AAC: Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr

Colloque international

Université de Mannheim, 15-16 mai 2023

organisé par Sarah Burnautzki, Abdoulaye Imorou et Cornelia Ruhe

Les propositions d’environ 300 mots en français ou en anglais accompagnées d’une brève notice biobibliographique devront parvenir par courriel aux responsables du colloque avant le  31 mai 2022 (sarah.burnautzki@rose.uniheidelberg.de, aimorou@ug.edu.gh, ruhe@phil.unimannheim.de).

Argumentaire :

Le Prix Goncourt 2021 pour La plus secrète mémoire des hommes ne fait que confirmer ce que savent déjà les personnes qui suivent la carrière impressionnante de Mohamed Mbougar Sarr depuis ses débuts en 2014: c’est un auteur au talent exceptionnel, d’une grande érudition et qui ne recule pas devant les sujets à envergure politique.
Depuis ses débuts avec la nouvelle « La Cale », qui ose la descente dans une cale de bateau négrier et qui a obtenu le Prix StéphaneHessel, les textes de Mohamed Mbougar Sarr connaissent un succès qui ne se dément pas auprès du public et de la presse. Son premier roman, Terre ceinte, publié en 2015, inspiré dun fait réel, la lapidation dun jeune couple par des fondamentalistes religieux à Tombouctou, est tissé dune histoire de violence, de résistance et de liberté. Le deuxième, Silence du chœur, sorti en 2017 évoque l’immigration africaine en Europe à travers le prisme dun roman qui multiplie et entrelace les perspectives et les récits. Les deux romans ont remporté des prix littéraires de grand renom (le Prix AhmadouKourouma, le Grand prix du roman métis et le prix du roman métis des lycéens pour Terre ceinte ; le Prix du roman métis des lecteurs, le Prix littéraire de la Porte Dorée et le Prix Littératuremonde pour Silence du chœur), tandis que son troisième roman De purs hommes, qui traite de l’homophobie au Sénégal, a suscité une vive polémique dans le pays d’origine de l’auteur certains ont cru bon d’annoncer sur les réseaux sociaux qu’ils retireraient leurs félicitations au Goncourt en raison de son « apologie de l’homosexualité ». Terre ceinte a déjà été traduit en anglais et italien, et les droits de traduction de La plus secrète mémoire des hommes ont été vendus (à un prix élevé) dans plusieurs pays quelques semaines avant la remise définitive du Goncourt. Enfin, en 2021, le jury du prix Goncourt, chargé de récompenser le « meilleur ouvrage d’imagination en prose », a choisi La plus secrète mémoire des hommes, un roman inspiré par l’ascension littéraire extraordinaire de lécrivain malien Yambo Ouologuem, surpassée seulement par sa chute littéraire désormais légendaire et qui offre une métaréflexion littéraire subtile, détaillée et lucide sur lhistoire de la littérature africaine ainsi que sur le milieu littéraire parisien.

Audelà des romans, Mohamed Mbougar Sarr intervient également de façon remarquable dans des blogs, la presse écrite ou encore des ouvrages collectifs. On se souvient du blog Choses
Revues qu’il a animé dès 2010 et dans lequel il a fait ses armes et du collectif Politisezvous il participait à la redéfinition de l’engagement politique.
Malgré ces succès incontestables, l’œuvre de Mohamed Mbougar Sarr n’a, à ce jour, pas encore retenu toute l’attention de la critique universitaire à laquelle notamment le dernier roman fait pourtant de nombreux clins d’œil. Nourris d’un savoir académique auquel ils rendent hommage, les romans de Mbougar Sarr sont accessibles à différents niveaux : ils abordent les thèmes suivants :

  • La résistance à et l’engagement contre des régimes totalitaires, des idéologies oppressantes,
  • La question de l’exil,
  • La problématique du champ littéraire francophone,
  • Le rôle de l’auteur,
  • Le rapport entre le réel et la fiction.

Au cours de ces journées, nous chercherons à comprendre les modalités narratives qui permettent à l’auteur de transformer le politique en littérature, mais aussi à situer son œuvre dans un contexte littéraire actuel qui semble s’ouvrir à l’histoire.

Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr. Colloque international, Mannheim, mai 2023

Migrer d’une langue à l’autre ?

Migrer d’une langue à l’autre ?

