Archives par mot-clé : Performance

Salon du livre d’art des Afriques

// SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES // 18-21 OCTOBRE 2017

Pendant la Fiac, du 18 au 21 octobre 2017  La Colonie, lieu de partage des savoirs créé par Kader Attia, en collaboration avec la revue d’art Afrikadaa et l’African Art Book Fair accueillent la première édition du Salon du livre d’art des Afriques avec une large sélection d’éditeurs indépendants internationaux et d’artistes venus de pays différents, garantissant ainsi une diversité des pratiques éditoriales actuelles. Au programme : des éditeurs indépendants, un lieu de débats et d’échanges autour de panels de discussion, une carte blanche à la maison d’édition Présence Africaine (URPA), un espace d’exposition,  et des performances. 

LES RENDEZ-VOUS QUOTIDIENS:
Ouverture du salon du livre d’art des Afriques : Du 18 au 21 octobre 2017
Lieu : La Colonie 128 rue  La Fayette 75010 PARIS
Horaires : de 10h30 à 18h30
Vernissage : le mercredi 18 octobre à 17h
Carte blanche Présence Africaine (URPA ): samedi 21 et  dimanche 22 de 10H30 à 18H30
Finissage: samedi 21 octobre de 21h à 2h soirée de clôture du Salon.
Performances : tous les jours à partir de 19h
Soirées DJ : tous les jours de 21h à 2h

LE SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES

Le salon du livre d’art des Afriques est un espace dédié aux publications qui entend offrir un panorama des pratiques éditoriales contemporaines les plus engagées dans la production de publications qualitatives et esthétiques sur des sujets dont la pertinence de l’offre est en relation avec l’état actuel du monde. Ce rendez-vous culturel convivial est un moment de découvertes et d’échanges réunissant éditeurs indépendants, artistes, collectionneurs et grand public. Le salon du livre d’art des Afriques est une occasion unique pour le public de découvrir la richesse et la diversité de la programmation des publications d’art, revues, fanzines provenant des Afriques à La Colonie lieux accessibles à tous et ouverts aux dialogues. Cette première édition propose un focus sur la thématique des artistes qui travaillent le livre comme médium. Cet évènement offre aussi aux éditeurs indépendantsune plateforme de rencontre entre les artistes, les professionnels du monde de l’art et le public, afin de favoriser des échanges ainsi que la circulation des savoirs dans une optique de contextualisation des oeuvres et des artistes des Afriques. La dénomination du vocable  les Afriques  est  ici définie d’une manière protéiforme et métaphorique.

Véritable projet artistique qui se concentre sur des thématiques liées à des publications sur l’art, le choix de la programmation repose sur une sélection de publications, d’artistes et d’éditeurs indépendants peu connu du grand public. Face à l’absence du monde éditorial dans les biennales, foires d’art et autres évènements artistiques internationales pour les publications et revues issues des territoires du Sud, le Salon du livre d’art des Afriques contribue à la valorisation et à la réflexion des éditions artistiques des Afriques en questionnant la production intellectuelle indépendante en tant qu’outil participant à l’émancipation de la création artistique. Nous découvrirons les dernières publications  valorisant la production critique autour des idées qui font l’essence de leur métier : transmissions des récits et échanges d’expériences entre les productions éditoriales de différents formats, mise en valeur de la création contemporaine et d’un extraordinaire patrimoine artistique, grâce à une programmation riche et exigeante dans un espace convivial de partage des savoirs .le salon du livre d’art des Afriques traversera les frontières afin de confirmer la nécessité incontournable de s’inscrire dans l’écrit et le verbe et de mémoriser, questionner  des formes de langages  nouvelles et contemporaines.

Continuer la lecture de Salon du livre d’art des Afriques

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor – A podcaster

Etienne Minoungou (comédien, fondateur du festival Les Récréâtrales) lit Léopold Sédar Senghor commenté par Xavier Garnier (Professeur à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) avec l’accompagnement musical de Simon Winsé (musicien multi-instrumentiste).

Organisé par Adèle Payen de la Garanderie et Guillaume Frecaut , La Voix d’un texte est la rencontre, une fois par mois, d’un comédien et d’un professeur autour des textes d’un grand auteur de la littérature française : cette lecture commentée se propose de mettre en lumière l’attitude et la voix qui portent le texte.

« C’est un train en perdition dans la nuit
Et que guettent jalousement les requins des abîmes. »

A PODCASTER ICI : http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=2833

Archive (re)mix. Vues d’Afrique

1449508952Archive (re)mix

Vues d’Afrique

Maëline Le Lay, Dominique Malaquais & Nadine Siegert (dir.)

Presses Universitaires de Rennes, coll. Arts contemporains

Format : 17 x 24 cm
Nombre de pages : 244 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

ISBN : 978-2-7535-4270-9 Disponibilité : en librairie

La production d’art en tant qu’instrument d’exploration des matériaux et des techniques relatifs à l’archive est une pratique qui est familière, mais la place qu’elle occupe en Afrique a attiré relativement peu l’attention. Cette rencontre en Afrique entre artistes et archives est ici approchée de façon multi- et transdisciplinaire. Les modes d’expression abordés vont du hip-hop à la muséologie, à la sculpture, en passant par l’installation, le film, la photographie ou le théâtre.

