Archives de catégorie : Appels à contributions

Appel à contributions – «Retentissements» de la guerre : les écrivain(e)s des mondes (post)coloniaux face aux conflits mondiaux

Sabrina Parent (f.r.s.-fnrs / ULB), Xavier Luffin (ULB), Nathalie Carré (INALCO, APELA) et Anthony Mangeon (Université de Strasbourg, APELA)

 Projet de numéro d’Études Littéraires Africaines (ELA, décembre 2015)

avec Journées d’étude préparatoires à l’ULB (vendredi 24 et samedi 25 avril 2015)

 Appel à contributions

« Retentissements » de la guerre : les écrivain(e)s des mondes (post)coloniaux face aux conflits mondiaux

Argumentaire

Dans le cadre des commémorations des guerres mondiales, ce projet a pour objectif général de rappeler à la mémoire la participation active et cruciale des colonies à l’effort de guerre. De manière plus spécifique, il consiste à mettre au jour l’impact des conflits mondiaux sur la vie et l’œuvre de penseurs et écrivains, masculins et féminins, des territoires colonisés de l’Afrique et des Caraïbes. Il s’agit de prendre la mesure des répercussions de l’événement historique sur les individus, « le retentissement de l’histoire en l’homme », pour reprendre la belle expression de Georges Hyvernaud. Au-delà de l’expérience intime de l’événement, l’on s’interrogera sur la dimension universelle que les écrivain(e)s ont su éventuellement conférer au vécu individuel.

Ainsi, l’auteur juif d’origine tunisienne, Albert Memmi, comme l’écrivaine d’origine algérienne, Assia Djebar, font de l’expérience de la Seconde guerre —vécue, respectivement, pour l’un, au début de l’âge adulte, et pour l’autre, dans la toute petite enfance— un moment crucial de leur relation à la famille, à la communauté d’origine et/ou à la communauté « étrangère ». Tel qu’il se manifeste dans trois chapitres (« La guerre », « Le camp » et « Les autres ») de La Statue de sel (1953) ou dans l’épisode de « la nuit française » inclus dans Vaste est la prison (1995) d’Assia Djebar, le vécu de guerre fut déterminant dans le rapport construit avec l’Autre ainsi que dans la conceptualisation théorique de ce rapport, par exemple la notion de judéité ou d’hétérophobie chez Memmi. Dans le contexte algérien, Ronnie Scharfman (2005) a mis en évidence le lien entre le traumatisme de la révocation du décret Crémieux (1940) et les œuvres de Derrida et Cixous. Qu’il s’agisse du séjour en frontstalag de Léopold Sédar Senghor ou encore de la participation en tant que tirailleur de Sembene Ousmane, variées sont les expériences de guerre des anciens colonisés et nombreuses sont leurs répercussions, directes ou indirectes, conscientes ou non, dans les œuvres –biographiques, romanesques, théâtrales, poétiques, filmiques, philosophiques– qu’ils ont produites.

En résumé, à partir de l’examen d’un auteur spécifique ou d’une analyse comparée de cas, il s’agit d’étudier la transcription artistique et/ou la pensée critique des écrivains (post-)coloniaux, hommes et femmes, en se focalisant sur la thématique guerrière. Autrement dit,

  • quelles répercussions l’événement guerrier a-t-il sur les œuvres ? Comment la prise en compte de cet événement permet-il d’éclairer l’écriture (ou la mise en forme artistique, plus généralement) sous un jour nouveau ?
  • En sens inverse, l’on peut également se demander comment le processus d’écriture, de transcription créative, a transformé le souvenir ou la perception de l’événement lui-même.

Notons d’emblée que l’événement de la guerre peut être appréhendé comme étant réel, ancré dans les faits ou, au contraire, comme imaginaire, voire fantasmé. L’interrogation peut porter sur les moments et les genres de la transposition : s’agit-il d’une transcription concomittante à l’événement ou d’une écriture postérieure à celui-ci ? Quel est le médium (littérature, cinéma) ou le genre investi (journal, autobiographie, (auto)fiction romanesque, essai, documentaire, etc.) et en quoi ce choix est-il significatif ?

Pour compléter l’approche strictement intime du vécu de l’Histoire, une perspective plus sociale, voire sociologique, se révèle également pertinente : comment ces auteurs et intellectuels (cf. Betz et Martens) se situent-ils par rapport à l’occupant, sur le territoire européen ou dans les colonies ? Dans le sillage de l’étude de Katharina Städtler relative aux écrivains de la négritude pendant l’occupation allemande, l’on peut ainsi s’interroger sur les stratégies déployées par ces écrivains pour conquérir l’espace public (Lüsebrink). Il serait tout aussi pertinent d’envisager l’impact de l’événement guerrier sur les imaginaires collectifs : comment la guerre modifie-t-elle la perception du colonisateur, la représentation du territoire ? La guerre est-elle une expérience favorisant une certaine cohésion des colonisés ? Sur quelles bases ? En vue de quelles revendications ?

