musique, le cinéma proposent-ils des représentations de l’espace, des villes et/ou de la campagne, et des cultures brésiliennes et africaines entre les deux côtés de l’Atlantique ?
  3. Mass media, web et réception : quels sont enjeux dans les pays africains en ce qui concerne la réception des « novelas » (feuilletons) brésiliennes ; la télévision et les relations triangulaires entre les pays d’Afrique, l’Europe, le Brésil ; les réseaux sociaux et ces mêmes circulations.
  4. Circulations transatlantiques de la littérature et du cinéma : représentations mutuelles, utopies et dystopies, correspondance entre artistes, voyages, carnets de notes ou documentaires, circulation de revues, etc.
  5. Mémoires et empire colonial : de quelle manière la littérature, le cinéma et la musique traduisent-ils les relations entre l’Afrique et le Brésil à partir de la persistance de la question coloniale dans les sociétés contemporaines respectives ?

Organisateur(s) : CRIMIC AE 2561/APELA

Comité scientifique : BASTO, Maria-Benedita, CARVALHO, Noel, DA SILVA, Alberto, DE MELLO e SOUSA, Laura, GARNIER, Xavier, JURADO, David, KIA HENDA, Kiluanji, MACEDO, Tânia, MATTA, Inocência.

Calendrier :

  • date limite pour la soumission des propositions : 30 mai 2016
  • Confirmation des propositions acceptées : 18 juin 2016
  • Les propositions de communication, indiquant l’axe choisi, sont à envoyer à : afriquebresil@gmail.com en précisant : Nom, prénom, affiliation institutionnelle, adresse électronique, titre de la communication, résumé de 300 mots et une biobibliographie synthétique.
  • Langues : français, anglais, portugais (avec Power Point en français)

 Invitations confirmées :

  • Jean-Marc MOURA, Université Paris Lumières
  • Noel CARVALHO, Université UNICAMP, São Paulo-Campinas, Brésil

Lire l’argumentaire ci-après ou le télécharger en pdf : JE Afrique-Brésil 2016 APELA Paris Sorbonne CRIMIC

Argumentaire

Cette journée d’études s’insère dans le champ de recherche très actuel qui essaie de saisir les différentes manifestations culturelles à travers lesquelles sont à l’œuvre les relations historiques tissées entre l’Afrique[1] et le continent latino-américain et plus précisément le Brésil. En ce sens, elle est aussi concernée par des approches transnationales comme angle d’analyse des dynamiques du monde contemporain. Et dans ce cas précis, par les formes de relation Sud-Sud qui sont au cœur même de notre problématique.

Les relations entre l’Afrique et le Brésil attirent un intérêt grandissant[2] et ceci dans des domaines très divers comme ceux de la géopolitique, de la diplomatie, de l’économie, des sciences sociales et humaines, des manifestations artistiques[3]. La littérature, le cinéma, la musique, la danse, traduisent la circulation des femmes et des hommes, des idées et des biens entre les deux côtés de l’océan Atlantique. Le fait d’avoir été une ancienne colonie portugaise a mis le Brésil dans une relation très étroite avec les ex-colonies portugaises africaines, l’Angola, surtout, mais aussi le Cap-Vert, le Mozambique, la Guinée-Bissau, Sao Tome et Principe. Mais trois siècles de traite négrière ont soudé l’histoire du Brésil à beaucoup d’autres territoires – le Nigeria, le Congo, le Benin, le Ghana, entre autres -, imprégnant le Brésil de forts traits culturels et sociologiques qui se traduisent aujourd’hui par une importante culture afro-brésilienne. De la Capoeira au Candomblé, du Carnaval à la Samba (de roda), en passant par les Quilombos, de la littérature au cinéma, en passant par le modernisme brésilien, cette culture façonne l’identité brésilienne et ses mémoires, son présent et son avenir.

Continuer la lecture de AAC : Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues

Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Des littératures nationales à la littérature-monde en français : Questionnements, positionnements, enjeux et perspectives

Workshop international à l’ Université de la Sarre, 30 mars 2016

1. Ouverture du workshop

09h00 – 9h15 Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) : Mot de Bienvenue

09h15-9h40 Sylvère Mbondobari (Université Omar Bongo / Université de la Sarre) : Introduction : Les lieux de la littérature.

2. Questionnements et positionnements

Président de séance : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre)

09h40 – 10h05 Bernard Mouralis (Université Cergy-Pontoise) : La ‘littérature-monde’ en français : réflexion sur la généalogie d’un concept et la pertinence d’une assignation territoriale à la littérature africaine francophone.

10h05 – 10h30 Pierre Halen (Université de la Lorraine) : Champ et système littéraire, autonomie et antinomie : des concepts pour l’étude des littératures francophones ?

