Archives par mot-clé : Paris

Brumaire : la saga de la nouvelle poétique capverdienne

Arménio Vieira, Filinto Elísio et Márcia Souto

à la Fondation Gulbenkian

Quando

Seg, 12 fevereiro, 2018
18:30 até 20:00

Onde

Sala de conferências
39 Boulevard de la Tour Maubourg, Paris

Bilhetes

Entrada livre

À partir de la présentation des derniers livres de Arménio Vieira (Prix Camões 2009), Sequelas do Brumário, Fantasmas e Fantasias do Brumário et Silvenius – Antologia Poética, les conférenciers Filinto Elísio, poète, et Márcia
Souto, éditrice, mettront en valeur à la fois la singularité de la poétique de Vieira et les chemins esthétiques d’une nouvelle génération de poètes capverdiens. Ces derniers, dans son sillage, élaborent une poésie cosmopolite, existentialiste, très marquée par un profond et prolifique dialogue avec d’autres poètes du monde entier ainsi que par une intertextualité intense avec des oeuvres universelles, notamment françaises.

Cycle d´études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone, organisé par Maria-Benedita Basto, Olinda Kleiman, Agnès Levécot, Irene dos Santos et Egídia Souto (université Paris Sorbonne/CRIMIC – Centre de recherche sur les mondes ibériques et ibéro-américains contemporains; université Sorbonne Nouvelle/CREPAL – Centre de recherches sur les pays lusophones; CNRS), en partenariat avec Rosa Porcelana Editora.

Conférence en liaison avec la présentation du livre Cartas de Amilcar Cabral a Maria Helena: a outra face do Homem, dans le cadre d’une rencontre autour de la littérature cap-verdienne contemporaine, par Filinto Elísio Silva et Maria-Benedita Basto – 13 février, 18h, Ambassade du Cap Vert.

URL de référencehttps://gulbenkian.pt/paris/pt-pt/evento/armenio-vieira-filinto-elisio-marcia-souto/

Le théâtre du Tarmac menacé

Le Tarmac réagit à l’annonce de sa disparition : “De quel projet francophone parlons-nous ?”

Les artistes se mobilisent et une pétition circule pour défendre le Tarmac suite au communiqué de Françoise Nyssen annonçant sa possible disparition. Le théâtre de la francophonie réagit…

Lire la suite et comprendre le fil des évènements : https://www.lesinrocks.com/2018/02/02/scenes/le-tarmac-reagit-lannonce-de-sa-disparition-de-quel-projet-francophone-parlons-nous-111041796/

(en bas de page, une lettre ouverte signée par, entre autres, Gustave Akakpo, Kidi Bebey, Ananda Devi, Gaël Faye, Achille Mbembe, Criss et Dieudonné Niangouna, Raharimanana, Véronique Tadjo… Rappelons que le théâtre du Tarmac contribue largement à la diffusion en France des dramaturgies africaines contemporaines : http://www.letarmac.fr/la-saison/traversees-africaines/ )

MàJ 07/02/2018 : soirée de soutien lundi 12 février à partir de 18h au Tarmac.

Rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Reprise du séminaire Afriques transversales : rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Le 26 janvier de 19h à 20h30, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris, salle Celan au rez-de-chaussée

Entrée libre

Afriques Transversales invite l’auteur d’origine ghanéenne Nii Ayikwei Parkes pour évoquer avec lui son « thriller paradoxal », Tail of the Blue Bird, paru en 2009, et traduit aux éditions Zulma en 2014 (Notre Quelque part, traduction de Sika Fakambi). Comment concilier les croyances d’un village de chasseurs avec le modèle d’investigation policière fourni par la série américaine Les Experts ? Quelle place pour la mise en scène de la corruption dans un polar africain ? Quelles stratégies de traduction adopter face à un texte écrit dans un anglais d’Afrique de l’Ouest et émaillé de termes twi, dont l’élucidation n’est pas fournie dans un glossaire ? Qu’est-ce qu’une littérature du spoken word ? Quel rôle et quelle enquête reviennent au lecteur dans ces conditions ? L’entretien sera également l’occasion de discuter avec l’auteur de sa production poétique et notamment du recueil The Makings of You, paru en 2010 et non traduit à ce jour.

