Archives de catégorie : Actualités des membres

Géographie littéraire en Afrique – Itinéraires d’écrivains

 Soyinka Un café géographique à Toulouse, mercredi 26 mars à 18h30, au Bistro de Julie (4 allées Paul Feuga, Métro Ligne B, Tram T1, Bus 1 & 12, Arrêt Palais de Justice)

Débat introduit par Alain RICARD

(directeur de recherches émérite au CNRS, Histoire des littératures et anthropologie de la textualité, laboratoire LAM – Les Afriques dans le Monde, IEP Bordeaux)

“Pas le paysage tout seul, mais un homme dans un paysage”, voilà ce qui m’intéresse dit à Thomas Tranströmer,  un  ancien  prisonnier de Robben Island : en somme,  dans le texte, le paysage est un objet  littéraire,  mais aussi un objet politique  et social.

Le Prix Nobel  2003,  John Coetzee,  a beaucoup réfléchi sur l’espace et le paysage dans la littérature de l’Afrique du sud. Dans le livre qu’il consacre à ces thèmes,  il ne mentionne pas la littérature en langues  africaines. C’est dommage :

– Il aurait trouvé chez Thomas Mofolo), un maître de la  description, un amoureux de la nature  et  l’inventeur de la prose sesotho.

– De même  chez Sol Plaatje, premier romancier  noir anglophone,  il aurait trouvé une sensibilité à l’espace, avivée par la  spoliation dont les Africains furent victimes dans la loi foncière de 1913, première étape de l’apartheid sud-africain.

Wole Soyinka, Prix Nobel 1986 est lui un écrivain  des forêts et des lagunes : poète et dramaturge, ilconçoit l’espace comme une image de son pays, unterritoire  à  nationaliser.  Ses poèmes et ses pièces de théâtre nous font  voyager à travers le Nigéria.

– Enfin Fily Dabo Sissoko, poète malien, contemporain oublié de Senghor,  mort en prison à Kidal en 1964, réhabilité  en 2000,  est l’un des rares écrivains de l’Afrique francophone à  avoir donné un récit de voyage et à s’être intéressé à  tout l’espace africain .  Il nous  montre l’Afrique, du Kenya à Madagascar dans Au-dessus des nuages.

Thomas MOFOLO  (Lésotho, 1876-1948) : Chaka, une épopée bantoue, 1925, Gallimard – L’Imaginaire 2010.

Sol PLAATJE: (Afrique du sud, 1876-1932) : Muhdi, la vie des indigènes en Afrique du Sud il y a 100 ans, 1930, Actes sud 1997.

Wole SOYINKA (Nigeria, 1934-) : Il te faut partir à l’aube, Actes sud, 2007.

Fily Dabo SASSOKO (Mali, 1900-1964) : Les jeux du destin, J. Grassin 1970.

Un dictionnaire trilingue français-lingala-sango

 L’OIF, à travers son programme École et langues nationales en Afrique, publie « DICO plus », un dictionnaire trilingue français-lingala-sango, lancé à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, le 21 février 2014.

Cet ouvrage propose plus de 15 000 mots du langage courant, expliqués de façon simple et conviviale en trois langues, utiles à la maison, à l’école et au travail. Il contient plusieurs indications indispensables pour maîtriser l’orthographe, la prononciation et le sens des mots, comprendre la grammaire de base et maîtriser la conjugaison des verbes.

Ce dictionnaire s’adresse aux élèves, étudiants et aux professionnels à la recherche d’informations claires et précises. C’est également un outil de référence pour jeter les bases d’un enseignement bilingue ou plurilingue en Afrique centrale (le lingala est principalement parlé en RDC et le sango en RCA).

Il a été réalisé sous la direction de Ngalasso Mwatha Musanji, Professeur de sociolinguistique et de linguistique africaine.

Le dictionnaire sera bientôt téléchargeable sur cette page.

L’Afrique via Bayreuth -SudOuest.fr

Publié le 09/09/2013 par Christophe Lucet, SudOuest.fr

Grâce aux collections allemandes de l’Iwalewa-Haus, coup de projecteur sur le dynamisme artistique de l’Afrique urbaine.

Bordeaux expose du 10 septembre au 10 octobre, dans quatre lieux (1), une exceptionnelle collection allemande d’art contemporain africain. De quoi s’agit-il ?

Alain Ricard (2). Il s’agit de donner une vitrine culturelle au Laboratoire des Afriques dans le monde (LAM), né au sein de la nouvelle université de Bordeaux et qui préfigure ce que pourrait être à l’avenir un institut des mondes africains. Or un modèle existe en Europe : c’est l’Iwalewa-Haus de Bayreuth. Continuer la lecture de L’Afrique via Bayreuth -SudOuest.fr