Archives par mot-clé : SLT

L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang. Par Aline Roudet

L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang de Sony Labou Tansi

Aline Roudet

Dès le titre du recueil des textes de Sony Labou Tansi, publié en 2015 aux éditions du Seuil, c’est tout l’univers de l’écrivain qui surgit. L’humain dans sa corporéité est d’ores et déjà au centre. Les fluides convoqués (encre, sueur, salive et sang) sont essentiels, à la fois divers et uniques à l’image de l’homme que veut penser Sony Labou Tansi. L’encre, élément premier, se fait réunion de la sueur, de la salive et du sang dans l’écriture, alors espace transitionnel privilégié entre l’extérieur et l’intérieur. Ce jeu d’assimilation reflète une conception organique de la littérature, à l’image de la nourriture. On pense plus particulièrement à un moment fort du texte intitulé a posteriori « Le projet littéraire de Sony Labou Tansi », dont l’écriture date de 1983 et où l’écrivain déclare : «  On ne peut pas se voir si on ne regarde pas vers l’extérieur. À l’intérieur, il y a un vide qu’il faut peupler d’“extérieur”. C’est cela l’homme, pour moi. Je pense que l’homme commence à l’extérieur, et finit justement à l’intérieur. »[1]. Il n’y a donc pas de doute sur la centralité de l’humain dans la poétique laboutansienne.
Cependant l’humanisme se pose autant comme problème que comme solution. Héritage historique de la culture française, cet humanisme devient avec le colonialisme un courant de pensée qui appelle à un nécessaire renouvellement. Sony Labou Tansi est imprégné par la langue et la culture française qu’il filtre par une écriture prospective, dotée d’une énergie vitale. À ce titre la francophonie est mise à mal : n’est-elle pas une réduction de l’humanisme ? Est-elle même compatible avec lui ? C’est bien à ce type d’interrogation, qui a tout d’existentiel chez cet écrivain engagé, que tente de réponde de manière posthume cet ouvrage qui rassemble des textes et essais critiques de toutes les périodes de la vie de l’écrivain. Dans Encre, sueur, salive et sang, une reconstruction s’opère non seulement de la francophonie mais aussi du monde, par la seule force de volonté de l’auteur, par la seule intensité du cri que Sony Labou Tansi nous lègue, grâce à son humanisme enthousiaste.

Continuer la lecture de L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang. Par Aline Roudet

Théo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi…

9782343109268fThéo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi… Lecture de Le soleil sans se brûler de Théo Ananissoh. Un livre de Bernard MOURALIS.

Préface par Daniel-Henri Pageaux, Paris, L’Harmattan, coll. Classiques pour demain, 2017, 212 p. ISBN : 978-2-343-10926-8

Dans ce livre, Bernard Mouralis retrace l’histoire et les conséquences d’une lecture : celle qu’il fit du roman de Théo Ananissoh, Le soleil sans se brûler (2015), qui relate la rencontre d’un étudiant et de son ancien professeur d’université, Améla. Ce roman a fait surgir, chez Bernard Mouralis, « des interrogations et des problématiques enfouies depuis longtemps » dans sa « mémoire » et dans sa « conscience ». Ce sont ces résonances que le présent essai se propose d’examiner autour de trois pôles : la destinée littéraire d’un écrivain au centre du dialogue ; la relation entre maître et disciple ; et le parcours d’Améla, dont Bernard Mouralis fut le collègue et l’ami.

Télécharger la présentation, la table des matières et un bon de commande : theo-ananissoh

URL de référence : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=52548

A LIRE : L’ombre tutélaire des grands (au fil d’ouvrages critiques 2016-17), par Christiane Choulet-Achour sur Diacritik.

