Tous les articles par editapela

AAC : En hommage à Jean Pliya

CIREFColloque- exposition en hommage à JEAN PLIYA

APPEL A COMMUNICATIONS

L’écrivain et homme de culture JEAN PLIYA est décédé le14 mai 2015. Personnalité polyvalente d’une stature exceptionnelle, aussi bien au plan national qu’international, JEAN PLIYA est à la fois un grand écrivain à l’œuvre multidimensionnelle, un essayiste et chercheur scientifique de très haut niveau, un auteur religieux et un prédicateur aux talents immenses.
Son œuvre littéraire couvre les domaines de l’art dramatique, de la nouvelle, du conte et du roman. Ses écrits spécifiquement scientifiques relèvent aussi bien de l’histoire et de la géographie que des sciences de l’éducation et de la médecine (spécialement la diététique nutritionnelle).
Pour rendre un hommage mérite à ce grand homme, le Centre international de recherches et d’études francophones (CIREF), dirigé par Professeur Adrien HUANNOU, a décidé d’organiser un colloque-exposition pour marquer le 1er anniversaire de son décès. Cette rencontre aura lieu à Cotonou, du 12 au 15 mai 2016.

Les communications porteront sur les facettes suivantes de la vie et de l’œuvre de JEAN PLIYA :
• L’œuvre littéraire de JEAN PLIYA : thématique, écriture, audience internationale, etc.,
• JEAN PLIYA historien, géographe et naturothérapeute,
• JEAN PLIYA et la politique,
• JEAN PLIYA, l’humanisme et la spiritualité chrétienne,
• Autres aspects.

Les résumés des communications (qui ne devront pas dépasser 300 mots) seront envoyés, par courrier électronique, au plus tard le 31 janvier 2016 à l’une des deux adresses suivantes :
– ahuannou@yahoo.fr
– pmedehouegnon@yahoo.fr

Cotonou, le 03 octobre 2015.
Adrien HUANNOU
Directeur du CIREF

AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

11ème Conférence de la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA)
Université de Floride, Gainesville, Etats Unis, 25-28 Mai 2016

Thème : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

Appel à contributions

LA DATE LIMITE de réception des communications est le 15 décembre 2015. Les propositions acceptées seront communiquées aux auteurs entre fin novembre 2015 et le 31 décembre 2015, au plus tard. Pour de plus amples informations – frais d’inscription, adhésion, transport, hébergement, et toutes autres mises à jour – prière de visiter notre site web : www.africaisola.org. En accord avec le règlement de ISOLA, tous les auteurs de communications devront payer les frais d’adhésion à l’organisation pour l’année de la conférence. Les frais d’adhésion sont distincts des frais de participation à la conférence.

Site web : www.africaisola.org

Pour sa 11ème conférence biennale qui se tiendra à l’Université de Floride dans la ville de Gainesville, aux Etats Unis, la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA) lance cet appel à contributions pour des articles et des panels portant sur le thème « Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora. »
Pour cette conférence, nous considérons la mémoire comme un acte créatif de recouvrement. Sans la faculté de se souvenir, nous ne serions pas capables d’apprendre, de produire, ou de nous perpétuer socialement. Quand nous nous souvenons d’un événement, nous ne nous en souvenons pas dans les conditions exactes dans lesquelles cet événement s’est produit. Dès lors, la mémoire humaine n’est pas un appareil d’enregistrement qui codifie et reproduit exactement nos
expériences passées. Le contenu de la mémoire humaine est en constante évolution. Le souvenir est une dynamique inventive. Les travaux des spécialistes en psychologie cognitive confirment le
fait que l’action de se souvenir du passé est dynamique ; c’est un processus en mutation, qui dépend aussi bien des notions du futur que des images du passé. Il est évident que nous nous souvenons d’un certain événement individuellement. Cela signifie que deux individus peuvent ne pas partager des souvenirs identiques d’une situation à laquelle ils ont tous deux participé.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

Folk art africain ?

