Archives de catégorie : Actualités des membres

Tierno Monénembo et le roman

 Bernard De Meyer, Papa Samba Diop (Eds.)
Tierno Monénembo et le roman
Histoire, exil, écriture
Reihe: Frankophone Literaturen und Kulturen außerhalb Europas/ Littératures et  cultures francophones hors d’Europe
Bd. 8, 2014, 216 S., 29.90 EUR, br., ISBN 978-3-643-12591-0

L’oeuvre romanesque de Tierno Monénembo, lauréat du Grand Prix de l’Afrique noire en  1986 et du prix Renaudot en 2008, a marqué de son empreinte la littérature de langue française de ces trente dernières années. Auteur d’une dizaine de romans, qui ont tous un cachet particulier, il est remarquable par la profondeur de ses réflexions et la richesse de son style. Les onze articles du présent ouvrage portent sur les manières diverses dont l’auteur guinéen pratique le roman. Ils tiennent compte des différents angles sous lesquels, tel un modulateur de gammes, l’auteur démultiplie les dimensions de son écriture, en mettant celle-ci en rapport avec l’histoire ou avec l’espace, l’univers fictif ou encore les thèmes de l’identité, de l’exil et de la violence.

Bernard De Meyer est Associate Professor à l’Université de KwaZulu-Natal.

Papa Samba Diop est Co-Directeur du Département des Lettres à l’Université Paris-Est Créteil.

URL de référence : http://www.lit-verlag.de/isbn/3-643-12591-0.

Colloque international “Williams Sassine n’est pas n’importe qui”

Colloque organisé par Florence Paravy, Jean-Marc Moura et Stefania Cubbedu-Proux à l’Université de Nanterre, les 16 et 17 mai 2014.

Cette rencontre propose de relire l’œuvre de Williams Sassine, auteur qui, bien qu’il ait profondément marqué les littératures d’Afrique d’expression française, reste encore injustement méconnu : en témoigne la rareté des études publiées sur son œuvre. De Saint Monsieur Baly (1973) à Mémoire d’une peau (1998), œuvre posthume, en passant par Le Jeune homme de sable (1979) et Le Zéhéros n’est pas n’importe qui (1985), l’écriture de cet auteur, légère ou grave, chargée de cynisme ou de tendresse, colorée d’un humour ravageur autant qu’émouvante de vérité, offre pourtant à l’étude une matière riche et complexe. (…)

Ce colloque nous permettra de revisiter son œuvre afin de définir les enjeux de son écriture ainsi que les aspects majeurs de sa poétique, et de déterminer la place qu’il occupe parmi les grands auteurs des littératures francophones. Outre les communications scientifiques, il sera rythmé par des fragments d’entretiens radiophoniques ou télévisuels.

Voir le programme sur le site du CSLF, ou télécharger le PDF : Programme Colloque Williams Sassine.

“Le théâtre humanitaire de l’Europe à l’Afrique”. Atelier à Pau.


pdf-img

Lundi 5 mai à l’UPPA – Université de Pau et des Pays de l’Adour – un atelier exploratoire interdisciplinaire sur “Le théâtre humanitaire de l’Europe à l’Afrique” est organisé par Emilie Matignon (Enap Agen/LAM Pau) et Maëline Le Lay (LAM Pau).

Avec la participation de : David Diop (UPPA), Pierre Halen (U. de Lorraine), Abel Kouvouama (UPPA), Alain Ricard (LAM Bordeaux), Emilie Matignon (LAM Pau) et Maëline Le Lay (LAM Bordeaux).

Consultez le programme ici : Programme atelier 05.05.14

 

7ème Biennale des Littératures d’Afrique noire à Saint-Médard-en-Jalles

La 7ème édition de la Biennale des Littératures d’Afrique noire se déroulera à Saint-Médard-en-Jalles (dans l’agglomération bordelaise), à la médiathèque Le Carré des Jalles, du 5 au 7 mai 2014.

