Noir ou blanc, aucune importance ! Par Daniel Delas

Gauz, Camarade Papa,

roman, Le Nouvel Attila, 251 p.

Ce qu’il y a de sûr c’est que Gauz (nom de plume d’Armand-Patrick Ghaka-Brédé, né à Abidjan en 1971) cherche à nous faire rire. De quel rire, de quoi rit-on ?
Voyons d’abord la trame générale. En 1880, un jeune Français devenu orphelin se fait ouvrier à la Manufacture des Armes de Châtellerault, puis décide un beau jour de suivre une cargaison de vieux fusils réformés envoyés depuis le port de La Rochelle vers la Côte de l’Ivoire. Il débarque à Grand-Bassam, ville principale de ce qui n’est pas encore à l’époque la colonie appelée Côte d’Ivoire (ce qui ne se produira qu’en 1893) mais un simple comptoir côtier. Envoyé à l’intérieur construire et occuper un fortin, notre Candide s’enfonce avec une forte caravane dans l’hinterland, pas vraiment à la manière de Stanley, Livingstone ou Brazza, en aventurier sans peur « porteur des plus hautes valeurs morales, repoussant les limites du courage en même temps que les bornes de l’empire », non, non, pas du tout aussi glorieusement que dans ces « images idylliques » alors si répandues en Europe. Voici d’ailleurs la description de la tête de sa petite troupe :

Une troupe d’éclaireurs est mené par l’Agny Tano, porte-drapeau ; suivent trois interprètes dont Louis Anno accompagné de ses deux femmes, ses quatre enfants et deux servantes ; une quinzaine de tirailleurs de la milice de Fort Joinville, tenues dépareillées, baïonnettes vissées aux Chassepot suivis d’à peu près le même nombre de femmes, enfants parfois harnachés à la croupe, portant, en équilibre sur la tête, caisse de munitions, ustensiles de cuisine et quelques autres ballots (p.133).

Tous les épisodes saillants de cette expédition, de l’arrivée à Asikasso puis du séjour dans cette ville où est affecté le jeune Dabilly sont ainsi traités d’une manière alliant le picaresque bouffon et le sérieux historique et ethnologique. Car le récit est très bien documenté ; Gauz décrit ainsi par exemple avec une précision minutieuse la toilette des enfants le soir :

Pour la toilette du soir, ils sont traqués, poursuivis, débusqués de toutes les cachettes. Des lianes épiphytes accrochées aux grands baobabs sont écrasées pour servir d’éponges. Mères ou kangah « captives de case » les enduisent d’un savon noir obtenus par une chimie entre huile rouge de palmiers et cendres grises de bananiers. Elles frottent les enfants jusqu’aux limites du décapage (p. 159).

Ainsi avance entre sérieux et humour ce récit d’aventures où apparaissent des personnages historiques connus comme Treich (Marcel Treich-Laplène, 1860-1890, premier explorateur de la Côte-d’Ivoire) ou Binger (Louis-Gustave Binger, 1856-1936, officier parti du Sénégal vers Grand-Bassam et retrouvant Treich à Kong ; il deviendra le premier gouverneur de la colonie).
Récit qui avance aussi entre noir et blanc puisqu’il s’agit d’un roman colonial écrit par un Africain se mettant dans la peau d’un Européen, dans une sorte de jeu de rôles abolissant les clivages manichéens. Gauz en effet se soucie d’abord de raconter une histoire d’hommes, de mouvement et de rencontres, dans une Afrique vue par un regard antécolonial (ou post-post colonial !) indifférent à la question de la couleur de la peau. L’auteur le clame lui-même :

J’assume ma double culture… Quand je viens à Paris, je suis blanc. Je suis obligé d’être blanc. J’ai appris à être blanc. Donc je sais faire ça très bien depuis toujours. Voilà comment j’ai fait le pari fou de me mettre dans la tête d’un explorateur blanc du XIXème siècle (culturebox-francetvinfo.fr)

Ce qui conduira son héros blanc à devenir noir sans s’en apercevoir et sans s’en soucier ; il se met d’ailleurs en ménage avec une femme africaine, malgré le discrédit que cela lui vaut de la part des colons français. Dabilly n’est pas un blanc plus ouvert que les autres, il est indifférent à la couleur, il ne la voit pas autrement qu’une caractéristique physique comme les autres (couleur des yeux, des cheveux, épaisseur des sourcils, etc.). Ce pour quoi Gauz a imaginé ce roman, c’est en effet pour « sortir de la couleur » et parler d’histoires vécues simplement ou d’idées « naturelles », sans tenir compte de la représentation raciste-colorée que d’autres peuvent en avoir.

