1968-2018. L’Œuvre de Yambo Ouologuem, un carrefour d’écritures ?

Journées d’études internationales, université de Lausanne, en collaboration avec l’université de Strasbourg, 18 et 19 mai 2018

organisées par Christine Le Quellec Cottier et Anthony Mangeon

Le « carrefour d’écritures » que Bernard Mouralis (1984) dépeignait pour évoquer Le Devoir de violence permettra de questionner l’oeuvre de Yambo Ouologuem dans son ensemble. Les journées d’étude croiseront les approches de chercheurs issus d’horizons académiques et culturels différents. Les textes étudiés permettront des liens avec des productions contemporaines pour suggérer des résonances avec les formes et les enjeux du monde d’aujourd’hui. Cette rencontre sera aussi l’occasion d’un hommage à l’écrivain malien décédé en octobre dernier.

Consulter le programme.

URL de référence : http://www.unil.ch/fra/pole-etudes-africaines

Le voyage en Afrique ou Quand la fin est un commencement. Par Daniel Delas

Jean-Pierre ORBAN, Toutes les îles et l’océan, roman, Mercure de France, 2018, 293 p.

Au-delà du discours ronflant des hommes politiques sur le dialogue des cultures et sur l’enrichissement humain qu’apporte le métissage, il y a les réalités de l’histoire, les blessures de la colonisation, les désirs de vengeance qu’elle a engendrés et les êtres déracinés qu’elle a multipliés. C’est à ces réalités-là que Jean-Pierre Orban, après Vera, consacre son deuxième roman. Né de père belge et de mère italienne, le romancier a passé une partie de son enfance au Congo belge et c’est ce pays et son fleuve homonyme qui sont au centre de la première partie (« Le fleuve ») de son roman.

L’héroïne en est une jeune femme, Adèle, qui vit insouciante à Paris, quand par hasard elle  rencontre un homme séduisant, Sainto, qui est dans la vie un militant anticolonialiste, combattant aux côtés des lumumbistes. Après que le couple a passé trois jours de passion charnelle, l’homme repart au loin. Quelques mois après la jeune femme réalise qu’elle est enceinte. Elle décide alors inconsidérément (au plein sens du terme), de partir là-bas,  sans rien connaître du Congo et moins encore de Kisangani (ex-Stanleyville), en remontant le fleuve Congo à partir de Kinshasa (ex-Léopoldville). Nous sommes en 1964, quatre ans après l’indépendance du pays, le bateau remontant le fleuve fonctionne encore plus ou moins bien et voilà Adèle (dont le prénom rappelle celui d’une autre jeune femme se lançant aussi follement à la poursuite d’un amant, Adèle Hugo, la fille de Victor) arrivant à Kisangani au moment où les rebelles Simbas (Lions) s’emparent de la ville et massacrent de nombreux colons coupables de leur seule blancheur.

En ce moment, ce matin, après les rafales sur la colonne de prisonniers par les rebelles et sur les rebelles par les parachutistes, les corps gisaient là, pas encore séchés, pas tous morts, gémissant, se traînant, le sang rouge sur les chemises, robes, pantalons, shorts qui l’absorbaient et le fixaient, visible, éclatant, blessant lui-même à la vue. (p. 83)

Son amant, qui était une sorte de journaliste politique devenu la voix de la rébellion, est mort lui aussi.  Adèle repart en avion en survolant le fleuve

Elle a senti le flot qui descendait et que l’avion suivait. Et elle s’est dit qu’elle aurait préféré faire l’inverse. Avoir remonté le cours en avion et le descendre maintenant en bateau. Sur l’eau, vers l’embouchure. Vers l’océan. Se laisser absorber par sa masse indistincte et rassurante. (p. 98)

