Archives de catégorie : Lectures / Readings

Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

imbolombueImbolo Mbue, Voici venir les rêveurs, traduit de l’anglais par Sarah Tardy,  Belfond, 2016, 420 p.

Pourquoi ne pas avoir traduit plus simplement le titre anglais de ce roman, Behold the dreamers, par Bonjour les rêveurs, avec un clin d’œil au Bonjour tristesse de Françoise Sagan qui annonçait « un sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent » et a signé une nouvelle génération ? Comme le fait le rêve américain des jeunes étudiants anglophones du continent africain ou le rêve français des jeunes francophones (voir entre autres Fatou Diome, Le ventre de l’Atlantique, éd. Anne Carrière, 2003, réédité en poche en 2005).
Quoi qu’il en soit, ce roman d’une écrivaine camerounaise de langue anglaise, née en 1982 à Limbe (anciennement Victoria),  a fait l’objet de notices socio-biographiques largement inspirées par l’envie quand on a appris que l’éditeur Random House avait préempté le texte pour la somme astronomique d’un million de dollars dès 2014, après avoir lu une centaine de pages. Waouh ! Un million de dollars pour le premier texte d’une jeune femme d’une trentaine d’années arrivée aux Etats-Unis à 17 ans ! L’anecdote est intéressante en ce qu’elle souligne l’intérêt grandissant des éditeurs américains pour ce genre de récits qu’on pourrait qualifier d’identitaires : comment trouver une identité entre au moins deux cultures, ce qui pour les Africains à peau noire « ordinaires », sans formation ni diplômes, est particulièrement difficile dans un pays où les inégalités sont immenses et le racisme toujours virulent ? Mais comme il arrive trop souvent dans les notices des medias, le scoop dispense de procéder à une lecture attentive pour se demander si l’écriture et la conception de l’ouvrage méritent ou ne méritent pas pareil traitement de faveur.
Un mot sur le récit avant de se demander à quelle poétique obéit son écriture.

Continuer la lecture de Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou, un critique sapeur et voyageur

lettresnoiresLettres noires : des ténèbres à la lumière, Collège de France / Fayard, 75 p. , 2016. Le monde est mon langage, Grasset, 319 p., 2016.

Deux publications en 2016 témoignent de l’activité réflexive dans le champ littéraire africain d’Alain Mabanckou qui est devenu aujourd’hui une référence incontournable dans la vie intellectuelle franco-africaine. Qui ne l’a vu à la télé ou sur les réseaux, avec ses grosses lunettes blanches et sa veste brillante, en sa tenue de sapeur ?
Sapeur quesaco ? Un dandy congolais dont l’élégance crée une belle ambiance en réaction à un monde de laideur.

Ouvrons ces deux bouquins.
Le premier, très mince, contient le texte de la leçon inaugurale d’Alain Mabanckou (17 mars 2016) au Collège de France, institution prestigieuse où l’écrivain congolais a été invité pour un an à la chaire de création artistique, à l’initiative d’Antoine Compagnon. Intitulée Lettres noires : des ténèbres à la lumière,  ce qui semble teinter son propos d’une sombre dramaticité conradienne, cette leçon brille pourtant par son charme séduisant et son aisance. L’introduction en particulier. Elu en 2016, Mabanckou s’amuse pour son exposé à partir un siècle plus tôt, de 1916, date plus ou moins précise de l’invention du fameux “slogan dévastateur” « Y’a bon Banania » pour descendre de 6 en 6 (par exemple, 1956, le Congrès des écrivains et artistes noirs, 1968 (un peu raté ! à deux ans près !) le prix Renaudot de Yambo Ouologuem et sa propre date de naissance à lui Mabanckou (1966), 1996 le prix de l’Académie Française de Calixthe Beyala,  2006, date de son prix Renaudot et de la leçon inaugurale d’Antoine Compagnon, son parrain au Collège de France) avant d’en arriver, en une chute impeccable, à son propre portrait en 2016 : « qui suis-je au fond ? ». Pour répondre à cette question Mabanckou remonte encore plus haut sur le grand plongeoir de l’historicité, cette fois jusqu’en 1530, année de la création du Collège de France, pour s’y élancer dans un série de figures sur ses ancêtres esclavagisés, le symbolisme du noir, « cousu de fil blanc », les clichés les plus obscurantistes qui habitent encore les esprits mais que certains combattent, dont bien entendu «  les illustres membres de votre institution » : « En un mot, je suis fier et heureux d’être ici, parmi vous, avec vous… ». L’artiste retombe sur ses pieds et salue le public admiratif.

