AAC: Moussa Konaté : une écriture de l’Afrique plurielle

La revue Études littéraires lance un appel à contributions sur le thème : Moussa Konaté : une écriture de l’Afrique plurielle.

Consacré à Moussa Konaté, ce dossier vise à explorer les multiples dimensions de l’œuvre de cet écrivain africain francophone émérite. Mort le 30 novembre 2013 à Limoges, Konaté s’était, depuis les années 1990, imposé comme l’un des écrivains africains les plus productifs dans le domaine du polar. Né en 1951 à Kita, au Mali, il fait partie d’une génération de romanciers africains dont l’écriture s’inscrit dans la mouvance que Séwanou Dabla appelle les « romanciers de la seconde génération », une génération dont le discours ne se contente « plus si facilement de l’obsession du victimaire occidental et ses imprécations lancinantes contre l’histoire », mais se « porte maintenant sur l’Africain dont il s’agit de cerner la psychologie pour comprendre son drame et ses renoncements[1] ».
De cette génération, Konaté apparaît, dans une large mesure, comme celui dont l’œuvre couvre tous les genres (sauf la poésie) – roman, essai, théâtre, nouvelle, conte, polar, roman pour la jeunesse – et examine des thèmes historiques, culturels, politiques et sociaux. Autrement dit, Moussa Konaté pratique une écriture où se manifeste, sous plusieurs formes, une Afrique plurielle. Premier romancier africain de la « littérature majusculée » (pour reprendre l’expression de Georges Simenon) à sortir le polar africain de la marge, Konaté propose des textes qui véhiculent un discours d’interprétation des sociétés africaines contemporaines. Ainsi, de ses romans à teneur sociale (Le Fils du chaos [1986] et Goorgi [1998]) à ses pièces de théâtre (Khasso [2005], Un appel de nuit [1995], Un monde immobile [1994]) en passant par ses polars (L’Empreinte du renard [2006], L’Honneur des Kéita [2002], La Malédiction du Lamantin [2009], Meurtre à Tombouctou [2014], etc.) et son essai polémique L’Afrique noire est-elle maudite ? (2010), l’on remarque que son projet littéraire semble marqué par une ambition « progressiste », celle qui consiste à trouver un équilibre entre la quête des formes littéraires adéquates dans le contexte africain actuel et l’engagement culturel (dont témoignent ses activités d’éditeur) et social, manifeste dans son intérêt pour l’enseignement et les thèmes récurrents de ses œuvres de création.
Bien que ses romans pour adultes, pour la jeunesse, ses polars, son essai et ses pièces de théâtre soient construits différemment sur le plan narratif, ils forment un univers cohérent dont l’unité sémantique s’élabore autour des personnages en constante mobilité. Ainsi, une lecture attentive de ses différents textes permet de montrer, par exemple, que les frontières entre les deux champs – littérature populaire et littéraire dite lettrée– paraissent, à bien des égards, assez difficiles à tracer. Car chacun de ses textes interroge à la fois les limites du genre auquel il appartient et puise dans la bibliothèque de la littérature africaine et mondiale, dès son premier roman, Le Prix de l’âme (1981), qui s’inscrit en même temps dans la foulée des romans africains des années 1970-80.
Comme pour d’autres écrivains africains contemporains qui privilégient une écriture hybride, la véritable originalité de l’œuvre de Konaté réside dans le traitement des thèmes (la pluralité des visions du monde, le rôle des religions, les injustices et abus de pouvoir, l’éducation et les valeurs de la jeunesse, etc.) qui créent un réseau cohérent mais multiforme, étayé d’un tissage constant d’inter/intratextualités. Les multiples portraits que ses textes brossent, par exemple, du savant et du sage, des jeunes, du justicier, du vengeur et des figures de la violence (des criminels), etc., font non seulement de ces personnages un lieu d’articulation où se joignent les faisceaux du politique et de l’esthétique, mais permettent aussi d’approcher de plus près la réalité des sociétés africaines actuelles.
Par ailleurs, lors de ses différents entretiens[2], Konaté défend l’édition en Afrique. Professeur au lycée pendant plusieurs années, il démissionne au début des années 1990 de son poste de professeur de français pour se consacrer entièrement à l’édition et à l’écriture. Il deviendra d’abord conseiller littéraire chez Jamana, édition créée en 1986 par Alpha Oumar Konaré et sa femme Adame Ba Konaré, avant de fonder en 1997, à Bamako, sa propre maison d’édition, Le Figuier[3], qui publie des livres en langues maliennes. La création de cette maison d’édition traduit non seulement une volonté culturelle, mais vise aussi à mettre à la disposition des jeunes du Mali des livres qui parlent de leur quotidien. Se confirme ainsi, concrètement, la visée didactique qui se dégage des œuvres de création de Konaté et le caractère innovateur du polar africain.
En effet, alors que le discours de la critique tend encore bien souvent à stigmatiser les genres populaires comme frivoles ou même aliénants, Konaté (et d’autres auteurs africains de polars) leur confère une fonction d’éducation publique et d’espace de rencontre susceptible d’alimenter les débats d’actualité. Et la dimension transculturelle de ses textes (dans les formes et les thématiques) y participe : tandis que, en guise d’études transculturelles, la critique ne retient le plus souvent que la « trans »-culturation entre l’Occident et l’Afrique, l’écriture de Konaté illustre la transculturalité vécue au quotidien, en Afrique, depuis les temps les plus anciens, complexifiée par la rencontre avec la modernité occidentale. À travers l’œuvre d’imagination de Konaté, se décline ainsi, parmi d’autres, une didactique de la tolérance dans un contexte où les conflits ethniques et religieux perdurent. L’heure n’est plus au panafricanisme idéalisant : à chaque nation, chaque peuple, chaque communauté de gérer ses propres diversités.

