Archives par mot-clé : Mabanckou

Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou, un critique sapeur et voyageur

lettresnoiresLettres noires : des ténèbres à la lumière, Collège de France / Fayard, 75 p. , 2016. Le monde est mon langage, Grasset, 319 p., 2016.

Deux publications en 2016 témoignent de l’activité réflexive dans le champ littéraire africain d’Alain Mabanckou qui est devenu aujourd’hui une référence incontournable dans la vie intellectuelle franco-africaine. Qui ne l’a vu à la télé ou sur les réseaux, avec ses grosses lunettes blanches et sa veste brillante, en sa tenue de sapeur ?

Sapeur quesaco ? Un dandy congolais dont l’élégance crée une belle ambiance en réaction à un monde de laideur.

Ouvrons ces deux bouquins.

Le premier, très mince, contient le texte de la leçon inaugurale d’Alain Mabanckou (17 mars 2016) au Collège de France, institution prestigieuse où l’écrivain congolais a été invité pour un an à la chaire de création artistique, à l’initiative d’Antoine Compagnon. Intitulée Lettres noires : des ténèbres à la lumière,  ce qui semble teinter son propos d’une sombre dramaticité conradienne, cette leçon brille pourtant par son charme séduisant et son aisance. L’introduction en particulier. Elu en 2016, Mabanckou s’amuse pour son exposé à partir un siècle plus tôt, de 1916, date plus ou moins précise de l’invention du fameux « slogan dévastateur » « Y’a bon Banania » pour descendre de 6 en 6 (par exemple, 1956, le Congrès des écrivains et artistes noirs, 1968 (un peu raté ! à deux ans près !) le prix Renaudot de Yambo Ouologuem et sa propre date de naissance à lui Mabanckou (1966), 1996 le prix de l’Académie Française de Calixthe Beyala,  2006, date de son prix Renaudot et de la leçon inaugurale d’Antoine Compagnon, son parrain au Collège de France) avant d’en arriver, en une chute impeccable, à son propre portrait en 2016 : « qui suis-je au fond ? ». Pour répondre à cette question Mabanckou remonte encore plus haut sur le grand plongeoir de l’historicité, cette fois jusqu’en 1530, année de la création du Collège de France, pour s’y élancer dans un série de figures sur ses ancêtres esclavagisés, le symbolisme du noir, « cousu de fil blanc », les clichés les plus obscurantistes qui habitent encore les esprits mais que certains combattent, dont bien entendu «  les illustres membres de votre institution » : « En un mot, je suis fier et heureux d’être ici, parmi vous, avec vous… ». L’artiste retombe sur ses pieds et salue le public admiratif.

Continuer la lecture de Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Littérature, cinéma, musique, histoire

7 octobre 2016 | 8h30 à 17h45

Salle J636 (au 3ème étage), entrée par le 54, rue Saint-Jacques

Université de Paris Sorbonne
UFR d’études Ibériques et Latino-américaines/CRIMIC AE 2561/APELA

En fin de journée, l’APELA rendra hommage à Alain Ricard.

Consulter le programme de la journée :

Continuer la lecture de Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues. Journée d’étude de l’APELA

La violence des dominés

Alain Mabanckou https://www.ehess.fr/fr/conf%C3%A9rence/violence-domin%C3%A9s-alain-mabanckou-en-dialogue-avec-gis%C3%A8le-sapiro

La violence des dominés. Alain Mabanckou en dialogue avec Gisèle Sapiro

Centre européen de sociologie et de science politique – CESSP

Epouser le point de vue des dominés, des damnés de la terre, en faire jaillir la violence rentrée, grondante, explosive, tout en les regardant se heurter à leurs propres limites et à leur désillusions, l’œuvre d’Alain Mabanckou donne voix aux sans voix, nous donne à voir le monde par leurs yeux, non sans humour. Des orphelins comme le Grégoire Nakobomayo d’African Psycho qui rêve de devenir serial killer, ou comme Petit-Piment, le protagoniste de son dernier roman, tourmenté par le désir de revanche, des boit-sans-soif comme le narrateur de Verre Cassé, un porc-épic meurtrier, ces voix posent la question des conditions d’accès à la parole. Elles bousculent la syntaxe et la ponctuation, innervent le récit de la tradition orale du conte africain, de la fable, de la magie, le menant à des rebondissements inattendus, qui invitent, tout comme les références à la littérature moderne dont il est saturé, à la réflexivité.

