Parution: Le Terroriste noir de T. Monénembo

Parution d’un essai de Christine Le Quellec Cottier, Le Terroriste noir de Tierno Monénembo.

Editions Infolio, Collection Le cippe

ISBN 978-2-88474-320-4
12 × 18 cm
I 136 pages I 15 CHF

https://www.infolio.ch/livre/le-terroriste-noir-de-tierno-monenembo.htm

https://www.infolio.ch/collection/le-cippe.htm

Table

Une citoyenneté aux grandes jambes 

  • Exhumer l’Histoire 
  • Une vie en mouvement, une écriture de l’exil 
  • L’avenir se trouve dans le roman… 
Je vous raconterai plus tard comment 
  • Discours et tradition orale 
  • Une cartographie insaisissable 
  • Portraits diffractés 
  • Germaine Tergoresse et Addi Bâ
  • Le village et ses fantômes 
Temps de guerre et des colonies 
  • Un étranger venu des colonies 
  • Un tirailleur, qu’est-ce que c’est ? 
  • Un « nègre » dans le bois… 
Une époque de fatras 
  • Faits et fiction 
  • Trois ans de vie partagée
  • Un siècle pour mémoire 
Une littérature africaine ? 
  • Littérature francophone et littérature-monde 
  • Piste alternative 
  • Voix dispersées 
Tierno Monénembo, quelques repères 
Bibliographie partielle 
  • Œuvres de Tierno Monénembo 
  • Livres et articles critiques 
  • Ressources en ligne et audiovisuelles 
Remerciements

Présentation de l’ouvrage

Couronné du Prix Ahmadou Kourouma, du Prix Erckmann-Chatrian, du Prix Palatine du roman historique ainsi que du Prix du roman métis, Le Terroriste noir, paru en 2012, est un roman subtil, qui offre des temporalités multiples. Il propose une double lecture, grâce à un regard rétrospectif qui met au jour les oubliés de l’Histoire. Tierno Monénembo nous y fait découvrir la figure bien réelle du tirailleur Addi Bâ, évadé puis dissimulé pendant trois ans dans un village des Vosges durant la Seconde Guerre mondiale. Et se révèle alors le discours d’autorité que l’Occident a tenu sur l’Afrique. À travers la mémoire de Germaine Tergoresse, c’est un siècle de liens et de déchirures qui se tissent et se froissent. Et sous la plume agile de Tierno Monénembo, ce sont bien les appartenances et les identités figées que Le Terroriste noir questionne avec originalité et humour.

Christine Le Quellec Cottier est professeure titulaire à l’Université de Lausanne où ses recherches se concentrent depuis plus de dix ans sur le domaine des littératures francophones. Elle dirige par ailleurs le Centre d’Études Blaise Cendrars à la Bibliothèque nationale suisse et a collaboré à l’édition des œuvres autobiographiques et romanesques de Cendrars dans la Bibliothèque de la Pléiade. À l’intersection de ses deux orientations de recherche, elle codirige le projet du Fonds National Suisse «Le Primitivisme littéraire au cœur des avant-gardes. 1898-1924».

Bibliothèque coloniale et premières littératures africaines

Exposition

Dans le prolongement du 18e Congrès de l’APELA, tenu à Aix-en-Provence du 25 au 27 septembre 2019, Archives matérielles, traces mémorielles et littératures des Afriques, les Archives nationales d’outre-mer accueillent, du 21 septembre au 21 novembre 2019, une exposition composée à partir des collections présentes aux ANOM.

De la bibliothèque coloniale
aux premières littératures africaines

La littérature du XIXe siècle, et particulièrement le roman d’aventure, a façonné l’imaginaire colonial, fabriquant une « bibliothèque intérieure […] qu’emmenèrent dans leur mémoire les milliers de Français partis pour l’Afrique à la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle » (Jean-Marie Seillan). Et le savoir sur l’Afrique au sud du Sahara, pendant la période de la conquête puis de la mise en place de l’administration coloniale française, s’est largement fabriqué à travers des formes littéraires. La colonisation française par ailleurs a modifié le paysage sociolinguistique en introduisant le français comme langue d’écriture, dont s’est emparée aussi une petite élite lettrée africaine, passée par les écoles coloniales.
Les fonds des Archives Nationales d’Outre-Mer sont riches d’une multitude de supports de l’écriture, permettant d’appréhender la variété des écrits ayant circulé pendant la période coloniale. Cette exposition est notamment l’occasion de mettre en lumière le fonds spécifique de l’Enfom (École Nationale de la France d’Outre-Mer) dite aussi « École coloniale », formant depuis 1889 les fonctionnaires français appelés à travailler dans l’administration coloniale dans les différents pays de l’empire. Ainsi, dans ce fonds, on trouve de nombreux romans, proposés à la lecture des étudiants et remis en jeu dans leurs mémoires de fin d’étude.
Certains fonds privés témoignent d’une forme de tentation de la littérature que l’on peut trouver chez certains acteurs de la colonisation française ; des liens également se font entre écriture de voyage et écriture littéraire. D’une archive à l’autre, de l’archive à l’écrit littéraire, on peut par ailleurs suivre comment certaines personnes historiques deviennent personnages de fiction.