Aussi ce numéro s’intéressera-t-il, à travers des approches variées, à l’analyse de cette œuvre riche et dense qui n’a jusqu’à ce jour fait l’objet d’aucune étude critique majeure. Outre les formes de continuité, les analyses se consacreront aux aspects thématiques et esthétiques de l’œuvre : intertextualités, poétique des genres, constructions thématiques, configuration des personnages, géopoétique, textualisations du discours social, inscription du savoir culturel dans la fiction, etc., pour mieux saisir la construction de cet imaginaire de l’Afrique plurielle chez Konaté. Ainsi, ces analyses permettront non seulement de combler une lacune, mais chercheront aussi à baliser l’ensemble de l’œuvre de Konaté.

Les intéressés sont priés d’envoyer leur proposition d’une longueur de 250 à 300 mots suivie d’une notice bio-bibliographique à l’adresse suivante : revueel@lit.ulaval.ca

Date limite pour les propositions d’articles : 30 août 2019

Date limite pour la soumission des articles : 15 août 2020

[1] Séwanou Dabla, Les Nouvelles Écritures africaines : les romanciers de la seconde génération, Paris,  L’Harmattan, 1986, p. 49.

[2] Voir Philippe Mangeot, « Le choix africain. Entretien avec Moussa Konaté », Vacarme, n° 16 (2001), p. 68-69 ; Tirtbankar Chanda,  « Entretien avec Moussa Konaté, écrivain-éditeur », Notre librairie, n° 135 (1998), p. 35-40.

[3] De 2001 à 2011, Konaté a codirigé, avec Michel Le Bris, le festival littéraire et culturel « Étonnants voyageurs ». Il a également créé à Limoges, en France, une autre maison d’édition, Hivernage, qui diffuse ses livres publiés chez Figuier en France et en Europe.

Revue Études littéraires
Département de littérature, théâtre et cinéma
Pavillon Louis-Jacques-Casault
1055 avenue du Séminaire
Université Laval, Québec (Québec)
Canada G1V 0A6
revueel@lit.ulaval.ca
(418) 656-2131 poste 7844 https://www.erudit.org/fr/revues/etudlitt/
www.etudes-litteraires.ulaval.ca
facebook.com/etudeslitt

Muette de peur. Par Daniel Delas

Muette de peur, le destin d’une petite fille du Darfour esclavagisée

OLMI Véronique, Bakhita, roman, Albin Michel, 2017 (Livre de poche n° 35243), 473 p.

