Sorcières, tyrans, héros

Sorcières, tyrans, héros – Mémoires postcoloniales de résistants africains

Elara BERTHO

Editions Honoré Champion, collection «Francophonies», 520 p.

Broché, parution le 17/04/2019 ISBN : 9782745350459

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/11009-book-08535045-9782745350459.html

MàJ 15/09/19 : A écouter, une présentation de ce travail sur RFI / Idées (podcast, 48’30”)

À Kinshasa en 1974, le «match du siècle» Mobutu – Senghor. Par Daniel Delas

  • Blaise NDALA, J’irai danser sur la tombe de Senghor, 2019 (à paraître courant octobre), Vents d’ailleurs (1ère éd., Editions L’interligne, 2014), 314 p.

  • Blaise NDALA, Sans capote ni kalachnikov, roman, 2017, Editions Mémoire d’encrier, 268 p.

(L’interligne et Mémoire d’encrier sont des maisons d’édition québécoises)

Le plan du livre de Blaise Ndala est très rigoureux : entre un prologue et un épilogue, six parties contenant chacune quatre chapitres avant une ultime partie découpée différemment en six visions de la victoire de Mohammed Ali lors du fameux match de boxe de 1974, le « match du siècle ». Un plan très concerté donc, qui donne le sentiment que le récit a été dûment médité et organisé et longuement porté par cet écrivain congolais, établi au Canada depuis 2007. Cette impression se confirme à la lecture des deux premières parties qui racontent la jeunesse puis la montée à la capitale d’un petit coq de village, se décidant à quitter la province du Kwilu, située à cinq cents kilomètres de la capitale du Congo où, chanteur et danseur apprécié par les filles de sa province, il se sent néanmoins à l’étroit. Nouveau Rastignac africain, il décide de ‘monter’ à Kinshasa pour percer dans la chanson. Le lecteur s’attend donc à lire un Bildungsroman, un classique roman d’apprentissage, le récit d’une éducation sentimentale dans la filiation de Goethe ou de Flaubert. Eh bien non ! Les aventures amoureuses n’occupent pas une place centrale dans les avatars du héros parce que, à Kin,  mégalopole où le discours est roi, roi des embrouilles, des magouilles, comme des générosités et des musiques, l’important, c’est de maîtriser la manière de parler d’un vrai kinois. Modéro est d’abord  pris pour un petit plouc facilement bluffable  mais il se révolte :

La double mésaventure du comportement de mon oncle et du coup tordu de Bobo se révéla la première alerte mais d’autres déboires allaient paver mon chemin initiatique. L’itinéraire pour me préparer à la grande métamorphose que j’allais connaître pour devenir l’homme que je suis devenu ne faisait que commencer. Car contrairement à ce que prétend l’oracle populaire, un long séjour dans l’eau finit bel et bien par changer un tronc d’arbre en crocodile ; le tout étant de savoir de quelle eau on parle. Au pays des vampires où tout le monde se nourrit aux mamelles de la félonie, je n’allais pas me laisser vider de mon sang, prostré dans le rôle de la gentille petite brebis qui se laisse mener à l’abattoir (p.53)

Modéro se met résolument à l’unisson des Kinois comme par exemple à l’occasion d’un match de foot regardé en famille :

Soudain, à l’avant-dernière minute de temps supplémentaire, Casimir Kolongele alias Serpent des Rails a slalomé sur la surface de réparation du camp adverse, effacé le dernier défenseur des Vert et Noir et envoyé leur gardien brouter le gazon dans une feinte d’anthologie. Le but sublime qui en a découlé allait mettre le feu au stade et à la ville entière. Ma belle-tante a bondi et est venue se jeter dans mes bras. Lançant des cris de joie, elle m’a étreint de toutes ses forces et nous nous sommes surpris à célébrer cette égalisation tant attendue en nous trémoussant, l’espace de quelques minutes, aux pas de la zangula, la danse de chez nous. Or il n’y a pas de danse plus obscène que la zangula. (p.110)

