Finalement, on revient d’Europe au pays natal. Par Daniel Delas

Yaya Diomandé, Abobo Marley, roman, JCLattès, 2020, 211 p.

Un mot sur la production et la genèse de ce roman éclairera une lecture critique. En effet il a reçu le prix « Voix d’Afriques » créé en 2019 par les éditions JC Lattès, RFI et la Cité internationale des arts à l’attention de ‘toute personne majeure de moins de trente ans, n’ayant jamais été publié, née et résidant un pays d’Afrique’. 372 manuscrits ont été reçus et Abobo Marley a été choisi par un jury de 10 personnes (dont 2 Africains) présidé par Abdourahman Waberi. Que des éditeurs français s’intéressent ainsi à la production littéraire potentielle de l’Afrique ne peut que me réjouir ; d’autant – c’est ma conviction personnelle – que de nombreuses vocations littéraires existent déjà et se révéleront de plus en plus nombreuses. Mais l’action d’un prix en Afrique n’agit pas de la même manière qu’en France.
De la biographie de Yaya Diomandé, je ne retiendrai que le fait qu’il a eu du mal à trouver du travail en Côte-d’Ivoire malgré ses deux brevets de technicien supérieur en Transport Logistique et en Finance comptabilité et une maîtrise en Droit privé.
Pourquoi et que faire ?
Pourquoi ? Yaya Diomandé a fourni la réponse dans un entretien : parce que la Côte-d’Ivoire est « un pays où les relations sont plus importantes que les diplômes … ce qui casse l’espoir de trop de jeunes et les oblige à penser Bengue ».
Que faire ? Tenter sa chance et écrire un roman lui est apparu comme une porte de sortie. Bien sûr, cela ne s’est pas fait en un jour, l’auteur parle de cinq ans de travail. Mais au bout du compte, il a décroché ce prix, est venu en Europe et est devenu quelqu’un.

La jeune littérature africaine apparaît comme une littérature étroitement connectée à la situation économique, comme l’ont décrit les historiens d’obédience marxiste (Eric Hobsbawm, François Furet, Michel Vovelle…). Elle procède majoritairement en effet d’une fictionnalisation d’un réel sociétal  fortement dépendant du réel économique. Ce que Yaya Diomandé va s’efforcer de raconter en suivant l’histoire ivoirienne de Koné Moussa, alias Mozess, de sa naissance jusqu’à la trentaine. Le titre du roman est une référence au trajet du gbaka,  cette fourgonnette de dix-huit places où il exerce la fonction de ‘balanceur’ rameutant les clients sur un trajet allant d’Abobo Marley à Adjamé, quartiers d’Abidjan. Le héros a abouti à cette situation modeste après une vie extravagante (« suite de frasques et d’instabilités »),  jouant tous les rôles sociaux  ouverts à de jeunes garçons qui ont dit « Au revoir aux études » et pour s’embarquer dans les rôles qu’offre une société verrouillée comme la Côte-d’Ivoire: cireur de chaussure, passager clandestin pour l’exil en Europe (‘Bengue’), trafiquant de drogue, rebelle, racketteur, migrant et bien d’autres qui durent ce que dure toute combine de ce genre. Puis finalement, le livre approche de son terme et c’est alors qu’il gagne bien sa vie en rackettant les taxis que – surprise !  –  le héros décide soudainement de partir en Europe. Pourquoi ?

