Archives par mot-clé : Rwanda

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception. Colloque ELLAf

ELLAFColloque ELLAf (Encyclopédie des Littératures en langues africaines):

Littératures en langues africaines: production, diffusion, réception

Ce colloque se tiendra les 29, 30 septembre et 1er octobre 2016, à l’auditorium de l’INALCO, 65 rue des grands Moulins, Paris 13e.
Consulter le site du colloque : https://ellaf2016.sciencesconf.org/
Consulter le programme en pdf : Programme_colloque_ELLAf.
Consulter l’appel à contributions : https://apela.hypotheses.org/713

Art et postmémoire au Rwanda

https://www.facebook.com/ongcec/photos/gm.1702198760037454/1009995445747373/?type=3

Lectures, projections et table-ronde: écrire après – Art et postmémoire au Rwanda, 11/04/2016

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs, sous la direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, de créer des œuvres originales liées à la période après le génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Le projet Arts et postmémoire au Rwanda réunit une quinzaine d’artistes et d’auteurs qui font partie de la génération post génocide et qui ont voulu à partir d’archives s’exprimer artistiquement sur le sujet. Ce projet à pour but non pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes. La postmémoire désigne les différents effets produits par des événements traumatisants, non sur les victimes directes, mais sur les générations suivantes, qui n’en ont parfois jamais entendu parler. Cette conscience diffuse de ce qu’ont vécu les ascendants les conduit souvent à exprimer leur quête de sens dans des productions littéraires ou artistiques. En savoir plus : https://rwandaateliermemoire.wordpress.com/

URL de référence : https://cec-ong.org/2016/03/24/lectures-projections-et-table-ronde-ecrire-apres-art-et-postmemoire-au-rwanda-110416/

Littératures africaines et paysage – ELA 39

ELA39_C1_72dpiDisponible : Etudes littéraires africaines, n°39 (2015)

Sortie de presse : 25.08.2015
Livraison envoyée aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Littératures africaines et paysage

Textes réunis par Xavier Garnier et Pierre Halen

L’intérêt mais aussi la difficulté d’une interrogation à propos du paysage dans le corpus des littératures africaines apparaissaient déjà dans African horizons de Christine Loflin. Le mot « hori­zons » dit à lui seul qu’il ne s’agit pas seulement d’espace, mais de point de vue sur l’espace, et aussi de temps, de mémoire, et même d’avenir. C’est dire l’importance d’une notion qui, cepen­dant, peut aussi être soupçonnée d’être trop liée à la perception occidentale de la nature, et notamment à l’histoire de la peinture européenne, plus tard à l’histoire de la photographie coloniale. S’il existe, de toute évidence, de nombreuses vues paysagères de l’Afrique, qui ont été largement diffusées dans le monde par la littérature, la photographie et le cinéma, sans oublier les anciens « diaporamas » coloniaux, en revanche on peut se demander s’il existe des paysages africains, construits par des points de vue africains, ou encore dans des langues et des cultures africaines. En d’autres termes, on peut se demander si le writing back consiste à cet égard plutôt dans une ignorance, voire un refus du paysage, ou plutôt dans un détournement de l’outil paysager au service, désormais, de fins propres.

Le paysage africain : ancestral ou colonial ? (Michel Collot)

La réappropriation du paysage africain dans L’Esclave de Félix Couchoro (1929) (János Riesz)

Les paysages du Karoo dans la littérature sud-africaine : une esthétique de l’indicible (Richard Samin)

« White Writing », « Dark Continent » : les enjeux de la représentation du paysage dans la littérature sud-africaine (Mathilde Rogez)

La savane vierge et sauvage dans les romans d’aventures écologiques pour enfants : l’imaginaire du paysage édénique au service d’une critique du colonialisme ? (Elodie Malanda)

Poétique du paysage dans L’Anté-peuple et La Vie et demie de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Les représentations de la nature et la construction d’un nouvel ethos d’“auteur africain” dans Les Bouts de bois de Dieu d’Ousmane Sembène (Sela Tal)