Après cette « exploration » – c’est le terme qu’utilise Adèle – de l’Afrique et de son histoire récente, vient dans la seconde partie intitulée « Les Rives » le temps de l’intime. Adèle se replie sur elle-même, sur son vide intérieur après la naissance de son fils Raphaël, quitte Paris pour aller s’installer à Bruxelles. Elle regarde le monde de l’extérieur comme si elle n’en faisait pas partie, erre avec son fils dans les « cafés noirs » fréquentés par des blancs nostalgiques et finit par perdre ses repères

A force de chercher à assembler un puzzle dont elle n’avait pas le modèle, à force d’être toujours sur le fil entre invention et mensonge, à trop vouloir se tenir droite au bord du vide pour que son fils n’y tombe pas, Adèle a fini par perdre cette force, par se relâcher et, dans un vertige de plus en plus grand, par éprouver, du vide, l’irrésistible attraction. (p. 129)

Elle en mourra après avoir continué de vivre comme « au-delà » de la vie, « dans un temps qui n’avait pas grand-chose à voir avec la vie, ses exigences, ses contingences » (p. 163). Suicidée, transformée « en effluve. En parfum, comme elle avait perçu Sainto » (p. 171).

Adèle disparue, c’est au tour de Raphaël d’apparaître dans la troisième partie du roman intitulée « l’île » ou plutôt de sembler apparaître car Raphaël n’existe pas vraiment. Il se laisse emporter, littéralement, par un étrange taximan caribéen anglophone, – Dez pour Desmond -, qui l’emmène dans son squat, une tour désaffectée, transformant peu à peu ce petit blanc mutique en chiot obéissant.
Finalement ce blanc trouve sa vérité dans la dernière partie intitulée « L’océan », imprimée en caractères différents. C’est Dez qui parle, Dez « le grand noir dégingandé aux dreadlocks de couleur », dont la truculence contraste avec le silence de Raph, chétif et pâle, « un chien triste ». Il parle de la fin de Raph. On ne racontera pas cette fin qui n’en est d’ailleurs pas une puisqu’à l’occasion d’une visite à la maison de Stanley (Henry Morton Stanley, 1841-1904) aux environs de Londres, les deux amis retrouvent l’Afrique dont Raph a tant rêvé sans la connaître. Dans un vaste jardin

Toute l’Afrique de Stanley. Tout le jardin rebaptisé par l’explorateur selon les lieux qu’il avait connus et conquis. Ramenés là comme des trophées ou des pièces de collection dans une vitrine. Comme un voilier engoncé dans une bouteille. (p. 277)

S’avère alors ainsi que le voyage qui semblait se clore recommence toujours, comme « la mer, la mer toujours recommencée ». Ce que dit une dernière citation de T.S.Eliot mise en ultime exergue

We shall not cease from exploration

                                    And the end of all our exploring

                                    Will be to arrive where we started. 

Tout le roman est porté par une écriture chatoyante, parfois simplement réaliste, parfois multilingue, parfois (rarement) lyrique. Ecriture qu’on caractériserait bien en lui appliquant un adjectif comme chaleureuse parce qu’elle ne cherche pas à en mettre plein la vue, parce qu’elle laisse du temps entre les mots usant d’une ponctuation expressive qui rythme pleinement temps forts et temps faibles, attentive à ne pas harasser le lecteur.

Une belle réussite.

Pour citer cet article : Le voyage en Afrique ou Quand la fin est un commencement. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 20/04/2018, https://apela.hypotheses.org/1889.

CFP: Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures

Call for Poetry and Fiction

Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures

Postcolonial Text, Double Guest Issue 13:3 & 13:4, 2018

We are delighted to announce a call for fiction and poetry to be included in a Double Guest Issue of Postcolonial Text entitled “Literary Networks and Digital Media in Contemporary African Literatures.”
We are looking for unpublished poetry or short fiction (6,000 to 8,000 words) in English or African languages (with an English translation).
Submission Procedure and Calendar:
Texts and poems, along with a short bio-bibliography, should be submitted for review to Aurélie Journo (aureliejourno@hotmail.fr; aurelie.journo@univ-paris13.fr) by 29 June 2018.
Authors are requested to follow Postcolonial Text guidelines: http://postcolonial.org/index.php/pct/about/submissions#authorGuidelines.