Cet ouvrage qui a obtenu le prix du roman FNAC en 2017 et connait un franc succès encore aujourd’hui, est constitué de deux parties : « de l’esclavage à la liberté » (pp.13-318, couvrant les années  1880-1889) ; « de la liberté à la sainteté » (pp. 321-473, correspondant aux années 1889-1947).
La première partie mérite pleinement l’appellation de roman car, quoique fondée à l’évidence sur une forte documentation, elle reconstruit fictivement les premières années (fin des années 1870 ; début des années 80) d’une petite fille du Darfour.  Razziée à 7 ans par des petits trafiquants dans les années 1880, elle est revendue plusieurs fois, au cours d’une marche-calvaire jusqu’à El-Obeid (Kordofan) puis Khartoum, la capitale du Soudan, et finalement achetée par un général turc.  Elle vit quatre années dans sa grande maison, battue et martyrisée tous les jours par les membres de cette famille musulmane qui, filles et fils en particulier, n’ont pas conscience de leur cruauté inhumaine. La jeune esclave y crève de peur, au sens exact, car elle est littéralement asphyxiée par la peur au point d’en perdre le sens du monde, la mémoire de sa propre histoire, son identité. D’ailleurs son (pré)nom n’est pas celui de sa petite enfance au village, ‘vraie’ appellation  qu’elle ne retrouvera jamais ; Bakhita, c’est un surnom que lui ont donné ses ravisseurs, « La Chanceuse ». Appellation d’un sombre humour qui renvoie à l’exergue de Primo Levi (Si c’est un homme) que l’auteur a mis en tête du récit :

Ils nous enlèveront jusqu’à notre nom : et si nous voulons le conserver, nous devrons trouver en nous la force nécessaire pour que, derrière ce nom, quelque chose de nous, de ce que nous étions, subsiste.

Tel est le leit-motiv de cette partie du récit : la peur de l’esclave, enfant devenu adulte, peur physique qui remonte et remontera à jamais de son corps martyrisé, peur qui non seulement lui fait perdre toute mémoire de sa vie passée mais explique son incapacité à s’épanouir normalement dans une nouvelle vie. Car le corps n’oublie jamais.

La seconde partie, plus historique, s’insérant dans l’histoire des premiers Noirs en Italie à la fin du 19ème siècle, démontre cette cruelle vérité, Bakhita est à jamais totalement refermée en elle-même. Véronique Olmi se sert de documents publiés sur l’histoire italienne de Bakhita, italienne car elle a été rachetée par le consul d’Italie au général turc en déroute et est devenue religieuse après de nombreux avatars. Religieuse, protégée par une ainée affectueuse, Madre Marietta, elle apprend avec application les mots du catholicisme, même en latin. Elle se protège certes ainsi du monde mais comprend-elle les mots qu’elle apprend. ? On ne le sait. Ce qu’il y a de sûr c’est qu’elle continue de rester l’objet d’une curiosité, de la part de ses ‘bienfaiteurs’ même, à laquelle elle ne peut pas répondre.
Un soir qu’elles font leur promenade le long des quais des Zattere, Madre Fabretti lui demande quels souvenirs elle garde de son enfance.

– Je veux dire…l’enfance d’avant.
– Avant l’esclave ?
– Oui avant que tu sois esclave.
Bakhita ne s’attendait pas à cela. On le lui a déjà demandé bien sûr, le consul italien, Stefano et ses enfants… Pourquoi veulent-ils savoir ce qu’elle ressent et ne sait pas dire ? Ce dont elle se souvient si mal. Et si intimement pourtant. C’est comme lui demander de comprendre la nature de son sang, de son souffle, tout ce qu’elle est. (…) Qu’y avait-il, avant ? Abda. Une vie tellement loin, plantée en elle au plus profond, là où les mots n’existent pas.  (p.338-339)

Murée dans son silence, Bakhita vivra jusqu’en 1947. Elle sera déclarée sainte par le pape Jean-Paul II.
Etait-elle lucidement catholique ou simplement heureuse de n’avoir plus peur ? Véronique Olmi laisse la question ouverte, en faisant comprendre que certaines questions ne peuvent pas avoir de réponse raisonnée quand elles touchent ce qui dans la voix remonte du corps.