Nous accueillerons tout aussi favorablement les propositions basées sur l’analyse d’écrits de la première génération (Mohammed Dib, Mouloud Mammeri, par exemple) ou plus récentes (Tierno Monénembo, Patrice Nganang, notamment). Nous serons, par ailleurs, particulièrement réceptifs à des propositions se focalisant sur des œuvres féminines afin de contribuer à une vision plus nuancée du fait guerrier, qui se donne encore a priori comme « une affaire d’hommes ». Nous invitons les participants à traiter de la problématique dans des médias autres que le texte (le cinéma, par exemple) et, au sein du médium textuel, dans des discours et des genres diversifiés (autobiographie, roman, poésie, théâtre, essai, témoignage, etc.). Enfin, cet appel, centré sur le domaine francophone, ne souhaite cependant pas s’y cantonner : les propositions considérant des corpus anglophone, hispanophone, lusophone ou autres sont les bienvenues.

Bibliographie

Primaire (indicative)

Agénor, Monique, Bé-Maho. Chroniques des îles sous le vent, Le Serpent à plumes, 1996, 289 p.

Bouchareb, Rachid, Indigènes, Tessalit Production, 2006. [Film]

Chraïbi, Driss, Le Passé simple. Roman, Paris, Denoël, 1954, 263 p.

___, Lu, vu, entendu. Mémoires, Paris, Denoël, 1998, 203 p.

Cixous, Hélène, « Lettre à Zohra Drif », Leggendaria, 14 avril 1999, p. 4-9.

Confiant, Raphaël, Le Nègre et l’Amiral. Roman, Paris, Grasset, 1988, 334 p.

Confiant, Raphaël, La Dissidence. Récit, Paris, Écriture, 2002, 279 p.

Derrida, Jacques, Le Monolinguisme de l’autre ou la prothèse originelle, Paris, Galilée, « Incises », 1996, 135 p.

Dib, Mohammed, La Grande Maison, L’Incendie, Le Métier à tisser. Romans, Seuil, « Méditerranée », 1952, 1954, 1957, 191 p, 191 p, 208 p, respectivement.

Djebar, Assia, Vaste est la prison. Roman, Paris, Albin Michel, 1995, 351 p.

Dongala, Emmanuel, Le Feu des origines. Roman, Albin Michel, 1987, 255 p.

Kourouma, Ahmadou, Monnè, outrages et défis. Roman, Paris, Seuil, 1990, 286 p.

Lopes, Henri, Le Lys et le Flamboyant, Seuil, 1997, 430 p.

Mammeri, Mouloud, La Colline oubliée. Roman, Paris, Plon, 1952, 255 p.

Memmi, Albert, La Statue de sel. Roman, Paris, Corrêa, 1953, 283 p.

Monénembo, Tierno, Le Terroriste noir, Seuil, 2012, 224 p.

• Nganang, Patrice, La Saison des prunes, Philippe Rey Éditeur, 2013, 443 p.

Oyono, Ferdinand, Le Vieux Nègre et la Médaille. Roman, Julliard, 1956, 211 p.

Rahamarinana, Jean-Luc, Nour 1947. Roman, Le Serpent à plumes, 2001, 211 p.

Sembene, Ousmane, Emitai, Médiathèque des trois mondes, 1971. [Film]

• Senghor, Léopold Sédar, Hosties noires, Seuil, 1948.

U’Tamsi, Tchicaya, Les Méduses ou les Orties de mer, Albin Michel, 1982, 265 p.

Secondaire (pistes)

Betz, Albrecht et Stefan Martens (dir.), Les Intellectuels sous l’Occupation (1940-1944). Collaborer, partir, résister, Paris, Éditions Autrement, 2004, 352 p.

• Britton, C. (éd.), France’s Colonies and the Second World War, L’Esprit créateur, printemps 2007, vol. 47, 2007.

• Donadey, Anne et alii (éd.), Empire and Occupation in France and the Francophone World. Twentieth-Century Literature, hiver 1999, vol. 23, n° 1.

Lüsebrink, Hans-Jürgen, La Conquête de l’espace public colonial. Prises de parole et formes de participation d’écrivains et d’intellectuels africains dans la presse à l’époque coloniale (1900-1960), Québec/Frankfurt am Main/London, Éd. Nota bene/IKO-Verlag, 2003, 272 p.

• Mann, Carol, Femmes dans la guerre 1914-1945, Pygmalion, 2010, 380 p.

Scharfman, Ronnie, « Narrative of internal exile : Cixous, Derrida, and the Vichy Years in Algeria », in Murdoch, A. et Donadey, A. (éd.), Postcolonial Theories and Francophone Literary Studies, Gainesville, FL, University Press of Florida, 2005, 87-101.

Städtler, Katharina, « La négritude en France (1940-1950). À propos d’un champ littéraire colonisé en exil », Les Champs littéraires africains, Paris, Karthala, 2001, 193-209.

Organisation

Le projet prendra, dans un premier temps, le format d’un atelier (ou journées d’étude) se déroulant les vendredi 24 et samedi 25 avril 2015 à l’Université libre de Bruxelles. Cette première étape se conçoit comme nécessaire au dialogue que nous souhaitons établir entre les expériences de guerre diverses, leurs transcriptions textuelles et artistiques et les outils critiques et théoriques avec lesquels nous les analysons. Les participants (dix à douze) seront activement invités, à partir de leur contribution individuelle, à dégager des tendances communes à l’ensemble de ces productions guerrières, en termes de thématiques, certes, mais aussi en termes de procédés (stylistiques, narratologiques, filmiques, etc.) utilisés et d’éléments de signification à dégager. Favorisant la réflexion collective, les sessions seront davantage conçues comme des tables rondes : les présentations individuelles (chacune de 15 minutes maximum) seront suivies d’échanges entre participants et avec l’auditoire, sous la houlette d’un(e) président(e) de séance dont le rôle, précisément, sera d’orienter les débats vers cette mise en commun des réflexions. Pour que ce travail de mise en commun soit rendu possible, nous souhaitons que les textes des communications soient disponibles à la personne présidant la session et aux autres participants de ladite session un mois avant la rencontre. Il est bien entendu que ces textes seront abordés comme « travaux en cours ».

Dans un second temps et faisant suite à cet atelier, une sélection sera opérée au sein des communications afin que celles choisies (maximum une dizaine) puissent constituer un ensemble cohérent. Cet ensemble, accompagné d’une préface mettant en exergue sa pertinence, sera proposé à la revue Études Littéraires Africaines (ELA) pour une publication en décembre 2015. Il va de soi que les processus éditoriaux d’évaluation seront appliqués.

Les propositions d’intervention pour l’atelier sont à envoyer par courriel le 1e novembre 2014 au plus tard sous la forme d’un résumé (4000 signes maximum) accompagné d’un titre et d’un bref curriculum  vitæ conjointement à Sabrina Parent (sabrina.parent@gmail.com), Nathalie Carré (nathalie.carre@gmail.com) et Anthony Mangeon (amangeon4@gmail.com). L’acceptation des propositions sera notifiée fin novembre-début décembre 2014.

Comités d’organisation et scientifique des journées

Sabrina Parent (F.R.S.-FNRS / ULB)

Xavier Luffin (ULB)

Nathalie Carré (INALCO / ELA)

Anthony Mangeon (Université de Strasbourg / ELA)

Bénédicte Ledent (Université de Liège)

Appel à articles / CFP : Celaan, Leïla Sebbar

Relayé depuis la liste [apela-infos] :

APPEL A CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS

CELAAN : Numéro spécial LEÏLA SEBBAR

« J’écris. Des livres. J’écris la violence du silence imposé, de l’exil, de la division, j’écris la terre de mon père colonisée, maltraitée (aujourd’hui encore), déportée sauvagement, je l’écris dans la langue de ma mère. C’est ainsi que je peux vivre, dans la fiction, fille de mon père et de ma mère. Je trace mes routes algériennes dans la France » (L’arabe comme un chant secret, Bleu Autour, 2010)

Leïla Sebbar, romancière, nouvelliste, essayiste, a publié dans les quarante années passées un nombre important de textes variés : romans, essais, récits. Elle est née d’un père algérien et d’une mère française, et ne parle pas la langue de son père, thème qui parcourt son oeuvre et tisse autour de la langue de nombreuses problématiques.

Ses écrits  recomposent des fragments de mémoire, des déchirures du genre, des lambeaux d’exil.  Elle s’est ainsi employée à recoudre les deux rives de la Méditerranée, tout en faisant entendre d’autres voix que la sienne dans bon nombre d’ouvrages collectifs qu’elle a dirigés. ( Mes Algéries en France, Enfance juive en Méditerranée musulmane…pour ne citer que ceux-ci)

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos textes en français ou en anglais de 10 à 12 pages, double interligne, modèle MLA,  avant le 1er mars 2015  pour ce numéro spécial qui se veut éclectique et transdisciplinaire. A envoyer à : ikummer@unis.org.

Quelques pistes de travail qui ne se veulent pas exhaustives :

    • La question de la langue arabe
    • Orient/occident
    • La guerre d’Algérie
    • La poétique de l’exil
    • Histoire et mémoire
    • L’étranger, le métissage
    • Femmes/Jeunes filles du Maghreb en révolte
    • Le rôle de l’image dans certaines  de ses oeuvres
    • Isabelle Eberhardt dans l’oeuvre de Leila Sebbar

CELAAN: SPECIAL ISSUE                                      

LEILA SEBBAR

“I write books. I write about the violence of imposed silence, exile, division. I write about my father’s land which was colonized, badly treated even still today and cruelly deported, but all this I write in my mother’s language. This is how I can actually, through fiction, live as my father’s and mother’s daughter. I  trace my Algerian roads in France.”

( L’arabe comme un chant secret, Bleu Autour, 2010.)

Leila Sebbar, author, novelist and essayist, has published an impressive number of books during the past 40 years. She does not speak Arabic, the maternal language of her Algerian father, but rather that of her French mother, and this has become a richly defining theme throughout her work.

Her writing reconnects fragments of memory, explores gender issues and recomposes the shards of exiled lives. Her work is a repeated attempt to sow back and bring together the two banks of the Mediterranean: France and the Maghreb. In addition to her personal writing, she has also published many works of a collective nature, bringing together different authors addressing such shared themes as colonial Algeria, growing up Jewish in Muslim Mediterranean, to name a few.

We would would to invite your participation in the special edition of CELAAN devoted to the work of Leila Sebbar, which we anticipate will be diverse and interdisciplinary.  Your texts may be in English or French, from 10 to 12 pages double-spaced, MLA style, and must be received by us no later than March 1, 2015. Please send to: ikummer@unis.org, guest editor.

Articles may deal with (but won’t be limited to) the following suggestions/themes:

the relationship to the Arabic language, the confrontation between Western and Eastern worlds, the Algerian war, the poetry of exile, History and memory,  the “Other”, the mixing of cultures, women of the Maghreb in revolt, the role of images in some of Leila Sebbar’s work, the impact of Isabelle Eberhardt in Leila Sebbar’s work.

URL de référence : http://www.skidmore.edu/celaan/#.

Appel à panels/Call for Panels : Collective Mobilisations in Africa: Contestation, Resistance, Revolt (ECAS 2015)

 

ECAS 2015, 6e conférence européenne des études africaines

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) aura lieu à Paris du 8 au 10 juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

ECAS-6 aura pour thème principal : Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes. Mais cette thématique n’est pas exclusive, le comité scientifique considérera également des propositions de panels sur d’autres domaines émergents et/ou plus classiques.

 

Le site web d’ECAS 6 ouvrira le 23 juin 2014 à cette adresse : www.ecas2015.fr.

 

Les propositions devront être soumises, via le site, à partir du 23 juin jusqu’au 23 juillet 2014.

 

Thème

 

Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes
Le tournant historique des « révolutions » arabes dont les répercussions se manifestent largement en Afrique sahélienne, les diverses modalités de dénonciation de la « vie chère » ou les mobilisations autour des enjeux liés à la citoyenneté ou aux différentes formes de renouveau religieux semblent attester d’une profonde recomposition du politique en Afrique. Ces formes contemporaines de la contestation ont mis sur le devant de la scène de nouveaux acteurs au croisement de dynamiques locales et globales. Ces mobilisations récentes nous invitent à penser une histoire longue de la contestation, du ralliement, de la prise de parole et de l’engagement en Afrique, et à renouveler par exemple notre regard sur les jihads, les révoltes d’esclaves, les conversions de masse ou les conflits dynastiques. Mais aussi à interroger d’une manière nouvelle la trajectoire sociale des acteurs et des actrices des expressions contestataires ainsi que les réponses des pouvoirs politiques à celles-ci. Au-delà des phénomènes de crises, il s’agit de s’intéresser plus généralement aux répertoires d’actions collectives, aux modes de transgression et de subversion, aux arènes du militantisme et aux statuts sociaux, générationnels et de genre.

 

Les associations, les groupes religieux, les syndicats notamment, qui forment cette « société civile » dont il convient encore d’interroger la pertinence comme catégorie d’analyse, représentent des médiateurs, voire des contre-pouvoirs manifestes, mais aux relations parfois ambigües avec les pouvoirs en place. A contrario, on peut interroger la capacité des partis politiques d’opposition à être des lieux d’expression de la parole politique, et de la contestation, au-delà des stratégies de captation du pouvoir et de leur rôle, souvent constaté, de réserves électorales clientélistes. On doit noter par ailleurs le poids croissant des associations des droits de l’homme, des « advocacy groups » et autres entrepreneurs de« causes » qui cherchent à se positionner comme des vigiles des actions de l’État. Une attention particulière devra être portée aux logiques internationales, sinon transnationales, notamment de professionnalisation, dans lesquelles s’inscrivent de plus en plus ces nouveaux modes de l’action collective. Les processus de mobilisation doivent être également appréhendés à travers leurs formes violentes, la multiplication des groupes miliciens, leur mode de socialisation et de politisation et les passages à la contestation armée. De même, les mouvements religieux, nouveaux prophétismes, processus de moralisation, d’évangélisation ou de réislamisation et les multiples ONG confessionnelles, sont autant de pistes d’analyse de la construction d’imaginaires sociaux. Enfin, les mobilisations collectives peuvent relever de processus moins explicitement politiques, comme dans le cadre des « cultures urbaines » ou plus généralement des expressions artistiques et culturelles : rites d’inversion, de rébellion, carnavals, création musicale (hip-hop, mais aussi kuduro, par exemple), littérature, théâtre et performances diverses.

 

Appel à panels

 

L’appel à panel sera clos le 23 juillet 2014 à 20h.

 

Toutes les propositions devront être soumises via le site Internet. Sur le formulaire en ligne vous seront demandés vos nom, prénom et institution de rattachement ainsi que le titre de votre panel et un résumé de 1500 signes maximum (espaces compris).

 

L’AEGIS ayant trois langues de travail, le comité d’organisation apprécierait si les titres et les résumés des panels pouvaient être fournis en deux langues – l’anglais et l’une des deux autres langues de l’AEGIS : le français ou le portugais.

 

Pour faciliter le travail du comité scientifique, nous demandons à chaque organisateur de panel, lors de la soumission, de préciser la ou les disciplines dans lesquelles s’inscrit principalement le panel.

 

Chaque panel consistera en une séance d’une heure trente, rassemblant 4 ou 5 intervenants maximum, organisateur ou discutant compris.

 

Lors du dépôt de la proposition, l’organisateur du panel recevra automatiquement un mél de confirmation.

 

La liste des panels acceptés sera affichée sur le site mi-septembre 2014.

 

Tous devront ensuite être l’objet d’un appel à communication ouvert sur le site de l’ECAS.

 

Chaque participant ne peut faire qu’une seule intervention, mais peut aussi organiser une séance plénière, un panel ou une table-ronde ; il/elle peut, également participer en tant discutant à une séance plénière, un panel ou une table ronde.

Télécharger l’appel trilingue en pdf : http://imaf.cnrs.fr/IMG/pdf/call_ecas_2015_paris.pdf

Crédit image : International Women’s Day, by Albert González Farran, UNAMID, licence Creative Commons by (CC BY-NC-ND 2.0)
« 14 March 2013. Al Koma: Women march in Al Koma village, North Darfur. Nearly 500 men and women in Al Koma village, some 80 kilometers west of El Fasher, celebrated International Women’s Day in an event facilitated by UNAMID’s Gender Advisory Unit and the Government of Sudan. Women leaders from North Darfur attended the event, which featured traditional nomadic songs and dances. »

Panafricanisme, cosmopolitisme et «afropolitanisme» dans les littératures africaines

 Panafricanisme, cosmopolitisme et « afropolitanisme » dans les littératures africaines

Congrès de l’APELA, 17-19 septembre 2015 à l’Université de Bourgogne. DATE-LIMITE D’ENVOI DES PROPOSITIONS : 31 MAI 2014

Coorganisation : CPTC (Université de Bourgogne)/THALIM (Université Sorbonne Nouvelle)/ APELA

Comité d’organisation : Guillaume Bridet, Virginie Brinker, Sarah Burnautzki et Xavier Garnier

Porté par l’universalisme et l’aspiration à une citoyenneté du monde, le cosmopolitisme est un projet philosophique et politique qu’on peut faire remonter à la Grèce antique mais qui prend toute son importance avec la modernité européenne. Son imbrication idéologique avec le projet colonial, qui s’appuie sur la culturalisation et la racialisation de la vision du monde, le mettra face à la contradiction fondamentale qui l’anime d’emblée entre ouverture à l’autre et penchants impérialistes. A bien des égards, l’argument de la mission civilisatrice du continent africain, qui sert de légitimation à l’entreprise coloniale, est en effet lié à la matrice cosmopolite. En porte-à-faux avec la modernité européenne (se réclamant de son héritage afin de lutter contre la domination de l’Europe), le panafricanisme a pour objectif d’abolir les divisions des pays colonisés par l’affirmation de l’unité culturelle et politique des peuples africains. Mais le projet panafricain n’hérite-t-il pas aussi de la contradiction du cosmopolitisme, lorsqu’il conserve la représentation culturalisée et racialisée du monde ?  Continuer la lecture de Panafricanisme, cosmopolitisme et «afropolitanisme» dans les littératures africaines

Conflict and Commemoration in the Postcolonial Francophone World

CALL FOR PAPERS (The deadline for receipt of abstracts is: 2 June 2014)

Annual Conference 2014

SOCIETY FOR FRANCOPHONE POSTCOLONIAL STUDIES: ANNUAL CONFERENCE 2014

Conflict and Commemoration in the Postcolonial Francophone World

21-22 November 2014

Institute of Modern Languages Research, University of London

Confirmed Keynote Speakers: Roger Little, Armelle Mabon and Siobhán Shilton

 

2014 is an important year for commemorating conflict, marking as it does the centenary of the beginning of WW1; the twentieth anniversary of the genocide in Rwanda; and the seventieth anniversary of the Thiaroye massacre in Senegal. This conference will focus on how wars, battles, massacres and genocides in (post-)colonial history are remembered in the francophone world by considering questions such as: How do francophone postcolonial authors, artists, filmmakers commemorate episodes of violence? Which conflicts do they choose to remember and which have been forgotten? Has postcolonial scholarship succeeded in challenging official colonial and neo-colonial versions of the past? Do processes designed to commemorate past conflicts that have been forgotten or neglected end up sanitizing the violence that took place? And how do cultural forms of remembering conflict relate to national processes of commemoration?

Topics for papers/panels might include, but are not restricted to

 

  • Acts of remembrance
  • Grief and mourning
  • Memorials, museums and commemorative tourism
  • Devoir de mémoire
  • Lieux de mémoire
  • Digital commemoration
  • The politics of conflict and commemoration
  • Individual vs collective memory
  • Multidirectional memory
  • Canon formation
  • Official memory
  • The archive
  • Postcolonial histories
  • Heroes
  • Resistance

 

Please send abstracts of 300 words plus 50-100 words of biography to Conference Secretary, Ruth Bush (sfpsconference2014@gmail.com). Papers can be in English or French.

The deadline for receipt of abstracts is: 2 June 2014

CFP: The Belgian Congo between the two World Wars (Brussels, 2015)

ROYAL ACADEMY FOR OVERSEAS SCIENCES

First Announcement and Call for Papers/Posters

Seminar

The Belgian Congo between the two World Wars

(Brussels, November 2015)

Aims of the Conference

The period between the signature of the Versailles Treaty and the establishment of the League of Nations on the one hand and the start of the Second World War on the other (1919-1939) is a most interesting and often neglected one. Before the First World War, during the 10 years or so which followed the take-over of the Congo Free State by Belgium, Belgian colonial policy was in its infancy. Most of the personnel in charge of its application was for some time that of the former state and, within six years, the war had started in Europe and also in Africa. Consequently, 1919 appears an appropriate starting time for a period of twenty years at the end of which Belgium was not formally engaged in the new conflict, but was already getting ready for it in some spheres of activity.

The Conference has a broad thematic focus: developments in the Congo itself will of course be examined extensively, but also the impact of colonialism in the metropolis (including colonial policy) on the general background of declared Belgian governmental policy. It aims to assess the situation and problems arising on the ground for the African population when confronted with that policy becoming operational, but collateral effects on the local population of the presence of Europeans in the country are not excluded from the conference. We will take into account local, both African and European, dimensions as well as external developments. These include not only the interplay between Belgian interests and policies in the Congo and their feedback on Belgium itself, but the interplay between the metropolis, Belgian colonial circles and “foreign” influences as well. Our purpose is to provide the widest possible view of the development of the country during that period, while, at the same time, accepting that its complete history will not be written at the end of our meeting. But perhaps it will be the first of many others either going deeper or examining new ones.

The Academy invites scholars from both the Southern and the Northern hemisphere to contribute to the Conference with full original contributions providing new material and/or insights into the period; it will also accept posters presentations. All participants will be asked to deliver a draft version of their contribution one month ahead, so that it can be circulated to all people interested before the start of the conference. There will be no extensive formal presentation of the papers or posters submitted during the meeting, in order to give an absolute priority to discussion.

The two day-conference will be divided into six sessions (two on each morning and on the afternoon of the first day) devoted each to one theme (still to be determined), the last afternoon being allocated to a summing-up of the whole. Each session will be introduced by a moderator who is a member of the Academy, opening in 10 minutes or so themes for discussion on the basis of papers submitted by participants and authors of posters. A short presentation (4 minutes) of five selected posters by their authors will follow. The short time limit imposed for these poster presentations will be strictly enforced. A one hour discussion will follow; this procedure will allow for a lively and focused exchange of ideas among the participants and authors of posters. Further remarks will then be asked from the floor under the strict supervision of the moderator.

Timing:

  • submission of proposals before June, 30th, 2014 (English — length : max. one A4 page-12 point font + short CV)
  • reply from the organizing committee by the middle of June 2014 : it will then be clear which papers or posters were selected for presentation.
  • submission of extensive preliminary drafts of the papers in September 2015. These will be circulated among the participants before the conference starts.
  • conference meeting in November 2015.
  • submission of final version of the papers on February, 28th, 2016 (subject to review by the organizing committee).
  • publication of the full version of the papers by the middle of 2016 (volume to be published by the RAOS).

Travel and Accommodation: participants are encouraged to find their own financial support.

Send to :

ROYAL ACADEMY FOR OVERSEAS SCIENCES

Prof. Dr Philippe GOYENS, Permanent Secretary

Av. Louise 231 / Louizalaan 231

1050 BRUSSELS

BELGIUM

Tel: (0032) 2 538 02 11

Fax: (0032) 539 23 53

Email: kaowarsom@skynet.be

Website: www.kaowarsom.be

Tranches d’histoire

 Tranches d’histoire : Fondations et ruptures, périodes et événements dans l’historiographie des littératures africaines

APPEL A COMMUNICATIONS

DATE-LIMITE DES PROPOSITIONS : 30 AVRIL 2014

Journées d’études de l’APELA
Université Paris-Est Créteil
18-19 septembre 2014

Coorganisation : L.I.S. (Lettres, Idées, Savoirs EA 4395) / ECRITURES (EA 3943) / APELA
Organisation pratique : L.I.S. (Lettres, Idées, Savoirs EA 4395)
Comité scientifique : Nathalie Carré / Claire Ducournau / Papa Samba Diop / Pierre Halen

L’histoire littéraire n’a pas souvent été interrogée en tant que pratique critique dans le domaine des littératures africaines. Elle a pourtant été abondamment mise en œuvre, assurant presque à elle seule l’essentiel des approches au temps des pionniers (cf. la première thèse en la matière, de L. Kesteloot, et bien d’autres).
La prédominance de l’approche historique s’est exercée aux dépens d’autres approches (stylistiques, sociologiques, thématiques, psychocritiques, génétiques, philologiques…). Elle s’explique sans doute surtout par la prévalence des rapports entre littérature et histoire, entre texte et société : étant « de l’Afrique » d’une manière ou d’une autre, l’œuvre n’a cessé d’être mise en rapport avec son contexte d’émergence. Cette domination de l’approche historique a-t-elle pour autant conduit à de nombreuses études historiques fouillées, ou a-t-on privilégié les panoramas globaux ? C’est une première question qu’on peut poser.
Plus fondamentalement, s’interroger à propos de l’Histoire revient aussi à poser la question du Temps, concept dont l’appréhension est déterminée par des facteurs sociaux(1)  mais aussi culturels (2). Y aurait-il, en la matière, une temporalité – un mode d’historicité – qui serait particulière ? c’est une deuxième question possible.
Cependant, comme l’indique le sous-titre retenu pour ces journées : « fondations et ruptures, périodes et événements », c’est aussi et surtout la pratique même de la narration historique que nous souhaitons interroger, de préférence à partir de perspectives généralisantes, mais sans exclure l’analyse de cas précis.
Une étude comparée des périodisations adoptées par la critique montrerait sans doute que les découpages opérés varient en fonction des corpus envisagés, et, implicitement, en fonction de ce que l’on considère comme relevant de la littérature africaine, selon que l’on prend en considération l’écrit et/ou l’oral, le légitime et/ou le « populaire », ce qui a fait l’objet d’une diffusion internationale et/ou locale, ce qui s’est publié dans telle langue particulière (européenne, arabe ou africaine), etc. A titre d’hypothèse de travail au moins, on peut néanmoins aussi conjecturer que, malgré cette diversité liée aux différents corpus, des vulgates dominantes se sont constituées, favorisant un modèle d’appréhension basé sur l’édition du texte écrit, et confirmant par ailleurs certains partis-pris de départ en vue de définir des auteurs « classiques ». Une histoire littéraire africaine plus ou moins unifiée a-t-elle une pertinence heuristique ? Et, si oui, quelles en seraient les éventuelles spécificités ? Les périodisations les plus couramment adoptées et les « fondations » littéraires que l’on a l’habitude d’isoler ont-elles la valeur générale qu’on leur prête ? Ou seraient-elles justifiées par des impératifs didactiques ou communicationnels, donc par des publics particuliers ? En tant que narration historique, – en l’occurrence, une narration de conflits et de conquêtes pour son « émergence » –, jusqu’à quel point l’historiographie a-t-elle été configurée par le régime narratif de l’épopée ? de l’hagiographie ?
Selon un autre point de vue encore, comment la ou les histoires littéraires africaines s’articulent-elles avec l’histoire politique et sociale, et de quel territoire de référence ? Comment s’articule(nt)-elle(s) aussi avec une histoire littéraire mondiale, mise en avant avec le succès de la World Literature depuis les années 1990 ?
Le débat invite en tout cas à questionner nos routines interprétatives. On peut s’interroger, en particulier, à propos de la notion d’« événement littéraire », née en France au dix-neuvième siècle, au moment où la littérature se constitue en objet autonome : a-t-elle un sens pour les littératures africaines, et dans quel(s) espace(s) géographique(s) de référence ? Certaines dates sont régulièrement brandies comme des « ruptures », s’agissant des « chefs-d’œuvre » du passé ou de la réception de plus en plus médiatique des productions contemporaines : 1968 avec les parutions conjointes d’Ahmadou Kourouma et Yambo Ouologuem, 1986 avec les « nouvelles écritures africaines » (Séwanou Dabla), 1994 comme justifiant la mise en place d’une « écriture préemptive » (Alain-Patrice Nganang), 2007 avec le « manifeste pour une littérature-monde », etc. Mais la multiplication possible des dates (parfois empruntées à une chronologie politique) s’accompagne rarement d’une réflexion sur ce qui constitue un « événement littéraire », et sur ce qui justifie son inscription durable dans une historia. Comment penser et faire vivre, autrement qu’à travers une datation sèche, de tels « points de repère », en étant davantage attentif à l’ensemble des discours qui ont pu favoriser tel événement plutôt que tel autre ? Comment rendre compte des ruptures symboliques introduites par certaines œuvres, volontiers retenues dans de telles mises en récit : ces ruptures reposent-elles sur leur lieu et sur le contexte de leur publication, ou plutôt sur leurs caractéristiques formelles propres ? Y a-t-il eu différents moments dans leur réception, etc. ? Ne masquent-elles pas des tendances perceptibles sur le long terme, des publications plus discrètes, mais moins accessibles sur le marché, qui les nourrissent et les produisent ? Le risque est en effet de figer des habitudes d’interprétation qui obstruent les textes en les obligeant à n’être plus que des illustrations d’un cadrage périodique traditionnel, voire des monuments plus ou moins sacralisés. Comment de tels monuments ont-ils été concrètement édifiés, à travers des actes de réception critique ou médiatique, des rencontres institutionnelles (congrès, conférences, festivals), mais aussi des manifestes, des scandales retentissants (par exemple à travers des affaires de plagiat), ou des parutions orchestrées pour produire un canon littéraire (anthologies, dictionnaires, publications de « classiques », etc.) ?
Une telle démarche devrait ainsi relativiser les découpages admis, tout en suscitant des redécouvertes d’objets et d’enjeux ayant échappé à un travail de scénarisation. Mais c’est bien cette scénarisation qui est au cœur de notre interrogation : comment découpe-t-on l’histoire littéraire ? quelles tranches détermine-t-on ? Comment se définissent les fameux terminus a quo et ad quem, si importants dans les travaux académiques ? Comment établit-on que tel « événement » a constitué une rupture ? Un fondement ? Un « point de repère » ? La notion d’« événement (spécifiquement) littéraire » a-t-elle une pertinence dans le domaine ? On parle très souvent de « première génération », de « pionniers », de « précurseurs », de « fondateurs », d’« héritiers » etc., mais comment construit-on ces « générations », ces moments particuliers où apparaît une innovation ? Pourquoi ce moment-là plutôt qu’un autre ? Pourquoi cette innovation-là plutôt qu’une autre ? Pourquoi telle figure d’auteur est-elle mémorialisée et pas telle autre ? Y a t-il une concurrence entre différents « récits » centrés sur des faits ou sur des figures différentes, et comment un récit l’emporte-t-il sur un autre ? Quelles œuvres sont abandonnées à l’oubli et pourquoi ? Qu’est-ce qui, en définitive, permet de construire un récit « consacré » et des figures (auteurs, œuvres, jugements critiques), en quelque sorte ancestrales, qui ne le sont pas moins ? Que signifie, enfin, la connotation religieuse de mots comme « consacré », « consécration » ?
Bien entendu, notre but n’est pas d’aboutir à un consensus à propos d’un Grand Récit quelconque, ni à propos des « vraies » périodes de l’histoire. Plutôt, il s’agit de prendre de la distance par rapport aux narrations déjà mises en œuvre, de les analyser de manière critique comme autant de constructions discursives et institutionnelles : il y a peut-être, en effet, des périodes qui se dégageront… mais dans l’histoire de la réception critique des littératures africaines, dans l’histoire des histoires, si l’on veut.

