Tous les articles par editapela

Pour le centenaire de la naissance de Paul Lomami-Tchibamba. Par Pierre Halen

A lire sur Acta Fabula, vol. 16, n°3,

le compte rendu par Pierre Halen de La Saga des Bagoyo Ngombé et autres récits, de Paul Lomami-Tchibamba, présentation et notes d’Antoine Tshitungu Kongolo, édition établie par Claire Riffard & Jean-Pierre Orban, avec la collaboration de Lyvia Afui & Wim Debondt, Paris : L’Harmattan, coll. « L’Afrique au cœur des lettres », 2014, 242 p., EAN 9782343047478.

[Pierre Halen, « Pour le centenaire de la naissance de Paul Lomami-Tchibamba », Acta fabula, vol. 16, n° 3, Éditions, rééditions, traductions, Mars 2015, URL : http://www.fabula.org/revue/document9206.php]

Sami Tchak, Ecriture et tabous

Vendredi 27 mars 2015
de 14h à 16h, à la Librairie Etudes du Mirail (Campus), Toulouse

Sami Tchak – Ecriture et tabous

photo extraite du blog de la librairie Etudes Mirail (dr)

Rencontre animée par Pierre Soubias
Spécialiste des littératures francophones
LLA-Créatis, UT2J Toulouse

Rencontre organisée en partenariat avec le Prix du Jeune Ecrivain 2015 dont Sami Tchak est membre du Jury.

Sami Tchak écrivain et essayiste, sociologue de formation, est né au Togo en 1960. C’est dans le cadre de ses activités de sociologue que le hasard le conduira à Cuba en 1996. La découverte du Mexique, puis de la Colombie par la suite vont influencer ses choix littéraires.
Depuis son roman Hermina en 2003, chez Gallimard, tous ses livres se passent dans une Amérique latine « imprécise » qui fait aussi beaucoup penser à l’Afrique. En 2004, il a gagné le Grand prix littéraire d’Afrique noire, pour l’ensemble de son œuvre.
La rencontre animée par Pierre Soubias s’attachera à retracer le chemin littéraire de Sami Tchak depuis Place des fêtes (Gallimard 2001) jusqu’à son dernier roman Al Capone le Malien (Mercure de France, 2011) en s’appuyant sur son dernier essai La couleur de l’écrivain (La Cheminante, 2014).
Seront également présents deux jeunes écrivains, finalistes du Prix du Jeune Ecrivains 2015 : Léa Cassagnau et Carl-Keven Korb.

URL de référence : http://blog.etudesmirail.com/rencontre-du-2703-sami-tchak-ecriture-et-tabous-animee-par-pierre-soubias/.

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Appel à communications

Association des études haïtiennes

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Du 21 au 24 octobre 2015 Université de Montréal Québec, Canada

Depuis la révolution haïtienne, la seule à promouvoir la liberté universelle, la présence d’Haïti sur la scène mondiale demeure gigantesque. Dès le début, elle crée un espace de refuge pour les opprimés avec la possibilité de citoyenneté pour toute personne d’origine africaine qui y arrive. Elle inspire la crainte chez ceux qui restent attachés au système esclavagiste. Plus tard, elle devient instrumentale dans la libération des pays de l’Amérique latine. Le pays joue un rôle décisif dans l’Union pan américaine, dans les Congrès panafricains, la Société des Nations, et plus tard, dans l’établissement de l’Organisation des Nations Unies. Au début du vingtième siècle, le pays souffre l’indignation d’une occupation américaine qui met en suspens sa souveraineté. Indignation qu’elle partage avec d’autres pays de la région. Au milieu du vingtième siècle, faisant face à une dictature brutale, elle se lance dans la coopération africaine. Les liens avec l’Amérique latine n’ont jamais été brisés, comme en témoigne la coopération avec le Venezuela et Cuba aujourd’hui. Ses rapports avec la République Dominicaine demeurent tumultueux, mais constants.

La présence haïtienne dans le monde n’est pas seulement politique. Son mouvement de l’indigénisme annonce la Négritude. On ne peut ignorer l’importance d’Haïti « où la Négritude se mit debout pour la première fois » pour Aimé Césaire ou encore Léopold Sédar Senghor. Son impact sur la littérature mondiale continue de se faire sentir. L’élection de Dany Laferrière à l’Académie Française est fortement significative en ce sens. La présence de Michaëlle Jean à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie ne fait que souligner l’importance symbolique et réelle d’Haïti pour cette institution et la francophonie comme concept, datant même d’avant la création d’une institution formelle avec les penseurs haïtiens du 19ème siècle. Haïti est le leader mondial en ce qui concerne la langue créole. La récente création de l’Académie du Créole Haïtien ne fait que le confirmer. Dans le domaine de la musique, Haïti a marqué de ses empreintes le paysage cubain et celui de la Nouvelle-Orléans, entre autres. Bassin du vaudou, le pays est aussi un centre religieux. La présence imposante d’Haïti dans le monde est incontestable.