Dans ses dernières heures seule l’image de sa mère reste présente dans son esprit, cette mère dont l’enfant ne s’est jamais remis d’avoir été brutalement séparée.

         L’orgue a joué l’Ave Maria.

Elle ne l’entendait pas. Elle n’entendait ni ne voyait plus rien. Que sa mère. Qui se tenant derrière elle. La main souple dans ses cheveux tressés, elle ajoutait de toutes petites perles colorées qui venaient de s propre mère, et de plus loin encore, toutes les femmes de cette famille dajou* qui vivait au bord de la rivière depuis si longtemps. Elle a senti la bouche de sa mère sur sa nuque, des lèvres fraîches, mouillées, qui avant de l’embrasser ont mordu sa peau toute neuve et chuchoté à son oreille, d’une façon unique, joyeuse et infaillible, son nom de naissance. (p.470)

*

Pour conclure sur une note personnelle

J’ai hésité à consacrer une chronique à ce livre parce que c’est un livre écrit par une écrivaine française pour un public français, traitant certes d’un sujet d’histoire africaine mais avec une sensibilité littéraire européenne, recherchant parfois, semble-t-il, une maximilisation de l’émotion. J’ai relu le livre et choisi de le présenter tout de même pour deux raisons : la force de l’écriture d’une part, la vérité d’une complicité affective d’autre part.
Véronique Olmi use d’une remarquable écriture courte, loin de tout proustisme, peut-être dans la filiation de Hemingway. Peu importe d’ailleurs les rapprochements avec tel ou tel, l’important est que ce choix stylistique soit apte à charrier le cheminement lent de la souffrance sans longueurs trémolotantes ni emphase émotionnelle. En voici un exemple choisi presqu’au hasard  puisque tout le texte est écrit ainsi sans phrases.

         (débat entre elle et Madre Fabretti sur Dieu)

C’est une grande violence. Un combat entre le désir de vivre et celui de tout lâcher. Elle ne comprend pas cette parole que Madre Fabretti lui répète sans cesse : « Il t’aime. »  Et elle pense que Madre Fabretti se trompe. Il ne voit pas tout. Il n’est pas tout le temps là. Et Il ne sait pas. Elle est une esclave, et personne. Aucun maître, même le meilleur, personne, jamais, n’aime son esclave. Aucun maître, même le meilleur, personne, jamais, n’aime son esclave. (p.297)

Cette écriture fait bien comprendre comment fonctionne l’esprit d’un être devenu incapable de former des ‘vraies’ phrases, réfléchies. Roland Barthes a dit quelque part que l’aptitude à former une phrase était une aptitude à exercer le pouvoir. C’est bien de cela qu’il s’agit. Désormais emprisonnée en elle-même (p. 299) par elle-même, Bakhita ne peut communiquer qu’avec les petits enfants, par son corps, sans parole.
Ainsi est mis en évidence, à partir d’une complicité rythmique, une complicité affective entre Véronique Olmi et Bakhtia, loin de tout sensationnalisme. Véronique Olmi est écrivaine, comédienne et animatrice d’un festival. C’est peut-être cette aptitude de ‘théâtreuse’ à entrer dans la peau des autres qui l’a aidée à descendre ainsi si profondément dans un être mutilé par la cruauté des hommes.

Ecriture et sentiment se mêlent alors, tant il est vrai que le sujet écrivant ne trouve sa vérité que par et dans le rythme de l’écriture.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Muette de peur. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 18/05/2019, https://apela.hypotheses.org/3243.

AAC: Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Du 4 au 6 mai 2020, l’Université de Lausanne (Suisse), par sa Faculté des lettres, accueillera le colloque international et interdisciplinaire : Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir.

Délai d’envoi des propositions : 6 septembre 2019.

