Archives de catégorie : News / Actualités

Rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe

 Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe – Rwanda
Rencontre à la librairie Terra Nova, 18 rue Gambetta 31000 Toulouse
Tél : 05 61 21 17 47
Fax : 05 61 21 25 15
Contact :contact@librairie-terranova.fr
Vendredi 11 avril 2014 à 19h

En partenariat avec Survie Midi Pyrénées, rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe, animée par Catherine Mazauric, professeur de littérature à l’Université de Toulouse : Rwanda 1994, écrire par devoir de mémoire : ce que peut la littérature.

En 1998, le programme « Rwanda, écrire par devoir de mémoire » rassemble au Rwanda une dizaine d’écrivains venus de tout le continent africain. De cette résidence d’écriture de quatre mois naissent plusieurs ouvrages qui interrogent la capacité de la littérature à transmettre une mémoire de l’événement et à agir sur les consciences.
Nous recevons ici, dans le cadre de la 20e commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, deux des auteurs de cette résidence, tous deux marqués par le génocide : un romancier devenu témoin, un témoin devenu romancier.

Boubacar Boris Diop, romancier et essayiste, est né à Dakar en 1946. Après avoir travaillé pour plusieurs journaux sénégalais, il continue de collaborer à des titres de la presse étrangère. La résidence d’auteurs «Rwanda : écrire par devoir de mémoire» lui a permis de prendre toute la mesure du génocide. Né de cette expérience, Murambi, le livre des ossements a été traduit en plusieurs langues. Il publie en 2014 avec Aminata Traoré La Gloire des imposteurs, lettres sur le Mali et l’Afrique.
Vénuste Kayimahe est un rescapé du génocide des Tutsi devenu écrivain. Il publie en 2002 son livre France-Rwanda : les coulisses du génocide, témoignage d’un rescapé pour lutter entre autres contre le négationnisme et pour faire reconnaître la responsabilité de hauts fonctionnaires français. Vénuste Kayimahe publie en 2014 son premier roman, La Chanson de l’aube.

Samedi 12 Avril à la salle San Subra, 2 Rue Saint Subra – métro St Cyprien Toulouse dans l’après midi 20e Commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, avec notamment le témoignage de Vénuste Kayimahé, programme complet sur Survie Midi Pyrénées.

1994 – 2014 Mémoire(s) du Rwanda

Africultures consacre une livraison spéciale de sa Newsletter à la 20e commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda : nouvelles parutions, entretiens avec Scholastique Mukasonga et avec Bruce Clarke, cinéma, danse, expositions, colloque, conférences, Chant d’encre : slamer contre l’oubli… manifestes pour l’avenir et mémoires en construction.

A noter aussi, des pages dans Le Monde des livres daté de ce vendredi 4 avril 2014, ainsi qu’un entretien en pages intérieures avec Rithy Panh, Jean Hatzfeld et Jacques Sémelin.

Et à écouter sur France Culture : Emission spéciale Rwanda avec Benjamin Rutabana et Jean Hatzfeld

ainsi que sur RFI : Comment écrire après ?

Le Rapport Brazza

Soirée pour la sortie du livre Le rapport Brazza aux éditions le passager clandestin,

mercredi 26 mars à 19h, avec Catherine Coquery-Vidrovitch,

à l’IREA – Maison de l’Afrique – 7 rue des Carmes 75005 Paris. Entrée libre.

Le Rapport Brazza

Mission d’enquête du Congo : rapport et documents (1905-1907)

de Mission Pierre Savorgnan de Brazza / Commission Lanessan

Préface de Catherine Coquery-Vidrovitch

Ce livre a reçu le soutien de l’association Sortir du colonialisme.
Postface de Patrick Farbiaz.

En mars 2014, Le passager clandestin publie pour la première fois le rapport établi entre 1905 et 1907 par le ministère des Colonies, à partir des informations rassemblées par la dernière mission de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo. Ce document présenté par Catherine Coquery-Vidrovitch est accompagné de nombreuses autres archives inédites.
Par cette publication, le passager clandestin met à la disposition de tous un document fondamental pour appréhender l’histoire coloniale européenne au tournant du XXe siècle, ses enjeux, ses pratiques et ses effets.