Continuer la lecture de Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Lecture de Bled, de Tierno Monénembo. Par Daniel Delas

bledTierno Monénembo, Bled, roman, Seuil, 2016, 199 p.

ISBN 2021088960
Lisant Bled, le lecteur ne comprend guère l’histoire chaotique de Zoubida. Certes dès la première page est annoncé qu’une étoile brillant sur son front l’auréole de la gloire de la fameuse Nedjma : elle est donc une rebelle qui va affronter de grands dangers et s’en sortir glorieusement comme l’héroïne de Kateb Yacine (cité en exergue du roman). Mais plongé dans le labyrinthe des épisodes qui relancent sans cesse une narration non chronologique et surtout dans la prolixité de dialogues souvent brutaux et elliptiques tenus par des personnages peu identifiés, ledit lecteur est en quelque sorte en immersion dans les petites histoires que dans ce ‘bled’, ce ‘patelin’, « un trou perdu, un trou sans nom et sans âme » chacun connaît… sauf le lecteur. Alors, ce livre, lisez-le sans vous arrêter car si vous vous en éloignez un jour ou deux, vous ne comprendrez plus rien en le reprenant, qui parle à qui, de quoi, à quelle époque, quelle est le background de chacun, etc, rien de cela n’ayant été dit sinon par des allusions ténues, perdues dans un bavardage sans fin.
Si vous lisez ou relisez le tout (le roman n’est pas tellement long !) de manière continue, de ce monde algérien grouillant, pénétrés des souvenirs de la guerre d’indépendance émergera, dans une douloureuse parturition, la figure de Zoubida-Nedjma, son enfance dans les dernières années de la guerre d’indépendance, le couple malheureux de ses parents Hassan et Asma, sa soif d’identité (qui est-elle ?) et d’indépendance (partir, quitter ce monde étouffant) impossible à concrétiser dans une Algérie ligotée par une tradition islamique qui enferme et opprime les femmes, ne leur laissant de choix qu’entre pute ou esclave recluse, sa liaison rageuse (et orageuse) avec un pied-noir français dont elle conçoit un enfant (sans autre nom que Bébé), sa capture par une sorte de proxénète qu’elle finit par poignarder, son arrestation, sa condamnation et, au bout de ce calvaire, son ascension progressive vers une sorte de paradis, mariée à un bel homme du désert rencontré en prison, riche, rieur et cultivé, qui l’emmène vivre dans un oasis enchanteur.
Résumer l’histoire de Zoubida-Nedjma est donc possible. Elle se déroule en trois temps subdivisés chacun en 6 ou 7 courts chapitres montés selon une alternance faulknerienne : une histoire se déroule en 1/3/5 tandis qu’une autre court en 2/4/6. Ainsi se tresse de manière très construite une sombre fresque historique de l’Algérie des années 1980, ce qui correspond aux années que Tierno Monénembo a vécues au Maroc et en Algérie comme enseignant de 1979 à 1983. Le romancier guinéen n’a pourtant pas cherché à faire vivre le monde de son héroïne algérienne d’une manière réaliste. La fonction du montage évoqué à l’instant est certes d’abord de donner réalité au tramage douloureux de l’histoire et de la mémoire algériennes et françaises, mais aussi d’être à l’écoute des gens ordinaires de permettre que s’élève, sortant du concert confus des bavardages, une voix singulière et pure, celle d’une femme résistante qui confie ses cauchemars et ses rêves à son fidèle ami, Alfred (alias Tierno ?), un Africain du Sud, bantou camerounais.
Le paradis de l’oasis évoqué (et atteint) dans la troisième et dernière partie rééquilibre l’enfer du bled où nous ont plongé les deux premières. Rêve ? Foi retrouvée ? Ecoutons (p.197) Zoubida rebaptisée désormais Taderfit (liberté en berbère) :

Je m’apprête à devenir une femme libre, Alfred, une femme véridique. J’ai bien fait de suivre Lilia. Dieu, il sait ce qu’il fait. Je suis rentrée en initiation. Je suis sur le chemin. Dans l’obscurité, je pars chercher la lumière. Maintenant, je comprends pourquoi toutes ces épreuves. Je médite, je m’élève, je m’exerce à la quiétude et à l’indulgence. Avec un sourire amusé, je regarde le passé.

Un livre majeur.

Pour citer cet article : Lecture de Bled, de Tierno Monénembo. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 19/11/2016, https://apela.hypotheses.org/1246.