Pour préparer la rencontre, vous pouvez consulter :

  • La page consacrée au roman de Nii Parkes par les éditions Zulma, comprenant une revue de presse, un lexique ainsi qu’une réflexion sur les enjeux de la traduction.
  • L’enregistrement d’une performance de l’auteur, à partir du poème « Men like me ».
  • Le texte de quelques poèmes de Nii Parkes : Hymn (Jazz Poetry), Our love is here to stay, une sélection de poèmes publiés dans The Makings of You, ainsi qu’une série de poèmes parue dans le magazine britannique Wasafiri, présenté comme un « journal de littérature postcoloniale ».
  • Un entretien avec l’auteur, consacré largement à ses propres travaux d’édition et à la création de la maison flipped eye.
  • Une présentation de Notre Quelque part par l’auteur, en français.
  • La page de la séance que nous avions consacrée aux « crimes et arnaques » dans le roman africain, en évoquant entre autres les œuvres de Janis Otsiemi.

Salon du livre d’art des Afriques

// SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES // 18-21 OCTOBRE 2017

Pendant la Fiac, du 18 au 21 octobre 2017  La Colonie, lieu de partage des savoirs créé par Kader Attia, en collaboration avec la revue d’art Afrikadaa et l’African Art Book Fair accueillent la première édition du Salon du livre d’art des Afriques avec une large sélection d’éditeurs indépendants internationaux et d’artistes venus de pays différents, garantissant ainsi une diversité des pratiques éditoriales actuelles. Au programme : des éditeurs indépendants, un lieu de débats et d’échanges autour de panels de discussion, une carte blanche à la maison d’édition Présence Africaine (URPA), un espace d’exposition,  et des performances. 

LES RENDEZ-VOUS QUOTIDIENS:
Ouverture du salon du livre d’art des Afriques : Du 18 au 21 octobre 2017
Lieu : La Colonie 128 rue  La Fayette 75010 PARIS
Horaires : de 10h30 à 18h30
Vernissage : le mercredi 18 octobre à 17h
Carte blanche Présence Africaine (URPA ): samedi 21 et  dimanche 22 de 10H30 à 18H30
Finissage: samedi 21 octobre de 21h à 2h soirée de clôture du Salon.
Performances : tous les jours à partir de 19h
Soirées DJ : tous les jours de 21h à 2h

LE SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES

Le salon du livre d’art des Afriques est un espace dédié aux publications qui entend offrir un panorama des pratiques éditoriales contemporaines les plus engagées dans la production de publications qualitatives et esthétiques sur des sujets dont la pertinence de l’offre est en relation avec l’état actuel du monde. Ce rendez-vous culturel convivial est un moment de découvertes et d’échanges réunissant éditeurs indépendants, artistes, collectionneurs et grand public. Le salon du livre d’art des Afriques est une occasion unique pour le public de découvrir la richesse et la diversité de la programmation des publications d’art, revues, fanzines provenant des Afriques à La Colonie lieux accessibles à tous et ouverts aux dialogues. Cette première édition propose un focus sur la thématique des artistes qui travaillent le livre comme médium. Cet évènement offre aussi aux éditeurs indépendantsune plateforme de rencontre entre les artistes, les professionnels du monde de l’art et le public, afin de favoriser des échanges ainsi que la circulation des savoirs dans une optique de contextualisation des oeuvres et des artistes des Afriques. La dénomination du vocable  les Afriques  est  ici définie d’une manière protéiforme et métaphorique.

Véritable projet artistique qui se concentre sur des thématiques liées à des publications sur l’art, le choix de la programmation repose sur une sélection de publications, d’artistes et d’éditeurs indépendants peu connu du grand public. Face à l’absence du monde éditorial dans les biennales, foires d’art et autres évènements artistiques internationales pour les publications et revues issues des territoires du Sud, le Salon du livre d’art des Afriques contribue à la valorisation et à la réflexion des éditions artistiques des Afriques en questionnant la production intellectuelle indépendante en tant qu’outil participant à l’émancipation de la création artistique. Nous découvrirons les dernières publications  valorisant la production critique autour des idées qui font l’essence de leur métier : transmissions des récits et échanges d’expériences entre les productions éditoriales de différents formats, mise en valeur de la création contemporaine et d’un extraordinaire patrimoine artistique, grâce à une programmation riche et exigeante dans un espace convivial de partage des savoirs .le salon du livre d’art des Afriques traversera les frontières afin de confirmer la nécessité incontournable de s’inscrire dans l’écrit et le verbe et de mémoriser, questionner  des formes de langages  nouvelles et contemporaines.