Sur son lit d’hôpital ma mère me promit de guérir si et seulement si je renonçais à tous ces vices. Elle me parlait comme si elle avait le pouvoir de se guérir seule. Sur le champ, je lui promis de renoncer à toutes ces activités « souillées ». Comme un miracle, à la grande surprise de tous, j’abandonnai cette activité de gnan-boro pour faire plaisir, une fois au moins, à ma mère. J’ouvris un magasin de vente de pièces détachées d’automobiles à la casse d’Abidjan. (p.174)

Mais les affaires tournent mal avec l’arrivée d’un nouveau président et, en quelques pages très denses, s’articule une critique de haute volée des politiciens ivoiriens qui conclut ainsi

La croissance économique à presque deux chiffres ne profitait qu’aux institutions de Bretton Woods. La population murmurait contre cette sécheresse financière. « L’argent ne circule pas, il travaille » disaient les dirigeants du moment. Tout le monde, ceux qui étaient hors du système, cherchaient à survivre. (p.178)

Il décide alors de réaliser son vieux rêve : aller en Europe, à Bengue. Ce qui nous vaut deux derniers chapitres à la matière bien connue aujourd’hui : la traversée du Sahara et de la Libye dans des conditions éprouvantes, la course aux papiers en Europe. Finalement, « j’ai vu mon rêve de Benguiste à genoux » : travailler à ramasser de tomates pour six cents euros par mois, non merci !
Il décide de rentrer et retrouver sa famille. Voici les derniers mots du héros et du roman :

Entre cette vie et Abobo Marley, mon choix est fait.
Abidjan n’a rien à envier à Paris encore moins à Rome. En Nouchi, on dit Babi est mal doux. Y’a pas son deux, Abidjan est la meilleure des villes au monde.
Au revoir Bengue ! Au revoir « pays des droits de l’ombre » ! Abidjan est mieux. (p.211)

*

Un premier roman avec encore des scories certes comme le sentimentalisme excessif du fils à sa mère, la brusquerie des changements de rôle de même que le passage soudain d’un récit d’actions quotidiennes à des analyses politiques de haute tenue. Enfin et surtout le choix d’une écriture minimaliste s’accordant mal à des expressions boursouflées dès qu’on parle de ‘cœur’ : ‘cœur guillotiné’ (88), ‘cœur fragmenté’(94), « ce pauvre cœur bourré d’amour qui suffoquait entre les ‘jambes sales’ de mes actes »(98). De même l’insertion du nouchi est inégalement réussie, souvent trop massive.
Malgré tout un premier roman très prometteur.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Finalement, on revient d’Europe au pays natal. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 18/01/2021, https://apela.hypotheses.org/4494.

AAC: Cultures urbaines et littératures francophones

Revue Interculturel Francophonies n°42, novembre-décembre 2022

Les propositions d’articles d’environ 200 mots seront envoyées à seyeserigne2000 [at] yahoo.fr au plus tard le 31 mars 2021.

Calendrier

  • Réception des propositions d’articles jusqu’au 31 mars 2021
  • Avis motivé du comité scientifique: 30 avril 2021
  • Envoi des articles: jusqu’au 15 décembre 2021
  • Envoi des articles évalués aux auteurs: 31 mars 2022
  • Retour des articles définitifs: 31 mai 2022
  • Publication du dossier: novembre-décembre 2022