Mais, on s’en doute, ça ne plait pas à l’oncle qui fiche son neveu à la porte ! Bref, de fil en aiguille, d’aventure en aventure, de chant en chant, de danse en danse, le verbe et la musique envahissent l’homme tout entier, fusionnant   corps et esprit.
Deuxième temps de l’apprentissage, le temps politique. Tant il est vrai qu’au Congo de cette époque comme dans bien d’autres pays africains aujourd’hui, où le parlementarisme ne fonctionne guère, le politique fait partie du quotidien et tourne autour de la relation au Chef Suprême, au Guide.
En filigrane d’abord puis de plus en plus présent au fur et à mesure des chapitres suivants le personnage principal devient « Son Excellence le Colonel-Guide,Père (et Mère) de la Nation » , Mobutu himself qui rêve d’égaler la célébrité littéraire de Senghor par l’organisation au Congo du fameux ‘combat du siècle’ entre deux poids lourds noirs de la boxe, George Foreman, champion du monde et Mohammed Ali,  ex-champion. Comment dépasser le leader du « petit » Sénégal, que le concept de négritude a rendu célèbre alors que « l’authenticité concoctée à la hâte par un des nègres du Guide ne dépassait les frontières du Zaïre que pour faire sourire intellectuels et dirigeants étrangers » (p.132) ?  Comment « danser sur la tombe » de Senghor ?
Comment Modéro entre-t-il dans la confidence du conseiller du Guide et lui souffle-t-il l’idée que le patron pourra danser sur la tombe de Senghor par le moyen du fameux « combat du siècle » ? Comment intervient-il, grâce à son grand-père, dans la « victoire sous X » d’Ali (titre de la septième partie), le lecteur le découvrira en même temps que de multiples mésaventures, amoureuses, musicales, familiales de toutes sortes.

Chaque partie porte en exergue une petite moquerie à l’encontre des grands philosophes occidentaux rationalistes (Descartes (Rendez-vous manqué, cher Descartes) ou Kant (Kant peut aller se rhabiller), parrainant ainsi a contrario la loufoquerie burlesque de la vie kinoise.
Un récit plein d’humour et de fantaisie qui fait souvent sourire la lecteur, le menant parfois même à la franche jubilation, tout en suggérant finement que deux visions divergentes séparent l’Afrique congolaise de l’Occident européen.
Le roman a tellement plu au cinéaste Rachid Bouchareb qu’il a acheté les droits cinématographiques du roman pour en faire un film. Bonne idée !

                                                           *

Ravis de la lecture de ce premier roman de Blaise Ndala, les lecteurs qui s’attaqueront à celle du second risquent d’être décontenancés. Sans capote ni kalachnikov est un roman à clef dont les personnages ont des noms de fantaisie renvoyant à des acteurs réels mais ici anonymisés des guerres internes du Congo à l’époque de Kabila. Changeant sans cesse de lieu d’énonciation (à Los Angeles, Montréal, en Tanzanie ou aux Pays-Bas), les événements africains sont évoqués au cours des dialogues de personnages aux noms baroques (Fourmi Rouge, Petit Che) qui vivent dans un camp de démilitarisation en Tanzanie. Ils parlent de manière elliptique, en argot surchargé (« ça ragote comme des rombières paumées »), d’un réel noyé dans le brouillard que le flot pétaradant des mots d’esprit (plusieurs par page) ne parvient pas à dissiper. Brouillard qui ne se lèvera que dans le dernier chapitre. La dernière phrase du livre « nous allons profiter du silence chez votre voisin pour tout reprendre depuis le début. » (p.268).
Donc si ces lecteurs ont du temps et du courage, chiche !, retour à la page 11 et rebelote !

 DANIEL DELAS

Pour citer cet article : À Kinshasa en 1974, le «match du siècle» Mobutu – Senghor. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 09/09/2019, https://apela.hypotheses.org/3415.

AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

Colloque du centenaire Mohammed Dib

2020 sera l’année du centenaire de la naissance de Mohammed Dib, et à cette occasion plusieurs manifestations auront lieu des deux côtés de la Méditerranée, particulièrement deux grands colloques associés l’un à l’autre par des membres communs des équipes d’organisation, l’un à Alger en avril 2020, et l’autre du 1er au 5 septembre 2020 dans le prestigieux château de Cerisy la Salle, en Normandie, château qui a accueilli depuis un siècle la plupart des grands écrivains et philosophes français, et consacré déjà deux colloques à la culture algérienne.

Modalités de l’inscription et calendrier

Si vous comptez proposer une communication, veuillez envoyer un titre provisoire, accompagné d’un résumé de 8 à 15 lignes, avant le 11 octobre 2019, à l’adresse mail bonn.charles@gmail.com. La communication proposée devra être fidèle à l’argumentaire du colloque. Le Comité scientifique refusera toute proposition ne répondant pas à ce critère.