Cet événement est organisé par l’Agence de Médiation Culturelle des Pays du Sahel, plus particulièrement par son volet “Bibliothèque Virtuelle des Littératures d’Afrique noire francophone” présidé par Mwatha Musanji Ngalasso, vice-président de l’APELA.

Au programme de cette 7ème édition : des rencontres avec les auteurs – Wilfried N’Sondé, Serge Bilé, Insa Sané, Christian Epanya, Kidi Bebey… – la nuit des contes animée par plusieurs conteurs, des dîners littéraires, des visites du “Bordeaux nègre” avec Karfa Diallo…

Un hommage sera aussi rendu à l’écrivain malien récemment disparu, Moussa Konaté.

Plus de précisions ici : http://bv-afrilitt.net/7eme-biennale.html

 

 

Un film sur Sony Labou Tansi à Paris 8

Jeu et direction d’acteur : corps en scène, corps filmés

jeudi 27 mars, de 15H00 à 16H30. Amphi X, Université Paris 8

Présentation du film SLT lieu de c(l)asse (26 minutes), réalisé par Laetitia Biaggi et Julie Peghini

En septembre 2013, eut lieu un stage de direction d’acteurs pour quinze élèves du CNSAD. D’abord dirigé par l’acteur, metteur en scène français Jean-Damien Barbin, puis par l’acteur, auteur, metteur en scène congolais, Dieudonné Niangouna, ce stage fut une réelle expérimentation : confronter la tekné de deux metteurs en scène via un même texte “L’acte de respirer”, poèmes de l’auteur congolais Sony Labou Tansi. Sur vingt jours de travail, de nombreux éléments furent mis en mouvement : l’acteur, le corps, la pédagogie, la mise en scène, l’écriture, le souffle, des champs d’amour et des champs de bataille. Ce documentaire de 25 minutes propose une traversée de ces chantiers.

Présentation du livre d’Amélie Thérésine : Le théâtre de Dieudonné Niangouna, Corps en scène et en parole, Acoria, 2013

Artiste associé de la 67e édition du Festival d’Avignon, le théâtre de Dieudonné Niangouna se dérobe suscitant exclusivement des commentaires clairsemés et ponctuels au gré des créations qu’il a produites. Dans une perspective esthétique qui aborde ses œuvres de jeunesse jusqu’à sa dernière création, cette publication entreprend de cerner sa singularité à partir des rapports complexes qui s’instaurent dans son théâtre entre corps, texte et scène.

Discussion en présence de :

Laetitia Biaggi, actrice, réalisatrice. Diplômée du Conservatoire National de Région d’art dramatique de Marseille et titulaire d’un Master II à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3, Sorbonne Nouvelle, elle suit en 2011 la formation continue à la mise en scène au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

Nicolas Martin-Granel, chercheur ITEM-CNRS, agrégé de Lettres Classiques et diplômé de Sciences Politiques. Ses recherches actuelles en anthropologie et génétique textuelle portent sur l’œuvre et les manuscrits de Sony Labou Tansi dont il est l’éditeur scientifique. Membre du comité de rédaction des revues Cahiers d’Études Africaines et Études Littéraires Africaines, il est à présent chercheur associé à l’ITEM (CNRS/ENS) dans l’équipe « Manuscrits Francophones du Sud ».

Julie Peghini, maître de conférences à Paris 8, département culture et communication, membre du CEMTI. Anthropologue, elle a travaillé de 2004 à 2010 dans la coopération artistique et universitaire internationale. Ses thèmes de recherche portent sur la circulation des formes culturelles et artistiques, les politiques culturelles, les rapports entre art et politique et le théâtre.

Amélie Thérésine est agrégée de Lettres Modernes et enseigne le théâtre et les Lettres au lycée. Doctorante en Études Théâtrales sous la direction de Sylvie Chalaye à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3, ses recherches portent sur les modalités d’exposition du corps que manifeste le théâtre de Dieudonné Niangouna. Elle est membre du laboratoire SéFéA (Scènes Francophones et Écritures de l’Altérité) rattaché à l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales).