Colonialisme et babélisme. Par Daniel Delas

Colonialisme et babélisme

  • Carlo Lucarelli, Le temps des hyènes, traduit de l’italien par Serge Quadruppani, Métailié, 2018, 191 p.
  • Cécile Van den Avenne, De la bouche même des indigènes. Echanges linguistiques en Afrique coloniale, Vendémiaire, 2017, 271 p.

Les hasards de mes lectures m’ont mené à lire en même temps deux livres d’inspiration très différente mais qui mettent en scène l’un et l’autre le colonialisme en Afrique à la fin du 19ème siècle et les problèmes linguistiques qui l’ont accompagné, le colonialisme italien dans un roman de Carlo Lucarelli d’une part et le colonialisme français dans une étude sociolinguistique de Cécile Van den Avenne d’autre part. Cette confrontation est très instructive.

Commençons par présenter le roman de Carlo Lucarelli.
Carlo Lucarelli (né en 1960 à Parme) s’est illustré comme journaliste, animateur de télévision, scénariste et surtout auteur de romans noirs décrivant sans complaisance l’Italie d’aujourd’hui et puis un jour, il rencontre la belle érythréenne Yodit qu’il épouse et qui l’initie au monde de sa famille : « découvrir l’histoire de sa famille m’a ouvert les portes d’un monde fantastique. », dit-il. C’est à la suite de cette réorientation de sa vie qu’il entreprend ses romans érythréens. Ce fut d’abord La huitième vibration (2010), roman historique qui fait revivre la colonie italienne de l’Érythrée à la fin du siècle et le débarquement en 1896 d’un corps expéditionnaire composé de recrues de toute la péninsule mais qui n’ont d’italien que le nom, se définissant principalement par leurs accents régionaux, leurs coutumes, leurs représentations du monde. Tellement différents les uns des autres que souvent ils n’arrivent pas à se comprendre entre eux ni a fortiori à former une armée. Résultat : l’armée italienne se fait écraser à la bataille d’Adoua (1896) par les forces du négus d’Éthiopie Ménélik. Première grande défaite d’une armée blanche devant des troupes africaines.
Après ce gros roman, Lucarelli poursuit par une saga dont le premier volume fut Albergo Italia en 2016 et aujourd’hui Le temps des hyènes. Centrons-nous sur le second.
Une sombre histoire de meurtre d’un riche et noble propriétaire qu’on laissera le lecteur découvrir dans ses rebondissements rocambolesques met en mouvement à travers le pays un couple de policiers, le capitaine de carabiniers royaux Piero Colaprico et son brigadier, le zaptiè (carabinier indigène) Ogbà inspiré du duo le plus fameux de la littérature policière de l’époque, Sherlock Holmes et le docteur Watson. Les nécessités de l’enquête les mènent entre Asmara et Massaoua, Asmara au climat frais juchée sur le haut plateau à 2300 m d’altitude, Massoua l’étouffante, port sur la mer Rouge.

Lucarelli s’est documenté soigneusement et les péripéties de la vie politique quotidienne de la colonie sous la houlette du gouverneur Ferdinando Martini (1897-1900) sont historiques et permettent à l’auteur de montrer une autre face du colonialisme italien que celle associée à la politique mussolinienne des années 30. Ce qui est intéressant pour le lecteur français habitué à voir la colonisation de l’Afrique essentiellement dans l’optique française ou, à la rigueur, anglaise.
Mais le plus étonnant pour un lecteur français est l’immersion dans un univers babélien tout bruissant de langues, idiomes, dialectes, tant chez militaires italiens que dans la relation entre italiens et érythréens. L’Italie n’existe alors en tant que nation (avec une langue nationale) que depuis trente ans de sorte que chaque militaire (soldat ou officier) a gardé de nombreux traits dialectaux dans sa parlure