A signaler : Retour au Bled, Entretien avec Tierno Monénembo par Elara Bertho, sur l’excellente revue Diacritik (11 janvier 2017).

Les Enfants des cyclones (Ronald C. Paul). Par Ngadi Maïssa Laude

enfants_cyclonesRonald C., Paul, Les Enfants des cyclones. [Avec une note de l’éditeur E.M. et une prière d’insérer de Gary Victor]. Paris : Le Soupirail, 2014. ISBN 979-10-93569-17-8, 269 p.

Note de lecture par Ngadi Maïssa Laude

Ngadi Maïssa Laude est doctorant en littérature comparée à l’université de Lorraine (Metz).

Ronald C. Paul est un acteur culturel haïtien. Il est l’auteur de deux pièces de théâtre inédites (Une femme deux hommes ; Le Roi, l’espion et le vagabond) et d’un film documentaire sur le cinéma haïtien (Zenglen Rèv. Atis pènt nan Nò yo, 2006). Avec Les Enfants des cyclones, il publie son premier roman, lequel a un retentissement dès sa sortie : il est parmi les finalistes du prix Senghor, il est classé à la troisième place du prix ADELF-AMOPA, avant d’être couronné par la première édition du prix Éthiophile (2015).

L’intrigue retrace le parcours mouvementé d’une petite famille qui, après avoir tout perdu suite aux ravages provoqués par un cyclone, va s’installer en ville pour tenter de se reconstruire une vie. Apprentissage, instabilité politique, catastrophe écologique, violence, injustice, espoir et créativité sont les maîtres-mots de ce que vivent les personnages conçus à l’image de toute une nation.

Continuer la lecture de Les Enfants des cyclones (Ronald C. Paul). Par Ngadi Maïssa Laude

Les Maquisards (Hemley Boum). Par Lilyan Kesteloot

LES MAQUISARDS

Par Hemley BOUM
Ed. La cheminante
Paris 2015

ISBN: : 9782371270220

Note de lecture

par Lilyan Kesteloot

Cette Camerounaise a du souffle !

380 pages pour un roman branché sur l’histoire du pays à la veille des indépendances, dont voici l’intrigue :

Au cœur du pays bassa Um Nyobe, le célèbre fondateur et leader de l’UPC, a gagné les élections mais le traficotage des autorités coloniales a truqué les résultats. Nyobe dont les partisans sont pourchassés, capturés, torturés en tant que rebelles doit donc se cacher tout en continuant d’animer son parti. Les plus acharnés contre lui sont les colons du coin qui exploitent les plantations de palmiers et de cacaoyers.

Dans un village de cette même région règne une tension résiduelle entre des personnages féminins charismatiques comme Estor, ou romantiques comme sa fille Likak. L’itinéraire de Likak est des plus douloureux puisqu’elle perdra son amant et son fils, ainsi que sa mère. Ces tensions dominent le jeu complexe des mariages liés aux dettes du Nko’o, association initiatique des femmes bassa, où la sorcellerie règle les différends insolubles par la seule conciliation. L’amour interdit entre jeunes de familles rivales vient encore compliquer les choses. Enfin la politique du pays dont les personnages sont partenaires exacerbe les tensions internes.

Hemley Boum mène l’action avec brio, mettant en scène avec une grande compétence les mœurs et coutumes de son groupe ethnique. Elle restitue dans le même temps le beau visage moral du leader de l’UPC : celui-ci finit par se laisser prendre plutôt que son combat ne dégénère en massacre de ses partisans, alors qu’il a compris que cette indépendance serait dirigée par des « collabos » des colons qui continueront en sous-main à ne servir que leurs propres intérêts. La décimation de la famille de Likak fait écho à la mort de Nyobe et celles de ses proches.

Roman plein de souffrance, mais aussi plein de vie, d’émotions, de générosité, de révolte qui se résolvent dans une résignation réaliste aux décrets de l’histoire. Ceux-ci ne sont autres en fait que l’application de la loi du plus fort.

L’écriture de Hemley Boum est aussi très vivante, collant à l’action, s’attachant à bien décrire ses personnages, et soucieuse de ne pas abuser de tournures locales, tout en restituant les termes précis des coutumes et objets bassa. Elle écrit en français sans complexes, plus attentive à son message qu’à sa formulation. On pourra relire à cette occasion le Remember Ruben de Mongo Beti, et comparer.

