Archives par mot-clé : Senghor

La fabrique des classiques africains

La fabrique des classiques africains – Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone

Claire Ducournau

CNRS éditions
Date de publication :
30/03/2017 – 442 pages – 27,00 €
ISBN : 978-2-271-08158-2

Comment une œuvre littéraire accède-t-elle au rang de « classique » lorsque son auteur est issu d’Afrique subsaharienne francophone, l’une des zones les plus déshéritées du monde selon les standards culturels internationaux ? Si les noms de Léopold Sédar Senghor et d’Ahmadou Kourouma se sont imposés partout, pourquoi d’autres auteurs, portés au pinacle en Europe, restent-ils peu connus dans leurs pays d’origine, quand les textes d’Aminata Sow Fall et de Seydou Badian, étudiés et discutés au Sénégal et au Mali, ne le sont pas en France ?
Ce livre propose une histoire sociale collective de ces écrivains depuis 1960. Il distingue deux protagonistes majeurs : des intermédiaires culturels (organisateurs de festival, éditeurs, agents littéraires), souvent français, et des auteurs nés et socialisés en Afrique subsaharienne francophone, dont les trajectoires sont situées les unes par rapport aux autres dans un espace littéraire africain en recomposition.
Nourri de nombreux entretiens, fondé sur le dépouillement d’archives inédites et sur une étude statistique, cet ouvrage majeur décrit par quels mécanismes symboliques et matériels des écrivains originaires d’Afrique subsaharienne francophone sont devenus, sous différentes formes, des classiques africains.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, agrégée de lettres modernes, Claire Ducournau est docteure de l’École des hautes études en sciences sociales. Maîtresse de conférences dans le département de lettres modernes de l’université Paul-Valéry à Montpellier, elle mène ses recherches sur les productions littéraires africaines et leurs réceptions au XXe et au XXe siècles.

Table des matières

Introduction
Prologue : Littérature francophone contre littérature-monde en français

Première partie : Légitimer les auteurs issus d’Afrique
Chapitre premier : Deux vagues transnationales de reconnaissance des auteurs africains depuis 1960
Chapitre 2 : Un découvreur de talents néocolonial ? Le Grand Prix littéraire de l’Afrique noire à l’œuvre
Chapitre 3 : « Et l’Afrique ?… » Les écrivains d’origine africaine dans deux revues littéraires françaises

Deuxième partie : Accéder à la consécration littéraire
Chapitre 4 : Portrait de groupe
Chapitre 5 : De la vocation contrariée au statut de classique africain

Conclusion

Annexes

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7435-la-farique-des-classiques-africains.html

FabriqueDesClassiquesAfricainsMars2017

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor – A podcaster

Etienne Minoungou (comédien, fondateur du festival Les Récréâtrales) lit Léopold Sédar Senghor commenté par Xavier Garnier (Professeur à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) avec l’accompagnement musical de Simon Winsé (musicien multi-instrumentiste).

Organisé par Adèle Payen de la Garanderie et Guillaume Frecaut , La Voix d’un texte est la rencontre, une fois par mois, d’un comédien et d’un professeur autour des textes d’un grand auteur de la littérature française : cette lecture commentée se propose de mettre en lumière l’attitude et la voix qui portent le texte.

« C’est un train en perdition dans la nuit
Et que guettent jalousement les requins des abîmes. »

A PODCASTER ICI : http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=2833

Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité
Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité

sous la direction de Pierre Halen et Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Littératures des Afriques »

ISBN : 979-10-300-0086-3 – 349 p. – Sortie nationale : 2016/11.

La spiritualité, comprise ici dans un sens très large, incluant les discours de sagesse, les références aux religions et les schèmes de pensée que celles-ci ont diffusés, mais aussi les quêtes mystiques, semble bien être l’une des grandes affaires de notre temps. Ce n’est pas tout à fait ce qu’avaient laissé prévoir les messianismes essentiellement profanes qui avaient présidé naguère à l’anticolonialisme militant ; mais c’est néanmoins une des dimensions irrécusables des tensions identitaires et politiques contemporaines. Les littératures africaines, elles aussi entendues au sens large dans ce volume, en témoignent dans leur diversité. Les analyses réunies ici s’intéressent à la dimension religieuse, non seulement des réalités sociales représentées, où se concurrencent parfois plusieurs traditions religieuses, mais aussi de l’écriture littéraire elle-même, à la fois réceptable de savoirs culturels, lieu de négociation et d’adaptation identitaire, et creuset, aussi, de quêtes personnelles face à l’absolu.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/litteratures-africaines-et-spiritualite-4511.html

Consulter le sommaire de l’ouvrage : pages-de-ldaf_02_tdm

La voix d’un texte : Léopold Sédar Senghor

Photo CM

Cycle de lectures commentées à l’ENS, rue d’Ulm : soirée de lectures de poèmes de Léopold Sédar Senghor par Etienne Minoungou avec accompagnement musical de Simon Winsé et un commentaire de Xavier Garnier (Professeur à Paris III-Sorbonne nouvelle).

Le lundi 21 novembre 2016 à 20h30, Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservations conseillées.

Programme :

  • « Tout le long du jour… » (Chants d’ombre)
  • « Nuit de Sine » (Chants d’ombre)
  • « Le totem » (Chants d’ombre)
  • « A la mort » (Chants d’ombre)
  • « Messages (Guimm pour kôra) à Cheik Yaba Diop, chef de province » (Ethiopiques)
  • « Chants pour Signare » – « Ton visage… » (Nocturnes)
  • « Elégie pour Martin Luther King » I (Elégies majeures)
  • « Elégie pour Martin Luther King » III (Elégies majeures)
  • « Elégie des Alizés » (Elégies majeures)

novembre-21-2016-affiche-voix-dun-texte

URL de référence : http://savoirs.ens.fr