Avec le soutien de Sciences Po Bordeaux, université Bordeaux-Montaigne, laboratoire LAM, université de Bayreuth, le conseil régional d’Aquitaine et l’université Franco-Allemande de Sarrebruck.

Cet ouvrage fait suite au congrès biennal de l’APELA organisé à Bordeaux en 2013 sur le thème « Archive, Texte, Performance ». Il comprend plusieurs chapitres réécrits d’après les communications données au congrès et intègre également plusieurs contributions inédites, ainsi qu’une préface d’Alain Ricard & Ulf Vierke.

URL de référence : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4009

Une année avec Sony Labou Tansi

Dès ses premières publications, Sony Labou Tansi (1947-1995) est entré avec fracas sur la scène éditoriale française pour très vite apparaître, aux yeux des critiques occidentaux et africains, comme l’un des auteurs les plus originaux d’Afrique noire.
De son vivant déjà, les oeuvres de ce citoyen du monde étaient traduites et lues sur plusieurs continents. Ses romans ont été publiés au Seuil. Son théâtre a été remarqué et mis en scène, entre autres, par Gabriel Garran, Jean-Pierre Klein, Guy Lenoir, Daniel Mesguich, Michel Rostain, ou Pierre Vial… Avec sa troupe, le Rocado Zulu Théâtre, il a profondément marqué toute une génération de comédiens en Afrique et en Europe. Le festival Les Francophonies en Limousin l’a accueilli régulièrement.
En 2012, la Bibliothèque francophone multimédia (BFM) de Limoges recevait en dépôt, de la part de la famille de Sony Labou Tansi, une collection de manuscrits. L’ITEM-CNRS, Monique Blin et Bernard Baños-Roblès ont augmenté ce fonds de documents originaux, photographies et correspondances, désormais accessibles en ligne.
Vingt ans après sa mort, la volonté de continuer à faire découvrir l’oeuvre de ce romancier, poète, dramaturge, homme de théâtre et penseur, allait rapidement en rencontrer d’autres, au Congo, en France et dans d’autres pays.
Ce programme, « Une année avec Sony Labou Tansi » est le résultat d’un travail collectif improvisé au gré des rencontres avec des artistes et chercheurs de toutes disciplines qui sentent les mots de Sony résonner de plus en plus fort et désirent les crier au monde.

Programme de cette année de manifestations (créations, expositions, tables-rondes…) autour de Sony Labou Tansi et de son oeuvre en pdf : Doc_Sony-2015_V2-HD.

Africa Acts – Performance Arts from Africa and the Diaspora

http://africaacts.ecas2015.fr/

Paris, 5-12 juillet 2015

Lieu d’horreur, d’exotisme. Continent à la traîne, assisté, où tout resterait à faire. Terre sans défense. L’Afrique racontée par le « Nord » est en bien mauvaise posture. Ou, discours inverse, serait en plein boom économique et, du coup, prend des allures de Far West.

Extrêmes. Absence radicale de nuances. Absence, surtout, de réflexion.

Face à cela, un impératif : laisser la parole. Cesser de parler pour l’Afrique et de capturer son langage. Se le dire une fois pour toutes : il n’est pas une mais des Afriques.

Cet impératif, AFRICA ACTS le fait sien.

Carte blanche à douze artistes et collectifs – performeurs, danseurs, musiciens, poètes, cinéastes et vidéastes, DJs, VJs –, cette manifestation d’une semaine évacue clichés et idées préconçues.

Rigoureux, exigeants, ludiques aussi : les artistes au cœur d’ AFRICA ACTS décapent. Ils ont en commun un refus de la facilité, un engagement dans et pour des formes artistiques qui questionnent les limites de leurs disciplines. ACTion, ACTes posés, ACTualité : à travers leurs œuvres se dessinent tout à la fois une critique sans quartier de la violence sociale, économique et politique à l’échelle globale et un désir de la transcender. Individuellement et tout ensemble, ils posent sur le monde qui les entoure des regards qui tendent à le ré-enchanter : le repenser, le rêver à l’aune d’imaginaires qui mettent à mal stéréotypes et idées reçues.

Premier événement en son genre en France, AFRICA ACTS propose un parcours à travers de nombreux lieux de la capitale : musées et centres d’art contemporain, jazz clubs, amphithéâtres d’université, rues et parvis. Au cœur de l’action, les arts de la performance, espaces du participatif, de l’inclusif, dont les publics deviennent des acteurs à part entière.

La semaine AFRICA ACTS intervient en parallèle de la European Conference on African Studies (ECAS). Colloque de renommée internationale,  l’ECAS se réunit tous les deux ans dans une grande ville européenne. A la Sorbonne, il rassemble pour cette session  près de 2000 chercheurs autour d’une question clé, celle des « Mobilisations collectives en Afrique ». A cette thématique, l’engagement d’AFRICA ACTS fait puissamment écho.