Continuer la lecture de Salon du livre d’art des Afriques

Journée d’études Indiscipline des Monstres

Hassan Musa (détail), Regarde Icare (2008)

Le séminaire Afriques Transversales débute cette année par une journée consacrée à l’Indiscipline des Monstres. Elle aura lieu le samedi 7 octobre à l’ENS (45 rue d’Ulm), en salle Dussane. Des informations et des lectures complémentaires sont mises en ligne sur le site du séminaire.

 

PROGRAMME

9h00 : Accueil « L’indiscipline des monstres » (Elara Bertho et Ninon Chavoz)

Chasses aux monstres

9h15-9h45 : « Un monstre humain, trop humain… Lecture de La Récompense de la cruauté de Lomami Tshibamba » (Xavier Garnier)
9h45-10h15 : « Cataloguer les monstres au Moyen-Âge, Sous couvert de didactisme, une dénonciation politique et sociale » (Maud Pérez-Simon)

Pause café

Normalité des monstres

10h45-11h15 : « Tératologiques sonyennes » (Nicolas Martin-Granel)
11h15-11h45 : « Du roman rejeté au roman du rejet : un examen de La Plaie de Malick Fall » (Alice Chaudemanche)
11h45-12h15 : « Les langues et le varan de Komodo : à monstre, monstre et demi ! » (Jean-Charles Hilaire)

Pause déjeuner

Monstres d’esprit : folies (post)coloniales

14h-14h30 : « Traitement littéraire d’un monstre métamorphique : la maladie mentale en jeu dans deux romans contemporains sénégalais » (Amandine Herzog)
14h30 -15h : « L’allégorie d’un exil intérieur : le cas de Fabius Mortimer Bartoza, anti-héros des Confessions d’une sardine sans tête » (Guy Alexandre Sounda)
15h-15h30 : Autoportrait de l’écrivain en monstre. De la gueule cassée au corps glorieux : autopsie d’une métamorphose chez Malick Fall, Williams Sassine, et V-Y. Mudimbe (Mbougar Sarr)

Pause café

Monstres et merveilles : l’horizon du prophète

16h-16h30 : « Monstres ou démons, la démesure et l’attente messianique dans Wizard of the Crow de Ngugi wa Thiong’o » (Pierre Leroux)
16h30-17h30 : « André Ondo Mba, prophète et graffitomane » avec une projection du film Les graffiti de Dieu (26’) (Julien Bonhomme)

The Locations of (World) Literature

The Locations of (World) Literature : Perspectives from Africa and South Asia Colloque – 19-20 juin 2017

Organisateurs : Laetitia Zecchini, Francesca Orsini (SOAS, University of London)

Organized by Francesca Orsini (SOAS, University of London) and Laetitia Zecchini (CNRS, Paris) with the support of the labex TransferS (Ecole Normale Supérieure, Collège de France, PSL), and as part of the ERC funded project « Multilingual Locals and Significant Geographies : For a New Approach to World Literature ».

The aim of the conference is to look at the ways in which modern and contemporary South Asian and African writers who produce their work from specific locales consider their place in the world, in world literature, in the wider geographical regions (Africa, South Asia, etc.) or national literary histories in which their work is often read or identified with. How do these writers work through, use, challenge or re-invent the macro categories (region, nation, sub-continent, continent, world), with which literary histories are written and literary cartographies constituted ? What is the relevance of these geographical categories, and how are they often reallocated or realigned ? What worlds do these literatures simultaneously inhabit and create ?

By postulating the plurality of the literary geographies/cartographies to which many South Asian and African writers belong, we postulate that these situated practices are also worldly, and always already connected to wider “significant geographies”, whether real or imagined.

We mean to :
- Analyze the ways by which ideas or representations of what it is to be an “Indian”, “South Asian” or an “African” writer correspond to or contradict the writers’ own practices and representations ;
- Study the unpredictable networks (linguistic, imaginary, literary, etc.) and connections that writers and works of literature invent ;
- Reconsider the doxa on world literature today, with its binaries (centre/periphery, local/global, etc.) and hierarchies ;
- Invite papers on literatures that are generally disconnected from each other (Anglophone vs. Francophone literatures ; the so-called “vernacular” or regional languages of South Asia and Africa vs. literatures in French or in English, etc.)

