Tierno Monénembo : écrire par « excès d’exil ». ELA 49 (2020)

Tierno Monénembo : écrire par « excès d’exil »

Textes réunis par Cécile Van den Avenne

  • Introduction (Cécile Van den Avenne)
  • La consécration à bas bruit d’un moissonneur de mémoire (Claire Ducournau)
  • Du fou romanesque à la « folle » écriture de Tierno Monénembo (Adama Coulibaly)
  • Les parentés narratives dans l’œuvre de Tierno Monénembo (Anthony Mangeon)
  • Transmettre le génocide des Tutsis au Rwanda : l’efficacité de la fiction dans L’Aîné des orphelins (Virginie Brinker)
  • « Il devint un Romaincourtien » : histoire coloniale et histoire régionale (Lydie Moudileno)
  • La Tribu des gonzesses : le théâtre d’un romancier,
    une expérience marginale ?
    (Ramcy Kabuya)
  • « Il n’y a pas aventure plus improbable que la littérature » : entretien avec Tierno Monénembo
    (Cécile Van den Avenne et Elara Bertho)

Varias

  • Ousmane Sembène, 1956-1966 : s’octroyer une place
    dans le champ littéraire
    (Edoardo Cagnan)
  • Les sept solitudes de l’encyclopédiste : propositions
    sur la polymathie en contexte francophone africain
    (Ninon Chavoz)
  • Médecins et maladies dans les romans africains
    de Paule Constant
    (Corinne Grenouillet)
  • Rewriting Antiquity : Saint Augustine as Mnemonic Figure in Francophone Texts of the Maghreb (Cl. Gronemann)
  • « Deux moi dissociées » : la folie comme espace de négociation dans Pagli d’Ananda Devi (Alexandra Stewart)

À propos…

… des Écrits politiques d’Aimé Césaire
(Daniel Delas, Manuel Norvat)

Comptes rendus

HD_000_couv_49_dos16mn_Q_v3

Situer la condition noire française dans l’Afrodiaspora

Compte rendu de :

Maboula Soumahoro, Le Triangle et l’hexagone. Réflexions sur une identité noire

Paris : La Découverte, 2020, 160 p. – ISBN 9782348041952

Par Marjolaine UNTER ECKER 

Ce premier livre de Maboula Soumahoro porte sur « l’identité noire » en France, que l’auteure questionne à partir de son propre parcours et de son expérience en tant que femme, française d’origine ivoirienne – « afropéenne » dira-t-elle par ailleurs -, musulmane, et universitaire issue d’un milieu populaire. Née de parents ivoiriens à Paris, elle a fait des études et vécu aux États-Unis, avant de revenir en France. La circulation au sein de ces différents espaces et le triangle historique qu’ils forment sont évoqués dans trois chapitres, « Le triangle » (pp. 35-68), « Parcours universitaire » (pp. 69-100) et « L’Hexagone » (pp. 101-138). Soumahoro s’y exprime à partir de ses différents « statuts » : actuellement enseignante-chercheure à l’Université de Tours, docteure et chercheure spécialisée en études africaines-américaines et afro-diasporiques, elle est aussi connue pour ses prises de position antiracistes et afroféministes. Les trois dimensions évoquées ci-dessus – biographie, recherche et militantisme – sont contenues dans cet ouvrage, qui va au-delà du récit biographique et du discours militant[1]. En effet, il ne s’agit pas d’un discours simplement descriptif ; l’expérience personnelle est en fait appréhendée comme un point de départ et une illustration contribuant à bâtir une réflexion analytique plus globale, inscrivant le propos dans une réflexion d’ordre politique, voire épistémologique.

Continuer la lecture de Situer la condition noire française dans l’Afrodiaspora

Parlures afro-françaises. Par Daniel Delas

Asya DJOULAÏT, Noire précieuse

roman, Gallimard, « Continents noirs », 2020, 163 p.

