Archives par mot-clé : Polar

Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc

toubabesseLouis-Ferdinand Despreez, La toubabesse, roman, éditions de la Différence, 2016, 288 p.

Les griots maliens, noblement drapés dans leurs grands boubous bleus ne rigolent guère et sont bien entendu d’un beau noir d’encre. Louis-Ferdinand Despreez est certes africain mais il est tout ce qu’il y a de plus blanc, descendant des huguenots français venus s’installer via Amsterdam dans la région du Cap en 1688, après la révocation de l’édit de Nantes. Au fil d’une vie aventureuse et engagée aux côtés des militants anti-apartheid de l’ANC, il a été « le Blanc personnel de quelques grottos noirs » (p.13), mi-barbouze mi-homme de confiance. C’est de cette expérience sur laquelle il reste très discret que sort ce récit qu’il désire mener comme « un griot blanc », un peu comme un pahouin albinos, assis sous le ventilateur de mon apatam, jamais pressé », nous prévenant qu’il lui arrivera donc « de digresser, souvent même » (p. 22-23).

Et franchement il est bon, ce griot blanc ! Il nous fait énormément rire, non tant par les péripéties politiques de la « tragédie comique en quinze actes » qu’il raconte et qui ne sont qu’à moitié drôles (crimes, corruption, cynisme, etc.) que par la manière désopilante de parler-écrire tout ça. Ce toubab sudaf maîtrise de manière étonnante le génie du français populaire ouest-africain, pas seulement par son vocabulaire mais aussi par son art de mener la phrase à saut et rebondissement. Par exemple dans ce portrait d’un chauffeur :

Le chauffeur obédient, donc, qui peinait à soulever sa valise avec ses doigts décharnés et crochus, la conduisit dans ses appartements, comme il disait d’un air important qui lui remplissait la bouche où il y avait beaucoup de place libre vu qu’il n’y restait que deux incisives jaunies par le tabac de traite, le gros noir en carottes acheté chez le bana-bana du carrefour au quartier ou le Libanais dans le centre-ville, près de la paierie des anciens combattants de quatorze et quarante. (p.84)

Phrase qui comme beaucoup d’autres rebondit de marche en marche, sans vous laisser le temps de reprendre souffle. Comique – on le voit et on l’entend – moins érudit que celui du Kourouma d’Allah n’est pas obligé qui ne se sépare jamais de ses gros dictionnaires mais nourri du même amour de la parlure « authentique ». Authentique quoiqu’inventée  comme l’a martelé l’autre Louis-Ferdinand, qui est évidemment le parrain littéraire de notre griot sud-africain francophone.

Continuer la lecture de Louis-Ferdinand Despreez, un griot comique et blanc

Crimes d’auteur. De l’influence, du plagiat et de l’assassinat en littérature

9782705691899Crimes d’auteur. De l’influence, du plagiat et de l’assassinat en littérature

Anthony MANGEON

éditions Hermann, coll. Fictions pensantes

202 pages, format 140 x 210 mm
Parution : 25 Janvier 2016

ISBN 9782705691899

Quel est le crime suprême que puisse commettre un écrivain ? Le plagiat, pour sûr. Et à quelle extrémité pourrait bien se résoudre un auteur pour masquer les traces de son forfait, ou pire, pour se débarrasser d’une influence trop encombrante ? Au meurtre du père ou d’un pair – c’est souvent tout un. On devient ainsi, selon les circonstances, « l’auteur d’un crime » comme on est « l’auteur d’une œuvre ».

Cet essai s’intéresse donc aux romans des écrivains qui ont mis le plagiat et l’assassinat au cœur de leurs intrigues. Des avant-gardes du début du XXe siècle aux romanciers francophones contemporains, du roman policier au roman de campus, de l’adaptation à la fiction cinématographique, on voit ainsi s’esquisser le portrait-robot de l’écrivain plagiaire ou assassin, simple victime ou, au contraire, bourreau pervers de ses rivaux.

Professeur de littératures francophones à l’Université de Strasbourg, Anthony Mangeon est l’auteur ou l’éditeur de plusieurs ouvrages dont La Pensée noire et l’Occident (2010), Postures postcoloniales (2012), Anthropolitiques (2015).

Sommaire : s_9189_TDM

URL de référence : http://www.editions-hermann.fr/4826-crimes-dauteur.html

 

Le Polar africain

polar_af Le Polar africain

A nouveau disponible suite à un nouveau tirage

s’adresser à
Mme Laurence Chabeaux <laurence.chabeaux@univ-lorraine.fr>
à la réouverture des bureaux : 25 août 2015

Textes édités par Bernard De Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari.

Metz : Centre de recherches « Ecritures », coll. Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n°8, 2013, 260 p. – ISBN : 978-2-917403-23-5. 17 €

La distinction jadis entretenue entre la littérature et une « paralittérature » qui serait sans intérêt, – caractérisée par le fait divers et par un lectorat peu instruit ou pressé, – est aujourd’hui caduque. Sans doute la critique a-t-elle longtemps été abusée par l’origine populaire des premiers auteurs ou bien par les thèmes abordés, négligeant le travail de création et l’imaginaire mis en œuvre.

Les contributeurs du présent ouvrage, attentifs à l’évolution du genre policier et à ses développements, singulièrement dans le champ francophone, éclairent le corpus récent du roman policier africain à partir de plusieurs perspectives : histoire littéraire, poétique, réception, herméneutique, etc. Ils mettent en évidence la singulière créativité d’auteurs comme Bolya Baenga, Achille Ngoye, Modibo Sounkalo Keita, Mongo Beti ou Alain Mabanckou et prennent la mesure d’un genre en pleine évolution dans toutes ses dimensions littéraire, sociologique, anthropologique et politique.

Quels sont les enjeux profonds de la réappropriation, par les auteurs du continent africain ou de ses diasporas, du genre policier, associé par Jacques Dubois à l’idée de « modernité » ? Y a-t-il une spécificité africaine du genre, ou cette appropriation signifierait-elle que les littératures africaines rejoignent ainsi, simplement, les pratiques les plus répandues de la littérature contemporaine ? Quelles valeurs, de conformité à l’ordre social ou au contraire de protestation et de résistance, sont-elles ainsi mises en œuvre ?

Continuer la lecture de Le Polar africain