Archives de catégorie : Appels à contributions

AAP : Eugène Ebodé et Gaston-Paul Effa

Eugène EBODE et Gaston-Paul EFFA :

devoir de mémoire et mémoire de devoir

Appel à contributions

À l’occasion de la présentation des derniers romans parus dans la Collection « Continents noirs » chez Gallimard, le 16 mars 2015, Eugène EBODE partageait avec le public cette vérité sienne, sans doute celle de nombreux autres écrivains : « Tout être est mon être ». Au cours de la même cérémonie, Gaston-Paul EFFA rendait compte de l’échec de l’idéologie de l’anéantissement de l’homme entretenue par Hitler, idéologie reposant sur une barbarie difficilement concevable. En effet, la transformation du camp de concentration de Buchenwald  en une « fraternité humaine » est une victoire de l’humanité de l’homme, la renaissance d’une fraternité d’un type nouveau, cette fraternité qu’instigue Rosa Parks à Montgomery aux Etats-Unis, qui a permis aux Noirs de résister au racisme et de prendre progressivement leur place dans ce pays (EBODE : 201). Raphaël Elizé, ce Martiniquais noir, vétérinaire dans les campagnes de la Sarthe, premier maire d’une commune française métropolitaine, cet être inférieur au Juif, dernier degré dans l’échelle humaine établie par les Nazis, démolit, par son action et son abnégation, cette cruauté gratuite qui alimente le plus terrible projet d’éradication de l’Homme. N’est-ce pas cette même philosophie nihiliste qui a précipité les « averses » meurtrières évoquées Eugène EBODE sur le Rwanda ?

Ainsi donc, la question de l’Homme, de son présent, de son passé et de son devenir, reste une permanence chez les deux auteurs, malgré la diversité des sujets explorés. Il s’agit surtout du « monde noir ». Dès lors, l’exploration et la visite de l’héritage ancestral, autant que celles de la vie quotidienne décrite à travers, par exemple, des matches de football, ne seront jamais à considérer comme le passage en revue d’un folklore, mais comme une caractérisation sincère d’apports, de pratiques, de faits et gestes,  par lesquels se construisent des identités. De même, la convocation de l’histoire, celle vécue par les Noirs/Noires, est nécessaire à l’existence d’une communauté, à celle des êtres, et leur donne un sens, même si le fait fixé dans l’histoire relève du banal, de l’insignifiant, comme le déclare Raphaël Elizé : « après la corvée je racontais cet épisode devenu banal, ou écrivais « comme on respire. Chaque bouchée d’air était, dans l’instant, une bouffée d’encre… » (EFFA : 2015 : 71). L’écrivain est devenu cet éternel confident qui, tandis qu’il dépose ses pensées sur une feuille de papier, ne cesse d’inviter à relire l’histoire de la fraternité humaine qui se dissimule dans l’amas de paroles quotidiennes, les montagnes d’idéologies, l’empilement et la succession des programmes susceptibles de « guérir l’homme ».

Comment s’appréhende dès lors, dans les œuvres d’Eugène EBODE et de Gaston-Paul EFFA, cette articulation « de devoir de mémoire et de mémoire de devoir » ?

Cette question principale ouvre la porte à d’autres interrogations et investigations sur les deux auteurs et leurs œuvres. La perspective comparative/comparatiste indispensable à  cette étude invite formuler les propositions de contribution en considérant toutes les œuvres de deux auteurs.

Quant à ces propositions de contribution (titre, résumé d’une quinzaine de lignes, bref CV), elles sont attendues avant le 30 juin 2015, à l’adresse suivante : marierose.abomomaurin [at] gmail.com. Les travaux entièrement rédigés ne devront pas dépasser une vingtaine de pages.

AAP : Écritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun

APPEL À CONTRIBUTIONS

Écritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun


Journée scientifique du GRIAD
Vendredi 5 juin 2015
CURELF, Campus C, Université de Buea
Université de Buea
GRIAD
Groupe de Recherche sur l’Imaginaire de l’Afrique et de la Diaspora
Directeur : Pr. Pierre FANDIO

Date limite: 30 avril 2015

Des travaux récents sur la littérature camerounaise constatent comment, de la fin de la première moitié du xxe siècle au début du XXIe siècle, se sont mis en place les jalons, certes fragiles mais essentiels, pour l’avènement possible d’un champ littéraire relativement autonome, si tant est qu’il puisse en exister. Des instances et des agents nouveaux (éditeurs, festivals, écrivains, libraires, salons, associations, ONG, prix littéraires, cercles littéraires, etc.) qui ont récemment émergé dans le champ, semblent repoussés à la périphérie par les instances et les agents institués (Fandio : 2012). La critique, elle-même, semble bien trop peu s’intéresser à ces nouveaux arrivants comme tels, sans doute à cause de leur « faible degré de codification » comme dirait Pierre Bourdieu (1991 :15).
En convenant avec l’auteur de Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques que pour tout agent dans un champ de pouvoir, « c’est déjà exister dans un champ que d’y produire des effets, fût-ce de simples réactions, de résistance ou d’exclusion » (1991 :15), la présente journée entend par « écriture émergente » les institutions et les agents apparus depuis la fin des années 90 dans le champ littéraire camerounais. Elle s’intéresse ainsi à ces « régions » périphériques du champ littéraire camerounais qui, de plus en plus, voient le jour, parfois à l’intérieur même des sous-champs qui se situent déjà, eux-mêmes, à la marge du main stream.