Présence des langues africaines en France

Mercredi 8 décembre 2021 de 10h à 18h

Musée national de l’histoire de l’immigration

Paris, Porte Dorée

Cette journée met l’accent sur la présence en France des langues africaines, notamment dans le domaine culturel. Des personnalités issues de domaines divers viendront dialoguer et réfléchir aux pratiques liées à ces langues, à leur place sur les scènes culturelles et artistiques contemporaines et à leur hybridation avec le français.

Programme de la journée

10h : Accueil par Pap Ndiaye, Directeur général de l’EPPPD

10h10 – 10h30 : Séance d’ouverture sur les enjeux liés à la présence des langues africaines en France

  • Paul de Sinety, DGLFLF,
  • Laurent Roturier, DRAC Ile-de-France,
  • Nivine Khaled, Directrice de la Langue française et de la Diversité des Cultures francophones à l’OIF. 

10h30 – 12h30 : Les langues africaines entre pratiques et représentations

  • Alexandrine Barontini, Inalco,
  • Fabienne Leconte, sociolinguiste, université de Rouen-Normandie,  
  • Manon Reynaud, association Causons,
  • Nabil Wakim, journaliste au Monde,
  • Anne Zribi Hertz, grammairienne.

14h – 15h30 : Des expressions artistiques en toutes langues : théâtre et musique

  • Hassane Kassi Kouyaté, directeur du « Festival Les Francophonies » et Zébrures d’automne (sous réserve),
  • François Bensignor, journaliste spécialisé dans les musiques du monde,
  • Naïma Huber-Yahi, directrice-adjointe du Festival Villes des musiques du monde,
  • Manoute Seri, directeur de L’Afrique Festival à Strasbourg.
  • Dominique Caubet, Inalco

16h – 17h : La part des mots de l’Afrique – les Glossaires de l’administration française et le Dictionnaire des francophones

  • Danièle Wozny, Maison de la sagesse
  • Mona Laroussi, directrice de l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation à Dakar.

17h – 18h : Vitalité de la littérature africaine en France

  • Abigail Assor, (Aussi riche que le roi, Gallimard, 2021),
  • Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie et de littérature à l’université Columbia de New York,
  • Souleyman Diamanka, (Habitant de nulle part, originaire de partout, Editions Points, 2021)
  • Mohamed Mbougar Sarr, écrivain lauréat 2021 du prix Goncourt pour La plus secrète mémoire des hommes, Philippe Rey/Jimsaan (sous réserve).

En direct depuis le Musée : émission « De vive(s) voix » avec Pascal Paradou (Radio France International)

URL de référence : https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2021-11/migrer-d-une-langue-l-autre

Hommage à Musanji Ngalasso-Mwatha

A l’occasion de ses 50 ans de carrière universitaire, l’Université de Bordeaux Montaigne et le laboratoire CELFA-CLARE (EA 4593) organisent, en hommage au Pr. ém. Musanji Ngalasso-Mwatha, un colloque international, les 18 et 19 novembre 2021 : Regards croisés sur le français et ses usages dans l’espace francophone : créativités langagières et identités socio-discursives.

Programme Colloque CELFA 18-19 nov 21

AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Appel à communications

Colloque international

Université du Mans / Université d’Abomey-Calavi

à l’Université d’Abomey-Calavi & Ouidah (Bénin),
11-12-13 mai 2022

[calendrier modifié]

Propositions de communications (en français) à envoyer au plus tard le 15 décembre 2021 aux adresses suivantes :

Et en Cc :

« Les géographies imaginaires de l’esclavage dans la littérature, les arts et les musées »

