Archives par mot-clé : Rencontre

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor

Photo CM

Cycle de lectures commentées à l’ENS, rue d’Ulm : soirée de lectures de poèmes de Léopold Sédar Senghor par Etienne Minoungou avec accompagnement musical de Simon Winsé et un commentaire de Xavier Garnier (Professeur à Paris III-Sorbonne nouvelle).

Le lundi 21 novembre 2016 à 20h30, Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservations conseillées.

Programme :

  • « Tout le long du jour… » (Chants d’ombre)
  • « Nuit de Sine » (Chants d’ombre)
  • « Le totem » (Chants d’ombre)
  • « A la mort » (Chants d’ombre)
  • « Messages (Guimm pour kôra) à Cheik Yaba Diop, chef de province » (Ethiopiques)
  • « Chants pour Signare » – « Ton visage… » (Nocturnes)
  • « Elégie pour Martin Luther King » I (Elégies majeures)
  • « Elégie pour Martin Luther King » III (Elégies majeures)
  • « Elégie des Alizés » (Elégies majeures)

novembre-21-2016-affiche-voix-dun-texte

URL de référence : http://savoirs.ens.fr

Véronique Tadjo – Ecrire, traduire, peindre

pastedimageRencontre avec Véronique Tadjo

vendredi 4 novembre 2016 à 16h, à la librairie Présence Africaine, à l’occasion de la parution du dernier numéro des Cahiers de Présence Africaine qui examine l’oeuvre de l’auteure franco-ivoirienne :

Davies Cordova, Sarah  et Désiré Wa Kabwe-Segatti (eds)  Écrire, traduire, peindre – Véronique Tadjo – Writing, Translating, Painting. Les Cahiers. Paris : Présence Africaine, 2016. ISBN : 978-2-7087-0892-1
363 pages & 7 reproductions couleur de l’œuvre artistique de V. Tadjo.
Entre un poème inédit « Déclinaison du temps premier I » et une traduction de « Nelson Mandela “Non à l’apartheid” », ce collectif réunit une série de 19 articles qui présentent pour la première fois l’œuvre de Véronique Tadjo de perspectives critiques variées pour y relever son style, son regard et ses thèmes de prédilection. Les articles examinent comment Tadjo interroge les dérives politiques de l’actualité africaine et l’univocité de l’Histoire, et repense la pluralité et la complexité des rituels, traditions et mœurs européens et africains dans un monde contemporain révolu. Ils se penchent sur cette poète et conteuse, écrivaine de récits, auteure de livres pour la jeunesse et peintre qui se situe en tant que panafricaniste dans la lignée de femmes écrivant d’Afrique et qui traduit au cœur d’histoires personnelles une recherche d’un universalisme à dimension humaine.

 

Projection : autour de Bakary Diallo

Samedi 18 juin, à 17h, Afriques transversales (séminaire à l’ENS d’Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, en salle Dussane) vous invite à la projection du documentaire :

« Bakary Diallo, mémoires peules » (2016) de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain

en présence de Mélanie Bourlet

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Le nom de Bakary Diallo est attaché à l’un des premiers romans africains de langue française, Force-Bonté, paru en 1926, longtemps peu ou mal lu, souvent contesté, et trop souvent réduit à une apologie de la colonisation française. Or, le parcours de ce tirailleur sénégalais mérite davantage d’attention : engagé volontaire dès 1911, blessé grièvement au front en 1914, s’engageant de nouveau spontanément comme interprète, persuadé que dans les langues se tressent des ponts entre les hommes et les cultures, il est également l’auteur de nombreuses œuvres en peul, restées jusque là inédites.