Programme du colloque Sony Labou Tansi en scène(s) – Une expérience théâtrale du monde (CNSAD, 14-15 novembre 2013) ici.

flyer_27_03_14_-_copie

Géographie littéraire en Afrique – Itinéraires d’écrivains

 Soyinka Un café géographique à Toulouse, mercredi 26 mars à 18h30, au Bistro de Julie (4 allées Paul Feuga, Métro Ligne B, Tram T1, Bus 1 & 12, Arrêt Palais de Justice)

Débat introduit par Alain RICARD

(directeur de recherches émérite au CNRS, Histoire des littératures et anthropologie de la textualité, laboratoire LAM – Les Afriques dans le Monde, IEP Bordeaux)

“Pas le paysage tout seul, mais un homme dans un paysage”, voilà ce qui m’intéresse dit à Thomas Tranströmer,  un  ancien  prisonnier de Robben Island : en somme,  dans le texte, le paysage est un objet  littéraire,  mais aussi un objet politique  et social.

Le Prix Nobel  2003,  John Coetzee,  a beaucoup réfléchi sur l’espace et le paysage dans la littérature de l’Afrique du sud. Dans le livre qu’il consacre à ces thèmes,  il ne mentionne pas la littérature en langues  africaines. C’est dommage :

– Il aurait trouvé chez Thomas Mofolo), un maître de la  description, un amoureux de la nature  et  l’inventeur de la prose sesotho.

– De même  chez Sol Plaatje, premier romancier  noir anglophone,  il aurait trouvé une sensibilité à l’espace, avivée par la  spoliation dont les Africains furent victimes dans la loi foncière de 1913, première étape de l’apartheid sud-africain.

Wole Soyinka, Prix Nobel 1986 est lui un écrivain  des forêts et des lagunes : poète et dramaturge, ilconçoit l’espace comme une image de son pays, unterritoire  à  nationaliser.  Ses poèmes et ses pièces de théâtre nous font  voyager à travers le Nigéria.

– Enfin Fily Dabo Sissoko, poète malien, contemporain oublié de Senghor,  mort en prison à Kidal en 1964, réhabilité  en 2000,  est l’un des rares écrivains de l’Afrique francophone à  avoir donné un récit de voyage et à s’être intéressé à  tout l’espace africain .  Il nous  montre l’Afrique, du Kenya à Madagascar dans Au-dessus des nuages.

Thomas MOFOLO  (Lésotho, 1876-1948) : Chaka, une épopée bantoue, 1925, Gallimard – L’Imaginaire 2010.

Sol PLAATJE: (Afrique du sud, 1876-1932) : Muhdi, la vie des indigènes en Afrique du Sud il y a 100 ans, 1930, Actes sud 1997.

Wole SOYINKA (Nigeria, 1934-) : Il te faut partir à l’aube, Actes sud, 2007.

Fily Dabo SASSOKO (Mali, 1900-1964) : Les jeux du destin, J. Grassin 1970.

Un dictionnaire trilingue français-lingala-sango

 L’OIF, à travers son programme École et langues nationales en Afrique, publie « DICO plus », un dictionnaire trilingue français-lingala-sango, lancé à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, le 21 février 2014.

Cet ouvrage propose plus de 15 000 mots du langage courant, expliqués de façon simple et conviviale en trois langues, utiles à la maison, à l’école et au travail. Il contient plusieurs indications indispensables pour maîtriser l’orthographe, la prononciation et le sens des mots, comprendre la grammaire de base et maîtriser la conjugaison des verbes.

Ce dictionnaire s’adresse aux élèves, étudiants et aux professionnels à la recherche d’informations claires et précises. C’est également un outil de référence pour jeter les bases d’un enseignement bilingue ou plurilingue en Afrique centrale (le lingala est principalement parlé en RDC et le sango en RCA).

Il a été réalisé sous la direction de Ngalasso Mwatha Musanji, Professeur de sociolinguistique et de linguistique africaine.

Le dictionnaire sera bientôt téléchargeable sur cette page.