A VOIR : Bernard Mouralis parle de son livre dans une vidéo en ligne :

Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi

DEVENIR ÉCRIVAIN, DEVENIR SONY LABOU TANSI (1967-1975)

La prochaine séance du séminaire 2016-2017 de l’équipe « manuscrit francophone » (ITEM-CNRS) aura lieu :
vendredi 20 janvier, de 14h30 à 16h30,
Salle de réunion Pasteur, 1er étage, Pavillon Pasteur
45, rue d’Ulm, 75005 PARIS

Intervention de Céline Gahungu :
Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi (1967-1975)
Cette communication sera consacrée à l’entrée en littérature de Sony Labou Tansi au tournant des années soixante. Au fil des manuscrits, tapuscrits et lettres s’esquisse le portrait d’un auteur en formation, fermement décidé à se lancer dans l’aventure de l’écriture. Au cours de ces huit années fondatrices, construire son identité littéraire, fabriquer un univers et professionnaliser son écriture sont les tâches auxquelles s’attelle l’apprenti écrivain.

Cette séance est ouverte à tous.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/index.php?id=484279

Le théâtre de Sony Labou Tansi – ELA 41

ela_41_couvLe théâtre de Sony Labou Tansi

Textes réunis par Julie Peghini et Xavier Garnier

L’année 2015 a été marquée par diverses lectures et mises en scènes de l’œuvre théâtrale et poétique de Sony Labou Tansi, en France et au Congo. Pourtant, vingt ans après la mort de l’écrivain, ses pièces de théâtre restent mal connues, peu jouées et à peine étudiées. Or, elles donnent d’indispensables clés pour accéder à l’œuvre.

Sony a théorisé sa pratique du théâtre, qu’il voyait comme un « artisanat mondial » susceptible de mettre en contact des hommes de tous les continents. À l’horizon de son théâtre, qui exploite les potentialités du corps physique des acteurs, on aperçoit sa dimension politique concrète, à la fois philosophique et spirituelle, vécue comme résistance humaine à la misère idéologique et matérielle d’un monde à la dérive.

  • Sommes-nous sortis du monde, Sony Labou Tansi ?
    Le théâtre, la scène, la fable (Julie Peghini et Xavier Garnier)
  • Sony Labou Tansi, le souffle d’un marronneur
    (Sylvie Chalaye)
  • Sony Labou Tansi, précurseur de nouvelles écritures
    dramatiques ? (Amélie Thérésine)
  • Le flou et le fou : espace mystique et figure messianique dans
    La Parenthèse de sang de Sony Labou Tansi (Pierre Leroux)
  • Nommer pour conjurer la mort : le désir d’exister dans le
    théâtre de Sony Labou Tansi (Léna Paugam)
  • Enjeux de la transformation de Jules César de Shakespeare en palimpseste : Moi, veuve de l’empire (Fabrice Schurmans)
  • Entretien avec Rodrigue Ndong
  • Entretien avec Dieudonné Niangouna

À propos de Beauté Congo
et des expositions d’art contemporain africain dans l’espace muséal français : le retour du refoulé colonial ?
• L’art contemporain d’Afrique vu par André Magnin :
reprendre ou défaire le discours d’un commissaire (Emmanuelle Spiesse)
• Beauté Congo, un art sans histoire (Anna Seiderer)
• D’une rive à l’autre du fleuve Congo : les expositions Modernités plurielles et Beauté Congo (Nora Greani)

Varias
• Entretien avec le photographe Omar Victor Diop (« Afriques transversales »)
• Le chien au propre : ébauche d’une piste cynique dans les littératures africaines contemporaines (Ninon Chavoz)
• Nelson Mandela et John Dube : une mémorable généalogie politique (Chérif Keita)

Comptes rendus

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2016 : Bulletindadhesion2016

Manuscrits francophones du Sud /2016 – 2017

Manuscrits francophones du Sud /2016 – 2017

L’écrivain et ses manuscrits

Le séminaire est ouvert à tous, un vendredi par mois de 14h30 à 16h30.

Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage

ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

***

L’approche génétique d’un texte à partir de l’analyse de ses manuscrits conduit à faire avancer, à partir de données objectives, la réflexion sur l’articulation entre le biographique, le poétique et le génétique. C’est ce nœud théorique que les interventions exploreront.

Coordination : Claire Riffard   (claire.riffard@item.cnrs.fr / 01 40 25 12 46) et Daniel Delas, ITEM.

