Henri Lopes, lectures façon façon-là. ELA 45 (2018)

Prochaine sortie de presse du n°45 ! (envoi durant l’été 2018 aux membres de l’APELA, le numéro peut aussi être commandé à l’exemplaire)

Henri Lopes, lectures façon façon-là

Etudes Littéraires africaines n°45 (2018)

Textes réunis par Anthony Mangeon

Henri Lopes a cinquante ans de littérature derrière lui, et il garde plusieurs longueurs d’avance sur ses contemporains. Considéré très tôt comme un « classique africain », il demeure l’un des écrivains les plus lus dans les pays de langue française. L’étude de son œuvre mérite dès lors d’être abordée comme un corps à corps, au plus près d’elle et dans l’exploration de tous ses sens. En épousant ses rythmes, en suivant ses parcours internes, en lui emboîtant le pas, ces « lectures façon façon-là » veulent rendre justice à la manière si particulière dont Henri Lopes, depuis plus d’un demi-siècle, fait entrer son lecteur dans la danse, que ce soit celle de l’histoire, de l’écriture ou de la vie, ou plutôt celle de leur puissante conjonction.

Sommaire du dossier :

  • Henri Lopes a cinquante ans ! (Anthony Mangeon)
  • Un art du roman démocratique (Anthony Mangeon)
  • Mobilités de l’oeuvre (Catherine Mazauric)
  • L’histoire et son traitement (Bernard Mouralis)
  • Le métis dans l’oeuvre romanesque (Sylvère Mbondobari)
  • H. Lopes, anti-« parrain » de la phratrie congolaise (Céline Gahungu)
  • Sculpter la matière, écrire le monde : entretien avec Henri Lopes
  • Extrait des Carnets de Sony Labou Tansi
  • Femmes congolaises et subterfuges d’une vie sur l’autre rive (Réassi Ouabonzi alias Gangoueus)
  • Le Méridional, un roman hanté par la génétique (Nicolas Martin-Granel)
  • Bibliographie (Bo-Hyun Kim)
  • À propos du décolonial (Adélia da Silva Mathias et Sarah Burnautzki)

Varias

  • (Re)cartographies poétiques et imaginaire diasporique (Marine Cellier)
  • Écriture, voyage et (con)quête dans Dahij de Felwine Sarr (Alioune Diaw)

Comptes rendus

Thèses soutenues en 2017

La question de l’intime. Génétique et biographie

Vient de paraître :

La Question de l’intime – Génétique et biographie

Daniel Delas (dir.) – 2018

L’intime est ce lieu profond de l’être humain où dorment des sentiments dont on ne parle ni n’écrit. C’est pourtant là que puise le désir autobiographique. Pourquoi ? Comment ?
Une équipe de critiques généticiens de l’Item (CNRS – « Manuscrits francophones ») a analysé la relation à l’intime de quelques écrivains francophones notoires : Flaubert, Mertens, Sony Labou Tansi et Memmi.

Sommaire :

De l’intime (Daniel Delas)

I – Questions d’ensemble

Le Manuscrit cannibale. Biographie, intertextualité, genèse (Pierre-Marc de Biasi)

Notes sur le traître comme figure du biographe, du généticien et… de l’écrivain (Jean-Pierre Orban)

II – À partir de Sony Labou Tansi et Albert Memmi

Performer l’intime (Jean-Michel Devésa)

Plonger sa plume « jusque dans son propre sang ». L’intime dans les premières œuvres  de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Pour une architecture de l’intime. Lecture d’un extrait de lettre de Sony Labou Tansi  à Françoise Ligier (Xavier Garnier)

« Eh la vie » Questions sur l’art et la vie de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)

Albert Memmi, de l’intime à l’œuvre polymorphe (Guy Dugas)

Collection L’un et l’autre en français
Année de publication 2018
Langue Français
ISBN10 2-84287-789-7
ISBN13 9782842877897
Format Livre broché
Pages 115
Discipline Francophonie
Prix 15€

URL de référence : http://www.pulim.unilim.fr/index.php/notre-catalogue/fiche-detaillee?task=view&id=909

Africains… et américains ? ELA 44 (2017)

à nouveau disponible : Etudes Littéraires Africaines n°44 (2017)

Africains… et américains ?