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

A l’heure où les questions de parité et de représentation féminines occupent le devant de la scène sociale et politique, à l’heure où les stéréotypes de genre sont dénoncés au niveau planétaire, il paraît essentiel de questionner les discours portant sur les représentations des voix et des personnages féminins subsahariens. Ce colloque international « Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir » entend fédérer plusieurs types de savoirs touchant aux humanités, tels que le pratiquent les Studies (littérature, genre, histoire, philosophie, cinéma, anthropologie, …). Le titre « Africana » est conçu comme une invitation transversale afin de réfléchir sur un ensemble de représentations et de savoirs touchant autant des systèmes de pensée, des événements ou des actes esthétiques impliquant des Africaines vivant sur le continent ou issues d’une diaspora.
La littérature est un des lieux où se pense le monde réel ; elle crée, grâce à des subjectivités, des actions et des temporalités, la possibilité de questionner le monde. Ce pouvoir de la fiction motive notre volonté de mettre en évidence des « figures de femmes et des formes de pouvoir » à l’œuvre dans la littérature qui met en scène l’Afrique et ses diasporas féminines. Très dynamiques, les fictions récupèrent des stéréotypes de genre et leurs auteur.e.s s’impliquent souvent par un discours social et politique touchant autant à des pratiques locales, traditionnelles qu’aux conséquences de la migration. Ces choix concernent de nombreuses littératures dites de « subalternes », mais il nous importe de mettre en évidence comment des processus d’émancipation et de résistance se sont joués et se jouent à travers des personnages placés sur le continent africain ou parmi ses diasporas.

Les réflexions s’articulent donc à partir de nos champs de recherche dont le développement est relativement récent en Suisse, tout en bénéficiant de liens directs, depuis plus de dix ans, avec des partenaires africain.e.s dont les apports théoriques, sociétaux et expérimentaux sont fondamentaux. L’origine du projet impose de reconnaître des catégories hégémoniques européennes par rapport auxquelles s’élaborent les fictions et les discours de façon plus ou moins subversive, qu’il s’agisse de la « fétichisation » de la femme africaine ou de la façon d’aborder l’« héritage colonial » au féminin (langue, scolarisation, …). Il importe aussi de prendre en compte de nouvelles formes de pouvoir, telles la maternité et le rapport au corps, placés sous le signe de l’expérience, de l’autonomie et du choix de la filiation.
Le pouvoir est un objet aux formes multiples et nous voulons relativiser sa représentation articulée entre une soi-disant sphère publique et une autre privée : en cela, les concepts d’empowerment et d’éthique du care pourront être des relais stratégiques pour envisager les représentations – fictionnelles et matérielles – qui vont nourrir le cœur de la conférence internationale et interdisciplinaire pensée pour marquer l’importance et le développement d’un champ d’étude incontournable. La rencontre va questionner divers types de mise en récit, portant autant sur des faits concrets que des représentations symboliques. L’articulation de ces modalités de représentations permettra de définir les forces à l’œuvre quant à de nouvelles figures de femmes, soit dans notre monde contemporain, soit en créant des liens avec des époques considérées comme révolues.

Axes de réflexion

– Mises en perspective de représentations du « féminin » dans des discours – fictionnels ou non – mettant en scène l’Afrique subsaharienne et/ou ses diasporas.  
– Histoire et fictions : représentations et expériences.
– La fiction, souvent, déconstruit des stéréotypes féminins et se joue des représentations genrées ; quelles sont les stratégies mises en place ? comment la langue et les voix fictionnelles portent-elle des choix alternatifs ? Formes du « féminin » en tant que Sujet et non pas Objet. Enjeux ? Echos ? Cet intérêt peut être élargi à d’autres domaines des Humanités
– Cadrages sur des « figures de femmes » et relations – nouvelles – à diverses formes de pouvoir : qu’il soit régalien ou autre. Il s’agira d’inclure à la réflexion les usages de l’empowerment et de l’éthique du care (en tant que reconnaissance affective qui n’est pas une charité mais du politique).
– Envisager des formes alternatives d’engagement par le biais de la résistance. Imbrication sexe-race-classe.

Mots clefs

 Esthétique – Poétique – Fiction (roman, poésie, théâtre, vidéo, …) – Histoire – Colonialisme – Scolarisation – Subaltern studiesPostcolonial studiesDecolonial studies Gender studiesAreas studies – Arts vivants (performances) – Arts (photographie, peinture, …)  Afrique – Europe – Diaspora – Altérité – Hybridité – Résistance – Féminismes – Postféminisme – Empowerment – Ethique du care.