Les inscriptions proprement dites au CCIC (pour les contributeurs comme pour les auditeurs libres) seront ouvertes le 15 mars 2020 au moyen du Bulletin d’inscription que vous trouverez sur le site web de Cerisy (www.ccic-cerisy.asso.fr) et sur le programme papier qui vous sera adressé. Il conviendra alors d’adhérer à l’Association, le paiement du séjour sera à faire un mois avant le colloque.

Portrait de Mohammed Dib, tous droits réservés.

Argumentaire

Toute œuvre littéraire est confrontée, du moins dans l’espace culturel européen, à la question des genres : il peut s’agir du genre littéraire qu’elle choisit ou subvertit, mais souvent aussi du genre sexuel des personnages. Les deux significations de ce même mot permettent parfois même des jeux sur cette ambiguïté facilement théâtralisable. Alors même que les premiers critiques insistaient, peut-être à tort, sur ce qu’ils considéraient comme le « réalisme » de l’œuvre de Mohammed Dib, on constate maintenant que ses personnages sont parfois davantage des représentations théâtralisées (des formes stylisées dans une esthétique de l’abstraction) que des figures réalistes. Qu’on pense à « L’Homme-tronc » de L’Incendie, ou dans ce même roman au langage ostensiblement non-réaliste du débat qui va mener les paysans à la grève. Plus que par le réalisme, l’œuvre de Mohammed Dib produit le plus souvent le sens par la théâtralisation des situations, comme de certains personnages, ou, plus fondamentalement, du langage. Et cette théâtralisation se retrouve, plus spectaculairement, dans la mise en scène des genres littéraires.
Ce colloque s’intéressera donc à trois théâtralisations majeures dans l’œuvre de Mohammed Dib qui s’organisent autour des ambiguïtés du mot « genre ». Théâtralisation du face à face entre les deux significations de ce mot, mais surtout théâtralisation pour chacune de ces significations, des différents objets qu’elles désignent, et là encore autant dans leurs définitions, souvent perverties, que dans leur face à face.

*

Pour ce qui est des genres littéraires, objet principal de ce colloque, l’œuvre de Mohammed Dib est connue d’abord pour ses romans, qui en forment certes le volume le plus important. Pourtant Mohammed Dib lui-même se considérait comme « essentiellement poète » et ses recueils poétiques étaient pour lui ses livres les plus vitaux, même s’ils sont nettement moins traités par les critiques. Il a de plus écrit plusieurs recueils de contes pour enfants, qui sont probablement la partie la moins étudiée de son œuvre, ainsi qu’un grand nombre de nouvelles. Et dans cette œuvre d’une grande diversité de formes, il ne faut pas oublier le théâtre, ni la photographie, à laquelle la critique commence enfin à rendre justice, ni les textes théoriques qui livrent des informations précieuses sur les intentions esthétiques de l’auteur.
Si ces modes d’expression divers apparaissent dans des recueils différents, ils coexistent souvent au sein d’une même œuvre. Les insertions de poèmes ou d’épisodes théâtraux dans les romans sont nombreux, et de plus ces romans alternent souvent les passages en écriture romaine et ceux en italiques, développant ainsi deux « voix » (deux circuits du sens) différentes et complémentaires. Ils introduisent parfois aussi une mise à distance de certains passages grâce à un style théâtralisé qui va les inscrire dans des registres différents dont nous sommes implicitement invités à questionner le rapport avec le registre romanesque attendu.
Par ailleurs, tout au long de son parcours littéraire, Mohammed Dib a conduit une réflexion sur les formes littéraires, réflexion qui s’intègre au geste même par lequel il cherche sa forme propre. On peut aussi constater qu’à mesure que l’œuvre s’élabore, les frontières génériques s’effacent jusqu’à donner lieu à des livres inclassables. Autant dire que cette pluralité et cette hétérogénéité génériques interrogent la notion même de genre littéraire tel que mis en place au cours de l’histoire littéraire européenne.
Aussi cette particularité de l’œuvre dibienne se présente-t-elle comme une théâtralisation de la diversité générique et une mise en relations intergénérique productrice de sens. De ce fait, elle attire notre attention sur l’écriture elle-même, et derrière l’écriture, sur la parole et ses pouvoirs dont on sait qu’ils constituent une obsession de l’écrivain.

