Archives par mot-clé : Langues africaines

Littératures en langues africaines. Production et diffusion

U. Baumgardt (dir.), Littératures en langues africaines. Production et diffusion

Paris : Karthala, 2017. 362 p.
EAN 9782811119461
29,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

Les littératures en langues africaines sont encore mal connues, alors qu’elles sont riches et très diversifiées, réunissant aussi bien des productions orales que des productions écrites en plusieurs graphies.

Ce volume présente des études sur les littératures de treize pays : Algérie, Cameroun, Comores, Djibouti, Gabon, Madagascar, Mali, Niger, Nigéria, Rwanda, Sénégal, Tanzanie et Tchad. Les langues concernées sont le bulu, le hausa, l’igbo, le kabyle, le kinyarwanda, le malgache, le mandingue, l’orungo, le peul, le shikomori, le somali, le swahili, le tupuri et le wolof.

Les vingt-deux contributions s’organisent selon deux problématiques : la production d’abord et la diffusion ensuite des littératures en langues africaines, en distinguant pour chacune d’elles l’oralité et la scripturalité pour s’intéresser également à l’articulation entre les deux modalités de communication.
Dans son introduction, Ursula Baumgardt définit le cadre théorique et méthodologique du projet pilote ELLAF (Encyclopédie des littératures en langues africaines) qui est à la source de l’ouvrage. Elle contextualise ainsi la production de la littérature orale et de la néo-oralité, tout comme sa diffusion numérique et les manifestations de l’écriture littéraire dans toute sa richesse.
L’articulation étroite entre littératures orales et littératures écrites en langues africaines constitue la grande originalité de ces travaux. Elle permet une approche différenciée des textes et contribue à poser les bases d’une comparaison des littératures en fonction de la langue de production et du mode de communication utilisés.
En conclusion, il est proposé d’améliorer les structures d’édition et de diffusion de ces littératures, d’encourager leur transmission et leur enseignement.

Ursula Baumgardt est professeur de « Oralité et littératures africaines » à l’Institut National des langues et civilisations orientales (INALCO) à Paris et membre de l’équipe de recherche « Pluralité des Langues et des Identités » – Didactique – Acquisition (PLIDAM) – INALCO.

Ont également contribué à cet ouvrage : Marie-Rose Abomo-Maurin, Flavia Aiello, Amar Ameziane, Elara Bertho, Jean Derive, Abdoulaye Keïta Fatouma Mahamoud, Kelly Marlène Milebou Njave, Aliou Mohamadou, Louis Ndong, Solotiana Nirhy-Lanto Ramamonjisoa, Jean Chrysostome Nkejabhizi, Chaïbou Elhadji Oumarou Narivelo Rajaonarimana, Uta Reuster-Jahn, Moussa Sagna, Cheick Sakho, Amadou Sow, Mohand-Akli Salhi, Henry Tourneux, Françoise Ugochukwu, Ibrahim Yahaya, Théophile Yamo Kalbe, Souleymane Ali Yero.

Ecrire contre l’oubli, inscrire le paysage, créer une archive

Ecrire contre l’oubli, inscrire le paysage, créer une archive

Autour du film Bakary Diallo, poète. Mémoires peules de Mélanie Bourlet

Projection-débat le jeudi 30 novembre 2017 au cinéma l’Utopia de Bordeaux de 18h à 20h15

Dans le cadre du séminaire « Pratiques artistiques contemporaines d’Afrique : formes et enjeux politiques » (LAM / Sciences Po Bordeaux)

Cycle 2 « Ce que l’art fait à la citoyenneté »

Pour cette huitième séance du second cycle intitulé  en partenariat avec l’Utopia, nous aurons le plaisir de recevoir Mélanie Bourlet (INALCO), Daouda Gary-Tounkara (LAM), Céline Ségalini (LAM) pour une séance autour du film Bakary Diallo, poète. Mémoires peules, de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain.