Folk Art Africain ? Créations contemporaines en Afrique subsaharienne

Jeudi, 24 septembre, 2015Samedi, 19 décembre, 2015
Un récit choral qui exprime, à travers la vitalité des cultures populaires de l’Afrique subsaharienne, les métissages entre traditions et modernités. Vernissage jeudi 24 septembre à 19h.
Dans le cadre de la saison “Afriques contemporaines”
À l’instar d’une Afrique composite, cette exposition présente la création dans son expression la plus diverse, puisant aux sources d’une culture populaire incroyablement vivante, dans l’énergie du temps présent, déjouant l’idée même d’unité ou d’homogénéité. S’il est vain de résumer à grands traits l’histoire de l’art africain comme sa dimension contemporaine, que nous racontent les artistes Omar Victor Diop, Kifouli Dossou, Samuel Fosso, Romuald Hazoumè, J-P Mika, Gerard Quenum, Sory Sanlé, Amadou Sanogo, Kiripi Katembo et Ablaye Thiossane, de cette Afrique multiculturelle ? Vraisemblablement, les artistes continuent de jouer avec d’anciennes partitions qui recouvrent des champs aussi larges que la musique, l’artisanat, le chant, la danse, la spiritualité, etc. D’où l’idée de convoquer ici la notion de folk-lore (de l’anglais « folk », peuple, et de « lore », savoir), étant compris comme un processus permanent de fabrication d’un art vivant puisant sa force dans les liens de transmission, d’hybridation et de recyclage, qui conduit à une sorte de remix réinventé entre inspirations séculaires et aspirations modernes.
Commissariat Claire Jacquet

Autour de l’exposition :

Colloque : « La Fabrique de l’art contemporain en Afrique »
Jeudi 24 septembre, 14h -17h30 : colloque au CAPC en partenariat avec le LAM – Les Afriques dans le Monde.
Auditorium du CAPC, tout public, entrée libre
Rencontre avec les artistes Omar Victor Diop et Amadou Sanogo
samedi 26 septembre, 15h30
Frac Aquitaine, tout public, entrée libre
Rencontre/Présentation
Vendredi 25 septembre, 18h
Salon Albert Mollat, librairie Mollat Bordeaux
Présentation de l’ouvrage Folk art africain avec Claire Jacquet et Florent Mazzoleni, auteurs et Amadou Sanogo, artiste, modératrice : Maëline Le Lay, chargée de recherche CNRS, LAM.

En savoir +.

Un autre regard sur l’Afrique

9782343059679fUn autre regard sur l’Afrique – Essais et documentaires des Africaines francophones
par Irène Assiba d’Almeida & Sonia Lee

L’Harmattan, Collection “Ecrire l’Afrique”, Paris [ISBN: 978-2-343-05967-9]

Il y a presque un demi- siècle, les Africaines entraient en littérature afin de prendre publiquement la parole. Aujourd’hui, membres de l’intelligentsia et citoyennes à part entière de leur Continent elles se sont approprié l’essai et le documentaire dans le but d’éclairer sans complaisance les problèmes aussi bien que les valeurs de leurs sociétés. Par la parole et par l’image, elles se portent en témoins éclairés de l’Afrique des Indépendances.
Cet ouvrage novateur écrit à quatre mains, démontre de façon originale que le documentaire est une autre forme de l’essai. Arguant que le documentaire et l’essai appartiennent à une même dynamique artistique Irène Assiba d’Almeida et Sonia Lee font, dans Un autre regard sur l’Afrique: essais et documentaires des africaines francophones, une analyse probante des deux facettes d’un même genre. Elles démontrent que la démarche critique des essayistes et documentaristes s’articule autour du questionnement et de l’indignation, nouvelle forme de leur engagement. Elles nous font ainsi découvrir le dynamisme de la pensée des essayistes et l’acuité du regard des documentaristes africaines. Celles-ci fortes de leur talent, et de leurs expériences projettent une nouvelle vision de l’Afrique: celle des femmes.
Sonia Lee, professeure de français, de cinéma et de littérature africaine au Trinity College de Hartford dans le Connecticut aux Etats-Unis. Elle est maintenant Professeure Emérite. Auteure de nombreux articles sur la littérature africaine, elle a publié un ouvrage sur Camara Laye en 1983 (Twayne, Boston) et une anthologie Les romancières du continent noir en 1994 (Hatier, Paris).
Irène Assiba d’Almeida est professeure de littérature africaine et de français à l’Université d’Arizona aux Etats-Unis. Auteure de nombreux articles sur la littérature des femmes africaines, elle a publié Francophone African Women Writers : Destroying the Emptiness of Silence (P.U Floride, 1994), A Rain of Words : A Bilingual Anthology of Women’s Poetry in Francophone Africa, (Janis A. Mayes, traductrice, P.U. Virginie 2009) et deux collectifs.