Argumentaire

Les cultures urbaines ont, dès leur émergence, eu une relation très évidente avec la littérature. Ce lien est aujourd’hui illustré par l’existence d’une littérature urbaine dynamique qui rend compte des réalités diverses et particulières de certaines grandes métropoles comme Dakar, Londres, New York, Paris, Johannesburg ou Lagos. L’importance qualitative et quantitative de cette catégorie esthétique a poussé Céline Ngi (cité par Steve Puig), à avancer que «plus qu’une tendance sociale, la littérature urbaine s’est affirmée ces dernières années comme un vrai mouvement littéraire, avec ses propres codes stylistiques, ses références et ses objectifs » (Puig, 60: 2019). Elle tient son originalité aussi de son rapport particulier avec les expressions culturelles et artistiques nées dans l’espace urbain comme les disciplines du mouvement hip hop. Le rap, par exemple, est considéré par certains comme une musique qui aspire au même statut que la littérature dans la société, si l’on considère sa tendance à dire notre modernité dans ses aspects les plus problématiques. Pour Steve Puig «il n’est d’ailleurs totalement pas fortuit de considérer le rap et la littérature urbaine comme deux façons de faire passer le même message» (p.67). G. Andi Rhos, voulant montrer l’influence que l’art afro-américain exerce sur la littérature urbaine, n’hésite pas à présenter celle-ci comme une version littéraire du rap à cause justement de sa thématique et de l’univers décrit qui rappellent fortement les réalités des ghettos américains (2006). En dehors du rap, le slam, le tag, le graffiti, le street art, la break dance ainsi que les sports urbains font aussi leur apparition dans bon nombre de récits dont les auteurs sont souvent issus des banlieues des grandes villes. Ces éléments constitutifs des cultures urbaines y exercent une influence décelable dans les intrigues et la forme des textes.
Cependant les chercheur.se.s en littérature ont longtemps hésité à considérer les productions issues de cette «culture de la rue» (Puig) ou «culture des cités» (Hatzfeld) comme des objets d’étude porteurs d’une poétique nouvelle et pouvant faciliter la compréhension des dynamiques sociales. Ce retard à l’allumage est surtout perceptible dans l’espace francophone où la littérature et l’art issus des banlieues et autres zones difficiles ont très souvent été regardés avec une certaine méfiance teintée de mépris. Malgré la richesse de ces expressions culturelles et artistiques, les revues littéraires francophones n’ont pas encore jugé nécessaire de leur consacrer des volumes rendant compte de leur profonde créativité, de leur fécondité ainsi que de leur vitalité sans cesse renouvelée. Même si la revue Itinéraires a déjà fait paraître deux numéros consacrés à l’écriture de la ville et aux imaginaires banlieusardes en accordant une place de choix aux représentations littéraires de la banlieue et des zones périurbaines, les volumes orientés vers la problématique de l’urbanité littéraire ne font pas encore légion. Les nombreux essais et travaux littéraires sur la ville masquent mal l’absence criante d’études sur les expressions culturelles que les réalités sociales et politiques de celle-ci génère. Dans les rares travaux scientifiques qui s’intéressent à cet aspect de la société citadine, c’est surtout le rap et le slam qui sont analysés parce qu’ils sont des genres qui accordent une plus grande place à la textualité, les autres disciplines et manifestations des cultures urbaines demeurant encore les parents pauvres de la recherche dans le monde francophone.

Continuer la lecture de AAC: Cultures urbaines et littératures francophones

AAC: Sénégal & jeunesse

Revue RIVENEUVE CONTINENTS n°31 – été 2021

Titres retenus : « Sénégal : Jeunesse des Lettres, l’être de la jeunesse »
« Sénégal : Lettres et temps des jeunes »

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

Quand un pays a une population dont plus de la moitié a moins de 30 ans, comment s’étonner que la jeunesse s’invite à la table des débats
multiformes de la société, en plein jour ou dans l’ombre intimidante des réseaux sociaux ? Ce constat valant pour tout le continent africain, quelles formes prennent ces débats dans la société sénégalaise ?
Et quand l’histoire, le présent, l’ancien monde, le nouveau, le local et
le global, toutes les incertitudes de l’avenir s’emmêlent, c’est tout un
pays qui est à la croisée des chemins. Quel horizon pour la jeunesse,
quand les boussoles s’affolent, que la déconstruction décoloniale
entraîne la déconstruction patriarcale mais qu’en même temps l’espace d’expression semble se restreindre, le projet social s’effriter, que la citoyenneté se cherche, que les identités s’ouvrent ou se ferment, … la société apparaît bloquée, comme victime de l’expression accaparée ?
Certains expriment leur mécontentement, appellent au dégagisme, d’autres réclament des comptes sur la gestion des ressources, le fonctionnement de la démocratie, rêvent d’utopie panafricaine ; d’autres migrent en pirogue, en avion ou par voie de terre, pour ne plus revenir ou pour rencontrer les pires difficultés à revenir et se réinvestir. D’autres encore – à moins que ce soient les mêmes ? – glissent sur la vague des start-ups et des technologies du web, entre rage et énergie, au croisement des cultures urbaines et de l’académisme. Crise des valeurs et du modèle sénégalais ?
Crise de l’emploi ? Crise de l’éducation ? Crise des repères ethniques
et religieux ? C’est peut-être là que s’ancre la singularité sénégalaise
: le partage quasi-unanime d’un héritage spirituel traditionnel
omniprésent, rarement remis en cause, et l’aspiration à appartenir au monde moderne et irrévérencieux. Ceux qui apportaient des réponses aux questions des jeunes semblent n’être plus là, dans leur vécu quotidien ; les réponses seraient-elles dans les livres pratiques qu’on trouve en librairies, dans les slams des rappeurs, dans les romans des écrivains, sur les sites des bloggeurs, sur les statuts et les murs de profil ou dans nos imaginaires reconstitués ?