http://www.cinemas-utopia.org/bordeaux/index.php?id=4238&mode=film

Pourquoi écrire en pulaar (peul) lorsque l’on est considéré comme le premier écrivain africain en langue française ? En remontant le fil de la trajectoire littéraire et personnelle d’un écrivain injustement dénigré, Bakary Diallo, Mélanie Bourlet découvre qu’à son retour de France où il était engagé au front comme tirailleur, l’auteur du roman Force-Bonté (1926) qu’on soupçonnait de plagiat, n’a jamais cessé de composer de la poésie en pulaar. S’ouvre alors à elle un chantier de recherche qu’elle reconstitue à travers ce film sous la forme d’une enquête, menée essentiellement au Sénégal sur les traces de cet écrivain méconnu, afin de retrouver des fragments de cette œuvre bilingue. À mesure que l’enquête avance, l’on voit se déployer devant la caméra ces textes inédits, mémorisés par les membres de sa famille qui racontent comment, arpentant inlassablement les savanes du nord du Sénégal, Bakary Diallo inscrivait les moindres détails du paysage, vibrants témoignages des modulations du temps sur l’environnement. En effet, Bakary Diallo se révèle être un auteur résolument cosmopolite, non seulement sensible aux sons et aux sens des langues qu’il pratiquait, mais également concerné par les enjeux écologiques de sa région natale. Si les archives papier du poète sont pour la plupart aujourd’hui disparues, le film nous donne accès à cette archive vivante qu’est la mémoire de sa poésie transmise par Bakary Diallo à sa famille.

20171123 S2.8 affiche

Pour une présentation du séminaire dans son ensemble, se reporter au site du LAM :http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/programme-recherche/pratiques-artistiques-contemporaines-dafrique-formes-et-enjeux-politiques
Et à la page Facebook du séminaire : https://www.facebook.com/seminairePACA/

« Céytu », l’ovni éditorial : un article à lire sur le carnet Monde du livre

« Céytu », l’ovni éditorial : une collection naissante de grands classiques traduits en wolof

Un article (7 juillet 2017) très informé de Judy MANUZZI à lire sur https://mondedulivre.hypotheses.org/6708

(Carnet des étudiants du Master Lettres spécialité Monde du Livre de l’Université d’Aix-Marseille)

Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

miano_imptransLéonora Miano, L’impératif transgressif, L’Arche, 2016, 183 p.

Ce volume est constitué de six conférences :

  • « Mélancolies créatrices, écritures subsahariennes de la catastrophe » ;
  • « Littératures subsahariennes : la conquête de soi » ;
  • « L’impératif transgressif , vers une pensée afrophonique » ;
  • « Toute littérature est politique » ;
  • « Sacrée marginale, posture des écrivaines francophones »
  • « Parole due ».

Les deux premières sont centrées sur les littératures subsahariennes et la tâche des écrivains africains. La première date de 2014 et part d’un thème proposé par les Assises internationales du roman, « Mémoires des mondes oubliés » en le critiquant vertement parce que pour Léonora Miano, de son point de vue d’écrivaine subsaharienne, il ne convient pas de parler d’oubli mais de relégation volontaire, de minoration délibérée. Pour elle, le jeu mémoriel, c’est-à-dire l’historicité de vécus antérieurs et l’oubli, si fortement mis au cœur de l’histoire par Paul Ricœur, a été accaparé par l’idéologie occidentale de sorte que l’histoire est à la limite une sorte de luxe inessentiel pour des peuples appelés à se reconstruire dans le présent. Pour illustrer ce point de vue, Miano montre comment les lectures qu’on a faites de Cheikh Hamidou Kane ou de Chinua Achebe étaient eurocentrées : non, ils ne disent pas que la vieille Afrique étant morte, il faut se tourner vers la modernité des Blancs ; non, ils ne disent pas non plus qu’il faut magnifier le passé africain, ils disent que

