Contemporary Congolese Literature as World Literature

Parution du numéro spécial de la revue Journal of World Literature sur Contemporary Congolese Literature as World Literature, par les soins de  Julien Jeusette et Silvia Riva (Special Issue, Volume 6 (2021): Issue 2, June 2021)
 
 

Henri Lopes. Un art du roman démocratique

Anthony Mangeon,

Henri Lopes. Un art du roman démocratique

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Plurial, n° 30, 2021

EAN13 : 9782753582279 — 272 p. 

En Occident, l’essor du roman est allé de pair avec celui de la démocratie : mais qu’en est-il en Afrique ? Comment la forme romanesque s’y est-elle liée à cet horizon politique, au point d’en dénoncer les déroutes comme les dérives, de l’ère coloniale aux temps postcoloniaux ? Inversement, quelles poétiques particulières cette exigence démocratique a-t-elle suscitées ? L’oeuvre d’Henri Lopes, écrivain et homme politique congolais de premier plan, peut se lire comme un véritable art du roman démocratique, particulièrement propice au traitement de ces questions. Elle est en effet le récit, sous couvert de fiction, des aventures de la démocratie en Afrique, de ses débuts glorieux à ses déboires récents. Elle est surtout un espace mettant en abyme, à travers toute une série de lieux, de circulations et de supports de diffusion (la presse, le livre imprimé, la radio et le cinéma), la réalité dialogique et parfois polémique qui caractérise ce régime au quotidien. Le roman démocratique est enfin, avec Henri Lopes, un certain art de conter et de mimer, qui privilégie les connivences avec son public et recourt aux modalités complémentaires du récit-confession et de l’enquête, puisant aussi bien aux sources du roman policier qu’à celles du récit ethnographique et du récit de filiation. Le tout au rythme d’une écriture francophone singulière, qui se joue souvent des codes littéraires – au risque de s’assumer parfois plagiaire.

Introduction

Table des matières

Henri Lopes : coups doubles

Sous la direction d’Anthony Mangeon

Paris, Sépia, coll. Etudes littéraires africaines, n°2, 2021

348 p. — EAN13 : 9791033401643.

Durant cinquante ans, Henri Lopes a mené une double carrière, politique et littéraire, de premier plan. Il est aussi devenu l’auteur d’une oeuvre double, d’abord par ses lieux de publication (l’Afrique et la France), ensuite par ses orientations esthétiques, marquées par un certain « réalisme socialiste » puis par une pratique plus autoréflexive de « l’écriture métisse ». Ses romans abondent eux-mêmes en doubles de l’écrivain, en répliques trompeuses et en effets de miroir. Face à ces jeux de dédoublements multiples, le présent ouvrage se veut à son tour un coup double critique, où chacun des huit contributeurs (Ninon Chavoz, Céline Gahungu, Bo-Hyun Kim, Anthony Mangeon, Nicolas Martin-Granel, Catherine Mazauric, Sylvère Mbondobari, Bernard Mouralis) revient à deux reprises aux récits lopésiens, de Tribaliques (1971) à Il est déjà demain (2018). Aux analyses de l’oeuvre dans son ensemble (« coups de filet ») succèdent ainsi des lectures de détail, qui s’attachent à des figures récurrentes (« coups de projecteur ») ou à un roman en particulier (« coups de sonde »). L’ouvrage se conclut sur l’étude des « coups de maître », qui font d’ores et déjà d’Henri Lopes un « classique africain ».

Lire l’introduction…

Voir le livre sur le site de l’éditeur…

AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Appel à communications

Colloque international

Université du Mans / Université d’Abomey-Calavi

à l’Université d’Abomey-Calavi & Ouidah (Bénin),
26-27-28 avril 2022

Propositions de communications (en français) à envoyer au plus tard le 30 octobre 2021 aux adresses suivantes :

Et en Cc :

« Les géographies imaginaires de l’esclavage dans la littérature, les arts et les musées »

