L’écrivain et sa bibliothèque

L’écrivain et sa bibliothèque

Collection de vidéos sur Canal-U. Coordination : Céline Gahungu, Claire Riffard (équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM-Cnrs).

Ici, le Congo et Henri Lopes :

Quels usages l’écrivain au travail fait-il de sa bibliothèque ? En quoi la bibliothèque constitue-t-elle un matériau d’écriture ?

Lié à des problématiques exo- et endogénétiques, fondé sur des études de cas attentives aux processus de création, le séminaire propose également une réflexion plus générale. Les bibliothèques sont envisagées dans leur inscription sociale, historique et culturelle ; les réalités anthropologiques dans lesquelles s’enracinent les pratiques des écrivains sont examinées.

AAC/CFP: Mongo Beti : le témoignage actuel de la «réserve révolutionnaire»

Colloque international

Mongo Beti : le témoignage actuel de la « réserve révolutionnaire » / Witnessing for the Witness: Mongo Beti and the Untenable Postcolonial Condition

International Colloquium

29-31 juillet 2021

La Société des Amis de Mongo Beti (SAMBE)

en collaboration avec la Librairie des Peuples Noirs à Yaoundé, Cameroun organisent :

Mongo Beti : le témoignage actuel de la « réserve révolutionnaire » / Witnessing for the Witness: Mongo Beti and the Untenable Postcolonial Condition

Les projets de communication (pas plus de 500 mots), en anglais ou en français, devront parvenir au Professeur Ambroise Kom akom@holycross.edu au plus tard le 15 janvier 2021.

Mongo Beti Juillet2021_colloquium

Continuer la lecture de AAC/CFP: Mongo Beti : le témoignage actuel de la «réserve révolutionnaire»

Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Borders and Ecotones in the Indian Ocean – Cultural and Literary Perspectives

NOUVELLE PUBLICATION / NEW RELEASE

Co-édité par Markus Arnold, Corinne Duboin & Judith Misrahi-Barak

https://www.pulm.fr/index.php/9782367813578.html

Les essais critiques réunis dans ce volume prennent leur ancrage dans l’océan Indien et explorent les multiples façons dont la dynamique des échanges a formé cette région multilingue, de l’Inde aux Mascareignes et en Afrique australe. Frontières, lisières et tiers-espaces sont revisités à travers la notion d’écotone, une zone de transition entre deux écosystèmes. Si le terme a été surtout utilisé par les biologistes et les écologistes, l’angle métaphorique s’avère particulièrement fertile en ce qu’il autorise des approches transdisciplinaires et rend possibles des perspectives nouvelles. En anglais et en français, ce volume vise à enrichir la recherche déjà publiée dans plusieurs champs disciplinaires et à participer au développement des études indo-océaniques. Les auteurs du volume réexaminent ces écotones comme des espaces de frictions autant que des espaces de fusion.

Mots-clés : Écotones, Océan Indien, Frontières, Liminalité, Migrations

This collection of critical essays anchors itself in the Indian Ocean and explores the multiple ways dynamic exchanges have shaped this multilingual region of the world, from India to the Mascarene Islands to Southern Africa. Borders, edges and third spaces are revisited through the notion of the ecotone, a transitional zone between two ecosystems. If the term has primarily been used by biologists and ecologists, the metaphorical angle proves to be fruitful as it authorizes transdisciplinary approaches and empowers fresh perspectives. In French and in English, this volume aims to contribute to scholarship already published across various disciplinary fields and to participate in the development of Indoceanic studies. The authors of the volume rethink those ecotonal sites that are spaces of frictions as much as spaces of fusion. 

Keywords: Ecotones, Indian Ocean, Borders, Liminality, Migrations

Continuer la lecture de Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Études africaines : nouvelles approches, nouveaux enjeux

Acta Fabula, dossier critique n°59, novembre 2020 (volume 21, numéro 10)