Pour ce numéro de la revue, l’équipe de Riveneuve Continents et ses
relais à Saint-Louis et à Dakar se lancent dans une quête. Elles
entreprennent de traquer l’expression de la jeunesse autant que les mots qui l’analysent, réinventent la société et la culture, interrogent
l’histoire et la géographie, racontent les migrations dans un sens ou
dans l’autre, les engagements et les créations chez les écrivains
confirmés comme chez les novices, dans la rue, sur les murs et les
portes de la blogosphère, les carnets de voyages, les carnets de notes, les journaux intimes, les affiches, les graffitis éphémères et les posts sur les réseaux sociaux.

Nous vous invitons à nous rejoindre et à nous aider dans notre quête.
Ouvrez vos carnets, joignez vos contacts, vos réseaux et aidez-nous à réunir ces textes complets ou ces fragments ; textes d’analyse ou textes de création (poésie, chanson, nouvelle, essai, journal intime, fragments d’échanges sur réseaux sociaux ou de blogs… entre 1500 et 15000 signes), non encore publiés dans un livre en français ou en traduction, qui parlent des aspirations et des ancrages… de la jeunesse sénégalaise d’aujourd’hui.

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

https://www.riveneuve.com/categorie-catalogue/litterature/revue/
https://www.riveneuve.com/la-maison/

Mise en ligne de communications aux JCEA 2020

Le CO des JCEA 2020 a le plaisir de vous annoncer la publication d’un certain nombre de communications prévues pour la rencontre des Jeunes Chercheurs en Études Africaines qui n’a pas pu se tenir en juillet dernier du fait de la pandémie du COVID-19.

Pour accéder aux travaux, il suffit de suivre le lien ci-après : https://jcea.hypotheses.org/sommaire-de-ledition-2020  

Martin Luther King – Ethique et action

Martin Luther King. Ethique et action

Anthony Mangeon

Cerf, 2020.
240 pages
18,00 €

Alors qu’on vient de commémorer les 50 ans de son assassinat, cet essai biographique revient sur l’itinéraire intellectuel, spirituel et politique du pasteur noir américain Martin Luther King Jr. S’appuyant sur de nombreux textes encore inédits en France, il tente de reproduire le plus fidèlement possible l’existence et la pensée d’une figure unique de l’Amérique du xxe siècle, prix Nobel de la paix en 1964.
D’où Martin Luther King Jr. venait-il, quel élève était-il, et quel genre de pasteur devint-il ? Fut-il vraiment l’auteur de tant de livres et de discours ? Quelles étaient ses ambitions politiques ? Avait-il une vocation de martyr, de prophète ? Enfin, quel héritage a-t-il laissé, et à qui ?
Au fil de pages très bien documentées, s’esquisse un portrait contrasté, loin des hagiographies habituelles, où l’étudiant plagiaire cède la place à un orateur et un stratège politique hors pair ; où le mari infidèle s’efface derrière l’infatigable militant ; où l’interlocuteur privilégié des puissants dialogue passionnément avec les plus humbles et les plus démunis.
Un livre nécessaire, pour découvrir le vrai visage de Martin Luther King Jr., et peut-être le vrai visage de l’Amérique.