La traite négrière définit une « route » dans la géographie du monde dont les traces sont matérielles et immatérielles, représentées à la fois par des lieux de mémoire (forts, plantations, navires, architectures) et des histoires singulières (réelles ou imaginaires). On entendra ici par géographie imaginaire l’approche de ce concept selon Édouard Glissant qui écrit : « Dans les pays composites, et par exemple pour les cultures créoles des Amériques, l’avancée se fait par traces. L’essentiel de la population est arrivée nue, c’est-à-dire après avoir été dépouillée des artefacts de sa culture originelle, de ses langues, de ses dieux, ses objets usuels, ses coutumes, ses outils, et il lui a fallu recomposer par traces, ‘dans les savanes désolées de la mémoire’ ». L’analyse des géographies imaginaires explore la dialectique entre mémoire et espace telle qu’elle s’inscrit dans les réalités quotidiennes des esclavisés et dans les transmissions qui alimentent les imaginaires. Les histoires de l’esclavage se singularisent en fonction des géographies (politiques, sociales, culturelles, humaines) locales et les œuvres qui en découlent traduisent la différenciation de l’espace à toutes les échelles. Ainsi, la migration de retour vers l’Afrique pourra être explorée à travers l’ancrage géographique réel et imaginaire que l’espace romanesque laisse entrevoir.
Cette rencontre scientifique se concentrera sur les analyses des représentations et des imaginaires géographiques de l’esclavage dans les arts contemporains, en l’occurrence la littérature, les films, la photographie, les arts plastiques et les discours historiographiques. Les approches critiques pourront porter sur l’étude du passage des réalités géographiques (l’espace Atlantique, sillonné de bateaux négriers qui voyagent entre les côtes d’Afrique, du continent européen et des terres américaines) aux géographies imaginaires de ces lieux tragiques. Les représentations des routes du « commerce triangulaire » et la formation d’une identité diasporique entre Afrique, Europe et Amériques (Paul Gilroy) pourront être étudiées à travers des œuvres qui participent à la construction de cette géographie imaginaire de l’esclavage. Dans le contexte d’une littérature croissante qui documente la façon dont les événements passés influencent le présent mémoriel, quelle représentation géographique a été donnée de l’héritage de l’esclavage sur l’évolution socio-économique des descendants ? Les répartitions géographiques ont créé des différences de statut social et de perception des esclavisés et ceci pourra être analysé à travers les réminiscences géographiques imaginaires.
Les puissances colonisatrices (Portugal, Royaume-Uni, Espagne ou France) se sont développées grâce à la traite et de nombreux projets artistiques et littéraires interrogent cette mémoire longtemps occultée. Dans les pays destinataires de la traite, ce sont également des monuments qui ont été construits grâce aux profits tirés du commerce de l’esclavage. Les pratiques de sociétés structurées sur la mise en esclavage d’hommes et de femmes transplantés du continent africain aux Amériques y ont été les facteurs de la construction de nouveaux espaces de vie qui restent dans les mémoires transmises. Ces lieux qui nourrissent les géographies imaginaires méritent d’être revisités pour considérer la manière dont ils incarnent le destin de l’esclavisé. Il s’agira de mettre en relief une géographie de la servitude (zones de kidnapping, d’emprisonnement et de déplacement), qui là aussi est transmise comme géographie humaine tragique.
Les musées, en tant que lieux de mémoire proposant un filtre de perception de la culture de l’Autre, esquissent une géographie mémorielle que l’on pourra également interroger. Du Mémorial de l’Abolition de l’esclavage à Nantes, de la Maison des esclaves de l’Ile de Gorée, au Musée de l’esclavage de Ouidah et au Fort de Cape Coast au Ghana, les musées expriment différentes approches de cette géographie imaginaire. Ce colloque international sur les géographies imaginaires de l’esclavage soulignera justement la difficulté à parler de l’histoire locale de la traite dans les territoires européens, dans les Amériques, mais aussi en Afrique. Tous ces lieux seront à explorer dans le cadre de ce colloque international qui vise à construire une réflexion sur les géographies imaginaires de l’esclavage à travers les textes et les images de l’époque coloniale à l’époque postcoloniale et ce, à partir d’un site à forte charge symbolique, celui de la route des esclaves de Ouidah, au Bénin.

Continuer la lecture de AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Les univers d’André et Simone Schwarz-Bart

Les Journées d’étude sur Simone et André Schwarz-Bart auront lieu à Lausanne (Unil) les 30 septembre et 1er octobre prochains :

Les univers d’André et Simone Schwarz-Bart – Sources et traces dans les textes et les avant-textes

Université de Lausanne – Château de Dorigny

Organisation

  • Anaïs Stampfli, Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures et Section de français, Université de Lausanne
  • Éléonore Devevey, Département de langue et de littérature françaises modernes, Université de Genève
  • Jean-Pierre Orban et Claire Riffard, ITEM (CNRS/ENS-PSL)

avec le soutien de la fondation Jan Michalski.

JE_Schwarz-Bart-programme_juin

Théâtre sud-africain en Avignon

Visibilité et invisibilité du théâtre anglophone contemporain au Festival d’Avignon

Université d’Avignon, 9 juillet à 14h30

Salle 0E32

Dans le cadre du lancement d’un nouveau projet de recherche entre le laboratoire ICTT à Avignon Université et le laboratoire CAS à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès et en partenariat avec la BNF, Maison Jean Vilar, Emeline Jouve (MCF, HDR, CAS) et Cyrielle Garson (MCF, ICTT) ont le plaisir d’accueillir une première séance du séminaire itinérant du projet à Avignon Université avec Fanny Robles (MCF, LERMA) en lien avec la programmation 2021 du Festival d’Avignon et l’oeuvre de l’artiste sud-africain Brett Bailey.

Programme

14h30 Présentation du séminaire (Emeline Jouve et Cyrielle Garson)
14h50 Fanny Robles (LERMA, Aix-Marseille Université) « Brett Bailey ou les limites de l’expérience immersive en postcolonie »
15h40 Discussion
 
La séance aura lieu en présentiel uniquement, merci de vous inscrire avant le 8/07 (en raison des conditions sanitaires, la réservation est obligatoire) et d’indiquer si vous êtes membre de la communauté universitaire d’Avignon. 
 
 

Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude 22 juin 2021

Université de Lorraine, Metz

UFR Arts Lettres et Langues (Ile du Saulcy)

Groupe de recherche ASOHLIS / ECRITURES EA 3943

 Journée d’étude en format « hybride ». Inscription à la séance sur « Teams » sur demande.

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures des Suds ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », font l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture, ainsi que de la scène ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre et de la scène, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, en mettant à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? les propositions devront dont indiquer de quel concept (ou groupe de concepts) elles comptent traiter, et à partir de quels ouvrages de référence (1 à 3 pour éviter l’effet de liste). Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Coordination Pierre Halen (pierre.halen@univ-lorraine.fr) et Tristan Leperlier (tristan.leperlier@gmail.com)

Comité scientifique : Groupe ASOHLIS (Approches socio-historiques des littératures des Suds).

Continuer la lecture de Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search