Archives par mot-clé : Poésie

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor – A podcaster

Etienne Minoungou (comédien, fondateur du festival Les Récréâtrales) lit Léopold Sédar Senghor commenté par Xavier Garnier (Professeur à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) avec l’accompagnement musical de Simon Winsé (musicien multi-instrumentiste).

Organisé par Adèle Payen de la Garanderie et Guillaume Frecaut , La Voix d’un texte est la rencontre, une fois par mois, d’un comédien et d’un professeur autour des textes d’un grand auteur de la littérature française : cette lecture commentée se propose de mettre en lumière l’attitude et la voix qui portent le texte.

« C’est un train en perdition dans la nuit
Et que guettent jalousement les requins des abîmes. »

A PODCASTER ICI : http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=2833

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor

Photo CM

Cycle de lectures commentées à l’ENS, rue d’Ulm : soirée de lectures de poèmes de Léopold Sédar Senghor par Etienne Minoungou avec accompagnement musical de Simon Winsé et un commentaire de Xavier Garnier (Professeur à Paris III-Sorbonne nouvelle).

Le lundi 21 novembre 2016 à 20h30, Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservations conseillées.

Programme :

  • « Tout le long du jour… » (Chants d’ombre)
  • « Nuit de Sine » (Chants d’ombre)
  • « Le totem » (Chants d’ombre)
  • « A la mort » (Chants d’ombre)
  • « Messages (Guimm pour kôra) à Cheik Yaba Diop, chef de province » (Ethiopiques)
  • « Chants pour Signare » – « Ton visage… » (Nocturnes)
  • « Elégie pour Martin Luther King » I (Elégies majeures)
  • « Elégie pour Martin Luther King » III (Elégies majeures)
  • « Elégie des Alizés » (Elégies majeures)

novembre-21-2016-affiche-voix-dun-texte

URL de référence : http://savoirs.ens.fr

Véronique Tadjo – Ecrire, traduire, peindre

pastedimageRencontre avec Véronique Tadjo

vendredi 4 novembre 2016 à 16h, à la librairie Présence Africaine, à l’occasion de la parution du dernier numéro des Cahiers de Présence Africaine qui examine l’oeuvre de l’auteure franco-ivoirienne :

Davies Cordova, Sarah  et Désiré Wa Kabwe-Segatti (eds)  Écrire, traduire, peindre – Véronique Tadjo – Writing, Translating, Painting. Les Cahiers. Paris : Présence Africaine, 2016. ISBN : 978-2-7087-0892-1
363 pages & 7 reproductions couleur de l’œuvre artistique de V. Tadjo.
Entre un poème inédit « Déclinaison du temps premier I » et une traduction de « Nelson Mandela “Non à l’apartheid” », ce collectif réunit une série de 19 articles qui présentent pour la première fois l’œuvre de Véronique Tadjo de perspectives critiques variées pour y relever son style, son regard et ses thèmes de prédilection. Les articles examinent comment Tadjo interroge les dérives politiques de l’actualité africaine et l’univocité de l’Histoire, et repense la pluralité et la complexité des rituels, traditions et mœurs européens et africains dans un monde contemporain révolu. Ils se penchent sur cette poète et conteuse, écrivaine de récits, auteure de livres pour la jeunesse et peintre qui se situe en tant que panafricaniste dans la lignée de femmes écrivant d’Afrique et qui traduit au cœur d’histoires personnelles une recherche d’un universalisme à dimension humaine.

 

Projection : autour de Bakary Diallo

Samedi 18 juin, à 17h, Afriques transversales (séminaire à l’ENS d’Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, en salle Dussane) vous invite à la projection du documentaire :

« Bakary Diallo, mémoires peules » (2016) de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain

en présence de Mélanie Bourlet

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Le nom de Bakary Diallo est attaché à l’un des premiers romans africains de langue française, Force-Bonté, paru en 1926, longtemps peu ou mal lu, souvent contesté, et trop souvent réduit à une apologie de la colonisation française. Or, le parcours de ce tirailleur sénégalais mérite davantage d’attention : engagé volontaire dès 1911, blessé grièvement au front en 1914, s’engageant de nouveau spontanément comme interprète, persuadé que dans les langues se tressent des ponts entre les hommes et les cultures, il est également l’auteur de nombreuses œuvres en peul, restées jusque là inédites.