Continuer la lecture de AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

ELA : l’intégralité des numéros en ligne

Les numéros 1 (1996) à 46 (2018) des Études littéraires africaines sont intégralement en ligne* sur la plateforme Erudit.org  :

1899 articles en ligne !

* Rappel : Les livraisons des deux dernières années (2017 et 2018) ne sont pas encore en accès libre, car il faut être abonné. Pour se procurer les numéros les plus récents, il faut soit disposer d’un accès en ligne via son établissement, soit être membre cotisant de l’Apela (revue “papier”), soit… attendre deux ans.

CfPP: Ageing, Old Age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

2020 Annual International Conference of the African Theatre Association (AfTA)

Ageing, Old age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

The Department of African Studies, Institute of Asian and African Studies,
Humboldt University Berlin, Germany
23rd-25th July 2020

Appel à communications de l’African Theatre Association dont le congrès annuel se tiendra du 23 au 29 juillet 2020 à la HU-Berlin.
La langue de travail est l’anglais, mais des contributions sur les oeuvres dans toutes les langues littéraires d’Afrique et de sa diaspora sont bienvenues.

Call for Papers and Performances

Researchers, scholars, performing artists and theatre activists are invited to submit an abstract of 300 words and 150 words biography to: conferences@africantheatreassociation.org 

For questions and inquiries about the conference, please contact the conference convener, Dr. Pepetual Mforbe Chiangong, using the above conference email address.

Abstract submission deadline is 14th February 2020. 

Critics of performing arts in Africa and its diaspora have engaged with a wide range of topics in their writing, but there is limited critical engagement with ageing, old age, and disability. It is this dearth of critical discourses and debates on old age in African literary and theatre studies that has inspired the theme of the 2020 annual African Theatre Association Conference. The conference invites scholars, practitioners and activists of performance to focus their contributions on three areas which are mutually exclusive, yet incredibly inclusive, namely: ageing, old age—age(able)ism embodied—and disability. AfTA 2020 aims to create a platform on which these contributions will reflect critically on the role, representation, status and significance of elderly people in performing arts (theatre, oral performance, community theatre, drama, spoken word, epics, films, festivals, dance, music etc…) that are connected to Africa and its diaspora. Further, the conference invites contributions that investigate how ageing is entangled with elderly characters, performers, play directors/directing, dramatists and audiences in the debate of ageism, old age and disability in a bid to explore our understanding of performance, its production and reception. Further, the conference aims to engage critical discussions based on varied understandings, perceptions and definitions of old age, ageing and disability, as well as whether there should be any intersection between these categories in African performances, film and festivals. Employing old age, ageing and disability as conceptual frameworks, the conference will provoke debates on how performances articulate these subjects at critical moments of artistic production and performance. The conference seeks to ask questions including: what are the nuances that either shadow or empower the production of performance based on ageing, old age and disability? What are the cultural and transcultural underpinnings espoused when subjects related to ageing, old age and disability are evoked in the performance culture? How do class, sexuality, gender, ethnicity and nationality affect our understanding of these classifications in the context of performance, film and festival? What are the theoretical and methodological conceptualisations that one might draw from to provoke scholarly debates related to ageing, old age and disability in performance, film and festival?

Continuer la lecture de CfPP: Ageing, Old Age, and Disability in African and African Diaspora Performance, Film and Festival

AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Appel à communications

Littérature de jeunesse et savoirs

27 et 28 mai 2020, Université Norbert ZONGO (Koudougou, Burkina Faso)    

 
Les propositions de communication (environ 250 mots), accompagnées d’une brève notice biobibliographique, sont à envoyer, avant le 30 décembre 2019, à l’adresse suivante : colloquelitjeunesse2020@gmail.com

Colloque international
Littérature de jeunesse et savoirs
27 et 28 mai 2020
Université Norbert ZONGO
(Koudougou, Burkina Faso)


L’Université Norbert Zongo et l’Institut des Sciences des Sociétés du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), en collaboration avec la Memorial University of Newfoundland (Canada) et la Coordination des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines et Comparées (CCLMC) de l’Université Hassan II de Rabat, organisent un colloque international intitulé Littérature de jeunesse et savoirs les 27 et 28 mai 2020 à l’Université Norbert Zongo à Koudougou au Burkina Faso.

