Awa – Léonora Miano. ELA 47 (2019)

Le n° 47 (2019) des Études littéraires africaines est paru !

Au sommaire :

  • Awa : la revue de la femme noire entre presse et littérature
  • Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

DOSSIER

Awa : la revue de la femme noire

Textes réunis par Claire Ducournau

Créée à Dakar dans un contexte de renouvellement de la presse africaine autour des indépendances politiques, en un moment d’exaltation intellectuelle et d’ouverture des possibles sociaux, notamment du point de vue du genre, Awa : la revue de la femme noire est l’un des premiers magazines féminins de l’Afrique francophone.

  • Awa : la revue de la femme noire, entre presse et littérature
    (Claire Ducournau)
  • Awa ou la difficile équation du féminin africain
    (Marie-Ève Thérenty)
  • Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine : histoire et
    géographies (imaginaires) d’une publication noire
    (Laure Demougin)
  • « Boîte à lettres » et signatures : l’auctorialité partagée des femmes dans Awa (Claire Ducournau)

DOSSIER

Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

Textes réunis par Marjolaine Unter Ecker
et Catherine Mazauric

Dans l’œuvre de Léonora Miano, la fluidité des circulations stylistiques entre la voix et l’écrit est l’une des clés permettant de saisir comment l’écriture romanesque réagence les représentations sexuées, redistribue les qualités, cherche à affranchir de conventions aliénantes et usées. Entièrement composé d’articles de jeunes chercheur·es, ce dossier apporte un nouveau témoignage de la contribution de la littérature à l’invention singulière de manières d’exister et aux combats d’émancipation qui les accompagnent.

  • Présentation (Catherine Mazauric)
  • Les mauvaises mères dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala et Contours du jour qui vient de Léonora Miano
    (Marion Coste)
  • Reading « Hairstories » and « Hairitages » in Léonora Miano
    and Rokhaya Diallo’s Works (Johanna Montlouis-Gabriel)
  • Réseaux de genres : relationnalité et intersectionnalité dans Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie et Blues pour Élise
    de Léonora Miano (Constance Vottero)
  • Africana womanism et homosexualité dans Crépuscule du
    tourment 1
    de Léonora Miano (Vanessa Ndi Etondi)
  • Léonora Miano et Virginie Despentes : lectures croisées des masculinités « désaxées » (Marjolaine Unter Ecker)
  • La masculinité à travers l’Atlantique : enjeux identitaires
    et musicaux dans Crépuscule du tourment 1 et 2
    de Léonora Miano (Thomas Murray)
  • L’intermédialité dans l’art romanesque de Léonora Miano
    (Chloé Vandendorpe)
Comptes rendus
Thèses soutenues en 2018

ELA47_cv_def_HD_000_cv_dos15demi_Q

ELA47_Sommaire

 

AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Appel à communications

Littérature de jeunesse et savoirs

27 et 28 mai 2020, Université Norbert ZONGO (Koudougou, Burkina Faso)    

 
Les propositions de communication (environ 250 mots), accompagnées d’une brève notice biobibliographique, sont à envoyer, avant le 30 décembre 2019, à l’adresse suivante : colloquelitjeunesse2020@gmail.com

Colloque international
Littérature de jeunesse et savoirs
27 et 28 mai 2020
Université Norbert ZONGO
(Koudougou, Burkina Faso)


L’Université Norbert Zongo et l’Institut des Sciences des Sociétés du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST), en collaboration avec la Memorial University of Newfoundland (Canada) et la Coordination des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines et Comparées (CCLMC) de l’Université Hassan II de Rabat, organisent un colloque international intitulé Littérature de jeunesse et savoirs les 27 et 28 mai 2020 à l’Université Norbert Zongo à Koudougou au Burkina Faso.