Présentons l’auteure avant de justifier notre surtitre puis revenir au roman lui-même. Tout cela bien mitonné, j’espère.

Asya Djoulaït est née à Paris en 1993 de parents algériens. Devenue professeur de lycée dans le 9.3. (prédestination ?), elle a passé son enfance dans les quartiers de Paris où vivent les immigrés, dans le dixième et le dix-huitième arrondissement. Son roman n’est pas biographique, néanmoins comme il arrive souvent dans un premier roman, il transpose un vécu, celui de sa relation (étroite mais difficile) à sa mère dans un monde où tous utilisent une parlure spécifique.

‘Parlure’, qu’est-ce à dire ? Vieux mot français encore en usage dans le français du Canada, il désigne simplement la manière de parler d’un groupe social, plus précisément si l’on suit les linguistes-psychanalystes des années 50 Damourette et Pichon qui ont tenté de l’introduire dans le vocabulaire scientifique  l’« ensemble des moyens d’expression utilisés par un groupe social donné », autrement dit, la langue telle qu’elle est parlée par les gens d’un niveau social donné.  Le terme est plus précis que ‘manière’ et moins flou que ‘style’.
Il est en quelque sorte le soubassement premier de ce roman qui cherche à faire revivre une enfance dans la vérité de son langage. Lequel enfant, la petite Céleste, est le personnage principal de la première partie, qui se partage entre son quartier parisien ou dans celui du lycée et de ses amies françaises, que ce soit à Abidjan où dans la seconde on suit les tribulations de Bosso. Seconde partie un peu artificielle.

Dans l’une et l’autre situation géographique, le meneur du jeu de l’écriture est le nouchi, argot afro-français connu des Noir.e.s sans instruction. Il est plus juste de parler de parlure  franco-ivoirienne que d’argot car, s’il était un argot à l’origine*, cette parlure des jeunes ivoiriens s’est développée chez tous les jeunes puis est devenue une sorte de parlure propre à tous les immigrés sans instruction, en France ou en Côte-d’Ivoire.

Ouvrez le livre au hasard : une chance sur deux de tomber sur des dialogues en parlure franco-ivoirienne ! comme p. 31-32 :

– Mais vraiment hein tu as grandi
– Pardon tonton , on s’est déjà rencontrés ?
– Yé t’ai vue quand tu étais petite, à Babi (ndbp, Abidjan)
– Ah oui, ça fait longtemps alors…
– Pourquoi t’es pas revenue même ?
– Maman ne veut pas. Elle dit que les gens vont me gbasser (ndbp, m’ensorceler)
(…)
– Je sais que c’est pas facile quad on arrive en France
– C’est très vrai même ! Histoire de bateau et tout là, c’est pas une vie. On nous blague (ndbp, On se moque de nous), hein. Vie de Paname, c’est dur comme caillou ! mais al hamdoulilah (ndbp, Dieu merci), on est arrivé là. Y faut continuer quoi. Molo molo. On doit écrire une annonce qui donne confiance

L’auteure prend plaisir à l’évidence à construire le personnage de Céleste, excellente élève habile à manier le « français des Blancs » au cœur d’un monde dont elle parle maternellement une autre langue ; elle y ajoute une note vécue en installant sa mère dans une duplicité existentielle : elle veut que sa fille réussisse mais reste une Noire, tandis qu’elle fait commerce de produits à blanchir la peau mais cache à sa fille qu’elle les a essayés.

L’histoire est crédible mais encore une fois le moteur principal du travail d’écriture  a certainement été celui de réussir ces dialogues populaires en franco-ivoirien, en une sorte de comedia dell’arte d’un genre nouveau.

Bienvenue Asya !

Daniel Delas

Pour citer cet article : Parlures afro-françaises. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 10/07/2020, https://apela.hypotheses.org/4245.

 

*A l’époque du film d’Eliane de Latour, Bronx Barbès (2000)