Archives de catégorie : Billets

IntranQu’îllités N°3 est là

  James Noël et Pascale Monnin, avec toute l’équipe d’IntranQu’îllités, reviennent avec un troisième numéro de cette magnifique revue littéraire et artistique. “Ce beau rêve déguisé en revue, qui vient d’une Haïti qui toutes voiles dehors s’échappe vers des rives inédites”, s’est penché sur la figure de Christophe Colomb. Quel autre personnage pourrait aussi bien nourrir ces imaginaires qui viennent du monde entier ?

© Couverture : Pierre Soulages

IntranQu’îllités N°3 Revue littéraire et artistique

Collectif

Maître d’œuvre : James Noël

Direction artistique : Pascale Monnin et Barbara Cardone

Format : 20,3 cm x 29,7 cm
ISBN : 978-99970-61-03-4
304 p. 29 €
Parution : 30 mai 2014 
Diffusion: L’Oiseau Indigo
Toutes les informations pour se procurer un numéro de la revue sont disponibles sur ce site en cliquant ici.
 
La revue IntranQu’îllités # 3 est arrivée au port, avec à bord plus de 200 contributeurs généreusement liés et reliés autour de la figure cassée/creusée de Christophe Colomb : une mine d’or.
 
Le prétexte est heureux pour naviguer dans les méandres et les nuances des chimères. Au fil des planctons qui baignent dans l’union libre des 8 rubriques, vieux loups de mer et jeunes flibustiers de la création ont répondu en masse à l’appel , pour brasser et battre les océans comme un jaune d’oeuf cassé au coeur du monde.
 
« Oui…», écrit James Noël, « Ce à quoi nous nous exerçons au fond, c’est de brasser et battre la mer en profondeur pour arriver… à faire vague d’écume dans l’imaginaire: l’imaginaire tumultueux des voyages. Des conquêtes. Des songes. Des mensonges. Du colonialisme. Du sexe. Des pillages. Des frontières. Des massacres.»
 
Il en résulte un rêve en débordement. Un tsunami de beauté. Une revue unique à marée haute. Jean Météllus, Marie Darrieussecq, René Depestre, Hubert Haddad, Stéphane Martelly, Lise Gauvain, Jean-Luc Marty, Gisèle Pineau, Makenzy Orcel, Kettly Mars, Gabriele Di Matteo, Frankétienne, Saul Williams, Louise Dupré, Patrick Vilaire, Dany Laferrière, James Fleurissaint, Yvon Le Men, Roberto Stephenson, Yahia Belaskri, Valérie Marin la Meslée, Laurent Gaudé, Thélyson Orélien, Sami Tchak, Gary Victor, Édouard Duval Carrié, Achille Mbembe, Michèle Pierre-Louis, Nimrod, ils sont nombreux à jeter l’encre dans la mer intranQu’îllités. Dans un climat où l’altérité est menacée de toutes parts, cette revue permet de convoquer le temps pour une nouvelle éclaircie dans la météo des regards, et rendre notre disponibilité plus poreuse au jeu/je de l’autre.
 

Merci à tous les auteurs, écrivains, photographes, artistes, vidéastes, amis qui ont généreusement contribué à ce troisième numéro de la Revue IntranQu’ îllités.

Merci à nos traducteurs, lecteurs, alliés indéfectibles et institutions amies…

En savoir + : http://passagersdesvents.wordpress.com/2014/05/30/vagues-et-nouvelles-intranquilles-le-intranquillites-3-est-la/.

 

Escritor Filipe Correia de Sá lança livro “Tala Mungongo”

 O escritor angolano Filipe Correia de Sá lança no dia 24 deste mês no Centro Cultural Português, em Luanda, a obra literária “Tala Mungongo”.

Uma nota de imprensa do Centro Cultural Português, chegada hoje (quarta-feira) à Angop, indica que o livro baseia-se numa lenda passada na cordilheira do Tala Mungongo, na província de Malanje, em que se fala “de acontecimentos perdidos e roubados por ventos devastadores de um reino em decadência”.

O documento acrescenta que o livro tem três personagens, nomeadamente o Estamos Juntos, Ninguém e o Cara Podre, que aprendem a viajar no vento para tentar salvar o grande quimbo.

Leia mais.

Soirée littéraire “Rwanda, 20 ans après”

Soirée littéraire “Rwanda, 20 ans après” ce 1er avril au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

 

Bozar_Rwanda_3 Ce mardi 1er avril 2014 à 20h au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, CEC en partenariat avec BOZAR LITTERATURE invitent trois auteurs africains de renom pour une soirée de commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda, 20 ans après les faits. Véronique Tadjo, Boubacar Boris Diop et Dorcy Rugamba prennent soin de perpétuer la mémoire du génocide, qui a causé un million de morts. Ils s’expriment ensemble durant la soirée littéraire Rwanda, 20 ans après.