Prochain Congrès de l’APELA : Panafricanisme, cosmopolitisme et «afropolitanisme » dans les littératures africaines

APELA  affiche aplatie 

Congrès de l’APELA

Panafricanisme, cosmopolitisme et « afropolitanisme » dans les littératures africaines

17, 18 et 19 septembre 2015 – Université de Bourgogne

Programme

[Télécharger le programme en pdf sur la page du congrès (site du CPTC) ou sur le site de l’UMR Thalim (version couleurs actualisée).]

Jeudi 17 septembre

Matin

Présentation et conférences introductives

9h30-9h50 : Présentation du colloque

9h50-10h30 : Guillaume Bridet (Université de Bourgogne) « Enjeux littéraires du cosmopolitisme »

Pause

10h30-11h10 : Anthony Mangeon (Université de Strasbourg) : « Panafricanisme et écriture littéraire »

11h30-12h10 : Françoise Vergès (London University) : « Frantz Fanon entre panafricanisme et cosmopolitisme »

12h10-12h30 : Discussion

Continuer la lecture de Prochain Congrès de l’APELA : Panafricanisme, cosmopolitisme et «afropolitanisme » dans les littératures africaines

REAF 2016 : Afriques cosmopolitiques

Bandeau_reaf_CompletLes 4èmes Rencontres des Études Africaines en France auront lieu à Paris les 5, 6, 7 juillet 2016, sur le site de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, au 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.

Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA), Développement et Sociétés (D&S), Langage, Langues et Cultures d’Afrique noire (LLACAN), Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique (PRODIG) et Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS).

Comme les trois précédentes, ces 4e Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2016 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

Consulter l’appel à contributions (propositions d’ateliers et de communications).

Plus d’infos et mises à jour sur le site des Rencontres.

Il s’appelait Sony Labou Tansi par Alain Mabanckou

Lire le pays// Les gens
Mardi 30 Juin 2015
L’Humanité

50 écrivains parmi les grands noms de la littérature francophone ont accepté de ” lire le pays” pour l’Humanité et invitent à découvrir chaque jour une nouvelle inédite.

Le 30 juin 2015, un texte à lire d’Alain Mabanckou, consacré à Sony Labou Tansi.

En 1979, un écrivain congolais publiait son premier roman au Seuil, La Vie et demie. Il s’appelait Sony Labou Tansi…

L’effervescence au Congo était telle que tous les écrivains en herbe voulaient rencontrer cet auteur. Était-ce la timidité qui me fit attendre deux ans avant d’aller à sa rencontre ? Ce premier roman apporta un souffle nouveau aux littératures africaines. Mieux encore, il fut considéré comme une étape fondamentale du roman africain. S’il y a trois romans qui reviennent sans cesse comme importants dans la littérature d’Afrique noire, ce sont ceux de Yambo Ouologuem (Le Devoir de violence), d’Ahmadou Kourouma (Les Soleils des indépendances) et de Sony Labou Tansi (La Vie et demie). Au sujet de ce dernier, la critique française fut laudative. On parla d’une écriture rabelaisienne. On fit le parallèle avec l’univers latino-américain, en particulier celui de Gabriel Garcia Marquez. C’est donc cet écrivain que je souhaitais rencontrer en ce début des années 1980…

Lire la suite : http://www.humanite.fr/il-sappelait-sony-labou-tansi-par-alain-mabanckou-578234