Archives de catégorie : Appels à contributions

REAF 2016 : Afriques cosmopolitiques

Bandeau_reaf_CompletLes 4èmes Rencontres des Études Africaines en France auront lieu à Paris les 5, 6, 7 juillet 2016, sur le site de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, au 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.

Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA), Développement et Sociétés (D&S), Langage, Langues et Cultures d’Afrique noire (LLACAN), Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique (PRODIG) et Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS).

Comme les trois précédentes, ces 4e Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2016 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

Consulter l’appel à contributions (propositions d’ateliers et de communications).

Plus d’infos et mises à jour sur le site des Rencontres.

The Africa Conference 2016: Creativity, Culture and Identity in Africa and the African Diaspora

Discussion published by Abimbola Adelakun on Friday, August 7, 2015

Your network editor has reposted this from H-Announce. The byline reflects the original authorship.

Type:
Call for Papers
Date:
March 24, 2016 to March 27, 2016
Subject Fields:
Social Sciences

Creativity, Culture and Identity in Africa and the African Diaspora

Africa Conference 2016

University of Texas, Austin

March 24-27, 2016

Closely allied to the idea of genius, the discourse of creativity has privileged the individual subject whose Promethean determination, originality, and passion bring into being art, innovation, and excellence.  This humanist understanding of creativity still has considerable currency in disciplines such as literature and the arts, psychology, mathematics and the sciences.  Related accounts of creativity and the imagination have emerged in numerous other areas, including business, popular psychology, the social sciences, and engineering and technology.  The discourse of creativity that surfaces within multiple fields reveals that the notion of the individual creator is not simply widespread, but omnipresent; indeed, it is a fundamental ideology of Western culture.

Challenging the individualist and depoliticized ideology of creativity, the conference calls for papers that present alternative accounts of the social and political dimensions of creativity as they relate to invention, technology, work, artistic and cultural production, the body, desire, pedagogy and social change. The conference aims to reach a multidisciplinary academic audience; artists and grassroots activists; the political, journalistic, and information technology communities, and interested members of the general public.  The conference promises to create a provocative space for comparative critical dialogue between scholars and dancers, actors and writers, songwriters and singers. The conference invites papers on all aspects of creativity, identity and culture from the artistic to the scientific, to business and the humanistic. Scholars in all disciplines are invited to propose papers on various aspects, including but not limited to any of the following:

  • Creativity, identity and culture profile: What is novel and original among Africans and Black people generally?
  • Value added to progress: development ideas, new thinking
  • Globalized modernity and its consequences on cultural performances, rhetoric and other forms of expressions.
  • The creative process in Africa and the African Diaspora
  • Creative thought processes
  • Creativity and the everyday
  • Creativity, religion and the performance of rituals
  • Gender, imagination, and creative space
  • Histories of creativity and inventions.
  • The politics of creativity: creativity and resistance, anti-colonial genres, creativity and apartheid, creativity and democratic movements.
  • Nollywood: (production, text, marketing, impact, etc.)
  • Technology, Information, Innovation.
  • The business of creativity; creativity as business
  • “Beyond Art” and an exploration of the current range of artistic and cultural practices, especially in the wake of the drastic shifts in critical paradigms associated with women’s studies, multiculturalism, cultural studies, and queer studies.
  • Social movements: developments in new social movements and their creative strategies for political organizing, protest, and autonomy; how activists and communities had been imagining and enacting their political aspirations and organizing.
  • Ethical issues in creativity: The questions of technological innovations, and stunning improvements in our knowledge of and mastery over the natural world vs. global environmental destruction
  • Creativity and performance
  • The expanding body: widespread experimentation and new theorizations with regard to the body and its relation to subjectivity. Papers can theorize the creative interfacings between the body, mind, and spirit, as well as the outside world.
  • The pedagogy of creativity: the strategies, agents and locations that have sought to transcend the hierarchies and limits of traditional pedagogy.

We expect papers that inform new ways of thinking while engaging critical perspectives. Selected papers will be published in book form. Joint panels are welcome. For this year, we welcome presentations that seek to demonstrate theoretical paradigms through the medium of performance. Graduate students are especially encouraged to attend, present papers and interact with senior scholars to build their own growth process as scholars. This conference encourages interaction between scholars across disciplines, locations and special interests. Ample time will be provided for interactivity between participants.

The deadline for submitting paper proposals is November 30, 2015. Proposals should include a 250-word abstract and title, as well as the author’s name, address, telephone number, email address, and institutional affiliation.

