Tous les articles par editapela

Le nœud du monde : politique du corps (post)colonial

Séminaire Le nœud du monde : politique du corps (post)colonial

Perspectives croisées Europe-Afrique-Amérique


Vendredi 27 février 2014, 18h-20h

Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH)
190 Avenue de France, 75013 Paris
Salle 1, Rez-de-chaussée
M° Quai de la Gare (ligne 6)
Elodie MALANDA (Doctorante en littérature, Paris Sorbonne Nouvelle) : « Tu dois devenir noir ». La peau blanche comme fardeau chez les héros des romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne en France et en Allemagne

Ramcy KABUYA (Docteur en littérature générale et comparée Université de Lorraine/Lubumbashi) : Entre marge et invisibilité, les perspectives esthétique et politique du jeu liminal dans les arts

Université de Dschang : Hommage à André Brink

L’écrivain sud-africain André Brink est mort dans la nuit du 6 février 2015 à bord d’un avion (Amsterdam-Le Cap) qui le ramenait de Belgique où il venait d’être fait Docteur Honoris causa de l’Université Catholique de Louvain. Il est l’auteur notamment de Une Saison blanche et sèche (1979), roman enseigné dans le programme de littérature des classes de première au Cameroun depuis l’année scolaire 1996-1997.
L’Équipe de Recherche en Littérature Comparée de l’Université de Dschang (Cameroun) lui rend un hommage mérité pour son talent et sa créativité littéraires (23 textes publiés, romans et essais confondus) pour son engagement en tant que homme et artiste du côté de la liberté et de la justice sans couleur, contre l’apartheid.

Continuer la lecture de Université de Dschang : Hommage à André Brink

Badilisha, l’essentiel de la poésie africaine en ligne

Information et article en lien partagés par Abdourahman A. Waberi :

La poésie africaine a désormais sa bibliothèque numérique. Le site Badilisha Poetry propose d’en écouter les œuvres les plus marquantes depuis un mobile.

Par Laurène Rimondi (Le Point Afrique)

La voix des plus grands poètes africains, en écoute depuis un mobile. C’est l’idée du site lancée par Badilisha X-Change, la plus grande bibliothèque d’enregistrements de poésie africaine au monde, qui rassemble plus de 350 poètes, originaires de 24 pays, déclamant leur prose en 14 langues. Une première africaine, mais aussi mondiale, qui reflète la multitude de rythmes, de rimes, d’inspirations et aspirations à l’œuvre sur le continent.

Des podcasts pour redonner vie à un art ancien

“Je titille le silence sur les grèves de la / mémoire / un ange par-dessus mon épaule / épie mon cahier suave / et / les mots se cachent dans les plis des / pages / de peur que je ne secoue les draps / par la fenêtre blanche / et s’envolent d’un coup d’aile / les secrets d’alcôve …”.  C’est ainsi que débute l’un des poèmes de Abdourahman Waberi, un auteur de Djibouti, primé pour son travail et traduit dans différentes langues, que l’on peut désormais lire et écouter sur site Badilisha Poetry.

Badilisha, d’abord un festival de poésie

Au départ, Badilisha est un festival de poésie lancé au Cap en 2008, qui met en lumière les artistes africains et issus de la diaspora. Quatre ans plus tard, le site naît d’une ambition : conserver ces œuvres via des enregistrements audio, mais aussi élargir l’audience d’un art ancestral méconnu…

Lire la suite sur Le Point Afrique.

André Brink en Belgique

L’écrivain sud-africain André Brink sera exceptionnellement en Belgique pour y recevoir le titre de docteur honoris causa attribué par l’UCL en février. Il participera à cette occasion à plusieurs débats et rencontres littéraires entre le 1er et le 5 février 2015. 

Né en 1935 en Afrique du Sud, André Brink est l’auteur d’une vingtaine de romans et essais dont Une saison blanche et sèche qui fut adapté au cinéma (1979) et pour lequel il a obtenu le prix Médicis étranger. Il est l’une des voix majeures de l’Afrique du Sud littéraire et politique de ces trente dernières années. Honoré à maintes reprises pour son engagement contre l’apartheid, André Brink est entre autres Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres et de Chevalier de la Légion d’Honneur.