Lilyan KESTELOOT

Pour citer cet article : Les Maquisards (Hemley Boum). Par Lilyan Kesteloot, in Carnets de littératures africaines, 07/03/2016, https://apela.hypotheses.org/1028.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://www.lacheminante.fr/produit/la-cheminante-1419/les-maquisards-de-hemley-boum/

Verre Cassé d’Alain Mabanckou : une figure d’auteur en devenir ? Par Charlène Walther

Par Charlène WALTHER, étudiante en Master à l’Université de Strasbourg

Verre Cassé, le narrateur du roman éponyme d’Alain Mabanckou qui rédige au sein de l’oeuvre le carnet que le lecteur lit, ne correspond pas à l’image que l’on peut se faire habituellement d’une figure de l’auteur. Ivrogne qui vit presque exclusivement dans le bar qu’il fréquente, Le Crédit a voyagé, renvoyé de l’éducation nationale quelques temps auparavant, quitté par sa femme dans la foulée, il est le prototype du « raté », que Mabanckou nous représentait déjà dans African Psycho. Il semble donc au premier abord que Verre Cassé n’a pas plus le profil de l’écrivain que Grégoire Nabokomayo celui du tueur en série. Cela est d’autant plus problématique qu’avant ce récit Verre Cassé n’a rien écrit – pour autant que le lecteur et les autres personnages de l’oeuvre le sachent. Peut-on le considérer comme auteur au sein du roman alors qu’il n’a pas achevé son premier récit ? La logique voudrait qu’il n’acquiert le statut d’auteur qu’une fois son œuvre achevée, et donc, en dehors de celle-ci. En outre, le TLFI propose comme première définition du substantif « auteur », « celui ou celle qui est la cause première ou principale d’une chose ». Là encore, Verre Cassé ne correspond pas vraiment à la définition, puisqu’il n’a pas choisi d’écrire ce récit : c’est l’Escargot entêté qui lui a remis un carnet, pour qu’il compose « quelque chose sur ce bar, sur quelques gars d’ici, et surtout sur [lui]-même » (p.196). Verre Cassé peut-il alors vraiment être considéré comme la « cause première » de son récit ? Est-ce vraiment son œuvre ? La réponse, malgré tout, semble positive, car il apparaît que le personnage prend peu à peu possession de son récit, pour en devenir l’auteur, le créateur. Il écrira d’ailleurs lui-même : « c’est quand je m’abandonne, quand j’oublie qu’une mission m’avait été confiée que je me sens vraiment dans mon assiette puisque je peux sauter, cabrioler, parler à un lecteur autre que l’Escargot entêté » (p. 201). Sous un certain angle nous pouvons donc considérer que Verre Cassé devient auteur au fur et à mesure de l’écriture de son œuvre, qu’il s’approprie progressivement en se libérant des contraintes qu’on lui a imposées. Il y a d’ailleurs une démarcation nette entre les « premiers feuillets » et les « derniers feuillets » ; les premiers sont centrés sur le bar Le Crédit a voyagé et sur ses clients, les derniers sur la vie de Verre Cassé, ce qui pourrait montrer une appropriation de son œuvre par le personnage. C’est sans doute ce qu’entend Pierre-Yves Ballard lorsqu’il qualifie Verre Cassé d’ « auteur en gestation ». Mais cette idée, également, nous semble contestable car Verre Cassé, fort de ses connaissances littéraires, semble réinventer un style qui lui est particulier, dans le but de s’opposer à une certaine catégorie d’écrivains « intellectuels » (p. 188). Peut-être n’est-il pas, alors, un « auteur en gestation » ; peut-être même que l’idée selon laquelle Verre Cassé serait un écrivain en devenir constituerait une feinte de Mabanckou lui-même. La question est donc simple : Verre Cassé devient-il auteur ? La réponse est problématique, déjà parce que Verre Cassé invente un style littéraire, certes, mais qui repose sur l’imitation ; cette imitation est-elle inconsciente ou viserait-elle à l’élaboration d’une nouvelle esthétique ? Ensuite, il semble bel et bien y avoir une progression dans le récit, et Verre Cassé ne se rapproche du statut d’auteur que dans la seconde partie, n’étant qu’un simple prête-plume dans la première partie. Là encore, le passage de l’un à l’autre semble trop net. Enfin, une ambiguïté se dessine, laissant supposer que la rédaction de ce carnet ne servirait qu’à donner à Verre Cassé le titre d’auteur. En réalité, il le serait avant même d’avoir commencé à écrire.

La création par l’imitation : un parti pris littéraire ?