Pari original et gagné.

Est-ce pour gagner à la fois sur le plan de l’idéologique ou du comique que Gauz a ajouté cinq chapitres (sur les treize que comporte le livre) dont l’énonciateur est un jeune enfant métis, né à Amsterdam et revenant dans sa famille africaine ? Une courte histoire parallèle à l’autre ?
Pas vraiment. Le père du gamin est un militant de gauche tellement imprégné de phraséologie révolutionnaire que le discours qu’il a transmis à son fils est totalement pétri de formulations communistes (d’où le titre du roman) qui nous semblent venir d’un autre temps. Ce discours progressiste anachronique est souvent contaminé par un français tiraillou ou petit-nègre dont les vertus comiques n’échappent certes pas au lecteur mais dont on ne comprend pas bien la fonction de complémentarité dans le roman. Autrement dit : quel est le lien véritable entre les chapitres blancs (dont le narrateur est un blanc insensible à sa blanchéité) et les chapitres noirs (dont le narrateur est un enfant métis qui parle entre les langues). On suppose que, dans l’idée de l’auteur, l’alternance des chapitres blancs et des chapitres noirs n’est nullement manichéenne mais au contraire complémentaire, apportant un double éclairage au récit : d’une part en montrant que les idées comme la langue de bois idéologique qui les véhicule sont incolores par nature tandis que les passions sont souvent violemment colorées, d’autre part en faisant rire, tant il est vrai que, comme le dit l’exergue de ce livre que

L’Histoire est un leurre
Au mieux le compte rendu rieur
D’un temps et de son humeur

Pour citer cet article : Noir ou blanc, aucune importance ! Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 21/09/2018, https://apela.hypotheses.org/2345.

REAF-JCEA 2018 à Marseille : le film

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF) et les 4èmes Rencontres des Jeunes Chercheurs en Études Africaines (JCEA) se sont tenues à Marseille du 9 au 12 juillet 2018.

Pour l’occasion AB JOY Productions a réalisé un film présentant cet événement. Ce film est visible sur le site du GIS Etudes africaines : http://etudes-africaines.cnrs.fr/actus_gis/reaf-jcea-a-marseille-le-film/

AAC : Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques

Appel à communications

«Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques»

Colloque international, 13 – 14 juin 2019

Université Ouaga 1 Pr Joseph KI-ZERBO
Ouagadougou, Burkina Faso

Responsables :

  • Isaac BAZIÉ, Professeur titulaire, Département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal
  • Honorine SARE/MARE, Maître de conférences, Laboratoire Littératures, Espaces, et Sociétés, Université Ouaga I Pr Joseph KI-ZERBO

Calendrier :

  • 15 janvier 2019 : Date limite de réception des propositions de communication

Les propositions sont à envoyer à la fois aux adresses suivantes :

Bazie.isaac@uqam.ca; sarehonorin@yahoo.fr; ganousley@yahoo.fr

  • 1er février 2019 : Réponse aux participants
  • 15 avril 2019 : Programme préliminaire aux participants

Argumentaire

Étudier la culture, notamment selon le principe différentiel et suivant les grandes avenues qui ont marqué la distinction entre les grandes aires au plan mondial, n’est pas un fait nouveau, loin s’en faut. Ce regard marqué par la recherche de la différence à des fins d’une taxinomie qui plaçait l’Occident en haut de l’échelle et lui conférait ipso facto le rôle judicatif face à tout ce qui n’était pas occidental a longuement été débattu et battu en brèches. Cependant, les approches culturalistes d’antan se sont inscrites dans des visées qui n’ont de commun avec ce qui s’est produit à partir des années 1950, et surtout 1960 à Birmingham et qui s’est répandu dans le monde sous l’appellation Cultural Studies, que la culture, et là encore… Depuis l’époque du Centre for Contemporary Cultural Studies, les programmes d’études ou les sciences, ayant pour principal objet d’investigation la culture, se sont diversifiées et institutionnalisées à des degrés variables selon les contextes linguistiques et nationaux, les traditions de recherche et les champs institutionnels, tous paramètres qui exigent que l’on se garde bien de considérer sans nuance Cultural Studies, Kulturwissenschaft(en), Études culturelles, pour ne citer que ces déclinaisons.