Argumentaire


La littérature entretient, sans conteste, une étroite relation avec l’univers des savoirs, embrassant des domaines aussi variés que la science, les arts, les médias, l’environnement, l’histoire, la religion, la philosophie, etc. Cet univers se veut total en ce sens qu’il ne fait l’impasse sur aucun pan des conditions idéelles et matérielles de l’existence. Aussi la littérature déploie-t-elle différents modes d’appropriation, de recyclage, de réécriture des éléments puisés dans le champ des savoirs, construisant ainsi son propre ordre épistémique.
Dans une perspective épistémocritique, le discours critique s’attache à explorer les « savoirs à l’oeuvre » dans le texte. Dans Savoirs à l’oeuvre. Essais d’épistémocritique (1990), Michel Pierssens soulève quelques interrogations essentielles liées à la rencontre entre texte et savoir : « Que sait un texte ? […] comment le texte fait-il de son propre déploiement la réponse à cette question sur quoi il joue son existence et son sens, en visant à nouer de nouveaux noeuds dans la langue, les figures, les discours, les sujets ? » (p. 14)
 
La littérature de jeunesse, qu’elle soit perçue comme « partie intégrante de la Littérature » (Escarpit 2008, p. 5) ou comme espace minusculé, se présente aussi comme un « orage de savoirs » (Pierssens, p. 16). En effet, elle participe, à différents degrés, de l’ordre épistémique, de l’échange dialogique entre fiction et savoir. Ici, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle l’inscription des figures ou éléments épistémiques dans la fiction pour la jeunesse peut avoir, certes, des points communs avec celle à l’oeuvre dans la littérature générale, mais qu’elle s’articule aussi de manière spécifique (en vertu des traits propres à la littérature de jeunesse).
Dans les pays d’Europe occidentale – qui ont une longue tradition littéraire – la littérature de jeunesse participe, depuis longtemps, de l’histoire de l’évolution des idées et des mentalités (Ganna Ottevaere-van-Praag, La littérature pour la jeunesse en Europe Occidentale (1750-1925). Histoire sociale et courants d’idées, 1987). Pour ce qui est de la production littéraire pour les jeunes lecteurs des pays dits du Sud, l’ordre épistémique revêt sans doute des formes beaucoup plus complexes en raison des conditions historiques, ce qui implique, par exemple, une diversité de perspectives (extérieures/ intérieures), de savoirs (endogènes, exogènes).

Le but du présent colloque est d’explorer les divers modes d’inscription des savoirs dans la littérature de jeunesse. Il s’agira, de toute évidence, d’aller au-delà du savoir pédagogique inhérent à cette littérature. Comment la littérature de jeunesse travaille-t-elle les objets empruntés au monde des savoirs ? Comment construit-elle les figures épistémiques ? Quel sens revêtent les figures épistémiques ? Quel(s) type(s) de savoirs chaque genre (documentaire, roman, album, théâtre etc.) met-il en avant ? Comment s’exprime cette question de savoirs tant au niveau de la production qu’au niveau de la réception de la littérature de jeunesse ?

Continuer la lecture de AAC : Littérature de jeunesse et savoirs

Colonisation et génocide, le cas d’Haïti. Par Daniel Delas

Paula Anacaona, 1492, ANACAONA, l’insurgée des Caraïbes, illustrations Claudia Amaral, Editions Anacaona, 2019, 191 p.

En conclusion de son livre, Paula Anacaona écrit :

 « En 1500, la planète comptait 400 millions d’habitants, dont 80 millions aux Amériques – qui étaient le continent le plus peuplé.
En 1550, les Amériques ne comptaient plus que 10 millions d’habitants.
La Conquête a entraîné la mort d’au moins 90% de la population autochtone, soit 70 millions de personnes en cinquante ans.
En une génération, c’est une catastrophe démographique absolue, immédiate, unique.
Enfin, du drame d’Ayiti est né le drame africain : dès les premières années du XVIème siècle, des Africains sont déportés pour servir de main d’œuvre… Par centaines, par milliers, puis par millions. » (p.186)

Ce triste constat consonne avec la position de Tzvetan Todorov, auteur d’un des premiers essais sur la conquête de l’Amérique (La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Seuil, 1982) qui affirmait en ouverture de son livre : « Le seizième siècle aura vu se perpétrer le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité. » Le chercheur français, sémioticien et anthropologue, centrait les premiers chapitres de son étude sur l’incapacité de Colon (avec cette orthographe, si parlante) à tenir compte de l’autre, imbu qu’il est de sa supériorité. Il méconnait les Indiens, méprise leur langue (qu’il ignore !) et refuse d’admettre qu’un Indien est un sujet ayant les mêmes droits que lui mais différent. Todorov concluait en ces termes : « Colon a découvert l’Amérique mais non les Américains. »