Le besoin de se confronter au visage des ancêtres, de retrouver leurs         individualités, n’est pas une célébration du passé mais un mouvement vers soi-même. Savoir de qui émanent les voix que l’on entend crier en soi, panser la plaie encore ouverte due à l’ébranlement de l’ancien monde et de ses valeurs. (p.34)

La seconde conférence, antérieure à la précédente (2013) mais mise à sa suite, sans doute parce qu’elle en prolonge la réflexion, est sous-titrée « la conquête de soi » et poursuit en effet l’idée que « l’oubli » des littératures francophones n’est pas imputable seulement à un rejet externe par l’Occident mais a des causes internes, ayant à voir « avec la vision de soi, la conscience de soi, le rapport à soi » (p.40). Sans s’attarder à la fausse bonne idée que le roman étant « une invention européenne », il faut trouver de nouvelles formes proprement africaines, elle va droit à la question de l’authenticité qu’elle définit comme « une fidélité à soi-même, un « enracinement de l’individu dans son vécu » (p.46), ce qu’elle met en premier, sans s’attarder à réfléchir à une poétique de l’écriture littéraire. Les trois conditions nécessaires selon elle pour libérer l’imaginaire : renoncer à tout essentialisme, permettre aux « langues ancestrales » de devenir des langues littéraires, faire exister des maisons d’édition africaines, ne font d’ailleurs aucune place à des propositions de type poétique.

Continuer la lecture de Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception. Colloque ELLAf

ELLAFColloque ELLAf (Encyclopédie des Littératures en langues africaines):

Littératures en langues africaines: production, diffusion, réception

Ce colloque se tiendra les 29, 30 septembre et 1er octobre 2016, à l’auditorium de l’INALCO, 65 rue des grands Moulins, Paris 13e.
Consulter le site du colloque : https://ellaf2016.sciencesconf.org/
Consulter le programme en pdf : Programme_colloque_ELLAf.
Consulter l’appel à contributions : https://apela.hypotheses.org/713

Projection : autour de Bakary Diallo

Samedi 18 juin, à 17h, Afriques transversales (séminaire à l’ENS d’Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, en salle Dussane) vous invite à la projection du documentaire :

« Bakary Diallo, mémoires peules » (2016) de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain

en présence de Mélanie Bourlet

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Le nom de Bakary Diallo est attaché à l’un des premiers romans africains de langue française, Force-Bonté, paru en 1926, longtemps peu ou mal lu, souvent contesté, et trop souvent réduit à une apologie de la colonisation française. Or, le parcours de ce tirailleur sénégalais mérite davantage d’attention : engagé volontaire dès 1911, blessé grièvement au front en 1914, s’engageant de nouveau spontanément comme interprète, persuadé que dans les langues se tressent des ponts entre les hommes et les cultures, il est également l’auteur de nombreuses œuvres en peul, restées jusque là inédites.

Portée par l’intuition qu’il existe une poésie peule – orale ou écrite – de Bakary Diallo, et que la partie éditée de son œuvre ne correspond qu’à la partie émergée d’un vaste corpus multilingue de textes et de poèmes, Mélanie Bourlet part sur les traces de cet écrivain méconnu, pour retrouver dans la mémoire de sa famille, au Sénégal, des fragments de cette œuvre. Transmis de bouche à oreille, conservés dans les mémoires ou sur des cassettes usées à force d’être réécoutées, ces poèmes continuent de vivre et d’être récités. Ces poèmes – que l’on voit se déployer devant la caméra à mesure que l’enquête avance, que les entretiens nous mènent d’un lieu à l’autre, ou que les hasards livrent des indices et permettent des rencontres – dévoilent des pans entiers de l’œuvre de Bakary Diallo, qui s’avère être résolument cosmopolite, ouvert sur le monde et sur les échanges entres les langues, mais aussi concerné par les enjeux écologiques à travers une poésie très émouvante du lieu, du territoire, du local.

La bande-annonce, ici ! En ligne, sur le site du CNRS.

Bibliographie complémentaire sur le carnet Hypothèses d’Afriques transversales.