Continuer la lecture de AAP : Écritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Appel à communications

Association des études haïtiennes

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Du 21 au 24 octobre 2015 Université de Montréal Québec, Canada

Depuis la révolution haïtienne, la seule à promouvoir la liberté universelle, la présence d’Haïti sur la scène mondiale demeure gigantesque. Dès le début, elle crée un espace de refuge pour les opprimés avec la possibilité de citoyenneté pour toute personne d’origine africaine qui y arrive. Elle inspire la crainte chez ceux qui restent attachés au système esclavagiste. Plus tard, elle devient instrumentale dans la libération des pays de l’Amérique latine. Le pays joue un rôle décisif dans l’Union pan américaine, dans les Congrès panafricains, la Société des Nations, et plus tard, dans l’établissement de l’Organisation des Nations Unies. Au début du vingtième siècle, le pays souffre l’indignation d’une occupation américaine qui met en suspens sa souveraineté. Indignation qu’elle partage avec d’autres pays de la région. Au milieu du vingtième siècle, faisant face à une dictature brutale, elle se lance dans la coopération africaine. Les liens avec l’Amérique latine n’ont jamais été brisés, comme en témoigne la coopération avec le Venezuela et Cuba aujourd’hui. Ses rapports avec la République Dominicaine demeurent tumultueux, mais constants.

La présence haïtienne dans le monde n’est pas seulement politique. Son mouvement de l’indigénisme annonce la Négritude. On ne peut ignorer l’importance d’Haïti « où la Négritude se mit debout pour la première fois » pour Aimé Césaire ou encore Léopold Sédar Senghor. Son impact sur la littérature mondiale continue de se faire sentir. L’élection de Dany Laferrière à l’Académie Française est fortement significative en ce sens. La présence de Michaëlle Jean à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie ne fait que souligner l’importance symbolique et réelle d’Haïti pour cette institution et la francophonie comme concept, datant même d’avant la création d’une institution formelle avec les penseurs haïtiens du 19ème siècle. Haïti est le leader mondial en ce qui concerne la langue créole. La récente création de l’Académie du Créole Haïtien ne fait que le confirmer. Dans le domaine de la musique, Haïti a marqué de ses empreintes le paysage cubain et celui de la Nouvelle-Orléans, entre autres. Bassin du vaudou, le pays est aussi un centre religieux. La présence imposante d’Haïti dans le monde est incontestable.

Le 27ème colloque annuel de l’Association des études haïtiennes qui aura lieu du 21 au 24 octobre 2015 à l’Université de Montréal se propose de creuser cette présence d’Haïti dans le monde et de réfléchir sur les différentes façons dont les Haïtiens se représentent dans tous les domaines, ainsi sur les façons dont les Haïtiens et leur pays sont représentés par les autres.

Continuer la lecture de Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

CFP:Dynamiques culturelles dans le cinéma africain du XXIe siècle

Appel à communications

Dynamiques culturelles dans le cinéma africain du XXIe siècle. Acteurs, formats, réseaux

Kulturelle Dynamiken im afrikanischen Kino des 21. Jahrhunderts. Akteure, Formate, Vernetzungen

Cultural Dynamics in the African Cinemas of the 21st Century: Actors, Formats, Networks

Colloque international, Sarrebruck, 27 et 28 novembre 2015

Les travaux scientifiques sur la création cinématographique du continent africain se sont longtemps concentrés avant tout sur des approches thématiques telles que la représentation de la femme, les migrations, les critiques du néocolonialisme etc. Depuis quelques années, les aspects esthétiques entrent de plus en plus en considération. Un autre thème au cœur des débats est celui de la distinction entre le cinéma d’art et d’essai et le cinéma commercial qui a longtemps recouvert l’opposition entre le ‘Nollywood’ nigérian d’un côté et les productions en grande partie issues du cinéma africain francophone de l’autre.

Dans ce contexte, des critiques et spécialistes, entre autres Olivier Barlet et la revue Africultures, ont fait état d’une crise du cinéma subsaharien au niveau de la production et de la distribution, mais aussi concernant son positionnement économique et surtout esthétique et thématique sur et à l’extérieur du continent africain. Des appels à un renouveau du film africain se sont fait entendre, notamment au vu de la forte présence de cinéastes nord-africains sur le devant de la scène cinématographique africaine.