Argumentaire


La littérature entretient, sans conteste, une étroite relation avec l’univers des savoirs, embrassant des domaines aussi variés que la science, les arts, les médias, l’environnement, l’histoire, la religion, la philosophie, etc. Cet univers se veut total en ce sens qu’il ne fait l’impasse sur aucun pan des conditions idéelles et matérielles de l’existence. Aussi la littérature déploie-t-elle différents modes d’appropriation, de recyclage, de réécriture des éléments puisés dans le champ des savoirs, construisant ainsi son propre ordre épistémique.
Dans une perspective épistémocritique, le discours critique s’attache à explorer les « savoirs à l’oeuvre » dans le texte. Dans Savoirs à l’oeuvre. Essais d’épistémocritique (1990), Michel Pierssens soulève quelques interrogations essentielles liées à la rencontre entre texte et savoir : « Que sait un texte ? […] comment le texte fait-il de son propre déploiement la réponse à cette question sur quoi il joue son existence et son sens, en visant à nouer de nouveaux noeuds dans la langue, les figures, les discours, les sujets ? » (p. 14)
 
La littérature de jeunesse, qu’elle soit perçue comme « partie intégrante de la Littérature » (Escarpit 2008, p. 5) ou comme espace minusculé, se présente aussi comme un « orage de savoirs » (Pierssens, p. 16). En effet, elle participe, à différents degrés, de l’ordre épistémique, de l’échange dialogique entre fiction et savoir. Ici, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle l’inscription des figures ou éléments épistémiques dans la fiction pour la jeunesse peut avoir, certes, des points communs avec celle à l’oeuvre dans la littérature générale, mais qu’elle s’articule aussi de manière spécifique (en vertu des traits propres à la littérature de jeunesse).
Dans les pays d’Europe occidentale – qui ont une longue tradition littéraire – la littérature de jeunesse participe, depuis longtemps, de l’histoire de l’évolution des idées et des mentalités (Ganna Ottevaere-van-Praag, La littérature pour la jeunesse en Europe Occidentale (1750-1925). Histoire sociale et courants d’idées, 1987). Pour ce qui est de la production littéraire pour les jeunes lecteurs des pays dits du Sud, l’ordre épistémique revêt sans doute des formes beaucoup plus complexes en raison des conditions historiques, ce qui implique, par exemple, une diversité de perspectives (extérieures/ intérieures), de savoirs (endogènes, exogènes).

Le but du présent colloque est d’explorer les divers modes d’inscription des savoirs dans la littérature de jeunesse. Il s’agira, de toute évidence, d’aller au-delà du savoir pédagogique inhérent à cette littérature. Comment la littérature de jeunesse travaille-t-elle les objets empruntés au monde des savoirs ? Comment construit-elle les figures épistémiques ? Quel sens revêtent les figures épistémiques ? Quel(s) type(s) de savoirs chaque genre (documentaire, roman, album, théâtre etc.) met-il en avant ? Comment s’exprime cette question de savoirs tant au niveau de la production qu’au niveau de la réception de la littérature de jeunesse ?

Continuer la lecture de AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Colonisation et génocide, le cas d’Haïti. Par Daniel Delas

Paula Anacaona, 1492, ANACAONA, l’insurgée des Caraïbes, illustrations Claudia Amaral, Editions Anacaona, 2019, 191 p.

En conclusion de son livre, Paula Anacaona écrit :

 « En 1500, la planète comptait 400 millions d’habitants, dont 80 millions aux Amériques – qui étaient le continent le plus peuplé.
En 1550, les Amériques ne comptaient plus que 10 millions d’habitants.
La Conquête a entraîné la mort d’au moins 90% de la population autochtone, soit 70 millions de personnes en cinquante ans.
En une génération, c’est une catastrophe démographique absolue, immédiate, unique.
Enfin, du drame d’Ayiti est né le drame africain : dès les premières années du XVIème siècle, des Africains sont déportés pour servir de main d’œuvre… Par centaines, par milliers, puis par millions. » (p.186)

Ce triste constat consonne avec la position de Tzvetan Todorov, auteur d’un des premiers essais sur la conquête de l’Amérique (La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Seuil, 1982) qui affirmait en ouverture de son livre : « Le seizième siècle aura vu se perpétrer le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité. » Le chercheur français, sémioticien et anthropologue, centrait les premiers chapitres de son étude sur l’incapacité de Colon (avec cette orthographe, si parlante) à tenir compte de l’autre, imbu qu’il est de sa supériorité. Il méconnait les Indiens, méprise leur langue (qu’il ignore !) et refuse d’admettre qu’un Indien est un sujet ayant les mêmes droits que lui mais différent. Todorov concluait en ces termes : « Colon a découvert l’Amérique mais non les Américains. »