******************

Merci de soumettre votre proposition en français (titre et descriptif de 500 mots maximum, format pdf), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, d’ici au 6 septembre 2019. Elle doit être envoyée aux responsables de l’organisation à l’adresse courriel : peall@unil.ch

Le comité scientifique rendra réponse en novembre 2019. L’organisation prendra en charge le séjour des intervenants durant le colloque, mais il est nécessaire de chercher un financement auprès de son institution de rattachement pour le déplacement en Suisse.

Comité scientifique :

  • Prof. Christine Le Quellec Cottier (Université de Lausanne)
  • Prof. Valérie Cossy (Université de Lausanne)
  • Prof. Catherine Mazauric (Université Aix-Marseille)
  • Prof. Coudy Kane (Université Cheikh Anta Diop, Dakar)
  • Prof. Koutchoukalo Tchassim (Université de Lomé)
  • Prof. Xavier Garnier (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle)
& Pôle pour les études africaines de la faculté des lettres de l’Université de Lausanne (PEALL) :  https://www.unil.ch/fra/pole-etudes-africaines    

AAC: Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques

Colloque International: “Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques”

30 octobre – 1 novembre 2019

Howard University – Washington, DC

Conférencière principale: Dr. Dellita Martin-Ogunsola

Invité-e-s: Shirley Campbell (Costa Rica), Marie Célie Agnant (Haiti/Québec), Ángela Nzambi (Guinée Équatoriale), Cristina Cabral (Uruguay/USA), Erik O. Rubio (Peintre afro-cubain)

Propositions (en français, anglais, espagnol et portugais) à envoyer à: howardconference2019@gmail.com

Date limite d’envoi: 15 juin 2019

 Contact: Dr. Clément A. Akassi, Président du Comité d’Organisation, cakassi@howard.edu

Pour plus détails sur les propositions de communication, veuillez consulter/visiter notre site web, https://cakassi.wixsite.com/howardconference et cliquer sur “Call for Papers”

CALL FOR PAPERS FLYER FRENCH UPDATED

Guinéenne, Française, Allemande ? Par Daniel Delas

DIALLO Elisa, Fille de France, Climats (Flammarion), 2019, 195 p.

Ce livre d’Elisa Diallo est original en cela qu’il raconte pourquoi et comment une jeune femme métisse, née en France d’un couple ‘domino’, (comme on disait alors), père guinéen-mère française, en vient à choisir l’Allemagne plutôt que la France comme lieu de résidence et de travail.
Pourquoi ? Parce que, selon elle,  les Français ont une conception fantasmée et absolutiste de leur francité, avec le résultat que tout étranger reste étranger et, a fortiori si l’on peut dire, tout africain noir reste nègre africain :

Existe-t-il des Français enfants d’Africains capables de dire sans hésiter « je suis français » sans la moindre réserve, sans un léger tremblement de l’âme, ce court moment où l’on attend d’être contredit ou au moins questionné, Je rêvais parfois de ne plus me sentir fille de France, fille mal aimée (p.11)

De sorte qu’au-delà des discours enflammés exaltant une France terre de liberté, héritière des idéaux révolutionnaires, les gens y restent racistes, sans même s’en rendre compte.  La petite fille noire se heurte dès l’enfance (dans les années 70) et dans toutes sortes de circonstances à des propos insidieusement racistes,

Ce genre de réflexions lancées sur un ton débonnaire par des gens qui se croient tout permis quand ils sont face à des gens comme moi, des anciens des colonies. Je ne sais pas combien de fois j’ai été blessée depuis l’enfance par de telles paroles. Pour n’en citer que quelques-unes, en dehors du classique « Tu viens d’où… non, je veux dire, tu viens d’où vraiment », des réflexions «pas méchantes » faites en parfaite innocence : « Tu sais sûrement bien danser, tu as ça dans la peau » ; « Tu ne peux pas te plaindre de la chaleur, il fait bien plus chaud là d’où tu viens », «Tu  ressembles comme deux gouttes d’eau à Whoopi Goldberg» ou variante, « Tu ressembles vachement à Naomi Campbell »… etc., etc. (p. 141)