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Appel à communications

Association des études haïtiennes

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Du 21 au 24 octobre 2015 Université de Montréal Québec, Canada

Depuis la révolution haïtienne, la seule à promouvoir la liberté universelle, la présence d’Haïti sur la scène mondiale demeure gigantesque. Dès le début, elle crée un espace de refuge pour les opprimés avec la possibilité de citoyenneté pour toute personne d’origine africaine qui y arrive. Elle inspire la crainte chez ceux qui restent attachés au système esclavagiste. Plus tard, elle devient instrumentale dans la libération des pays de l’Amérique latine. Le pays joue un rôle décisif dans l’Union pan américaine, dans les Congrès panafricains, la Société des Nations, et plus tard, dans l’établissement de l’Organisation des Nations Unies. Au début du vingtième siècle, le pays souffre l’indignation d’une occupation américaine qui met en suspens sa souveraineté. Indignation qu’elle partage avec d’autres pays de la région. Au milieu du vingtième siècle, faisant face à une dictature brutale, elle se lance dans la coopération africaine. Les liens avec l’Amérique latine n’ont jamais été brisés, comme en témoigne la coopération avec le Venezuela et Cuba aujourd’hui. Ses rapports avec la République Dominicaine demeurent tumultueux, mais constants.

La présence haïtienne dans le monde n’est pas seulement politique. Son mouvement de l’indigénisme annonce la Négritude. On ne peut ignorer l’importance d’Haïti « où la Négritude se mit debout pour la première fois » pour Aimé Césaire ou encore Léopold Sédar Senghor. Son impact sur la littérature mondiale continue de se faire sentir. L’élection de Dany Laferrière à l’Académie Française est fortement significative en ce sens. La présence de Michaëlle Jean à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie ne fait que souligner l’importance symbolique et réelle d’Haïti pour cette institution et la francophonie comme concept, datant même d’avant la création d’une institution formelle avec les penseurs haïtiens du 19ème siècle. Haïti est le leader mondial en ce qui concerne la langue créole. La récente création de l’Académie du Créole Haïtien ne fait que le confirmer. Dans le domaine de la musique, Haïti a marqué de ses empreintes le paysage cubain et celui de la Nouvelle-Orléans, entre autres. Bassin du vaudou, le pays est aussi un centre religieux. La présence imposante d’Haïti dans le monde est incontestable.

Le 27ème colloque annuel de l’Association des études haïtiennes qui aura lieu du 21 au 24 octobre 2015 à l’Université de Montréal se propose de creuser cette présence d’Haïti dans le monde et de réfléchir sur les différentes façons dont les Haïtiens se représentent dans tous les domaines, ainsi sur les façons dont les Haïtiens et leur pays sont représentés par les autres.

Continuer la lecture de Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Samedi Détente, Dorothée Munyaneza & Cie Kadidi

Théâtre, Danse, Production au théâtre Garonne, Avenue du Château d’Eau, 31300 Toulouse, du 11 au 14 février 2015

11 > 14 février durée : 1h00 env création m11 j12 v13 s14 > 20:30

COMMENT PARLER DU DÉPART D’UN LIEU QU’ON A AIMÉ ? DES CIRCONSTANCES DURANT LESQUELLES ON A DÛ QUITTER LE NID DE L’ENFANCE, UN JOUR, EN CACHETTE, SUR LES ROUTES PARSEMÉES DE CORPS, DE SANG ET DE SILENCE ? (…) COMMENT RACONTER LA FUITE AU CLAIR DE LUNE DANS LES CHAMPS DE CAFÉ ? COMMENT RACONTER LES RIRES ? COMMENT RACONTER LES CHANSONS ? COMMENT RACONTER LES PSAUMES ET LES DANSES ? DOROTHÉE MUNYANEZA

https://www.youtube.com/watch?v=D6vXVbPOld8

Dorothée Munyaneza a quitté le Rwanda à l’âge de douze ans au lendemain du génocide. Elle est aujourd’hui chanteuse, auteur, chorégraphe et a travaillé entre autres pour François Verret, Nan Goldin, Robyn Orlin, Alain Buffard. Elle a décidé d’affronter l’indicible en partageant la parole de ceux qui y étaient, en parlant à travers les yeux qui ont vu, comme elle, il y a 20 ans. Samedi Détente était alors un rendez-vous radiophonique incontournable qui diffusait, non des slogans de haine, mais des musiques venues d’ailleurs sur lesquelles les gamins dansaient et chantaient dans la cour de l’école, sans forcément comprendre les paroles ; une sorte de compète de danse made in Rwanda qui prit fin le 6 avril 1994 : « Il m’arrive de réentendre des chansons et tout me revient, je revois mes amis, je revois mon quartier, je revis la musique et mon corps se met à bouger« . Elle dansera avec, à ses côtés, la danseuse ivoirienne Nadia Beugré et le musicien Alain Mahé, qui improvise comme personne avec des cailloux et des ordinateurs : « Samedi Détente parlera de ces instants de paix avant la guerre, de ces instants de vie avant la mort, de ces instants de rires avant les larmes… »

http://www.theatregaronne.com/saison.php?itemid=25&idevent=496