Paula Anacaona, traductrice (du portugais du Brésil), éditrice des écrivains afro-brésiliens et écrivaine sous le pseudonyme de la grande résistante taïno à la colonisation espagnole, se propose de raconter le combat de son héroïne emblématique depuis l’arrivée de Colon lors de son premier voyage de 1492 jusqu’à la mise à mort de la cacique en 1504. Elle choisit de ne pas procéder en termes savants mais par un beau livre, d’écriture simple, où alternent caractères romains (récit historique objectif) et caractères italiques (réservés à la parole narrative d’Anacaona elle-même). Découle de ces alternances bien maîtrisées, un livre qu’on pourra offrir aussi bien à un(e) adolescent(e) tant il est agréable à feuilleter (chaque page est illustrée) qu’à un chercheur chevronné.

Le récit commence par une représentation de la vie des Taïnos avant l’arrivée espagnole, brossée en couleurs riantes (parfois un peu trop idylliques ?) pour dire que ces Indiens n’étaient ni des sauvages brutes vivant sans foi ni loi ni de bons sauvages, joyeux et accueillants mais un peu simplets, comme les jugea Colon de manière un peu contradictoire d’ailleurs. Non, les Taïnos constituaient une société ayant de solides cadres structurels héritiers des croyances mayas de leur origine.

« Ayiti est une île prospère, très peuplée, animée, qui bouillonne d’activité, de femmes, d’hommes, d’enfants. Les Espagnols la comparent à une « ruche humaine ».

C’est à la suite du deuxième voyage de Colon que la tragédie va éclater. L’amiral a amené avec lui de nombreux aventuriers auxquels il a fait miroiter la possibilité de s’enrichir beaucoup et vite. Une quête effrénée de l’OR dirige désormais l’activité de ces hommes ‘affamés’ qui se mettent à s’approprier les biens des Tainos et à les torturer pour leur faire avouer où ils cachent l’OR. En complément, si l’on peut dire, les missionnaires détruisent les bases de la culture religieuse taïno (qu’ils ignorent !) dans l’idée de convertir, de gré ou de force, les Indiens, en les forçant à se vêtir et en déniant toute valeur à leurs croyances. « Physiquement, culturellement, intellectuellement, spirituellement, collectivement, la société taïno s’est effondrée. » (p.117)

Anacaona prend alors la voie de la résistance en se réfugiant dans les montagnes (comme le feront plus tard les esclaves nègres révoltés, les marrons en Guadeloupe ou au Brésil) mais il est trop tard ; les Espagnols veulent dominer totalement l’île et usent de tous les moyens (mensonge, trahisons) pour éliminer les derniers résistants. Toutefois, avant sa capture et sa pendaison, Anacaona a fait briller de ses derniers feux la civilisation taïno et ses valeurs d’ouverture et de pluralité.

Paula Anacaona n’est certes pas la première à faire revivre la culture taïno, on pourra lire le beau livre d’Elisabeth Fontenaille, La dernière reine d’Ayïti (Rouergue, 2016), écrivaine qui avait déjà consacré en 2015 un récit simple et bien documenté au massacre d’un peuple, celui des Héréros en Namibie. Pour mieux comprendre la force de l’art taïno, on pourra retrouver le numéro spécial de Connaissance des arts associé à l’exposition Art taïno du Petit Palais de 1994. On y voit de magnifiques photographies de zemi (reliquaires), de trigonolithes (pierres à trois pointes), d’objets utilisés dans la cohaba, etc…
On écoutera enfin l’écho étrange/étranger des mots que ce peuple nous a transmis : canot, barbecue, cacique, hamac, tabac, maïs, goyave et même lamantin (forme corrompue du taïno manati).

L’hommage de Paula Anacaona et Claudia Amaral a revêtu d’un bel habit chamarré  ce livre mémoriel. Qu’elles en soient remerciées !

Daniel Delas

Pour citer cet article : Colonisation et génocide, le cas d’Haïti. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 20/08/2019, https://apela.hypotheses.org/3356.

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)