La jeune Elisa, enfant sensible et affectueuse, est ‘blessée’, ‘mortifiée’, ‘tétanisée’, par ce refus constant, banal parce qu’inconscient,  d’être considérée comme une égale ; c’est son grief fondamental à l’égard des Français. En second lieu, la jeune femme est choquée par les décisions  politiques hostiles aux étrangers, – décisions aussi bien socialistes (vote de la loi sur la déchéance de nationalité en 2015) que macronistes (refus de la France de laisser accoster l’Aquarius en2018) – , cependant qu’elle admire la généreuse politique d’accueil des émigrés mise en place par la chancelière allemande Angela Merkel (« wir schaffen das », « on y arrivera ») qui accepte la pluriethnicité.  Tant et si bien qu’après un séjour décevant aux Pays-Bas où le passé colonial est tabou, la jeune femme, dotée de solides titres universitaires acquis à Paris, choisit de s’installer en Allemagne,  à Mannheim, où elle travaille dans l’édition. Elle y trouve un dialogue apaisé et décide de demander la nationalité allemande (sans perdre pour autant sa nationalité française selon une loi allemande récente).

Elisa n’est pas devenue malgré cette évolution une militante agressive ou violente, elle reste au plus près d’un vécu chargé d’émotivité (larmes,  colères) sans jouer à l’intellectuelle surplombant le débat. Certes elle est cultivée, issue de parents eux-mêmes cultivés (ils se sont connus à Sciences Po !) dont elle raconte la vie par fragments. Certes l’Allemagne n’est pas un paradis pour les immigrés et la bureaucratie germanique gère avec une lourdeur pointilleuse sa demande de naturalisation.  Par exemple sur le document fourni à son père par les autorités guinéennes, il est écrit à la rubrique ‘date de naissance’, « vers 1941 ». Stupeur indignée de la bureaucrate du Service des Etrangers de Mannheim ! ‘Vers’, on ne peut pas mettre ça dans un document allemand officiel ! Mais comment obtenir des précisions sur ce point certes de détail mais qui bloque la procédure ? Mais c’est plus du bureaucratisme que de la mauvaise volonté et sa demande finira par aboutir.

Cette ‘histoire’ qui reste entre l’autobiographie et le récit de vie est attachante dans son désordre même (la composition semble partir de la vie plus que de la logique historique). Elle incite à la réflexion : l’Allemagne, rendue humble par l’acceptation réfléchie des crimes nazis, serait-elle plus terre d’accueil de la « misère du monde » que la France arrogante ou les Pays-Bas, vivant dans le déni de leur passé colonial ?   Elisa Diallo le pense, concluant son ouvrage en ces termes :

Oui, l’Allemagne est en phase de profonde transformation. Elle l’est en fait depuis l’après-guerre, le démantèlement du fascisme, l’apprentissage de la démocratie, la réunification, le multiculturalisme. Comment ce pays pouvait-il nous paraître aussi ringard quand nous étions jeunes ? Il y a aujourd’hui quelque chose à créer en Allemagne et, pourquoi pas, dans cet ancien laboratoire du pire, un avenir européen, véritablement  multiethnique, où le cosmopolitisme, la diversité et la complexité seraient à nouveau des valeurs positives. Je ne vois pas à l’heure actuelle, de raisons de ne pas y croire. Alors j’y crois.    (p.193-194)

*

Pourquoi inciter à la lecture de ce récit qui n’appartient pas directement à la littérature ? Parce qu’il déconstruit le discours de l’envahissement que tient l’extrême-droite. Les migrants ou les originaires des anciennes colonies ne ciblent pas seulement la France parce qu’ils aiment sa langue, sa Sécurité Sociale ou son amour de la liberté. Ils désirent certes le mieux-être mais ne le dissocient pas d’une demande de dialogue entre hommes et femmes ouverts également au monde. C’est alors vient vite la déception. Multiethnique la France ?  Dans les mots et les discours oui mais pas dans les comportements, pas dans les têtes. La fameuse arrogance française souvent dénoncée,  charrie une indéracinable racisme.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Guinéenne, Française, Allemande ? Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 04/05/2019, https://apela.hypotheses.org/3209.

Sorcières, tyrans, héros

Sorcières, tyrans, héros – Mémoires postcoloniales de résistants africains

Elara BERTHO

Editions Honoré Champion, collection «Francophonies», 520 p.