Portée par l’intuition qu’il existe une poésie peule – orale ou écrite – de Bakary Diallo, et que la partie éditée de son œuvre ne correspond qu’à la partie émergée d’un vaste corpus multilingue de textes et de poèmes, Mélanie Bourlet part sur les traces de cet écrivain méconnu, pour retrouver dans la mémoire de sa famille, au Sénégal, des fragments de cette œuvre. Transmis de bouche à oreille, conservés dans les mémoires ou sur des cassettes usées à force d’être réécoutées, ces poèmes continuent de vivre et d’être récités. Ces poèmes – que l’on voit se déployer devant la caméra à mesure que l’enquête avance, que les entretiens nous mènent d’un lieu à l’autre, ou que les hasards livrent des indices et permettent des rencontres – dévoilent des pans entiers de l’œuvre de Bakary Diallo, qui s’avère être résolument cosmopolite, ouvert sur le monde et sur les échanges entres les langues, mais aussi concerné par les enjeux écologiques à travers une poésie très émouvante du lieu, du territoire, du local.

La bande-annonce, ici ! En ligne, sur le site du CNRS.

Bibliographie complémentaire sur le carnet Hypothèses d’Afriques transversales.

Africa nova : rencontres littéraires à Toulouse

Le dernier week-end de juin, à Toulouse métropole et en région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, le Marathon des mots met à l’honneur depuis 2005 des écrivains et des artistes du monde entier pour l’un des plus grands festivals internationaux de littérature de France et d’Europe. Le Marathon des mots conçoit chaque année, avec le concours des librairies indépendantes de la région, deux grands cycles thématiques : l’un consacré à un pays ou à un territoire littéraire, l’autre dédié aux écritures de l’intime, intitulé « Un monde en soi ». Ces deux thèmes invitent les spectateurs à cheminer à la rencontre des grands auteurs et textes de littérature française et étrangère.

En 2016, le territoire littéraire, c’est Africa nova, avec la présence et des lectures de nombreux auteurs contemporains d’Afrique francophone, anglophone, lusophone… Un cycle est également consacré à la condition noire. Le programme est consultable sous ce lien : http://www.lemarathondesmots.com/files/marathondesmots/grilles-horaires/MDM2016-GRILLE-HORAIRE.pdf.

Conférence : Sony Labou Tansi, une écriture de la décomposition impériale

????????????????????????????????Xavier Garnier, Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale

Xavier Garnier, Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale, Karthala, 2015.

Professeur de littératures française et francophone à l’Université de Paris III, Xavier Garnier évoque la figure de Sony Labou Tansi, disparu il y a 20 ans. L’écrivain congolais Sony Labou Tansi a traité dans son œuvre de romancier, d’essayiste et surtout de poète, des difficultés de la décolonisation. Il a laissé plusieurs œuvres marquantes comme La vie et demie et L’anté-peuple,
Avec Sarah Tournerie, conservateur, département Littérature et art, BnF.

samedi 19 mars 2016, 17h00-18h00

Entrée libre

BnF, François-Mitterrand – Club de l’Est, Quai François-Mauriac – Paris 13e

URL de référence : http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/conferences/f.club_livres.html?seance=1223923618208

Le cycle « Club des livres » propose au public de la BnF de rencontrer des personnalités – auteurs, chercheurs, metteurs en scène, artistes – dont l’œuvre a retenu l’attention. Il se tient au Club de l’Est (Hall est) du site François-Mitterrand le samedi de 17h à 18h. De l’économie à la littérature, des sciences au cinéma et à l’histoire, tous les domaines sont explorés, en lien avec les collections des salles de lecture de la Bibliothèque.

La violence des dominés

Alain Mabanckou https://www.ehess.fr/fr/conf%C3%A9rence/violence-domin%C3%A9s-alain-mabanckou-en-dialogue-avec-gis%C3%A8le-sapiro