Le 27ème colloque annuel de l’Association des études haïtiennes qui aura lieu du 21 au 24 octobre 2015 à l’Université de Montréal se propose de creuser cette présence d’Haïti dans le monde et de réfléchir sur les différentes façons dont les Haïtiens se représentent dans tous les domaines, ainsi sur les façons dont les Haïtiens et leur pays sont représentés par les autres.

Continuer la lecture de Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Un génocide oublié. Par Daniel Delas

par Daniel DELAS

Un génocide oublié

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41j1KvWLveL._SL160_.jpg FONTENAILLE-N’DIAYE Elise, Blue book, récit, Calmann-Lévy, 2015, 212 p.

Blue book, tel est le nom donné au rapport que Thomas O’Reilly, magistrat britannique a rédigé en 1918, à la demande de son gouvernement, sur le génocide des Hereros et des Namas perpétré par les autorités coloniales allemandes de 1904 à 1911. Par crainte du scandale et à la suite de tractations diplomatiques en coulisse, ce rapport fut enterré, voire détruit et son auteur disparut mystérieusement. Elise Fontenaille-N’Diaye, sensibilisée à l’histoire militaire coloniale africaine par le simple fait d’être l’arrière-petite-fille du général Mangin, le créateur de la fameuse « Force noire » qui occupa la Ruhr après la Première Guerre Mondiale, en a retrouvé un exemplaire dans une bibliothèque de Pretoria et produit sur cette base un récit très vivant.

Avant d’en venir au génocide namibien comme précurseur du génocide juif, elle rappelle à juste titre le déchaînement raciste des campagnes de la presse allemande en 1920-21, accusant la France de vouloir « abâtardir la race aryenne en faisant violer les femmes allemandes par ses nègres en rut, et faire de la belle Allemagne un peuple de métis » (p.14). Car ce racisme avait des racines fortes dans la politique coloniale allemande.

Les faits concernant le génocide namibien sont certes connus depuis que le rapport Whitaker commandé par l’ONU en 1985, précédant l’indépendance de la Namibie en 1990, a défini et identifié le génocide, à la suite de quoi Anne Poiret a réalisé en 2014 un remarquable documentaire sur le sujet : Namibie, le génocide du IIe Reich et Jeune Afrique lui a consacré un numéro bien documenté. Mais il est néanmoins mal connu, ne serait-ce que parce que les Namibiens n’en font pas une cause nationale et que les négationnistes sont nombreux parmi eux malgré les réquisitoires implacables comme celui de Sven Lindqvist qui conclut ainsi son essai  Exterminez toutes ces brutes (Le Serpent à plumes, 1998, p. 211) : « Auschwitz fut l’application moderne et industrielle d’une politique d’extermination sur laquelle reposait depuis longtemps la domination du monde par les Européens. »

Quelques rappels avant de revenir au travail d’Elise Fontenaille-N’Diaye

  • Attribution du Sud-Ouest africain à l’Allemagne à la suite de la Conférence de Berlin (1884-1885).
  • Premier gouverneur Heinrich Göring, père d’Hermann, futur bras droit de Hitler.
  • Révolte des Hereros en 1904 et envoi en Namibie, avec pleins pouvoir d’extermination (Vernichtungsbefehl) du général Lothar von Trotha qui avait « fait ses preuves » en Afrique de l’Est et en Chine. Trotha vainc et encercle les révoltés, les contraignant à se réfugier dans le désert du Kalahari où les rares points d’eau ont été au préalable empoisonnés ; ils y mourront en masse. Les survivants, hommes rescapés, femmes et enfants sont envoyés en Konzentrationslager (camp de concentration), notamment à Shark Island, en face de Lüderitz, la capitale allemande du territoire, où ils sont affamés et maltraités : « Viols collectifs de jeunes filles, corrections sanglantes à coups de sjambok, bastonnades d’enfants jusqu’à ce que mort s’ensuive. (…) Les universités allemandes étant très demandeuses de crânes nègres, pour leurs études, une fois qu’on a pendu les hommes, on leur tranche la tête, on la confie aux captives, à charge pour elles de les faire bouillir, d’en extraire les yeux, la langue et le cerveau, puis de racler la chair jusqu’à l’os, avec des tessons de bouteille – celles que les soldats ont vidées la veille. » (p.145-146).
  • Sur 80 000 Hereros, il en reste à la fin à peine 15 000.
  • Occupation de la colonie par les troupes britanniques en 1914 et début d’une longue enquête sur les exactions allemandes confiée en 1917 à Thomas O’Reilly qui réunit de nombreux témoignages de survivants et les assortit de photographies. Il disparaît mystérieusement en 1919.