En 1903, le journaliste britannique Edmund Morel entreprend de lancer une campagne européenne contre les abus du « caoutchouc rouge » (sanglant) de l’État indépendant du Congo, le futur Congo belge, alors soumis au pouvoir discrétionnaire de Léopold II, roi des Belges. Côté Congo français, les abus sont réputés moins criants. Néanmoins ils sont assez réels pour provoquer quelques remous dans la presse et au parlement au cours de l’année 1904-1905.
En 1905, pour tenter de faire taire les rumeurs et calmer l’impatience des autres puissances coloniales de la région, les autorités françaises se sentent obligées de dépêcher sur place une mission d’inspection.

Telle est l’origine de la dernière mission en Afrique de Pierre Savorgnan de Brazza, partie le 5 avril 1905 de Marseille, qui entraîna la mort de l’explorateur, le 14 septembre 1905, à l’escale du retour à Dakar. Le rapport qui fut rédigé par le ministère à partir des archives de la mission, jugé explosif, ne fut jamais publié. Il fut oublié et on le crut perdu…

Le rapport Brazza met en lumière un système inefficace, coûteux pour l’État et surtout à l’origine d’abus massifs et intolérables. Il montre le poids exercé par les intérêts privés sur la politique coloniale. Il prouve que l’administration française ne pouvait ignorer ces dérives, qu’elle les tolérait et que, dans une certaine mesure, elle les couvrait.

À travers cette histoire singulière c’est la question même de la mémoire et de l’écriture de l’histoire coloniale française et européenne qui est posée à nouveaux frais, comme l’explique Catherine Coquery-Vidrovitch, seule historienne française à avoir eu connaissance du rapport, dès 1965 : « Tout se passe comme si on avait affaire à un cas d’amnésie collective, ou plutôt à une volonté collective de ne pas savoir, de ne pas se souvenir. (…) Ce manque de curiosité, ou plutôt ce désir, inconscient ou non, de ne pas inventorier le passé colonial, dure encore aujourd’hui. (…)  La raison d’être de la présente édition est, sur des faits précis, d’établir aussi fidèlement que possible le savoir tel que nous l’ont transmis des documents originaux, inédits, abondants et librement consultables, seule façon de prendre sereinement connaissance de la totalité de notre passé. »

Le Passager clandestin

Zoom Afrique lusophone au musée du quai Branly

Une nouvelle géographie des échanges

Du 1er janvier au 30 avril 2014

Le zoom de ce quadrimestre au salon de lecture porte sur l’actualité géopolitique des pays africains lusophones, marquée par des transformations récentes, leur ouverture sur le monde, le passage à l’économie de marché mondialisée et par une nouvelle géographie des échanges avec l’Europe.

à propos

Historiquement, 2014 est l’anniversaire de la Révolution des Œillets qui enclencha la fin de l’empire colonial portugais. Cette année voit également le 350e anniversaire de la reine Njinga, une figure majeure de l’histoire de l’Angola.

C’est l’occasion de découvrir différents aspects de la culture de ces pays qui, s’ils ont une langue et une histoire partiellement communes, présentent des caractéristiques culturelles très variées.

Au programme

Des conférences, des rencontres, des lectures ou des tables-rondes… Mais aussi de nombreux ouvrages et documents audio-visuels issus des collections de la médiathèque à consulter sur place… Détails des manifestations sur le site du MQB.

“Pulsations” dans le coup de fil de La Dispute, sur France Culture

 Jean-Pierre Orban présente dans le coup de fil d’émission La Dispute (France Culture) la collection qu’il co-dirige chez Vents d’ailleurs, « Pulsations » et son premier titre, La sourde violence des rêves de Sello Duiker.

Une émission à écouter ici sur le site de France Culture (à partir de la minute 51:06) : http://bit.ly/1deZ3LO
Elle est disponible en podcast.

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Les 14 et 15 novembre 2013, CNSAD Salle Louis Jouvet, 2 bis rue du Conservatoire 75009 Paris, Métro Grands Boulevards (lignes 8, 9)

Colloque organisé par Julie Peghini et Nicolas Martin-Granel

En collaboration avec  Jean-François Dusigne, projet “La direction d’acteur comme processus artistique” ITEM-CNRS Institut des Textes et Manuscrits Modernes, équipe “manuscrits francophones du Sud” Labex TRansferS

Au travers d’échanges, de lectures de scènes et poèmes et d’archives visuelles comme sonores, ces deux journées permettront de revenir à l’œuvre de Sony Labou Tansi. Ce colloque permettra de comprendre à quel point son théâtre a été novateur et peut encore l’être, pratiqué par des acteurs, par des metteurs en scène, par des chercheurs, par des lecteurs et par tous ceux que Sony cherchait obstinément à interpeller de pièce en pièce.

