Archives par mot-clé : Rencontre

Brumaire : la saga de la nouvelle poétique capverdienne

Arménio Vieira, Filinto Elísio et Márcia Souto

à la Fondation Gulbenkian

Quando

Seg, 12 fevereiro, 2018
18:30 até 20:00

Onde

Sala de conferências
39 Boulevard de la Tour Maubourg, Paris

Bilhetes

Entrada livre

À partir de la présentation des derniers livres de Arménio Vieira (Prix Camões 2009), Sequelas do Brumário, Fantasmas e Fantasias do Brumário et Silvenius – Antologia Poética, les conférenciers Filinto Elísio, poète, et Márcia
Souto, éditrice, mettront en valeur à la fois la singularité de la poétique de Vieira et les chemins esthétiques d’une nouvelle génération de poètes capverdiens. Ces derniers, dans son sillage, élaborent une poésie cosmopolite, existentialiste, très marquée par un profond et prolifique dialogue avec d’autres poètes du monde entier ainsi que par une intertextualité intense avec des oeuvres universelles, notamment françaises.

Cycle d´études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone, organisé par Maria-Benedita Basto, Olinda Kleiman, Agnès Levécot, Irene dos Santos et Egídia Souto (université Paris Sorbonne/CRIMIC – Centre de recherche sur les mondes ibériques et ibéro-américains contemporains; université Sorbonne Nouvelle/CREPAL – Centre de recherches sur les pays lusophones; CNRS), en partenariat avec Rosa Porcelana Editora.

Conférence en liaison avec la présentation du livre Cartas de Amilcar Cabral a Maria Helena: a outra face do Homem, dans le cadre d’une rencontre autour de la littérature cap-verdienne contemporaine, par Filinto Elísio Silva et Maria-Benedita Basto – 13 février, 18h, Ambassade du Cap Vert.

URL de référencehttps://gulbenkian.pt/paris/pt-pt/evento/armenio-vieira-filinto-elisio-marcia-souto/

Rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Reprise du séminaire Afriques transversales : rencontre avec Nii Ayikwei Parkes

Le 26 janvier de 19h à 20h30, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris, salle Celan au rez-de-chaussée

Entrée libre

Afriques Transversales invite l’auteur d’origine ghanéenne Nii Ayikwei Parkes pour évoquer avec lui son « thriller paradoxal », Tail of the Blue Bird, paru en 2009, et traduit aux éditions Zulma en 2014 (Notre Quelque part, traduction de Sika Fakambi). Comment concilier les croyances d’un village de chasseurs avec le modèle d’investigation policière fourni par la série américaine Les Experts ? Quelle place pour la mise en scène de la corruption dans un polar africain ? Quelles stratégies de traduction adopter face à un texte écrit dans un anglais d’Afrique de l’Ouest et émaillé de termes twi, dont l’élucidation n’est pas fournie dans un glossaire ? Qu’est-ce qu’une littérature du spoken word ? Quel rôle et quelle enquête reviennent au lecteur dans ces conditions ? L’entretien sera également l’occasion de discuter avec l’auteur de sa production poétique et notamment du recueil The Makings of You, paru en 2010 et non traduit à ce jour.

Pour préparer la rencontre, vous pouvez consulter :

  • La page consacrée au roman de Nii Parkes par les éditions Zulma, comprenant une revue de presse, un lexique ainsi qu’une réflexion sur les enjeux de la traduction.
  • L’enregistrement d’une performance de l’auteur, à partir du poème « Men like me ».
  • Le texte de quelques poèmes de Nii Parkes : Hymn (Jazz Poetry), Our love is here to stay, une sélection de poèmes publiés dans The Makings of You, ainsi qu’une série de poèmes parue dans le magazine britannique Wasafiri, présenté comme un « journal de littérature postcoloniale ».
  • Un entretien avec l’auteur, consacré largement à ses propres travaux d’édition et à la création de la maison flipped eye.
  • Une présentation de Notre Quelque part par l’auteur, en français.
  • La page de la séance que nous avions consacrée aux « crimes et arnaques » dans le roman africain, en évoquant entre autres les œuvres de Janis Otsiemi.

Rencontre avec James Noël

Université Rennes 2, lundi 4 décembre 2017

Suite à la Journée d’étude « Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent : Savoir politique des arts face aux crises du contemporain« , organisée par Emmanuel Bouju, Audrey Giboux, Charline Pluvinet et Yolaine Parisot à l’Université Rennes 2 le lundI 4 décembre 2017:

Rencontre à 18h avec l’écrivain James Noël autour de son roman Belle Merveille (Zulma, 2017) à la librairie Le Failler (8 rue Saint-Georges, Rennes).