Véronique Tadjo (Côté d’Ivoire) et Boris Boubacar Diop (Sénégal) sont deux écrivains ayant participé au projet « Rwanda, écrire par devoir de mémoire ». Il s’agissait, quatre ans après la tragédie, de se rendre sur les lieux du génocide et d’écrire à l’issue de cette résidence un livre-témoignage. La gageure était de taille et malgré les difficultés de la tâche, ils ont su trouver les mots pour vaincre l’indifférence et l’oubli. 20 ans après, ils nous livrent leurs témoignages et nous disent comment cette expérience a influencé leur écriture.

La rencontre se propose aussi d’interroger plus largement sur le rôle et la place des artistes, sur les conséquences, les enjeux et les pièges de leurs engagements. Et, bien sûr, de porter un regard sur le Rwanda d’aujourd’hui : Qu’en est-il 20 ans après ? Les artistes rwandais ont-ils pris en compte cette blessure dans leurs créations ? De quelles façons ?  Est-il encore trop tôt pour oser la fiction ? Nous aborderons ces questions également avec Dorcy Rugamba, auteur, comédien et metteur en scène rwandais. 


altLa soirée sera également l’occasion de découvrir le projet artistique “Les Hommes debout”, initié par l’artiste plasticien Bruce Clarke, au travers d’une projection. 

Le projet artistique et commémoratif “Les Hommes debout” tente de redonner une présence aux disparus et de restaurer l’individualité des victimes, de leur rendre leur dignité. 

Le 1er avril 2014 à Bruxelles, lors de la soirée littéraire de commémoration Rwanda, 20 ans après, un court film présentant une partie du projet “Les Hommes debout” sera présenté au public. 


Intersections2Enfin, la soirée de commémoration Rwanda, 20 ans après, sera également l’occasion de découvrir le 2ème numéro de la collection Intersections intitulé “Ecrire pour le Rwanda”

Souvent, les arts – et la littérature plus particulièrement – commémorent et traitent des événements marquants. Vingt ans après le génocide des Tutsis au Rwanda, Intersections souhaite rendre hommage à tous ces écrivains et artistes, qui à travers une démarche artistique propre contribuent à la construction d’une mémoire collective : chaque œuvre est un hommage aux victimes et aux rescapés. Intersections, fenêtre ouverte sur les littératures d’Afrique et des Caraïbes, à mis particulièrement en évidence dans ce numéro les écrivains africains qui ont été parmi les premiers à s’engager dans cette voie, dans le cadre du projet “Rwanda : écrire par devoir de mémoire”. Ceux-ci nous livrent leurs témoignages, leur expérience humaine et nous disent comment celle-ci a influencé leur écriture.

Infos pratiques et renseignements complémentaires sur CEC.

Nouveaux rires africains et afropéens : rencontre littéraire au Musée Dapper

Rencontre littéraire au Musée Dapper : Nouveaux rires africains et afropéens

Samedi 29 mars à 14h30.

http://www.dapper.fr/fiche-spectacle.php?id=225

Lors de cette rencontre proposée par l’association Humoresques à l’occasion de la parution du numéro 38 (“Nouveaux rires africains et afropéens”) de la revue éponyme, la question de la spécificité de l’humour africain sera abordée à la fois dans la production romanesque la plus récente, mais également dans la production artistique dans son ensemble (cinéma, théâtre, caricatures de presse…).

Le comique sera en effet envisagé comme une composante à part entière d’un mode de vie, par certains aspects né en Afrique et qui se prolonge aujourd’hui d’une certaine manière parfois dans la diaspora, au sein de la création proprement artistique donc, mais aussi au-delà.

Histoires afropolitaines de l’art (Multitudes n°53)

Multitudes. Revue politique, artistique et philosophique, n°53, consacré aux “Histoires afropolitaines de l’art” :

http://www.multitudes.net/category/l-edition-papier-en-ligne/53-multitudes-53-automne-2013/

 

Majeure 53. Histoires afropolitaines de l’art

Depuis la fin des années 1980, un mouvement d’internationalisation des échanges culturels a dessiné les contours d’une nouvelle géographie culturelle mondiale. La mise en lumière croissante d’artistes contemporains d’origine africaine − longtemps négligés − s’est accompagnée d’une exaltation d’un multiculturalisme et d’un art globalisé. La réception du travail de ces artistes est souvent allée de pair, et en France tout particulièrement, avec les lacunes dans la réception et la traduction de ressources discursives et pensées théoriques sur l’art, venues d’Afrique. Ce premier volet d’un chantier de traductions choisit de s’intéresser à l’émergence d’un « nouveau discours africain sur l’art » survenu dans les années 1990.

Carnets de littératures africaines

 Le carnet diffuse des informations, des appels, des résultats, des chroniques, des analyses… en relation avec la recherche en littératures africaines. Il est animé par des membres de l’Association pour l’Etude des Littératures Africaines (APELA), association sans but lucratif (“loi 1901”), fondée en septembre 1983 par un groupe de chercheurs qui se sont rassemblés pour promouvoir les domaines littéraires africains et les travaux critiques qui les concernent : toutes les productions littéraires, écrites et orales, du continent africain au sens le plus large, incluant l’Afrique arabophone, francophone, lusophone et anglophone, les littératures en langues africaines et celles des diasporas noires du monde entier.

Pour rejoindre l’APELA, consulter la page http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/.