Spécialiste de l’Amérique noire, Anthony Mangeon est professeur de littératures francophones à l’université de Strasbourg. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, comme La Pensée noire et l’Occident (2010), ou Crimes d’auteur (2016).

Ouvrage finaliste du Grand Prix de la biographie politique : Grand prix biographie politique 2020_Finalistes (12-11-2020)
 

Entrez dans la danse ! Par Daniel Delas

Fiston Mwanza Mujila, La danse du vilain, Métailié, 2020, 264 p.

la danse du vilain
la danse de ceux qui méprisent l’argent
jettent l’argent par la porte
jettent l’argent par la fenêtre
par les latrines
et les égouts
des gamins, des gamins
ils dansent et dansent
la merveilleuse danse du vilain

Fiston Mwanza Mujila (FMM) est poète (le poème ci-dessus est en fin de volume) et auteur-danseur, il danse son écriture, il danse la vie de Sanza ou Ngungi, ses deux gamins préférés, qui eux dansent Lumumbashi, dansent la nuit qui leur appartient :

La rue nous appartenait. Elle était dans notre escarcelle. Elle était notre propriété privée, notre chose, notre marchandise…Nous la remplissions de nos rêves décarcassés, des rêves privés de mazout, des rêves sans tête ni épine dorsale. (75) […] Notre putain d’existence était cadencée par le soleil, la lune, la saison sèche, les bagarres de rue, la colle, les razzias de la police et les descentes des inspecteurs des finances. Nous possédions notre propre système de datation. Nous embrigadions le soleil dans nos folies. Il nous arrivait d’être éveillés toute la nuit durant et de pioncer la journée. (p. 84)

C’est à leur monde de rêve que se consacre le premier tiers du roman en parallèle au rêve angolais des creuseurs katangais, ces adolescents zaïrois qui s’exilent à la « quête effrénée de l’enrichissement précoce » (p.13) au pays des diamants où ils se soumettent à la Madone des mines de Cafunfu, une vieille femme, Tshiamuena, originaire d’on ne sait trop où, généreuse et acariâtre. « Elle n’avait pas la silhouette des cantatrices, la splendeur des miss, ni l’allure impériale des duchesses, mais nous subjuguait et nous hypnotisait dès qu’on croisait ses yeux » (p.12), bref « Nous aurions tous voulu l’avoir comme épouse, mère, grand-mère, belle-sœur, aïeule, ancêtre, fondatrice du clan, matriarche, j’en passe et des meilleures » (p.27). La Madone qui prend Sanza sous son aile occupe le centre du début du livre puis disparaît progressivement quand arrivent de nouveaux personnages.
Mais alors, à quoi sert ce premier tiers du bouquin ? A mettre en place un monde de farandole nocturne, porté par le rythme trépidant d’images baroques ou burlesques, de longues répétitions, d’énumérations rabelaisiennes. Mais surtout à faire entendre la Danse du Vilain, titre du livre.
Et c’est quoi, la Danse du Vilain (avec majuscules, s’il vous plait) ? Écoutez bien :

Dans la furie des guitares hawaïennes, des congas, des cymbales, du vibraphone, sax et basse-clarinette, la faune se contorsionnait au rythme de la Danse du Vilain. C’était le point d’orgue des nuits bacchanales du Mambo (p.52) […] Aucune parole intelligible, juste des cymbales, un saxophone baryton -dominant, excellant dans les soli et chaque solo s’achevant en dent de scie à la manière d’un coucou entrant en gare-, des rifs psychédéliques de guitares hawaïennes… (p.106)

Et on continue comme ça sur deux pages ! Et vous dansez « dans un tremblement de terre cérébral » (p. 106) !
Sortons du Mambo de la fête, la boite où l’on s’étourdit jusqu’à l’aube, suivons la vie politique quotidienne de Monsieur Guillaume qui infiltre le monde des gamins pour le compte du mobutisme dans une ville où l’atmosphère n’est pas bonne pour lui car « la plèbe en avait ras-le-bol du Maréchal, au pouvoir depuis 1965 ».