Paula Anacaona, traductrice (du portugais du Brésil), éditrice des écrivains afro-brésiliens et écrivaine sous le pseudonyme de la grande résistante taïno à la colonisation espagnole, se propose de raconter le combat de son héroïne emblématique depuis l’arrivée de Colon lors de son premier voyage de 1492 jusqu’à la mise à mort de la cacique en 1504. Elle choisit de ne pas procéder en termes savants mais par un beau livre, d’écriture simple, où alternent caractères romains (récit historique objectif) et caractères italiques (réservés à la parole narrative d’Anacaona elle-même). Découle de ces alternances bien maîtrisées, un livre qu’on pourra offrir aussi bien à un(e) adolescent(e) tant il est agréable à feuilleter (chaque page est illustrée) qu’à un chercheur chevronné.

Le récit commence par une représentation de la vie des Taïnos avant l’arrivée espagnole, brossée en couleurs riantes (parfois un peu trop idylliques ?) pour dire que ces Indiens n’étaient ni des sauvages brutes vivant sans foi ni loi ni de bons sauvages, joyeux et accueillants mais un peu simplets, comme les jugea Colon de manière un peu contradictoire d’ailleurs. Non, les Taïnos constituaient une société ayant de solides cadres structurels héritiers des croyances mayas de leur origine.

« Ayiti est une île prospère, très peuplée, animée, qui bouillonne d’activité, de femmes, d’hommes, d’enfants. Les Espagnols la comparent à une « ruche humaine ».

C’est à la suite du deuxième voyage de Colon que la tragédie va éclater. L’amiral a amené avec lui de nombreux aventuriers auxquels il a fait miroiter la possibilité de s’enrichir beaucoup et vite. Une quête effrénée de l’OR dirige désormais l’activité de ces hommes ‘affamés’ qui se mettent à s’approprier les biens des Tainos et à les torturer pour leur faire avouer où ils cachent l’OR. En complément, si l’on peut dire, les missionnaires détruisent les bases de la culture religieuse taïno (qu’ils ignorent !) dans l’idée de convertir, de gré ou de force, les Indiens, en les forçant à se vêtir et en déniant toute valeur à leurs croyances. « Physiquement, culturellement, intellectuellement, spirituellement, collectivement, la société taïno s’est effondrée. » (p.117)

Anacaona prend alors la voie de la résistance en se réfugiant dans les montagnes (comme le feront plus tard les esclaves nègres révoltés, les marrons en Guadeloupe ou au Brésil) mais il est trop tard ; les Espagnols veulent dominer totalement l’île et usent de tous les moyens (mensonge, trahisons) pour éliminer les derniers résistants. Toutefois, avant sa capture et sa pendaison, Anacaona a fait briller de ses derniers feux la civilisation taïno et ses valeurs d’ouverture et de pluralité.

Paula Anacaona n’est certes pas la première à faire revivre la culture taïno, on pourra lire le beau livre d’Elisabeth Fontenaille, La dernière reine d’Ayïti (Rouergue, 2016), écrivaine qui avait déjà consacré en 2015 un récit simple et bien documenté au massacre d’un peuple, celui des Héréros en Namibie. Pour mieux comprendre la force de l’art taïno, on pourra retrouver le numéro spécial de Connaissance des arts associé à l’exposition Art taïno du Petit Palais de 1994. On y voit de magnifiques photographies de zemi (reliquaires), de trigonolithes (pierres à trois pointes), d’objets utilisés dans la cohaba, etc…
On écoutera enfin l’écho étrange/étranger des mots que ce peuple nous a transmis : canot, barbecue, cacique, hamac, tabac, maïs, goyave et même lamantin (forme corrompue du taïno manati).

L’hommage de Paula Anacaona et Claudia Amaral a revêtu d’un bel habit chamarré  ce livre mémoriel. Qu’elles en soient remerciées !

Daniel Delas

Pour citer cet article : Colonisation et génocide, le cas d’Haïti. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 20/08/2019, https://apela.hypotheses.org/3356.