Programme 2016-2017 :

  • Le 14 octobre 2016 (14h30 à 16h30)
    Jenny Zobel et Emily Zobel « Joseph Zobel »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 25 novembre 2016 (14h30 à 16h30)
    Kora Véron-Leblé « Césaire, l’homme, l’œuvre, les autres »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 08 décembre 2016 (14h30 à 16h30)
    Paul Siblot « Mohammed Dib romancier »
    Lieu: ITEM, 61 rue Pouchet, 75017 Paris
  • Le 20 janvier 2017 (14h30 à 16h30)
    Céline Gahungu « Devenir écrivain. Devenir Sony »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 03 février 2017 (14h30 à 16h30)
    Elisabeth Degon, Nicolas Martin-Granel et Florence Paravy « Williams Sassine »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 21 avril 2017 (14h30 à 16h30)
    Ferroudja Allouache et Jerry Mpereng « Journaux et revues, avant la francophonie »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 21 avril 2017 (14h30 à 16h30)
    Ferroudja Allouache et Jerry Mpereng « Journaux et revues, avant la francophonie »
    Lieu: Salle Pasteur, Pavillon Pasteur, 1er étage ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
  • Le 12 mai 2017 (10h-17h)
    « Journée d’étude : Le génétique et le biographique »
    Lieu: ITEM, 61 rue Pouchet, 75017 Paris

Source : http://www.item.ens.fr/index.php?id=484279.

Retentissements des Guerres mondiales – ELA 40

Etudes littéraires africaines 40/2015

Couv_ELA_40Retentissements des Guerres mondiales

Textes réunis par Nathalie Carré, Anthony Mangeon et Sabrina Parent

Quels rôles ont joués les populations africaines dans les deux Guerres mondiales au XXe siècle ? Comment ces événements ont-ils en partie déterminé leur destin, et comment leurs littératures en ont-elles par la suite conservé, transmis, construit la mémoire ? Prenant acte des récentes commémorations historiques, mais aussi du regain d’intérêt des écrivains pour ces pages méconnues de l’histoire africaine, le présent dossier propose de varier les éclairages, en croisant notamment les pratiques littéraires avec les productions filmiques, les œuvres produites en français avec d’autres écrites en arabe, ou plus largement les littératures francophones avec la littérature française.

Présentation : Fictions postcoloniales et Guerres mondiales

« La Guerre et ce qui s’ensuivit » (Anthony Mangeon)

Devoir de mémoire et (re)construction narrative du tirailleur sénégalais dans Le Terroriste noir de Tierno Monénembo
(Robert Fotsing Mangoua)

Le tirailleur, nègre historique et littéraire, ou comment écrire le revers de l’histoire. L’exemple du Nègre Potemkine de Blaise N’Djehoya
(Nathalie Carré)

Thiaroye, Oradour-sur-Glane et les défis d’une mémoire partagée. Une lecture croisée de Camp de Thiaroye et du Vieux fusil
(Abdoulaye Imorou)

Du riz et des femmes : de la résistance des Casamançais pendant la Seconde Guerre mondiale dans Emitaï d’Ousmane Sembène
(Sabrina Parent)

Menteries sur la patrie, violence et exils : la guerre selon les narratrices de Gisèle Pineau dans « Paroles de terre en larmes » (1987) et L’Exil selon Julia (1996) (Tina Harpin)

La Seconde Guerre mondiale, la guerre de l’Autre ? Le conflit mondial dans la littérature arabe (Égypte et Soudan) (Xavier Luffin)

Varias

Migrations patrimoniales : Céline dans quelques fictions francophones contemporaines (Suzanne Lafont)

Nécessaire retour de l’africanisme ? (Alain Ricard)

L’Afrique vue par les écrivains-voyageurs russes (du xive au début du xxe s.) (Aboubacar A. Maiga)

À propos de…
Sony Labou Tansi à l’œuvre, vingt ans après

Comptes rendus

Télécharger le sommaire en pdf : ELA_40_sommaire

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2016 : Bulletindadhesion2016