Le capitanio Copalico était dans son bureau en train de reprendre contact avec la Compagnie après presque une semaine de déplacement pour l’enquête et dix jours de fièvres. Le lieutenant Chiti lui faisait un compte rendu au rabais, aspirant ti et ci à la toscane et en introduisant un sicchè, donc, de temps en temps, à la florentine. (p.125)

Les Érythréens ont eux aussi à leur disposition des langues diverses qui apparaissent souvent, comme par exemple à l’occasion d’une visite du capitaine chez Ogbà et sa femme Manna

Il se penche sur la table et prend la viande de tous ses doigts et non pas du bout des trois premiers, et dirigés vers lui, comme il devrait
Tzenè tzer’zeibullù, halle ka’ha, murmure Manna, les doigts devant la bouche. Un malappris ton capitaine.
Ogbà hausse les épaules.
On n’y peut rien, dit-il en tigrigna, et puis il ajoute : C’est un Blanc
Et pour dire blanc il utilise tzadà, pas t’liàn ni ferengi, sinon Colaprico comprendrait qu’ils parlent de lui et Ogbà ne veut pas le vexer (p.93)

Comment les pauvres ferengi (Blancs), déjà empêtrés dans leurs propres dialectes, auraient-ils pu naviguer dans ce tourbillonnement babélien ?

De l’autre côté de l’Afrique, Louis-Gustave Binger est chargé par le général Faidherbe d’une mission exploratoire partant de Bamako et descendant vers la mer de la Côte d’Ivoire. Binger maîtrise le bambara qu’il parle assez bien et des rudiments d’autres langues dont l’arabe ;  néanmoins, comme le capitaine italien, il a choisi un « homme de confiance », interprète et informateur, Diawé Fofana, qui l’accompagne dans toutes ses rencontres. Il communique avec lui dans un mélange de français et de bambara et utilise comme langue de truchement une sorte de koinè qu’il nomme mandé (une variété véhiculaire de mandingue).  Dans ce long voyage (près de deux ans), Binger collecte des mots des langues qu’il découvre de sorte que l’ouvrage qu’il publiera plus tard, Du Niger au golfe de Guinée « est bien plus qu’un récit de voyage mais compile des informations géographiques, ethnographiques, historiques, ce qui en fait un ouvrage encyclopédique, et une encyclopédie aux multiples langues, bon miroir du plurilinguisme important qui caractérise les régions traversées » (p. 39). Notons que l’arabe est la langue écrite dans laquelle sont écrits les missives avec Samory ou les traités qu’il fait signer aux chefs locaux.

Ainsi, avant que le colonialisme ne devînt force militaire brutale et exploitation commerciale rapace, il a existé dans la corne de l’Afrique comme dans l’Afrique de l’ouest une période exploratoire où les premiers découvreurs ont navigué de leur mieux au milieu d’un grand nombre de langues inconnues, la différence étant que les Italiens superposèrent leur propre babélisme aux langues locales, ce qui créa un plurilinguisme inextricable,  tandis que les Français – militaires et missionnaires -,  rassemblés autour de la seule langue française associée à leur idéologie nationaliste, travaillaient à mettre au point des langues de communication. Ce seront le français-tirailleur puis le français « aofien » que Cécile Van den Avenne étudie dans la suite de son étude.

Pour citer cet article : Colonialisme et babélisme. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 26/03/2018, https://apela.hypotheses.org/1866.

Lilyan Kesteloot n’est plus (1931-2018)


Lilyan Kesteloot dans son logement parisien à l’automne 2017
© Jean-Pierre Orban / Jean-Pierre Orban

Lilyan Kesteloot nous a quittés le 28 février de cette année. Née le 5 février 1931 à Bruxelles, elle partageait son temps entre Dakar, où elle avait été successivement Professeur à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD), puis directrice de recherches à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN), et Paris, où elle était chargée de cours à la Sorbonne. Elle était pour nous une collègue et une amie.