Textes réunis par Christine Le Quellec Cottier et Simona Sala

Questionner aujourd’hui la production critique sur les « études africaines » stimule des réflexions qui mettent en réseau des espaces, des temporalités, des sensibilités et des formes. Le dossier proposé par Acta fabula, en collaboration avec le Pôle pour les études africaines de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne (PEALL) met en lumière un renouveau des lectures critiques, souvent parce que les propositions sont interdisciplinaires et envisagent un continent connecté, partenaire d’autres parties du monde : il ne s’agit pas – ou plus – d’affirmer une spécificité soi-disant manifeste, mais de faire connaître des créations et des initiatives qui résonnent sur des plans similaires, chacune à sa façon.
Ainsi, les textes peuvent interroger des points de vue – africains, européens, nord‑américains, … –, mettre en parallèle des productions contemporaines et leur relecture des plus anciennes, évoquer des destins singuliers et des œuvres protéiformes, en évitant l’écueil désormais trop fréquent de l’expérience personnelle du chercheur : comment résumer une capacité de réflexion et d’analyse à une origine biologique, à une couleur de peau ? Être décolonial, dans notre monde contemporain, ne peut signifier réduire l’existence de chacun à une « expérience » (… ne peut écrire sur l’Afrique qu’un Africain ; ne peut interpréter un LGBT qu’un LGBT, ne peut parler de Platon qu’un Grec …) et le dossier proposé rend compte – s’il le fallait – des apports des lectures croisées et des connivences tissées. Les lectures critiques ne font donc pas l’impasse sur des problèmes sociétaux majeurs, mais au contraire participent à leur résolution en mettant en évidence des capacités d’interactions propres au « vivre ensemble ».
La réflexion sur la littérature et le pouvoir de la langue est un domaine fructueux nourri d’imaginaires en constant devenir, où les personnages et les intrigues ne sont jamais limités à un calque du réel. Le dossier d’Acta fabula est un acteur de cette relecture active du champ des littératures mettant en scène un univers africain – continental ou diasporique – impliquant autant l’histoire littéraire, des formes singulières que le temps de l’Histoire.

A consulter et lire sur Fabula : https://www.fabula.org/revue/sommaire13221.php

«La patience cuit la pierre». Par Daniel Delas

« La patience cuit la pierre », disent les femmes peules

Djaïli Amadou Amal, Les impatientes, roman, Emmanuelle Collas, 2020, 240 p.

Peut-on être féministe et peule ? Peut-on être peule et impatiente ? (titre du roman assorti d’un avertissement : « cet ouvrage est une fiction inspirée de faits réels ») alors que père, mère, oncles, imams ne cessent de répéter (à chaque fin des trois chapitres) :

Patience, mes filles ! Munyal ! Telle est la seule valeur du mariage et de la vie. Telle est la vraie valeur de notre religion, de nos coutumes, du pulaaku. Intégrez-la dans votre vie future. Inscrivez-la dans votre cœur, répétez-la dans votre esprit ! Munyal , vous ne devrez jamais l’oublier (p.15)

Les Peuls, originaires de la zone saharienne, sont une importante communauté ethnique de religion musulmane qui a entretenu des rapports souvent difficiles avec les peuples sahéliens. Ils ont fondé des empires puissants au cours des siècles. Dans le domaine francophone, Amadou Hampaté Bâ nous a fait connaître par ses écrits leur mode de pensée et d’être tandis que Tierno Monénembo a fait revivre leurs ‘mœurs cinglées’. Mais cette histoire est exclusivement une histoire d’hommes de même que leur résistance à la colonisation, alors que le roman de Djaïli Amal (née à Maroua (Nord-Cameroun) en 1975) nous parle du point de vue des femmes peules, avec des paroles de femmes dans une société totalement dominée encore aujourd’hui par les hommes.
A Maroua par exemple, les Peuls sédentarisés se sont regroupés dans certains quartiers, la famille de Ramla, l’héroïne principale, occupe une concession entourée d’une enceinte de hauts murs au sein d’un ensemble de cinq autres : cinq familles dirigées chacune par un oncle, quatre-vingt enfants facilement. Combien de femmes ? Difficile à dire puisque dans chacun de ces foyers polygamiques, le nombre d’épouses varie en fonction des répudiations et des remariages.