Cependant, les études de la culture ne se sont pas toujours faites dans cette genèse qui, disons-le, s’est dessinée au sein des grandes institutions de recherche européennes et nord-américaines, pour donner lieu aux cousinages dont témoignent à différents niveaux les déclinaisons nuancées des Cultural Studies dont il a été fait mention précédemment. C’est ce constat qui justifie l’attention particulière que nous accordons aux études culturelles africaines dans le présent ouvrage. En effet, dans le contexte africain, on pourrait penser que les figures de l’altérité construites à partir de l’a priori de la négation/péjoration des cultures du continent dit noir, ont d’office inscrit la culture au cœur des enjeux et en ont fait un passage obligé des travaux que les chercheurs et intellectuels africains ont développés à leur tour sur les liens entre l’Afrique et le reste du monde, à commencer par l’Occident colonisateur. Il faut noter que la conjoncture favorable à une systématisation des études culturelles africaines s’est constituée depuis des précurseurs comme Dim Dolobson Ouédraogo, (L’empire du Mogho, 1932; Les secrets des sorciers noirs; 1934.), mais aussi avec les travaux majeurs des tenants de la négritude comme Léopold S. Senghor (Liberté I: Négritude et humanisme, 1964; Liberté 5. Le dialogue des cultures, 1993.), ceux de chercheurs ayant fortement participé à l’émergence des études africaines en général comme Janheinz Jahn ou Lilian Kesteloot, avec – faut-il le rappeler – le point tournant que fut le colloque de Yaoundé en avril 1971 invitant les critiques à faire la part belle aux peuples africains et à leurs cultures dans la recherche.

Continuer la lecture de AAC : Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques

AAC : Abdelkébir Khatibi : cheminement et empreintes

Les Laboratoires 

  • d’Etudes et de Recherches sur l’Interculturel. LERIC. URAC 57 (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Chouaïb Doukkali d’El Jadida),
  • Langues, Littératures, Arts et Cultures. LLAC. (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Mohammed V de Rabat),
  • Didactique, Littérature, Langage, Arts et Tice. DiLiLarTice (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Ibn Toufaïl de Kénitra)
  • l’Ecole de Gouvernance et d’Economie. EGE (Université Polytechnique Mohammaed VI )

organisent les 12, 13, 14 et 15 mars 2019 un colloque international sous le thème:

 Abdelkébir Khatibi : cheminement et empreintes

Par ce colloque, les organisateurs veulent rendre hommage à ce grand esprit qu’est Abdélkébir Khatibi, en commémorant le dixième anniversaire de sa disparition.