Please submit all abstracts to africaconference2016@gmail.com

A mandatory non-refundable registration fee of $150 for scholars and $100 for graduate students must be paid immediately upon the acceptance of the abstract. This conference fee includes admission to the panels, workshops, and special events, as well as transportation to and from the conference from the hotel, breakfast for three days, dinner on Friday night, lunch on Saturday, and a banquet on Saturday evening. All participants must raise the funding to attend the conference, including registration fee, transportation and accommodation. The conference does not provide any form of sponsorship or financial support. The University of Texas at Austin does not provide participants with any form of funding support, travel expenses, or boarding expenses.

Convened by: Professor Toyin Falola, toyinfalola@austin.utexas.edu

Coordinated by: Abimbola Adelakun & Daniel Jean-Jacques, africaconference2016@gmail.com

AAC : André Brink dans l’espace francophone

Journée d’études

Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua (Cameroun)

28 avril 2016

Date limite: 10 décembre 2015

Journée d’études organisée par le Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua le 28 avril 2016 dans le cadre des activités du Laboratoire de Langues, Littératures et Études Comparées (LLEC).
Écrivain sud-africain descendant des Boers, André Brink est le chef de file des Sestigers, vaste mouvement littéraire ayant ambitionné d’affranchir la littérature sud-africaine des tabous longtemps imposés par l’Apartheid. Il a très tôt manifesté son amour pour la France où, dès 1959, il s’envole pour se former en Littérature Comparée à la Sorbonne. En y poursuivant les études, il apprend à aimer Camus, Sartre, Sarraute, le Nouveau Roman et les courants structuralistes et postructuralistes qui auréolent cette époque, sans oublier la fascination pour les libertés caractérisées par le célèbre mouvement de Mai 1968 auquel il assiste de la fenêtre de son appartement parisien. Si la critique s’accorde sur le fait que son œuvre est eurocentriste, et particulièrement tournée vers la France, on peut se demander quel regard porter sur la réception de sa foisonnante production littéraire dans l’espace francophone. Il faut se le rappeler, André Brink écrit son premier roman, L’Ambassadeur, au moment où partout dans le tiers-monde, les territoires sont en pleine guerre d’indépendance ; que ce soit en Afrique centrale, occidentale, en Algérie ou dans les Caraïbes. Même s’il a sympathisé avec son « maître à penser », Albert Camus, dont le combat pour la libération de l’Algérie ressemblait à plus d’un égard à celui de l’Afrique du sud, il faut reconnaître que l’espace francophone n’a pas profondément retenu l’attention du grand écrivain. Bien plus, le « vent d’est » qui a soufflé dans le monde des années 90 ainsi que la mobilisation des états francophones pour la libération de son ami Madiba (Mandela) n’ont pas été pour lui un motif suffisant d’inspiration. Comment peut-on expliquer cet arrêt subit, ce silence ? Cette posture a-t-elle influé sur la réception de son œuvre dans cette aire culturelle ? Pourtant, son œuvre littéraire a été favorablement accueilli dans l’espace francophone : en 1996 par exemple, son best-seller Une saison blanche et sèche fut inséré dans les programmes d’enseignement de littérature dans les lycées et collèges au Cameroun ; la même œuvre ayant été sept ans plus tôt adaptée avec succès au cinéma par le réalisateur martiniquais Euzhan Palcy. Par ailleurs, le nombre et la qualité des travaux de recherches sur son œuvre dans cet espace sont incalculables et très variés. Un hommage lui est rendu le 18 février 2015 à l’Université de Dschang organisée par le professeur Fotsing Mangoua au lendemain de sa mort, ainsi que plusieurs autres manifestations un peu partout dans le monde.

Continuer la lecture de AAC : André Brink dans l’espace francophone

CFP: Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)

HOWARD UNIVERSITY

COLLEGE OF ARTS AND SCIENCES
DEPARTMENT OF WORLD LANGUAGES AND CULTURES
CALL FOR PAPERS

International Conference
Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)
Howard University
Blackburn Center
Washington, DC
November 4-6, 2015