Textes réunis par Anthony Mangeon et Claudine Raynaud

Comment, étant africain à l’origine, devient-on américain en intégrant le monde académique étatsunien ? Et quels rapports cet « africain américain » d’un nouveau type entretient-il avec ses « frères de couleur », dont les ancê­tres étaient arrivés à l’époque de l’esclavage ? Qu’est-ce qui justifie aujourd’hui cet attrait des auteurs africains pour l’histoire des Noirs américains, ses moments clés et ses icônes ? Est-ce une nostalgie pour des temps de révolte, de prise de conscience et d’action politique ? Les écritures voire les réécritures valent-elles réappropriation et homma­ge ? Telles sont les questions qui ont motivé la conception de ce dossier dont l’une des ambitions est d’étudier les nouvelles constructions des identités noires contemporai­nes, entre miroirs et mirages, illusions et spécularités.

Sommaire du dossier :

Africains… et américains ? Miroirs et mirages de l’identité noire au XXIe siècle (2000-2016) (Anthony Mangeon et Claudine Raynaud)

Harlem, cœur mythique de l’Amérique noire, revisité dans Nègre de personne de Roland Brival (Charles Scheel)

Talking to James Baldwin. Alain Mabanckou’s Jimmy (Bill Schwarz)

Between the World and Black People : lire Ta-Nehisi Coates avec Alain Mabanckou et Marvel Comics (Abdoulaye Imorou)

Biofiction à la première personne : La Rose dans le bus jaune d’Eugène Ébodé (Claudine Raynaud)

Questions à Eugène Ébodé (Entretien avec Claudine Raynaud)

La Divine Chanson : les musiques funambules ou Papa Legba aux carrefours des continents (Jean-Christophe Delmeule)

African and American Selves: « Contact Zones » in All Our Names by Dinaw Mengestu (Corinne Duboin)

L’afropolitanisme au féminin : une déterritorialisation des lieux communs ? (Florian Alix)

À propos de…
Postcolonial Life Narratives : Testimonial Transactions
de Gillian Whitlock

Comptes rendus

Du côté des éditeurs

Dynamiques actuelles des littératures africaines

Dynamiques actuelles des littératures africaines : panafricanisme, cosmopolitisme, afropolitanisme

sous la direction de Guillaume Bridet, Virginie Brinker, Sarah Burnautzki et Xavier Garnier

Paris, Karthala, coll. Lettres du Sud, 22 juin 2018, 294 p.
ISBN 9782811119829

[ouvrage publié suite au colloque de l’APELA tenu à l’université de Bourgogne en septembre 2015]

Comment écrire et penser l’Afrique dans le monde ? Comment écrire et penser le monde depuis l’Afrique ? Par la mise à jour du dialogue, dynamique et complexe, entre trois notions de prime abord très différentes – le panafricanisme, le cosmopolitisme et l’afropolitanisme –, cet ouvrage interroge la participation des lettres africaines à la réinvention du monde contemporain.

Les écrivains qui se sont engagés dans le mouvement panafricain au cours du XXe siècle ont eu comme principale cible l’impérialisme colonial et le morcellement du continent auquel il a donné lieu. Réaliser l’unité africaine faisait alors écho à l’idéal cosmopolite dès lors qu’il s’agissait de desserrer l’étau des assignations identitaires. Au tournant du XXIe siècle, le mot-valise afropolitanisme est inventé pour contrer la tentation afrocentriste d’un repli identitaire du continent face aux dérives d’un nouvel impérialisme mondialisé.  L’afropolitanisme met l’Afrique en circulation dans une géographie planétaire pour porter une voix décentralisée. Le débat fructueux qui s’engage aujourd’hui entre les héritiers du mouvement panafricain et les tenants de l’afropolitanisme témoigne des préoccupations cosmopolitiques des littératures d’Afrique et de la diaspora.

Guillaume Bridet est professeur de littérature française des XXe et XXIe siècles à l’université de Bourgogne-Franche-Comté.
Virginie Brinker est maître de conférences en littératures francophones des XXe et XXIe siècles à l’université de Bourgogne-Franche-Comté.
Sarah Burnautzki est enseignante-chercheuse en littératures française, espagnole, francophones et latino-américaines à l’université de Mannheim (Allemagne).
Xavier Garnier est professeur de littératures francophones à l’université de la Sorbonne Nouvelle.
Ont également contribué à cet ouvrage : Aminata Aïdara, Elara Bertho, Amzat Boukari-Yabara, Guillaume Bridet, Virginie Brinker, Sarah Burnautzki, Victoria Famin, Susanne Gehrmann, Diana Haußmann, Abdoulaye Imorou, Aurélie Journo, Marc Kober, Anthony Mangeon, Catherine Mazauric, Bernard de Meyer, Cornelia Ruhe, Richard Samin, Cyril Vettorato.