Rencontrez André Brink à l’occasion de… 
– 1er février – 15h30 : Débat à la librairie Filigranes à Bruxelles
– 2 février – 14h30 : “Pause-café” à la librairie Libris-Agora à Louvain-La-Neuve
– 5 février – 19h : Rencontre à Bozar à Bruxelles

MàJ : On apprend ce samedi 7 février 2015 le décès de l’écrivain, lors de son retour de Belgique. On peut écouter l’un de ses derniers entretiens, accordé au CEC, ici.

Sony Congo ou la chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi

texte Bernard Magnier, mise en scène Hassane Kassi Kouyaté
avec Marcel Mankita, Criss Niangouna

Le Tarmac, La scène internationale francophone
du 11 au 14 février 2015 mercredi, vendredi à 20h, jeudi à 14h30 & 20h, samedi à 16h
Avec ses pièces enfiévrées, d’abord créées à Brazzaville par sa troupe, le Rocado Zulu Théâtre, ensuite livrées sur les scènes de Paris, Bruxelles ou New York, en passant par les capitales africaines, avec sa langue subversive et attentive aux injustices, avec ses romans iconoclastes, Sony Labou Tansi est l’une des voix majeures du continent africain.
Ce spectacle souhaite rendre compte de la destinée de ce créateur météore né en 1947 et décédé en 1995.
Deux comédiens. L’un sera Sony Labou Tansi et portera sa parole. L’autre, un lecteur, passeur, qui feuillettera l’œuvre de l’écrivain, relatera sa destinée, retracera son itinéraire de création, son attachement à la terre africaine, son ancrage au Congo et sa volonté de s’adresser au monde. Tous deux devenant les interprètes de quelques brefs passages de ses pièces.
Dans la mise en scène d’Hassane Kassi Kouyaté, extraits de l’œuvre, musique, documents sonores et vidéos se mêleront pour donner à entendre un talent immense d’une urgente actualité. Sony Congo ou la destinée singulière d’un créateur.
jeudi 12 février, à l’issue de la représentation du soir, rencontre En Écho animée par Valérie Baran, avec Bernard Magnier & Hassane Kassi Kouyaté

lumière Cyril Mulon   vidéo Florian Berutti   décor Mahamoudou Papa Kouyaté   costumes Anuncia Blas
Production Compagnie Deux Temps Trois Mouvements / Coproduction Le TARMAC – La scène internationale francophone, ARTMATAN (Association réunissant tout le milieu d’art plastique à Toussiana et les artisans novateurs), EPCC Atrium Martinique

Plus d’infos, réservation de places : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-sony-congo-ou-la-chouette-petite-vie-bien-osee-de-sony-labou-tansi/spectacle-74/.

ELA 37 : Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap-Vert

couv_15080 Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap Vert
Textes réunis par Maria Benedita BASTO

Consacré aux principales littératures africaines lusophones, ce dossier cherche à pallier le relatif manque de travaux disponibles à leur sujet en langue française. Il réunit des contributions venant d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du Nord et d’Amérique latine. Ces études concernent tantôt l’histoire de la littérature, tantôt des problématiques contemporaines ou encore des analyses monographiques. Elles partagent une forte dimension épistémique, mettant en perspective des dynamiques transnationales aussi bien que locales.

Dossier : Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap-vert

  1. Maria Benedita Basto Introduction
  2. Laura Padilha,
    Littérature angolaise, jeux cartographiques et désobéissance épistémique
  3. Philip Rothwell,
    Nouvelles trajectoires de la littérature angolaise : l’Amérique au crible de l’épistémologie du Sud dans O Terrorista de Berkeley, Califórnia de Pepetela
  4. Inocência Mata,
    À contre-flux du nationalisme littéraire : inspiration et inversion du regard dans la littérature angolaise
  5. Maria Benedita Basto,
    Une main peut en cacher une autre : décolonisation des savoirs, histoire et épistémologie au cœur des écritures littéraires mozambicaines
  6. Francesco Noa,
    L’océan Indien et les routes de la transnationalité dans la poésie mozambicaine
  7. Agnès Levecôt,
    Frontière et altérité dans Le Dernier Vol du flamant de Mia Couto
  8. Catherine Dumas,
    La poésie du Cap-Vert, sons et thèmes
  9. Simone Caputo-Gomes,
    Faire la différence : écritures littéraires des femmes au Cap-Vert