Les visiteurs n’y pénètrent pas : ils sont reçus à l’entrée dans un vestibule que, dans la tradition de l’hospitalité peule, nous nommons le zawleru. Derrière s’ouvre un espace immense dans lequel se dressent plusieurs bâtiments : d’abord l’imposante villa de mon père, l’homme de la famille, puis le hangar, une sorte de portique sous lequel on reçoit les invités, enfin les habitations des épouses où les hommes ne pénètrent pas. Pour parler à son mari, une épouse ne peut passer que par la coépouse dont c’est le tour.
[…]
Nous, les filles, vivons avec nos mères respectives pendant que nos frères ont leurs propres chambres à l’extérieur des appartements maternels dès la préadolescence. Et bien sûr, filles et garçons ne font que se croiser, s’adressant à peine la parole. (p. 29)

Le roman se veut une dénonciation – on le sent dans le ton – de l’oppression séculaire des femmes – mariage forcé, viol conjugal et innombrables coups bas entre coépouses en quelque sorte programmés par cette structure sociale reposant sur un cloisonnement rigoureux. Il est la vengeance d’une femme dont les rêves d’amour et de modernité ont été laminés sans pitié et qui est contrainte de se défendre pour survivre. Amère derrière son masque fardé,  Safira restera la puissante première épouse,  daada-saaré : « Quoi qu’il arrive, je suis la daada-saaré. Personne ne pourra jamais me remplacer. » (p. 239) tandis que Hamla s’enfuira vers une vie meilleure.

On ne tentera pas de résumer les innombrables épisodes de la vie de bataille des épouses dans la chaudron  d’une telle société polygame tant ils sont imbriqués les uns dans les autres. Réduisons notre propos en empruntant à la 4ème de couverture :

Trois femmes, trois histoires, trois destins liés, celui de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l’époux de Safira, tandis que Hindou, sa sœur, est contrainte d’épouser son cousin. Patience ! C’est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu’il est impossible d’aller contre la volonté d’Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. ». Mais le ciel peut devenir un enfer.

Et posons la question qui taraude le lecteur moderne : comment une société humaine peut-elle se développer harmonieusement sur de telles bases ? Comment les hommes peuls peuvent-ils rester tranquillement installés en garants et bénéficiaires d’une société aussi inégalitaire et violente ? Faut-il, à la suite d’ Amin Maalouf  (Le naufrage des civilisations), incriminer un islamisme obtus qui aurait remplacé le nationalisme nassérien après la défaite de 1967 ?  Incapables d’assumer la défaite, les peuples arabo-musulmans feraient ainsi payer aux femmes le prix de leur propre déficience.

‘Patience !’,  semble dire la romancière, ‘ça ne durera peut-être pas toujours!’

Daniel Delas

Pour citer cet article : «La patience cuit la pierre». Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 15/11/2020, https://apela.hypotheses.org/4401.

Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Journée d’étude organisée par l’APELA  (Association pour l’Étude des Littératures Africaines) et le CSLF (Centre des sciences des littératures en langue française)

Université Paris-Nanterre – Vendredi 13 novembre 2020

Organisateurs : Ninon Chavoz, Pierre Leroux, Florence Paravy

En raison des conditions sanitaires, cette journée aura lieu en ligne et dans un format allégé, propice, nous l’espérons, aux discussions. Les contributions, qui dureront à dix à vingt minutes, pourront être écoutées à partir du lien suivant, à compter de 13h30 :

https://meet.google.com/tku-erhv-woe

Programme actualisé

Stefania Cubeddu-Proux, Université Paris Nanterre 
Dakar / Kinshasa en dialogue : la Chinafrique dans Congo Inc. Le testament de Bismarck de In Koli Jean Bofane et Demain si dieu le veut de Khadi Hane. 

Ninon Chavoz, Université de Strasbourg 
Croisements érotiques entre la Chine et l’Afrique : de Dai Sijie à Paul Kawczak.

Aurélie Journo, Université Sorbonne Paris Nord 
‟An eternal sea unites our people”, la Chinafrique par l’océan dans The Dragonfly Sea (2019) d’Yvonne Adhiambo Owuor.

 Alice Desquilbet, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle 
#Corniche Has Fallen. L’envers du décor de la coopération sino-congolaise contemporaine. 

 Pierre Leroux , Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle 
Héritages africains du ‟petit dragon” : réappropriations et réinterprétations du cinéma d’action hong-kongais.

 Catherine Benaïnous, EHESS 
Présences chinoises dans les industries du cinéma et de l’audiovisuel en Afrique.

15 h 30 : Fin de la journée d’étude

16 h – Assemblée générale annuelle de l’APELA

plaquette CHINAFRIQUE 14 09 2020

Consulter l’appel à propositions.