Table des matières

Introduction

PREMIÈRE PARTIE : TROIS NOTIONS EN QUESTION

1. Le cosmopolitisme aujourd’hui : questions, débats, polémiques
Guillaume Bridet

2. Les transformations du panafricanisme
Amzat Boukari-Yabara

3. Du « moment panafricain » à « l’afropolitanisme » contemporain : lectures croisées de W.E.B. Du Bois, Joseph Casely Hayford, Alain Locke et Kwame Anthony Appiah
Anthony Mangeon

DEUXIÈME PARTIE : IMAGINAIRES PANAFRICANISTES

4. Le panafricanisme littéraire au Brésil : d’un cosmopolitisme à l’autre
Cyril Vettorato

5. Transferts de pratiques militantes et circulations littéraires des critiques black feminist dans le contexte francophone
Sarah Burnautzki

6. L’Égypte détachée du continent africain ? Entre cosmopolitisme européen et levantin
Marc Kober

7. Dynamiques d’inclusion et d’exclusion par le panafricanisme. Sur le panthéon panafricain imaginé dans la chanson sous Sékou Touré
Elara Bertho

TROISIÈME PARTIE : CONTROVERSES ET POÉTIQUES AFROPOLITAINES

8. Les enjeux littéraires d’un concept controversé : l’afropolitanisme
Susanne Gehrmann

9. The Danger of a Single Story : nouveaux discours sur les identités littéraires africaines anglophones
Aurélie Journo

10. Sous la pantoufle. Couper les cheveux en quatre avec Chimananda Ngozi Adichie et Taiye Selasi
Cornelia Ruhe

11. Afropea mise en scène : Écrits pour la parole de Léonora Miano
Diana Haußmann

12. Léonora Miano en Afropéa. Invitation dans un monde qui s’invente
Abdoulaye Imorou

13. D’afropolitain à francopolitain, ou comment habiter une langue : le cas d’Abdourahman A. Waberi
Bernard de Meyer

QUATRIÈME PARTIE : « AJOUTER DU MONDE AU MONDE » : ÉLARGIR LE COSMOPOLITISME

14. Penser l’africanité et l’afropolitanisme dans la Relation glissantienne
Victoria Famin

15. Cosmopolitisme et afropolitanisme vernaculaires au Sénégal
Catherine Mazauric

16. Une vision africaine du cosmopolitisme : Welcome to Our Hillbrow de Phaswane Mpe
Richard Samin

17. Les témoignages des jeunes afropéens du recueil Exister à bout de plume
Aminata Aïdara

18. Rap français : vers une poéthique cosmopolite ?
Virginie Brinker

AAC : Réinventer la nature

Réinventer la nature : pour une approche écopoétique des littératures contemporaines de langue française (Tunis)

L’unité de recherche « Imaginaire méditerranéen et Interculturalité. Approches comparées » (IMIAC) / Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, en partenariat avec les universités membres de l’Observatoire des littératures francophones du Sud, organise un colloque international à Tunis les 9- 10 et 11 novembre 2018, intitulé :

Réinventer la nature : pour une approche écopoétique des littératures contemporaines de langue française

Modalités

Envoi des propositions : au plus tard le 31 août 2018.

Les propositions (titre et résumé : 300 mots) et une brève présentation de l’auteur. (nom, prénom, courriel, affiliation(s), recherches) doivent être envoyées à l’adresse suivante : soniazf2002@yahoo.fr Réponse du comité scientifique : 15 septembre 2018 Date du colloque international : 9-10-11 novembre 2018, Tunis. Langue des interventions : français.

Argumentaire

L’ouverture des littératures à la conscience du Monde suscite, de nos jours, de nombreuses interrogations sur le devenir de la nature, sur les liens entre conscience environnementale et esthétique littéraire.  Les théories anglo-saxones d’ecocriticism ou  d’environmental literary studies, parues dans la seconde moitié des années 1990 et s’inspirant essentiellement d’une longue tradition de la « nature writing », visent à affermir la conscience écologique, à confirmer l’idée que la littérature peut agir comme agent de changement social en se concentrant plutôt sur les éléments thématiques et/ou politiques (Lawrence Buell, The Future of Environmental Criticism). En effet, fortement impliqués dans la sphère sociale et politique, surtout au début, les chercheurs considèrent la littérature comme un moyen d’éveiller les consciences, de sensibiliser les lecteurs aux dangers écologiques auxquels est confronté notre monde actuel, mais aussi comme un moyen de « reconnecter l’étude de la littérature avec la Terre », de renouer avec la nature, de redécouvrir la beauté des paysages et du monde animal.