Né à Hinche (Haïti), ancien pensionnaire de la Villa Médicis, James Noël, poète et comédien, est l’auteur de plus d’une dizaine de recueils poétiques dont Le Sang visible du vitrier, La Migration des murs et Le Pyromane adolescent. Au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier 2010, il fonde, avec la plasticienne Pascale Monnin, la revue littéraire et artistique IntranQu’illités, assortie d’une résidence d’écriture. On lui doit également l’Anthologie de poésie haïtienne, publiée aux éditions du Seuil, en 2015. Son premier roman, Belle Merveille, fait partie de la rentrée littéraire de cet automne. James Noël est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Rencontre avec Shenaz Patel

Lire et écrire pour réparer le silence

vendredi 24 novembre 2017 de 9h à 17h
U. Toulouse-Jean Jaurès, Maison de la recherche, salle D30

Shenaz PATEL, auteure du Silence des Chagos, « Prétendre gommer les exactions du passé en les silençant : la voix de la littérature »

L’atelier Lectures : fêlures et réparations (LEFERE), organisé par Anne Coignard (ERRAPHIS), Marie-José Fourtanier (LLA-Créatis), Catherine Mazauric (Aix-Marseille, CIELAM et LLA-Créatis) et Létitia Mouze (ERRAPHIS) dans le cadre de l’opération Mémoires dominées & créations critiques dans les sociétés post-traumatiques (MémoCris) du Labex SMS, tiendra sa journée de clôture le vendredi 24 novembre de 9h à 17h, à la Maison de la recherche de l’université Toulouse-Jean Jaurès.

Nous aurons le plaisir d’y accueillir

  • Constance de GOURCY (Aix-Marseille) : « Récits d’absence et variations du silence » ;
  • Sophie DJIGO (Lille) : « Sur les traces des migrants de Calais »
  • Shenaz PATEL (écrivaine, Maurice) : « Prétendre gommer les exactions du passé en les silençant : la voix de la littérature »

Ces conférences seront suivies d’une table-ronde autour de l’œuvre de Shenaz Patel (notamment Le Silence des Chagos, L’Olivier, 2005) et d’une séance de signatures à la librairie Études du Mirail.

Programme détaillé et affiche téléchargeable :

http://lla-creatis.univ-tlse2.fr/accueil/manifestations-scientifiques/lectures-felures-et-reparations-530109.kjsp?RH=ACCUEIL_LLA-CREATIS

Ce que l’art fait à la citoyenneté : rencontre avec Emmanuel Dongala

La prochaine séance du séminaire « Pratiques artistiques contemporaines d’Afrique : formes et enjeux politiques » se tiendra le jeudi 16 novembre 2017 à la Bibliothèque Universitaire de Lettres de BordeauxMontaigne, de 10h30 à 12h (3è étage, rayon littérature).

Pour cette septième séance du second cycle intitulé « Ce que l’art fait à la citoyenneté », en partenariat avec Lettres du Monde – « Rêve général ! », 14è édition du festival des littératures du monde, et avec la Licence Babel de l’Université Bordeaux-Montaigne, nous aurons le plaisir de recevoir Emmanuel Dongala, romancier pour une séance sur le thème suivant :

« Photos de luttes d’une rive à l’autre »

Romancier prolixe, Emmanuel Dongala poursuit depuis plus de quarante ans une œuvre singulière qui, tout en brassant des thématiques variées – les enfants-soldats dans Johnny chien méchant, la violence socio-économique du capitalisme dans Photo de groupe au bord du fleuve – reste innervée par un motif constant : celui de la lutte sociale. Si la plupart de ses romans se déroulent en Afrique, le dernier, La Sonate à Bridgetower (2017), nous promène dans l’Europe du XVIIIe siècle qui bruisse des cris de la Révolution française et qui voit se craqueler son système esclavagiste.