We welcome papers on the following broad topics :
-  the geographical imagination of specific works, authors, languages, and traditions : what are their “significant geographies” ?
-  “India” and “Africa” as spatio-literary constructs
-  varieties of travel writing
-  the role of Indian/African critics in producing modern literary cartographies/ cosmogonies
-  multilingualism : do multilingual locals produce and inhabit different “significant geographies” ?
-  the way journals and magazines create literary geographies (through correspondence, book reviews, etc.)
-  institutions or networks : associations of writers

Confirmed Participants : Sara Marzagora, Karima Laachir, Xavier Garnier, Peter D. McDonald, Fatima Burney, July Blalack, Clarissa Vierke, Karin Barber, Mélanie Bourlet, Elara Bertho, Amatoritsero Ede, Soofia Siddique, Gisèle Sapiro, Tristan Leperlier, Francesca Orsini, Laetitia Zecchini

URL de référence : http://www.thalim.cnrs.fr/colloques-et-journees-d-etude/article/the-locations-of-world-literature-perspectives-from-africa-and-south-asia?id_evenement=2944#evenement_2944
(où l’on peut télécharger en pdf l’affiche, le programme et les résumés)

AAP : La revue culturelle dans le monde

 Colloque international

16-17 novembre 2017
Institut national d’histoire de l’art, Paris

La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Appel à propositions [relayé à partir de SOCIUS]

Date limite pour les propositions : 21 mai 2017
À l’adresse suivante : florence.duchemin-pelletier@inha.fr

De L’Abeille haytienne (Haïti, 1817) à The New Era (Sierra Leone, 1855), de la Revista de Antropofagia (Brésil, 1928), en passant par Black Orpheus (Nigeria, 1957) ou encore Hawar (Kurdistan, 1932) et Ngáy Nay (Viêt Nam, 1935), la revue a été et est devenue, en plusieurs lieux du monde, un support d’expression critique générateur de modernité. Elle met à l’épreuve des pratiques artistiques, littéraires et politiques singulières, et se décline à la fois en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune. Souvent éphémère, opérant par touches et essais, la revue a permis à des groupes d’artistes, d’intellectuels, de structurer leurs ressources propres, leur vocabulaire, de produire une archive de la pensée et d’élaborer un récit alternatif.

Le colloque La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours vise à accueillir des travaux dédiés à cet espace critique mondial, qu’il soit connecté ou pas, à un moment ou un autre de son histoire aux sphères artistiques et intellectuelles européennes ou marqué d’une volonté transnationale, et à sa généalogie. Ce colloque est une des manifestations du projet « Globalisation de l’art et périodiques culturels* » inauguré en 2016 à l’INHA, consacré à la valorisation des périodiques non-européens, en amont des empires coloniaux jusqu’à nos jours, tels qu’ils sont recensés et étudiés. Ce projet est constitué d’une base de données des revues en libre accès qui sera présentée à l’ouverture du colloque.
Il envisage les aires géographiques et culturelles sous l’angle de l’histoire de leur nomination et de leur distinction, mais aussi au travers des luttes communes, des cercles de sociabilités et des circulations esthétiques et conceptuelles qui les traversent. Son approche généalogique entend élargir le fait artistique à une histoire intellectuelle tout en dégageant la singularité de l’objet revue et des possibles qui s’y forment.
Nombre de revues ont disparu. Mais celles qui nous sont parvenues, ainsi que les nombreux projets de numérisation dont elles font actuellement l’objet, témoignent d’une activité éditoriale au service d’une pensée critique pratiquée à une échelle mondiale. Toutefois, les travaux consacrés à ces corpus ont peu de visibilité.
Ce colloque veut distinguer et valoriser les recherches sur ces objets pour l’étude historique et la compréhension des espaces géographiques et culturels convoqués, ainsi que leurs interrelations. Une place particulière sera accordée aux dynamiques contemporaines. Il a été précédé d’un cycle de journées d’études qui ont mis en valeur des travaux et des réflexions sur le sujet, autour de quatre temporalités, allant des révolutions de la fin du e siècle au présent postcolonial, en passant par la situation coloniale et les modernismes.

Continuer la lecture de AAP : La revue culturelle dans le monde