Deadline to Submit Proposals: July 15, 2015
Extended Deadline: July 30, 2015

In its resolution 68/237 of 23 December 2013, the General Assembly of the United Nations (U.N.) proclaimed the International Decade for People of African Descent commencing 1 January 2015 and ending on 31 December 2024. The decade aims to strengthen the economic, social, cultural, civil and political rights of people of African descent, and adopt national, regional and international legal frameworks in accordance with the Durban Declaration on the Elimination of All forms of Racial Discrimination, and to ensure their full and effective implementation.
In this context, a second International Conference, “Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)” (November 4-6, 2015) is being organized at Howard University to lead the forthcoming global activities regarding the U.N. recommendations and objectives. The first academic meeting at Howard University was an echo of the International Year for People of African descent proclaimed also by the U.N. in 2011.
The organization of this International Conference is intended to contribute not only to the reconstruction of the bond between Africans and African Diaspora, but also to the defragmentation of the memory of the scattered Africa and Africans caused by the slavery, colonization and (im)migration. Because, although an early Pan-Africanism and Negritude had strongly advocated for the pride of the cultural heritage, history, unity and empowerment of Africans and African Diaspora; although the music (i.e. jazz, blues, reggae, rumba, salsa, hip hop, rap, etc.), the language (creole, palenquero, etc.), the religion (vaudou, candomblé, santería, etc.), the food (malanga, fufu, gombo, etc.) and the (im)migration are today critical factors of relations between Africans and African Diaspora, many adverse challenges continue to pave the ways of their unity and empowerment.
Participants of all continents and all disciplines are encouraged to submit their proposals and foster in general the reflections –but not limited to- on what critical role the early Pan-Africanism, Negritude and Negrismo played on the dialogues between Africans and African Diaspora and on their empowerment; how to (re)negotiate both, the reconstruction of the scattered identities and the defragmentation of memories, and how to enhance unity and empowerment today; finally, what visions and key elements can be recommended to overcome the actual challenges and what mechanisms to realize such a recommendations. Academics, scholars, graduate students, journalists, fiction and non-fiction authors/writers, playwrights, filmmakers, educators, translators and interpreters, artists, publishers, community and movement leaders, civil right activists, NGO’s leaders, youth, etc. are, therefore, invited to submit individual paper, panel, roundtable, workshop, play, film screening and discussion, etc. At the end of the International Conference, the Scientific Committee will edit and publish a book of selected proceedings.

Continuer la lecture de CFP: Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)

AAC : Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines

Appel à communications

3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines, Paris, 14-16 janvier 2016

Dans la continuité d’une démarche initiée en 2013, la 3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) aura lieu à Paris les 14, 15 et 16 janvier 2016. Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et post-doctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines.
Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication.
Il ne reste plus qu’un mois pour faire une proposition en ligne (avant le 16 juillet 2015)http://jcea2016.sciencesconf.org/
Voici les panels à dominante littéraire :
  • panel 4 : musiques d’Afrique
  • panel 12 : corps, genres, sexualités
  • panel 13 : le rire et la dérision politique
  • panel 18 : imaginaires des langues et connexions linguistiques
  • panel 19 : fabriques mémorielles, héros et imaginaires collectifs
  • panel 20 : diversifier les sources (sources et corpus)

Espaces, mémoire et savoirs dans l’oeuvre d’Ananda Devi

Appel à contribution pour le hors-série n° 3 de la revue Mosaïques

Ananda Devi occupe une place de choix dans le champ littéraire francophone. Saluée par la critique dès ses tout premiers textes, elle a depuis confirmé son talent à travers une œuvre abondante et pluri-générique, qui se fonde sur une écriture « intimiste » et « engagée » (Issur, 2012), à la fois douce et violente. La qualité et le nombre de prix engrangés, la consécration éditoriale depuis 2006 avec l’entrée dans la prestigieuse collection « Blanche » de chez Gallimard, la qualité et le nombre de plus en plus croissant des études universitaires qui lui sont consacrées témoignent d’une œuvre de grande amplitude et digne d’intérêt. D’un livre à un autre, l’art de Devi s’affirme comme un regard spécifique sur le monde et sur les hommes. Son sens aigu d’observation et sa capacité à saisir des destins improbables confèrent à sa poétique un cachet particulier. En rupture avec les conventions, dépouillée de boursoufflures et de surenchère rhétorique, cette écriture extrait de la langue toutes les sonorités dont elle est capable, toutes ces « possibilités émotives » (Italo Calvino, 1989), ce qu’elle peut évoquer de sensations, pour capter la variété du monde et restituer des discours intimes, des mémoires mal enfouies ou boudées, des espaces interdits, des savoirs mineurs ou minorés qui resteraient dans l’anonymat. Cette écriture s’enracine profondément dans le terreau africain, notamment mauricien, et se caractérise mêmement par une force d’arrachement phénoménale pour se hisser au niveau de l’universel et traiter des problématiques touchant à l’humanité entière. Espaces, mémoires, savoirs, langues et codes locaux et globaux interagissent pour donner lieu à une œuvre ouverte qui, pour se construire, explore diverses spatialités, temporalités, épistémès, dont l’épaisseur symbolique n’a pas encore été suffisamment questionnée.