Axes :     1) la fabrique de l’histoire littéraire africaine : acteurs, institutions, contextes, modes narratifs
2) l’événement en histoire littéraire africaine : fondations et ruptures, nature autonome ou hétéronome de l’événement, réception et narration
3) l’historiographie des littératures africaines : un état des lieux en fonction des zones d’applicabilité, si possible dans une perspective comparée ; les « périodes » sont-elles les mêmes d’une langue à l’autre, d’un pays à l’autre ?

Les Journées d’études sont ouvertes à tout membre de l’APELA en ordre de cotisation (http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/)
Les propositions d’interventions, précisant l’axe choisi, sont à envoyer sous la forme d’un résumé de 1000 signes maximum, accompagnées d’un bref CV (1000 signes) avant le 30 avril 2014 aux adresses suivantes : Nathalie Carré nathalie.carre@gmail.com ; Papa Diop diop@u-pec.fr ; Claire Ducournau ducournau.claire@gmail.com  ; Pierre Halen pierre.halen@univ-lorraine.fr
Le programme définitif sera communiqué autour du 15 juin 2014. L’organisation de cette manifestation ne prendra pas en charge les frais de déplacement et de séjour.

(1) Rezsohazy (Rudolf), Temps social et développement : le rôle des facteurs socio-culturels dans la croissance. Bruxelles : La Renaissance du livre, 1970, 248 p.
(2) Fabian (Johannes), Le Temps et les autres : comment l’anthropologie construit son objet. Traduit de l’anglais par Estelle Henry-Bossonney et Bernard Müller. Avant-propos d’Alban Bensa. Postface de Johannes Fabian. Toulouse : Anacharsis, coll. Essais, 311 p. (Time and the Other, 1983, 2002).

 

Responsables : Nathalie Carré / Claire Ducournau / Papa Samba Diop / Pierre Halen
URL de référence : http://www.apela.fr/2014/03/21/journees-detudes-creteil-2014/