Dès la première page, qui a en réalité été ajoutée a posteriori par Verre Cassé , celui-ci déplace les attentes de l’Escargot entêté. En effet, il va bel et bien faire dans un premier temps la chronique du bar Le Crédit a voyagé, mais il n’est pas en accord avec la manière dont l’Escargot entêté perçoit l’écrit, obligatoirement opposé à l’oral :

Continuer la lecture de Verre Cassé d’Alain Mabanckou : une figure d’auteur en devenir ? Par Charlène Walther

à quelques pas de nos rires – vers Sony Labou Tansi. Par Serge Ritman

Serge Ritman

 

à quelques pas de nos rires

vers Sony Labou Tansi

 

il y a un saule qui pleure dans La Troisième France
il est au bord de la Seine et Sony ne regarde que lui

voilà un livre gros de poèmes et il en manque beaucoup
mais je les entends tous qui disent très fort maintenant
 
tous ces poèmes raturés biffés comme recommencés
courent vite vite et nous rattrapent et voilà qu’on devient

oui on devient clair-de-verbe comme un clair-de-lune
et si j’ai chanté Mao avec Sony je vais passer ma mort
 
à renverser la vie dans des racontages au bord du fleuve
pour hurler oh que l’espoir est inhabitable c’est le poème

qui nous habite subversivement pour tout déménager
le Congo et la Seine l’enfer et le paradis et pour construire
 

des villages de visages dans un corps qui bouge sa langue
de répétitions en répétitions c’est la vie cyclone la rage
 
 

de tempête
 
et tu creuses l’énigme Sony voulez-vous que je
vous dise ? tout est dans tes ici et tu nous donnes voix
 
dans la viande mais ta boucherie invente des gestes rythmes
nouveaux où jamais tu habites ici et toujours avec nos sœurs
 
goûtant la nuit vers des recommencements dans l’émeute
de naître par-dessus toutes les culpabilités incorporées
 
et contre les nihilismes tu écoutes en intensifiant le silence
nous encercle mais c’est terrible cet écrasant vertige d’écraser
 
 

alors avec des gestes d’assassin tu écris tout contre la matière
en courant parce qu’avec toi je suis traversé par le plus vivant
 
la longue marche au fond de la chose humaine t’épuise
sans que jamais tu ne cesses de creuser dans la sève noire
 
tu répètes l’écrasement qui nous monte à la gorge pour
le combat des intérieurs dans des démangeaisons mais crier
 
 
était trop simple et voilà que tu demeures dans des poèmes

ici et ici et ici jusqu’à sa majesté VERTIGE sans savoir à qui
 

est le poème et le temps de

dire que ce grain de sable est
 

une carte du monde pour tout refaire dans tes naissances
Sony recommence mon poème essoufflé dans ton entêtement

 

il était
une fois
un boxeur
contre
les idées
pas que
les toutes
faites
les idées
qui passent
pas par
la viande
qui titre
l’homme
et pas qu’une
fois
il ose
chaque fois
que sa fougue
quittait
les ondes moyennes
pour qu’un volcan
éructe
sa vie
hors frontières
pour couper

court à tout cet
Occident
où se défait
l’humain
c’est Sony
c’est la rage
d’aimer
et ses camarades
c’est nous
lisons
tout son branle
bas de vivre
pour enfin
respirer
tout essoufflés
à toute voix
même dans
la boue
du poème
toute la
solitude
et pour
nous retrouver
avec la fête
de dire
toutes les fois

qu’il revit
je suis moi
volontaire
à la condition
d’homme
et c’est fort
avec Sony
chacun peut
faire le poème
de sa vie
il tient
tête
à ceux qui renoncent
il vrombit
sans hésiter
de toutes les rimes
et refus
il relie jusqu’au
vertige oui
Sony jusqu’au
silence de crier
comme des nègres
nous buvons
l’insaisissable
dans tous les rêves
de t’écrire

bonsoir Sony
dans quelle étoile
tu as sommeil
fonce dans la terre

dire le premier oui du monde dans tous les refus et les recommencements
voilà comment tes poèmes inventent un je contre la tragédie des logiques
et ton lecteur perdu dans des mondes sans espoir écoute ta voix qui très passe
dans ta fière turbulence pour nous emporter chacun et chacune danser dans
notre sang comme c’est toi qui déborde là-bas et dis très fort dormez les choses

Pour citer cet article : à quelques pas de nos rires – vers Sony Labou Tansi. Par Serge Ritman, in Carnets de littératures africaines, 25/11/2015, https://apela.hypotheses.org/953.