Portée par l’intuition qu’il existe une poésie peule – orale ou écrite – de Bakary Diallo, et que la partie éditée de son œuvre ne correspond qu’à la partie émergée d’un vaste corpus multilingue de textes et de poèmes, Mélanie Bourlet part sur les traces de cet écrivain méconnu, pour retrouver dans la mémoire de sa famille, au Sénégal, des fragments de cette œuvre. Transmis de bouche à oreille, conservés dans les mémoires ou sur des cassettes usées à force d’être réécoutées, ces poèmes continuent de vivre et d’être récités. Ces poèmes – que l’on voit se déployer devant la caméra à mesure que l’enquête avance, que les entretiens nous mènent d’un lieu à l’autre, ou que les hasards livrent des indices et permettent des rencontres – dévoilent des pans entiers de l’œuvre de Bakary Diallo, qui s’avère être résolument cosmopolite, ouvert sur le monde et sur les échanges entres les langues, mais aussi concerné par les enjeux écologiques à travers une poésie très émouvante du lieu, du territoire, du local.

La bande-annonce, ici ! En ligne, sur le site du CNRS.

Bibliographie complémentaire sur le carnet Hypothèses d’Afriques transversales.

CFP: Fictions of African Dictatorship

Call for papers for an edited collection

Fictions of African Dictatorship ed. by Charlotte Baker and Hannah Grayson

This book is a new contribution to a growing body of work on dictatorship and its representation. The collection will examine the fictional representation of the African dictator across genres, as well as the dictator’s presentation of his own image in official literature.

The editors are particularly interested in proposals that address the following, although this list is not intended to be restrictive:

  • Fictionalised representations / critiques of African dictators
  • The figure of the dictator in oral literature
  • Fiction as a space for presenting alternative versions of reality
  • The interrogation of performances of dictatorship in novels/poetry/theatre
  • Fiction and myth-making
  • Aesthetic strategies for revealing truths in fiction

We are keen to invite proposals from colleagues working on African language literatures as well as African literature written in European languages.

We invite potential authors to submit a chapter abstract of 250 words, including a title, 4 to 6 keywords, and a brief bio, by email to both Charlotte Baker c.baker@lancaster.ac.uk and Hannah Grayson hannah.grayson@durham.ac.uk by Monday 4 April 2016.

Authors will receive a response by Friday 19 April 2016, with those provisionally accepted due as chapters of 4,000 words (including references) by 29 July 2016. Chapters will be double blind peer reviewed.

à quelques pas de nos rires – vers Sony Labou Tansi. Par Serge Ritman

Serge Ritman

 

à quelques pas de nos rires

vers Sony Labou Tansi

 

il y a un saule qui pleure dans La Troisième France
il est au bord de la Seine et Sony ne regarde que lui

voilà un livre gros de poèmes et il en manque beaucoup
mais je les entends tous qui disent très fort maintenant
 
tous ces poèmes raturés biffés comme recommencés
courent vite vite et nous rattrapent et voilà qu’on devient

oui on devient clair-de-verbe comme un clair-de-lune
et si j’ai chanté Mao avec Sony je vais passer ma mort
 
à renverser la vie dans des racontages au bord du fleuve
pour hurler oh que l’espoir est inhabitable c’est le poème

qui nous habite subversivement pour tout déménager
le Congo et la Seine l’enfer et le paradis et pour construire
 

des villages de visages dans un corps qui bouge sa langue
de répétitions en répétitions c’est la vie cyclone la rage
 
 

de tempête
 
et tu creuses l’énigme Sony voulez-vous que je
vous dise ? tout est dans tes ici et tu nous donnes voix
 
dans la viande mais ta boucherie invente des gestes rythmes
nouveaux où jamais tu habites ici et toujours avec nos sœurs
 
goûtant la nuit vers des recommencements dans l’émeute
de naître par-dessus toutes les culpabilités incorporées
 
et contre les nihilismes tu écoutes en intensifiant le silence
nous encercle mais c’est terrible cet écrasant vertige d’écraser
 