Elisabeth Fontenaille-N’Diaye est un écrivain chevronné (plus de vingt romans dont plusieurs destinés à la jeunesse), elle connaît son métier. Pour transmettre au mieux son indignation, elle choisit une écriture simple, directe, ouverte à des lecteurs ordinaires, voire à des écoliers, collégiens ou lycéens. Dans l’idée peut-être qu’un professeur pourrait partir de son livre pour traiter de ces terribles réalités. Elle ne cherche pas à en atténuer la violence mais désire éviter tout pathos. Par exemple le portrait qu’elle trace du leader nama Hendrik Witbooi, un « fin lettré, passé entre les mains d’un pasteur belge éclairé, qui lui a donné le goût de lire et d’écrire avec brio (…) chaque jour il lit les journaux du Cap et la presse anglaise », montre bien que les insurgés hereros n’étaient pas des sauvages nus et drogués mais des êtres formés par les missionnaires et que leurs chefs, courtois et cultivés, n’ont pas voulu la guerre. Ainsi apparaît mieux, en contre-point, l’incroyablement stupide idéologie raciste des Occidentaux que Sven Lindqvist a violemment dénoncée.

Le portrait de couverture de ce livre provient des clichés pris par Eugen Fischer pour démontrer à l’intention de ses maîtres ou ses étudiants (parmi lesquels Joseph Mengele, de sinistre mémoire) en anthropométrie – appelée à l’époque anthropologie –  que le métissage mène la race blanche à sa perte et qu’on doit l’empêcher par tous les moyens, y compris la stérilisation forcée ; on frémit en pensant que les traits de cette jeune femme ont été mesurés au millimètre pour démontrer que la cervelle des blancs occidentaux était plus lourde et riche !

Procédant par courts chapitres qui alternent récit historique de l’extermination des révoltés africains et portraits vivants des acteurs du drame, ce livre agrémenté de photos se lit facilement et se termine par des témoignages extraits du rapport original du magistrat britannique.

Il mérite une large diffusion.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Un génocide oublié. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 04/03/2015, https://apela.hypotheses.org/585.

Le nœud du monde : politique du corps (post)colonial

Séminaire Le nœud du monde : politique du corps (post)colonial

Perspectives croisées Europe-Afrique-Amérique


Vendredi 27 février 2014, 18h-20h

Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH)
190 Avenue de France, 75013 Paris
Salle 1, Rez-de-chaussée
M° Quai de la Gare (ligne 6)
Elodie MALANDA (Doctorante en littérature, Paris Sorbonne Nouvelle) : « Tu dois devenir noir ». La peau blanche comme fardeau chez les héros des romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne en France et en Allemagne

Ramcy KABUYA (Docteur en littérature générale et comparée Université de Lorraine/Lubumbashi) : Entre marge et invisibilité, les perspectives esthétique et politique du jeu liminal dans les arts

Université de Dschang : Hommage à André Brink

L’écrivain sud-africain André Brink est mort dans la nuit du 6 février 2015 à bord d’un avion (Amsterdam-Le Cap) qui le ramenait de Belgique où il venait d’être fait Docteur Honoris causa de l’Université Catholique de Louvain. Il est l’auteur notamment de Une Saison blanche et sèche (1979), roman enseigné dans le programme de littérature des classes de première au Cameroun depuis l’année scolaire 1996-1997.
L’Équipe de Recherche en Littérature Comparée de l’Université de Dschang (Cameroun) lui rend un hommage mérité pour son talent et sa créativité littéraires (23 textes publiés, romans et essais confondus) pour son engagement en tant que homme et artiste du côté de la liberté et de la justice sans couleur, contre l’apartheid.

Continuer la lecture de Université de Dschang : Hommage à André Brink

Badilisha, l’essentiel de la poésie africaine en ligne

Information et article en lien partagés par Abdourahman A. Waberi :

La poésie africaine a désormais sa bibliothèque numérique. Le site Badilisha Poetry propose d’en écouter les œuvres les plus marquantes depuis un mobile.

Par Laurène Rimondi (Le Point Afrique)

La voix des plus grands poètes africains, en écoute depuis un mobile. C’est l’idée du site lancée par Badilisha X-Change, la plus grande bibliothèque d’enregistrements de poésie africaine au monde, qui rassemble plus de 350 poètes, originaires de 24 pays, déclamant leur prose en 14 langues. Une première africaine, mais aussi mondiale, qui reflète la multitude de rythmes, de rimes, d’inspirations et aspirations à l’œuvre sur le continent.

Des podcasts pour redonner vie à un art ancien

« Je titille le silence sur les grèves de la / mémoire / un ange par-dessus mon épaule / épie mon cahier suave / et / les mots se cachent dans les plis des / pages / de peur que je ne secoue les draps / par la fenêtre blanche / et s’envolent d’un coup d’aile / les secrets d’alcôve … ».  C’est ainsi que débute l’un des poèmes de Abdourahman Waberi, un auteur de Djibouti, primé pour son travail et traduit dans différentes langues, que l’on peut désormais lire et écouter sur site Badilisha Poetry.

Badilisha, d’abord un festival de poésie

Au départ, Badilisha est un festival de poésie lancé au Cap en 2008, qui met en lumière les artistes africains et issus de la diaspora. Quatre ans plus tard, le site naît d’une ambition : conserver ces œuvres via des enregistrements audio, mais aussi élargir l’audience d’un art ancestral méconnu…

Lire la suite sur Le Point Afrique.