S’écartant provisoirement des problématiques usuellement débattues sur l’œuvre de Devi, ce numéro hors-série de la revue transdisciplinaire Mosaïques veut explorer son univers de fiction et rendre hommage à cette auteure prodigieuse, en s’efforçant d’appliquer à son écriture fusionnelle des genres, langues, registres, voies/voix, et codes, etc. un regard attentif à la prolifération des espaces et des savoirs, ainsi qu’à la permanence des questions mémorielles.

Les propositions, en français et d’une longueur maximale de 300 mots au plus, accompagnées d’une bibliographie indicative et d’une brève présentation de l’auteur, suivront les axes non-exhaustifs ci-dessous et seront adressées à : Jean Claude Abada Medjo (jccarka@yahoo.fr), Tél. (+237675651820) et Kumari Issur (kumari@uom.ac.mu), tél. (+23057833837)

Axes possibles

  • L’inspiration spatiale
  • L’histoire et la mémoire
  • Les savoirs du texte
  • Utopie, dystopie, uchronie
  • Les fictions du moi
  • Le mélange des genres
  • Le brassage des cultures
  • Le métissage des langues
  • Le mélange des registres
  • La polyphonie et l’intertextualité
  • La circulation entre les arts
  • La présence des médias
  • L’hybridité et l’identité
  • Le corps-mémoire, l’érotisme
  • Le désir et le plaisir (du texte)

Calendrier à retenir :

  • Propositions de contribution le 6 juin 2015
  • Avis d’acceptation ou de refus : 15 juin 2015
  • Réception des contributions définitives : 15 septembre 2015
  • Parution du hors-série : décembre 2015.

Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations

Ce colloque international en deux volets, organisé à l’Université de Lubumbashi les 10-11 novembre 2015 puis à l’ISP Bukavu le 30 juin 2016, portera sur  Le théâtre dans les Grands Lacs (République Démocratique du Congo, Rwanda, Burundi) : état des lieux, circulations et médiations.

Colloque international en deux volets :
– UNILU, Lubumbashi, 10-11 novembre 2015, à l’occasion de la quinzième édition du festival « Le Temps du théâtre » de Lubumbashi.
– ISP – Institut Supérieur Pédagogique – Bukavu, le 30 juin 2016.
Organisé par : l’École de Théâtre de Lubumbashi de l’UNILU et l’ISP Bukavu.
En partenariat avec :
– CATHEL, Centre d’Animation Théâtrale de Lubumbashi
– UNILU, Université de Lubumbashi
– CELTRAM, Centre d’Études Littéraires de Traitement des Manuscrits
Dans le cadre du programme CRELIM : Congo Récits Littérature Images (U. de Lorraine, Metz).

  • Comité d’organisation
    Fabien Kabeya Mukamba (École de Théâtre de Lubumbashi/UNILU/UPL)
    Maëline Le Lay (CNRS/Les Afriques dans le monde – UMR 5115 – IEP Bordeaux)
    Jean-Claude Makomo Makita (ISP Bukavu/Sembura)
  • Comité scientifique
    Maurice Amuri, U. de Lubumbashi/CELTRAM, Lubumbashi
    Ananda Breed, U. of East London, Londres
    Pierre Halen, U. de Lorraine, Metz
    Mukala Kadima-Nzuji, U. Marien Ngouabi/CELIBECO, Brazzaville
    Jean-Marie Vianney Kayishema, U. du Rwanda, Kigali
    Juvénal Ngorwanubusa, U. du Burundi, Bujumbura
    Marc Quaghebeur, Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles
    Yoka Lye Mudaba, INA – Institut National des Arts – Kinshasa

Procédure

Les propositions de communications, d’une longueur maximale de 500 mots et accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer par mail au comité d’organisation, aux adresses suivantes :
– Fabien Kabeya Mukamba : kabeyafaho@yahoo.fr
– Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr
– Jean-Claude Makomo Makita : makimakomo@yahoo.fr

Date-limite d’envoi des propositions : 15 juin 2015.

Continuer la lecture de Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations