Mise en ligne de communications aux JCEA 2020

Le CO des JCEA 2020 a le plaisir de vous annoncer la publication d’un certain nombre de communications prévues pour la rencontre des Jeunes Chercheurs en Études Africaines qui n’a pas pu se tenir en juillet dernier du fait de la pandémie du COVID-19.

Pour accéder aux travaux, il suffit de suivre le lien ci-après : https://jcea.hypotheses.org/sommaire-de-ledition-2020  

ELA : l’intégralité des numéros en ligne

Les numéros 1 (1996) à 47 (2019) des Études littéraires africaines sont intégralement en ligne* sur la plateforme Erudit.org  :

Près de 2000 articles en ligne !

* Rappel : Les livraisons des deux dernières années (2019 et 2020) ne sont pas encore en accès libre, car il faut être abonné. Pour se procurer les numéros les plus récents, il faut soit disposer d’un accès en ligne à Erudit via son établissement, soit être membre cotisant de l’Apela (revue « papier »), soit… attendre deux ans.

Martin Luther King – Ethique et action

Martin Luther King. Ethique et action

Anthony Mangeon

Cerf, 2020.
240 pages
18,00 €

Alors qu’on vient de commémorer les 50 ans de son assassinat, cet essai biographique revient sur l’itinéraire intellectuel, spirituel et politique du pasteur noir américain Martin Luther King Jr. S’appuyant sur de nombreux textes encore inédits en France, il tente de reproduire le plus fidèlement possible l’existence et la pensée d’une figure unique de l’Amérique du xxe siècle, prix Nobel de la paix en 1964.
D’où Martin Luther King Jr. venait-il, quel élève était-il, et quel genre de pasteur devint-il ? Fut-il vraiment l’auteur de tant de livres et de discours ? Quelles étaient ses ambitions politiques ? Avait-il une vocation de martyr, de prophète ? Enfin, quel héritage a-t-il laissé, et à qui ?
Au fil de pages très bien documentées, s’esquisse un portrait contrasté, loin des hagiographies habituelles, où l’étudiant plagiaire cède la place à un orateur et un stratège politique hors pair ; où le mari infidèle s’efface derrière l’infatigable militant ; où l’interlocuteur privilégié des puissants dialogue passionnément avec les plus humbles et les plus démunis.
Un livre nécessaire, pour découvrir le vrai visage de Martin Luther King Jr., et peut-être le vrai visage de l’Amérique.

Spécialiste de l’Amérique noire, Anthony Mangeon est professeur de littératures francophones à l’université de Strasbourg. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, comme La Pensée noire et l’Occident (2010), ou Crimes d’auteur (2016).

Ouvrage finaliste du Grand Prix de la biographie politique : Grand prix biographie politique 2020_Finalistes (12-11-2020)
 

Entrez dans la danse ! Par Daniel Delas

Fiston Mwanza Mujila, La danse du vilain, Métailié, 2020, 264 p.

la danse du vilain
la danse de ceux qui méprisent l’argent
jettent l’argent par la porte
jettent l’argent par la fenêtre
par les latrines
et les égouts
des gamins, des gamins
ils dansent et dansent
la merveilleuse danse du vilain

Fiston Mwanza Mujila (FMM) est poète (le poème ci-dessus est en fin de volume) et auteur-danseur, il danse son écriture, il danse la vie de Sanza ou Ngungi, ses deux gamins préférés, qui eux dansent Lumumbashi, dansent la nuit qui leur appartient :

La rue nous appartenait. Elle était dans notre escarcelle. Elle était notre propriété privée, notre chose, notre marchandise…Nous la remplissions de nos rêves décarcassés, des rêves privés de mazout, des rêves sans tête ni épine dorsale. (75) […] Notre putain d’existence était cadencée par le soleil, la lune, la saison sèche, les bagarres de rue, la colle, les razzias de la police et les descentes des inspecteurs des finances. Nous possédions notre propre système de datation. Nous embrigadions le soleil dans nos folies. Il nous arrivait d’être éveillés toute la nuit durant et de pioncer la journée. (p. 84)

C’est à leur monde de rêve que se consacre le premier tiers du roman en parallèle au rêve angolais des creuseurs katangais, ces adolescents zaïrois qui s’exilent à la « quête effrénée de l’enrichissement précoce » (p.13) au pays des diamants où ils se soumettent à la Madone des mines de Cafunfu, une vieille femme, Tshiamuena, originaire d’on ne sait trop où, généreuse et acariâtre. « Elle n’avait pas la silhouette des cantatrices, la splendeur des miss, ni l’allure impériale des duchesses, mais nous subjuguait et nous hypnotisait dès qu’on croisait ses yeux » (p.12), bref « Nous aurions tous voulu l’avoir comme épouse, mère, grand-mère, belle-sœur, aïeule, ancêtre, fondatrice du clan, matriarche, j’en passe et des meilleures » (p.27). La Madone qui prend Sanza sous son aile occupe le centre du début du livre puis disparaît progressivement quand arrivent de nouveaux personnages.
Mais alors, à quoi sert ce premier tiers du bouquin ? A mettre en place un monde de farandole nocturne, porté par le rythme trépidant d’images baroques ou burlesques, de longues répétitions, d’énumérations rabelaisiennes. Mais surtout à faire entendre la Danse du Vilain, titre du livre.
Et c’est quoi, la Danse du Vilain (avec majuscules, s’il vous plait) ? Écoutez bien :

Dans la furie des guitares hawaïennes, des congas, des cymbales, du vibraphone, sax et basse-clarinette, la faune se contorsionnait au rythme de la Danse du Vilain. C’était le point d’orgue des nuits bacchanales du Mambo (p.52) […] Aucune parole intelligible, juste des cymbales, un saxophone baryton -dominant, excellant dans les soli et chaque solo s’achevant en dent de scie à la manière d’un coucou entrant en gare-, des rifs psychédéliques de guitares hawaïennes… (p.106)

Et on continue comme ça sur deux pages ! Et vous dansez « dans un tremblement de terre cérébral » (p. 106) !
Sortons du Mambo de la fête, la boite où l’on s’étourdit jusqu’à l’aube, suivons la vie politique quotidienne de Monsieur Guillaume qui infiltre le monde des gamins pour le compte du mobutisme dans une ville où l’atmosphère n’est pas bonne pour lui car « la plèbe en avait ras-le-bol du Maréchal, au pouvoir depuis 1965 ».

Toute la journée, j’étais en mission avec M. Guillaume. On opérait d’habitude la nuit. M. Guillaume débarquait et m’emmenait dans ses opérations. Je passais aussi le clair de mon temps dans les bureaux de la DDD. Je croulais de fatigue. (p. 174)

et faisons connaissance avec Franz, l’écrivain autrichien, alias Franziskus ou Herr Baumgartner. Qui est Franz ? Un étrange Blanc qui est évidemment un peu l’auteur (lui-même à moitié autrichien). Au chapitre 24, intitulé « Franz et la nostalgie de la page blanche », on lit le récit de son calvaire, « chaque phrase lui coûtait trente heure de concentration » (120). Il traîne toujours avec lui une valise à roulettes emplie de paperasses, où ‘s’enlisent’ « une centaine de phrases, réécrites, raturées, amochées, rafistolées, éventrées… » (120). Emprisonné, il ne cessera de gribouiller et de vivre l’écriture ‘fiévreusement’ :

Il avait le souffle coupé, transpirait, rigolait, poussait des miaulements de chats, comme s’il avait un fleuve dans le ventre, les yeux braqués sur le plafond (p. 252)

*

Vous l’avez compris, j’espère, le roman de FMM tente de prendre en charge la totalité du monde,

Ce qui est rocambolesque avec le monde, c’est que dans la même heure, minute, seconde, plus de 500 milliards de gestes sont posés en même temps : les gens s’envoient en l’air, coupent des bières, allument la radio, fomentent des coups d’Etat, lisent Bofane, Mabanckou ou Musil, regardent un film, fument leur colle, s’invectivent, dansent la polka-mazurka, grimpent dans les trains, se noient, trépassent, terminent en prison… (p. 180)

Ce fourmillement cosmique indéfiniment fourmillant que le romancier français Georges Pérec avait approché dans le cadre étroit de la place Saint Sulpice à Paris, FMM l’approche dans le monde chaotique et survolté du Katanga des années 80, singulièrement riche en péripéties incroyables mais vraies.

Un ton neuf dans la littérature africaine. Entrez dans la danse !                                                                                                                                   

Fiston Mwanza Mujila, né au Congo en 1981, a publié un premier roman chez le même éditeur Tram 83 (2014) et, ailleurs, plusieurs volumes de poésie. Il dit dans un entretien : « j’écris comme un compositeur, j’essaie de créer une nouvelle langue, une langue qui, comme le fleuve, charrie les influences, charrie le peuple, les imaginaires … ».

FMM vit et enseigne à Graz en Autriche.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Entrez dans la danse ! Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 20/12/2020, https://apela.hypotheses.org/4462.

Et pour entrer dans la danse en musique : https://pan-african-music.com/fiston-mwanza-mujila-la-danse-du-vilain/

AAC: Le saint dans l’épique

Le saint dans l’épique : textes, contextes et modes de construction de la figure

IXe Congrès du REARE
22, 23 et 24 mars 2022 à l’Université Cheikh Anta Diop
Dakar, Sénégal

Au rang des protagonistes que met en scène l’épopée dans sa célébration de la grandeur des peuples et des Nations figure souvent le personnage du saint qui peut apparaître sous les traits du prophète, du prêtre, du marabout ou du desservant d’un rite de l’ancêtre.
En Occident, du XIe au XIIIe siècles, l’hagiographie célèbre des hommes et des femmes hors du commun, qui se distinguent par une vie exemplaire qui refuse les valeurs du temps (pouvoir, argent, richesse, vie urbaine). Le saint tel que le présente cette littérature recherche la perfection par le renoncement au monde et pratique la chasteté et l’ascétisme à un degré hyperbolique. Aussi celui qui représente l’archétype de la sainteté au niveau populaire est-il l’ermite. Le saint est un personnage illustre, qui après une vie de privations, de souffrances et d’endurance qui se termine souvent en mutilations et démembrements retrouve à sa mort une intégrité physique, signe d’élection divine (v. G. Paris et L. Pannier, 1872, La vie de saint Alexis).

cheikh_ahmadou_bamba.jpg Son statut évoluera sous l’ère des combats pour la propagation de la foi. Le saint acquiert d’autres attributs dans le feu des croisades (en Occident) ou du jihad (en Orient et en Afrique).

Actif sur les champs de bataille, il cumule destin guerrier et mission ecclésiastique.
On considérait que la perfection morale et spirituelle pouvait difficilement se développer en dehors d’un lignage illustre. D’où le lien entre sainteté, pouvoir et noblesse de sang. Guillaume d’Orange illustre parfaitement cette vision des choses. Il fonde un monastère où il se retire vers la fin de sa vie et sera canonisé après sa mort.
Dans le cycle de la croisade, les protagonistes, qui bénéficient au cours des combats de l’aide d’envoyés célestes, conquièrent par leurs souffrances, parfois leur mort, la gloire éternelle (J.-P. Martin, 2016, « Formes du merveilleux dans l’épopée française médiévale et dans l’épopée d’Afrique de l’Ouest. Prolégomènes à une étude comparative »). Dans La Chanson de Roland, l’âme du héros martyr est emportée par saint Michel, Chérubin et saint Gabriel vers le paradis.
À cette époque le héros musulman ouest-africain entretient des rapports variables avec la sphère du pouvoir politique. Il se place en marge ou à la périphérie du temporel, joue un rôle d’adjuvant auprès du guerrier ou s’affirme comme un contre-pouvoir (v. B. Dieng, 1993, L’Épopée du Kajoor). Son apport spirituel à la réalisation de l’action fait de lui un catalyseur.
Aux XVIIIe et XIXe siècles, il se hisse au premier plan, en tant que figure militaire et politique. Il est un conquérant doublé d’un « faiseur de miracles » qui portent le sceau de Dieu (El Hadj Oumar Tall, Ousmane dan Fodio…).
Au XXe siècle, le crépuscule des chefs de guerre à l’avant-garde de la résistance à la pénétration coloniale française coïncide avec l’émergence de saints islamiques qui prônent une action non violente et promeuvent un idéal fondé sur la spiritualité (Cheikh Ahmadou Bamba, entre autres figures). Force mystique portée par la grâce divine, ils incarnent un autre modèle héroïque où la bravoure, la vaillance et l’éclat des exploits ne se mesurent plus à l’ampleur des faits d’armes (F. Suard, 2013, « Étude des rapports entre hagiographie et épopée. L’exemple de L’Épopée de Cheikh Ahmadou Bamba »).

Les études peuvent porter sur:
• la construction du personnage du saint et les schémas narratifs des récits qui mettent en scène son univers : ses origines, son parcours initiatique, ses armes, le sens de son combat, son autorité ;
• l’étude comparative des versions relevant des traditions écrites et de celles dues à l’oralité dans les zones où les deux modalités cohabitent (Inde et Afrique de l’ouest, par exemple), et l’intertextualité ; les récits pouvant porter les marques d’autres textes plus anciens comme la Qacida, la Sira, la Bible…
• les rapports et les frontières entre l’épopée religieuse et l’hagiographie, d’une part, et entre le saint et le héros mythique, d’autre part.
• la réception ; à travers l’analyse des contextes d’énonciation, des supports de diffusion, des usages faits de ces récits.

Les propositions de communication peuvent être envoyées jusqu’au 30 septembre 2021 aux adresses suivantes:
waneibrahim [a] yahoo.fr
abdoulaye.keita [a] ucad.edu.sn
sakhosi [a] yahoo.fr

Emerging Trends in Eastern African Literatures and Cultures

Parution d’un recueil d’essais sur les littératures et cultures de l’Afrique de l’Est, incluant des chapitres sur la littérature burundaise ainsi que la littérature swahiliphone.

Susanne Gehrmann, Oduor Obura, James Ogone, Obala Musumba (eds.): Emerging Trends in Eastern African Literatures and Cultures. Glienicke: Galda, 2020, 352 p.

This book volume engages the emergent ways and exercises of world-making in eastern African literatures and cultures. It also includes how the world comes to eastern Africa as well as how eastern Africa speaks to the world. Writers within the region have come up with novel commentaries on diverse social issues. Artists and other users have invented new forms of expression through digitalization. The structure and content of this literature and cultural conversations, in line with modernity, has exhibited a fluidity that calls for the critical appraisal carried out in this book.
Therefore, this book volume centralises the emergence of new patterns of engagement in the literatures and cultures of the region. Taking cue from the cultural transformations, technological advancements and political influences, the volume raises questions on politics, conflict and war, and the evolving genres and canon. The book crosses language barriers beyond English and includes critical attention to texts written in the Swahili and French languages. The chapters aim to give a broad overview of the writings and cultural expressions in the eastern African region, including novels, films, short stories, theatre, poetry, oral, and digital performances.

TABLE OF CONTENTS

Introduction: An Overview of Trends in Eastern African Literatures and Cultures
Oduor Obura

Part One: The Evolving Literary Canon

Literary Disruptions of the Ugandan Canon in Selected Ugandan Short Stories
Edgar Nabutanyi
A Discipline under Siege: Interrogating the Place of Literature in English in the Secondary School Curriculum in Tanzania
Obala Musumba
Cartographies of Killing: Transnational Drones in Eye in the Sky
Jana Fedtke
Performing in the Cyber Space: The Online Mchongoano Battles
Kimingichi Wabende
Mobile Phones in the Public Space: Communication as Contextual Cultural Practice in Kenya
James Ogone

Part Two: Conflict, Politics, and War

Narrating Violence in Burundian Genocide and Civil War Literature: Pacifique Irankunda’s “Playing at Violence”
Jodi Mikalachki
Violence and the Multivocality of Silence in Roland Rugero’s Novels
Giuseppe Sofo
Conflicts in Memories, History and National Identity in Burundian Literature
Pierre Boizette
The Aporia in Eastern African War Narratives as Reflected in Uwem Akpan’s “My Parents’ Bedroom” and Misago Aloys’ La Descente aux enfers
Marie-Thérèse Toyi
Ethiopian Dissident Fiction: Countering Despotism in Hama Tuma’s Short Stories
George Otieno Odhiambo
Agony on Stage: The Intrigues of Building Houses in The Rubble Rouser, performed at the 58th Edition of the Kenya Schools and Colleges Drama Festival (KSCDF)
Pepetual Mforbe Chiangong

Part Three: Recent Interventions in Swahili Writing

UWARIDI Initiative: The Innovative Transformation of a Self-help Project by Tanzanian Novelists into a Powerful Literary Space
Uta Reuster-Jahn
Swahili Poetry in the New Millennium: Established and Emerging Trends
Flavia Aiello, Roberto Gaudioso and Emiliano Minerba
Linking the Centuries: The ‘Big Four’ of Kenyan Swahili Writing
Mikhail D. Gromov

URL de l’éditeur : https://www.galda-verlag.de/product/emerging-trends-in-eastern-african-literatures-and-cultures/