Discussion : 10h30-10h55

Continuer la lecture de Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Sony Labou Tansi aujourd’hui

Après-midi d’étude : Sony Labou Tansi aujourd’hui

Organisée par le CERIEL (U. de Strasbourg) et ouverte à tous

avec Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini à propos de leurs éditions de textes de Sony Labou Tansi, et la participation exceptionnelle du metteur en scène et dramaturge Dieudonné Niangouna

Vendredi 4 mars, 14 h

Salle 409 (Le Portique, Faculté des Lettres, 14 rue René Descartes, Strasbourg)

Sony Labou Tansi, Encre, sueur, salive et sang, avant-propos de Kossi Efoui, édition établie par Greta Rodriguez-Antoniotti, septembre 2015.

Né en 1947, mort prématurément à Brazzaville le 14 juin 1995, Sony Labou Tansi était une figure de proue de la jeune littérature africaine. Il a laissé derrière lui six romans – tous publiés au Seuil – ainsi que des pièces de théâtre, des poèmes, des essais critiques. Relus aujourd’hui, tous ces textes apparaissent d’une actualité plus que jamais brûlante. Lorsqu’il dénonce la « poudrière incontrôlée » qu’est devenue la planète, ou l’avènement du « grand marché de la misère et du dénuement », et son corollaire, la fabrique d' »un réservoir de terroristes et de désespérés », ses propos s’inscrivent dans l’ici et le maintenant. Debout et libre, Sony Labou Tansi se définissait comme un « proscrit idéologique ». Le vingtième anniversaire de sa disparition sera l’occasion, pour Le Seuil, de mettre en avant deux de ses romans majeurs – La vie et demie (1979) et L’anté-peuple (1983) – et de faire connaître le mouvement de sa pensée à travers un recueil de textes pour la plupart introuvables ou inédits, réunis par Greta Rodriguez, spécialiste de son oeuvre. Lire un extrait d’Encre, sueur, salive et sang (Seuil, 2015)

Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini (éd.), La Chair et l’idée, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2015.
Sony Labou Tansi, Poèmes, édition critique coordonnée par Claire Riffard et Nicolas Martin-Granel, en collaboration avec Céline Gahungu, éditions CNRS (1 200 pages).

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Historic figures and collective memory/ies

De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

The use of heroes in colonial and postcolonial contexts

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Vendredi 25 septembre 2015, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 870 – Université Paris 7 Denis Diderot – 8 Place Paul Ricoeur
Paris, France (75013)

Programme

9h-9h30. Accueil des participants et présentation de la journée (Florent Piton et Elara Bertho)

9h30-11h. Pères de la patrie et héros nationaux

  • Hoang Thi Hong Ha (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris Ouest) : Le culte du héros Tran Hung Dao et le rôle du héros dans la société vietnamienne
  • Milunda Kombila (Ecritures, Université de Lorraine) : Figures historiques et mémoire collective : le cas de Barthélémy Boganda
  • Otata Hance Wilfried (Ecritures, Université de Lorraine) : Les figures historiques dans la fiction contemporaine camerounaise : le cas de Ruben Um Nyobè dans Remember Ruben de Mongo Beti

11h-11h15 : pause

11h15-12h15. L’Emir Abdelkader : une figure historique et ses mémoires plurielles

  • Laure Demougin (Université Paul Valéry Montpellier 3, Université de Laval) : La figure héroïque d’Abd-el-Kader, entre la presse coloniale du dix-neuvième siècle et La Dernière nuit de l’émir d’Abdelkader Djemaï
  • Kaoutar Harchi (CERLIS, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : Figurations littéraires de l’héroïsme national en situation coloniale et post-coloniale. L’Emir Abdelkader dans l’oeuvre littéraire de Kateb Yacine

12h15-14h : déjeuner

14h-15h30. Des mémoires nationales aux mémoires transnationales

  • Lorenzo Mari (Thalim, LabEx TransferS) : Entre « mullah fous » et mullah faux. Représentations de Sayyid Maxamed Cabdille Xasan après la décolonisation de la Somalie
  • Marine Cellier (CIELAM, Université Aix-Marseille) : Un Marron pour ancêtre. Makandal, figure de la résistance noire et héros caribéen : l’exemple de Las metamorfosis de Makandal, de Manuel Rueda
  • Fernanda Vilar (Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées, Université Paris Ouest) : La reine Ginga, ou comment les Africains ont aussi construit le monde

15h30-15h45 : pause

15h45-16h45. Mémoires visuelles : les héros en image(s)

  • Armelle Chandelier (CESSMA, Inalco) : La représentation de Mao Zedong dans l’art contemporain chinois ou le symptôme d’un malaise national
  • Mathias De Groof (University of Antwerp) : Raoul Peck et l’iconographie de Lumumba

16h45-17h30. Clôture de la journée

Continuer la lecture de Figures historiques et mémoire(s) collective(s)