Toute la journée, j’étais en mission avec M. Guillaume. On opérait d’habitude la nuit. M. Guillaume débarquait et m’emmenait dans ses opérations. Je passais aussi le clair de mon temps dans les bureaux de la DDD. Je croulais de fatigue. (p. 174)

et faisons connaissance avec Franz, l’écrivain autrichien, alias Franziskus ou Herr Baumgartner. Qui est Franz ? Un étrange Blanc qui est évidemment un peu l’auteur (lui-même à moitié autrichien). Au chapitre 24, intitulé « Franz et la nostalgie de la page blanche », on lit le récit de son calvaire, « chaque phrase lui coûtait trente heure de concentration » (120). Il traîne toujours avec lui une valise à roulettes emplie de paperasses, où ‘s’enlisent’ « une centaine de phrases, réécrites, raturées, amochées, rafistolées, éventrées… » (120). Emprisonné, il ne cessera de gribouiller et de vivre l’écriture ‘fiévreusement’ :

Il avait le souffle coupé, transpirait, rigolait, poussait des miaulements de chats, comme s’il avait un fleuve dans le ventre, les yeux braqués sur le plafond (p. 252)

*

Vous l’avez compris, j’espère, le roman de FMM tente de prendre en charge la totalité du monde,

Ce qui est rocambolesque avec le monde, c’est que dans la même heure, minute, seconde, plus de 500 milliards de gestes sont posés en même temps : les gens s’envoient en l’air, coupent des bières, allument la radio, fomentent des coups d’Etat, lisent Bofane, Mabanckou ou Musil, regardent un film, fument leur colle, s’invectivent, dansent la polka-mazurka, grimpent dans les trains, se noient, trépassent, terminent en prison… (p. 180)

Ce fourmillement cosmique indéfiniment fourmillant que le romancier français Georges Pérec avait approché dans le cadre étroit de la place Saint Sulpice à Paris, FMM l’approche dans le monde chaotique et survolté du Katanga des années 80, singulièrement riche en péripéties incroyables mais vraies.

Un ton neuf dans la littérature africaine. Entrez dans la danse !                                                                                                                                   

Fiston Mwanza Mujila, né au Congo en 1981, a publié un premier roman chez le même éditeur Tram 83 (2014) et, ailleurs, plusieurs volumes de poésie. Il dit dans un entretien : « j’écris comme un compositeur, j’essaie de créer une nouvelle langue, une langue qui, comme le fleuve, charrie les influences, charrie le peuple, les imaginaires … ».

FMM vit et enseigne à Graz en Autriche.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Entrez dans la danse ! Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 20/12/2020, https://apela.hypotheses.org/4462.

Et pour entrer dans la danse en musique : https://pan-african-music.com/fiston-mwanza-mujila-la-danse-du-vilain/

AAC: Le saint dans l’épique

Le saint dans l’épique : textes, contextes et modes de construction de la figure

IXe Congrès du REARE
22, 23 et 24 mars 2022 à l’Université Cheikh Anta Diop
Dakar, Sénégal

Au rang des protagonistes que met en scène l’épopée dans sa célébration de la grandeur des peuples et des Nations figure souvent le personnage du saint qui peut apparaître sous les traits du prophète, du prêtre, du marabout ou du desservant d’un rite de l’ancêtre.
En Occident, du XIe au XIIIe siècles, l’hagiographie célèbre des hommes et des femmes hors du commun, qui se distinguent par une vie exemplaire qui refuse les valeurs du temps (pouvoir, argent, richesse, vie urbaine). Le saint tel que le présente cette littérature recherche la perfection par le renoncement au monde et pratique la chasteté et l’ascétisme à un degré hyperbolique. Aussi celui qui représente l’archétype de la sainteté au niveau populaire est-il l’ermite. Le saint est un personnage illustre, qui après une vie de privations, de souffrances et d’endurance qui se termine souvent en mutilations et démembrements retrouve à sa mort une intégrité physique, signe d’élection divine (v. G. Paris et L. Pannier, 1872, La vie de saint Alexis).