Varias

  1. Yves Chemla,
    Obsidionalité de l’histoire dans l’écriture de La Pacotille, de Gérard Étienne
  2. Michael Meewis,
    Brefs accès de bonheur. Un film amateur montrant Graham Greene au Congo Belge en mars 1959

 A propos de l’Histoire de la littérature arabe moderne

  1. Contribution de Xavier Luffin
  2. Contribution de Carole Boidin
  3. entretien de Nathalie Carré avec Heidi Toelle et Boutros Hallaq

Continuer la lecture de ELA 37 : Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap-Vert

Appel à articles / CFP : Celaan, Leïla Sebbar

Relayé depuis la liste [apela-infos] :

APPEL A CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS

CELAAN : Numéro spécial LEÏLA SEBBAR

« J’écris. Des livres. J’écris la violence du silence imposé, de l’exil, de la division, j’écris la terre de mon père colonisée, maltraitée (aujourd’hui encore), déportée sauvagement, je l’écris dans la langue de ma mère. C’est ainsi que je peux vivre, dans la fiction, fille de mon père et de ma mère. Je trace mes routes algériennes dans la France » (L’arabe comme un chant secret, Bleu Autour, 2010)

Leïla Sebbar, romancière, nouvelliste, essayiste, a publié dans les quarante années passées un nombre important de textes variés : romans, essais, récits. Elle est née d’un père algérien et d’une mère française, et ne parle pas la langue de son père, thème qui parcourt son oeuvre et tisse autour de la langue de nombreuses problématiques.

Ses écrits  recomposent des fragments de mémoire, des déchirures du genre, des lambeaux d’exil.  Elle s’est ainsi employée à recoudre les deux rives de la Méditerranée, tout en faisant entendre d’autres voix que la sienne dans bon nombre d’ouvrages collectifs qu’elle a dirigés. ( Mes Algéries en France, Enfance juive en Méditerranée musulmane…pour ne citer que ceux-ci)

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos textes en français ou en anglais de 10 à 12 pages, double interligne, modèle MLA,  avant le 1er mars 2015  pour ce numéro spécial qui se veut éclectique et transdisciplinaire. A envoyer à : ikummer@unis.org.

Quelques pistes de travail qui ne se veulent pas exhaustives :

    • La question de la langue arabe
    • Orient/occident
    • La guerre d’Algérie
    • La poétique de l’exil
    • Histoire et mémoire
    • L’étranger, le métissage
    • Femmes/Jeunes filles du Maghreb en révolte
    • Le rôle de l’image dans certaines  de ses oeuvres
    • Isabelle Eberhardt dans l’oeuvre de Leila Sebbar

CELAAN: SPECIAL ISSUE                                      

LEILA SEBBAR

“I write books. I write about the violence of imposed silence, exile, division. I write about my father’s land which was colonized, badly treated even still today and cruelly deported, but all this I write in my mother’s language. This is how I can actually, through fiction, live as my father’s and mother’s daughter. I  trace my Algerian roads in France.”

( L’arabe comme un chant secret, Bleu Autour, 2010.)

Leila Sebbar, author, novelist and essayist, has published an impressive number of books during the past 40 years. She does not speak Arabic, the maternal language of her Algerian father, but rather that of her French mother, and this has become a richly defining theme throughout her work.

Her writing reconnects fragments of memory, explores gender issues and recomposes the shards of exiled lives. Her work is a repeated attempt to sow back and bring together the two banks of the Mediterranean: France and the Maghreb. In addition to her personal writing, she has also published many works of a collective nature, bringing together different authors addressing such shared themes as colonial Algeria, growing up Jewish in Muslim Mediterranean, to name a few.

We would would to invite your participation in the special edition of CELAAN devoted to the work of Leila Sebbar, which we anticipate will be diverse and interdisciplinary.  Your texts may be in English or French, from 10 to 12 pages double-spaced, MLA style, and must be received by us no later than March 1, 2015. Please send to: ikummer@unis.org, guest editor.

Articles may deal with (but won’t be limited to) the following suggestions/themes:

the relationship to the Arabic language, the confrontation between Western and Eastern worlds, the Algerian war, the poetry of exile, History and memory,  the “Other”, the mixing of cultures, women of the Maghreb in revolt, the role of images in some of Leila Sebbar’s work, the impact of Isabelle Eberhardt in Leila Sebbar’s work.

URL de référence : http://www.skidmore.edu/celaan/#.