Broché, parution le 17/04/2019 ISBN : 9782745350459

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/11009-book-08535045-9782745350459.html

AAC: La littérature togolaise : histoire, poétique et didactique

COLLOQUE INTERNATIONAL

La littérature togolaise : histoire, poétique et didactique

Université de Lomé, 29, 30 et 31 janvier 2020

——-

Les propositions devront être envoyées au plus tard le 15 septembre 2019 aux adresses électroniques suivantes : codirel@hotmail.com et codirel@univ-lome.tg

Le présent colloque se veut une rencontre d’échanges et un bilan général de la littérature togolaise, à l’instar des journées d’étude organisées par le CoDIReL en 2013, 2014, 2015 et 2016, qui ont abouti à la publication de Littérature togolaise. Discours et figures d’autorité (2018, Éditions Continents).
L’objectif du colloque est de cerner de plus près les productions littéraires nationales et d’ouvrir des pistes pour un accompagnement théorique, critique et éditorial efficient de celles-ci. Nous optons pour un dépassement des polémiques qui ont agité la réflexion exégétique au sujet de la reterritorialisation des littératures africaines, pour concevoir chaque littérature nationale comme une sous-entité entretenant un rapport, non plus d’opposition, mais d’inclusion avec d’autres littératures nationales et l’entité fédératrice (littérature africaine). Ainsi le concept de « littérature nationale » acquiert une dimension pragmatique,en ce sens qu’il permet la prise en charge d’un corpus d’œuvres situées ou non dans un même espace géographique et partageant, sur la base de la quête de valeurs et d’aventures esthétiques, un fonds d’imaginaire social et psychologique lié à l’origine commune des auteurs.
À ce titre, la littérature togolaise, comme champ de recherche académique,nécessite une approche rigoureuse. La léthargie qui a souvent prévalu sur ce chantier – en dépit de quelques initiatives appréciables – est fondamentalement liée au caractère épars ou hétérogène du répertoire, et au déficit d’études critiques. On peut envisager ces deux problèmes tant du point de vue quantitatif que qualitatif.Quel que soit l’aspect considéré, la question qui resurgit est celle de savoir quels liens existent entre la conscience nationale et l’imaginaire collectif tel qu’il se reflète dans les œuvres littéraires. On assiste depuis deux décennies à un regain d’enthousiasme – réel quoique mitigé – dans la prise en charge de cette littérature. Cet éveils’observe chez tous les acteurs de la chaîne du livre (auteurs, lecteurs, éditeurs, promoteurs, mécènes, libraires, critiques, etc.) Au-delà du constat, il importe d’orienter la réflexion vers la recherche de solutions pratiques visant à harmoniser des dynamiques, afin de soutenir l’engouement autour de l’objet livre et de la création littéraire.

Les contributions devront s’inscrire dans les axes suivants :

Axe 1 : L’histoire littéraire

Les réflexions inscrites dans cet axe porteront sur la taxonomie, la périodisation, la question des supports du livre,l’évolution historique des genres et des formes littéraires, la problématique genre et l’expression littéraire féminine, les relations entre la littérature et l’histoire, les rapports de pouvoir et d’influence témoignant de l’existence d’un champ littéraire, etc. Quelques réflexions appréciables ont pu jeter des bases sur chacune de ces orientations thématiques. Le besoin d’un travail plus approfondi se fait cependant ressentir. Il s’agira, entre autres tâches, de capitaliser l’existant à partir d’une bibliographie quasi-exhaustive, de réaliser une critique serrée des sources, d’opérer des choix méthodologiques pertinents et d’élaborer une histoire littéraire cohérente.

Axe 2 : La poétique                                                                

Autant l’histoire littéraire vise à faire ressortir les forces et les faiblesses de la littérature existante, autant la poétique peut en tirer des orientations pour la littérature vivante, celle qui continue de s’écrire. Le but de la poétique est de saisir les harmoniques du discours, de révéler au texte littéraire sa beauté et sa pertinence historique, mais aussi d’interroger ses limites thématiques et esthétiques.On pourrait également s’intéresser à d’autres champs de la poétique comme la poétique des valeurs, la géopoétique, etc.

Continuer la lecture de AAC: La littérature togolaise : histoire, poétique et didactique

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)