Intervenants

  • Alain Mabanckou est l’auteur de nombreux ouvrages, traduits dans une douzaine de langues, dont African Psycho (Serpent à plumes, 2003), Verre Cassé (Seuil, 2005), Mémoires d’un porc-épic (Seuil, 2006 ; prix Renaudot) ; Lettre à Jimmy (Fayard, 2007) ; Petit Piment (Seuil, 2015). Professeur de littérature francophone à UCLA, il est invité cette année au Collège de France sur la chaire de création artistique.
  • Gisèle Sapiro est directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS. Elle a publié entre autres La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999, rééd. 2006), La Responsabilité de l’écrivain (Seuil, 2011) et Sociologie de la littérature (La Découverte, 2012).

Les Rendez-vous littéraires de l’EHESS, cycle Penser le monde, réfléchir l’écriture en partenariat avec la Maison de la poésie et le Labex TEPSIS.

Informations pratiques :

Date(s)

  • Lundi 14 mars 2016 – 19:00

Lieu(x)

URL de référence : https://www.ehess.fr/fr/conf%C3%A9rence/violence-domin%C3%A9s-alain-mabanckou-en-dialogue-avec-gis%C3%A8le-sapiro

Verre Cassé d’Alain Mabanckou : une figure d’auteur en devenir ? Par Charlène Walther

Par Charlène WALTHER, étudiante en Master à l’Université de Strasbourg

Verre Cassé, le narrateur du roman éponyme d’Alain Mabanckou qui rédige au sein de l’oeuvre le carnet que le lecteur lit, ne correspond pas à l’image que l’on peut se faire habituellement d’une figure de l’auteur. Ivrogne qui vit presque exclusivement dans le bar qu’il fréquente, Le Crédit a voyagé, renvoyé de l’éducation nationale quelques temps auparavant, quitté par sa femme dans la foulée, il est le prototype du « raté », que Mabanckou nous représentait déjà dans African Psycho. Il semble donc au premier abord que Verre Cassé n’a pas plus le profil de l’écrivain que Grégoire Nabokomayo celui du tueur en série. Cela est d’autant plus problématique qu’avant ce récit Verre Cassé n’a rien écrit – pour autant que le lecteur et les autres personnages de l’oeuvre le sachent. Peut-on le considérer comme auteur au sein du roman alors qu’il n’a pas achevé son premier récit ? La logique voudrait qu’il n’acquiert le statut d’auteur qu’une fois son œuvre achevée, et donc, en dehors de celle-ci. En outre, le TLFI propose comme première définition du substantif « auteur », « celui ou celle qui est la cause première ou principale d’une chose ». Là encore, Verre Cassé ne correspond pas vraiment à la définition, puisqu’il n’a pas choisi d’écrire ce récit : c’est l’Escargot entêté qui lui a remis un carnet, pour qu’il compose « quelque chose sur ce bar, sur quelques gars d’ici, et surtout sur [lui]-même » (p.196). Verre Cassé peut-il alors vraiment être considéré comme la « cause première » de son récit ? Est-ce vraiment son œuvre ? La réponse, malgré tout, semble positive, car il apparaît que le personnage prend peu à peu possession de son récit, pour en devenir l’auteur, le créateur. Il écrira d’ailleurs lui-même : « c’est quand je m’abandonne, quand j’oublie qu’une mission m’avait été confiée que je me sens vraiment dans mon assiette puisque je peux sauter, cabrioler, parler à un lecteur autre que l’Escargot entêté » (p. 201). Sous un certain angle nous pouvons donc considérer que Verre Cassé devient auteur au fur et à mesure de l’écriture de son œuvre, qu’il s’approprie progressivement en se libérant des contraintes qu’on lui a imposées. Il y a d’ailleurs une démarcation nette entre les « premiers feuillets » et les « derniers feuillets » ; les premiers sont centrés sur le bar Le Crédit a voyagé et sur ses clients, les derniers sur la vie de Verre Cassé, ce qui pourrait montrer une appropriation de son œuvre par le personnage. C’est sans doute ce qu’entend Pierre-Yves Ballard lorsqu’il qualifie Verre Cassé d’ « auteur en gestation ». Mais cette idée, également, nous semble contestable car Verre Cassé, fort de ses connaissances littéraires, semble réinventer un style qui lui est particulier, dans le but de s’opposer à une certaine catégorie d’écrivains « intellectuels » (p. 188). Peut-être n’est-il pas, alors, un « auteur en gestation » ; peut-être même que l’idée selon laquelle Verre Cassé serait un écrivain en devenir constituerait une feinte de Mabanckou lui-même. La question est donc simple : Verre Cassé devient-il auteur ? La réponse est problématique, déjà parce que Verre Cassé invente un style littéraire, certes, mais qui repose sur l’imitation ; cette imitation est-elle inconsciente ou viserait-elle à l’élaboration d’une nouvelle esthétique ? Ensuite, il semble bel et bien y avoir une progression dans le récit, et Verre Cassé ne se rapproche du statut d’auteur que dans la seconde partie, n’étant qu’un simple prête-plume dans la première partie. Là encore, le passage de l’un à l’autre semble trop net. Enfin, une ambiguïté se dessine, laissant supposer que la rédaction de ce carnet ne servirait qu’à donner à Verre Cassé le titre d’auteur. En réalité, il le serait avant même d’avoir commencé à écrire.

La création par l’imitation : un parti pris littéraire ?

Dès la première page, qui a en réalité été ajoutée a posteriori par Verre Cassé , celui-ci déplace les attentes de l’Escargot entêté. En effet, il va bel et bien faire dans un premier temps la chronique du bar Le Crédit a voyagé, mais il n’est pas en accord avec la manière dont l’Escargot entêté perçoit l’écrit, obligatoirement opposé à l’oral :

Continuer la lecture de Verre Cassé d’Alain Mabanckou : une figure d’auteur en devenir ? Par Charlène Walther

Le Polar africain

polar_af Le Polar africain

A nouveau disponible suite à un nouveau tirage

s’adresser à
Mme Laurence Chabeaux <laurence.chabeaux@univ-lorraine.fr>
à la réouverture des bureaux : 25 août 2015

Textes édités par Bernard De Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari.

Metz : Centre de recherches « Ecritures », coll. Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n°8, 2013, 260 p. – ISBN : 978-2-917403-23-5. 17 €

La distinction jadis entretenue entre la littérature et une « paralittérature » qui serait sans intérêt, – caractérisée par le fait divers et par un lectorat peu instruit ou pressé, – est aujourd’hui caduque. Sans doute la critique a-t-elle longtemps été abusée par l’origine populaire des premiers auteurs ou bien par les thèmes abordés, négligeant le travail de création et l’imaginaire mis en œuvre.

Les contributeurs du présent ouvrage, attentifs à l’évolution du genre policier et à ses développements, singulièrement dans le champ francophone, éclairent le corpus récent du roman policier africain à partir de plusieurs perspectives : histoire littéraire, poétique, réception, herméneutique, etc. Ils mettent en évidence la singulière créativité d’auteurs comme Bolya Baenga, Achille Ngoye, Modibo Sounkalo Keita, Mongo Beti ou Alain Mabanckou et prennent la mesure d’un genre en pleine évolution dans toutes ses dimensions littéraire, sociologique, anthropologique et politique.

Quels sont les enjeux profonds de la réappropriation, par les auteurs du continent africain ou de ses diasporas, du genre policier, associé par Jacques Dubois à l’idée de « modernité » ? Y a-t-il une spécificité africaine du genre, ou cette appropriation signifierait-elle que les littératures africaines rejoignent ainsi, simplement, les pratiques les plus répandues de la littérature contemporaine ? Quelles valeurs, de conformité à l’ordre social ou au contraire de protestation et de résistance, sont-elles ainsi mises en œuvre ?

Continuer la lecture de Le Polar africain

Il s’appelait Sony Labou Tansi par Alain Mabanckou

Lire le pays// Les gens
Mardi 30 Juin 2015
L’Humanité

50 écrivains parmi les grands noms de la littérature francophone ont accepté de  » lire le pays » pour l’Humanité et invitent à découvrir chaque jour une nouvelle inédite.

Le 30 juin 2015, un texte à lire d’Alain Mabanckou, consacré à Sony Labou Tansi.

En 1979, un écrivain congolais publiait son premier roman au Seuil, La Vie et demie. Il s’appelait Sony Labou Tansi…

L’effervescence au Congo était telle que tous les écrivains en herbe voulaient rencontrer cet auteur. Était-ce la timidité qui me fit attendre deux ans avant d’aller à sa rencontre ? Ce premier roman apporta un souffle nouveau aux littératures africaines. Mieux encore, il fut considéré comme une étape fondamentale du roman africain. S’il y a trois romans qui reviennent sans cesse comme importants dans la littérature d’Afrique noire, ce sont ceux de Yambo Ouologuem (Le Devoir de violence), d’Ahmadou Kourouma (Les Soleils des indépendances) et de Sony Labou Tansi (La Vie et demie). Au sujet de ce dernier, la critique française fut laudative. On parla d’une écriture rabelaisienne. On fit le parallèle avec l’univers latino-américain, en particulier celui de Gabriel Garcia Marquez. C’est donc cet écrivain que je souhaitais rencontrer en ce début des années 1980…

Lire la suite : http://www.humanite.fr/il-sappelait-sony-labou-tansi-par-alain-mabanckou-578234

Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

Référence bibliographique : INTERCULTUREL FRANCOPHONIES, n° 25, juin-juillet 2014: Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite, Alliance Française de Lecce, 2014. EAN13 : 9788895343181.

