Archives par mot-clé : Miano

Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

miano_imptransLéonora Miano, L’impératif transgressif, L’Arche, 2016, 183 p.

Ce volume est constitué de six conférences :

  • « Mélancolies créatrices, écritures subsahariennes de la catastrophe » ;
  • « Littératures subsahariennes : la conquête de soi » ;
  • « L’impératif transgressif , vers une pensée afrophonique » ;
  • « Toute littérature est politique » ;
  • « Sacrée marginale, posture des écrivaines francophones »
  • « Parole due ».

Les deux premières sont centrées sur les littératures subsahariennes et la tâche des écrivains africains. La première date de 2014 et part d’un thème proposé par les Assises internationales du roman, « Mémoires des mondes oubliés » en le critiquant vertement parce que pour Léonora Miano, de son point de vue d’écrivaine subsaharienne, il ne convient pas de parler d’oubli mais de relégation volontaire, de minoration délibérée. Pour elle, le jeu mémoriel, c’est-à-dire l’historicité de vécus antérieurs et l’oubli, si fortement mis au cœur de l’histoire par Paul Ricœur, a été accaparé par l’idéologie occidentale de sorte que l’histoire est à la limite une sorte de luxe inessentiel pour des peuples appelés à se reconstruire dans le présent. Pour illustrer ce point de vue, Miano montre comment les lectures qu’on a faites de Cheikh Hamidou Kane ou de Chinua Achebe étaient eurocentrées : non, ils ne disent pas que la vieille Afrique étant morte, il faut se tourner vers la modernité des Blancs ; non, ils ne disent pas non plus qu’il faut magnifier le passé africain, ils disent que

Le besoin de se confronter au visage des ancêtres, de retrouver leurs         individualités, n’est pas une célébration du passé mais un mouvement vers soi-même. Savoir de qui émanent les voix que l’on entend crier en soi, panser la plaie encore ouverte due à l’ébranlement de l’ancien monde et de ses valeurs. (p.34)

La seconde conférence, antérieure à la précédente (2013) mais mise à sa suite, sans doute parce qu’elle en prolonge la réflexion, est sous-titrée « la conquête de soi » et poursuit en effet l’idée que « l’oubli » des littératures francophones n’est pas imputable seulement à un rejet externe par l’Occident mais a des causes internes, ayant à voir « avec la vision de soi, la conscience de soi, le rapport à soi » (p.40). Sans s’attarder à la fausse bonne idée que le roman étant « une invention européenne », il faut trouver de nouvelles formes proprement africaines, elle va droit à la question de l’authenticité qu’elle définit comme « une fidélité à soi-même, un « enracinement de l’individu dans son vécu » (p.46), ce qu’elle met en premier, sans s’attarder à réfléchir à une poétique de l’écriture littéraire. Les trois conditions nécessaires selon elle pour libérer l’imaginaire : renoncer à tout essentialisme, permettre aux « langues ancestrales » de devenir des langues littéraires, faire exister des maisons d’édition africaines, ne font d’ailleurs aucune place à des propositions de type poétique.

Continuer la lecture de Léonora Miano essayiste afropéenne. Par Daniel Delas

Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

arton1694-124b2Questions identitaires dans les récits afropéens de Léonora Miano

Auteur : Marjolaine UNTER ECKER

Presses Universitaires du Midi, collection Lettres et culture (dir. Olivier Guerrier et Philippe Ortel)

N° ISBN : 978-2-8107-0428-6
PRIX : 18.00 €
Format et nombre de pages : 14 x 19 cm – 190 p.

Dans plusieurs de ses œuvres, romans, nouvelles et écrits pour la scène, Léonora Miano interroge l’identité frontalière en donnant à lire les parcours divers de ses personnages afro-descendants qui vivent en Europe, principalement en France et à Paris.

Cet ouvrage se propose d’étudier comment s’écrit et comment se vit de l’intérieur cette identité qui naît et qui s’épanouit à la frontière de deux continents aux rapports complexes. L’apparence ou « l’identité physique » des personnages, qui se meuvent dans les décors urbains, cherche à se définir dans une société qui ne leur propose pas de modèles auxquels se référer. Leur « identité intime », qui est individuelle, se construit à partir de leur parcours existentiel et se déploie dans leurs relations à autrui. Enfin, « l’identité historique » de l’afrodescendant naît de son rapport à la mémoire du passé, de l’organisation du monde et de l’humanité.

Par ces trois figurations de l’identité, entremêlées les unes aux autres dans les récits de Léonora Miano, les personnages clament l’existence d’une identité nouvelle : celle d’être afropéens.

Marjolaine Unter Ecker a suivi ses études à l’université Toulouse – Jean-Jaurès. Elle est titulaire d’une licence de lettres modernes, d’un master II « métiers de la recherche » mention « lettres » et d’un CAPES de lettres modernes. Actuellement enseignante dans le secondaire, elle prépare une thèse.

Année : 2016
Réf. : LEC 01

URL de référence : http://pum.univ-tlse2.fr/~Questions-identitaires-dans-les~.html, où l’on trouvera à lire l’Introduction et la Table des matières de l’ouvrage.