L’écopoétique, terme en usage en France depuis le milieu des années 2000, vise plutôt à désigner une critique littéraire se situant au croisement de la littérature, de l’écologie et de l’éthologie en proposant d’examiner la relation entre littérature et environnement naturel. Dans son ouvrage intitulé Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique (2015), Pierre Schoentjes accorde une place centrale aux enjeux esthétiques, à côté des enjeux éthiques en interrogeant la manière dont la littérature contemporaine francophone (les littératures du Nord) fait une place aux enjeux environnementaux. Il précise que ‘’l’écopoétique met plus volontiers en avant son souci de la forme et de l’écriture que ne le fait l’écocritique : celle-ci assume en effet ouvertement un parti pris politique, ancré dans un contexte anglo-saxon, voire américain.’’ (L’écopoétique : quand ‘Terre’ résonne dans ‘littérature’, 2016)

Continuer la lecture de AAC : Réinventer la nature

AAC : Afriques transatlantiques. Circulations culturelles, frontières et dispersion (XVIIIe-XXIe s.)

Appel à communications – Colloque international

Afriques transatlantiques

Circulations culturelles, frontières et dispersion (XVIIIe-XXIe siècle)

Please scroll down for English text

Université Paris Diderot  
15-16 novembre 2018

Organisation

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (Université Paris Diderot), le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (UVSQ, Paris-Saclay), l’Université Cheikh Anta Diop et l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine (CREDA / Paris 3 Sorbonne-Nouvelle)
Dans le cadre du programme ANR / Fapesp Transatlantic Cultures

Les propositions de communication (300 mots maximum) ainsi qu’une présentation de l’auteur (100 mots maximum) doivent être envoyées avant le 10 juillet 2018 à l’adresse suivante : afriquestransatlantiques@gmail.com
Les langues du colloque sont l’anglais, le français, l’espagnol et le portugais

Transatlantic Cultures : un projet de recherche international

Le projet Transatlantic Cultures propose de mettre en œuvre une histoire culturelle connectée de l’espace atlantique grâce aux nouveaux outils et supports numériques. Lancé en 2015 par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Paris-Saclay), le Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3) et l’Université de São Paulo, ce projet rassemble aujourd’hui une équipe de 40 chercheurs, rattachés à 19 universités, en Europe, en Afrique et dans les Amériques. Il vise à la réalisation d’un Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique (XVIIIe-XXIe siècles) édité en ligne et en quatre langues (français, anglais, espagnol, portugais) : une plateforme numérique pour analyser les dynamiques de l’espace atlantique et comprendre son rôle dans le processus de mondialisation culturelle contemporain. Conçu au plus près de la recherche, cette encyclopédie entend développer une réflexion critique sur les circulations transatlantiques, mais également sur les processus d’identification et les frontières qui ont contribué à la formation et au renouvellement de grandes aires culturelles depuis le XVIIIe siècle. Nous espérons ainsi rompre avec les approches traditionnelles qui opposent un « centre » (européen ou nord-américain) à des « périphéries » culturelles (africaines, caribéennes ou latino-américaines) pour mieux mettre en valeur la pluralité et la polyphonie de l’espace Atlantique – Atlantique noir, Atlantique Sud, espace euro-latino-américain, carrefour caribéen, etc. [Gilroy, 1993 et 2010 ; Alencastro, 2015 ; Bystrom, 2018 ; Guerra, 2002 ; Dubesset, 2014]. Outre le croisement d’historiographies issues d’espaces académiques trop souvent cloisonnés, l’intégration équilibrée des acquis scientifiques existant sur les aires culturelles étudiées constitue l’un des principaux défis du projet et le premier enjeu de ce colloque.

Continuer la lecture de AAC : Afriques transatlantiques. Circulations culturelles, frontières et dispersion (XVIIIe-XXIe s.)

Au-dessous du volcan

1ère édition des rencontres littéraires de Goma

« Au-dessous du volcan »

du 13 au 17 juin 2018 à l’Institut français de Goma (RDC) et sur l’île de Tchegera (Lac Kivu)

Clin d’œil au roman éponyme de Malcom Lowry, « Au-dessous du Volcan » est le nom des rencontres littéraires organisées par l’Institut français de RDC, Halle des Volcans – Goma (Nord-Kivu). Imaginée par Maëline Le Lay, chercheuse spécialiste de la littérature congolaise et Alexandre Mirlesse, représentant de l’ambassade de France à Goma, cette première édition fera dialoguer six écrivains internationalement reconnus et douze auteurs prometteurs de la région des Grands Lacs (RDC, Rwanda, Burundi). Tables rondes, lectures croisées, ateliers d’écriture, dédicaces et rencontres avec le public rythmeront ces trois jours consacrés à « l’écriture du conflit ». Les textes écrits par les participants seront réunis dans un recueil publié par l’Institut français et les éditions Sépia.

PROGRAMME-2

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)