Son amour de l’Afrique était né de sa jeunesse passée au Congo. Sa thèse de doctorat sur Les écrivains noirs de langue française : naissance d’une littérature, soutenue en 1961 à Bruxelles, publiée en 1963 et régulièrement rééditée depuis lors, marqua le début d’une longue et fructueuse carrière d’enseignante-chercheur.  Invitée par Senghor à la Faculté de Lettres de l’Université de Dakar au début des années 1970, elle y fit sa carrière, inspirant toute une génération d’étudiants et encadrant de nombreux enseignants-chercheurs.

Lilyan était mondialement connue, d’abord pour son Anthologie négro-africaine publiée en 1967, mais plus généralement pour sa contribution à l’histoire des littératures africaines francophones et ses publications sur la négritude, Senghor et Césaire, et pour ses travaux sur les littératures orales d’Afrique subsaharienne (Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire et Burkina Faso en particulier) et sur l’épopée en particulier. Elle était restée très active, et avait notamment participé à la journée d’étude de l’APELA, Tranches d’histoire : Fondations et ruptures, périodes et événements dans l’historiographie des littératures africaines à l’université Paris-Est Créteil le 19 septembre 2014, au cours de laquelle elle s’était entretenue avec Papa Samba Diop sur “Comment on écrit l’histoire”. Un ouvrage d’hommage lui a été consacré en 2013 : Au carrefour des littératures Afrique-Europe: Hommage à Lilyan Kesteloot (Abdoulaye Keita, Karthala).

Françoise Ugochukwu
Présidente de l’APELA

A lire :

Décès de Claude Wauthier (1923-2018)

Nous venons d’apprendre avec tristesse le décès, le 22 février dernier à l’âge de 94 ans, de celui qui fut le premier président de l’APELA, Claude Wauthier.

Né le 23 août 1923, licencié en droit et en lettres, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il entra en 1952 à l’Agence France-Presse où il fit toute sa carrière. Particulièrement intéressé par le monde africain, il occupa successivement les postes de directeur des bureaux régionaux de Lomé (entre 1956 et 1958), Tunis (1961-62), Alger (1963-1965) et Johannesburg (1966-68). Rentré en France, il fut nommé rédacteur en chef adjoint puis rédacteur en chef de l’AFP.

Il était l’auteur d’ouvrages importants qui resteront des ouvrages de références : L’Afrique des Africains, inventaire de la Négritude (1964 ; rééd. 1977), Anatomie de l’apartheid (sous le pseudonyme de Walter Limp, 1972), Les 50 Afriques (en collaboration avec Hervé Bourges, 1979), Quatre présidents et l’Afrique (1995), Guy Penne, Mémoires d’Afrique (entretiens avec Claude Wauthier, 1999), Sectes et prophètes d’Afrique noire (2007).
Outre de nombreux articles et conférences dans lesquelles il faisait preuve d’une érudition exemplaire, il a joué un grand rôle dans l’introduction en France d’auteurs de langue anglaise : André Brink dont il préfaça Au plus noir de la nuit (1977), Edward W. Said dont il  traduisit la postface de l’auteur à l’édition française de Orientalism (1997), Nadine Gordimer dont, seul ou en collaboration, il traduisit de nombreux titres.

Lorsque, au début des années 1980, Alain Ricard, Denyse de Saivre, Virginia Coulon et moi-même avons envisagé de créer l’APELA, tout de suite nous en parlâmes à Claude Wauthier qui accepta d’entrer dans le Bureau de l’association et de se présenter comme président lors la première assemblée générale en 1983.
Le rôle de Claude Wauthier fut déterminant pour plusieurs raisons. Ses responsabilités à l’agence France Presse montraient d’abord que l’APELA n’entendait pas se limiter au monde universitaire. Par ailleurs, sa vaste connaissance de la diversité du continent africain indiquait une volonté de sortir de l’espace « francophone ». Enfin, son intelligence, souvent teintée d’humour et de drôlerie, des milieux politiques africains et français faisait apparaître une complexité et, souvent même, une imprévisibilité des situations qui allaient bien au-delà de l’éclairage qu’est censée apporter la notion, si peu opératoire en définitive, de « France-Afrique ». Cette justesse de ton qui le caractérisait lui permit d’intervenir avec efficacité en faveur des écrivains africains victimes de l’arbitraire (Soyinka, Ambroise Kom, etc.) : dans sa brièveté lapidaire, une dépêche signée Wauthier ou inspirée par lui perçait toujours le défaut de l’armure et, de plus, elle pouvait être facilement reproduite.
Bref, il y avait, dans tous les sens du terme, un style Wauthier et je crois que l’APELA en profita largement tout au long de ces années où il en assura la présidence. Et elle continue d’en bénéficier en restant fidèle au principe, si souvent oublié ailleurs, qui fait sa force et son originalité : on ne peut étudier les littératures africaines qu’à la condition de les considérer d’abord dans leurs pluralité. Pluralité des langues, des pratiques littéraires et culturelles, des modes de production, de transmission et de réception des textes. Pluralité aussi des genres, des chercheurs, des méthodes.

Personnellement, je perds un ami de longue date que j’ai d’abord connu en lisant lors de sa parution L’Afrique des Africains et que j’ai eu ensuite la chance de rencontrer régulièrement dans le cadre des activités de l’APELA.

Au nom de toutes celles et ceux qui l’ont connu à l’APELA, je voudrais simplement adresser à sa famille l’expression de notre profonde sympathie.

Bernard Mouralis
Ancien Secrétaire général de l’APELA

Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

H. K. Kouyaté /B. Magnier

du 3 au 13 avril au théâtre du Tarmac

« En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle ». Souvent reprise, parfois tronquée ou attribuée à la tradition, cette phrase a pourtant bien été prononcée en 1960 par Amadou Hampâté Bâ.

De la falaise dogon au Mali où il est né en 1900 aux assemblées de l’Unesco, des bureaux de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN) à Dakar aux pupitres des conférences internationales, des correspondances échangées de par le monde aux audiences accordées dans sa résidence d’Abidjan jusqu’à la fin de sa vie en 1991, Amadou Hampâté Bâ a connu une destinée exceptionnelle dont son œuvre porte la trace.

Il s’est saisi de tous les genres littéraires : contes et légendes, bien sûr, mais aussi récits aux accents romanesques, poèmes, essais, livres pour enfants et, publiés juste après sa mort, deux volumes de mémoires, Amkoullel l’enfant peul et Oui, mon Commandant. Profondément attaché à sa culture traditionnelle comme à sa religion, il a fait de l’une et de l’autre une lecture tolérante, à l’écoute de l’Autre.

Nourri de citations puisées dans l’œuvre de l’écrivain et sur une trame resituant l’auteur dans le contexte géopolitique, ce spectacle met en lumière cette personnalité remarquable et son œuvre accessible, d’une grande sagesse, teintée d’humour et d’un extraordinaire sens de la formule qui s’avère aujourd’hui d’une urgente et immédiate actualité.

distribution

  • Texte Bernard Magnier
  • Mise en scène Hassane Kassi Kouyaté
  • Assistante à la mise en scène : Astrid Mercier
  • Avec Habib Dembélé, Tom Diakité (chant, multi-instruments)
  • Lumières Cyril Mulon
  • Costumes Anuncia Blas 

URL de référence : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-le-fabuleux-destin-d-amadou-hampate-ba/spectacle-149/

Lefabuleuxdestin-flyer

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)