La violence des dominés. Alain Mabanckou en dialogue avec Gisèle Sapiro

Centre européen de sociologie et de science politique – CESSP

Epouser le point de vue des dominés, des damnés de la terre, en faire jaillir la violence rentrée, grondante, explosive, tout en les regardant se heurter à leurs propres limites et à leur désillusions, l’œuvre d’Alain Mabanckou donne voix aux sans voix, nous donne à voir le monde par leurs yeux, non sans humour. Des orphelins comme le Grégoire Nakobomayo d’African Psycho qui rêve de devenir serial killer, ou comme Petit-Piment, le protagoniste de son dernier roman, tourmenté par le désir de revanche, des boit-sans-soif comme le narrateur de Verre Cassé, un porc-épic meurtrier, ces voix posent la question des conditions d’accès à la parole. Elles bousculent la syntaxe et la ponctuation, innervent le récit de la tradition orale du conte africain, de la fable, de la magie, le menant à des rebondissements inattendus, qui invitent, tout comme les références à la littérature moderne dont il est saturé, à la réflexivité.

Intervenants

  • Alain Mabanckou est l’auteur de nombreux ouvrages, traduits dans une douzaine de langues, dont African Psycho (Serpent à plumes, 2003), Verre Cassé (Seuil, 2005), Mémoires d’un porc-épic (Seuil, 2006 ; prix Renaudot) ; Lettre à Jimmy (Fayard, 2007) ; Petit Piment (Seuil, 2015). Professeur de littérature francophone à UCLA, il est invité cette année au Collège de France sur la chaire de création artistique.
  • Gisèle Sapiro est directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS. Elle a publié entre autres La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999, rééd. 2006), La Responsabilité de l’écrivain (Seuil, 2011) et Sociologie de la littérature (La Découverte, 2012).

Les Rendez-vous littéraires de l’EHESS, cycle Penser le monde, réfléchir l’écriture en partenariat avec la Maison de la poésie et le Labex TEPSIS.

Informations pratiques :

Date(s)

  • Lundi 14 mars 2016 – 19:00

Lieu(x)

URL de référence : https://www.ehess.fr/fr/conf%C3%A9rence/violence-domin%C3%A9s-alain-mabanckou-en-dialogue-avec-gis%C3%A8le-sapiro

Sony Labou Tansi aujourd’hui

Après-midi d’étude : Sony Labou Tansi aujourd’hui

Organisée par le CERIEL (U. de Strasbourg) et ouverte à tous

avec Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini à propos de leurs éditions de textes de Sony Labou Tansi, et la participation exceptionnelle du metteur en scène et dramaturge Dieudonné Niangouna

Vendredi 4 mars, 14 h

Salle 409 (Le Portique, Faculté des Lettres, 14 rue René Descartes, Strasbourg)

Sony Labou Tansi, Encre, sueur, salive et sang, avant-propos de Kossi Efoui, édition établie par Greta Rodriguez-Antoniotti, septembre 2015.

Né en 1947, mort prématurément à Brazzaville le 14 juin 1995, Sony Labou Tansi était une figure de proue de la jeune littérature africaine. Il a laissé derrière lui six romans – tous publiés au Seuil – ainsi que des pièces de théâtre, des poèmes, des essais critiques. Relus aujourd’hui, tous ces textes apparaissent d’une actualité plus que jamais brûlante. Lorsqu’il dénonce la « poudrière incontrôlée » qu’est devenue la planète, ou l’avènement du « grand marché de la misère et du dénuement », et son corollaire, la fabrique d' »un réservoir de terroristes et de désespérés », ses propos s’inscrivent dans l’ici et le maintenant. Debout et libre, Sony Labou Tansi se définissait comme un « proscrit idéologique ». Le vingtième anniversaire de sa disparition sera l’occasion, pour Le Seuil, de mettre en avant deux de ses romans majeurs – La vie et demie (1979) et L’anté-peuple (1983) – et de faire connaître le mouvement de sa pensée à travers un recueil de textes pour la plupart introuvables ou inédits, réunis par Greta Rodriguez, spécialiste de son oeuvre. Lire un extrait d’Encre, sueur, salive et sang (Seuil, 2015)

Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini (éd.), La Chair et l’idée, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2015.
Sony Labou Tansi, Poèmes, édition critique coordonnée par Claire Riffard et Nicolas Martin-Granel, en collaboration avec Céline Gahungu, éditions CNRS (1 200 pages).