Le n° 25, juin-juillet 2014, de la revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française Interculturel Francophonies, dirigée par Andrea Calì (Università del Salento, Lecce, Italie), vient de sortir. Cette livraison, coordonnée par Frédéric Mambenga (Université de Librebille, Gabon) est consacrée à Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite.

Présentation

Situer l’œuvre d’Alain Mabanckou dans le champ littéraire africain et francophone n’est pas une entreprise facile. Car, elle est marquée par la polymorphie, c’est-à-dire à la fois la pluralité des genres et des postures qui s’invitent sur la scène de son imaginaire et l’esthétique transculturelle qui remet sans cesse en question l’authenticité culturelle et raciale  comme fondements définitoires de l’écrivain négro-africain. Mais en même temps, Mabanckou n’a pas totalement renoncé à ses racines africaines, à cette nostalgie inconsolée du pays natal, à travers la figure maternelle qui constitue sa véritable source d’inspiration.

Dans le champ littéraire francophone, l’œuvre de Mabanckou est au cœur des principales problématiques esthétiques et thématiques, car elle se caractérise par le déracinement, l’entre‑deux culturel, l’incertitude identitaire et l’hybridation de l’écriture La posture de Mabanckou a toujours été celle d’un iconoclaste qui brise les certitudes établies, en proposant des pistes d’un cosmopolitisme littéraire qui rendent obsolètes les nationalismes culturels. Pour Mabanckou, l’expression de l’identité francophone   nécessite  un dépassement des frontières géographiques, politiques, culturelles et institutionnelles  pour une francophonie qui serait de fait une francophonie  totale intégrant même la littérature française.

Sommaire

 

Introduction

11    Frédéric Mambenga,  Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

L’inscription autobiographique

19    Virginie Brinker, L’inspiration autobiographique comme matrice poétique dans quelques ouvrages d’Alain Mabanckou

37    Jelena Antic, Les rapports mère-fils dans le roman d’Alain Mabanckou Demain j’aurai vingt ans

55    Katerina Spiropoulou, La mémoire de l’enfance chez Mabanckou et Maximin: étude comparée de Demain j’aurai vingt ans et Tu, c’est l’enfance

Poétique romanesque

 

79    Magali Renouf, Alain Mabanckou: reconstruire pas le détournement et la déconstruction

91    Marthe Bogat Oyane, Alain Mabanckou, ses pères et ses pairs

107   Claudine Gaetzi, Verre cassé: les échos d’un texte brisé

125   Alain Serge Agnessan, Alain Mabanckou, un écrivain paralittéraire (?)

145   Guilioh Vokeng – Romuald Nkouda, Verre cassé d’Alain Mabanckou ou des livres dans un livre: de la pratique intertextuelle aux échanges interculturels

165   Marcel Nouago Njeukam, La mise en forme du drame de l’immigré clandestin dans le roman francophone de la migritude: le cas de Bleu Blanc Rouge d’Alain Mabanckou

Paysages thématiques

185   Bernard Mouralis, Distance critique et fraternité dans Lettre à Jimmy d’Alain Mabanckou

203   Serge Ondo Ella, Romans de la « migritude » et imaginaire traditionnel africain: cas de Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou

223   Canissius Allogho Mantwani, Alain Mabanckou: la mémoire et l’histoire. Plaidoyer pour une herméneutique de la conscience historique

243   Buata B. Malela, Ce que la musique populaire fait au roman contemporain: Black Bazar d’Alain Mabanckou

267   Frédéric Mambenga, Errance et Espérance dans la poésie d’Alain Mabanckou: un poète lyrique en face du tragique négro-africain

283   Andrea Calì, L’écriture de la guerre chez Alain Mabanckou et Emmanuel Dongala

305   Médard K. Bouazi, Violence sociale, fureur urbaine: la mise en scène du désespoir chez Alain Mabanckou

317   Jaouad Serghini, Mabanckou, l’intellectuel africain interverti

331   Fiches bio-bibliographiques des collaborateurs

339   Les numéros d’Interculturel Francophonies

Responsable : ANDREA CALI
Url de référence :
http://alliancefrlecce.xoom.it