Pourquoi si peu de paysages dans les littératures africaines ? Quelques propositions pour une approche comparatiste (Dominique Ranaivoson)

De quelques enjeux du paysage (ou du non-paysage) (Pierre Halen)

Varia

Rendre audible la voix d’une rescapée tutsie : le rôle du paratexte dans le Livre d’Élise (George MacLeod)

Memory and exile : the transatlantic and diasporic  dimensions of the myth of Ashanti Princess Abla Pokou (Kouamé Adou)

À propos de…
Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud

Comptes rendus

ELA_Africaine_39_C1_Couv_web

ELA39_pp1-4

Sortie de presse : 25.08.2015
Cette livraison sera envoyée à partir du 25.08 aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Pour s’abonner ou renouveler sa cotisation :
http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Pour vérifier l’état de sa cotisation ou de son abonnement, s’adresser au Trésorier :
M. Richard Samin

Courriel : Richard.Samin@univ-lorraine.fr

Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations

Ce colloque international en deux volets, organisé à l’Université de Lubumbashi les 10-11 novembre 2015 puis à l’ISP Bukavu le 30 juin 2016, portera sur  Le théâtre dans les Grands Lacs (République Démocratique du Congo, Rwanda, Burundi) : état des lieux, circulations et médiations.

Colloque international en deux volets :
– UNILU, Lubumbashi, 10-11 novembre 2015, à l’occasion de la quinzième édition du festival « Le Temps du théâtre » de Lubumbashi.
– ISP – Institut Supérieur Pédagogique – Bukavu, le 30 juin 2016.
Organisé par : l’École de Théâtre de Lubumbashi de l’UNILU et l’ISP Bukavu.
En partenariat avec :
– CATHEL, Centre d’Animation Théâtrale de Lubumbashi
– UNILU, Université de Lubumbashi
– CELTRAM, Centre d’Études Littéraires de Traitement des Manuscrits
Dans le cadre du programme CRELIM : Congo Récits Littérature Images (U. de Lorraine, Metz).

  • Comité d’organisation
    Fabien Kabeya Mukamba (École de Théâtre de Lubumbashi/UNILU/UPL)
    Maëline Le Lay (CNRS/Les Afriques dans le monde – UMR 5115 – IEP Bordeaux)
    Jean-Claude Makomo Makita (ISP Bukavu/Sembura)
  • Comité scientifique
    Maurice Amuri, U. de Lubumbashi/CELTRAM, Lubumbashi
    Ananda Breed, U. of East London, Londres
    Pierre Halen, U. de Lorraine, Metz
    Mukala Kadima-Nzuji, U. Marien Ngouabi/CELIBECO, Brazzaville
    Jean-Marie Vianney Kayishema, U. du Rwanda, Kigali
    Juvénal Ngorwanubusa, U. du Burundi, Bujumbura
    Marc Quaghebeur, Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles
    Yoka Lye Mudaba, INA – Institut National des Arts – Kinshasa

Procédure

Les propositions de communications, d’une longueur maximale de 500 mots et accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer par mail au comité d’organisation, aux adresses suivantes :
– Fabien Kabeya Mukamba : kabeyafaho@yahoo.fr
– Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr
– Jean-Claude Makomo Makita : makimakomo@yahoo.fr

Date-limite d’envoi des propositions : 15 juin 2015.

Continuer la lecture de Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations

Les écritures de l’horreur dans la littérature africaine

APPEL A CONTRIBUTIONS POUR OUVRAGE COLLECTIF

« Les écritures de l’horreur dans la littérature africaine »

Ecrire, notait Stephen King, c’est aussi savoir être à l’écoute du « grand prédateur qui patrouillait quelque part dans la jungle. »[1] Ce propos envisage et pense l’écriture comme acte de mettre l’horreur en mots, de la circonscrire dans l’espace de la page. L’écriture de l’horreur s’en trouve défendue. Aussi, son œuvre, Anatomie de l’horreur[2], est une réflexion sur les modalités de cette forme d’écriture dans l’espace littéraire occidental, notamment américain.

Cet art de penser le pire et de l’écrire qui génère l’« impression violente causée par la vue, la pensée ou la [lecture] d’une chose affreuse ou repoussante », une « chose qui inspire ou devrait inspirer un sentiment d’horreur, de répulsion »[3] est également une expérience d’écriture et de lecture omniprésente dans la littérature africaine. Ce d’autant plus que, dans la perspective de Patrice Nganang[4], le sujet africain (moderne voire postmoderne) et par ricochet la littérature africaine doivent être pensés par rapport à la faille du génocide (Rwandais) qui renouvelle, interroge, problématise, la solidarité légendaire négritudienne. Espace crisogène, confligène, l’univers africain est un lieu de prédilection du « grand prédateur » qui ne manque pas d’inspirer les écrivains. Un pan non négligeable de la littérature africaine répond à la nécessité de se confronter à l’horreur ambiante, de lui donner forme.

Partant, comment la littérature africaine prend-elle en charge ce motif ? Comment se confronte-t-elle à lui ? Quelle serait « l’anatomie » de l’horreur dans cet espace littéraire ? Il s’agit ainsi de relever la nature, le mode du dire, et les enjeux de l’horreur dans l’écriture africaine. Tel que posé, cet appel invite à penser l’horreur dans l’écriture et l’horreur de l’écriture en littérature africaine. Dans une perspective interdisciplinaire, cet appel s’ouvre au roman, au théâtre, à la poésie, au conte (la littérature orale).

Merci d’envoyer vos propositions de contribution d’environ 250 mots, avant le 20 juin 2015 à :

  •             Cyprien BODO, cyprienbodo@yahoo.fr (Université Félix Houphouët-Boigny, Côte-        d’Ivoire) ;
  •             Bassidiki KAMAGATE, baskamag@gmail.com (Université Alassane Ouattara, Côte       d’Ivoire) ;
  •             Moussa COULIBALY, cool_mouss70@yahoo.fr (Université Félix Houphouët-Boigny,     Côte d’Ivoire).

Evaluation des propositions : 20 au 25 juin 2015

[1] Miserey, Paris, J’ai lu, coll. « Epouvante », 1992, p. 140.

[2] Anatomie de l’horreur, Paris, Ed. du Rocher, 1995 [1981].

[3] Chantal Lapeyre-Desmaison, « L’écriture, une expérience de l’horreur », dans Guy Astic et Jean Marigny (dir.), Colloque de Cerisy. Autour de Stephen King. L’horreur contemporaine, Paris, Bragelonne, 2008, p. 27 (p. 25-39).

[4] Manifeste d’une nouvelle littérature africaine. Pour une écriture préemptive, Paris, Homnisphères, 2007.

Vénuste Kayimahe, La Chanson de l’aube. Par Catherine Mazauric

KAYIMAHE Vénuste, La Chanson de l’aube. Toulouse, Izuba éditions, 2014, 469 p.

EAN : 979-10-93440-06-4.

http://www.appuirwanda.org/047-la-chanson-de-l-aube-venuste.html

Dans l’épaisseur du temps, l’arête du génocide

On le sait, et il n’y a d’ailleurs là rien qui puisse surprendre, la littérature du génocide des Tutsis au Rwanda a, dans un premier temps, été le fait de tiers. En 2000, l’opération « Rwanda : Écrire par devoir de mémoire » donnait lieu à la parution de livres pour lesquels se posait, souvent, la question du genre à adopter, de la posture à assumer. Aussi, qu’ils aient choisi la fiction, le roman, comme Tierno Monénembo (L’Aîné des orphelins), Monique Ilboudo (Murekatete) ou encore Boubacar Boris Diop (Murambi, le livre des ossements, réédité depuis aux éd. Zulma), ou qu’à l’instar de Véronique Tadjo (L’Ombre d’Imana, Voyage jusqu’au bout du Rwanda) ou d’Abdourahman A. Waberi (Moisson de crânes) ils aient opté pour un genre hybride, ces écrivains venus d’ailleurs en Afrique ont inscrit dans leur texte, effet de leur position tierce, sa propre problématisation. De son côté, Koulsy Lamko avait recours à la puissance de la fable en déléguant le récit de l’insoutenable à un papillon nocturne, émanation d’une âme suppliciée (La Phalène des collines).

On a lu ensuite les récits fictionnels d’auteurs rwandais (Scholastique Mukasonga, Benjamin Sehene) qui ont, comme le rappelle Virginie Brinker, vécu à distance le génocide, à travers l’exil. Quant à Vénuste Kayimahe, il est un rescapé. Le génocide lui a fait écrire deux ouvrages : le premier est un témoignage autobiographique accompagné d’un acte d’accusation pointant la responsabilité de la France dans l’engrenage génocidaire (France-Rwanda : les coulisses du génocide. Témoignage d’un rescapé, Paris, Dagorno, 2002), le second un épais et beau roman, La Chanson de l’aube, publié à Toulouse par les éditions Izuba en 2014, au moment de la vingtième commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda. Bien que réinstallé dans son pays, Vénuste Kayimahe a écrit chacun de ces livres, en partie au moins, en position d’exil : le premier en Allemagne, le second lors d’une résidence d’écriture au Mexique, auprès de la Casa R. Hankili Africa dirigée par Koulsy Lamko.

Continuer la lecture de Vénuste Kayimahe, La Chanson de l’aube. Par Catherine Mazauric

Samedi Détente, Dorothée Munyaneza & Cie Kadidi

Théâtre, Danse, Production au théâtre Garonne, Avenue du Château d’Eau, 31300 Toulouse, du 11 au 14 février 2015

11 > 14 février durée : 1h00 env création m11 j12 v13 s14 > 20:30

COMMENT PARLER DU DÉPART D’UN LIEU QU’ON A AIMÉ ? DES CIRCONSTANCES DURANT LESQUELLES ON A DÛ QUITTER LE NID DE L’ENFANCE, UN JOUR, EN CACHETTE, SUR LES ROUTES PARSEMÉES DE CORPS, DE SANG ET DE SILENCE ? (…) COMMENT RACONTER LA FUITE AU CLAIR DE LUNE DANS LES CHAMPS DE CAFÉ ? COMMENT RACONTER LES RIRES ? COMMENT RACONTER LES CHANSONS ? COMMENT RACONTER LES PSAUMES ET LES DANSES ? DOROTHÉE MUNYANEZA

https://www.youtube.com/watch?v=D6vXVbPOld8

Dorothée Munyaneza a quitté le Rwanda à l’âge de douze ans au lendemain du génocide. Elle est aujourd’hui chanteuse, auteur, chorégraphe et a travaillé entre autres pour François Verret, Nan Goldin, Robyn Orlin, Alain Buffard. Elle a décidé d’affronter l’indicible en partageant la parole de ceux qui y étaient, en parlant à travers les yeux qui ont vu, comme elle, il y a 20 ans. Samedi Détente était alors un rendez-vous radiophonique incontournable qui diffusait, non des slogans de haine, mais des musiques venues d’ailleurs sur lesquelles les gamins dansaient et chantaient dans la cour de l’école, sans forcément comprendre les paroles ; une sorte de compète de danse made in Rwanda qui prit fin le 6 avril 1994 : « Il m’arrive de réentendre des chansons et tout me revient, je revois mes amis, je revois mon quartier, je revis la musique et mon corps se met à bouger« . Elle dansera avec, à ses côtés, la danseuse ivoirienne Nadia Beugré et le musicien Alain Mahé, qui improvise comme personne avec des cailloux et des ordinateurs : « Samedi Détente parlera de ces instants de paix avant la guerre, de ces instants de vie avant la mort, de ces instants de rires avant les larmes… »

http://www.theatregaronne.com/saison.php?itemid=25&idevent=496