Autour de l’œuvre de Mohale Mashigo

Dans le cadre d’ARIEL, la résidence d’auteur internationale à l’Université de Lorraine, IDEA (UR 2338) organise une série de séminaires autour de Mohale Mashigo, auteure sud-africaine invitée en Lorraine cette année (https://ariel.univ-lorraine.fr/mohale-mashigo/).
Cette série de séminaires, intitulée ‘Genèse, illustration, traduction et prix littéraires : Autour de l’œuvre de Mohale Mashigo’, sera diffusée live, en streaming, sur la chaîne YouTube ARIEL (voir le lien ci-dessous), selon le calendrier suivant :

Séminaire 1 : jeudi 12 novembre 2020
Présidente de séance : Catherine Delesse (Université de Lorraine)
17h30-18h00 Véronique Tadjo – ‘Afrique du Sud, Afrique de l’Ouest, regards croisés’
Véronique Tadjo est poétesse, romancière, auteure et illustratrice de livres pour la jeunesse. Elle est Professeure invitée à l’Université du Witwatersrand (Johannesburg).
18h15-18h45 Julie Chansel – ‘La bande-dessinée sud-africaine : une création d’une extraordinaire vitalité qui peine à trouver des débouchés’
Julie Chansel est journaliste indépendante, intervenante à l’École Supérieure de Journalisme de Montpellier (ESJ-Pro), auteure de L’effacement de Dulcie September – Enquête sur une séquence politique (à paraître au printemps 2021 aux Éditions Actes Sud), spécialiste de la BD sud-africaine.

Séminaire 2 : jeudi 19 novembre 2020
Président de séance : Cédric Courtois (Université de Lille)
17h30-18h00 Kathie Birat – ‘Through the lens of speculative fiction: Seeing South Africa through the short story in Mohale Mashigo’s Intruders
Kathie Birat est Professeure émérite, spécialiste de littérature post-coloniale.
18h15-18h45 Richard Samin – titre à préciser
Richard Samin est Professeur émérite, spécialiste de l’Afrique du Sud.

Séminaire 3 : jeudi 26 novembre 2020
Présidente de séance : Marilyne Brun (Université de Lorraine)
17h30-18h00 Lorena Rizzo – ‘Women, photography and orature in 20th-century Namibia’
Lorena Rizzo est Maître de Conférences à l’Université de Bâle, Zentrum für Afrikastudien, spécialiste de la Namibie et de l’Afrique du Sud.
18h15-18h45 Cédric Courtois – ‘“Remember that others have walked this path before you”: Writing (about) Trauma in Yejide Kilanko’s Daughters Who Walk This Path (2012), Mohale Mashigo’s The Yearning (2016) and Una’s Becoming Unbecoming (2015)’
Cédric Courtois est Maître de Conférences à l’Université de Lille, spécialiste de littérature africaine subsaharienne.

Séminaire 4 : jeudi 3 décembre 2020
Présidente de séance : Monica Latham (Université de Lorraine)
17h30-18h15 Mohale Mashigo – ‘On the Genesis of my work: from inspiration to publication’
18h15-19h00 Conversation avec Mohale Mashigo, avec la participation de Richard Samin, Kathie Birat et Cédric Courtois

Séminaire 5 : jeudi 10 décembre 2020
Présidente de séance : Céline Sabiron (Université de Lorraine)
18h00-19h00 Barbara Schmidt, Noémie Didier et Hana Abdelsalam – ‘Traduire la culture africaine anglophone : enjeux et défis’
Barbara Schmidt est Maître de Conférences et traductrice, et directrice de la traduction collective pour ARIEL à l’Université de Lorraine. Noémie Didier et Hana Abdelsalam sont des étudiantes de Master 2 Bilangue-Biculture à l’Université de Lorraine.
19h00-19h30 Sylvie Ducas – titre à préciser (intervention sur les prix littéraires)
Sylvie Ducas est professeure de littérature française contemporaine à l’Université Paris Est-Créteil, spécialiste des instances de consécration littéraire et des médiations culturelles.

Les questions posées sur la chaîne YouTube seront relayées par un modérateur sur les comptes Facebook et Twitter d’ARIEL (voir ci-dessous). 
Vous pouvez suivre toute l’actualité de cette troisième édition d’ARIEL sur le blog de la résidence : https://ariel.univ-lorraine.fr/.

Le programme complet de la résidence est disponible à : https://ariel.univ-lorraine.fr/programme-2020-21/. Il est mis à jour régulièrement au fur et à mesure des précisions reçues sur la tenue des divers événements en fonction de l’évolution du contexte sanitaire.

Vous pouvez également suivre ARIEL sur les réseaux sociaux :