Le théâtre se trouve au coeur de la conception que l’écrivain congolais Sony Labou Tansi se fait de l’écriture. C’est au théâtre de Sony Labou Tansi que se révèle son énergie créatrice et que s’accomplit et s’entend pleinement sa « folie de nommer ». Car comme dans les autres genres pratiqués par Sony, mais plus directement encore, il s’établit dans le dire dramaturgique un lien physique, charnel, voire érotique, entre les mots et les corps, confondus alors en « chair-mots-de-passe ».

Ce colloque entend donner à voir le plateau de théâtre mental sur lequel l’artiste Sony construisait le monde qu’il voulait dire et inventer. Seront conviés à ce colloque les amis et témoins de son parcours fulgurant, d’homme de lettres et de théâtre. En effet, si la partie publique et publiée de l’œuvre connue de Sony Labou Tansi a duré une petite dizaine d’années après son irruption fracassante en littérature en 1979, il n’en demeure pas moins que son héritage est d’une actualité toujours aussi vive depuis sa mort précoce survenue à Brazzaville le 14 juin 1995.

Par-delà les travaux universitaires en cours sur Sony Labou Tansi, il nous semble important que la jeune génération, représentée ici par les élèves du Conservatoire engagés dans ce colloque, puisse aborder aux rives de cette littérature-continent et s’approprier sa « douce douleur d’être différent ». Toutes les séquences du colloque seront ainsi ponctuées par des lectures d’élèves – à entendre comme autant de parenthèses de chair et d’idée, autant de voix de ce que SLT fait au théâtre.

Toutes les infos et le programme ici.

Échanges interculturels entre Europe et Afrique

Séminaire “Transferts culturels”- 03 avril 2013 – Échanges interculturels entre Europe et Afrique

03 avril 2013 – Échanges interculturels entre Europe et Afrique
Hans-Jürgen Lüsebrink (Sarrebruck) : Transferts de savoirs sur l’Afrique. Présentation d’un livre


Les transferts de savoirs entre l’Afrique subsaharienne et l’Occident ont
 été extrêmement asymétriques pendant l’époque coloniale, et sont restés 
largement déséquilibrés. Pourtant des productions scientifiques africaines
modifient progressivement ce constat. A partir de cas paradigmatiques on
 peut suivre l’élaboration franco-allemande de l’image d’une région du monde
 ayant son histoire et ses spécificités et la définition des contours de
 cette région du monde à travers les médias. Nous retiendrons, dans les
études de cas, de préférence des exemples pris dans la période du siècle qui
 va de la révolution de 1848 au début des indépendances africaines.
 L’accent est mis sur la production de savoir scientifique, sur le rôle 
capital de disciplines comme l’ethnologie, la linguistique africaine, 
l’anthropologie. Mais des études de cas comme celles sur Friedrich Sieburg,
 permettent également d’éclairer l’importance d’autres domaines de
 représentation de l’Afrique et de transferts de savoirs sur l’Afrique,
 atteignant un plus large public, et d’étudier leurs interconnections avec le
domaine scientifique.

Ninja Steinbach-Hüther (Leipzig) : La présence en Allemagne des publications 
universitaires en provenance d’Afrique. Un état des lieux
Bien que la globalisation culturelle laisse supposer qu’il soit possible de
 produire et de recevoir de façon égalitaire des informations partout dans le
monde, les cartes du savoir sont en réalité caractérisées par un
 déséquilibre énorme. Ce déséquilibre peut s’expliquer par les structures
 culturelles, économiques et politiques du marché global et du pouvoir en 
place dans les pays-mêmes. En dépit de l’accroissement des liens 
internationaux, relativement peu de livres provenant de scientifiques 
africains sont redirigés vers l’Europe. Mais il n’existe à l’heure actuelle 
aucune échelle de données permettant d’indiquer leur présence en France et 
en Allemagne. Il s’agit d’analyser ce phénomène à travers le transfert trilatéral de la littérature académique africaine en
 France et en Allemagne, limitée aux livres et aux recueils rédigés par des 
intellectuels africains, ayant vécu en Afrique ou qui ont fait la navette
 entre l’Afrique et un pays extérieur au moment de leur publication.
Les séances ont lieu en salle INFO 1 de l’Ecole normale supérieure,
45 rue d’Ulm, 75005 Paris, le vendredi matin de 9h30 à 12h30. La salle se trouve dans le bâtiment Rataud, au 2e sous-sol.
Emprunter l’ascenseur situé à l’entrée du bâtiment.