cheikh_ahmadou_bamba.jpg Son statut évoluera sous l’ère des combats pour la propagation de la foi. Le saint acquiert d’autres attributs dans le feu des croisades (en Occident) ou du jihad (en Orient et en Afrique).

Actif sur les champs de bataille, il cumule destin guerrier et mission ecclésiastique.
On considérait que la perfection morale et spirituelle pouvait difficilement se développer en dehors d’un lignage illustre. D’où le lien entre sainteté, pouvoir et noblesse de sang. Guillaume d’Orange illustre parfaitement cette vision des choses. Il fonde un monastère où il se retire vers la fin de sa vie et sera canonisé après sa mort.
Dans le cycle de la croisade, les protagonistes, qui bénéficient au cours des combats de l’aide d’envoyés célestes, conquièrent par leurs souffrances, parfois leur mort, la gloire éternelle (J.-P. Martin, 2016, « Formes du merveilleux dans l’épopée française médiévale et dans l’épopée d’Afrique de l’Ouest. Prolégomènes à une étude comparative »). Dans La Chanson de Roland, l’âme du héros martyr est emportée par saint Michel, Chérubin et saint Gabriel vers le paradis.
À cette époque le héros musulman ouest-africain entretient des rapports variables avec la sphère du pouvoir politique. Il se place en marge ou à la périphérie du temporel, joue un rôle d’adjuvant auprès du guerrier ou s’affirme comme un contre-pouvoir (v. B. Dieng, 1993, L’Épopée du Kajoor). Son apport spirituel à la réalisation de l’action fait de lui un catalyseur.
Aux XVIIIe et XIXe siècles, il se hisse au premier plan, en tant que figure militaire et politique. Il est un conquérant doublé d’un « faiseur de miracles » qui portent le sceau de Dieu (El Hadj Oumar Tall, Ousmane dan Fodio…).
Au XXe siècle, le crépuscule des chefs de guerre à l’avant-garde de la résistance à la pénétration coloniale française coïncide avec l’émergence de saints islamiques qui prônent une action non violente et promeuvent un idéal fondé sur la spiritualité (Cheikh Ahmadou Bamba, entre autres figures). Force mystique portée par la grâce divine, ils incarnent un autre modèle héroïque où la bravoure, la vaillance et l’éclat des exploits ne se mesurent plus à l’ampleur des faits d’armes (F. Suard, 2013, « Étude des rapports entre hagiographie et épopée. L’exemple de L’Épopée de Cheikh Ahmadou Bamba »).

Les études peuvent porter sur:
• la construction du personnage du saint et les schémas narratifs des récits qui mettent en scène son univers : ses origines, son parcours initiatique, ses armes, le sens de son combat, son autorité ;
• l’étude comparative des versions relevant des traditions écrites et de celles dues à l’oralité dans les zones où les deux modalités cohabitent (Inde et Afrique de l’ouest, par exemple), et l’intertextualité ; les récits pouvant porter les marques d’autres textes plus anciens comme la Qacida, la Sira, la Bible…
• les rapports et les frontières entre l’épopée religieuse et l’hagiographie, d’une part, et entre le saint et le héros mythique, d’autre part.
• la réception ; à travers l’analyse des contextes d’énonciation, des supports de diffusion, des usages faits de ces récits.

Les propositions de communication peuvent être envoyées jusqu’au 30 septembre 2021 aux adresses suivantes:
waneibrahim [a] yahoo.fr
abdoulaye.keita [a] ucad.edu.sn
sakhosi [a] yahoo.fr

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search