Flyer de l’évènement : 20171109 S2.7 mail DEF R

Page du séminaire : http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/programme-recherche/pratiques-artistiques-contemporaines-dafrique-formes-et-enjeux-politiques

Page Facebook du séminaire : https://www.facebook.com/seminairePACA/

 

Salon du livre d’art des Afriques

// SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES // 18-21 OCTOBRE 2017

Pendant la Fiac, du 18 au 21 octobre 2017  La Colonie, lieu de partage des savoirs créé par Kader Attia, en collaboration avec la revue d’art Afrikadaa et l’African Art Book Fair accueillent la première édition du Salon du livre d’art des Afriques avec une large sélection d’éditeurs indépendants internationaux et d’artistes venus de pays différents, garantissant ainsi une diversité des pratiques éditoriales actuelles. Au programme : des éditeurs indépendants, un lieu de débats et d’échanges autour de panels de discussion, une carte blanche à la maison d’édition Présence Africaine (URPA), un espace d’exposition,  et des performances. 

LES RENDEZ-VOUS QUOTIDIENS:
Ouverture du salon du livre d’art des Afriques : Du 18 au 21 octobre 2017
Lieu : La Colonie 128 rue  La Fayette 75010 PARIS
Horaires : de 10h30 à 18h30
Vernissage : le mercredi 18 octobre à 17h
Carte blanche Présence Africaine (URPA ): samedi 21 et  dimanche 22 de 10H30 à 18H30
Finissage: samedi 21 octobre de 21h à 2h soirée de clôture du Salon.
Performances : tous les jours à partir de 19h
Soirées DJ : tous les jours de 21h à 2h

LE SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES

Le salon du livre d’art des Afriques est un espace dédié aux publications qui entend offrir un panorama des pratiques éditoriales contemporaines les plus engagées dans la production de publications qualitatives et esthétiques sur des sujets dont la pertinence de l’offre est en relation avec l’état actuel du monde. Ce rendez-vous culturel convivial est un moment de découvertes et d’échanges réunissant éditeurs indépendants, artistes, collectionneurs et grand public. Le salon du livre d’art des Afriques est une occasion unique pour le public de découvrir la richesse et la diversité de la programmation des publications d’art, revues, fanzines provenant des Afriques à La Colonie lieux accessibles à tous et ouverts aux dialogues. Cette première édition propose un focus sur la thématique des artistes qui travaillent le livre comme médium. Cet évènement offre aussi aux éditeurs indépendantsune plateforme de rencontre entre les artistes, les professionnels du monde de l’art et le public, afin de favoriser des échanges ainsi que la circulation des savoirs dans une optique de contextualisation des oeuvres et des artistes des Afriques. La dénomination du vocable  les Afriques  est  ici définie d’une manière protéiforme et métaphorique.

Véritable projet artistique qui se concentre sur des thématiques liées à des publications sur l’art, le choix de la programmation repose sur une sélection de publications, d’artistes et d’éditeurs indépendants peu connu du grand public. Face à l’absence du monde éditorial dans les biennales, foires d’art et autres évènements artistiques internationales pour les publications et revues issues des territoires du Sud, le Salon du livre d’art des Afriques contribue à la valorisation et à la réflexion des éditions artistiques des Afriques en questionnant la production intellectuelle indépendante en tant qu’outil participant à l’émancipation de la création artistique. Nous découvrirons les dernières publications  valorisant la production critique autour des idées qui font l’essence de leur métier : transmissions des récits et échanges d’expériences entre les productions éditoriales de différents formats, mise en valeur de la création contemporaine et d’un extraordinaire patrimoine artistique, grâce à une programmation riche et exigeante dans un espace convivial de partage des savoirs .le salon du livre d’art des Afriques traversera les frontières afin de confirmer la nécessité incontournable de s’inscrire dans l’écrit et le verbe et de mémoriser, questionner  des formes de langages  nouvelles et contemporaines.

Continuer la lecture de Salon du livre d’art des Afriques

Littératures africaines et paysages

Rencontre au Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le samedi 25 mars 2017 de 17h à 18h30.

Existe-t-il des paysages africains, construits par des points de vue africains ou encore dans des langues et des cultures africaines ?

Rencontre avec Xavier Garnier, professeur, université Sorbonne Nouvelle, Paris III, Céline Gahungu, chercheuse, université Paris-Sorbonne, Pierre Halen, université de Lorraine, Auguste Mbondé, université Paris IV, Mathilde Rogez, université de Toulouse.

Cette rencontre réunit plusieurs contributeurs du numéro 39 de la revue Études littéraires africaines, « Littératures africaines et paysage », paru en 2015, codirigée par Xavier Garnier et Pierre Halen.

URL de référencehttp://m.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/rendez-vous-du-salon-de-lecture-jacques-kerchache/details-de-levenement/e/litteratures-africaines-et-paysage-37440/