Le colloque organisé dans le cadre du 15e anniversaire du festival « Journées du cinéma africain » (www.afrikanische-filmtage.de) à Sarrebruck invite à réfléchir à ces dynamiques culturelles du cinéma africain au XXIe siècle. La thématique du colloque s’articule autour de trois axes :

  1. Les acteurs et agents du cinéma africain ;
  2. Les formats et les genres cinématographiques ;
  3. Les réseaux.

Continuer la lecture de CFP:Dynamiques culturelles dans le cinéma africain du XXIe siècle

CFP: African (ess/ity) in India; (re)presentation, perception and image

Call for Papers for Peer-Reviewed Edited Volume :

African (ess/ity) in India; (re)presentation, perception and image

Over the last few years, the growing African communities in India have been in the spotlights following a series of incidents. Local and international media have reported on a number of cases of alleged (and proven) harassment, assault, discrimination, negative stereotyping, and racism towards Africans in India.  Early November 2013, a Nigerian national was murdered in Passa in Goa sparking violent reactions among the Nigerians. In the same year, in July, a Chadian national was assaulted in broad daylight by a mob in Bangalore. More recently, on January 15, 2014 in New Delhi, the then Law Minister Somnath Bharti (of Aam Aadmi Party) was accused of heading a midnight raid with a group of supporters against Nigerian and Ugandian women living in Khirki (Delhi) on grounds that they were running a drug and prostitution racket. The women were allegedly made to undergo drug tests and cavity searches which turned out to be negative. Subsequently, a First Information Report (FIR) –a charge sheet – was filed with the police against him for alleged molestation, racial abuse, hurt and trespassing. This last incident further stoked controversies and debates over racism towards Africans in India.

Continuer la lecture de CFP: African (ess/ity) in India; (re)presentation, perception and image

AAC : Arts chrétiens en Afrique centrale : interculturation et branchements

Appel à communications

 Arts chrétiens en afrique centrale : inculturation et branchements

Colloque de Metz, 12 et 13 mai 2016

Université de Lorraine – Centre de recherche « Ecritures » EA 3943

Programme CRELIM (#2) (Congo : récits, littératures, images)

Argument général

Pour rendre compte des phénomènes de contacts culturels, des études scientifiques ont permis depuis le XIXe siècle l’émergence des concepts d’acculturation, de déculturation, d’interculturalité, de multiculturalité etc… Ces concepts ont tour à tour montré leurs limites car finissent par évoquer l’idée de la pureté originaire des cultures ou de choc des cultures. Ces dernières années, divers travaux ont fait avancer la question des contacts culturels en mettant l’accent sur le caractère ouvert de chaque culture. C’est dans ce sens qu’intervient le concept de « branchement » (Jean-Loup Amselle, 2001). Cette métaphore électrique évoque non pas une mondialisation culturelle mais signifie la dimension non-cloisonnée des cultures mondiales.

Le colloque cherche à examiner de manière pragmatique le phénomène de perméabilité des cultures à travers les productions qui s’inspirent, pour diverses raisons, des traditions chrétiennes et traditions artistiques et culturelles de l’Afrique centrale.

L’existence de beaux livres comme Christliche Kunst in Afrika (1984)[1] témoigne d’une reconnaissance sur le marché de ce type d’art. Cependant, rares sont les travaux universitaires qui rendent compte des enjeux de cette interpénétration culturelle à travers les productions artistiques locales d’inspiration chrétienne à l’échelle d’un pays africain voire d’une sous-région. Dans cette perspective, à titre d’exemple, le cas de la RD Congo revêt une importance toute particulière. Les premières manifestations de ce qu’on peut appeler l’art chrétien africain semblent en effet avoir lieu dans l’ancien royaume du Kongo au xve siècle (Jean-Constant Van Cleemput, 1936).

De la sorte, en raison de son caractère durable jusqu’aujourd’hui, l’art chrétien de l’Afrique centrale peut témoigner de la dynamique des phénomènes d’accommodation, de récupération, d’innovation, de création, d’appropriation et d’invention qui sont à l’œuvre dans les contacts culturels. Parallèlement, il constitue aussi une mémoire, une partie de la « bibliothèque coloniale » qui est désormais aussi une bibliothèque postcoloniale. Une mémoire qui, à la fois, concerne le sacré mais peut, elle-même, être sacralisée, comme toute œuvre d’art, dans un sens plus sociologique.

Continuer la lecture de AAC : Arts chrétiens en Afrique centrale : interculturation et branchements

CFP : Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After

Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After
Journée d’étude / One-day conference
17 avril 2015 – 17th April 2015

Propositions de contribution avant le 10 décembre 2014 / Proposals for papers before 10 December 2014

Organisers: Gary Baines (Rhodes University), Nathalie Dessens (UT2J), Mathilde Rogez (UT2J)

Université Toulouse Jean Jaurès

(please scroll down for English version)

Version française

Cette journée d’étude se propose de revenir d’une part sur la question de la mémoire des conflits et des traumatismes en Afrique du Sud, en particulier, mais sans s’y limiter, autour de la lutte contre le régime d’apartheid et les vingt premières années de démocratie dans la nouvelle «nation arc-en-ciel», et d’autre part sur la représentation de cette mémoire, sa mise en récit et sa patrimonialisation, comme sa mise en question, autour des enjeux de la relation entre l’individu et le collectif. On pourra jouer sur le terme anglais de «remembering», acte de la mémoration et du remembrement, c’est-à-dire aussi du collage, de l’assemblage d’éléments de figuration qui peuvent aussi discorder avec un récit officiel. Continuer la lecture de CFP : Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After