Ces archives et écrits coloniaux sont également le terrain de la première littérature africaine de langue française et les fonds des Anom permettent largement d’appréhender la façon dont les écrivains africains ont écrit contre ou en réponse aux textes coloniaux. L’un des enjeux de cette exposition est aussi de retrouver ces « voix africaines » au sein de la production coloniale, par définition attachée à décrire le point de vue de l’administration française.
Le parcours proposé entend ainsi dessiner une histoire des pratiques d’écriture, depuis la constitution d’une « Bibliothèque coloniale » africaine jusqu’à l’émergence d’une littérature africaine éditée en langue française, présentant cette première génération d’écrivains nés sous la colonisation.

Exposition organisée à l’occasion du Congrès 2019 de l’APELA (Association pour l’étude des littératures africaines) : Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques, 25‑27 septembre 2019. Faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines d’Aix‑Marseille Université, Aix‑en‑Provence.

Exposition conçue et réalisée par Elara Bertho, Catherine Mazauric, Cécile van den Avenne, avec le soutien d’Isabelle Dion, Frédéric Gilly, Sylvie Pontillo des Archives nationales d’outre‑mer (Anom).

Lire et voir une présentation de l’exposition et des questions qu’elle pose sur Esquisses, carnet de recherches du laboratoire LAM Les Afriques dans le monde.

Consulter le livret de l’exposition sur HAL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-02291167

 

Les jeudis du GED : Sorcières, tyrans, héros

Les jeudis du GED

Le jeudi 10 octobre 2019 à 18 heures

Elara Bertho présente

Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales et résistants africains. Honoré Champion, 2019

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Discutante : Odile Goerg

Point d’accueil temporaire du GED Hors les murs
Rez-de-jardin de la MSH-Paris nord.
20, avenue George Sand, Saint-Denis La Plaine.
Métro Front Populaire

AAC : 6èmes REAF, Marseille 2020

Appel à contributions

Le Groupement d’intérêt scientifique « Études africaines en France » tiendra ses sixièmes rencontres les mardi 7, mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 juillet 2020, sur le site Saint Charles d’Aix-Marseille Université.

Ces rencontres sont une invitation à dépasser les cloisonnements disciplinaires et institutionnels. Elles offrent l’occasion aux spécialistes issu.e.s de différentes disciplines en sciences humaines et sociales d’échanger autour de thèmes de recherche en commun en confrontant les approches de travail, les périodes historiques, les zones géographiques du continent. En rassemblant des chercheur.e.s d’horizons divers, travaillant en France et partout dans le monde, les REAF constituent également un espace pour améliorer la visibilité des travaux que mènent les chercheur.e.s. Ces rencontres sont ouvertes à toutes formes d’écriture de la recherche.

Pour ces 6èmes rencontres, nous inviterons ceux et celles qui le souhaitent à élargir cet espace de parole, le temps d’un après-midi “hors les murs”, en partageant leurs recherches avec d’autres publics – scolaires, passant.e.s, curieux.ses, touristes, étudiant.e.s –  dans le quartier Belsunce, en plein cœur de la ville de Marseille.

Consignes :

Les chercheur.e.s (à partir du niveau doctorat) sont invité.e.s à déposer sur le site : https://reaf2020.sciencesconf.org  un document présentant une proposition d’atelier au plus tard le 6 janvier 2020.

Le document doit être intitulé selon le modèle reaf2020_NOM(S)RESPONSABLE(S) et comprendre :

  •  le titre et le résumé de l’atelier (en français ou en anglais, 2500 signes maximum) ;
  • le nom, l’adresse électronique, l’institution et/ou le laboratoire d’appartenance de chacun.e des responsables (deux au maximum) de l’atelier ;
  • le nom des intervenant.e.s (jusqu’à cinq maximum) ;
  • le titre et le résumé de chaque communication (en français ou en anglais, 2500 signes maximum).

Calendrier :

1. Propositions d’ateliers constitués attendues pour le 6 janvier 2020. 

2. Validation des propositions d’atelier par le comité scientifique pour le 29 février 2020.

3. Mise en ligne de la liste des ateliers et de leur composition le 30 mars 2020.

4. Participation aux rencontres “hors les murs”: inscription sur https://reaf2020.sciencesconf.org  avant le 30 mars 2020.

5. Inscription aux REAF sur https://reaf2020.sciencesconf.org avant le 15 juin 2020.