Archives par mot-clé : Littérature orale

Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité
Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité

sous la direction de Pierre Halen et Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Littératures des Afriques »

ISBN : 979-10-300-0086-3 – 349 p. – Sortie nationale : 2016/11.

La spiritualité, comprise ici dans un sens très large, incluant les discours de sagesse, les références aux religions et les schèmes de pensée que celles-ci ont diffusés, mais aussi les quêtes mystiques, semble bien être l’une des grandes affaires de notre temps. Ce n’est pas tout à fait ce qu’avaient laissé prévoir les messianismes essentiellement profanes qui avaient présidé naguère à l’anticolonialisme militant ; mais c’est néanmoins une des dimensions irrécusables des tensions identitaires et politiques contemporaines. Les littératures africaines, elles aussi entendues au sens large dans ce volume, en témoignent dans leur diversité. Les analyses réunies ici s’intéressent à la dimension religieuse, non seulement des réalités sociales représentées, où se concurrencent parfois plusieurs traditions religieuses, mais aussi de l’écriture littéraire elle-même, à la fois réceptable de savoirs culturels, lieu de négociation et d’adaptation identitaire, et creuset, aussi, de quêtes personnelles face à l’absolu.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/litteratures-africaines-et-spiritualite-4511.html

Consulter le sommaire de l’ouvrage : pages-de-ldaf_02_tdm

Fabrique d’un canon : entre archives coloniales, fait littéraire et culture populaire (Sarraounia, Niger)

La  prochaine séance de « Discours canoniques dans leurs modalités linguistiques » (Llacan, Salle de conférences, Bâtiment D, 7 rue Guy Môquet, Villejuif) aura lieu le 13 octobre de 10 à 12 h dans la salle de conférence.

La conférencière sera Elara Bertho (doctorante à Paris 3-Sorbonne Nouvelle ED, 120): Fabrique d’un canon : entre archives coloniales, fait littéraire et culture populaire  (Sarraounia, Niger)
L’objectif est de décrire et analyser la fabrique d’un canon narratif, et notamment le rôle décisif qu’a joué l’écrivain Abdoulaye Mamani dans l’écriture de l’histoire de Sarraounia Mangou, au Niger. A partir de ses intertextes, de littérature écrite française, de littérature orale au Niger, nous montrerons comment son engagement politique, aux côtés du Sawaba, a façonné sa vision de l’histoire coloniale.
En remontant aux archives coloniales (ANN, Niamey; ANOM, Aix-en-Provence), nous tracerons également des généalogies intertextuelles qui ont des échos explicites jusque dans les récentes bandes dessinées qui ont paru sur la colonne Voulet-Chanoine (Dabitch et Dumontheuil), et nous discuterons, enfin, du rôle de subversion du canon qu’occupe l’espace radiophonique, par l’intermédiaire de chansons en haoussa (ORTN, Niamey).
Sur le site http://llacan.vjf.cnrs.fr/info_coord.php, vous trouverez toutes les informations pour vous rendre sur place.

UMR 8135 du CNRS 7, rue Guy Môquet – BP 8, 94801 VILLEJUIF (France) Tél : (33)1 49 58 38 46 Fax: (33)1 49 58 38 00

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception. Colloque ELLAf

ELLAFColloque ELLAf (Encyclopédie des Littératures en langues africaines):

Littératures en langues africaines: production, diffusion, réception

Ce colloque se tiendra les 29, 30 septembre et 1er octobre 2016, à l’auditorium de l’INALCO, 65 rue des grands Moulins, Paris 13e.
Consulter le site du colloque : https://ellaf2016.sciencesconf.org/
Consulter le programme en pdf : Programme_colloque_ELLAf.
Consulter l’appel à contributions : https://apela.hypotheses.org/713

CFP: Fictions of African Dictatorship

Call for papers for an edited collection

Fictions of African Dictatorship ed. by Charlotte Baker and Hannah Grayson

This book is a new contribution to a growing body of work on dictatorship and its representation. The collection will examine the fictional representation of the African dictator across genres, as well as the dictator’s presentation of his own image in official literature.

The editors are particularly interested in proposals that address the following, although this list is not intended to be restrictive:

  • Fictionalised representations / critiques of African dictators
  • The figure of the dictator in oral literature
  • Fiction as a space for presenting alternative versions of reality
  • The interrogation of performances of dictatorship in novels/poetry/theatre
  • Fiction and myth-making
  • Aesthetic strategies for revealing truths in fiction

We are keen to invite proposals from colleagues working on African language literatures as well as African literature written in European languages.

We invite potential authors to submit a chapter abstract of 250 words, including a title, 4 to 6 keywords, and a brief bio, by email to both Charlotte Baker c.baker@lancaster.ac.uk and Hannah Grayson hannah.grayson@durham.ac.uk by Monday 4 April 2016.

Authors will receive a response by Friday 19 April 2016, with those provisionally accepted due as chapters of 4,000 words (including references) by 29 July 2016. Chapters will be double blind peer reviewed.

AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

11ème Conférence de la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA)
Université de Floride, Gainesville, Etats Unis, 25-28 Mai 2016

Thème : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

Appel à contributions

LA DATE LIMITE de réception des communications est le 15 décembre 2015. Les propositions acceptées seront communiquées aux auteurs entre fin novembre 2015 et le 31 décembre 2015, au plus tard. Pour de plus amples informations – frais d’inscription, adhésion, transport, hébergement, et toutes autres mises à jour – prière de visiter notre site web : www.africaisola.org. En accord avec le règlement de ISOLA, tous les auteurs de communications devront payer les frais d’adhésion à l’organisation pour l’année de la conférence. Les frais d’adhésion sont distincts des frais de participation à la conférence.

Site web : www.africaisola.org

Pour sa 11ème conférence biennale qui se tiendra à l’Université de Floride dans la ville de Gainesville, aux Etats Unis, la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA) lance cet appel à contributions pour des articles et des panels portant sur le thème « Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora. »
Pour cette conférence, nous considérons la mémoire comme un acte créatif de recouvrement. Sans la faculté de se souvenir, nous ne serions pas capables d’apprendre, de produire, ou de nous perpétuer socialement. Quand nous nous souvenons d’un événement, nous ne nous en souvenons pas dans les conditions exactes dans lesquelles cet événement s’est produit. Dès lors, la mémoire humaine n’est pas un appareil d’enregistrement qui codifie et reproduit exactement nos
expériences passées. Le contenu de la mémoire humaine est en constante évolution. Le souvenir est une dynamique inventive. Les travaux des spécialistes en psychologie cognitive confirment le
fait que l’action de se souvenir du passé est dynamique ; c’est un processus en mutation, qui dépend aussi bien des notions du futur que des images du passé. Il est évident que nous nous souvenons d’un certain événement individuellement. Cela signifie que deux individus peuvent ne pas partager des souvenirs identiques d’une situation à laquelle ils ont tous deux participé.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

La Question de l’auteur en littératures africaines

Begenat-Neuschäfer, Anne / Mazauric, Catherine (éds.)

La question de l’auteur en littératures africaines

lauteurlittafActes du 14e Congrès de l’APELA organisé à Aix-la-Chapelle par Anne Begenat-Neuschäfer, Daniel Delas, Pierre Halen et Catherine Mazauric, du 22 au 24 septembre 2011.

Année de publication: 2015

Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2015. 228 p., 8 ill. en couleurs
ISBN 978-3-631-65431-6 rel.  (Hardcover)

Collection  Sprachen – Literaturen – Kulturen – volume 4

Le 14e Congrès de l’Association pour l’étude des littératures africaines (APELA) entendait poser la question de l’auteur dans le champ spécifique des littératures africaines (domaines francophone et lusophone notamment). Après la question de l’« invention » de l’auteur africain, des raisons et des opérations qui la rendraient possible, il convient en effet de se pencher sur les instances de légitimation de l’auteur africain et de son œuvre : outre les éditeurs du « centre », les collections patrimoniales, les prix littéraires, les festivals, salons et rencontres littéraires, la critique littéraire, les médias audio-visuels et jusqu’aux réseaux sociaux jouent aujourd’hui un rôle dans la « fabrique » de l’auteur reconnu. Les contributions réunies ici examinent enfin la négociation, dans le contexte africain, entre les figures et postures d’auteur et l’insistante question de l’oralité anonyme et collective.

Table des matières (L’auteur)

La question de l’auteur

URL sur le site de l’éditeur : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=81647&cid=450&concordeid=265431

AAP : Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Jeudi 29 et vendredi 30 septembre 2016

Paris, INALCO, Auditorium

Appel à communications

Comité scientifique :

Ursula Baumgardt, Jean Derive, Graham Furniss, Xavier Garnier, Lee Haring, Abdoulaye Keïta

La date limite de réception des propositions de communication est le 30 septembre 2015

Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante :

colloqueellaf@gmail.com

Des argumentaires en français ou en anglais de 2000 signes (espaces compris) maximum seront joints aux propositions, accompagnés d’une brève notice biographique.

ELLAF

Les littératures en langues africaines, orales comme écrites, souvent éditées localement, sont mal connues à l’échelle internationale, malgré une production qui est pourtant loin d’être négligeable et qu’on peut même qualifier d’abondante en certaines langues comme le swahili, le haoussa, le yorouba, par exemple. Témoigne de cette abondance, le livre déjà ancien d’Albert Gérard (African Language Literatures, Three Continents Press 1981) qui, à propos des seules littératures écrites, recense déjà à cette époque plus d’un millier d’ouvrages. En témoigne également la diversité des supports et des modes de circulation multimédia, qui donnent à ces littératures une accessibilité et un mode d’existence nouveaux. C’est pour remédier à ce déficit de visibilité et pour initier la recherche dans ce domaine qu’est né le projet de créer une Encyclopédie en ligne des Littératures en Langues Africaines, (ELLAF), aussi bien écrites qu’orales, actuellement dans sa phase expérimentale, avec un premier échantillon de 11 langues, avant son extension progressive à d’autres langues du continent. C’est pour clôturer une première étape de ce projet qu’a été conçu le colloque « Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception ».

Continuer la lecture de AAP : Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception