Archives par mot-clé : Sénégal

Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité
Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité

sous la direction de Pierre Halen et Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Littératures des Afriques »

ISBN : 979-10-300-0086-3 – 349 p. – Sortie nationale : 2016/11.

La spiritualité, comprise ici dans un sens très large, incluant les discours de sagesse, les références aux religions et les schèmes de pensée que celles-ci ont diffusés, mais aussi les quêtes mystiques, semble bien être l’une des grandes affaires de notre temps. Ce n’est pas tout à fait ce qu’avaient laissé prévoir les messianismes essentiellement profanes qui avaient présidé naguère à l’anticolonialisme militant ; mais c’est néanmoins une des dimensions irrécusables des tensions identitaires et politiques contemporaines. Les littératures africaines, elles aussi entendues au sens large dans ce volume, en témoignent dans leur diversité. Les analyses réunies ici s’intéressent à la dimension religieuse, non seulement des réalités sociales représentées, où se concurrencent parfois plusieurs traditions religieuses, mais aussi de l’écriture littéraire elle-même, à la fois réceptable de savoirs culturels, lieu de négociation et d’adaptation identitaire, et creuset, aussi, de quêtes personnelles face à l’absolu.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/litteratures-africaines-et-spiritualite-4511.html

Consulter le sommaire de l’ouvrage : pages-de-ldaf_02_tdm

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor

Photo CM

Cycle de lectures commentées à l’ENS, rue d’Ulm : soirée de lectures de poèmes de Léopold Sédar Senghor par Etienne Minoungou avec accompagnement musical de Simon Winsé et un commentaire de Xavier Garnier (Professeur à Paris III-Sorbonne nouvelle).

Le lundi 21 novembre 2016 à 20h30, Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservations conseillées.

Programme :

  • « Tout le long du jour… » (Chants d’ombre)
  • « Nuit de Sine » (Chants d’ombre)
  • « Le totem » (Chants d’ombre)
  • « A la mort » (Chants d’ombre)
  • « Messages (Guimm pour kôra) à Cheik Yaba Diop, chef de province » (Ethiopiques)
  • « Chants pour Signare » – « Ton visage… » (Nocturnes)
  • « Elégie pour Martin Luther King » I (Elégies majeures)
  • « Elégie pour Martin Luther King » III (Elégies majeures)
  • « Elégie des Alizés » (Elégies majeures)

novembre-21-2016-affiche-voix-dun-texte

URL de référence : http://savoirs.ens.fr

The First World Festival of Negro Arts, Dakar 1966

The First World Festival of Negro Arts, Dakar 1966 - Edited by David Murphy
The First World Festival of Negro Arts, Dakar 1966 – Edited by David Murphy

The First World Festival of Negro Arts, Dakar 1966

Edited by David Murphy

Format:Hardback, 272Pages, 16 B&W illustrations

ISBN:9781781383162

Liverpool University Press

Publication: September 1, 2016

Series:Postcolonialism Across the Disciplines 20

In April 1966, thousands of artists, musicians, performers and writers from across Africa and its diaspora gathered in the Senegalese capital, Dakar, to take part in the First World Festival of Negro Arts (Premier Festival Mondial des arts nègres). The international forum provided by the Dakar Festival showcased a wide array of arts and was attended by such celebrated luminaries as Duke Ellington, Josephine Baker, Aimé Césaire, André Malraux and Wole Soyinka. Described by Senegalese President Léopold Sédar Senghor, as ‘the elaboration of a new humanism which this time will include all of humanity on the whole of our planet earth’, the festival constituted a highly symbolic moment in the era of decolonization and the push for civil rights for black people in the United States. In essence, the festival sought to perform an emerging Pan-African culture, that is, to give concrete cultural expression to the ties that would bind the newly liberated African ‘homeland’ to black people in the diaspora. This volume is the first sustained attempt to provide not only an overview of the festival itself but also of its multiple legacies, which will help us better to understand the ‘festivalization’ of Africa that has occurred in recent decades with most African countries now hosting a number of festivals as part of a national tourism and cultural development strategy.

For further details, see: www.liverpooluniversitypress.co.uk/collections/series-postcolonialism-across-the-disciplines/products/80790

Projection : autour de Bakary Diallo

Samedi 18 juin, à 17h, Afriques transversales (séminaire à l’ENS d’Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, en salle Dussane) vous invite à la projection du documentaire :

« Bakary Diallo, mémoires peules » (2016) de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain

en présence de Mélanie Bourlet

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Le nom de Bakary Diallo est attaché à l’un des premiers romans africains de langue française, Force-Bonté, paru en 1926, longtemps peu ou mal lu, souvent contesté, et trop souvent réduit à une apologie de la colonisation française. Or, le parcours de ce tirailleur sénégalais mérite davantage d’attention : engagé volontaire dès 1911, blessé grièvement au front en 1914, s’engageant de nouveau spontanément comme interprète, persuadé que dans les langues se tressent des ponts entre les hommes et les cultures, il est également l’auteur de nombreuses œuvres en peul, restées jusque là inédites.

Portée par l’intuition qu’il existe une poésie peule – orale ou écrite – de Bakary Diallo, et que la partie éditée de son œuvre ne correspond qu’à la partie émergée d’un vaste corpus multilingue de textes et de poèmes, Mélanie Bourlet part sur les traces de cet écrivain méconnu, pour retrouver dans la mémoire de sa famille, au Sénégal, des fragments de cette œuvre. Transmis de bouche à oreille, conservés dans les mémoires ou sur des cassettes usées à force d’être réécoutées, ces poèmes continuent de vivre et d’être récités. Ces poèmes – que l’on voit se déployer devant la caméra à mesure que l’enquête avance, que les entretiens nous mènent d’un lieu à l’autre, ou que les hasards livrent des indices et permettent des rencontres – dévoilent des pans entiers de l’œuvre de Bakary Diallo, qui s’avère être résolument cosmopolite, ouvert sur le monde et sur les échanges entres les langues, mais aussi concerné par les enjeux écologiques à travers une poésie très émouvante du lieu, du territoire, du local.

La bande-annonce, ici ! En ligne, sur le site du CNRS.

Bibliographie complémentaire sur le carnet Hypothèses d’Afriques transversales.

Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Des littératures nationales à la littérature-monde en français : Questionnements, positionnements, enjeux et perspectives

Workshop international à l’ Université de la Sarre, 30 mars 2016

1. Ouverture du workshop

09h00 – 9h15 Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) : Mot de Bienvenue

09h15-9h40 Sylvère Mbondobari (Université Omar Bongo / Université de la Sarre) : Introduction : Les lieux de la littérature.

2. Questionnements et positionnements

Président de séance : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre)

09h40 – 10h05 Bernard Mouralis (Université Cergy-Pontoise) : La ‘littérature-monde’ en français : réflexion sur la généalogie d’un concept et la pertinence d’une assignation territoriale à la littérature africaine francophone.

10h05 – 10h30 Pierre Halen (Université de la Lorraine) : Champ et système littéraire, autonomie et antinomie : des concepts pour l’étude des littératures francophones ?

Discussion : 10h30-10h55

Continuer la lecture de Des littératures nationales à la littérature-monde en français

A suivre en 2016, la collection Céytu

Relayée sur les réseaux sociaux où l’initiative est qualifiée de grande première, l’annonce de la naissance prochaine (mars 2016) d’une nouvelle collection : Céytu. Sous l’impulsion de Boubacar Boris Diop au Sénégal, et avec le soutien des éditions Zulma (Paris) et Mémoire d’encrier (Montréal), cette collection proposera des traductions en wolof d’oeuvres francophones.

CÉYTU, qui résulte « d’un travail d’équipe réparti sur trois continents, s’adresse à tous les locuteurs du wolof, avec une politique du prix adaptée à chaque territoire ». Il s’agit, comme le souligne Boubacar Boris Diop, d' »une innovation qui ne risque pas de passer inaperçue dans les semaines à venir » : traduire des chefs-d’œuvre de la littérature universelle, « y compris les livres de jeunesse, dans la langue de Serigne Moussa Kâ ».

CÉYTU, du nom du village du Baol « où est né et où est inhumé Cheikh Anta Diop ».

Page de la collection : http://www.ceytu.fr/

Les trois premiers titres à paraître en mars 2016 sont:

  • Mariama Bâ, Bataaxal bu gudde nii (Une si longue lettre)
    Traduit du français par Mame Younousse Dieng et Arame Fal
  • Jean-Marie Gustave Le Clezio, Baay sama, doomu Afrig (L’Africain)
    Traduit du français par Daouda Ndiaye
  • Aimé Césaire, Nawetu Deret (Une saison au Congo)
    Traduit du français par Boubacar Boris Diop

Lire le dossier de presse : http://www.ceytu.fr/datas/pdf/pdf-ext-143dp-ceytupdf.pdf