 

alors avec des gestes d’assassin tu écris tout contre la matière
en courant parce qu’avec toi je suis traversé par le plus vivant
 
la longue marche au fond de la chose humaine t’épuise
sans que jamais tu ne cesses de creuser dans la sève noire
 
tu répètes l’écrasement qui nous monte à la gorge pour
le combat des intérieurs dans des démangeaisons mais crier
 
 
était trop simple et voilà que tu demeures dans des poèmes

ici et ici et ici jusqu’à sa majesté VERTIGE sans savoir à qui
 

est le poème et le temps de

dire que ce grain de sable est
 

une carte du monde pour tout refaire dans tes naissances
Sony recommence mon poème essoufflé dans ton entêtement

 

il était
une fois
un boxeur
contre
les idées
pas que
les toutes
faites
les idées
qui passent
pas par
la viande
qui titre
l’homme
et pas qu’une
fois
il ose
chaque fois
que sa fougue
quittait
les ondes moyennes
pour qu’un volcan
éructe
sa vie
hors frontières
pour couper

court à tout cet
Occident
où se défait
l’humain
c’est Sony
c’est la rage
d’aimer
et ses camarades
c’est nous
lisons
tout son branle
bas de vivre
pour enfin
respirer
tout essoufflés
à toute voix
même dans
la boue
du poème
toute la
solitude
et pour
nous retrouver
avec la fête
de dire
toutes les fois

qu’il revit
je suis moi
volontaire
à la condition
d’homme
et c’est fort
avec Sony
chacun peut
faire le poème
de sa vie
il tient
tête
à ceux qui renoncent
il vrombit
sans hésiter
de toutes les rimes
et refus
il relie jusqu’au
vertige oui
Sony jusqu’au
silence de crier
comme des nègres
nous buvons
l’insaisissable
dans tous les rêves
de t’écrire

bonsoir Sony
dans quelle étoile
tu as sommeil
fonce dans la terre

dire le premier oui du monde dans tous les refus et les recommencements
voilà comment tes poèmes inventent un je contre la tragédie des logiques
et ton lecteur perdu dans des mondes sans espoir écoute ta voix qui très passe
dans ta fière turbulence pour nous emporter chacun et chacune danser dans
notre sang comme c’est toi qui déborde là-bas et dis très fort dormez les choses

Pour citer cet article : à quelques pas de nos rires – vers Sony Labou Tansi. Par Serge Ritman, in Carnets de littératures africaines, 25/11/2015, http://apela.hypotheses.org/953.

Langues et lueurs : SLT, poète et essayiste

8d2b66ed-86c8-4bd9-9d0c-d5ebdf7d41e313 octobre 2015 à La Maison de la Poésie – Paris
Rencontre littéraire suivie du récital « Langues et Lueurs »

« Je ne suis pas poète mais vivant » Sony Labou Tansi

MARDI 13 OCTOBRE 2015 – 19H – MAISON DE LA POESIE, PARIS
Rencontre littéraire suivie du récital « Langues et Lueurs »

Vingt ans après sa disparition, Sony Labou Tansi reste une figure majeure du théâtre et du roman africain, mais c’est aussi un poète et essayiste de portée universelle, comme le découvrent aujourd’hui plusieurs ouvrages qui viennent compléter son œuvre foisonnante.

Initiée par Julie Peghini, cette soirée d’hommage sera introduite par Jacques Darras. Nicolas Martin-Granel, Claire Riffard et Greta Rodriguez-Antoniotti présenteront tour à tour trois livres de la rentrée littéraire signés SLT : La Chair et l’Idée (Les Solitaires Intempestifs), Poèmes (CNRS Éditions) et Encre, sueur, salive et sang (Seuil).

La voix de Sony Labou Tansi, moderne et intempestive, Jean Paul Delore, Louis Sclavis et Sébastien Boisseau la feront résonner dans « Langues et lueurs ». Langueurs et colères, rêveries et dérisions…s’attacher et s’arracher à son pays, à sa culture, à sa condition, à l’autre et à soi-même. Les poèmes et fragments de Sony Labou Tansi alterneront avec ceux d’autres auteurs : Charles Baudelaire, Mia Couto, Dambudzo Marechera, Henri Michaux, Dieudonné Niangouna.

Infos complémentaires, dates de la tournée en France… sous ce lien.