Parce qu’il est né le jour de l’aïd-el-kébir, Khatibi se prénomme Abdelkébir. Entre la fête du sacrifice – ou la Grande Fête – et le sens qu’évoque son patronyme, il n’y pas de lien visible. C’est dans l’invisible, l’implicite ou la nécessité de la réinvention de soi que le jeune auteur flaire le lien. Il vouera toute sa vie à traquer le mystère dont il porte le sceau : un quêteur de signes qui, à son tour, laissera des empreintes de son passage, un penseur à la recherche d’une connexion avec le monde pour en saisir les sens, les significations et l’épaisseur anthropologique.
L’écriture plurale de Khatibi déroute, dérange, interpelle du fait qu’elle se situe entre « recherche sociale et création littéraire ». On l’a qualifiée de « giratoire », de « volatile », d’« oblique »… car elle est travaillée en profondeur par une quête continuelle et un infatigable questionnement. Elle est à la fois exigence, ascèse et jouissance. En effet, écrire pour le penseur de l’aimance, c’est vivre l’expérience de l’écart et du décentrement, c’est être dans le risque du langage, de l’inconnu des formes à faire advenir, de l’ailleurs de la pensée. Qu’il soit poétique, narratif ou essayistique, le geste scriptural de Khatibi investit en permanence l’interstice de l’intellect et de l’affect. Le lire aujourd’hui, suppose un cheminement intellectuel similaire au sien. Cela implique la mise en tension des modes et des codes, la poursuite des traces et des empreintes pour lier ensemble ce que les systèmes et les idéologies séparent, catégorisent et figent. L’auteur fait rencontrer ce qui, sans le travail de l’aimance ne peut jamais être uni. « L’étranger professionnel » qu’il est, effrite les identités figées, et dans un mouvement d’empathie crée de nouveaux liens.
Interroger Khatibi à partir de son écriture, de ses lieux de langage, de son imaginaire, c’est tenter d’appréhender les « forces de vie » qui l’animent. Approcher cet univers d’« images », de « signes », de « traces », de « lettres », et de « marques », c’est tenter de mettre en lumière ce qui les unit souterrainement et s’aventurer à re-découvrir le  cheminement de la pensée, de l’émotion et du dire d’un auteur polygraphe.
L’empreinte laisse entendre une présence qui fut et qui n’est probablement plus. Ce qui reste du passage d’un être après son départ. C’est le signe d’un manque et la marque d’une absence. Mais cette marque est aussi comme une griffe qui fonde certains parcours. C’est cette double figure qu’il faut retrouver aujourd’hui, réexaminer, éclairer de nouveau comme héritage silencieux, héritage sans testament.

Par ce colloque, nous voulons rendre hommage à ce grand esprit qu’est Abdélkébir Khatibi, en commémorant le dixième anniversaire de sa disparition. Les spécialistes et les jeunes chercheurs qui s’intéressent à son œuvre sont invités à présenter des interventions dans les champs – non limitatifs – suivants :

  1. Champs esthétiques : production et réception (arts; critique, littérature, …)
  2. Pluralité des voix (langues; spiritualité, …)
  3. Mutations et hybridité (société; corps; identité, …)
Les propositions de communication feront l’objet d’un résumé de 500 mots maximum permettant d’apprécier la problématique de la recherche et ses modalités de mise en œuvre, et seront accompagnées d’une bibliographie succincte. Elles seront soumises au comité scientifique qui se prononcera sur la pertinence et la rigueur scientifique des propositions de communication. à envoyer sur : Adresse du colloque https://kha2019.sciencesconf.org
  • Date limite de soumission des propositions de communication : 15 novembre 2018
  • Avis d’acceptation : 30 novembre 2018
  • Date limite de soumission des textes définitifs : 17 février 2019
  • Colloque : 12, 13, 14 et 15 mars  2019

URL de référence : https://kha2019.sciencesconf.org/

Corpus Africana – Danser et penser l’Afrique et ses diasporas

Corpus Africana – Danser et penser l’Afrique et ses diasporas

Programme complet et définitif à consulter sur la page Europhilosophie :

URL de référence : https://europhilomem.hypotheses.org/4352

FESTIVAL – COLLOQUE

Toulouse, 25 octobre – 09 novembre 2018

Présentation de l’événement

PROGRAMME

 25/10/18 – Prélude

18h00 - Présentation de Black Lives Matter. Le renouveau de la révolte noire américaine de Keeanga-Yamahtta Taylor (Marseille, Agone, 2017, traduit de l’américain par Celia Izoard) par Norman Ajari
Lieu : librairie Terra Nova (18 rue Léon Gambetta)
- Projection de Whose Streets de Sabaah Folayan (2017) 
Lieu : American Cosmograph (24 rue Montardy)

27/10/18 –  Journée d’ouverture du festival

15h00 - Performance de Zora Snake, « Transfrontalier » - Place du Capitole
18h00 - Entretien de Zora Snake avec Muriel Plana (UT2J) et Chloé Dubost (UT2J, ENS) autour de la poétique du corps politique comme point de vue Lieu : librairie Ombres Blanches (3, rue Mirepoix)

Continuer la lecture de Corpus Africana – Danser et penser l’Afrique et ses diasporas

CFP: North African Literatures Beyond the Francophone Maghreb

Call for Papers

The North Africa Caucus of the African Literature Association is seeking papers for a Special Issue of the Journal of the African Literature Association devoted to North Africa.

North African Literatures Beyond the Francophone Maghreb

The study of North African literatures has been firmly rooted in francophone frameworks since the 1960s, an approach that perpetuates colonial categories of both space and language. We seek papers for a special issue of JALA that will approach North African literature beyond the geographic and linguistic limitations of the so-called Francophone Maghreb. The work presented in this special issue will address a series of under-studied questions in the field of North African literary studies. How do other languages in the region, such as Arabic, Tamazight (Berber), and Spanish intersect with French? How do individual North African works, writers, artists, or filmmakers problematize monolithic definitions of nationalism and regional identities? How do authors in the diaspora experience their North African identities in new languages and new contexts? How do the literatures and cultural productions of the Maghreb relate to the rest of Africa, and to other spaces such as the Middle East, the Mediterranean?

In order to begin answering these questions, we seek submissions that address the diversity of North African literatures, particularly their ties to various linguistic traditions, genres, regions, and spaces.

Submission of Papers
Essays should be between 5,000 and 8,000 words; should be Word documents, using MLA format for layout and citation.
Essays are to be submitted in two forms: a full version with author’s details, and a completely anonymized version.

Please send your essays electronically to zbentahar@towson.edu by February 1st, 2019, using the subject heading “JALA SI Maghreb.”

Preparing Your Paper

You can access the journal’s advice to authors on preparing a manuscript here: https://tandfonline.com/action/authorSubmission?journalCode=rala20&page=instructions

All submissions will undergo a double-blind peer-review process.
Articles that have been published previously, or that are currently being considered for publication elsewhere, will not be considered for this Special Issue.

L’Algérie, traversées

L’Algérie, traversées

LÉVY Ghyslain, MAZAURIC Catherine, ROCHE Anne (dir.)

Paris, éd. Hermann, coll. Colloque de Cerisy, 2018

ISBN 9782705697679

15 x 23 cm, 376 pages.
4 illustrations
Parution : 29 Août 2018

Le projet de L’Algérie, traversées s’est formulé autour d’une question partagée : l’heure n’est-elle pas venue en Algérie d’un véritable renouveau apporté par les œuvres de culture ? La vitalité, la diversité, l’impertinence de ces dernières en témoignent. Elles débouchent sur une nouvelle page en train de s’écrire, non seulement en Algérie mais aussi au cœur de la relation complexe entre l’Algérie et la France.
Les différentes générations d’écrivains, d’artistes, de psychanalystes, de chercheurs en littératures, en anthropologie ou en histoire réunies à l’occasion d’un colloque de Cerisy ont concouru à une rupture avec les versions convenues de l’Histoire, avec les mémoires encore enfermées dans des clivages post-traumatiques et des fixations nostalgiques.
Cet ouvrage rend compte de leurs travaux, avec l’enthousiasme et la passion des échanges entre celles et ceux qui savent combien le passé s’écrit toujours au futur, car il est riche de possibles à faire advenir.
Traverser, c’est multiplier les voies du sens et de l’interprétation, chercher des chemins de biais ; traverser, c’est traduire pour accéder à d’autres formes d’altérité. L’esprit des traversées anime ce livre, depuis le pouvoir créateur de la métaphore, afin de dire autrement l’Algérie et sa réalité présente et à venir.

Contributeurs : Zineb ALI-BENALI, Stéphane BAQUEY, Sabrinelle BEDRANE, Amina Azza BEKKAT, Charles BONN, Catherine BRUN, Giulia FABBIANO, Jacques FERRANDEZ, Claude de la GENARDIÈRE, Sarah KOUIDER RABAH, Amina LAMGHARI, Karima LAZALI, Tristan LEPERLIER, Élisabeth LEUVREY, Ghyslain LÉVY, Catherine MAZAURIC, Mustapha MESLEM, Anne ROCHE, Hervé SANSON, Leïla SEBBAR, Keltoum STAALI, Habib TENGOUR, Meriem ZEHARAOUI

Consulter le sommaire détaillé : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/algerieTM18.html

URL de référence : http://www.editions-hermann.fr/5374-l-algerie-traversees.html

C.PL’Algérie, traversées

Bon Souscription brochéL’Algérie, traversées

 

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)