La traite négrière définit une « route » dans la géographie du monde dont les traces sont matérielles et immatérielles, représentées à la fois par des lieux de mémoire (forts, plantations, navires, architectures) et des histoires singulières (réelles ou imaginaires). On entendra ici par géographie imaginaire l’approche de ce concept selon Édouard Glissant qui écrit : « Dans les pays composites, et par exemple pour les cultures créoles des Amériques, l’avancée se fait par traces. L’essentiel de la population est arrivée nue, c’est-à-dire après avoir été dépouillée des artefacts de sa culture originelle, de ses langues, de ses dieux, ses objets usuels, ses coutumes, ses outils, et il lui a fallu recomposer par traces, ‘dans les savanes désolées de la mémoire’ ». L’analyse des géographies imaginaires explore la dialectique entre mémoire et espace telle qu’elle s’inscrit dans les réalités quotidiennes des esclavisés et dans les transmissions qui alimentent les imaginaires. Les histoires de l’esclavage se singularisent en fonction des géographies (politiques, sociales, culturelles, humaines) locales et les œuvres qui en découlent traduisent la différenciation de l’espace à toutes les échelles. Ainsi, la migration de retour vers l’Afrique pourra être explorée à travers l’ancrage géographique réel et imaginaire que l’espace romanesque laisse entrevoir.
Cette rencontre scientifique se concentrera sur les analyses des représentations et des imaginaires géographiques de l’esclavage dans les arts contemporains, en l’occurrence la littérature, les films, la photographie, les arts plastiques et les discours historiographiques. Les approches critiques pourront porter sur l’étude du passage des réalités géographiques (l’espace Atlantique, sillonné de bateaux négriers qui voyagent entre les côtes d’Afrique, du continent européen et des terres américaines) aux géographies imaginaires de ces lieux tragiques. Les représentations des routes du « commerce triangulaire » et la formation d’une identité diasporique entre Afrique, Europe et Amériques (Paul Gilroy) pourront être étudiées à travers des œuvres qui participent à la construction de cette géographie imaginaire de l’esclavage. Dans le contexte d’une littérature croissante qui documente la façon dont les événements passés influencent le présent mémoriel, quelle représentation géographique a été donnée de l’héritage de l’esclavage sur l’évolution socio-économique des descendants ? Les répartitions géographiques ont créé des différences de statut social et de perception des esclavisés et ceci pourra être analysé à travers les réminiscences géographiques imaginaires.
Les puissances colonisatrices (Portugal, Royaume-Uni, Espagne ou France) se sont développées grâce à la traite et de nombreux projets artistiques et littéraires interrogent cette mémoire longtemps occultée. Dans les pays destinataires de la traite, ce sont également des monuments qui ont été construits grâce aux profits tirés du commerce de l’esclavage. Les pratiques de sociétés structurées sur la mise en esclavage d’hommes et de femmes transplantés du continent africain aux Amériques y ont été les facteurs de la construction de nouveaux espaces de vie qui restent dans les mémoires transmises. Ces lieux qui nourrissent les géographies imaginaires méritent d’être revisités pour considérer la manière dont ils incarnent le destin de l’esclavisé. Il s’agira de mettre en relief une géographie de la servitude (zones de kidnapping, d’emprisonnement et de déplacement), qui là aussi est transmise comme géographie humaine tragique.
Les musées, en tant que lieux de mémoire proposant un filtre de perception de la culture de l’Autre, esquissent une géographie mémorielle que l’on pourra également interroger. Du Mémorial de l’Abolition de l’esclavage à Nantes, de la Maison des esclaves de l’Ile de Gorée, au Musée de l’esclavage de Ouidah et au Fort de Cape Coast au Ghana, les musées expriment différentes approches de cette géographie imaginaire. Ce colloque international sur les géographies imaginaires de l’esclavage soulignera justement la difficulté à parler de l’histoire locale de la traite dans les territoires européens, dans les Amériques, mais aussi en Afrique. Tous ces lieux seront à explorer dans le cadre de ce colloque international qui vise à construire une réflexion sur les géographies imaginaires de l’esclavage à travers les textes et les images de l’époque coloniale à l’époque postcoloniale et ce, à partir d’un site à forte charge symbolique, celui de la route des esclaves de Ouidah, au Bénin.

Continuer la lecture de AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

JCEA 2022

Les 27 et 29 juin 2022 se tiendra la sixième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) autour du thème « Le(s) Afrique(s) face aux crises ? Ruptures et continuités ». L’évènement se déroulera sur le campus de l’université Toulouse Jean-Jaurès, en parallèle aux septièmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF), tous deux organisés par le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS).

Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA  aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.

La thématique choisie pour cette édition : « Le(s) Afrique(s) face aux crises ? Ruptures et continuités » se veut englobante et la notion de crise peut être comprise de façon diverse : crise économique, sanitaire, sociale, identitaire, environnementale etc. 

https://jcea2022.sciencesconf.org/

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search